• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Effroyable posture

Effroyable posture

Effroyable posture : le plus significatif serait que ce titre parodique n'éveille aucune résonnance dans les cellules grises mémorielles à haute volatilité des cerveaux hexagonalement formatés.
 
Jeudi 26 avril, dix-sept habitants de Douma (Syrie) sont venus faire leurs dépositions au siège de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques, à La Haye, puis ont été présentés en conférence de presse ouverte à toutes les questions. Ce groupe de témoins comprenait notamment les figurants involontaires du vidéogramme des faux Casques Blancs ayant servi de prétexte au bombardement de la Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, ainsi que les médecins de l'hôpital de Douma où avait été tourné ce vidéogramme mensonger.
 
Evidemment les représentants des trois pays ayant illégalement (aux yeux du droit international et de la Charte de l'ONU) bombardé la Syrie quelques heures avant le début de l'enquête de l'OIAC se sont obstensiblement retirés jeudi du siège de l'OIAC. Le représentant des Etats-Unis est cependant resté un peu plus longtemps dans le couloir pour intimer personnellement à tout représentant d'un pays libre de faire demi-tour et de ne pas entrer dans la salle, tentative d'intimidation improvisée et maladroite (les représentants de plusieurs dizaines de pays membres lui ont d'ailleurs désobéi) qui sera radicalement transcendée comme on le verra prochainement. Il avait auparavant fait le tour de ses alliés pour leur interdire d'assister à l'audience des dépositions, que le représentant de la France, l'ambassadeur aux Pays-Bas Philippe Lalliot, a qualifiée de révoltante.
 
La presse dictée, qui avait consacré ses gros titres des 8 avril et suivants aux accusations d'attaque chimique et mis en première page ou diffusé en boucle les photos et le court-métrage montrant de prétendues victimes d'attaque chimique à l'hôpital de Douma, refuse de donner la parole voire simplement d'écouter ces prétendues victimes. Après avoir diffusé très largement et lourdement ces images auprès de son lectorat, sans le moindre contrôle d'authenticité ou même d'identité (des réalisateurs comme des prétendues victimes), cette presse interdit unanimement à son lectorat de connaître la vérité à ce sujet. D'abord elle n'est pas allée spontanément sur place à la source des prétendues informations (pourtant très graves et ayant servi de prétexte à une guerre) qu'elle a diffusées, puis elle a volontairement ignoré les invitations et appels des autorités locales, ainsi que des journalistes des pays libres (ou journalistes indépendants des pays sous contrôle) et des témoins eux-mêmes une fois que ces journalistes leur ont donné la possibilité de s'exprimer, et enfin elle refuse de diffuser les rectificatifs alors que les intéressés ont été identifiés, ont fait l'effort de demander un visa pour les Pays-Bas et sont authentifiés et présentés par une organisation internationale, à son siège, en Europe.
 
On ne va pas étudier ici les multiples codes de déontologie et surtout les nombreux codes civils mais il est pratiquement certain que tous les moyens de presse écrite, radiophonique ou télévisée qui ont diffusé les images de personnes (sans leur autorisation) présentes à l'hôpital de Douma le 7 ou le 8 avril 2018 et refusent de diffuser leurs déclarations violent la loi de leur pays, tant en matière de presse qu'en matière de respect de la vie privée et de prohibition de la calomnie. Il y a des pays où l'efficacité et l'impartialité de la presse sont philosophiquement considérées comme des composantes indispensables du système démocratique, et il y a des pays où la liberté de la presse est conditionnée à sa sincérité, comme en France où une certaine liberté d'information sous stricte condition de véracité (article 27 de la loi du 29 juillet 1889) a été rétablie avant même le rétablissement par exemple des libertés d'enseignement puis d'association, en l'occurrence moins d'un siècle après la Révolution. Et il y a eu, et il semble qu'il y ait de nouveau, des pays où la presse publique ou privée n'est autorisée qu'à diffuser l'information dictée ou certifiée par une agence gouvernementale. Ce fut notoirement le cas sous les régimes marxistes, comme le national-socialisme et le bolchévisme. Sous certains régimes la dictée des agences de presse nationale va, au-delà de la désinformation politique, jusqu'à la diffamation personnelle.
 
Il faut rappeler ici que la législation de la plupart des pays civilisés interdit d'une part d'utiliser l'image d'une personne privée sans son accord, et d'autre part de lui attribuer des propos ou des comportements sans lui permettre de répondre. Même en Syrie une personne dont un journal a diffusé une photographie avec une légende fallacieuse, par exemple en la présentant comme victime d'une attaque chimique, dispose d'un droit de réponse obligeant ledit journal à publier cette réponse sur le même média et de la même manière (en première page si la mention initiale était en première page) afin de donner aux déclarations de l'intéressé la même audience qu'aux déclarations sur l'intéressé.
 
Mais certains médias vont même plus loin et calomnient carrément les dix-sept témoins de Douma. Jeudi 26 lors de la conférence de presse le ton a été donné dès la première question, posée en l'occurrence par une journaliste britannique leur demandant combien ils avaient été payés pour venir, affirmant ainsi explicitement qu'ils avaient été payés et les accusant implicitement de prévarication, mensonge et imposture, insinuation particulièrement indélicate envers des gens présentés deux semaines plus tôt comme des victimes d'un crime de guerre suffisamment grave pour motiver un crime contre l'humanité (le crime contre la paix). Ensuite les rares médias qui ont mentionné la venue de ces Syriens à La Haye ont mis en doute leur identité (copiant le communiqué mensonger de Reuters disant qu'ils n'étaient pas identifiés), pourtant vérifiée tant par le consulat néerlandais qui leur accordé le visa que par la police d'immigration à l'aéroport de La Haye et le service de sécurité du siège de l'OIAC, et en singulier contraste avec l'anonymat total de la vidéo et des photos que les mêmes médias avaient diffusées sans en chercher la moindre identification, authentification ou confirmation. Les rares médias ayant rapporté le point de presse ont mentionné que les représentants russe et syrien à l'OIAC avaient présenté des Syriens non identifiés comme de prétendus résidents de Douma, mais se sont bien gardés de diffuser la moindre image, en particulier du garçonnet Hassan Diab aisément reconnaissable puisqu'il avait été malgré lui le personnage principal du court-métrage de propagande des faux Casques Blancs très largement diffusé dans le monde entier, et se sont gardés également de mentionner les qualités et fonctions aisément vérifiables des médecins de l'hôpital. Variant comme d'habitude légèrement leurs phrases, les médias ont néanmoins textuellement repris dans toutes les langues les deux expressions communiquées par les trois agences de presse des pays agresseurs de la Syrie, à savoir "mascarade honteuse" et "mascarade obscène".
 
En l'occurrence il est évident que les trois agences qui dictent l'information au monde ne pouvaient être objectives puisque l'Agence France Presse est l'agence officielle française, que Reuters est l'agence britannique et American Press l'agence étatsunienne, relevant donc respectivement des trois pays de l'OTAN qui ont bombardé la Syrie le 14 avril quelques heures avant l'arrivée des enquêteurs de l'OIAC (qui à ce jour n'ont pas trouvé de traces d'une attaque chimique, comme le savaient les décideurs des bombardements), et dont les représentants ont tenté d'empêcher l'audition de ces témoins à l'OIAC le 26 avril. Mais le monopole de ces agences dépendantes de gouvernements fractores pacis qui viennent de se rendre coupables de la plus grave violation du droit international (le crime d'agression) leur permet d'imposer leurs mensonges flagrants bien au-delà de la sphère occidentale, jusqu'aux presses notamment japonaise, australienne et néozélandaise qui désinforment ainsi leur lectorat selon la dictée des trois agences de presse de l'OTAN.
 
Pourtant la presse du monde autrefois libre sait à quoi s'en tenir au sujet des supports de propagande des faux Casques Blancs depuis au moins le 30 septembre 2015, lorsqu'ils sont devenus célèbres en présentant de fausses photographies de prétendues victimes de bombardements russes la veille de l'intervention russe en Syrie, et que l'adjoint Farhan Haq du porte-parole du secrétaire général de l'ONU a été obligé de corriger les déclarations faites à la presse par son chef Stéphane Dujarric de la Rivière quelques heures plus tôt, en disant que celui-ci s'était rendu compte ensuite qu'il avait été intoxiqué par plusieurs sources non confirmables dont les Casques Blancs, que Farhan Haq a d'ailleurs nommés White Helmets avant de vérifier s'il s'agissait bien de l'organisation humanitaire gouvernementale argentine reconnue par l'ONU, sous ce nom, dans une vingtaine de résolutions depuis la 49/139 de 1994.
 
Certains médias ont accompagné leur mention succincte et injurieuse de la déposition ou de la conférence de presse des habitants de Douma d'un avertissement explicite disant "fake news", cette expression anglaise à laquelle le président français entend faire dédier (par le parlement) une loi institutionnalisant un contrôle accru de l'information, et plus précisément l'interdiction de supports de presse indépendants des trois agences de l'OTAN. A la promotion gouvernementale du discours mensonger on va ajouter la suppression de toute version alternative.
 
Après avoir fait croire au public "occidental" que le gouvernement syrien avait utilisé des armes chimiques à Douma (et le gouvernement russe une arme chimique à Salisbury), on déploie des montagnes d'énergie et de perfidie pour l'empêcher de connaître la vérité. De toute évidence on entraîne tous les rouages de l'information dictée en vue du jour où on aura décidé de faire croire au public "occidental" que la Russie a largué une bombe nucléaire sur l'aéroport de Lougansk (comme l'a déclaré le 19 septembre 2014 le régime issu du coup d'Etat ukrainien), voire sur Minsk, Riga ou Varsovie.
 
Cette effroyable posture d'une conspiration médiatico-gouvernementale contre le droit à l'information et à la vérité devient extrêmement dangereuse pour la paix.

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 2 mai 10:38

    http://www.conspiracywatch.info/syrie-pseudo-expertise-relents-antisemites-lessentiel-de-la-semaine.html

    EXTRAIT :

    =================
    Syrie, pseudo-expertise, relents antisémites… : l’essentiel de la semaine

    Par La Rédaction | 21 avril 2018 | Actualité, Conspiracy News

    Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des der

    Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme.

    « MISE EN SCÈNE ». Le 13 avril 2018, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a dénoncé l’implication des « services spéciaux d’un État » dans la « mise en scène » de l’attaque chimique présumée en Syrie du 7 avril dernier, à Douma. La Grande-Bretagne a même été nommément désignée par l’armée russe. La thèse complotiste faisant des Occidentaux les coupables et pointant la compromission des « Casques blancs » a été diffusée par les relais habituels du gouvernement russe, dont Sputnik France (source : L’Obs, 13 avril 2018). Une vidéo montrant des enfants syriens faisant semblant de suffoquer et de s’évanouir a notamment été relayée sur les réseaux sociaux par les pro-Assad depuis le 7 avril. La vidéo originale date en fait de 2013 et consistait en un exercice de simulation visant à alerter sur les conséquences des attaques chimiques (source : Les Observateurs (France 24), 11 avril 2018). D’autres images détournées ont circulé, provenant directement du tournage d’un film dont la réalisation a été soutenue par le ministère de la Culture syrien (source : AFP, 17 avril 2018). Pour une vue d’ensemble sur l’usage avéré et répété de la désinformation conspirationniste par les diplomaties russe et syrienne, on se reportera à la synthèse publiée par Conspiracy Watch.

    http://www.conspiracywatch.info/syrie-pseudo-expertise-relents-antisemites-lessentiel-de-la-semaine.html


    • doctorix doctorix 2 mai 18:58

      @Christian Labrune
      Les deux pieds dans la merde, il chante encore celui-là.

      Même pas peur du ridicule.
      A l’image de ce représentant des USA qui voulait interdire l’accès à la conférence de l’OIAC, il est en pleine duplicité confinant à la bêtise.
      Ce type pue le mensonge à cent mètres. Carrément infréquentable.
      Bravo à l’auteur pour son article, on lui souhaite longue vie.

    • doctorix doctorix 2 mai 19:09

      On remarquera que comme pour tous les articles sur la Syrie, Labrune le félon a été prévenu le premier afin de veiller au grain.


    • Dom66 Dom66 2 mai 13:15

      Merci de l’article piqûre de rappelle,

      Ceci essai de guérir de la maxi propagande pro-Us/Uk/Fr/Sioniste que nous entendons tous les jours à grosses doses dans nos merdias MS et qui prend sur certains veaux.

      En tout cas ça marche sur des Français qui pense que le père Noël existe...tout est beau sur TF1 A2 BFMVC


      • berry 2 mai 13:17

        Les bombardements chimiques à Douma ont été inventés de toutes pièces pour les besoins de la propagande, mais les effets radioactifs des missiles à l’uranium appauvri envoyés par les américains et les français sont eux bien réels.
        Les débris et les poussières radioactives vont irradier et tuer les civils syriens pendant plusieurs siècles, comme le ferait une bombe sale entourée de matériaux radioactifs.
        Pour une action menée soi-disant dans un but humanitaire en faveur des civils, ça la fout mal. 


        • Doume65 2 mai 18:11

          @berry
          L’effet délétère des bombes à l’uranium appauvri est bien réel et documenté. le problème n’est pas la radioactivité de l’uranium mais sa toxicité, similaire à celle des autres métaux lourds. Il ne faudra pas « plusieurs siècles » pour que les poussières retombent. La réalité est assez pourrie comme ça, inutile d’en rajouter. A trop vouloir en faire, on risque de se décrédibiliser.


        • doctorix doctorix 2 mai 19:50

          @Doume65

          Je ne suis pas très sur de ça.
          Les nombreuses malformations congénitales observées à Falloujah sont plutôt en faveur d’un effet sur le génome et l’embryogénèse (ce qui a été beaucoup décrit, pas forcément objectivement, c’est l’effet sur la cancérogénèse, qui pourrait être faible).
           Le nombre des malformations est en hausse de 20 % dans l’ensemble de l’Irak depuis 200361.
          Il est vrai que le phosphore blanc, largement utilisé en Irak, pourrait aussi être en cause.
          Dans tous les cas, la dispersion dans l’atmosphère de cet uranium a toutes les caractéristiques d’une attaque chimique, ce qui est quand même un comble quand on prétend punir une attaque chimique.

        • Christian Labrune Christian Labrune 2 mai 15:49

          Il y a déjà cinq ans, même si c’est difficile à croire, les têtes molles du conspirationnisme avaient déjà jeté leur dévolu sur la Syrie. En témoigne cet article de l’Express auquel il n’y aurait aujourd’hui pas grand chose à changer. La moulinette de ce délire interprétatif de nature monomaniaque semble capable de s’adapter à toutes les circonstances. Si on veut comprendre comment ça fonctionne, il suffit d’ouvrir un traité de clinique psychiatrique au chapitre consacré à la paranoïa. On y lira aussi, malheureusement, que c’est presque toujours incurable.

          https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/la-syrie-terre-de-mission-des-conspirationnistes_1279058.html


          • doctorix doctorix 2 mai 19:07

            @Christian Labrune
            Et voilà qu’il va nous dégueuler ses mensonges à la louche.


            Et au nom de la liberté d’expression, nous allons devoir les subir.
            Quand vous nous sortirez l’autopsie d’au moins une des 43 victimes soi-disant gazées à Douma, vous aurez peur-être une once de crédibilité.
            La, vous nous débitez juste le listing de tous les faux articles que les trolls ont pour mission de diffuser.
            Pas de conscience, pas de moralité, c’est la devise du troll.
            Vous êtes la honte de l’humanité.
            Un véritable déchet.

          • Christian Labrune Christian Labrune 2 mai 16:07

            Ci-dessous, extrait d’un entretien avec le politologue Stéphane François, spécialiste de l’extrême droite et des sous-cultures. Voir éventuellement l’article que Wikipedia lui consacre.

            On pourra lire l’entretien complet à cette page :

            https://tempspresents.com/2013/09/03/stephane-francois-conspirationnisme-2-0/

            Au téléphone, vous évoquiez le développement d’un conspirationnisme « structuré » à l’extrême-gauche, pourriez-vous m’en préciser les contours ? Comment se démarque-t-il ou se recoupe-t-il avec un conspirationnisme plus traditionnellement situé à l’exact opposé d’un point de vue idéologique ?

            En effet, certaines des origines du conspirationnisme sont aussi à chercher dans une certaine extrême gauche, qui voit dans tout événement une action d’un gouvernement ou d’une officine supra-étatique et forcément libérale. Il ne faut pas oublier que les thèses conspirationnistes paranoïaques sont aussi présentes à l’extrême gauche. Ainsi, les milieux communistes étaient friands (et le sont encore chez certains nostalgiques du stalinisme) de conjurations mondiales des forces réactionnaires, qui barraient forcément la route du progrès. C’est même devenu une antienne de la littérature soviétique.

            Dans les milieux communistes italiens, cette réaction a été portée à la « connaissance du peuple » dans des publications qui incriminent l’existence d’un complot, ourdi évidemment de longue date, entre la maçonnerie, la mafia, les services secrets américains et l’Église catholique, aux fins d’entraver la « marche du progrès », voire l’avènement du paradis marxiste. Cette thématique a quitté l’aire communiste pour se développer dans les milieux altermondialistes et écologistes, surtout à partir des années 2000. Ainsi, une revue américaine, d’extrême gauche, Conspiracy Digest, se consacre à « l’identification de la nature de la conspiration de la classe dirigeante »…

            Parfois, ces thèses se diffusent avec les relents d’antisémitisme (« l’antisionisme ») propres à certaines sphères marxistes, celui-ci se transformant éventuellement en négationnisme… Au-delà de cette utilisation idéologique du complot, la paranoïa est aussi présente dans sa forme pathologique dans ces milieux, mais là nous entrons dans le pathologique.


            • Christian Labrune Christian Labrune 2 mai 16:22

              ADDENDUM. 

              Avant même d’avoir lu l’entretien que je citais dans ma précédente intervention, j’avais parlé de paranoïa tout en me disant que cela paraîtrait peut-être excessif - mais tant pis ! Je retrouve dans cet entretien que je cite au fur et à mesure de ma progression dans sa lecture, le même disgnostic inévitable. La fin de l’entretien, que je viens de lire, fait bien voir que la référence à cette pathologie bien connue n’est pas une façon de parler et une simple provocation destinée à faire réfléchir le lecteur.

              ---------------------------------------------

              Quel pourrait être le modus vivendi entre l’extrême-gauche et l’extrême-droite au sein du méta-conspirationnisme que nous évoquons ? Dans le retour en force d’une rhétorique qui rappelle finalement celle de l’Abbé Barruel, celle d’un regroupement de personnes conspirant contre le peuple ?

              Stéphane François :

              Cette nouvelle phase conspirationniste est intéressante par son aspect polymorphe et polyculturel. Il est donc difficile de déterminer un modus vivendi précis, mais il est possible d’établir une critériologie, où l’on retrouve l’idée, comme vous le dites, d’un regroupement de personnes conspirant contre le peuple, avec un arrière fond quand même très antisémite.

              La présence, ou l’absence de preuve, peut être un signe, un indice. Dans cette vision du monde, n’importe quel fait, ou non-fait, peut subir une importation au sein de l’explication conspirationniste. Il peut donc servir à en confirmer la validité. L’indice justifie l’explication autant que celle-ci est justifiée par lui… Bref, on est face à des paranoïaques, ou du moins à une forme de culture paranoïde.

              La thématique du complot des élites est récurrente dans l’histoire des idées : on la retrouve à la fin du xixe siècle, dans les années trente, dans les années soixante… Comme un serpent de mer, elle réapparaît régulièrement. Mais il vrai que depuis le début des années deux milles, cette thématique explose, alors qu’elle avait disparu entre les années quatre-vingts et le milieu des années quatre-vingt-dix.

              La principale difficulté de ce type de recherches est de définir des frontières entre : 1/des paranoïaques qui élaborent des théories du complot ou des théoriciens qui sombrent dans la paranoïa ; 2/l’amateur de théories conspirationnistes et celui qui y croit réellement ; 3/différentes formes de paranoïa : le délire paranoïaque pur, c’est-à-dire la folie, et le discours de type croyance permettant la compréhension d’un monde incompris. De plus, il existe des possibilités interactionnistes, en particulier lors de théories du complot, quand la réalité entretient la paranoïa. C’est le cas, par exemple, du 11 septembre 2001.


              • doctorix doctorix 2 mai 19:21

                @Christian Labrune
                « Cette nouvelle phase conspirationniste est intéressante par son aspect polymorphe et polyculturel. Il est donc difficile de déterminer un modus vivendi précis, mais il est possible d’établir une critériologie... »


                Il y a des coups de pied au cul qui se perdent.
                C’est plus trivial, mais on comprend mieux.

                avec un arrière fond quand même très antisémite.

                Ben voyons, ça manquait...J’aime bien le « quand même »...
                C’est bien connu, les juifs n’ont que des ennemis sur cette terre, ils ne mentent jamais, ils ne complotent jamais, ce sont de pures colombes blanches injustement persécutées.
                Vous savez quoi ? Allez vous faire foutre.
                Parce que derrière chacune des exactions américaines, françaises et anglaises, derrière chaque guerre, chaque saloperie sur cette terre, il y a le lobby sioniste.

              • doctorix doctorix 2 mai 20:55

                @big or no
                Et voilà le troisième larron : cet article capital va être bien encadré !


                Big or no est bien sur un troll, qui n’a rien publié, qui est arrivé sur le site depuis moins d’une semaine.
                Que chacun en tire les conclusions qui s’imposent.
                Antisémite, antisioniste, vous aimez à faire cet amalgame : vous ne trompez plus personne.
                Même un bon paquet de juifs sont antisionistes. 
                Est-ce à dire qu’ils sont antisémites ?
                Vous êtes grotesque.

              • Christian Labrune Christian Labrune 2 mai 21:18

                Vous êtes la honte de l’humanité. // Un véritable déchet.

                Il y a des coups de pied au cul qui se perdent.Vous savez quoi ? Allez vous faire foutre.

                =================================
                @doctorix

                Un grand merci pour toutes ces précisions dont je ne laisserai pas de faire mes choux gras. « On aime mieux dire du mal de soi que de n’en point parler », écrivait La Rochefoulaud. C’est un art que je peux bien modestement pratiquer quelquefois, avec un peu d’humour, mais je ne sais pas si je serais aussi bien servi par moi-même que je puis l’être par vos observations ; de surcroît, je suis conformé de telle sorte - mais tout le monde en est là dans notre humanité ! - qu’il m’est très difficile de m’envoyer des coups de pied au cul avec une satisfaisante efficacité.

                Chez les Saint-Simoniens, on portait des blouses avec de nombreux boutons, comme ceux des soutanes que portaient les curés, mais ils étaient cousus dans le dos et on ne pouvait s’habiller sans aide. Cela rappelait opportunément tous les matins aux disciples de Barthélémy Prosper Enfantin, dans sa petite communauté en haut de la rue de Ménilmontant aujourd’hui transformée en jardin public, qu’il n’y avait pas de société humaine viable sans une vraie coopération. Chacun de nous a nécessairement besoin des autres.

                C’est pour cette raison que, pour ne pas être en reste après vos si précieuses observations, j’ai fait l’effort d’aller vous chercher, dans l’article de Wikipedia dont je donne l’adresse en bas de page, un paragraphe que je trouve très éclairant et dont vous pourrez aussi faire vos choux gras puisqu’il décrit assez exactement un mode de fonctionnement assez répandu sur ce site, dont vous êtes un parfait adepte, pour ne pas dire le parangon.

                Extrait de l’article :

                Les chercheurs en sciences cognitives ont mis en évidence les nombreux points communs existant entre le fonctionnement mental de certains groupes totalitaires et celui de grands paranoïaques. Les comportements de certains groupes totalitaires (sectes, extrémisme religieux, dictatures, pseudo-sciences, certains mouvements pratiquant le charlatanisme, etc.) rappellent étrangement les symptômes d’un trouble paranoïaque : l’égocentrisme, les comportements passifs-agressifs (qui consistent à inciter les adeptes à se plaindre ou à ressentir un sentiment de révolte et de colère permanent, le plus souvent contre un bouc-émissaire désigné), le dogmatisme (qui se manifeste par adhésion aveugle à une « vérité » irrationnelle proclamée une fois pour toutes, au détriment d’une vie politique normale), l’ignorance du monde extérieur (les membres du groupe n’envisagent pas une seule seconde que d’autres modes de fonctionnement puissent exister), la pensée référentielle (c’est-à-dire l’impression que des évènements banals ont une signification particulière et inhabituelle : cette pensée référentielle est encouragée par le système totalitaire, par la condescendance, l’utilisation d’un langage codé pour instrumenter les émotions des gens, ou encore l’ésotérisme, de manière à ce que les pseudo-informations délirantes soient communiquées progressivement à des «  initiés »), la propagande permanente, l’anosognosie (le fait que les adeptes n’aient aucun recul et ne se rendent pas compte que leur groupe dysfonctionne), les délires mystiques et l’idéalisme passionné (extrémisme politique et/ou religieux) etc.

                La façon dont ces groupes totalitaires trouvent des boucs émissaires rappelle les actes de violence d’un paranoïaque. Souvent, les membres du groupe adhèrent aveuglement à l’idée selon laquelle ce bouc émissaire serait un persécuteur ou un prédateur à abattre, sans envisager une seule seconde qu’ils puissent avoir tort. Les théories conspirationnistes, qui ont d’ailleurs un grand succès dans les groupes totalitaires, présentent de nombreux points communs avec un délire de persécution.

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Parano%C3%AFa


              • doctorix doctorix 2 mai 23:14

                @Christian Labrune
                Continuez, le jargonophasique délirant et insupportablement intarissable !

                Vous croyez gagner parce que vous remplissez des lignes avec des absurdités qui satisfont votre égo de malade mental, comme un gamin qui remplit des petites cases avec application et la langue sortie sur le côté de la bouche, en croyant changer le monde..
                Mais, alors que l’article obtient une note de 18,55/20, vos notes plafonnent lamentablement à 4/20.
                Compte-tenu des points que vous-mêmes et les deux autres trolls vous ont attribuées, sans lesquelles vous seriez au zéro absolu, vous incarnez ici la nullité la plus lamentable.
                Mais par contre, vous nagez dans l’auto-satisfaction et la suffisance, qui n’a d’égale que votre insuffisance. 
                Continuez à vous gargariser, tant de mots que d’illusions : vous ne convainquez ni ne trompez plus personne. 
                Vous êtes, définitivement, un has been, si jamais vous avez pu être un jour quelque chose.

                Les témoignages produits à la Haye sont incontournables, ils condamnent trois gouvernements à l’ignominie, et peut-être à la destitution pour peu qu’ils parviennent à émerger.
                Et il faudrait une armée de trolls bien plus futés que vous ne l’êtes pour parvenir à l’éviter.

              • doctorix doctorix 2 mai 23:38


                Pourquoi les trolls sont-ils si souvent des imbéciles et des salauds ?

                Parce qu’il faut en tenir une sacré couche et être profondément pourri pour accepter de faire ce boulot dégueulasse, et que ceux qui ont la moindre intelligence et rien qu’un tout petit peu de morale ont mieux à faire.

              • ETIENNE 3 mai 09:25

                @Christian Labrune
                on sent que vous aimez vous lire, et certainement vous écouter.
                Tant mieux, parcequ’à priori, rares sont ceux qui apprécient votre prose onaniste.
                C’est proprement insupportable, et c’est long, pour ne finalement exprimer que du mépris des autres et de la suffisance.
                Vous êtes un genre d’intelligence artificielle, mais pas au sens technologique, votre prose veut paraître intelligente par la forme, mais vous êtes creux, un gouffre.


              • Ben Schott 3 mai 12:36

                @big or no

                Tu serais pas un peu exalté ?
                 


              • symbiosis symbiosis 3 mai 13:43

                @big or no
                Que fais-tu sur ce site misérable ?


              • doctorix doctorix 3 mai 14:53

                @big or no
                Ce que vous appelez mes commentaires d’attardé sont ceux que vous ne pouvez pas contrer, faute d’arguments.

                Et personne ne peut imaginer que sur ces sujets ultra-sensibles, des agents de désinformation ne soient pas diligentés pour tenter de masquer la vérité.
                Il est possible que vous n’en faisiez pas partie, mais il faut bien qu’ils s’expriment quelque part, et vous semblez bien remplir les conditions, à commencer par votre apparition très récente.
                A moins d’être l’utilisateur de multiples pseudos, comme vous venez de l’avouer, ce qui est également un indice.
                Je n’ai jamais viré, pour très peu de temps, que ceux qui pratiquent régulièrement l’insulte et le trollage : le délit d’opinion ne fait pas partie de mes critères, et quand ce serait le cas vous ne risqueriez rien, puisque vous n’avez aucune opinion présentable, sauf si chier sur tout le monde en est une.


              • knail knail 3 mai 14:54

                @Christian Labrune

                Bonjour Monsieur Labrune,


                Contrairement à d’autres ici, j’apprécie ceux qui aiment et prennent la peine de se lire et relire. Vos réponses, agréables à lire m’apprennent en outre quelques bonnes petites choses bien utiles.

                Ceci dit, j’ai peine à croire qu’échappe à la finesse de votre esprit que donner des définitions de la paranoïa suffise pour en accuser les autres.
                On est toujours à un moment ou à un autre le parano de quelqu’un ou de quelque chose.
                Finalement, « qui se sent morveux se mouche  », et pour toute intéressantes et plaisantes que soient vos interventions, elles ne nous font pas avancer d’un pouce dans le débat qui nous concerne ici.

                Qui sont ici les paranos ?

                Somme toute ce que nous recherchons tous, c’est l’épreuve des faits.

                Pourquoi donc alors se défile sur commande à La Haye une bonne part du camp Occidental au moment où la Russie et la Syrie prétendent en mettre sur la table ? Cela n’a évidemment pas de sens, ne fût-ce qu’en terme de crédibilité pour leurs opinions publiques.

                Lorsque l’on enquête, on écoute tout le monde, on analyse, on déduit… et on tente de conclure. On ne choisit pas à l’avance qui est le faux témoins ou non.

                Refuser d’entendre des prétendus témoins, refuser d’occuper cette place privilégiées d’écoute et d’observation mise à leur (« à notre », puisqu’ils sont en quelque sorte nos représentants) disposition, n’est ce pas fondamentalement se décrédibiliser ?

                A ce poste là d’observateur de dix sept témoins, nul doute que si ces témoins étaient faux cela transparaîtrait d’une façon ou d’une autre : de la confusion, des regards, des malaises etc.
                Refuser de percevoir directement la prétendue manipulation de la Russie-Syrie, c’est se mettre hors jeux, nous mettre d’ailleurs nous aussi, simples citoyens, hors jeux.

                Pour finir, cela fait un bon petit bout de temps que l’Occident peine à convaincre. Il ne faut pas se rendre sur Agoravox pour s’en rendre compte.

                Nous laisser entendre que cela tiendrait seulement à la performance des réseaux de désinformations russes me fait bien rire.

                L’Occident, dix fois plus riches (et j’en passe), dix fois plus peuplé, inventeur des techniques de communications et de réseaux contemporains... incapable de se défendre… face à une Russie considérée comme arriérée, inculte, incapable, sous développée tant au niveau économique qu’en terme de développement d’une société civile (ce qu’elle reconnaît d’ailleurs modestement elle même), cet Occident donc ne serait pas en mesure de communiquer aussi efficacement la vérité des faits que la Russie ses mensonges… ?

                Ces questions posées reposons nous vos questions de la parano….



              • doctorix doctorix 3 mai 18:13

                @big or no
                A force de pisser sur tout le monde, vous devez être passablement déshydraté.

                Vous avez raison, j’ai exagéré en accusant les sionistes de toutes les guerres de de la terre.
                Disons que j’aurais du me cantonner à 99%, tout au plus.
                Mais cela n’inclue pas les juifs en tant que juifs, ça n’a rien à voir.
                Quand vous dites que le sionisme est au service des juifs, vous proférez une énorme contre-vérité.
                Le sionisme agit au détriment des juifs, et provoque l’antisémitisme qui finira par leur être fatal pour de mauvaises raisons.
                Quant au reste de vos opinions, croyez-vous vraiment qu’elles intéressent quelqu’un ? Ce serait vous donner beaucoup d’importance.
                Dites donc, à propos, me traiter de crétin, de parano, de con, tout ça dans le même message, vous auriez pu répartir tout ça sur plusieurs.
                Vous avez la haine qui déborde. Allez, pétez un coup, ça vous détendra.

              • doctorix doctorix 3 mai 18:28

                Bonjour @knail

                Vous êtes tout aussi bavard que Labrune, mais personne ne s’en plaindra.
                Votre discours, lui, est sage, argumenté, équilibré, bref vous êtes très agréable à lire.
                Il y a un fil conducteur, une thèse, une antithèse et une synthèse, et vous aidez à réfléchir.
                Surtout, vous avez quelque chose à dire.
                C’est malheureux que certains qui n’ont rien à faire qu’à s’écouter viennent ainsi prendre de notre temps pour soigner leur psychisme dévoyé.
                Mais c’est la rançon de la démocratie.
                J’ai adoré votre façon de ridiculiser Labrune sans avoir l’air d’y toucher.
                Quoiqu’il en soit, vous avez parfaitement résumé le scandale de la situation. Je ne sais quel journal-Mediapart peut-être, ou le canard enchaîné- aura le courage d’exposer ce qui se passe.
                Quel grand malheur si ces faits restent sous le boisseau !

              • capobianco 3 mai 20:20

                @big or no

                «   vous êtes un gros con d’antisémite (anti juif). »


                C’est vrai que l’on devrait vous plaindre......

              • doctorix doctorix 4 mai 08:03

                @big or no
                Donc tous les djihadistes si li siouniss, 

                Absolument. Les jihadistes sont pour la plupart des mercenaires envoyés au MO par les USA (donc les sionistes) pour détruire les états et les civilisations du coin afin de faire de la place pour le Grand Israël.
                l’Ukraine si li siouniss, 
                Tout à fait. Les USA (donc les sionistes) ont donné 5 milliards par l’intermédiaire de Soros et de la NED pour renverser le gouvernement en place par une pseudo révolution colorée.

                le conflit kurde si li siouniss, 
                Tout à fait.

                le Pakistan si li siouniss,  le Congo si li siouniss, la Birmanie si li siouniss...
                C’est le 1% qui reste.
                Et vous pouvez ajouter l’Irak, la Libye et la Syrie au palmares.
                Le sionisme, ce sont quelques millions qui emmerdent quelques milliards d’habitants de cette planète depuis 70 ans et plus parce qu’ils se croient d’essence supérieure (et le disent) et veulent dominer le monde (et le disent) . Ce qu’ils ont d’ailleurs réussi à faire jusqu’ici.
                C’est un cancer au sein de l’humanité.

              • doctorix doctorix 4 mai 08:28

                @big or no
                 Vous pensez vraiment que les 4,5 milliards d’asiatiques, que le milliard de latinos et d’africains...

                Mais les asiatiques sont en paix, au moins majoritairement.
                Quand les africains ne sont pas en paix, les intérêts sionistes sont le plus souvent en cause.
                Et en Amérique du Sud, ce sont les intérêts américains (donc sionistes, c’est devenu la même chose) qui viennent foutre le bordel.
                Les sionistes ont infiltré et corrompu le ccongrès américain, ils y règnent en maîtres, ce qui a permis à Netaniaou de dire qu’il faisait des USA ce qu’il voulait.

                Sionisme : Mouvement politique et religieux, visant à l’établissement puis à la consolidation d’un État juif.
                S’il n’y avait qu’un état juif...C’est le monde entier qu’ils veulent, à commencer par le grand Israël ( la Terre promise aux enfants d’Israël, qui s’étend « du fleuve d’Égypte à l’Euphrate »).
                « Plus le Moyen-Orient est emporté par la destruction et les horreurs sectaires, plus il devient facile de parler d’un des grands tabous de l’histoire contemporaine : le célèbre ‘Plan Yinon[1]’ pour construire un ‘Grand Israël’ à coups de guerres, de génocides et de complots.

              • doctorix doctorix 4 mai 08:44

                Vous allez voir à quel point c’est clair :

                Voici quelques extraits de la version en anglais du texte du soi-disant « Plan Yinon », traduite par le Pr Israel Shahak (1933-2001) :

                La dissolution du Liban en cinq provinces sert de précédent pour tout le monde arabe, y compris l’Egypte, la Syrie, l’Irak et la péninsule arabique. Le processus est déjà entamé. (…)

                La dissolution de la Syrie et de l’Irak en aires distinctes par ethnie ou religion, comme dans le cas du Liban, est l’objectif premier d’Israël sur le front oriental. La dissolution du pouvoir militaire de ces Etats constitue l’objectif à court terme. La Syrie tombera en pièces, en conformité avec sa structure ethnique et religieuse, divisée en différents Etats, comme cela se passe aujourd’hui au Liban.

                L’Irak, riche en pétrole et divisé à l’intérieur, est le principal candidat à devenir le berceau des intérêts d’Israël. Sa dissolution est encore plus importante pour nous que celle de la Syrie.

                Dans une période brève, le pouvoir irakien constitue la plus grande menace pour Israël. Une guerre entre l’Irak et l’Iran réduira en pièces l’Irak et provoquera un front large de lutte contre nous. Chaque type de conflit infra-arabe nous servira.

                En Irak, il est possible de réaliser une division en province sur une ligne ethnico-religieuse, comme en Syrie, pendant la période ottomane. Ainsi, au moins trois États existeront autour des trois principales villes : Bassora, Baghdad et Mossoul. La zone chiite dans le sud sera séparée par celle des Sunnites et des kurdes au nord. (…)

                Si l’Égypte tombe en pièces, des pays comme la Lybie, le Soudan ou encore les États cesseront d’exister dans leur forme actuelle et s’uniront à la ruine et à la dissolution de l’Égypte. (…)

                La Jordanie ne peut pas continuer à exister dans sa structure actuelle encore pour longtemps. La politique d’Israël, aussi bien en période de guerre que de paix, doit être orientée vers la liquidation de la Jordanie. »

                Et il y a encore quelqu’un pour penser que le sionisme n’est pas responsable de toutes ces guerres ? Y compris le conflit kurde, destiné à diviser et morceler l’Etat Syrien ?


              • doctorix doctorix 4 mai 08:46

                Le 5 septembre 2013, dans les pages du New York Times, Alan Pinkas, ancien conseiller général israélien à New York et membre de l’élite politique conservatrice de Tel Aviv, a décrit en ces termes le conflit syrien : « Il s’agit d’une situation de déséquilibre dans laquelle il est nécessaire que les deux parties [le gouvernement d’Assad et les rebelles] perdent : nous ne voulons pas qu’il y ait un vainqueur. (…) Nous laissons les deux se saigner et mourir par hémorragie : c’est notre approche stratégique : tant que le conflit se prolongera par la Syrie, il ne se produira aucune vraie menace pour Israël. »

                Il est impossible d’être plus clair. Le plan israélo-américain en Syrie n’a jamais été d’aider les citoyens de ce pays, mais de s’assurer l’effectif démembré de la Syrie, afin de poursuivre les « objectifs stratégique » conçus par l’État hébreux.

                Le 9 octobre 2015, Tomas Alcoverro, correspondant au Moyen-Orient pour le quotidien La Vanguardia de Barcelone, a ainsi écrit à propos des attaques lancées par les gouvernements de la Russie et de la Syrie de début octobre 2015 : « Si cette offensive conjointe a du succès, le plan américain de fomenter la guerre de friction pour porter à l’épuisement les deux factions, partira en fumée. »

                Mais, les Américains et les Israéliens ont eu leur plan contrarié par le président russe Poutine qui les a démasqués.

                Sacré Poutine !

                Vous comprendrez pourquoi on l’aime bien !


              • knail knail 4 mai 12:06

                 @doctorix

                Bonjour Doctorix,

                Merci pour votre compliment et permettez moi de poursuivre avec vous un instant mes bavardages

                Effectivement ces manières de pseudo analyses et de communications de l’Occident guerrier atteignent des sommets de tartufferie. La bête est elle acculée, ou suffisamment sûre d’elle même pour se croire tout permis ?

                A moins qu’il faille voir là une façon de faire monter la pression psychologique chez ses ennemis ?

                Il leur faut une belle dose de maîtrise sur eux même à ceux là pour ne pas répondre à la violence et au mensonge d’une manière qui les accuserait aux yeux d’un public non averti. Je n’aurais personnellement, à mon grand tort, probablement pas cette faculté, tant la déformation de la réalité à laquelle nous assistons est révoltante.

                A ce propos je trouve la maîtrise du langage, de la communication d’un Lavrov, d’un Poutine, de la diplomatie russe de manière générale, ou même d’un Bachar el Assad, quoi que l’on en pense par ailleurs, remarquables en comparaison de nos politiques étrangères absolument catastrophiques tant en action qu’en communication.

                Allez, je me risque, par esprit de jeu, puisque tel était le thème de certains échanges, à me laisser aller à ma petite parano personnelle.

                Comme je vis une partie de l’année dans un pays slave, ou je rencontre tant des Polonais que des Biélorusses, des Ukrainiens et des Russes, je sais à quel point l’Occident fascine et tout particulièrement la France et la francophonie sont aimés, littéralement à vous serez dans les bras de tous ces gens là qui ont toujours plein de choses fort aimables à déverser sur vous à propos de vos origines.

                Comme par ailleurs, comme on dit, « il faut être deux pour danser le tango », je me dis qu’il est assez difficile de faire un ennemi de quelqu’un qui vous aime tant. 

                Alors, cette manière de communiquer et d’agir scandaleuses, grossièrement scandaleuses, ahurissantes de bêtises, et révoltantes en termes de justice, n’est ce pas une manière, voulue, de « nous » faire détester de ceux là même qui ne nous cachent toujours pas leur admiration, ceux là qui nous aiment encore malgré tout ce que nous leur faisons ou ne leur faisons pas ?

                Il est bien connu qu’échauffer les esprits est primordial et historiquement prouvé lorsque l’on songe à des conflagrations généralisées. L’Occident dans ses velléités fait en tout cas tout ce qu’il peut pour se faire détester des Russes, des Syriens etc., et qui sait le fait il non pas seulement par représailles, tel qu’annoncé, mais véritablement et principalement par calcul. Non pas seulement pour se défier des politiques qui lui résistent d’un Poutine ou d’un Bachar El Assad, mais afin que que les Russes, les Syriens, les Iraniens etc. finissent malgré eux, malgré des siècles d’admiration, de sympathie, et même d’amour, par nous détester... Cela en arrangerait en tout cas plus d’un.

                Fin de ma parenthèse paranoïaque.

                Quoi qu’il en soit, des articles comme le vôtre sont essentiels afin de lutter contre des ruptures desquelles on ne se relève qu’en fort mauvais état…. Quand on se relève…

                Concernant la possibilité que les médias conventionnels communiquent ce genre d’informations, je ne sais pas ? La situation semble un peu plus ouverte et diversifiée dans le monde anglo-saxon.

                Je suis entouré d’un certain nombre de journalistes conventionnels. J’ai subjectivement l’impression que les choses commencent tout de même à bouger de ce côté là, mais de là à foutre en l’air radicalement la « fabrique du consentement » … je me montrerais plus prudent. Les humains sont ce qu’ils sont...

                Encore que les sommets de duplicités et de mensonges, d’incohérences logiques, que nous atteignons en ce moment, deviennent tels qu’il doit tout de même devenir fort difficile pour beaucoup de journalistes, prolétaires des médias de masses, de continuer à faire semblant qu’ils ne voient pas et ne comprennent pas…Cela devient une injure flagrante à l’intelligence et à leurs capacités de réflexion...

                Alors qui sait ces sommets - parce qu’il devient tout de même difficile de monter plus haut- peuvent ils permettre d’envisager un début de révolte de ceux qui sont sommés de radoter (« du blabla » de la bouche même d’une présentatrice connue de la RTBf, que je connais personnellement et qui m’avoue ne pas pouvoir écouter les informations du genre de celles qu’elle a été sommée de radoter durant des années tant cela manque de sérieux, d’analyse et de travail) sur les ondes et dans la presse.

                Au plaisir.


              • inev 11 mai 13:01

                Salut vieux frère :)

                Vous autres fiers de votre nominatif, ne soyez pas aigris, pratiquez l’euristique ! hkln vous choppe avec une efficacité proportionnelle a la longueur de votre tartine. Plus vous tartinez, plus vous êtes grillé.

                Je vous propose un compromis simple. Nominatif, c’est un citoyen, c’est une voix, c’est son avis public et assumé. Pseudo, c’est un singe, c’est de l’art, de la littérature, de la philosophie, de la réflexion.

                Voila. ++


              • Cyrus Cyrus 2 mai 16:26

                Au-delà de cette utilisation idéologique du complot, la paranoïa est aussi présente dans sa forme pathologique dans ces milieux, mais là nous entrons dans le pathologique.


                Voir de la paranoïa , de l’ antisémitisme , ou même de l’ agressivité chez TOUT vos autres contradicteurs est déjà un symptôme avancé de votre propre dysfonctionnement . 
                De Meme adhérer a tout propos qui confortent vos position idéologique sans aucune forme de critique devrait vous alerter .

                Lachez l’ iran , remplissez votre vie avec autre chose .
                vous êtes mono-maniaque et vous imaginez votre vie 
                vivez la 

                • leypanou 2 mai 16:30

                  le ton a été donné dès la première question, posée en l’occurrence par une journaliste britannique leur demandant combien ils avaient été payés pour venir, affirmant ainsi explicitement qu’ils avaient été payés : cela aurait été intéressant de savoir quel journaliste et/ou de quel journal il s’agit.

                  Je pense que des moments où on peut mettre les journalistes en face de leurs responsabilités sont rares et il ne faut surtout pas les rater : ici un exemple (3mn de video) où justement la journaliste canadienne Eva Bartlett, poliment mais fermement, remet un journaliste à sa place.

                  Quant au fond de l’article lui-même, on sait tous que des guerres ont été déclenchées sur des false flags ; je me demande si ce qui vient de se passer n’est pas un essai pour d’autres attaques à venir de la part des mêmes encore plus graves qui pourront nous amener loin, très loin.


                  •  C BARRATIER C BARRATIER 2 mai 20:16

                    Merci pour cet article
                    Une commission d’enquête parlementaire serait bienvenue
                    De toute façon, comme pour l’IRAK c’est une affaire montée...mais elle ne débouche sur rien. Ou plutôt un bon coup pour le président syrien


                    • doctorix doctorix 2 mai 23:23

                      (...)

                      En fait, l’histoire semble se répéter. En 1999, c’était le massacre de Racak quand la Serbie avait été accusée du meurtre d’Albanais kosovars civils. Deux expertises en médecine légale ont été réalisées. L’enquête biélorusse a conclu qu’aucun des corps ne portait des traces d’exécution, qu’il ne s’agissait pas d’un massacre et que les corps ont été mutilés a posteriori pour faire croire à une exécution. Mais simultanément, des spécialistes finlandais, épaulés par l’Américain Kurt Volker, ont tiré une conclusion contraire : des civils ont été tués par les forces serbes et cette conclusion a servi de prétexte pour les bombardements de la Serbie.

                      Les accusations d’attaque chimique présumée font ressurgir les souvenirs sur l’Irak. Les bombardements de ce dernier ont commencé après la fameuse démonstration par Colin Powell, alors secrétaire d’État américain, avec un tube plastique contenant une mystérieuse poudre blanche. Bien qu’il n’y ait jamais eu de preuves réelles de la détention « d’armes de destruction massive » par Saddam Hussein, cet épisode est resté dans les mémoires pour sa conséquence : l’invasion de l’Irak.

                      Le mois dernier, les Skripal ont été empoisonnés au Royaume-Uni et ont failli mourir. Après leur hospitalisation, ils sont mis au secret. Conséquence : l’expulsion de 150 diplomates.

                      Après les frappes contre la Syrie, les dirigeants dénoncent « les mensonges » de la Russie et déclarent que leurs missiles ont touché tous les objectifs visés, peu importe les images publiées par les médias russes de nombreux missiles intacts interceptés.

                      Toutefois, « l’agression russe » ne s’est pas limitée à couper l’Occident de la réalité. Elle aurait également porté atteinte à l’une de ses principales valeurs déclarées : la liberté d’expression. Actuellement, citer la position russe, syrienne, etc., peut valoir à un média mainstream une enquête officielle sur la « diffusion de fake news » et une accusation des institutions civiles de « transmission de la propagande russe ». En conséquence, peu de médias libres osent prendre des risques. Les titres sur le témoignage de Syriens à l’OIAC le prouvent de manière évidente : tous les médias transmettent de manière disciplinée la vérité certifiée conforme avec les mêmes mots et mêmes formulations.

                      source :https://fr.sputniknews.com/international/201804281036151946-temoignage-oiac-douma-presse/



                      • doctorix doctorix 2 mai 23:28

                        Et ces titre scandaleux, les voici :

                        Japan Times : « La Russie est accusée d’une honteuse mascarade, présenter des habitants de Douma pour tenter de prouver que l’attaque chimique était une mise en scène »

                        The Times : « La mascarade honteuse d’une famille de Douma »

                        Mirror : « La Russie présente un enfant syrien de 11 ans en tant que « témoin » pour « prouver que l’attaque est fausse ». »

                        Otago Daily Times : « La Russie tente de discréditer l’attaque de Douma »

                        ABC News : « La Russie est accusée d’une honteuse mascarade pour avoir présenté de prétendus témoins de l’attaque chimique syrienne »

                        New York Daily News : « La Russie descendue pour sa tentative de démentir l’attaque chimique syrienne »

                        La presse mondiale est complètement gangrénée, et trois agences de presse font la loi. Une américaine, une anglaise et une française. Justement les trois pays agresseurs et criminels de guerre.

                        Goebbels est plus vivant que jamais.



                      • xana 3 mai 19:42

                        Merci Stratediplo pour votre article.
                        Naturellement je fais partie de ceux qui sont convaincus depuis longtemps de ce que les médias ne font plus autre chose que de la propagande de guerre, qui d’ailleurs constitue un crime de guerre.
                        Je ne désespère pas de vivre assez encore pour voir passer les journalistes qui s’y livrent devant un tribunal, et j’espère aussi les voir un jour se balancer sous une potence.

                        Merci également à Doctorix qui a encore le courage de répondre aux trolls agressifs et haineux, payés ou pas pour tenter de pourrir les fils quand un auteur ne leur convient pas. Nous sommes un certain nombre à relever leurs propos lorsqu’ils flirtent plus ou moins ouvertement avec l’apologie du crime de guerre ou contre l’humanité. Lorsque les choses auront changé des enquêtes pourront être menées malgré la protection trompeuse de l’anonymat. Certains passeront entre les mailles, mais si un ou deux de nos trolls passent au tribunal et à la potence, nous n’aurons pas perdu notre temps.

                        En attendant chaque article publié pour faire apparaître ce que les médias cherchent à étouffer, est une petite victoire contre ces crapules. Merci encore.

                        Jean Xana

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès