• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’UE, nous la quittons en mars, arrêtez de nous embêter avec ça ! (...)

L’UE, nous la quittons en mars, arrêtez de nous embêter avec ça ! #brexit

Quoi qu'en disent les cris d'orfraies des eurolatres béats qui occupent l'espace médiatique détenu par les milliardaires ou controlé par leur régime Macron, les travailleurs britannique ont voté pour et veulent le Brexit. Pour échapper au dumping anti social de cette Union Européenne qui dresse les peuples les uns contre les autres, met en concurrence les travailleurs et libéralise et privatise leur service public pour faire gonfler les profits des multinationales.
Pour entendre ce qu'on a dire les travailleurs britannique, écoutons ce que nous disent les syndicalistes d'outre manche, à l'image de Sarah Woolley, dont l'interview par le Morning Star a été traduite en français par le journal du PRCF

Initiative Communiste ici une traduction (avec l’autorisation de l’auteure) d’un article paru dans les colonnes du célèbre journal de nos camarades britanniques le Morning Star le 23 septembre 2018. Sarah Woolley – représentante du syndicat des boulangers, des travailleurs de l’alimentation et des industries connexes et active dans la défense de l’environnement – y témoigne de l’état d’esprit et de la combativité de la classe ouvrière britannique, comme de sa vigilance face aux contradictions du Parti Travailliste qui tient son congrès cette semaine à Liverpool.

J’ai hâte d’être au 29 mars 2019. C’est le jour où nous quitterons l’UE. Nous devrions alors faire la fête dans les rues.

En tant que mère d’un adolescent de 13 ans, que membre du Parti travailliste et que représentante à plein temps d’un syndicat vivant dans une zone industrielle autrefois florissante, je suis vraiment fière que ma communauté ait voté en faveur du Brexit, comme la plupart des communautés ouvrières du pays et la plupart des membres de mon syndicat, comme, en fait, des membres de tous les syndicats.

Ce vote a été positif et a secoué l’ordre établi et tous ceux qui ne sont pas du côté des travailleurs et de leurs familles. Je pense que c’est la plus grande chance que nous ayons d’exprimer notre opinion depuis que le vote à 18 ans a été finalement obtenu en 1969.

Toutes les grandes luttes syndicales depuis notre adhésion à l’UE se sont terminées par des défaites. Lors du référendum, nous nous sommes exprimés et nous avons gagné ce qui explique pourquoi ils essaient de faire taire notre voix depuis.

Nous avons voté pour la possibilité de reconstruire notre économie, notre industrie et nos services publics dévastés.

Ma génération et celles à venir veulent élire des politiciens qui feront pencher la balance des droits et des lois en faveur des travailleurs, des syndicats, de la production réelle et de la création de richesses. Les commissaires européens non élus, les lois et directives de l’UE, axés uniquement sur les intérêts des grandes entreprises, ne peuvent et n’ont jamais fait cela.

Dire que l’UE est la pierre angulaire de tous les droits des travailleurs est la plus grande injure que j’ai entendue dans ma vie.

L’adhésion à l’UE et les années de politiques conservatrices et néo-travaillistes ont délibérément apportées la régression partout en Grande-Bretagne. Nous avons sacrifié deux générations à un ordre du jour fixé par les banques. Et n’oubliez pas que les politiques régionales de l’UE ont donné à l’Allemagne le secteur industriel et à la Grande-Bretagne le secteur financier. Quelle affaire !

Le résultat ? Une industrie britannique, des services publics et des compétences qui disparaissent à une échelle jamais vue auparavant dans le monde.

Les gens disent que les faits ont changé, que nous devrions avoir un autre référendum. Oui, les faits ont changé.

L’Union européenne se droitise dans son Parlement fantoche, elle est en train de mettre en place son armée européenne et une stratégie militaire dangereuse. Des pays comme la Grèce ont été dépecés par l’UE à un degré jamais vu en temps de paix, l’euroscepticisme a éclaté sur tout le continent et l’Allemagne est clairement en pleine tourmente.

En tant que négociateur pour mon syndicat, je connais les tactiques de l’UE. Lorsqu’un pays est en position de faiblesse elle menace et intimide, mais l’UE est en position de faiblesse depuis le premier jour, le 23 juin 2016 [jour du vote en faveur du Brexit].

La Grande-Bretagne est un importateur net de l’UE. L’UE a besoin de nos marchés plus que nous n’avons besoin des siens. Nous avons plus de liens commerciaux à travers le monde et ces deux facteurs inquiètent sérieusement l’UE.

Elle a aussi désespérément besoin des 39 milliards de livres qui lui ont été promis pour soutenir ses dépenses excessives alors que ses comptes n’ont pas été audités depuis une vingtaine d’années ; ses institutions corrompues génèrent un tel gaspillage !

Le Parti travailliste doit aussi grandir. Voter automatiquement contre tout compromis au Parlement dans l’espoir que cela mènera à des élections générales, laissera, en l’absence d’un véritable plan de négociation alternatif, les conservateurs au pouvoir et lui aliénera la confiance des communautés comme la mienne. Appeler à un référendum sur l’accord ou l’adhésion à l’UE ramène tout le monde à la position stupide de Vince Cable [le chef des Libéraux-démocrates, LibDems].

Les seuls problèmes avec les propos durs de Theresa May la semaine dernière, après que l’UE eut tout rejeté en bloc, étaient qu’ils arrivaient deux ans trop tard et qu’elle avait été justement « récompensée » pour être venue avec des propositions stupides à la table de négociation.

Et soyons honnêtes. Les tests de Keir Starmer [pour accepter un accord de Brexit, voir ci-dessous ; Keir Starmer est secrétaire d’État chargé du Brexit au sein du cabinet fantôme travailliste] ne sont pas vraiment des tests pour le Brexit, ce sont des tentatives pour perturber l’ensemble du processus. Si nous appliquions ses tests à l’adhésion à l’UE elle-même, nous partirions immédiatement.

Il faut parler davantage des personnes et de leurs besoins que du commerce. Vous ne pouvez faire du commerce que si vous produisez des choses que les gens veulent acheter.

C’est pourquoi le slogan du Parti travailliste « Fabriquons en Grande-Bretagne » (Build It In Britain) est si important. Nous avons besoin d’une nouvelle éducation nationale pour former une nouvelle main d’œuvre pour des emplois hautement qualifiés, stables et productifs.

Nous devons fabriquer autant que possible en Grande-Bretagne et cultiver autant que possible notre propre nourriture. Nous avons besoin de conventions collectives, de droits universels dès le premier jour [de contrat] et de la fin des contrats à zéro heure pour créer la main d’œuvre capable de porter une nouvelle économie.

C’est du nouveau compromis et de la nouvelle liberté réelle dont nous devrions parler. Le brouhaha sur le Brexit va et vient. Nous pourrons relever la tête à la fin du mois de mars et attaquer le vrai travail d’une façon nouvelle.

Notes Les six tests de Keir Starmer pour un accord de Brexit sont les suivants :

  1. Assure-t-il une relation future forte avec l’UE ?
  2. Assure-t-il les mêmes avantages que ceux que nous avons actuellement en tant que membres du marché unique et de l’union douanière ?
  3. Assure-t-il une gestion équitable des migrations dans l’intérêt de l’économie et des communautés ?
  4. Défend-il les droits et les protections et empêche-t-il une course vers le bas ?
  5. Protège-t-il la sécurité nationale et notre capacité à lutter contre la criminalité trans-frontalière ?
  6. Offre-t-il des avantages pour toutes les régions et tous les pays du Royaume-Uni ?

 

Traduction CP (commission internationale du PRCF) pour www.initiative-communiste.fr avec l’aimable autorisation de l’auteure

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/lue-nous-la-quittons-en-mars-arreter-de-nous-embeter-avec-ca/


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 14:29
    Malgré tout ce que je pense du rôle néfaste des anglo-saxons dans la politique occidentale, le Brexit est globalement positif :
    - Il affaiblit la main mise de l’UE sur ses membres
    - Il brouille les relations entre l’UE et les anglo-saxons, limitant ainsi leur influence sur l’UE
    - Il permettra de démontrer qu’un ex-membre peut vivre sans l’UE
    - Il aura PEUT-ETRE un relatif effet positif pour les travailleurs anglais (mais ça, on va voir... ça dépend aussi des échanges commerciaux avec le reste du monde).


    • Le421 Le421 8 octobre 19:09

      @V_Parlier
      Et vous oubliez de dire que la grande illusion, voire la grande escroquerie, c’est de faire croire que de quitter l’Europe guérira de la grippe et chassera la pyrale des buis...


    • Parrhesia Parrhesia 8 octobre 19:58
      @Le421
      Bien vu !
      Et bonne soirée !

    • samy Levrai samy Levrai 9 octobre 12:33

      @Le421
      y rester pour servir la finance et la non democratie , c’est le nec le plus ultra pour les arnaqueurs euro atlantistes de la FI comme pour tous ceux du parti unique... 


    • Sparker Sparker 10 octobre 10:51

      @samy Levrai


      Wouarf wouarf, mais bien sur « y rester pour servir la finance et la non démocratie » si le frexit chasse les morpions vous disparaissez ?

      Ca racle les fonds de tiroirs à l’upr, ô pauvre...

    • malitourne malitourne 8 octobre 15:05

      Merci PRCF pour ce texte. Vous avez pensez à l’envoyer aux cadres de LFI ?


      • Alren Alren 8 octobre 18:04
        @malitourne

        Il n’y a pas de « cadres » à la FI qui décident pour tous ses membres. Si vous ne le saviez pas, je suis heureux de vous l’apprendre.

        Mais pourquoi votre inquiétude ne concerne pas le PCF, Hamon et le parti« socialsite » qui tous se prétendent « de gauche » ?

      • Le421 Le421 8 octobre 19:10

        @malitourne

        Je vous invite à lire ce que j’ai écrit quelques lignes plus haut.
        Cela vous concerne, notamment, à l’UPR !!

      • Le421 Le421 8 octobre 19:12

        @malitourne

        Ceci dit, c’est assez malin, votre réflexion.
        Semer le bordel entre les diverses fractions de la gauche.
        Encore que, quand on est d’extrême droite, c’est de bonne guerre !!  smiley


      • GrandGuignol GrandGuignol 8 octobre 20:30

        @Le421

        extrême droite l’UPR ?
        il n’y a que vous pour le croire et à force de le répéter votre seule voix n’influence personne sauf vous même....Toujours la même rengaine de paumé ou plutôt de troll payé par Macron..Vous répétez ce que certains médias aux ordres tentent de faire croire alors qu’il suffit de lire la charte ou le programme de l’UPR pour se rendre compte de vos mensonges diffamatoires.
        Voilà pour ceux qui veulent savoir si l’UPR, classé en Divers, et d’extrême droite ou pas. :

        Fergus a pondu un article sur les mecs comme vous de la FI qui n’ont que des calomnies, des mensonges grossiers et des vannes débiles dans la bouche.
        A croire que vous commentez pour flinguer la FI....mdr
        En tout cas à vous lire on n’a pas envie de vous suivre, vous êtes un vrai repoussoir pour votre parti. Qui voudrait suivre un menteur dites moi ?
        En tout cas merci de flinguer LFI et surtout ne changez rien. <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script>

      • GrandGuignol GrandGuignol 8 octobre 20:33
        @GrandGuignol
        recti du second lien :
        Programme de l’UPR
        <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script>

      • Legestr glaz Ar zen 9 octobre 07:32

        @Le421
         Effectivement, la sortie de l’UE ne guérira pas de la grippe n’y, et c’est bien dommage, n’éradiquera pas la pyrale du buis. 


        En revanche, en sortant de l’UE, la France sort d’un système « supranational » consacré dans sa propre Constitution. Ainsi, sans sortie de l’UE vous aurez droit, en France, toujours et tout le temps, à un processus économique ordo-libéral. 

        Rappelez moi, le 421, quels sont les groupes politiques de « gauche » favorables à une politique économique ordo-libérale ? C’est la FI ? Votre naïveté est surprenante !



      • Legestr glaz Ar zen 9 octobre 07:57

        @Le421

        Un programme « d’extrême droite » comme ceux que vous détestez. ! Les sympathisants de la FI ont-ils les yeux en face des trous ?

        • le programme de l’UPR est le seul à proposer des réformes essentielles, très concrètes et très précises de nos institutions afin de rétablir la démocratie en France : 
        • – réforme de la composition du Conseil Constitutionnel, afin d’en faire une instance dépolitisée et professionnalisée, ne jugeant qu’en droit,
        • – prééminence de la Constitution française sur toute autre source de droit,
        • – possibilité de saisine du Conseil Constitutionnel par des groupes de particulier,
        • – suppression de l’article 89 de la Constitution (c’est-à-dire suppression de la procédure du Congrès qui a permis l’adoption du traité de Lisbonne malgré le NON au référendum de 2005),
        • – interdiction constitutionnelle du vote électronique,
        • – interdiction des « transferts de souveraineté »,
        • – interdiction de la prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes multinationaux,
        • – rétablissement et extension du crime de haute trahison pour le chef de l’État et les membres du gouvernement,
        • – instauration du référendum d’initiative populaire,
        • – reconnaissance du vote blanc comme un vote à part entière et conséquences concrètes,
        • – instauration de l’équité dans le financement des partis politiques,
        • – inéligibilité à vie de tout responsable politique condamné pour corruption,
        • – interdiction d’effectuer plus de 2 mandats de suite pour tous les parlementaires, conseillers généraux et conseillers régionaux,
        • – inscription dans la Constitution de la liste des services publics non privatisables par nature : EDF-GDF, SNCF, Poste, réseaux d’adduction d’eau, réseaux routiers et autoroutiers, Sécurité sociale.
        • – suppression de l’actuel système de parrainage d’élus pour l’élection présidentielle par un système de parrainage par les citoyens,
        • – réforme et démocratisation du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, transformée en une Cour Supérieure de l’Audiovisuel, dotée du pouvoir d’imposer aux médias une pluralité d’opinions, recueillie par des sondages sur Internet auprès de dizaines de milliers de citoyens,
        • – etc.

        Rien que des mesures d’extrême droite, n’est-ce pas le 421 ? 


      • Le421 Le421 9 octobre 08:24

        @GrandGuignol

        Toujours la même rengaine de paumé ou plutôt de troll payé par Macron

        Houlàlà !! Je suis vénère !!
        Kss kss, rage, rage !!

        A votre énervement, je sens que je tape juste.

        Vous êtes juste un peu court au niveau insultes. Je suis plus habitué à connard de gaucho, etc, etc...  smiley


      • Le421 Le421 9 octobre 08:27

        @Ar zen

        Voui !!
        Et c’est pour ça que vous passez le plus clair de votre temps à taper sur LFI.
        Quasiment jamais sur Macron, Wauquiez, Le Pen, etc...
        Mais c’est sûrement « un concours de circonstances ».

        Que vous nous preniez pour des cons ne veut pas forcément dire qu’on le soit.
        Et comme je dis toujours, discuter avec des fanatiques UPR revient à vouloir faire boire un âne qui n’a pas soif.
        Allez, arrivédercho et ofinzerbes !!  smiley


      • Legestr glaz Ar zen 9 octobre 09:10

        @Le421

        Vos posts sont d’une sincérité étonnante. Vous avez le don pour repérer et identifier les programmes d’extrême droite pour les comparer à ceux de la gauche. Votre objectivité légendaire vous permet de poser des vérités incontournables. 

        Si être fanatique c’est relever que la France appartient à un système supranational, alors je suis fanatique.
        Si être fanatique, c’est mentionner que le droit européen, le droit des traités, est supérieur au droit national, que tout ceci est inscrit dans la Constitution, alors je suis fanatique. 

        Et alors, Mélenchon et les dirigeants de la FI ne sont pas « fanatiques », eux ! Ils veulent, en toute lucidité, refonder l’Union européenne du sol au plafond. Avec l’accord « unanime » des 26 pays restant, bien entendu. Le Père Noêl passera chez vous au mois de décembre le 421 ? 


      • zzz'z zzz’z 8 octobre 15:55

        Pour les travailleurs des pays contributeurs nets, le fait de gicler de L’Union Européenne, c’est moins de taxes ! 


        • Le421 Le421 9 octobre 08:36

          @zzz’z

          Ça, ça dépends du PIB du pays. Le principe est de faire payer les pays les plus riches pour aider les plus pauvres.
          On contribue en fonction de notre richesse. Or, contrairement à la doxa des pleureuses du CAC40, la France est un pays très riche. Donc, cotisant beaucoup. Sur ce point, l’Europe était une bonne chose car normalement, en faisant grimper les pays émergents, on s’y retrouvais globalement.
          Sauf que ce « bon système » a été dévoyé par les dirigeants.
          Quand Thatcher disait « I want my money back », elle faisait tout simplement du populisme à deux balles en refusant la solidarité dans l’UE. C’est porteur, évidemment. Je donne 100€ à l’association pour le fonctionnement, mais je veux en échange que celle-ci me passe des commandes pour mille...
          Sauf qu’à un moment, ça coince.
          J’explique de façon simple, mais le fond, c’est ça !!
          Le défaut de l’Europe n’est pas dans son idée de départ, il est dans ce que les grands dirigeants en ont fait. Comme dans tous les pays, ils ont fait primer les intérêts privés sur le bien-être des gens.
          Quand vous aurez compris ça, vous aurez fait un grand bon en avant.
          L’Europe, je suis pour, mais pas celle qu’on nous a refilé.
          En 2005, je me suis battu bec et ongles contre le TCE.
          Et pourtant, je suis plutôt européen...

        • Drugar Drugar 9 octobre 10:45

          @Le421
          En effet, on peut considérer comme un « bon système » le fait que des pays riches, comme la France, aident financièrement des pays moins avancés. La question que l’on peut se poser en revanche, c’est quel intérêt avons-nous à laisser une entité supranationale décider à notre place de l’attribution faite à ces aides, en faisant une ponction non négligeable au passage, servant à nourrir des parasites ?


          « Le défaut de l’Europe n’est pas dans son idée de départ, il est dans ce que les grands dirigeants en ont fait. Comme dans tous les pays, ils ont fait primer les intérêts privés sur le bien-être des gens. »
          Le problème, c’est qu’il n’a jamais été question de mettre en oeuvre cette « idée de départ » (je suppose que vous parlez d’une coopération mutuellement profitable entre les peuples et de partage des richesses et des cultures) : il s’agit juste d’un leurre pour faire accepter l’UE aux populations. 

          Pour vous en convaincre, regardez quels sont les orientations prisent par l’UE depuis Maastricht : uniquement aux bénéfice des intérêts financiers et privés, rien aux bénéfice des populations. Les traités sont également écrient pour le bénéfice des puissants et dans un soucis de casse du service publique.

          Pour preuve, si des actions avaient été faite en faveur des populations, cela aurait contribuer à une meilleur répartition des richesses et donc à une baisse des inégalité. Or c’est le contraire qui se passe. Dès lors, vue l’évolution depuis plus de 25 ans, qu’est-ce qui vous fait penser qu’il y aura un changement de cap, à l’opposée de la politique menée jusqu’à présent ?

          L’UE, telle qu’elle a été construite et telle qu’elle continue à évoluer, est à l’opposée de l’idée de construction européen que vous semblez avoir. Je ne comprends pas, dans ce cas, votre acharnement à vouloir garder cette structure néfaste ? Qu’y a-t-il de si intéressant dans l’UE qui justifierait de suer sang et eau pendant des années, voir des dizaines d’années, pour arracher, éventuellement, quelques concessions allant dans le sens des population, alors qu’il est beaucoup plus simple et rapide de quitter cette structure pour recréer, sur des bases saines, une nouvelle union des peuples, telle que vous l’appelez de vos vœux ? 

          Vous avez pu constater d’ailleurs que Macron a passer son temps à se casser les dents pour « changer l’Europe » ? Et pourtant il s’agit là d’un personnage parfaitement en accords avec la doxa de l’UE. Comment comptez-vous effectuer, et faire accepter aux autres pays membres, des changements encore plus radicaux que ceux refusés à un européiste et ultra-libéral convaincu comme Macron ?

        • Ruut Ruut 9 octobre 13:54

          @Le421
          L’alignement par le bas en transformant la France en pays sous développés.
          Bilan actuel de l’UE en France :
          Hôpitaux sous financés, infrastructures sous financées etc..
          Concurrence déloyale au sein même de l’UE etc...
          Mais bien sur la défense EU c’est la France seule qui l’assume a ses frais et ne la refacture pas a l’UE.....

          Quand au libre échange de marchandises c’est dans les faits du bidon.
          Tente de commander des produits Français dans un autre pays de l’UE via amazone par exemple...-> restriction géographiques....
          Alors que tout le merde in china -> 0 restrictions.


        • Le421 Le421 9 octobre 15:45

          @Ruut

          Le défaut de l’Europe n’est pas dans son idée de départ, il est dans ce que les grands dirigeants en ont fait.

          Vous avez raté cette phrase, visiblement...

        • Legestr glaz Ar zen 9 octobre 16:05

          @Le421


          Tiens donc le 421, vous avez eu connaissance de « l’idée de départ » de l’Europe ? Sans blague ? 

          Et si vous nous en disiez quelques mots de cette « idée de départ » ? 

          Malheureusement, pour vous, cette « idée de départ » n’existe « que » dans votre esprit. Vous avez des hallucinations. Tout s’explique ! 

          Dans l’introduction à son livre-programme, Jean-Luc Mélenchon, en quatre lignes, en dit beaucoup sur sa compréhension du système européen et sur ses convictions : « l’Europe de nos rêves est morte. L’Union actuelle est seulement un marché unique et les peuples sont soumis à la dictature des banques et de la finance. (…) Notre indépendance d’action et la souveraineté de nos décisions ne doivent donc plus être abandonnées aux obsessions idéologiques de la Commission européenne ni à la superbe du gouvernement de grande coalition de la droite et du PS en Allemagne ».

          Ces quelques lignes méritent un commentaire tant elles expliquent les raisons des contorsions de Jean-Luc Mélenchon sur la question de l’Union européenne.

          D’abord, essayons de comprendre ce que signifie cette remarque étonnante : « L’Europe de nos rêves est morte ». Qui, un jour, a pu rêver à « l’Europe » ? Quand ? Pour quel contenu et pour quels buts ? Dans un texte programmatique, chaque mot possède un usage spécifique. Quel est le rôle de la formule « l’Europe de nos rêves » dans le discours mélenchonien ? Il s’agit tout simplement de donner un signal d’européisme à la fraction de la population (en fait l’électorat du PS que convoite Jean-Luc Mélenchon). Il faut montrer que Jean-Luc Mélenchon est un bon européen, qui était d’accord avec la construction européenne, mais qui la critique désormais (raisonnablement), précisément parce que celle-ci a trahi les idéaux initiaux, elle a trahi les « rêves ».

          Jean Luc Mélenchon veut montrer que la « construction » européenne a dévié de ses objectifs initiaux, qu’il faut la remettre sur les rails, et que l’on peut compter sur lui car il est resté fidèle aux « rêves » de l’origine. Il ne veut surtout pas entrer dans le débat sur la nature de l’Union européenne qui détruirait sa posture.


          A priori, vous suivez fidèlement votre chef de file sur ce terrain de « l’Europe de nos rêves » !


        • Trelawney Trelawney 8 octobre 16:46

          Nous avons besoin de conventions collectives, de droits universels dès le premier jour [de contrat] et de la fin des contrats à zéro heure pour créer la main d’œuvre capable de porter une nouvelle économie.

          Ce n’est pas la main d’oeuvre qui porte l’économie mais le contraire. Cette femme va l’apprendre à ses dépends après mars 2019.
          Cependant il faut se féliciter du départ de l’UE, d’un poids mort qu’est la Grande Bretagne. Espérons que des pays comme la Pologne, la Hongrie, la Roumanie suivront.

          • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 17:22

            @Trelawney
            Et l’économie, elle n’est portée par rien ? Hors sol ?


          • Trelawney Trelawney 8 octobre 17:45

            @V_Parlier
            L’économie c’est un tout et ce n’est ni porté par l’humain, ni par la société. C’est simplement un liant qui fait fonctionner les hommes et les sociétés.

            Vous avez des chambres de libres, vous les louez sur Airbnb, c’est de l’économie. Vous avez un travail et touchez un salaire c’est de l’économie. Vous vendez des bricoles sur Leboncoin, c’est de l’économie. Vous avez un contrat d’assurance vie pour vous faire une retraite complémentaire, c’est aussi de l’économie.
            Donc la somme de toutes les actions que les humains font constitue l’économie. Croire que l’on peut influer d’une manière ou d’une autre est un leurre.
            L’économie génère des volumes financiers qui peuvent accessoirement servir à fabriquer des choses. On nomme ceci des investissements. Dans ce cas précis la main d’oeuvre est considérée comme un investissement au même titre que les matériaux (produits) et matériels (machines) nécessaires à la fabrication.
            Exemple une société se crée et est financée par une banque (les premières années). Tout ce qui constitue l’investissement (mains d’oeuvre, matériaux, matériel) est porté par l’emprunt bancaire consenti pour mettre ne marche cette entreprise. Si ça foire, le salarié est licencié mais le temps qu’il a travaillé, il aura été payé par le crédit bancaire. 

            Cette femme comme tout travailliste pense à tort que c’est la valeur travail qui fait la richesses d’une société. Croire ceci ce n’est pas de l’économie, c’est de la politique
            Qu’est-ce qui porte le travail ? Certainement pas l’économie !

          • Alren Alren 8 octobre 18:12
            @Trelawney

            Vous confondez micro-économie et macro-économie.
            La macro-économie est pilotée par le pouvoir politique qui laisse ou non la finance, le « marché », décider du cap à suivre.

            Mais du fait que le véritable pouvoir c’est celui du travail et des travailleurs, le pouvoir politique peut reprendre les choses en main. Décider de taxes sur le capital et les profit excessifs,
            émettre un emprunt forcé, décider de l’impôt universel pour fait payer les Français de l’étranger, interdire les échanges financiers avec les paradis fiscaux etc.

            Si les Français ont l’intelligence de porter la France Insoumise au pouvoir, vous verrez comme ces mesures sont efficaces et permettent au peuple souverain de reprendre la main sur son destin.


          • Trelawney Trelawney 8 octobre 19:22

            @Alren

            La macro-économie est pilotée par le pouvoir politique qui laisse ou non la finance, le « marché », décider du cap à suivre.
            Le pouvoir politique n’a aucune influence sur l’économie. Si l’état veut imposer un cap pour son pays, il peut tout à fait le faire. Mais ce cap devra s’intégrer dans le système économique et chaque mesures mises en place aura automatiquement des répercutions sur l’évolution économique du dit pays, car c’est « la somme de toutes les individualités » qui donne le ton, et certainement pas les décisions de quelconques financiers. Le financier essaie de s’adapter à l’évolution du système, mais l’’économie fonctionne toujours contre la volonté des gens.

             


          • Le421 Le421 9 octobre 08:38

            @Trelawney

            mais l’’économie fonctionne toujours contre la volonté des gens.

            Parce que ceux-ci sont des moutons.
            Si on décide de boycotter les produits Danone, ça va moins rire.
            C’est d’ailleurs pour cela que cette forme de manifestation est totalement interdite !!


          • Trelawney Trelawney 9 octobre 12:12

            @Le421
            Si vous n’avez pas envie d’acheter du Danone, vous en avez parfaitement le droit puisque vos sous c’est vos sous.

            Maintenant, imaginez les conséquences qu’aurait un report collectif d’achats de disons 6 mois sur les grands achats (voitures, electro ménager, etc). L’économie française ne s’en relèverait pas. C’est une action individuelle qui perturbe l’économie du pays et cela sans qu’un quelconque pouvoir politique puisse y remédier.
            Ce qui prouve qu’aucun n’a la main mise sur l’économie

          • Ruut Ruut 9 octobre 14:00

            @Trelawney
            Non ne n’ai pas la possibilité d’acheter un OS Français ni du matériel informatique 100 % conçus et produit en France.

            Beaucoup de demandes ne sont pas pourvue a cause d’une offre limitée,inadaptée a nos besoins et mensongère sur son contenu.

            Sans parler que nos rares productions locales n’ont aucune visibilité.


          • Yaurrick Yaurrick 9 octobre 14:43

            @Ruut

            Vous n’avez pas la possibilité d’acheter du matériel informatique français parce que nous ne sommes pas capable de le produire à un cout abordable ; de même nous n’avons pas d’OS français parce que nous n’avons pas réussi à avoir d’entreprise telle Microsoft, Google ou Apple pour le développer.
            Et cela parce que nos choix législatifs et fiscaux freinent la création et le développement d’entreprises capables de répondre à ces besoins.

          • pemile pemile 9 octobre 14:53
            @Yaurrick "Et cela parce que nos choix législatifs et fiscaux freinent la création et le développement d’entreprises capables de répondre à ces besoins."

            Rhhooo, vous pensez vraiment que c’est LA cause du fait qu’il n’y est plus de matériel informatique et de système d’exploitation Français ??!! smiley

          • zzz'z zzz’z 9 octobre 15:09

            @Yaurrick

            C’est l’abandon du plan calcul par vge… Les amères loques ont tout racheté une misère après avoir laissé péricliter. VGE, architecte de l’Union Européenne, a confiné la destinée du pays dans un parc à schtroumphs.

            Comme ils doivent rigoler les strangers quand ils nous voient nous gargariser sur le couple schtroumpho-allemand ! Ou le SchtroumphsLand pays des droits de l’homme.

          • zzz'z zzz’z 9 octobre 15:27

            @zzz’z
            On devrait trouver le bonnet rouge, en Bretagne… La mascotte du Parc Astérix ?


          • Le421 Le421 9 octobre 15:47

            @Trelawney

            C’est ce que je dis.
            Le vrai pouvoir, ce sont les citoyens qui l’ont.
            Encore faudrait-il qu’ils s’entendent.
            Les politiques sont là pour que ce ne soit pas possible.
            Ils veillent au grain.
            Leur toute puissance vient de nos bisbilles !!

          • foufouille foufouille 9 octobre 16:48

            @Yaurrick

            "Et cela parce que nos choix législatifs et fiscaux freinent la création et le développement d’entreprises capables de répondre à ces besoins."
            mort de rire tellement tu es nul. c’est juste moins cher en chine et c’est tout. pour ce qui des os, il faut que ce soit une langue simple comme l’anglais. c’est aussi le premier qui invente qui impose son idée avec juste de la chance ou de l’escroquerie comme bill gates.


          • Yaurrick Yaurrick 9 octobre 17:21

            @foufouille

            Savez vous qu’Intel fabrique la plupart de ses puces hors de Chine (Irlande, USA, Israel) ?
            Que la fabrication d’un Iphone est l’assemblage d’éléments provenant de 28 pays dont l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud, le Royaume-Uni, les USA, l’Inde et la Chine ?

            Il faudrait selon vous qu’un OS soit dans une langue simple ? Vous savez qu’en France on étudie l’anglais depuis longtemps et que nos développeurs sont capables de coder en anglais ? 

            « Le premier qui impose son idée »... Des pionniers qui se sont cassés les dents, les exemples ne manquent pas.... les créateurs de CP/M qui existait avant DOS et qui n’ont pas été capable de prendre le virage du compatible PC. De même que Microsoft a complétement raté le secteur de la mobilité. Ou encore plus proche, Yahoo qui s’est fait largement dépasser Google .

          • foufouille foufouille 9 octobre 17:41

            @Yaurrick

            tout ce qui est fabriquer en chine est sans brevet car copier et recopier depuis longtemps.


          • pemile pemile 9 octobre 17:47
            @foufouille « pour ce qui des os, il faut que ce soit une langue simple comme l’anglais »

            L’OS, faut surtout qu’il cause la « langue » (le jeux d’instruction) du processeur sur lequel il doit tourner !

          • foufouille foufouille 9 octobre 18:01

            @pemile

            le code reste un langage simplifié comme go to ou run. de toute façon ce sont les ricains qui l’ont fait en premier. et à moins de recopier bêtement, il faut savoir lire la langue utilisée donc une langue à apprendre. le français est une des langues les plus difficile. et puis la machine à voyager dans les univers parallèle n’existant pas, il est inutile de chipoter pour savoir si oui ou non un langage informatique français aurait pu s’imposer.
            rien à voir non plus avec le libéralisme de yaurrick.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès