• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Pêche électrique : l’UE, c’est le pire de la jungle (...)

Pêche électrique : l’UE, c’est le pire de la jungle oligo-libérale

Dans les éléments de langage des euro-béats, la régulation de la globalisation est un point de passage obligé. Sans l’UE, nous ne pourrions pas résister ou avoir la moindre influence sur le monde. Habile, mais complètement faux. Dans la réalité, l’UE est un accélérateur de la globalisation, un moyen pour les lobbys de pousser plus encore leurs intérêts. Nouvel exemple avec la pêche électrique.

 

Ces « tasers qui transforment l’océan en désert »
 
Bien sûr, je ne suis pas un expert de ces questions. Mais, il me semble bien que depuis quelques années, l’humanité s’inquiète de la raréfaction des ressources maritimes du fait d’une pêche trop importante et de l’emploi de techniques excessives, qui ne permettent pas un renouvellement des stocks de poissons. En cause : les filets trop grands, aux mailles inappropriées, le chalutage profond (évoqué en 2013), le non respect des périodes de reproduction des espèces ou des zones protégées… Encore une fois, le laisser-faire produit des excès, d’autant plus inquiétants qu’ils se traduisent par une réduction des ressources naturelles, et que les conséquences pourraient être dramatiques.
 
Même sans beaucoup de connaissance sur le sujet, la pêche électrique semble bien être une pratique dangereuse. L’UE l’avait interdite en 1998 et même les Etats-Unis ou la Chine, pourtant peu regardants sur les conséquences environnementales à long terme des activités économiques, l’ont également interdite. Si Washington et Pékin ne l’autorisent pas, il y a fort à parier que cette pratique est extrêmement nocive et dangereuse. Sauf que l’Union Européenne semble vouloir devenir moins prudente que les deux autres grandes puissances mondiales, sans doute sous l’influence des lobbys de la pêche néerlandaise, dont plus d’un quart des bateaux sont déjà équipés de filets électriques  !
 
La commission de la pêche du parlement européen veut donc autoriser un seuil global de 5% de pêche électrique, sans la moindre limitation dans la mer du Nord, et la possibilité de lever toute restriction dans quatre ans. Des associations se sont manifestées contre ce projet, le directeur scientifique de Bloom affirmant que « la technique est très efficace, mais elle transforme l’océant en désert  », et évoquant des « brûlures, des ecchymoses et des déformations du squelette consécutives à l’électrocution  ». Le Monde avait publié mi-novembre une tribune cosignée par des scientifiques et des dirigeants politiques, dont Ségolène Royal, pour interdire définitivement cette pratique.
 
Les défenseurs de ce projet évoquent une réduction de la consommation de fuel. Même si cela n’est pas inintéressant, dans le contexte actuel, on aimerait une étude de l’impact sur la population de poissons… Et puis, globalement, l’UE semble beaucoup trop perméable aux intérêts du monde des affaires, qui semblent toujours passer avant tous les autres, et notamment le principe de précautions, comme lorsque Bruxelles avait autorisé l’utilisation de farines de porc pour nourrir les poissons. Cette même UE qui tarde tellement à légiférer sur les perturbateurs endocriniens, au sujet desquels Arte a fait un très bon reportage « Demain tous crétins », pointant leurs effets délétères sur l’homme.
 

 

Encore une fois, cette UE ne permet pas de maîtriser la globalisation, mais en est un accélérateur d’autant plus révoltant que les peuples européens voudraient au contraire plus de circonspection. Après les OGM, le retour des farines animales, le glyphosate ou le chalutage profond, l’UE veut ouvrir la voie à la pêche électrique. Pas pour l’intérêt général, mais quelques intérêts particuliers à courte vue.

Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 2 décembre 10:35

    Témoignage personnel, qu’on pourra trouver anecdotique.

    J’ai pratiqué la grande pêche, sur une marée de 15 jours et demi, sur un chalutier lorientais, en 1965.
    Nous pêchions sur des fonds de 500 à 800 m au nord de l’Irlande, à l’W de l’Ecosse.
    En 1965 la pêche arrière était une nouveauté, minoritaire. Notre Maine-Bretagne était un 41 m qui pêchait par le flanc tribord.
    A l’époque le sabre, bien que d’une chair succulente, ne se vendait pas : peau trop fragile, immédiatement trop abimée. Il était rejeté à la mer en grandes masses.
    Etaient visés les poissons chers : le merlu, et les rares cabillauds. Les rares poissons plats.
    Les dorades, les juliennes, et congres se vendaient trois à quatre fois moins cher, et les hommes faisaient la grimace quand c’étaient ça qu’ils voyaient dans la poche.

    On remontait aussi des boules de rocher, des requins bruns de fond, dit « cochons ». Rarement des flétans.

    Le ravage des fonds était évident, et nous étions plus d’une dizaine de chalutiers sur zone.
    Dans les années trente, les chalutiers étaient à voile, gréés en ketch. Ils ne pouvaient chaluter qu’au vent de travers. Certains de ces Brixham trawlers naviguent encore (en plaisance ou comme navires écoles). Ils ont rapporté le maximum de tonnage en 1934. Depuis, les réserves halieutiques n’ont cessé de décliner.

    Le gouvernement a envoyé des bretons chaluteurs en Guadeloupe. Le désastre : ils perdaient leurs chaluts dans les coraux. Puis il a envoyé un brusquais, avec son pointu. qui a vite découvert (1963) qu’il lui fallait un tramail trois fois moins long, et installer une glaciaire dans l’espace ainsi dégagé. Un artisan recopiait la construction du pointu, sans grand espoir de le vendre : construction bien trop chère pour les moyens des pêcheurs guadeloupéens.
     
    Pour l’essentiel, il s’agit d’une industrie sans espoir : ruinée par son efficacité même.

    • JC_Lavau JC_Lavau 2 décembre 11:10

      @JC_Lavau. Pour les cinéphiles, il y a un de ces chalutiers par le flanc dans le film « Le Crabe Tambour », c’est le Shamrock avec son oeil de jonque peint sur l’avant. C’était au moment du tournage une antiquité radoubée, mais il a continué de pêcher encore quelque temps. Les autres chalutiers aperçus dans le film sont tous en pêche arrière.


    • HELIOS HELIOS 2 décembre 12:41

      ... laisser trainer des chaluts ou quoi que ce soit sur le fond pour pécher coquillages, crustacés et poissons de fond est un veritable crime !


      En détruisant les nids de toutes ces bestioles on en fait disparaitre les espèces. de plus, les poissons de pleines eaux, contrairement a ce que veulent croire tous ces prédateurs, ne survivent pas et disparaissent lorsque le fond est mort lui-même.

      Ceci n’est pas un avis d’écologiste mais une position de bon sens.

      On a verifié tout cela en immergeant des structures de beton et d’aciers sur des plaines marines en mediterrannée pour empecher le chalutage et les simples filets qui soi-disant ne touchent jamais le fond (et qui remontent quand même des crustacés, comme c’est bizarre)...
      La faune marone a augménté de nouveau mais toutes les especes ne sont pas revenue et oh, surprise, les bancs de poisson ont eux aussi récupéré une partie importante de leur masse.

      Avec tout ce que l’on a à jeter pourquoi ne posons nous pas dans les zones a proteger ces structures puisque la reglementation est inefficace... les pecheurs prennent alors leur responsabilité : obeir a la loiu ou perdre leur materiel !!!

      • Philippe VERGNES 2 décembre 15:31

        @ Bonjour HELIOS,


        « La faune marine a augmenté de nouveau mais toutes les espèces ne sont pas revenue et oh, surprise, les bancs de poisson ont eux aussi récupéré une partie importante de leur masse. »

        Malheureusement... non !

        Les choses ne sont pas si simple et les politiques d’immersion de récifs en Méditerranée sont un échec. Sauf qu’il ne faut pas que ce soit dit !


      • HELIOS HELIOS 3 décembre 15:41

        @Philippe VERGNES


        Merci pour votre réponse, mais je ne suis pas d’accord.

        Ayant délégué des equipes pour le traitement de données (en Italie) je peux vous confirmer que non seulement la biomasse augmente considerablement, même si ce ne sont pas toujours les mêmes especes et les differentes experiences dans le monde ont permis d’optimiser les structures immergées pour plus d’efficacité.

        Il est certain que re-partir de rien est plus difficile et prends beaucoup plus de temps.
        Les zones aménagées lorsqu’elles n’avaient pas fait l’objet de destruction systematique ont des taux de biomasse « libre » au moins 2 fois plus importantes.

        Cela est du au fait que les environnements sont plus rapidement récupérés (il n’y a plus de chalutage) et comme vous devez le savoir, les especes qui occupent les structures, vivent egalement a l’exterieur de ces structures ce qui permets une dynamique de repeuplement a tous les etages (tous les niveaux de profondeur) dont evidement les pélagiques.

        Je ne suis pas competent dans ce domaine, mais je dois etre suffisament informé pour que mes equipes executent leurs missions dans les conditions qui conviennent.
        Avec le traitement des données italiennes et les contacts (et comparaisons) faites avec l’Espagne, le Japon, les US les aménagements mediterranéens sont efficaces. Certes, les choses sont plus complexes.... mais peu importe en fait les résultats, du moment qu’il y a résultat !!! Les poissons reviennent... tous.

      • Philippe VERGNES 3 décembre 19:08

        @ HELIOS,


        Pas de quoi... mais comme indiqué, mon point de désaccord porte sur le fait que puissiez dire : « la faune marine a augmenté de nouveau... »

        C’est là où je précise que les choses sont plus compliquées que ça. Les récifs artificiels fixent la faune et la flore en certaines zones, mais c’est une erreur que d’affirmer qu’en Méditerranée la « biomasse augmente considérablement », car ce que l’on observe surtout, c’est un déplacement et une fixation des espèces sur des habitats qu’ils leur sont dévolus. Il n’en va pas de même dans d’autre partie du globe. C’est là où je dis que nos dirigeants sont des imbéciles, car ils raisonnent par analogie. Or, le problème en Méditerranée est particulier.

        Ce n’est pas la surpêche où la surexploitation des ressources qui tue la Méditerranée (même si cela y contribue), c’est la pollution. Et que fait la pollution pour « exterminer » les biomasses de poissons ?

        Elle les stérilise, les rends de plus en plus incapables de se reproduire et de s’alimenter correctement tout en affaiblissant le système immunitaire des espèces les rendant ainsi plus vulnérables aux autres sources de stress hydriques : températures, salinités et acidités.

        Alors certes, en fixant la vie, les récifs artificiels ralentissent le processus, mais tout comme les AMP (aires marines protégées), elle ne le stoppe pas. Je dirais même plus : au contraire, toutes ces politiques ont tendances à cacher la réalité et l’ampleur du désastre en camouflant le problème sous un épais tapis de m.... (Mes sources d’informations sont infaillibles à ce sujet, mais « occultées » par l’Europe, les Etats et les collectivités. Au plus haut niveau, j’ai la preuve de la volonté de cacher les informations dont je dispose qui traduisent une tout autre réalité que celle que l’on nous sert dans les médias.)

        Par ailleurs, il y a des bouleversement hyper inquiétant dans la chaîne alimentaire de la Méditerranée nord occidentale que j’ai déjà signalé depuis plus de trois ans à qui de droit, mais absolument rien ne bouge. Au contraire, c’est sauve qui peut chez les élus : « nous ne sommes responsables de rien ».

        Voilà où nous en sommes actuellement en Méditerranée.

      • zygzornifle zygzornifle 2 décembre 13:06

        Haaaa la pèche électrique , on va amorcer le poisson avec du compteur linky ..... pauvres bêtes devenue meilleures conductrice de courant grâce au mercure et au plomb qu’elles ingèrent ....


        • Tom France Tom France 2 décembre 14:54

          La loi du fric à tout prix qui dirige ce monde le mène à sa perdition. Ce n’est pas tellement les 1% sur lequel il faut s’acharner mais plutôt sur le type de société dans laquelle nous vivons actuellement !


          • Philippe VERGNES 2 décembre 15:25

            @ Bonjour Laurent Herblay,


            Moi-même auteur d’un ouvrage qui dénonce les dérives de la politique commune de la pêche (PCP), j’ai dû chercher ailleurs le problème de fond qui préside aux décisions absurdes que prennent nos gouvernants en matière de gestion des ressources halieutiques (et de la biodiversité de façon générale). J’y consacre d’ailleurs deux chapitres dans mon livre qui met en perspective cette irrationalité avec la criminalité en col blanc, domaine d’étude que j’ai investigué au début des années 1990 constatant la « folie » des décisions qui étaient alors prises dans cette filière.

            Je peux vous certifier aujourd’hui que les résultats de cette politique sont catastrophique et bien pire encore que ce que l’on nous informe sans la presse aux ordres. Même les scientifiques sont sur ce sujet en retard d’une guerre. J’en connais depuis vingt-cinq ans qui me disent maintenant que j’avais raison lorsque je criais au fou à l’époque... trop tard.

            Cette pêche électrique est une absurdité de plus à mettre au profit de la PCP calquée sur le modèle productiviste de la PAC qui a motivé la construction européenne. En résumé, l’Europe s’est construite sur la destruction des ressources et des terres agricoles. C’est une véritable catastrophe.

            « La biodiversité de la Méditerranée occidentale vit aujourd’hui ses dernières heures dans un silence de cathédrale. Cette « apocalypse » annoncée à l’horizon 2030 par le rapport de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques enregistré à l’Assemblée nationale et au Sénat le 21 juin 2011 est d’ores et déjà un fait acquis pour certaines zones de cette mer antique, Mare Nostrum, berceau de notre civilisation.
            Seuls un effort titanesque et une forte prise de conscience de la part de la société civile pourraient encore sauver ce qui peut l’être. La raison imposerait de mettre en œuvre un plan d’urgence pour susciter cet élan salvateur, car nos dirigeants s’illusionnent autour de la Directive cadre « Stratégie pour le milieu marin » (DCSMM) et de son Plan d’action pour le milieu marin (PAMM) basés sur une évaluation initiale des eaux marines et un programme de surveillance qui éludent les principales observations attestant des plus importantes dégradations subies par cette mer.
            Ce qui signifie très clairement que les objectifs visés par cette directive ne seront jamais atteints à l’horizon 2020 comme initialement prévu par ce texte... ni même en 2050, tant le déni qui imprègne cette évaluation est patent pour les acteurs de la filière pêche méditerranéenne. Est-ce pour cette raison qu’ils ont été écartés des travaux ouvrant la voie aux futures décisions qui seront prises à leurs dépens ? »

            • Philippe VERGNES 2 décembre 18:38

              ... dans la presse aux ordres.


            • Le421 Le421 2 décembre 16:25

              L’idéal, quand même, ce serait d’avoir des ou un représentant national qui soit un peu moins maquillage et ronds de jambes et un peu plus ferme sur les prix.
              Problème.
              Dès qu’il y en a un qui montre un peu les crocs, on le traite d’agressif.
              Et surtout, on l’écarte !!
              Pays de tafioles...


              • RICAURET 2 décembre 22:42

                IL Y A UNE CATASTROPHE QUI VA SAUVER LES POISSONS
                LA RADIO ACTIVITÉ
                ILS DEVIENDRONT DANGEREUX POUR L’HOMME ET LES PÉCHEURS SERONT RUINES PERSONNE NE LES SAUVERA 
                CONTINUE A EXPLOITER A OUTRANCE VOUS SIGNEZ VOTRE ARRÊT DE MORT 

                PÉCHEURS VOUS AVEZ UN PETIT POIS DANS LA TÊTE


                • troletbuse troletbuse 2 décembre 23:37

                  @RICAURET
                  Oui mais au lieu d’acheter des ampoules LED, on s’achetera un kilo de poisson.


                • Croa Croa 3 décembre 09:41

                  À RICAURET
                  Ça ne sauvera rien du tout ! Crois-tu que ton poissonnier va te le dire que le poisson est contaminé ?


                • taketheeffinbus 4 décembre 12:50

                  @Croa
                  Crois tu qu’ils et nous, soyons assez stupides pour continuer de manger du poisson ?

                  Financer la pêche de nos jours, est un crime, détruire les océans c’est signer l’arrêt de mort de l’espèce humaines, et des autres.

                  Il en va de même pour la destruction des sols par les exploitants agricoles qui les stérilisent, tant pour la population d’insectes, que microbiologique.


                • Matlemat 3 décembre 07:32

                  @Tom France, le capitalisme mène le monde à la destruction, faut il une dictature écologique ? Dans le futur cela deviendra nécessaire quand les ravages seront évidents mais peut-être irréversibles ?


                  • Croa Croa 3 décembre 09:53

                    À Matlemat,
                    Pour avoir une petite chance de nous en sortir c’est de démocratie que nous avons besoin (de vraie démocratie). Le régime actuel est totalitaire même si officiellement c’est une « démocratie ». Et qui dirige vraiment ce système totalitaire ? - La dictature de l’argent ! C’est même elle grâce aux beaufs qui font toujours ce qu’on leur dit de faire que nous devons nous tasser le pantin Macron. Elle est si forte qu’elle peut même récupérer l’écologie à son profit : la trahison Hulot c’est aussi elle qui l’a voulu !


                  • JC_Lavau JC_Lavau 3 décembre 11:45

                    @Matlemat. Et comme les autres idiots utiles, tu t’imagines être le parfait homme de paille que l’oligarchie utilisera pour dissimuler sa dictature.


                  • arthes arthes 3 décembre 17:14

                    En 10 ans il y a 20% de poissonneries qui ont fermé en France.

                    Parfait.
                    Les gens vont faire leur courses à la grande distribution qui vend le poisson prix coutant , en gros au même prix d’achat que les poissonniers, lesquels ne peuvent pas se battre contre ce titan commercial .
                    Parfait
                    C’est idem pour toutes les petites filières...Qui disparaissent une à unes .Super.
                    Pour pourvoir la grande distribution, il faut énormément de poisson, quitte à le fiche à la poubelle, l’idée est de faire venir le chaland , de lui montrer profusion de produits dont il n’a pas besoin, de poissons multiples et variés, d’espèces rares et surpéchées : il s’en branle, car du moment que c’est sur l’étal, c’est rien qu’un cadavre et c’est pas lui qui est responsable hein ? et de lui faire acheter des tas de conneries par la suite en promo dans le magazin, , et ça marche., 

                    Alors, quant il n’y aura pas plus de petits commerces, vous verrez le prix du poisson augmenter vertigineusement dans les Leclercs , parce qu’il n’y aura plus le choix de l’acheter ailleurs et aussi il n’y en aura plus beaucoup de poissons à force de ratisser les mers et les océans sans vergognes.

                    Ce sont les mentalités qu’il faut changer, se poser des questions sur ses propres comportements et les changer si on veut faire pencher la balance du bon coté, et pas attendre un miracle de partis politiques.

                    Mais je n’y crois pas beaucoup, jamais les grands super marché n’ont autant prospéré et en période de fêtes cette années, les grands patrons du C40 vont se frotter les mains comme jamais !

                    • taketheeffinbus 4 décembre 13:08

                      @arthes

                      Sinon on peut aussi ne plus acheter de poisson. Si si si, c’est facile. Ne pas payer pour un poisson. Voilà.


                    • arthes arthes 4 décembre 15:03

                      @taketheeffinbus

                      On peut pas obliger les gens a etre vegetariens, mais on peut respecter l animal que l on mange, c etait un etre vivant, ses principes nutritifs sont une grace pour notre organisme, on ne le bouffe pas ; On le mange, on le deguste.
                      Il faut respecter les periodes de reproduction, manger ce dont on a besoin seulement, et mes poissons sur mon banc, je les decoupe toujours avec reconnaissance, et il n y a pas de gaspillage, question de gestion, car je ne veux pas qu une bete soit morte pour rien et se regarde comme un cadavre negligeable alors qu il etait beau et libre autrefois dans l element.
                      Respecter la vie, ce n est pas complique non ?


                    • Self con troll Self con troll 4 décembre 17:13

                      @arthes
                      Respecter la vie ... et vénérer la vive qui t’attend, là derrière, sous 10 cm d’eau, pour que j’aie enfin une raison de sucer la plante de tes petons


                    • arthes arthes 4 décembre 18:17

                      @Self con troll

                      Et pendant ce temps, je mangerai la vive, avec du citron, c’est une chair très très fine, le savais tu ? smiley

                    • Matlemat 4 décembre 07:58

                      @Croa, on voit bien que la démocratie ne fonctionne pas l’état.


                      • francois 4 décembre 09:32

                        @Matlemat
                        Démocratie : Etat dont le peuple est au service de l’élitocratie et dont le peuple à le droit de gueuler.


                      • Matlemat 4 décembre 08:00

                        @JC Lavau, votre cas est désespéré, j’évite de répondre aux pro nucléaire, ennemis de l’humanité de votre espèce.


                        • JC_Lavau JC_Lavau 4 décembre 09:38

                          @Matlemat. Et qui a intérêt à la guerre civile contre les français ? Guerre civile dont tu es un agent fanatique.

                          Qui finance et dirige la presse aux ordres ? Presse aux ordres qui façonne tes croyances afin de te rendre aussi agressif et assotté que possible. Niaiseux si tu préfères.

                          Ton maître à ne pas penser mais seulement haïr s’est vanté de rêver à se réincarner en virus mortel, « afin de tuer le plus de gens possible ». Le fondateur du WWF, très grosse fortune pétrolière.

                        • JC_Lavau JC_Lavau 4 décembre 09:41

                          @francois. Diffamation calomnieuse et délirante, le standard dans la secte. Abus signalé.


                        • Matlemat 4 décembre 16:39

                          @JC Lavau, prenez votre médicament et allez vous coucher.


                          • JC_Lavau JC_Lavau 4 décembre 18:29

                            @Matlemat. Secte pour secte, les témoins de géotruc sont exactement de ton avis :

                            « Tous les témoins gênants sont des malades mentaux ! » selon la WatchTower de juillet 2011.
                            http://www.telegraph.co.uk/news/religion/8791196/Police-inquiry-over-Jehovahs-Witness-magazine-mentally-diseased-article.html

                          • Matlemat 4 décembre 16:42

                            On viendra naturellement à prendre des mesures quand le portefeuille de l’oligarchie sera menacé à court terme mais il y aura des dommages irréversibles et l’on devra vivre avec.


                            • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 08:56

                              Les pécheurs ont débranchés gégène des testicules d’un pauvre bougre que l’on torturait pour électrocuter les poissons .....


                              • Homphilo 5 décembre 10:42

                                il faut comprendre que l europe c est du n importe quoi..notre plus grand danger c est l EUROPE avec tous ses commissaires vereux et accro a l argent...refusons l EUROPE EN BLOC comme nous l avons fait pour Maastrich mais en plus fort pour que l on ne contourne pas notre vote

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires