• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Démocratie : faut-il croire aux résultats des élections ?

Démocratie : faut-il croire aux résultats des élections ?

En revenant sur les révélations du très sérieux quotidien italien, le Corriere della Sera, on se pose une question fondamentale au sujet du sens à donner aux élections et à leurs résultats dans nos respectables démocraties. Le Colonel Kadhafi et ses proches auraient donc été victimes d’une « guerre de liquidation » destinée à faire disparaître des témoins gênants en rapport avec le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. On avait pourtant cru, de bonne foi, à la version officielle.

La guerre de Libye fut menée par les Occidentaux en vue de prévenir les massacres, voire un « génocide » contre les habitants de Bengazi. Et lorsqu’on s’efforçait de ne pas croire à la version officielle, on percevait derrière cette guerre des enjeux pétroliers. Il fallait voir beaucoup plus loin : le Guide libyen, et surtout son fils Saïf al-Islam, persuadés qu’ils étaient intouchables (vu les milliards de dollars qu’ils avaient amassés) risquaient de « balancer », avec des preuves indiscutables. Il fallait régler le problème[1] de main de maître. Puisque ces révélations aurait ruiné des tas de carrières en France, voire sur l’ensemble du Vieux Continent. Elles auraient, par-dessus tout, dévasté le moral des peuples attachés à la démocratie et à des « valeurs » millénaires. L’effondrement de tout un monde.

En tout cas, sur le plan du droit, un tel financement occulte, en partie reconnu par Claude Guéant (environ 5.000[2] euros, avait-il avoué, 50 millions selon l’hebdomadaire italien) constitue un motif d’annulation du scrutin présidentiel (article 50 de l’ordonnance du 07 novembre 1958[3]). Encore que le cadre juridique ne permet pas de tirer toutes les conséquences qu’une affaire de cette nature mérite, en commençant par le dédommagement des personnes lésées.

Des électeurs qui, de bonne foi, croient s’acquitter de leur devoir civique en votant dans le cadre d’une élection « démocratique », sont naturellement blessés en apprenant que des acteurs cachés (libyens) étaient à la manœuvre pour « dicter » l’issue du scrutin.

Quant à la candidate malheureuse, Ségolène Royal, on lui aurait préféré une autre vocation que la politique. Si elle avait pratiqué du vélo, elle serait, aujourd’hui, en train de se frotter les mains. En disqualifiant Lance Armstrong, les hautes instances du cyclisme vont devoir attribuer les trophées du septuple champion de France à ses concurrents venus juste en seconde position. Madame Royal, elle, a définitivement perdu sa chance d’accéder au Palais de l’Elysée, même si des enquêtes aboutissent un jour à la certitude que le vainqueur de 2007 avait « triché » dans cette compétition avec des valises libyennes. Il y a vraiment quelque chose d’injuste dans le sort réservé aux politiques qui font l’effort de la sincérité.

Pour revenir sur les aspects juridiques, on va peut-être trop vite, trop loin. On imagine difficilement des juges français se bousculer sur cette affaire des « valises libyennes ». Les « évènements » ont débouché sur une métamorphose de l’environnement politique et sécuritaire telle que le moindre commencement d’une action judiciaire semble voué à l’échec. Les preuves ont disparu, les témoins liquidés. Saïf al-Islam qui croyait détenir un moyen de chantage est à un cheveu de la mort. Les autres sont dispersés aux quatre coins de la planète où ils tiennent à rester « invisibles ». Et même si quelques « courageux » se prêtaient à un début d’instruction judiciaire, on se demande bien à quoi elle aboutirait.

Déjà, lorsque le juge constitutionnel, compétent en matière électorale, constate qu’il y a eu de graves irrégularités, par exemple, au sujet des comptes de campagne, il préfère « passer l’éponge ». L’ancien président du Conseil constitutionnel, Roland Dumas, a fait des aveux hallucinants selon lesquels les comptes de campagne des candidats Chirac et Balladur avaient été validés par la haute institution alors qu’ils comportaient des « dépassements » et des « recettes injustifiées ». Il avoue, de fait, que sur le plan du droit, l’élection présidentielle de 1995 aurait dû être annulée. La France aura donc vécu sept ans durant sous un mandat, celui du Président Chirac, qui n’avait pas lieu d’être. Mais il y a pire.

Le Conseil constitutionnel, garant du respect des lois qui régissent l’ensemble de notre vie nationale, aurait donc trahi la nation française en se prêtant à un « arrangement » qui aurait justifié la démission de l’ensemble de ses membres. Pourtant, personne ne démissionna. Et lorsqu’on croit tenir le pire, on n’est pas au bout de ses surprises.

En effet, pendant des années, la Françafrique a littéralement « acheté » la démocratie française. Nos élus de droite, de gauche et même d’extrême droite défilaient devant un « vieux chef d’Afrique » qui distribuait des valises. L’électeur français n’y a vu que du vent. Une vidéo à peine croyable a circulé sur le net avant de disparaître, comme par hasard. On croyait qu’il y avait d’irréductibles « racistes » parmi nos politiques et que les électeurs de la « France pour les Français » pouvaient légitimement espérer que quelqu’un incarnait leurs aspirations à l’occasion des scrutins successifs. On croyait également qu’il y avait des personnalités de gauche et des personnalités de droite.

Tous les électeurs se sont fait avoir, pendant des années, puisque « là-haut » tout le monde mangeait dans la gamelle,… ou plutôt dans la même calebasse concoctée par le « vieil ami africain » Omar Bongo.

Toutes ces élections méritaient d’être annulées et les élus, parvenus aux postes qu’ils avaient occupés, condamnés à de lourdes peines. Mais la justice n’a pas les moyens qu’elle mériterait d’avoir et les juges, qui croulent sous des montagnes de dossiers, mettent des années pour dénicher quelques indices. Il en faut autant pour amorcer la procédure et davantage pour aboutir à la moindre condamnation sachant qu’un appel sera interjeté et mettra d’autres années de procédure et que, même si les juges du second degré confirmaient le verdict initial, un pourvoi en cassation est systématiquement formé par les condamnés. Lorsque tout ceci sera fini, le concerné sera trop vieux pour aller en prison. A quoi ça servirait d’ailleurs de l’envoyer en prison où il risque de perdre la vie, ce qui ferait passer le juge d’application des peines pour un monstre qui enferme des grabataires ?

Mais personne, à ce moment-là, trente ou quarante ans plus tard, ne se demande à quel point cela est grave d’avoir truqué une élection et d’avoir abusé de la foi en la démocratie de l’électeur français. C’est encore pire de nos jours, semble-t-il.

Il parait que la plupart des élections dans nos respectables démocraties sont jouées d’avance. Sans qu’il ne soit besoin de prêter le flanc à l’abominable « théorie du complot », il y a des « choses » dont on peut aisément se rendre compte, rien qu’en observant.

Le Réseau Voltaire, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, a révélé que pour permettre à Nicolas Sarkozy de gagner l’élection de 2007, « tout » avait été entrepris pour affaiblir politiquement et médiatiquement ses adversaires les plus redoutables, de gauche comme de droite. On parle d’un certain Laurent Fabius. On y croit ou on n’y croit pas, mais il faut que quelqu’un trouve une explication rationnelle sur le fait que dans une démocratie tous les journaux, presque tous les jours, ont systématiquement consacré leur une à une personne, alors simplement ministre et réservé à ses adversaires le rôle d’idiots utiles. Et lorsqu’un certain 14 mai 2011, des individus se livrent à une « danse de joie » pour célébrer le sabordage réussi d’un illustre personnage engagé dans la course à l’Elysée ; et que le Procurer Cyrus Vance Jr préfère jeter l’éponge alors qu’il tenait là un magnifique trophée pour sa carrière, on est difficilement disposé à croire que les choses arrivent par hasard.

Plus globalement, lorsqu’on se rend dans un bureau de vote, il y a une question qu’on se pose systématiquement : pourquoi nous demande-t-on de choisir entre ces deux-là ? Il n’y a vraiment rien de mieux en France que Hollande-Sarkozy ? Rien de mieux aux Etats-Unis qu’Obama-Romney ? Pourquoi le peuple, sur la base des listes électorales, ne devrait pas avoir le droit d’établir la liste des candidats qu’il considère comme « valables » pour chacune des formations politiques ?

Une telle précaution permettrait, au moins, d’empêcher que de bons candidats passent à la trappe lors des « manœuvres d’appareil » qui représentent la première phase de l’« arnaque » dans laquelle les partis, et les lobbies qui grouillent dans leur sillage, entraînent les électeurs et, avec eux, toute notre démocratie.

Boniface MUSAVULI


[2] Difficile de croire que Kadhafi (plusieurs dizaines de milliards de dollars) n’a pu donner que 5.000 euros. Et même dans ce cas, il s’agirait d’un financement occulte d’un candidat à la présidentielle française par un Etat étranger, ce qui constitue un indiscutable motif d’annulation de son élection.

[3] Article 50 de l’ordonnance n° 58-1067 du 07 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel : « Dans le cas où le Conseil constitutionnel constate l'existence d'irrégularités dans le déroulement des opérations, il lui appartient d'apprécier si, eu égard à la nature et à la gravité de ces irrégularités, il y a lieu soit de maintenir lesdites opérations, soit de prononcer leur annulation totale ou partielle. »


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • curieux curieux 30 octobre 2012 08:57

    Rien à ajouter. Il faut faire élire le plus idiot et celui qui sera soumis à la politique de mondialisation. Et si c’est un truand, c’est encore mieux car on le tiens par les c...


    • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 16:06

      je confirme cette réaction .


    • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 16:22

      ça tombe bien , ils sont tous comme ça .....donc la démocratie c’est pas encore perdu ...on cherche ...on cherche !


    • gaijin gaijin 30 octobre 2012 10:06

      oui
      mais la corruption commence a l’échelle des communes ou l’ entrepreneur local est le cousin du maire et se poursuit a tout les échelons jusqu’aux états-mafias
       ( n’oublions pas a passage que les électeurs sont complices qui vont aller voter non pas dans ce qu’ils pensent être l’intérêt du pays mais dans leur intérêt individuel .......)

      ce qui reste ?
      des politiques clientélistes
      des élections qui se jouent sur des programmes mensongers
      des petites phrases, des effets de manche et de la com
      des médias qui ne sont que des caisses de résonances de ce grand n’importe quoi

      et des citoyens ravis d’aller participer a ce grand barnum en se disant que c’est quand même mieux que si c’était pire .....

      comment s’appelle un système politique que l’on ne peut pas changer ?


      • curieux curieux 30 octobre 2012 12:47

        Tu as raison. J’ai été élu en 2008 et j’étais adjoint. J’ai assez vite compris. Il suffit au maire d’être à chaque réception avec les petits fours et champagne avec le sénateur pourri du coin, le président du conseil départemental ou régional, pour que ces minables ne se sentent plus pisser. Ce qu’ils n’ont pu avoir par leur compétence, ils l’ont par la lèche. J’ai démissionné mais personne ne m’a suivi.


      • Croa Croa 30 octobre 2012 12:56

        C’est pire que ça ! Le système n’a pas besoin d’être corrompu pour être non démocratique car les bases même de la « démocratie » représentative sont pipés, bref ça fonctionne un peu comme une roulette au casino : C’est toujours la banque qui gagne !


      • Romain Desbois 30 octobre 2012 13:28

        Le problème n’est pas le système mais l’humain. Car c’est l’humain qui crée le système pas l’inverse !!!!!


      • foufouille foufouille 30 octobre 2012 13:42

        non
        ce sont les dirigeants qui font le systeme en manipulant les gens


      • Croa Croa 30 octobre 2012 15:38


        OK, si c’est pas le système il n’y a pas de réforme possible ; C’est Dieu qui a créé l’humain...

        C’est donc à Dieu que nous devons nous en remettre. smiley


      • foufouille foufouille 30 octobre 2012 15:54

        on peut quand meme se battre contre le systeme
        par contre, les ploutocrates c’est tous les memes


      • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 16:15

        voici un élément constituant .


         L’affaire des lingot fourrés c’est un peu comme le monstre du Loch Ness, en tout cas au niveau des particuliers : personne n’en a jamais vu ! », explique le professionnel.

      • Romain Desbois 30 octobre 2012 10:44

        Nous savons qu’en France , l’on fait voter les morts, l’on va dans les maisons de retraites ramasser les procurations (voir à Poissy, le judoka aux pièces aussi jaunes que sa pseudo « morale » de sportif).

        Nous savons que des élus payent les électeurs (Dassault condamné trois fois et réélu).

        Le rois des chiens n’est pas un chat.

        Nous avons les élus que l’on élit.


        • Traroth Traroth 30 octobre 2012 12:01

          Par contre, le roi des souris peut apparemment être un chat :



        • Le printemps arrive Le printemps arrive 30 octobre 2012 13:35

          « le roi des chiens n’est pas un chat » : il est toujours délicat de faire des analogies animales, en effet il est difficile de comparer le comportement animal et humain sans insulter les animaux !

          excellente journée à vous.


        • Croa Croa 30 octobre 2012 15:44

          et nous élisons les chefs que « la com » a déjà choisi !


        • Romain Desbois 30 octobre 2012 16:41

          « et nous élisons les chefs que »la com« a déjà choisi ! »

          Oui entre Artaud et LePen y avait du choix quand même.


        • nicolas_d nicolas_d 30 octobre 2012 20:14

          « Oui entre Artaud et LePen y avait du choix quand même. »
          Faut bien faire « style »


        • Soi même Soi même 30 octobre 2012 10:45

          Non, car les parties ont perverties le principe de la démocratie.
          Car quand ont voté pour un candidat,ce n’est plus pour un homme qui a une mission de l’intérêt national, il la troqué pour l’intérêt due son partie.
          .


          • Jimmy le Toucan 30 octobre 2012 10:48

            Rien à rajouter sauf pour :
            très sérieux quotidien italien, le Corriere della Sera, ahahaha

            http://www.tocqueville.it/ ou http://www.rischiocalcolato.it/
            si vous lisez l’italien et vous voulez vous informer sérieusement


            • julius 1ER 30 octobre 2012 10:48

              rien à dire, à l’ouest rien de nouveau !


              • Yvance77 30 octobre 2012 11:32

                Salut,

                Il y a un mais dans tout cela... la France n’est plus une démocratie, mais une dictature soft (pour combien de temps ?)

                Ceci explique cela donc.


                • Traroth Traroth 30 octobre 2012 12:00

                  Le système de partis fait que les plus corrompus, donc les plus utiles au fonctionnement du parti, arrivent au sommet et deviennent les personnalités en vue de la ce parti. Et donc les candidats aux élections les plus importantes. Ils occupent donc des postes éminents, députés, sénateurs, ministres, et finissent présidents, puis membres du conseil constitutionnel. Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark...


                  • logan 31 octobre 2012 07:34

                    Bien évidemment, tu es capable de nous expliquer en détail ce fameux système des partis que tu mets en cause et qu’est ce que tu mets en cause précisément ?


                  • Romain Desbois 31 octobre 2012 11:46

                    si ca vous interesse le programme de l’Union Pour le Bien-être et la Liberté


                  • Punkonfou Punkonfou 30 octobre 2012 12:05

                    Merci pour l’article !!
                    C’est clair que ça pue toutes ces histoires de politiques de financements d’assassinats de disparitions mais certains, encore, vont monter au créneau criant à la conspiration, au complotisme. Pourtant, et surtout, quand on suit les histoires depuis un petit moment de Karachi à Clearstream en passant par les frégates de Taïwan ou les histoires avec Omar Bongo ou encore les relations de la France avec le Qatar (pour qui nous sommes devenu un paradis fiscal soi dit ne passant) ou bien les repas du Siècle, Bérégovoy et j’en oublie..., on pourrait se demander pourquoi rien ne se passe pas de jugement ou si peu 2 ans pour Chirac pour les emplois fictifs( mais rien sur ces relations avec le mafieux japonnais qui lui gardait son fric au chaud avec quelques geisha ) et puis que pensé lors des dernières élections du faits que quasiment tous les présidentiables soient allés faire un p’tit discours à la Grande Loge Maçonnique ???? Faut qu’on m’explique là !!
                    Et puis pourquoi continuer sur la voie des réformes d’austérités lorsque la preuve de leurs inefficacités et de leurs méfaits sur le peuple sont vérifiés depuis des mois avec l’exemple de la Grèce et que pourtant d’autres exemples à travers le monde montrent que c’est en prenant des réformes au contraire émancipant le peuple....il faudrait peut être s’occuper de la corruption, du salaire et des primes des sénateurs et des députés, de leurs nombres, des conflits d’intérêts au sein d’organisme de protection publique, de la professionnalisation des politiques, des niches fiscales, des paradis fiscaux, du cumul des mandats, de la constitution française et européenne, reprendre la création de monnaie….


                    • Traroth Traroth 30 octobre 2012 12:10

                      La démocratie a un seul et unique problème : l’absence d’implication de la majorité des gens dans son fonctionnement. Le principe démocratique, c’est le gouvernement par le peuple, pour le peuple. Ce qui signifie que les citoyens ont le devoir de s’impliquer dans son fonctionnement. Là, la vaste majorité des citoyens (si on peut vraiment les nommer ainsi) ne s’informe pas ou peu, vote une fois toutes les quelques années, et pense que ça suffira pour tout aille bien. Si on regarde objectivement les faits, il n’est pas étonnant qu’on soit dans une situation catastrophique !


                      Le plus drôle dans l’histoire, ce sont les gens qui pensent qu’une révolution résoudra la question : sans l’implication des citoyens dans la vie politique, les mêmes causes produiront les mêmes conséquences, et un siècle après une hypothétique révolution, il y a fort à parier qu’on en sera à nouveau au même point !

                      Le fait est que la plupart la société n’a jamais tiré les conséquences du passage à la démocratie. De mémoire d’homme, avant 1789, les groupes humains ont toujours été dirigés par un chef, qui disait aux autres ce qu’ils devaient faire. La démocratie, dans son principe, casse ce modèle, et c’est à chacun de décider ce que le groupe doit faire. Il serait temps de cesser d’attendre qu’on nous dise quoi faire et de prendre notre destin collectif en main. Après tout, ça ne fait jamais que 2 siècles que nous sommes supposés le faire...

                      • Croa Croa 30 octobre 2012 13:11

                        « avant 1789, les groupes humains ont toujours été dirigés par un chef, »

                        Non, même pas ! Ce « chef », en l’occurrence le Roi, représentait un clan, les influences ne manquaient pas et c’était assez peu différent d’aujourd’hui en somme. En 1789 le peuple cru prendre le pouvoir alors qu’en réalité c’était seulement la haute bourgeoisie qui prenait la place de l’aristocratie.


                      • Le printemps arrive Le printemps arrive 30 octobre 2012 13:58

                        « les groupes humains ont toujours été dirigés par un chef, qui disait aux autres ce qu’ils devaient faire » : là vous allez sur un terrain glissant.
                        En effet, il y a eu et il y a encore des groupes humains (très peu nombreux) dont le chef dirigeait naturellement le groupe par ses aptitudes physiques et/ou intellectuels. Le travail (l’activité qui permet de se trouver à manger, d’être en sécurité physique et psychique) était partagé en fonction des aptitudes de chaque membre du groupe.
                        Ce chef ne se prenait pas pour un roi ayant tout pouvoir sur les autres, mais savait que sa vie dépendait aussi des autres et il les respectait tout autant qu’il était respecté.
                        Tant que l’humain ne voit pas ses semblables et la nature comme des adversaires, mais comme des partenaires, tout va bien.

                        Savez-vous que le discours principal autour de la notion de dominance chez les chiens vient de l’observation de loups en captivité ? Si cela n’est pas un beau biais...
                        Et bien, je pense que les théories sur le comportement des groupes humains sont tout autant biaisées.
                        De mauvaises fondations aboutissent à des constructions fragiles.

                        merci


                      • Traroth Traroth 30 octobre 2012 16:06

                        Bon, comme je n’ai apparemment pas été suffisamment clair, je reprends : avant la Révolution française, les gens ne s’envisageaient pas comme ayant un rôle à jouer dans les décisions politiques. La Révolution a créé l’illusion que ça avait changé, car la démocratie, dans son principe, c’est un gouvernement par le peuple. En monarchie, le souverain, c’est le roi, en démocratie, le souverain, c’est le peuple. Le problème, c’est qu’il est toujours plus évident que c’est faux : les gens attendent qu’on leur dise quoi faire aujourd’hui comme hier. Et tant que ça ne changera pas, on pourra bouger nos petits bras tant qu’on voudra, faire des révolutions, créer des partis, rien n’empêchera le système politique de dégénérer systématiquement vers une oligarchie sous une forme ou une autre.


                      • Soi même Soi même 30 octobre 2012 16:11

                        @ Traroth, en ce qui espère dans la révolution,ils ont une mauvaise mémoire comment la révolution ne peut que ce pervertir, après la phase idéaliste viens la phase des arrivistes opportunistes qui au moment où ils ont conquit le pouvoir, le transforme en pouvoir personnelle. Delà découle toute ces tyrannies révolutionnaires qui ne sont rien d’autre qu’une ultime dictature.

                         


                      • Traroth Traroth 30 octobre 2012 18:38

                        @Soi-même : je pense que c’est pire que ça. La passivité de la majorité fait qu’il y aura toujours quelqu’un pour accaparer le pouvoir. Pourquoi se priver si personne ne dit rien ? Les moutons ne demandent qu’à être mené et à continuer à bêler...


                      • nicolas_d nicolas_d 30 octobre 2012 20:31

                        @Traroth
                        Ecoutez ce que vous dit Croa...

                        Ce n’est pas un problème d’implication des gens, c’est un problème de constitution.
                        Les gens ne peuvent pas s’impliquer, car ce n’est pas une constitution « démocratique » comme vous semblez l’entendre à juste titre.
                        La révolution a accouché d’une oligarchie, savamment linguistiquement déguisée en « démocratie représentative » (oxymore).

                        C’est pour ça que ça « dégénère systématiquement vers une oligarchie », c’est que c’en est fondamentalement une.


                      • Traroth Traroth 30 octobre 2012 22:01

                        Non, vous n’écoutez pas ce que je dis. Le problème dépasse largement la constitution actuelle ou même la France. La démocratie n’existe nulle part et a été confisquée dès la Révolution, c’est ça que je vous dis. La constitution actuelle n’est qu’un cas d’espèce, et même une conséquence, déjà, de la passivité : je vous signale que la constitution de 1958 a été approuvée par référendum...


                      • nicolas_d nicolas_d 30 octobre 2012 23:42

                        « La démocratie n’existe nulle part et a été confisquée dès la Révolution, c’est ça que je vous dis »
                        Nous sommes d’accord.
                        Mais la passivité est la conséquence de ça. Vous ne pouvez pas dire que les gens étaient passifs au moment de la révolution. Ils se sont fait enfumé c’est tout.
                        Offrez aux gens la démocratie, vous verrez qu’ils se seront pas passifs.


                      • Romain Desbois 31 octobre 2012 08:53

                        c’est toujours cocasse de refaire l’histoire. sou sla révolution , il fallait choisir son camp et vite et sans ambiguïté. car votre vie en dépendait et beaucoup sont allé à l’échafaud comme plus tard on se faisait raser.
                        Les procès expéditifs quand il savaient lieu, tout le monde les connait !

                        Encore une fois le système c’est nous tous. si nous voulons le changer, qui nous en empêche ? Les autres ? Ils ne sont pas d’accord avec vous ? Mais c’est ça la démocratie ! la volonté du peuple, pas la vôtre ni la mienne !!!


                      • Traroth Traroth 31 octobre 2012 10:16

                        @nicolas_d : nous ne sommes pas d’accord. Si le peuple avait été conscient politiquement et impliqué, on n’aurait pas pu lui prendre le pouvoir. Le problème, c’est qu’après s’être dressé, le peuple finit toujours par se rasseoir...


                      • paul 30 octobre 2012 12:20

                        Quand on en est réduit à choisir un candidat pour chasser l’autre, c’est sûr que le système électoral n’est qu’une machine à reproduire les mêmes inégalités, les mêmes conflits d’intérêts .
                        Un système où les dés sont pipés grâce à la médiacratie inféodée à de généreux donateurs : Bouygues, Dassault, Bolloré, Lagardère ...

                        Le malfaisant qui a été viré en mai dernier, devrait être devant des juges aujourd’hui, s’il existait une Justice indépendante avec les moyens de faire son travail .
                        Quant au « célèbre personnage » dont la candidature aurait été sabordée en mai 2011, on ne peut même pas s’en réjouir puisque l’un de ses lieutenants l’a remplacé au pied levé, assisté du directeur de campagne du personnage . .

                        « La gauche a gagné les élections . La droite a gagné les élections .
                        Quand est ce que ce sera la gauche qui gagnera les élections ? » ( Coluche )

                         


                        • paul 30 octobre 2012 12:27

                          Il fallait écrire « Quand est ce que ce sera la France qui gagnera les élections »


                        • Romain Desbois 31 octobre 2012 11:41

                          si les français voulaient une justice indépendante, ils auraient voté Joly !!!!!


                        • miha 30 octobre 2012 12:22

                          Il faut bien comprendre que la démocratie ne se limite pas au seul droit de vote (d’autant plus que les électeurs sont manipulés de toutes les façons et c’est de plus en plus visible), c’est pourtant ce qu’on veut nous faire croire.

                          Une fois élus, les représentants doivent rendre des comptes aux citoyens tout au long de leur mandat (et même après) et c’est ce qui manque (en plus du manque d’informations non biaisées et exhaustives).

                          Le droit de vote n’est pas le SEUL critère d’une démocratie, ce n’est même pas le premier : le premier, c’est le contrôle par les citoyens de ceux qui les représentent (que ces derniers soient élus ou pas).


                          • MUSAVULI MUSAVULI 30 octobre 2012 14:18

                            « Il faut bien comprendre que la démocratie ne se limite pas au seul droit de vote ».
                            Absolument d’accord avec vous. La démocratie doit être quelque chose qui combine l’interactif (élu - citoyen) au quotidien et les rendez-vous électoraux pour « dépoussiérer » le lien de confiance (électeur - élu).


                          • Croa Croa 30 octobre 2012 15:51

                            Oui et c’est pourquoi les médias appartiennent tous à la haute bourgeoisie, laquelle détient l’essentiel du pouvoir.


                          • Montagnais Montagnais 30 octobre 2012 13:02
                            Bonjour l’Auteur, bien de mettre « démocratique » entre guillemets.

                            Evacuez les élections..vieilles lunes de la « révolution » bourgeoise.

                            • MUSAVULI MUSAVULI 30 octobre 2012 14:20

                              Je crois bien.


                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 octobre 2012 13:26

                              — début de citation —
                              Tous les électeurs se sont fait avoir, pendant des années, puisque « là-haut » tout le monde mangeait dans la gamelle,… ou plutôt dans la même calebasse concoctée par le « vieil ami africain » Omar Bongo.
                              — fin de citation —

                              Posez la question aux électeurs si on vit dans un état démocratique ?
                              La plupart répondra par OUI ! Savent t-ils encore ce que signifié le mot démocratie ?

                              Petit rappel :
                              Le mot démocratie vient de deux mots grecs : dêmos (le peuple) et kratos (le pouvoir).

                              Les fait d’organiser une élection ne suffit pas pour garantir d’obtenir un résultat démocratique.
                              On à que à regarder ce qui se passe actuellement aux états unis. Deux parties politiques (seulement deux parties !!!), les démocrates et les républicains, se battent pour faire élire leur futur Président.

                              La campagne d’Obama est financé en grande partie par
                              - L’Université de Californie
                              - Microsoft
                              - Google

                              puis la campagne de Romney est finance entre autres par
                              - Goldman Sachs
                              - Bank of Amerika
                              - Morgan Stanley

                              source

                              Voila ce qu’on appel « une élection démocratique » mais qui est en réalité une élection oligarchique !

                              Vous avez parlé d’une vidéo qui à disparue ...
                              Une autre vidéo diffusé sur ARTE peu avant l’élection présidentielle en France de cette année à aussi vite disparue mais je l’ai retrouvé ailleurs.

                              Sarkozy vu par la presse étrangère et qui à était diffusé sur Arte en Décembre 2011

                              http://www.youtube.com/watch?v=yIaKI_86Nbs

                              Il est triste que nous sommes « forcé » (pour luter contre la desinformation par les médias traditionnelles ou contre les non dits) de rédiger des articles sur Argoravox car la presse traditionnelle est de plus en plus verrouillée (contrôle par des oligarchies).


                              • bacchus bacchus 30 octobre 2012 13:59

                                d’accord avec l’article, d’accord avec les posts,
                                et en 2017 rebeloote, on aura le choix entre les 2 guignols habituel.
                                mais sinon, on peut faire quoi pour éviter cela ?

                                il faut déjà sensibiliser un max de gens, donc malheureusement c’est perdu d’avance.
                                La faute aux média ?

                                Peut etre que pour renverser ce systeme pourri, il faut commencer par sa propagande.
                                Exigeons des journalistes et medias qu’ils soient poursuivis s’ils ne suivent pas la chartre de Munich.
                                Par exemple.
                                avez vous d’autres propositions ?

                                 


                              • Sébastien A. 30 octobre 2012 14:13

                                Tout à fait d’accord avec l’article et avec votre commentaire.

                                N’oublions pas Rousseau (le plus grand penseur politique des Lumières) pour qui la « souveraineté ne peut être représentée », pas plus que la "volonté générale«  : »À l’instant qu’un peuple se donne des représentants, il n’est plus libre ; il n’est plus". 

                                L’analyse qu’il donne de l’Angleterre mérite qu’on s’y attarde : « Le peuple anglais pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement ; sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde. »

                                Méditons lArticle 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 (curieusement « oublié » par le Conseil Constitutionnel...) :"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."


                              • MUSAVULI MUSAVULI 30 octobre 2012 14:28

                                Rien à ajouter, Eau-de-Robinet.


                              • nicolas_d nicolas_d 30 octobre 2012 20:44

                                @bacchus
                                Le problème c’est que la justice va « s’enliser »... Tout comme le laisse entendre l’auteur à propos de la mise en justice de Sarko.

                                Et si c’était la Lybie qui faisait le procès en premier, pour assassinat ?


                              • bacchus bacchus 30 octobre 2012 13:59

                                d’accord avec l’article, d’accord avec les posts,
                                et en 2017 rebeloote, on aura le choix entre les 2 guignols habituel.
                                mais sinon, on peut faire quoi pour éviter cela ?

                                il faut déjà sensibiliser un max de gens, donc malheureusement c’est perdu d’avance.
                                La faute aux média ?

                                Peut etre que pour renverser ce systeme pourri, il faut commencer par sa propagande.
                                Exigeons des journalistes et medias qu’ils soient poursuivis s’ils ne suivent pas la chartre de Munich.
                                Par exemple.
                                avez vous d’autres propositions ?


                                • Romain Desbois 31 octobre 2012 20:10

                                  bacchus « on aura le choix entre les 2 guignols habituels »
                                  Bah non , savez vous , ils ont inventé un premier tour smiley


                                • gaijin gaijin 31 octobre 2012 20:21

                                  romain
                                  et qui abouti a quoi ?
                                  soit les deux en question soit a un plébiscite de l’un des deux ........
                                  c’est comme au casino vous pouvez faire ce que vous voulez c’est toujours le casino qui gagne

                                  ( sauf si vous n’allez pas jouer voyez vous ? )


                                • Romain Desbois 31 octobre 2012 21:05

                                  bah non les 10 millions d’abstentionnistes du premier tour pouvaient faire en sorte qu’au deuxième tour ce soit un choix différent.

                                  On a les élus que l’on élit. smiley


                                • gaijin gaijin 31 octobre 2012 21:11

                                  non
                                  toute présence d’un candidat des extrêmes aboutira a un 80 / 20 ou au mieux un 70/ 30
                                  ( les médias y veilleront )
                                  ou en cas de risque réel d’élection il y aura un accident ou on trouvera un petit garçon pour porter une plainte opportune ou autre ........
                                  on a les candidats qu’on mérite ça c’est sur
                                  mais uniquement parce qu’on accepte de jouer le jeu ........


                                • Croa Croa 1er novembre 2012 20:18

                                  « candidat des extrêmes » locution repère révélatrice du niveau d’imposture ambiant !

                                  Sarkozy de son coté n’était pas « extrême », juste assez « dynamique » pour nous la mettre bien profond, nous confisquer nos retraites et saigner la Libye !


                                • Romain Desbois 2 novembre 2012 07:11

                                  gaijin

                                  Mais ce n’est qu’une possibilité parmi d’autres combinaisons possibles.

                                  Voir le programme de l’UPBL

                                  « Ils l’ont fait parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible »


                                • King Al Batar King Al Batar 30 octobre 2012 14:03

                                  En fait, pour être dans la science fiction, ce qu’il faudrait c’est ne plus élir des hommes, mais seulement des idées.
                                  On voterai pour un programme et ensuite libre aux institutions de choisir le haut fonctionnaire le mieux qualifié pour l’application de tel ou tel structure, reforme ou politique.
                                  Le problème du pouvoir, c’est l’homme.
                                  L’homme n’est pas fait pour avoir le pouvoir, car a partir du moment ou il y a pouvoir, il y a abus de pouvoir... Que ce soit à l’echelle d’une entreprises (le ratio actionnaire, dirigeant, employé ressemble de plus en plus à de l’esclavage moderne), une association, les partis politiques, etc...
                                  Il faut arreter d’élir des hommes mais voter pour des idées.
                                  De la même manière il faut arreter de mettre aux mains d’hommes trop de pouvoir, ce qui leur donne les clés de la cité. Il faut diviser de manière horizontale le pouvoir, pour qu’il n’ait que des petits executants qui, individuellement, ne pourront pas servir leur propres interets, mais uniquement ceux pour de la mission qu’on leur a confié.

                                  Ceci est une utopie, mais cela me parait tellement plus humain...


                                  • MUSAVULI MUSAVULI 30 octobre 2012 14:40

                                    « Il faut diviser de manière horizontale le pouvoir, pour qu’il n’ait que des petits executants... ».
                                    Assez d’accord avec vous. Les dérives commencent lorsqu’une accumulation de pouvoirs (politique, économique, financier,...) se forme entre les mains d’une même personne ou d’un petit groupe d’individus.


                                  • Croa Croa 30 octobre 2012 16:02

                                    Pas encore suffisant !

                                    Le programme devrait être d’abord rédigé par le peuple lui-même ! (Sinon on le fera voter pour un long texte hermétique bien ficelé dont l’essentiel sera biaisé du genre des textes européens qui nous ont été proposés.)

                                    Les rédacteurs devraient être tirés au sort sur les listes électorales.


                                  • MUSAVULI MUSAVULI 30 octobre 2012 17:23

                                    « Les rédacteurs devraient être tirés au sort sur les listes électorales. »

                                    Je partage la même opinion. Je sais qu’il y a quelques filtres à mettre (compétence, refus des idées de haine, attachement à la démocratie,...). Les citoyens inscrits sur les listes électorales ne sont pas une base idéale, mais ils sont au moins représentatifs de quelque chose de fondamental : ils constituent un point de départ acceptable.

                                    Oui, je partage l’idée de Croa.


                                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 octobre 2012 21:08

                                    « Tous les chemins mènent à Rome »

                                    « Tous les chemins mènent à Étienne CHOUARD » (comment témoignent vos messages) qui se fait connaître par ses nombreuses conférences ... par exemple celles sur l’origine de la dette publique française ... mais aussi pour nous ramener sur le chemin de la démocratie. Il est fortement inspiré par la démocratie athénienne ... et l’élection par le tirage au sort ...

                                    La graine est semé... il s’agit de la rependre ...


                                  • nicolas_d nicolas_d 30 octobre 2012 21:09

                                    Encore plus loin :

                                    Les textes sont discutés et votés par tout ceux qui veulent.

                                    J’insiste sur le « ceux qui veulent », car un mec qui se retrouverait là sans aucune motivation, aptitude, ... (?) est la proie des lobbies. Ils seront une « pioche » pour l’oligarchie actuelle ou une autre.
                                    Si tout ceux qui ont quelque chose à revendiquer, à dire, à proposer a le pouvoir de le faire avec le même poids que n’importe qui c’est déjà pas mal.

                                    Selon Chouard, les « tirés au sort » ne sont que des représentants (des vrais, révocables, responsables, jugeables etc), ce ne sont pas eux qui parlementent et votent.


                                  • Romain Desbois 31 octobre 2012 08:56

                                    Pour cela, le Référendum d’Initiative Populaire serait bien plus démocratique que le tirage au sort.

                                    Le tirage au sort me fait penser à la phrase « le peuple vote mal, suppirmons le peuple »


                                  • Romain Desbois 31 octobre 2012 20:17

                                    Diviser le pouvoir de façon horizontale.

                                    Attention c’est ainsi que fonctionne la Chine et cela a développé des petits potentats locaux qui sont pires parfois que la tête du pouvoir.

                                    On risque de revenir aux seigneuries d’antan.

                                    Et d’ailleurs ca existe déjà . Dassault se conduit comme un petit seigneur.


                                  • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 16:19

                                    il est vrai ce qui est juste n’est pas aussi simple en soit ......à méditer alors !


                                    • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 16:27

                                      un joli mot *démocratie * hum.hum.




                                      • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 16:29

                                        pas si simple le bon sens !




                                        • Manu Manu 30 octobre 2012 19:17

                                          @ l’auteur et Traroth

                                          Effectivement, le peuple ne semble pas s’intéresser à la politique, dans son acception première, à savoir la gestion de la cité. Il serait si simple d’y voir un maque d’implication.

                                          Il ne faut pourtant pas oublier la puissance des médias de masse, ce n’est pas pour rien qu’Agoravox existe !

                                          Un simple exemple : l’auteur de l’article a réduit l’élection présidentielle passée à un choix subit par les électeurs. C’est oublier bien facilement le premier tour. C’est dire si les médias ont bien fait leur « travail » ! Et oui, il y avait d’autres choix possibles ! Reste à savoir pourquoi, alors que l’on entend souvent que ce sont toujours les mêmes au pouvoir, les électeurs choisissent justement ceux qu’ils ne voudraient pas y voir...


                                          • Romain Desbois 31 octobre 2012 08:57

                                            C’est tellement facile de dire que les autres sont manipulés par les médias. Et pas nous, pas vous ?

                                            Donc eux sont des cons et nous sommes « éclairés », plus intelligents que les autres ?


                                          • BOBW BOBW 31 octobre 2012 11:55

                                            Mais sans culpabiliser, au fait ne nous remettons nous pas en cause et ne nous posons nous pas de questions ??


                                          • médy... médy... 30 octobre 2012 20:48

                                            « Le Colonel Kadhafi et ses proches auraient donc été victimes d’une « guerre de liquidation » destinée à faire disparaître des témoins gênants en rapport avec le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. »

                                            Pas seulement, voir le discours de Kadhafi à la tribune e l’ONU le 23 septembre 2009.

                                            http://www.voltairenet.org/article165688.html

                                            "Par exemple, si la Libye attaque la France, l’Organisation des Nations Unies devra prendre des mesures répressives contre l’ennemi libyen car la France est un État indépendant et souverain, membre de l’Assemblée générale des Nations Unies.« (LOL)

                                            Plus sérieusement : »Comment procéder à la réforme de l’ONU si d’autres grandes puissances viennent nous imposer leur volonté ? La solution est donc l’instauration de la démocratie au sein du Congrès du monde qu’est l’Assemblée générale. Il faut confier le mandat du Conseil de sécurité à l’Assemblée générale, le Conseil devenant simplement un organe exécutif pour la mise en œuvre des décisions de l’Assemblée.« 

                                             »Comment pouvons-nous être satisfaits de la paix et de la sécurité mondiales lorsque le monde entier est contrôlé par seulement cinq pays ?« 

                                            Et surtout : »Le point sensible que je souhaite aborder est l’emplacement du Siège de l’Organisation des Nations Unies, le lieu où nous nous trouvons actuellement.« 

                                             »Au bout de 50 ans, le Siège devrait être transféré vers une autre partie du monde. Cinquante ans en Occident suffisent. Les 50 années suivantes, il devrait se trouver au centre du globe ou en Orient et ainsi de suite tous les 50 ans : à l’Est, à l’Ouest, au centre. Le Siège se trouve ici depuis 64 ans, soit 14 ans de plus que la période qu’il faudrait respecter. Il devrait être transféré.« 

                                             »Venons-en maintenant à la guerre du Canal de Suez en 1956. Ce dossier devrait être grand ouvert. Trois pays ayant un siège permanent au Conseil de sécurité et qui jouissent du droit de veto au Conseil de sécurité ont attaqué un État Membre de l’Assemblée générale. Un État souverain – l’Égypte – a été attaqué, son armée décimée, des milliers d’Égyptiens tués et de nombreuses villes égyptiennes détruites, tout cela parce que l’Égypte voulait nationaliser le Canal de Suez. Comment une telle chose a-t-elle pu arriver à l’ère de l’Organisation des Nations Unies et de sa Charte ?« 

                                             »Puis ce fut au tour du Panama d’être attaqué, alors qu’il s’agissait un État Membre indépendant de l’Assemblée générale. Quatre mille personnes ont été tuées, et le Président de ce pays a été arrêté et jeté en prison. Noriega devrait être relâché, nous devrions rouvrir ce dossier.« 

                                             »Ensuite, ce fut la guerre à Grenade. Ce pays a été envahi alors qu’il était un État Membre. Il a été attaqué par 5 000 navires de guerre, 7 000 soldats et des dizaines d’avions militaires, or c’est le plus petit pays du monde. Cela s’est produit après la création de l’ONU et du Conseil de sécurité et de son veto. Et le Président grenadien, M. Maurice Bishop, a été assassiné. Comment cela a-t-il pu se produire en toute impunité ?« 

                                             »Nous devons jeter un coup d’œil sur les bombardements en Somalie, et ouvrir une enquête. La Somalie est un État Membre de l’ONU et un pays indépendant, dirigé par M. Aidid. Nous exigeons une enquête. Pourquoi cela est-il arrivé ? Qui a permis que cela arrive ? Qui a donné le feu vert pour que ce pays soit attaqué ?« 

                                             »Pourquoi l’Iraq a-t-il été envahi ? L’invasion elle-même était une grave violation de la Charte des Nations Unies, et c’était en outre une erreur. Il y a aussi eu un massacre total ou un génocide. Plus de 1,5 million d’Iraquiens ont été tués. Nous voulons que la Cour pénale internationale (CPI) soit saisi du dossier iraquien, et que ceux qui ont commis des meurtres de masse contre le peuple iraquien soient jugés.« 

                                             »Les terroristes qui ont frappé la ville de New York étaient-ils taliban ? Venaient-ils d’Afghanistan ? Ils n’étaient ni l’un, ni l’autre. Pour quelle raison a-t-on donc déclenché la guerre en Iraq et en Afghanistan ?« 

                                             »Les avions qui ont attaqué New York ont-ils décollé d’Afghanistan ou d’Iraq ? Non, ils ont décollé d’aéroports américains. Pourquoi donc s’en prendre à l’Afghanistan ? Les terroristes n’étaient pas afghans, ni talibans, ni iraquiens.« 

                                             »Qui a tué Patrice Lumumba, et pourquoi ? Nous voulons simplement que cela figure dans les annales de l’histoire africaine. Nous voulons savoir comment un dirigeant africain, un libérateur, a pu être assassiné ? Qui l’a tué ? Nous voulons que nos fils puissent lire l’histoire de l’assassinat de Patrice Lumumba, le héros de la lutte pour la libération du Congo. Nous voulons connaître les faits, même 50 ans plus tard. C’est l’un des dossiers que nous devons rouvrir.

                                            Qui a tué le Secrétaire général Hammarskjöld ? Qui a tiré sur son avion en 1961 et pourquoi ?

                                            Il y a également l’assassinat du Président des États-Unis Kennedy en 1963. Nous voulons savoir qui l’a tué et pourquoi. Quelqu’un du nom de Lee Harvey Oswald, qui a ensuite été tué par un certain Jack Ruby. Pourquoi l’a-t-il tué ? Jack Ruby, un Israélien, a tué Lee Harvey Oswald, qui a tué Kennedy. Pourquoi cet Israélien a-t-il tué l’assassin de Kennedy ? Puis Jack Ruby, l’assassin de l’assassin de Kennedy, est mort dans des circonstances mystérieuses avant d’avoir pu être jugé. Nous devons ouvrir ces dossiers. Le monde entier sait que Kennedy voulait enquêter sur le réacteur nucléaire israélien Dimona. Cette affaire concerne la paix et la sécurité internationales ainsi que la question des armes de destruction massive. C’est pourquoi nous devons ouvrir ce dossier."

                                            Au moins, ça a été dit...


                                            • MUSAVULI MUSAVULI 30 octobre 2012 22:20

                                              Bonjour Medy !


                                              Au moins, pour Patrice Lumumba, les choses se sont clarifiées. Il a été tué, découpé en morceaux et dissous dans un fût d’acide par un groupe de soldats belges présentés comme des « mercenaires », tellement le crime est impossible à assumer. Même ses pires ennemis comme Mobutu ou les Katangais ont refusé d’avoir le sang de leur « ennemi de frère » sur les mains. Alors les « Blancs » ont fait le boulot de leurs « propres mains ». Ils l’ont non seulement tué, mais se sont surtout acharné sur son cadavre et celui de ses compagnons de lutte en les découpant et en les faisant disparaître. Pour faire une chose pareille, il faut avoir quelque chose de monstrueux dans sa personnalité. 

                                              Lumumba a été tué parce que les richesses minières du Congo ne devaient surtout pas passer sous le contrôle du peuple congolais, ce qui est le cas jusqu’à ce jour. Le Congo est potentiellement le pays le plus riche d’Afrique mais figure à la toute dernière place du classement mondial de la pauvreté. Pour une raison simple : sa richesse est pillée à ciel ouvert et son peuple massacré dès qu’il ose poser des questions. 

                                              Pour le reste, j’ai personnellement compris deux choses fondamentales de l’assassinat de Lumumba et de l’interminable massacre que subit le peuple congolais (6 millions de morts) :
                                              - la première est que face à un risque sur « leurs intérêts » économiques, les Occidentaux sont pires que tout ce que la nature a pu créer. Assassinats, guerres, massacres, génocide,... ils ont une capacité à se figer dans l’indifférence rarement observable chez les autres individus à travers le monde.
                                              - la deuxième est qu’il ne faut pas les entraîner dans un affrontement de nature militaire. Ils ont accumulé une telle puissance de feu qu’une armée de taille moyenne comme l’armée française peut balayer toutes les armées d’Afrique sans mettre un seul soldat au sol. Bombardements aérien, missiles tirés des sous-marins, porte-avions, drones, tirs guidés par systèmes satellitaires,..). Mouammar Kadhafi qui disposait de l’une des armées le mieux équipées du Continent noir, a été balayé sans avoir réussi à abattre un seul avion de combat français. C’est dire à quel point l’écart est « irrattrapable » en matière de technologie militaire. 

                                              Une guerre contre « ces gens-là », est un suicide collectif. Il y a, en revanche, moyen de leur arracher beaucoup de choses tout en préservant la vie de son peuple. Les anciennes colonies britanniques en Afrique se sont globalement séparés de leurs colons sans trop de casse. Un pays comme le Sénégal a une image très enviable en Afrique tellement il a réussi à affermir la culture démocratique et à s’afficher aux yeux des Occidentaux comme une nation qu’il ne faut pas déstabiliser. Et personne, en Occident, n’envisage de déstabiliser le Sénégal, ce qui n’est pas le cas d’autres pays comme le Congo. Je crois que tous les dirigeants africains, dans la lutte pour les intérêts de leurs peuples, devraient s’inspirer du génie sénégalais : souffler le chaud et le froid. Puisqu’un affrontement brutal produit des martyrs mais fait perdre des dirigeants éclairés dont nos peuples ont cruellement besoin.

                                            • charlyposte charlyposte 30 octobre 2012 22:29

                                              Le point de vision est très bien .


                                              Que la population de Jaramana rejette en bloc les soi-disant révolution est une réalité prouvée et démontrée. Donc, les révolutionnaires démocrates vengent sur sa population civile et détruisent ses infrastructures.

                                            • médy... médy... 1er novembre 2012 11:58

                                              Ce que j’ai voulu dire est que Kadhafi était devenu gênant pour les U.S. de part son action à la tête de l’U.A. et aussi pour les avoir vilipendé longuement dans ce discours à l’U.N.

                                              Merci pour votre analyse ! Pourriez-vous expliquer plus loin sur la différence qui réside entre le Congo et le Sénégal, au delà de la richesse minière, je ne suis pas spécialiste des Afriques.

                                              Il est dit dans le très bon documentaire « Power principle - Empire » au sujet de l’épisode Lumumba :

                                              « Suite à sa volonté de nationaliser les ressources minières du Congo, les Belges, sous l’auspice des Nations Unies, insistèrent pour qu’une forte présence militaire soit retenue dans le pays. Lumumba voyagea aux Etats-Unis pour demander de l’aide. »C’est avec un grand plaisir, que je me trouve aujourd’hui aux Etats-Unis, pays de démocratie et de liberté« Ses demandes furent rejetées. Repoussé par une super-puissance, il se tourna alors vers l’autre. Les soviets donnèrent seulement une aide symbolique. Mais l’acte de défi de Lumumba fut suffisant pour signer son arrêt de mort. Après l’Afrique du Sud, le Congo avait la plus nombreuse classe laborieuse de l’Afrique sub-saharienne. Si le Congo arrivait à obtenir l’indépendance, cela poserait une menace directe aux intérêts commerciaux de l’Occident à travers le Continent noir.
                                              Eisenhower : »les Etats-Unis déplorent l’action unilatérale de l’URSS par sa fourniture d’avions et de matériel militaire au Congo. Cette action semble être uniquement motivée par les visées politiques de l’URSS en Afrique. Je dois répéter que les Etats-Unis prennent très au sérieux cette initiative de l’URSS. « 

                                              (petite musique africaine triste)

                                              - En 2001, le contenu d’une réunion secrète du National Security Coucil fut révélé au public. Pendant la séance, le président Eisenhower dit à Allen Dulles, le chef de la C.I.A., que Lumuba devait être éliminé. -

                                               »A peu près au même moment de cette déclaration d’Eisenhower apparaissait dans les colonnes du New York Times des portraits de Lumuba le décrivant comme un Communiste et un larbin de l’URSS. On publia aussi une déclaration frauduleuse, disant que Lumuba avait reçu 200.000$ du Parti Communiste belge, et sans aucune ironie, que le premier président démocratiquement élu du Congo était en fait un dictateur. Le plan d’assassinat de la C.I.A. débuta lorsque Sydney Gottlieb, alors chef du département psycho-chimique de l’agence pour les expériences de contrôle mental, transféra une fiole de poison au Congo dans une valise diplomatique. Le complot fut néanmoins abandonné, en faveur d’un meurtre perpétré par les Belges, en collaboration avec les officiels militaires Congolais. Après avoir été destitués par un coup d’Etat, Lumumba et deux de ses associés .... ... ............"

                                              Voilà ma modeste contribution.


                                            • MUSAVULI MUSAVULI 1er novembre 2012 17:14

                                              Cet assassinat fut un acte absolument irresponsable. Le peuple congolais ne s’en est jamais remis, et on se demande d’ailleurs comment il pourrait s’en remettre dans un avenir prévisible. Aujourd’hui, le Congo a une classe politique sans doute parmi les plus « bêtes » du monde. Pire, le pays ne dispose pas de structures permettant de produire des élites politiques comme sciences-po, Cambridge, Harvard,... ni d’organisations politiques assez structurés pour permettre le germe d’une conscience visionnaire. Tout le monde se morfond dans la corruption, la quête d’un enrichissement personnel, l’ascension immédiate,... Le 17 janvier 1961, les Belges n’ont pas seulement tué un homme, ils ont tué tout un peuple. Car, dans l’histoire de chaque nation, il y a des personnages particuliers et irremplaçables comme Lumumba, que je qualifie d’<homme-clé> ou <homme-passerelle>. Il ne faut surtout pas les tuer à ce moment-là. Pensez à ce qui serait arrivé au peuple américain si les Anglais avaient réussi à tuer les pères fondateurs comme George Washington et Benjamin Franklin. Pensez à ce que serait la Chine si Mao-Tsé-Tung avait été assassiné à cette époque où la Chine avait tellement besoin de lui. Pensez à ce que serait l’Afrique du Sud si les Boers avaient décidé d’assassiner Nelson Mandela. A l’inde si les Britanniques avaient éliminé Gandhi. A la France si les Nazis avait réussi à attenter à la vie du Général de Gaulle... Il y a ainsi des hommes dont la mort entraîne l’effondrement des aspirations de toute une nation et, avec elles, la ruine complète de sa dignité.


                                            • tf1Goupie 30 octobre 2012 21:02

                                              Parait que Kadhafi « aurait » été une femme.

                                              C’est dingue ce qu’on peut faire avec le conditionnel, j’adore ce truc.


                                              • Lea Andersteen Lea Andersteen 31 octobre 2012 17:55

                                                La cause de la dérive du systeme du gouvernement représentatif (qui est l’exact opposé de la démocratie, d’ailleurs, vu que ce n’est pas le peuple qui exerce le pouvoir mais ses représentants), c’est le système électif qui favorise par construction la corruption. Ce n’est pas nos politiciens qui sont corrompus, c’est la conception première du système qui, pour être élus, les poussent au crime.

                                                Et tout les humains craqueraient. Vous, moi, dans la situation de pouvoir...

                                                Par contre, si l’on veut trouver la Cause Première, c’est notre désintéressement quand au processus constituant : nous l’abandonnons partout dans le monde à ceux qui doivent craindre la Constitution : les politiciens professionnels, les barons de l’industrie..

                                                PS :

                                                Abbé Sieyes : « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. » (Discours du 7 septembre 1789)[


                                                • Romain Desbois 31 octobre 2012 20:32

                                                  Non la démocratie c’est le pouvoir de décision du peuple. Or le peuple a décidé ce système représentatif et personne ne l’empêche d’en changer.

                                                  C’est toujours le peuple qui choisit , même la corde pour le pendre.


                                                • Roche 1er novembre 2012 08:43

                                                  le peuple est souverain en théorie et en pratique, nous votons.

                                                  mais ils veulent le pouvoir sans gouverner, çà aussi c’est de la pratique.
                                                  nous avons donc une « idée » de la démocratie, et les gogols qui veulent le pouvoir nous sont imposés, sans quoi, on serait tous président au moins une fois dans nos vies merdiques.
                                                  je ne vois pas pourquoi le vote serait obligatoirement motivé par une triangulaire via les extrêmes, c’est donc du chantage. Soit on vote (un coup à gauche, un coup à droite), sans quoi, l’abstention peut nous coûter... çà fait des décennies que çà dure, Entre fachos ou escrocs, (l’un dans l’autre d’ailleurs on pourrait même approfondir la question), c’est sur que le choix est vite fait !

                                                • curieux curieux 1er novembre 2012 08:45

                                                  C’est toujours le peuple qui choisit , même la corde pour le pendre.
                                                  Oui, même en 2005 ??


                                                • Romain Desbois 2 novembre 2012 23:58

                                                  Le TCE n’est pas passé en 2005 que je sache. Si le traité de Lisbonne est passé , il faudrait peut-être demander des compte à ceux qui ont voté Sarkozy en 2007 ou qui se sont abstenu.
                                                  Car il l’avait dit qu’il repasserait le plat .

                                                  Et on lui a donné une très large majorité en plus.

                                                  La cause des causes comme dirait Etienne Chouard.


                                                • curieux curieux 4 novembre 2012 00:43

                                                  à Desbois
                                                  Aujourd’hui, il y a du nouveau. Pensez vous que Hollande aurait fait autre chose que Sarkozy ? On a bien vu que ce salaud a extradé une française vers un pays étranger en se servant d’une loi de l’Europe. Sarkozy avait essayé, Hollande l’a fait.


                                                • médy... médy... 1er novembre 2012 12:24

                                                  MUSAVULI ,

                                                  ce que j’ai voulu dire est que Kadhafi était devenu gênant pour les U.S. de part son action à la tête de l’U.A. et aussi pour les avoir vilipendé longuement dans ce discours à l’U.N.

                                                  Merci pour votre analyse ! Pourriez-vous expliquer plus loin sur la différence qui réside entre le Congo et le Sénégal, au delà de la richesse minière, je ne suis pas spécialiste des Afriques.

                                                  Il est dit dans le très bon documentaire « Power principle - Empire » au sujet de l’épisode Lumumba :

                                                  " Suite à sa volonté de nationaliser les ressources minières du Congo, les Belges, sous l’auspice des Nations Unies, insistèrent pour qu’une forte présence militaire soit retenue dans le pays. Lumumba voyagea aux Etats-Unis pour demander de l’aide. "C’est avec un grand plaisir, que je me trouve aujourd’hui aux Etats-Unis, pays de démocratie et de liberté" Ses demandes furent rejetées. Repoussé par une super-puissance, il se tourna alors vers l’autre. Les soviets donnèrent seulement une aide symbolique. Mais l’acte de défi de Lumumba fut suffisant pour signer son arrêt de mort. Après l’Afrique du Sud, le Congo avait la plus nombreuse classe laborieuse de l’Afrique sub-saharienne. Si le Congo arrivait à obtenir l’indépendance, cela poserait une menace directe aux intérêts commerciaux de l’Occident à travers le Continent noir.
                                                  Eisenhower : "les Etats-Unis déplorent l’action unilatérale de l’URSS par sa fourniture d’avions et de matériel militaire au Congo. Cette action semble être uniquement motivée par les visées politiques de l’URSS en Afrique. Je dois répéter que les Etats-Unis prennent très au sérieux cette initiative de l’URSS. "

                                                  (petite musique africaine triste)


                                                  - En 2001, le contenu d’une réunion secrète du National Security Coucil fut révélé au public. Pendant la séance, le président Eisenhower dit à Allen Dulles, le chef de la C.I.A., que Lumumba devait être éliminé. -

                                                  "A peu près au même moment de cette déclaration d’Eisenhower apparaissait dans les colonnes du New York Times des portraits de Lumumba le décrivant comme un Communiste et un larbin de l’URSS. On publia aussi une déclaration frauduleuse, disant que Lumumba avait reçu 200.000$ du Parti Communiste belge, et sans aucune ironie, que le premier président démocratiquement élu du Congo était en fait un dictateur. Le plan d’assassinat de la C.I.A. débuta lorsque Sydney Gottlieb, alors chef du département psycho-chimique de l’agence pour les expériences de contrôle mental, transféra une fiole de poison au Congo dans une valise diplomatique. Le complot fut néanmoins abandonné, en faveur d’un meurtre perpétré par les Belges, en collaboration avec les officiels militaires Congolais. Après avoir été destitués par un coup d’Etat, Lumumba et deux de ses associés .... ... ............"


                                                  • MUSAVULI MUSAVULI 1er novembre 2012 18:08

                                                    Il y a beaucoup de différences entre le Sénégal et le Congo. Sur le plan géologique, le Sénégal ne dispose pas de beaucoup de ressources minières et, de ce fait, n’attire pas autant de « prédateurs » que le Congo. Sur le plan humain, un Sénégalais a quelque chose de différent du Congolais. Le Sénégalais a acquis une certaine maturité politique et se prête plus facilement au compromis qu’un Congolais. Mais il ne faut pas accabler le Congolais. Un compromis entre Sénégalais se concrétise alors que les Congolais qui acceptent les compromis finissent déçus. Toutes les promesses faites aux Congolais, dont celle de pouvoir bénéficier des retombées de leurs richesses minières, se sont révélées être du pur mensonge. Un peuple « arnaqué » tout le temps perd sa prédisposition à la courtoisie.
                                                    D’autres différences existent, naturellement, mais on peut en parler dans un autre cadre.


                                                  • médy... médy... 2 novembre 2012 12:44

                                                    Merci de vos éclaircissements, néanmoins vous n’avez pas réagi sur l’implication des U.S. dans les déstabilisations de régimes, vous en pensez quoi ? Que se serait-il passé si les Etats-Unis avec d’autres puissances (mais il faut SOULIGNER le rôle prépondérant des U.S.) n’avaient pas vu d’un mauvais oeil, le vent d’espoir soufflant sur l’Iran de Mossadegh, le Congo de Lumumba, le Chili d’Allende, le Nicaragua d’Arbenz, ainsi que le Vietnam et l’île de Grenade, pour ne citer que les plus évidents ?


                                                  • MUSAVULI MUSAVULI 2 novembre 2012 19:12

                                                    Je ne parle pas des États-Unis parce que tout le monde est au courant de leurs bêtises. C’est une grande puissance mais qui se trompe souvent et parfois fait carrément n’importe quoi. Avec un minimum d’intelligence, on se rend compte que les nationalisations ne menacent même pas les intérêts des Occidentaux. Qu’est-ce qu’un Congolais fait avec son uranium ? Il le mange ? Qu’est-ce qu’un Iranien fait avec son pétrole ? Il ne va pas le boire. Les Occidentaux contrôlent les marchés. Tous ces « chefs de tribus » (Congolais, Iraniens, Libyens,...) ont besoin de venir quelque part pour écouler leurs produits. Et là, sur les marchés, ils retrouvent les Américains qui leur imposent les règles du marché, parce qu’il le contrôle. Pas besoin de tuer Lumumba ou Mossadeq pour réaliser des bénéfices sur l’uranium congolais ou le pétrole iranien. D’autant plus que ces sociétés « nationalisées » finissent par se casser la figure, puisque contrôlées par des fonctionnaires incompétents et sans aucune idée sur le sens des affaires. Aujourd’hui, même une puissance comme la France privatise. Même la Russie privatise. Mossadeq aurait fini par privatiser, forcé par les contraintes du marché que contrôlent les Américains. Je dis que les Américains font souvent des bêtises en observant surtout le Congo. Ils ont plusieurs fois eu l’occasion de faire de ce pays une puissance stratégique au cœur de l’Afrique. Ils dormiraient aujourd’hui tranquilles en étant sûr qu’un « costaud », ami, veille bien sur l’Afrique centrale. A la place, ils fournissent des armes à un régime des brigands, le Rwanda, juste pour leur permettre de piller le Congo et de fournir quelques chargements de minerais aux multinationales de l’informatique (téléphones portables, ordinateurs, aéronautique). Or, il y avait plus simple à faire : on construit quatre autoroutes nationales qui acheminent les minerais du Congo au port de Matadi. Les routes créent des milliers d’emplois pour les ouvriers, les carrières minières sont reliés à un débouché, les paysans sur la route vendent leurs récoltes vers la mégapole Kinshasa et l’étranger. Savez-vous combien un tel projet couterait ? Pas plus de 10 milliards de dollars, de l’argent qu’un particulier comme Bill Gates peut claquer en passant. Imaginez combien de fois les Américains, comme État, sont capable de verser une somme aussi « modique ». Surtout qu’ils sont triplement gagnants : ils « achètent » des Africains fidèles, ils investissent dans un pays riche où toutes les garanties de remboursement sont visibles, ils soignent leur image abîmée depuis l’assassinat de Lumumba. Au lieu de tout cela, ils continuent d’envoyer des armes au Rwanda et de l’argent pour financer le massacre des populations congolaises. Ce pays est une grande puissance, mais il est dirigé par des gens stupides.


                                                  • MARMOR 1er novembre 2012 21:29

                                                    Démocratie ? dictature ?
                                                    La dictature c’est ferme ta gueule !
                                                    La démocratie c’est cause toujours !!
                                                    Meme quand le peuple dit non au traité de lisbonne, ils n’en tiennent pas compte, et vous voulez continuer à voter ?? Le bulletin de vote, une arme absolue, comme j’ai lu plus haut !! laissez moi rire ! un torche cul oui !! Un seul mot : ANARCHIE !!


                                                    • Romain Desbois 2 novembre 2012 00:03

                                                      Marmor

                                                      Réécrire l’histoire n’en fait pas une vérité.


                                                    • MARMOR 1er novembre 2012 21:37

                                                      ça sert à quoi de voter ? tu votes pour jacques ou pour pierre, un point c’est tout ! et si tu ne veux pas, tu votes blanc, mais là on s’en fout, on a décrété que le vote blanc n’existe pas, on fait ce qu’on veut, on est en démocratie !! N’allez pas voter, zero bulletins dans les urnes..... et là, tout va changer, croyez moi !!



                                                      • cassandre4 cassandre4 4 novembre 2012 18:30

                                                        « Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, ni pire aveugle que celui qui ne veut pas voir » que :

                                                         A partir du moment où l’on ne peut que « choisir » entre deux candidats d’un même parti (car UMP / PS sont les deux revers d’une même médaille « le libéralisme ») que les merdias diffusent à longueur d’année, la même propagande, diabolisent le même parti d’opposition (qui par hazard se trouve être la 3ème formation politique) et qui ignorent systématiquement les petites formations, se croire encore en démocratie relève d’une pathologie incurable.

                                                         Inch Hallah !


                                                        • agent orange agent orange 5 novembre 2012 07:55
                                                          Pour répondre à la question, « faut il croire aux résultats des élections ? », la citation attribuée à Staline invite à réflexion.

                                                          « Ce n’est pas celui qui vote qui décide. C’est celui qui compte les votes qui décide ». Staline (?).


                                                          Sinon, comme à leur habitude, seuls les gogos ont cru à la version officielle (que Kadhafi massacrait sa population).

                                                          Quant aux « danseurs du 14 mai 2011 », ils font écho aux « danseurs du 11 septembre 2001 ».



                                                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 novembre 2012 09:14

                                                            Que dit Étienne Chouard au sujet des élections (vidéo à a partir de le 4ème minute) ?

                                                            Début de citation

                                                            Le régime actuel donne le pouvoir aux plus riches.

                                                            La corrélation entre les passages à la télé des candidats et les résultats aux élections est parfaite, pratiquement parfaite, c’est à dire plus vous passez à la télé meilleurs sont vos résultats d’élection. Absolument arithmétiquement quasiment...

                                                            La victoire à élection est offert à celui à qui on donne les passages média, des passages télé, des passages journaux.

                                                            Il se trouve précisément les télés, la plupart de télé, les journaux, la quasi totalité des journaux, les radios la plus grande partie des radios ont été acheté, pris sous le contrôlé par les plus riches entre nous et les marchands de canons, les banques...

                                                            Les élections permettent aux plus riches d’acheter le pouvoir....

                                                            Fin de citation

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès