• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Royals & Trains
#43 des Tendances

Royals & Trains

Mots clés :: Belgique, Exposition, Trains

Si en France, il y a des présidents, en Belgique, ce sont des rois qui se sont succédés sur le trône du pays.

Ils ont tous été très intéressés par les trains.

Le 9 mai, je recevais une invitation pour la nouvelle exposition temporaire, intitulée "Royals & Trains" toujours à Train World à la gare de Schaerbeek.

Comme le roi Philippe était invité, il fallait une carte de presse que je ne possède pas et mon invitation a été utilisée le 5 juin après avoir présenté mon invitation à l'entrée.

Au commencement était le train

Au lendemain de l'indépendance de la Belgique, la jeune monarchie constitutionnelle était comparée à une pièce d'or qui symbolisait d'un côté par la colonne du Congrès et Léopold 1er à son sommet et de l'autre les libertés de se déplacer représentées par une locomotive à vapeur. 

Depuis la construction de la première ligne ferroviaire en 1835, les "Royals monarchiques" ont soutenu le réseau pour contribuer au développement économique du pays.

Le 5 mai 1835, curieux, les officiels et les voyageurs privilégiés se bousculent sur le quai de la gare de l’Allée verte pour voir le train "La Flèche".

La première ligne de chemin de fer publique va être inaugurée ce jour-là, en présence du roi Léopold 1er.

Le long du Canal de Bruxelles, devant une allée verdoyante, a été construite la gare de l’Allée verte. Une société fraichement fondée en 1832 par la fusion de plusieurs petites sociétés régionales exploitaient des lignes pour les Chemins de fer de l’État belge. La gare consiste en un simple petit bâtiment en bois dans lequel on vendait des billets aux voyageurs.

Sur le quai, trois trains tirés par des locomotives à vapeur s’apprêtent à parcourir les 20 km de cette première ligne reliant Bruxelles à Malines.

Le premier roi des Belges, voulant faire oublier la présence des Orange sur le territoire, croit fortement en l’introduction du train dans son pays. Il a également œuvré durant tout son règne à l’amélioration des voies de communication.

Le roi Léopold 1e, fier de cette nouvelle gare, n’est pas téméraire pour autant.

Pour des raisons de sécurité, il ne monte pas à bord, et assiste au départ de cette première locomotive "La Flèche", fabriquée en Grande-Bretagne par la société de Robert Stephenson.

La Flèche est suivie par la Stephenson et L’Éléphant.

La Rapide et L’Éclair arriveront au mois de juillet.

Le succès est tel, qu’au mois de décembre, la première locomotive fabriquée en Belgique appelée "La Belge" fait son apparition sur la ligne. Conçue dans les ateliers de John Cockerill à Seraing, elle devient la fierté belge, car elle atteint 60km/h. 

Dans la suite, rassuré, Léopold 1er a été le premier chef d'Etat à se déplacer en train.

Thèmes de l'exposition :

1. Des trains pour nos rois dont l'histoire commence en 1836 et dont les voitures, confiées à des constructeurs belges, deviennent de plus en plus grandes et confortables en relation avec la Compagnie Internationales des Wagons-Lits dirigées par Georges Nagelmackers.

2. Les inaugurations La première ligne de chemin de fer du continent européen du continent entre Bruxelles et Malines à inaugurée le 5 mai 1835. Le service de sécurité de Léopold 1er lui a déconseillé de prendre place à bord qui filait à la dangereuse vitesse de 50 km/h. Léopold II n'inaugure que les nouvelles infrastructures ainsi qu'aux gares rénovées tout en s'y intéressant. Le roi Albert fait réformer les Chemins de fer de l'Etat par l'exploitation de la SNCB. Depuis 1952, le roi Baudouin inaugure la Jonction Nord-Midi, la première connexion entre une capitale et un aéroport, Bruxelles-Central à Zaventem. En 1994, le roi Albert II inaugure la liaison Eurostar vers Londres et en 1997, la première ligne à grande vitesse en Thalys vers Paris. Le roi Philippe inaugure la gare d'Anvers restaurée et la gare de Liège-Guillemins 

3. Les gares et les salons royaux Pour faciliter les voyages en trains et la réception d'invités de marques, il y eu plusieurs projets de gares et de salons royaux. Sous Léopold 1er, le premier salon royal s'installe à la gare Bruxelles-Nord. Ensuite, ce seront ceux de Verviers, Liège, Spa, Bruxelles-Midi, Ostende qui organise les transports avec l'Angleterre.... Des haltes royales à Laeken, à Houyet sous Léopold II relient au château de Ciergnon, mais d'autres projets ambitieux restent inachevés. Mais ce n'est qu'à Bruxelles-Midi que subsiste des salons VIP gérés par un service protocolaire. 

4. Mariages et enterrements royaux Des mariages d'Etat aux funérailles sont célébrés dont les trains ont servi de trait d'union. Lors du mariage arrangé entre Léopold II et l'archiduchesse Marie-Henrienne d'Autriche de la prestigieuse famille Habsbourg, ainsi que le mariage de la princesse Charlotte avec Maximilien d'Autriche, un train spécial jusqu'en Autriche permet au public d'y assister. En 1900, Albert 1er se marie à Munich avec la princesse Elisabeth, duchesse de Bavière et reviennent ensemble à Bruxelles. Le roi Léopold III épouse Astrid au départ de Suède et gagne Bruxelles. La voix du commentateur au retour de Astrid après son accident mortel : (podcact).

5. Le petites princes et le train Tous les enfants royaux dessinent des trains. La conservation du train Märklin est assurée par le régent Charles. Des exercices de calcul des horaires de trains sont imposés au jeune Léopold III. En 1938, une réplique du train "Belge", première locomotive fabriquée en Belgique par Cockerill est offerte à Baudouin . 

6. Voyages à l'étranger et visites d'Etat. En 1836, première berline conçue pour son roi qui fait découvrir cette invention aux autres têtes couronnées. Ce n'est que bien après la Seconde Guerre mondiale que l'avion se substitue au train pour les destinations lointaines. Dans la fin des années 1970, les voyages d'Etat en train se raréfient.

Dans l'exposition

La Berline royale de 1901, les voitures restaurants de 1905 et de 1912, la voiture salon de 1939 et la voiture salle à manger de 1939. 

J'avais déjà écrit 4 billets des 4 expositions précédentes avec photos :

4. Exposition "Orient-Express"

3. Le train belge de Pékin à Hankou

2. L'homme qui aimait les trains

1. Le monde du train belg

Au programme de la journée du 25 juin : Le titre "Léopold 1er et le train, l'usage du train royal après 1945".

C'est donc toute la préhistoire du train qui va défiler.

Aujourd’hui, cette ligne de chemin de fer, exploitée par la SNCB, est connue comme la ligne 25. Elle mesure 47,6 km et est électrifiée depuis 1935.

La gare de Bruxelles-Allée-Vert a perdu son usage, préférée par la gare du Nord. La gare de Tour-et-Taxis et de Schaerbeek, seront fermées aux voyageurs en 1954 et démolie en 1958.

L'histoire ne retourne jamais en arrière.

Elle se tourne sur l'avenir et les télécommunications.

Tout va plus vite que le train.

Parfois elle devient moins glorieuse en réunissant les trois Mousquetaires actuels jusqu'en Ukraine à Kiev.

Un peu d'humour pour voir passer nos têtes couronnées par l'extérieur mais qu'elles n'entendront pas à l'intérieur...

Un peu d'humour s'impose pour voir passer nos têtes couronnées par l'extérieur mais qu'elles n'entendront pas à l'intérieur...

0.jpg

2.jpg

2.PNG



 

Alors, en voiture, cette fois, à la suite des rois et des reines et de leurs rêves en chemins de fer 

en cliquant ici...

 

Allusion

Documents joints à cet article

Royals & Trains Royals & Trains Royals & Trains Royals & Trains

Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 juin 15:12

    « Un train peut en cacher un autre » écrivait hier Rako.

    Là, je me suis dit que je pouvais le chercher cet autre.

    Et il fut « royal »  smiley.


    • zygzornifle zygzornifle 24 juin 11:18

      Le roi Léopold 1e, fier de cette nouvelle gare, n’est pas téméraire pour autant.

      Le canon Leopold allemand était l’arme la plus imposante, qui lançait des obus sur les troupes américaines à « Anzio Beach ». Le Léopold, soutenu par 24 roues de wagon, était monté sur des rails de chemin de fer, qui entraient et sortaient des tunnels de montagne.

      http://histoiresdunord3.blogspot.com/2017/02/le-canon-sur-rail-k5-leopold-de-calibre.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité