• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’UE et l’euro sont morts, ne reste plus qu’à constater (...)

L’UE et l’euro sont morts, ne reste plus qu’à constater le décès

Bien sûr, la constitution du nouveau gouvernement italien a fait baisser la tension, mais la nouvelle équipe constitue une nouvelle bombe à retardement pour ce projet européen qui n’en avait pas besoin. Bien sûr, il est impossible de prédire la date de son effondrement mais la multiplication des fronts indique qu’il viendra, tôt ou tard, comme l’indiquent deux textes majeurs de Jacques Sapir et Coralie Delaume.

 

L’Italie, une Grèce puissance dix ?
 
Bien sûr, le M5S et la Lega n’ont pas fait campagne sur la sortie de l’euro ou de l’UE, ce qui pourrait ne pas pleinement leur donner le mandat pour le faire, mais l’équipe au pouvoir, qui compte des ministres qui y sont favorables, met déjà l’UE dans une position difficile sur de nombreux sujets, comme le note Jacques Sapir. Sur l’Aquarius, Matteo Salvini a tenu une position ferme sans fléchir. Mieux, Rome a annoncé qu’elle ne signera pas l’impopulaire CETA, une faille majeure dans le fonctionnement de cette UE où la commission est supposée gérer les questions commerciales. Va-t-il réclamer, comme pendant la campagne les 250 milliards de rachat de dette publique italienne par la BCE ?
 
Ce début de mandat, entre docilité sur l’euro, mais vraies remises en question de l’EU sur l’immigration et le commerce, intrigue. Bien sûr, ces dernières restent limitées, mais appuient là où cela fait mal. En outre, l’Italie n’est pas la Grèce, où Tsipras s’est mué en exécuteur zélé de la troïka qu’il dénonçait, accréditant l’idée qu’il n’y aurait pas d’autres politiques possibles. Le processus de décomposition de l’UE, c’est aussi la réunion des ministres de l’intérieur allemand, autrichien et italien, « coordination inter-gouvernementale entre des Etats souverains, coordination qui contourne allégrement les procédures et les habitudes de l’UE, et qui, probablement, mettra en cause ses règles » pour Sapir.
 
Le risque est d’autant plus fort que les déclarations inadmissibles du commissaire allemand ou de la presse allemande creusent un fossé toujours plus grand entre Rome et Bruxelles, alors même que des partisans d’une sortie de l’euro sont au pouvoir et que Rome sait ce qu’il en coûte de vouloir rester à tout prixMême JP Morgan doit reconnaître qu’une sortie de l’euro est la meilleure option pour le pays. Et ce ne sont pas les déclarations venues d’Allemagne, commission ou média, qui pourraient apaiser la situation, tant le mépris suinte pour l’Italie. Bref, même si les euroïnomanes s’evertuent à dire qu’il ne serait pas possible de sortir de l’euro, la probabilité d’un tel scénario croit avec le temps.
 
Comme le dit Sapir, le processus de décomposition avance : « il est désormais évident que l’UE ne protège pas, et ne favorise pas la paix ou l’entente entre les peuples. C’est même tout le contraire  ». Quelques jours avant, Coralie Delaume avait évoqué dans une interview « un espace liquide, une entité molle et post-politique, totalement inapte à agir dans les domaines régaliens  ». Elle évoque le rôle de la démographie dans la position des pays d’Europe de l’Est sur les migrants et rappelle que « le long processus d’intégration économico-juridique (…) a créé de la divergence, de la méfiance voire de l’animosité, (générant) une compétition féroceet une course à la déflation salariale  ».
 
En somme, l’UE créé les tensions qui la mèneront à sa perte, même si cela prendra du tempsla BCE ayant le pouvoir de la maintenir sous perfusion. Mais la fin de l’avancée de l’intégration, ses reculs ponctuels (Brexit, migrants) et ses remises en question de plus en plus fréquentes et fortes indiquent que la marche arrière est enclenchée. Les questions qui subsistent sont quand quelqu’un d’autre osera lâcher l’embrayage, après les britanniques, et comment cela se passera ?
 
 
Dans quelques jours, la suite : pourquoi l’UE et l’euro vont disparaître ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 20 juin 09:45

    Faisons souffler l’esprit de Singapour sur le Conseil européen des 28 et 29 juin 2018 !


    • sahb 21 juin 13:40

      @Roosevelt_vs_Keynes
       ??? en clair ça donne quoi ?


    • Legestr glaz Ar zen 20 juin 10:22

      l’Union européenne est une dictature qui ne dit pas son nom.


      Qu’a apporté l’UE à la France ? Jamais de bilan à ce sujet ? 

      François Asselineau, que ne cite pas l’auteur, depuis longtemps, a donné toutes les indications sur la nature de l’Union européenne. Depuis belle lurette Vincent Brousseau et l’UPR ont annoncé la fin de l’Euro en mettant sous les feux de la rampe les soldes « Target ». Qui a repris cette information ? Personne, absolument personne. 

      L’Italie a une dette d’environ 600 milliards d’euros envers la BCE. La chute va être difficile.

      Mais puisque d’aucuns s’ingénient à refuser de prendre en considération les analyses de l’UPR, et bien le cirque médiatique continue. On cache la poussière sous le tapis. 






      • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 13:17

        @Ar zen

        Ce que vous dites est un tantinet faux :
        On tient compte de l’UPR en fonction de son poids aux élections, soit 0.92% pour être précis.

        Je suis d’accord que ce n’est pas loin de zéro, mais vous exagérez quand même.

        Pour faire une lapalissade, c’est sûr que si vous faisiez 30% vous auriez plus de poids dans la discussion.

        Quand même, c’est toujours aussi amusant de voir des admirateurs de Vladimir Poutine, qui n’est pas particulièrement libéral, critiquer notre système pour son « autoritarisme ».


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 18:18

        @Olivier Perriet

        Le poids de l’ UPR vient du fait que toutes les analyses sont confirmées par les faits. Toutes les réformes en cours ont été annoncées par Asselineau lors de la campagne électorale.

        Poutine et bien d’autres, qui se sont réunis au Sommet de l’ Organisation de coopération de Shangaï, donnent une leçon d’unité qui a largement manqué au Sommet du G7 !

        Mais votre cher Micron est-il capable de comprendre ce qui se passe dans le monde ??


      • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 20 juin 20:47

        @Olivier Perriet


        Vous suggérez que les électeurs sont tous terriblement lucides et documentés (la preuve, l’élection de Macron smiley ) au point d’en faire une référence ? Il semblerait qu’à part une catégorie d’électeurs qui ont un intérêt direct à faire élire l’un ou l’autre, la grande majorité de ceux qui votent sont téléspectateurs, consommateurs et publivores, d’où la palme au plus gros budget ... Êtes-vous capable de réflexion au-delà du conformisme entretenu par ceux qui se frottent les mains d’obtenir un gros score qui leur laisse le champ libre pour liquider ce qui reste de la France ? J’en doute !

      • Michel Maugis Michel Maugis 20 juin 22:24

        @Olivier Perriet

        « On tient compte de l’UPR en fonction de son poids aux élections, soit 0.92% pour être précis. »


        Olivier Perriet est le représentant des -ONs, il vient de le reconnaître.

        Les -ons ne tiennent compte d’une opinion que si elle est majoritaire, mais certainement pas selon ses propres mérites, Ainsi Pour ces -ons, la terre est ronde puisse que c’est l’opinion majoritaire.

        « Pour faire une lapalissade, c’est sûr que si vous faisiez 30% vous auriez plus de poids dans la discussion. »

        Pauvre Olivier Perriet qui n’arrête pas de faire pschitt avec les lapalissades des -ons.

        En ce qui me concerne, comme pour la majorité des français, je tiens compte des positions de l’UPR, mais hélas les français n’osent pas encore affronter la clique des ordures du Grand Capital.. par manque de courage.. ayant peur de sa réaction fasciste. Mais il y a une limite à tout. C’est dialectique.

        Quant à Poutine, la majorité des français honnêtes ils ne peuvent qu’être admirateur de sa politique Internationale de respect de la charte de l’ONU et du droit international. 

        Pour le libéralisme, ce mot est un JOKER pour les -ons. Aucun d’eux n’ a encore donnée une définition. 

        Ce mot est un euphémisme pour EGOÏSME, comme savent en user les -ons.



      • toma 21 juin 09:46

        @Olivier Perriet

        Poutine est autoritaire, c’est vrai, mais il l’est pour la défense de la nation et du peuple russe.

        Macron est un vendu, que ce soit Alstom, Areva, la SNCF, arcelor,.... Il va même vendre les 180 milliards de fond de pension pour rembourser la dette. Demain pour payer les pensions il demandera de l’argent aux banques, super idée.

        Il vendrait sa mère.

        L’Europe vend aussi sa mère, aux USA, systématiquement, aux sionistes, aux banquiers, et bizarrement, toujours contre l’intérêt apparant des peuples.

        Autoritaire contre le gamin qui dit salut manu, qu’il aille en banlieue au nord de Marseille.

        Un jour Chirac s’est fait insulté, il a gardé le sourire, a pris la main du gars, et ah, ouiiii, bonjour, merciiii, c’est cela, bonjour....

        Après Chirac on a eu, Conard, descend me le dire si tu oses, suivi d’un Hollande clownesque, et maintenant un, on dit M. Le président !!!

        Autoritaire avec les pauvres, retraités, receveurs d’apl,... Bravo.


      • Titarmo 21 juin 11:15

        @toma
        En ce qui concerne Jacques Chirac, je crois qu’il a été beaucoup plus subtil lorsqu’il a été traité de connard dans la rue, il s’est contenté de répondre « Enchanté, moi c’est Jacques Chirac »


      • sahb 21 juin 13:45

        @Olivier Perriet
        Poutine n’est peut-être pas très libéral de coeur MAIS il est pieds et poings liés CAR la banque russe appartient à la même pourriture rotechiliène que la notre et que celle de Frankfurt qui nous régente !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juin 16:15

        Le problème c’est qu’Asselineau a raison, mais il n’a pas d’électeurs.

        Tous des cons ? Y’a-t-il autre chose ? Pour rééduquer tous ces cons, proposez-vous une dictature (enfin, comme on y est déjà, ça ne devrait pas changer) ? Dans ce cas dites le clairement

        Je comprends votre admiration pour toutes les formes de régime à poigne, pourvu qu’ils soient à l’étranger.

        Encore une hypocrisie, mais c’est une autre histoire.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 17:25

        @Olivier Perriet

        L’ UPR est censurée par les médias depuis bientôt 12 ans, vous qui critiquez Poutine, vous devriez balayer un peu devant votre porte et protester auprès du CSA.... !

        La prochaine campagne électorale s’annonce, en France, aussi anti-démocratique que la Présidentielle : réforme des temps de parole sur l’audiovisuel public :

        + 155% du temps pour Macron, et Mélenchon qui devait avoir 20 minutes aurait... 2 minutes.

        Si vous pouvez me dire de combien de secondes disposera l’ UPR, merci d’avance !

      • zygzornifle zygzornifle 22 juin 08:01

        @Ar zen


         L’Europe c’était beau sur le papier glacé et ensuite comme a leur habitude les politiques l’ont massacré .....

      • baldis30 24 juin 17:12

        @Fifi Brind_acier
        bonjour,

        « Mais votre cher Micron est-il capable de comprendre ce qui se passe dans le monde ?? »

         Pour répondre à votre question tout en allant dans le sens de votre intervention on ne peut que rappeler la récente déclaration de François Pinault relativement à Macron sur son manque de compréhension du petit peuple !

        Si ON ne comprend pas le petit peuple et si de plus ON pratique une gérontophobie qui n’est pas sans rappeler certains des jours et des pratiques les plus sombres de l’Histoire de la France contemporaine, alors ON se classe dans une partie de l’humanité peu fréquentable !


      • Chourave Clark Kent 20 juin 10:29

         "La différence entre le suspense et la surprise est très simple. Nous sommes en train de parler, il y a peut-être une bombe sous cette table et notre conversation est très ordinaire, il ne se passe rien de spécial, et tout d’un coup, boum, explosion. 

        Le public est surpris, mais avant qu’il ne l’ait été, on lui a montré une scène absolument ordinaire, dénuée d’intérêt. Maintenant, examinons le suspense. 
        La bombe est sous la table et le public le sait, probablement parce qu’il a vu l’anarchiste la déposer. Le public sait que la bombe explosera à une heure et il sait qu’il est une heure moins le quart - il y a une horloge dans le décor ; la même conversation anodine devient tout à coup très intéressante parce que le public participe à la scène (...). 
        Dans le premier cas, on a offert au public quinze secondes de surprise au moment de l’explosion. Dans le deuxième cas, nous lui offrons quinze minutes de suspense"
         Alfred Hitchcock 

        La disparition de l’UE et de l’Euro ne seront pas des surprises, mais il y a du suspense.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 13:19

          @Clark Kent

          Ce qui ne vous a jamais empêché de dauber abondamment sur le Brexit, trop.....jesaispastropquoi, et pas assez......avotregout.

           smiley


        • vesjem vesjem 21 juin 20:52
          @Olivier Perriet
          olive , tes commentaires sont simplistes ; réfléchis un peu

        • Clocel Clocel 20 juin 10:32
          Mission accomplie !

          Peuples, Nations, identités, cultures, particularismes pulvérisés, le IV Reich va pouvoir déployer toute sa malveillance pour le plus grand bonheur des pathocrates...



          • baldis30 24 juin 17:26

            @Clocel
            bonjour,

            Je viens de relire le prix Renaudot de l’an dernier « la disparition de Josef M... » 

            Que l’individu ait disparu c’est sûr, la Nature a fait son œuvre,.. mais pour les idées et les pratiques c’est autre chose …. seulement la population ciblée a changé …. et je dirai grâce à Visicalc et ses successeurs Excel and C° …parce que :

             « Telle partie de la population ne contribue pas assez à la richesse des puissants - voire lui coûte cher- donc elle doit être réduite en volume afin que la moyenne de son rapport productif rejoigne la moyenne des autres catégories de la population ».

             Donc on va cibler ces parties improductives de la population que sont les vieux, les chômeurs et les jeunes … Pour ces derniers le procédé habituel, la guerre doit être suffisant à la condition d’être bien encadrée, pour les autres on peut essayer par exemple la dénutrition, ou le manque de soins COMME LE SUGGERE la très récente intervention des médecins hospitaliers ( de ce jour, ou d’hier ) .

            Avec le temps les méthodes changent (Ô tempora, Ô mores !)…. pas les buts . !


          • baldis30 25 juin 08:13

            @baldis30
            pour l’intervention de 175 médecins on peut voir l’information suivante tant que les spartaquiens ne l’auront pas classée comme fake :

            https://www.francetvinfo.fr/sante/medicament/une-mise-en-danger-de-la-vie-d-autrui-175-medecins-alertent-edouard-philippe-sur-la-degradation-des-services-hospitaliers_2818605.html


          • malitourne malitourne 20 juin 10:32

            Conclusion.. ? Bah maintenant faut arrêter de sauter comme des cabris et se mobiliser et se rassembler pour le Frexit.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 07:03

              @malitourne, Ar Zen,

              Si vous le pouvez, faites connaître l’analyse de Chouard sur « Une Autre Europe ».
              Merci.

            • Legestr glaz Ar zen 21 juin 10:17

              @Fifi Brind_acier

              Il est toujours utile de rappeler cette analyse de Chouard. Je l’ai déjà postée d’ailleurs. 

              Mais cette analyse, comme tant d’autres d’ailleurs, ne va pas dans le sens de la croyance de certains qui espèrent « l’émergence d’une autre Europe ». Elle est pourtant pleine de bon sens et s’appuie sur des faits, mais se heurte à différents biais cognitifs. Le Biais de la confirmation d’hypothèse, l’effet boomerang ou retour de flamme, et la sempiternelle dissonance cognitive. Quand vous êtes soumis à une idéologie, il est très difficile de faire votre idée par vous même.

              Le biais de confirmation d’hypothèse est la tendance naturelle qu’ont les êtres humains à privilégier les informations qui confortent leurs préjugés, leurs idées reçues, leurs convictions, leurs hypothèses. Ce biais cognitif consiste à accorder plus de poids aux preuves qui confirment les croyances de départ. Il contribue donc à un excès de confiance dans celles-ci et à les renforcer, même devant des preuves qui les infirment. Ce mode de raisonnement peut conduire à des désastres lorsqu’il est mis en oeuvre dans les domaines militaires, politiques, économiques, sociaux. Il se manifeste par la non vérification de la véracité des informations reçues, leur interprétation de manière biaisée, notamment par des illusions de corrélation entre plusieurs évènements perçus à tort comme étant liés ou associés.

              L’effet retour de flamme est un biais cognitif qui conduit des personnes confrontées à des preuves logiques et claires qui contredisent ou invalident leurs croyances, à les rejeter et à se sentir confortées dans leur croyance initiale.  En effet, si l’on sait qu’il existe une communauté de personnes qui partagent nos convictions et si l’on croit qu’il y a certainement des informations que nous ne possédons pas, mais qui l’emporteraient sur les informations contraires qui ont été fournies, alors la rationalisation devient plus facile, par un processus qui conduit à donner plus de poids au renforcement des croyances de la communauté.

              Le concept de dissonance cognitive est lié au fait qu’il est plus difficile pour un individu de corriger des idées acquises depuis longtemps que d’apprendre des idées nouvelles pour lesquelles il ne dispose pas encore d’un modèle ou d’un système de représentation.Les croyances qui sont partagées par une communauté deviennent des vérités qui ne peuvent être remises en question et ne peuvent donc plus être discutées. Lorsque des faits vont à l’encontre de ces croyances, il est contreproductif et même parfois risqué de les combattre directement. Il est plus efficace d’engager un dialogue permettant un questionnement, puis une prise de conscience, que de provoquer sciemment une dissonance cognitive chez un interlocuteur. 

              Alors pensons « printemps », pensons « Europe sociale », pensons « désobéissance », pensons « renégociations ». Les joueurs de flute de Hamelin se bousculent au portillon.






            • malitourne malitourne 21 juin 14:54

              @Fifi Brind_acier
              Je viens de visionner : il dit tout Chouard. L’émergence d’une prise de conscience populaire contre cette camisole politique fatale qu’est l’UE est la seule issue. Nous n’avons pas d’autres choix que d’y travailler... Le Frexit, c’est la libération, tout autres choix n’est que soumission.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 17:36

              @Ar zen

              Oui, mais tous les citoyens ne sont pas assis sur des certitudes.
              Il existe des citoyens qui cherchent des réponses à leurs questions.

              Chouard n’est pas à l’ UPR, mais il arrive aux mêmes conclusions. Et Chouard est ce qu’on appelle « un leader d’opinion », il a un blog extrêmement suivi. Que quelqu’un comme lui arrive au bout de longues années de réflexion aux mêmes conclusions que l’ UPR, est important. Cela prouve que les graines semées par l’ UPR commencent à germer.

            • Legestr glaz Ar zen 22 juin 11:30

              @Fifi Brind_acier

              Effectivement, fort heureusement tous les lecteurs d’Agoravox ne sont pas des soumis à une certaine idéologie. C’est à ceux-ci qu’il convient de fournir les preuves de la nocivité de l’UE et de son irréformabilité définitive. A travers vos post vous faîtes oeuvre de pédagogie. Les lecteurs en tirent toujours quelque chose, excepté les « enracinés d’une idéologie » qui vous reprochent de trop poster et de rabâcher les mêmes arguments. Ils font comme si « tous » les médias dominants ne faisaient pas exactement la même chose en cachant la poussière sous le tapis et en orientant l’information à destination des masses dominées et incapables de trouver des informations alternatives (excepté sur le net). 

              J’aime énormément Etienne Chouard. Seulement, je trouve que bien souvent il évite d’être frontal. Dans la vidéo que vous avez proposée il exprime que la priorité des priorités est la sortie de l’UE, que sans celle-ci, rien ne sera possible. Dans ces conditions il devrait fustiger publiquement, et d’une manière incessante, l’action de Mélenchon, et des autres partisans « d’une autre Europe », qui ne veulent pas sortir de l’UE. Pourquoi ne le fait-il pas ? C’est un mystère ? 

            • malitourne malitourne 23 juin 08:07

              @Ar zen
              Tout à fait Arzen. A un moment il faut s’engager et lier le geste à la parole. Chouard devrait s’engager politiquement pour le Frexit puisqu’il est conscient que c’est la seule issue positive. 


            • bob14 20 juin 10:39
              Manu...Merkel..c’était...Au Théatre ce soir..Veau de ville et Deschamps... smiley

              • bob14 20 juin 11:18

                @bob14......Allez les « boeufs »... !


              • Jean Roque Jean Roque 20 juin 12:23

                 
                 
                 
                Fin de la grosse gogochonne teutonne, la négrière à Krupp chérie à la schlague des glands remplacés soumis ?
                 
                 
                https://fr.sputniknews.com/international/201806171036839212-merkel-seehofer-ultimatum/
                 
                 


                • Fergus Fergus 20 juin 13:04

                  Bonjour, Laurent

                  Ne criez pas victoire trop vite : les pays membres étant au pied du mur, nul doute - à mon avis - que des compromis vont surgir afin de pérenniser tant l’UE que l’Euro. Et pour cause : aucun des membres de l’Union n’a intérêt à sortir de celle-ci car malgré tous ses défauts - euphémisme ! -, l’UE reste le meilleur élément de stabilité politique continentale.

                  Reste à trouver un accord qui ne soit pas trop bancal sur la question migratoire, et cela ne sera pas évident. Mais poussés par la nécessité, les négociateurs y parviendront probablement sur la base d’un durcissements des conditions d’accueil imposé par la crainte de nouvelles poussées populistes mortifères pour l’UE. Même la CSU bavaroise, potentiellement menacée par l’AfD, devrait composer avec Merkel.


                  • Robert Lavigue Robert Lavigue 20 juin 13:35

                    @Fergus

                    nouvelles poussées populistes mortifères

                    Votre verbiage macrono-terranovien sonne creux comme un tambour...


                  • Fergus Fergus 20 juin 16:45

                    Bonjour, Robert Lavigue

                    Peut-être ! Notez cependant que les percussions jouent un rôle important en musique : que seraient les symphonies de Beethoven sans les timbales ? smiley 


                  • tartemolle 20 juin 16:59

                    @Robert Lavigue, Fergus donne plutôt l’impression d’avoir des poussées hémorroïdaires... 



                  • Fergus Fergus 20 juin 17:19

                    Bonjour, tartemolle

                    Je vous conseille de vous occuper plutôt du fondement de vos propres idées ! smiley


                  • Fergus Fergus 20 juin 17:23

                    Bonjour, Ar zen

                    Merci pour le lien ! La même chose sans le lait, et ce sera parfait pour moi, accompagné d’un muscadet ou d’un riesling.


                  • Doume65 20 juin 18:16

                    @Fergus

                    « UE reste le meilleur élément de stabilité politique continentale. »
                    Mantra classique de la religion Européiste qui ne s’appuie sur aucun fait solide. C’est vrai que quand on est européiste, on n’a pas besoin de faits. Rabâcher la novlangue suffit.

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 18:34

                    @Fergus

                    Le « compromis » va sans doute capoter sur les quotas de migrants à distribuer dans chaque pays... Vous pouvez compter sur l’Autriche et plusieurs pays de l’ Est pour opposer leur véto.

                    C’est quand même le bal des faux-culs. Cela fait bientôt 20 ans que les pays européens de l’ OTAN participent et/ ou soutiennent, ou se taisent sur le chaos répandu par les guerres en Afrique, en Afghanistan, en Ukraine et au Moyen Orient ...

                    Les vagues migratoires ne viennent pas de la planète Mars, elles sont le résultat des politiques menées dans tous ces pays, avec l’ Europe comme vassal des USA.


                  • Fergus Fergus 20 juin 18:53

                    Bonjour, Doume65

                    « Mantra classique de la religion Européiste qui ne s’appuie sur aucun fait solide »

                    Je vous retourne cette observation : contrairement aux siècles précédents, il n’y a plus eu le moindre conflit entre des membres de l’UE depuis qu’ils ont intégré l’Union Européenne. Cela, c’est un fait indéniable. Quant au plan économique, vous ne disposez de rien de probant pour démontrer que les pays de l’UE réussiraient mieux chacun de leur côté ! Vous êtes dans l’incantation, au moins autant que les inconditionnels de l’UE actuelle !

                    Un mot encore : je ne suis pas « européiste », mais "européen’ ! Et je ne suis en aucun cas un partisan de l’UE telle qu’elle existe, raison pour laquelle j’ai voté NON au référendum de 2005 et pesté contre l’adoption du Traité par le Congrès en 2008. Mais je suis persuadé qu’il n’y ne peut y avoir de salut dans l’avenir que dans le cadre d’un bloc uni, capable de s’opposer aux blocs existants ou émergents.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès