• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Frappes iraniennes en Irak : le Pentagone admet que 11 soldats ont été (...)

Frappes iraniennes en Irak : le Pentagone admet que 11 soldats ont été blessés

Source : CNN

Traduction : lecridespeuples.fr

Plusieurs soldats américains ont été blessés lors de l’attaque au missile de l’Iran la semaine dernière sur la base aérienne d’Al-Asad en Irak, alors que le Pentagone avait initialement déclaré qu’aucune victime n’était à deplorer.

« Bien qu’aucun militaire américain n’ait été tué lors de l’attaque iranienne du 8 janvier contre la base aérienne d’Al Asad, plusieurs ont été traités pour des symptômes de commotion cérébrale dus aux explosions et sont toujours en cours d’examen », a déclaré la coalition militaire dirigée par les États-Unis combattant (prétendument) Daech en Irak et en Syrie dans une déclaration jeudi 16 janvier.

« Par précaution, les militaires ont été transportés de la base aérienne d’Al Asad, en Irak, au centre médical régional de Landstuhl en Allemagne pour un dépistage de suivi. Lorsqu’ils seront jugés aptes à reprendre leurs tâches, les militaires retourneront en Irak, après leurs examens de contrôle », ajoute le communiqué.

Un responsable militaire américain a déclaré à CNN que 11 militaires avaient été blessés dans l’attaque lancée en représailles aux frappes aériennes américaines qui avaient tué le Général iranien Qassem Soleimani la semaine précédente. Le média Defense One a été le premier à signaler les blessés.

Après l’attaque, le Pentagone avait déclaré qu’aucune victime n’avait été provoquée par les 16 missiles tirés par l’Iran. L’armée américaine définit comme victime quiconque a subi une blessure ou est décédé parmi son personnel.

Interrogé sur la divergence apparente entre les deux déclarations, un responsable de la Défense a déclaré à CNN : « C’était l’évaluation du commandant au moment des faits. Les symptômes sont apparus quelques jours après les frappes, et les soldats ont été traités avec une grande prudence. »

Après la publication de cette histoire, le capitaine Bill Urban, porte-parole du US Central Command, qui supervise les troupes au Moyen-Orient, a déclaré que l’armée avait appris après l’attaque que 11 personnes avaient été blessées – huit ont été transportées au Landstuhl Regional Medical Center en Allemagne et trois ont été envoyés au Camp Arifjan au Koweït pour « dépistage de suivi ».

« C’est la procédure standard : tout le personnel à proximité d’une explosion est soumis à un dépistage des lésions cérébrales traumatiques et, si cela est jugé approprié, on les transporte à une unité de soins plus élevée », a déclaré Urban dans un communiqué. « Tous les soldats dans la zone d’explosion immédiate ont été examinés et diagnostiqués selon la procédure standard, selon le ministère de la Défense. (…) Lorsqu’ils seront jugés aptes au travail, les militaires devraient rentrer en Irak, après avoir subi les examens de contrôle. »

La semaine dernière, le secrétaire à la Défense Mark Esper avait déclaré que l’évaluation initiale n’avait trouvé que des dommages matériels.

« L’actuelle (évaluation des dégâts de bataille) est, si vous voulez, encore une fois, nous pouvons vous obtenir des détails, des choses comme des tentes, des voies de circulation, le parking, un hélicoptère endommagé, des choses comme ça ; rien que je décrirais comme majeur, c’est du moins comme ça que je le note à ce moment précis. Voilà donc le résultat de l’attaque à ce stade, tel que nous le connaissons. Le plus important, c’est qu’il n’y a pas de victimes, pas de victimes amies, qu’il s’agisse des États-Unis, de la coalition, d’un entrepreneur, etc. », a déclaré Esper.

L’information concernant ces 11 blessés survient après que l’Iran a tiré sur deux bases irakiennes abritant des troupes américaines en représailles au meurtre de Soleimani dans la capitale irakienne de Bagdad. L’administration US affirme avoir tué Soleimani en guise de tentative de désamorcer les tensions avec l’Iran, mais Téhéran l’a décrit comme un « acte de guerre » et du « terrorisme d’État ». Soleimani était la deuxième personnalité la plus puissante du pays.

Les responsables américains ont présenté différents récits de ce qu’ils considèrent comme les motivations de l’attaque de l’Iran. Le vice-président Mike Pence a déclaré la semaine dernière que l’administration pensait que les frappes « visaient à tuer des Américains », et le Général Mark Milley, le président de l’état-major interarmées, a déclaré qu’il pensait que les attaques « visaient à causer des dommages structurels, à détruire des véhicules, du matériel et des aéronefs et à tuer du personnel. »

Mais un sentiment croissant a émergé la semaine dernière parmi les responsables de l’administration US, à savoir que l’Iran avait délibérément évité de toucher les zones peuplées d’Américains. Plusieurs responsables de l’administration ont déclaré à CNN que l’Iran aurait pu diriger ses missiles vers des zones peuplées d’Américains, mais a intentionnellement évité de le faire. Ces hauts responsables américains ont déclaré que l’Iran avait peut-être choisi d’envoyer un message plutôt que de prendre des mesures suffisamment importantes pour provoquer une réponse militaire américaine substantielle, un signal possible que l’administration Trump cherchait une justification pour apaiser les tensions.

L’Irak a reçu un avertissement indiquant que la frappe était imminente et a pu prendre les « précautions nécessaires », selon un communiqué du Premier ministre irakien Adil Abdul Mahdi. Un responsable américain de la défense a déclaré que l’Irak, à son tour, avait averti les États-Unis.

Cependant, des responsables du Pentagone ont déclaré qu’ils n’avaient reçu aucun avertissement de ce type de la part des Irakiens, mais que les États-Unis avaient pu détecter l’attaque assez tôt pour alerter les forces américaines sur le terrain.

L’ambassadeur iranien auprès des Nations unies a déclaré vendredi dernier que les bases irakiennes abritant des troupes américaines avaient été principalement sélectionnées pour démontrer la capacité de frapper des cibles avec une haute précision, et non pour tuer des Américains, contestant les affirmations publiques faites par les hauts responsables de l’administration Trump.

« Nous avons déclaré, avant de prendre nos mesures militaires, que nous choisirions le moment et le lieu, et nous avons choisi le lieu où l’attaque contre Soleimani a été lancée », a déclaré vendredi l’ambassadeur iranien Majid Takht Ravanchi à John Berman de CNN sur « New Day » vendredi dernier en réagissant aux commentaires de Pence. « Et nous ne considérons pas un nombre élevé de victimes comme un élément déterminant dans nos calculs. »

MISE À JOUR : Cette histoire a été mise à jour avec des informations supplémentaires sur l’attaque et une déclaration du US Central Command.

***

Voir également ce rapport d’Al-Manar, chaine du Hezbollah

Source : https://french.almanar.com.lb/1617266

Un citoyen américain a assuré avoir perdu tout contact avec son fils unique, un marine qui servait dans la base américaine Aïn al-Assad en Irak, depuis son bombardement le 8 janvier dernier.

En riposte à l’assassinat, le 3 janvier, du chef de la force al-Qods des gardiens de la révolution le général Qassem Soleimani, l’Iran a tiré 16 missiles contre cette base située dans la province d’Al-Anbar. Causant des pertes importantes.

Alors que l’administration américaine ne cesse d’arguer qu’il n’y a pas eu de pertes humaines, des informations diffusées ultérieurement sur la mort fortuite de soldats américains dans des conditions inconnues sapent cette version.

« Je suis le père d’un fils unique. Durant la frappe iranienne balistique contre Aïn al-Assad, il se trouvait là-bas. C’est mon fils unique et je n’ai aucune nouvelle de sa part là-bas en Irak. Pourquoi personne ne me donne aucune réponse sur ce qui s’est passé réellement », a dit Aline Elinor a révélé lors d’un appel téléphonique avec la chaine de télévision américaine C. SPAN, dans le cadre d’un programme intitulé Washington Journal.

http://media2.almanar.com.lb/videofiles/2020/January/news/reports/16-WhatsApp_Video_2020-01-16_at_16.56.46.mp4?_=1

« Les médias américains disent qu’il n’y a pas eu de pertes humaines dans le bombardement iranien balistique sur Aïn al-Assad, mais cela fait une semaine que mon fils ne répond pas à son téléphone et ne répond pas à mes appels. Je ne sais pas s’il est vivant ou mort », a-t-il ajouté en pleurant.

« Que Dieu maudisse Trump », a-t-il vociféré.

Depuis l’attaque iranienne sans précédent contre la base américaine, les cas de soldats américains morts dans des conditions saugrenues se font nombreux. Comme c’est le cas des deux soldats américains retrouvés sans vie, le lundi 13 janvier, dans la région allemande de la Rhénanie-Palatinat, à l’ouest du pays.

Le mercredi 15 janvier, la CBS news a rapporté la mort d’un soldat des forces américaines tué le mardi 14 janvier lors d’un entrainement de parachute dans l’Arizona aux Etats-Unis.

Les USA sont soupçonnés de ne pas révéler toute la vérité sur leurs pertes humaines , occasionnées dans les régions de leur déploiement dans le monde. Ils auraient tiré la leçon de la guerre du Vietnam au cours de laquelle la divulgation du nombre des militaires américains tués serait derrière le mouvement hostile à cette guerre qui a joué un rôle décisif pour l’arrêter.

***

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter.


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Xenozoid Xenozoid 19 janvier 2020 15:47

    @Christian Labrune

    probablement israël,with high probability


  • Franchounet 18 janvier 2020 18:06

    Encore un torchon !


    • Analis 18 janvier 2020 18:06

      Trump ne s’arrange pas, non seulement il persiste dans ses méthodes de voyou, mais il les hisse à des niveaux inégalés. Après avoir commis ce qui consiste en un acte de guerre et une agression non seulement contre l’Iran mais contre l’Irak, quel culot monstre ! Il est vrai qu’en matière d’hostilité contre l’Irak, ils n’en sont pas à ça près... On reconnaît bien là qui sont les vrais terroristes, agresseurs et déstabilisateurs du Proche- et du Moyen-Orient (ce qui s’applique à tous ceux qui les appuient et les soutiennent). Mais bon, de toute façon, ils vont devoir partir, cette fois les Irakiens savent qu’ils doivent mettre fin à la situation créée par l’agression de 2003.

      https://francais.rt.com/international/70171-retrait-troupes-americaines-washington-aurait-menace-irak-bloquer-compte-a-la-fed

      Retrait des troupes américaines ? Washington aurait menacé l’Irak de bloquer

      son compte à la Fed

      13 janv. 2020, 13:33 Retrait des troupes américaines ?

      Invoquant sa souveraineté, le Parlement irakien a voté en faveur du retrait des soldats américains du pays, après une frappe étasunienne sur Bagdad, qui a déclenché une crise régionale. En face, Washington use de la menace économique envers l’Irak.

      L’administration américaine aurait menacé, cette semaine, de retirer à l’Irak son compte à la Réserve fédérale américaine (Fed), selon des fonctionnaires irakiens cités, sous couvert d’anonymat, par The Wall Street Journal, le 11 janvier. Dans une dépêche ce 13 janvier, l’AFP rapporte également le témoignage d’un responsable de ce pays qui révèle qu’un haut fonctionnaire américain lui aurait déclaré  : « Si les troupes américaines sont expulsées, les Etats-Unis vont bloquer votre compte à la Réserve fédérale à New York. »

      Cette menace présumée fait suite à un vote du Parlement irakien enjoignant les 5 200 soldats américains en poste dans le pays à plier bagages, en réponse à une frappe étasunienne sur l’aéroport de Bagdad, qui a mis le feu aux poudres à la région. Le 3 janvier, Washington éliminait en effet le général iranien Qassem Soleimani et Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-iranienne et figure de proue de la lutte contre Daesh en Irak. Washington a beau envoyer des signaux contradictoires concernant son intention de rester présent militairement en Irak, il n’en reste pas moins que les Etats-Unis ont peu apprécié la décision des parlementaires irakiens. « S’ils nous demandent effectivement de partir, si nous ne le faisons pas sur une base très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vu auparavant [...] Elles feront apparaître les sanctions contre l’Iran comme presque faibles », déclarait ainsi Donald Trump, cité par l’AFP, le 5 janvier à bord d’Air Force One, de retour de ses vacances à Mar-a-Lago (Floride).

      Ouvert en 2003 après le renversement (qui se soldera par la pendaison) du dirigeant irakien Saddam Hussein par les Etats-Unis, le compte irakien à la Fed abrite des milliards de dollars tirés de l’exportation de pétrole, qui représente 90% des revenus du pays et son unique source de devises.

      « Ils vont nous pousser dans les bras de la Russie, de la Chine et de l’Iran »

      L’argument de Washington, visant à contrer la décision exprimée par Bagdad, serait pris très au sérieux. « Si l’accès à notre compte est bloqué, le robinet à dollars est coupé », résume un responsable irakien cité par l’AFP. « Ce sera l’effondrement », prévient un autre, expliquant que sans revenus pétroliers, l’Irak ne pourrait plus payer ses fonctionnaires et ses retraités.

      « Le Premier ministre [Adel Abdul-Mahdi] était furieux, il s’est senti insulté », rapporte un fonctionnaire irakien à l’AFP. Un autre affirme que si Washington mettait ses menaces à exécution, Donald Trump « perdra[it] l’Irak ». « Ils vont nous pousser dans les bras de la Russie, de la Chine et de l’Iran », ajoute-t-il.


      • Analis 18 janvier 2020 18:26

        Rappelons que suite à l’agression, le premier ministre irakien démissionaire Adel Abdul Mahdi avait confirmé que les vrais terroristes étaient bien les USA, qui avaient fait ouvrir le feu sur les manifestants par leurs sbires, et avaient tenté de voler leur pétrole. La suite des déclarations de Trump a confirmé la vérité de ses propos :

        https://lesakerfrancophone.fr/assassinat-de-soleimani-leffet-retour-de-flamme-saccentue

        Assassinat de Soleimani : l’effet retour de flamme s’accentue …

        l’Irak révèle comment Trump a essayé de voler son pétrole. [Cœur sensible s’abstenir !, NdT]

        Par Moon of Alabama − Le 7 janvier 2020

        Un scandale se développe en conséquence de la mauvaise action de Trump après que le Premier ministre irakien Adel Abdul Mahdi a révélé les méthodes de gangster que le président américain Trump a utilisées dans ses tentatives de voler le pétrole irakien. Ci-dessous, nous suivons le développement du jour.

        […...]

        Trump a déclaré qu’il demanderait à l’Irak de payer pour les bases que les États-Unis ont construites si les troupes américaines étaient expulsées d’Irak. Les États-Unis ont déjà des accords juridiques contraignants avec l’Irak qui stipulent que les bases et toutes les installations fixes que les États-Unis ont construites sont la propriété de l’Irak.

        Trump avait déjà demandé – à deux reprises – aux Premiers ministres irakiens si les États-Unis pouvaient obtenir du pétrole irakien en récompense pour avoir envahi et détruit leur pays. Ses demandes ont été rejetées. Maintenant, nous apprenons que Trump utilise également des méthodes de gangsters pour obtenir le pétrole de l’Irak. L’intervention du Premier ministre irakien Abdul Mahdi a eu lieu lors de la récente session parlementaire en Irak :

        Al-Halbousi, président du Conseil des représentants irakien, a bloqué le discours de M. Abdul Mahdi lors de la session prévue pour discuter de la décision de retirer les forces américaines d’Irak.Au début de la session, Al-Halbousi a quitté le siège présidentiel et s’est assis à côté de M. Abdul-Mahdi, après sa demande d’interrompre la retransmission en direct de la session, une conversation publique a eu lieu entre les deux parties. La voix d’Adel Abdul Mahdi s’est enflée.

        M. Abdul Mahdi a parlé avec un ton de colère, disant :"Les Américains sont ceux qui ont détruit le pays et y ont fait des ravages. Ce sont ceux qui refusent d’achever la construction du système électrique et des projets d’infrastructure. Ils ont négocié la reconstruction de l’Irak en échange de l’abandon de 50% des importations irakiennes de pétrole, j’ai donc refusé et décidé d’aller en Chine et j’ai conclu un accord important et stratégique avec elle, et aujourd’hui Trump essaie d’annuler cet important accord."
        Le président américain a menacé le Premier ministre irakien de le liquider directement, avec le ministre de la Défense. Les Marines sont le troisième élément qui a tiré sur les manifestants et les services de sécurité.

        Abdul Mahdi a poursuivi :

        "Après mon retour de Chine, Trump m’a appelé et m’a demandé d’annuler l’accord, alors j’ai également refusé, et il m’a menacé de manifestations massives qui me renverseraient. En effet, les manifestations ont commencé, puis Trump a appelé, menaçant d’une intensification en cas de non-coopération et de réponse à ses souhaits, grâce au troisième élément (les tireurs d’élite des Marines) visant les manifestants et les forces de sécurité en tirant à partir des plus hautes structures et de l’ambassade des États-Unis pour tenter de faire pression sur moi, me soumettre à ses souhaits, et annuler l’accord avec la Chine, donc je n’ai pas répondu et soumis ma démission. Mais les Américains persistent à ce jour à annuler l’accord avec la Chine et lorsque le ministre de la Défense a dit que ceux qui tuent les manifestants sont un troisième élément, Trump m’a appelé immédiatement et physiquement menacé, moi et le ministre de la défense, au cas où nous révélions qui est ce troisième élément."


        Le tweeter fiable, TOM CAT basé en Irak semble confirmer la chronologie  :

        TØM CΛT @TomtheBasedCat - 4:00 UTC · 7 janv.2020 [https://twitter.com/TomtheBasedCat/status/1214396388999663619 ]

        Oui, une délégation de 50 personnes s’est rendue en Chine en 2019, puis les manifestations ont commencé le 1er octobre jusqu’aux dates du pèlerinage Arbaeen, puis ont repris le 25 octobre. Je suis sceptique quant au troisième élément mais le timing lui-même est intéressant. Les flammes ont été attisées par les médias des pays du Golfe et Al-Hurra.

        Al-Hurra est une chaîne de télévision en langue arabe financée par le gouvernement américain.

        Southfront fait un rapport similaire, apparemment d’une source différente[*], avec un contexte supplémentaire[**].

        [* https://threadreaderapp.com/thread/1214408047302520832.html]
        [** https://southfront.org/iraqi-prime-minister-was-forced-to-resign-after-trump-threatened-his-life/]

        […...]


        • Jonas 18 janvier 2020 19:30

          @Analis.

          Chaque fois , qu’un pays arabo-musulman ou musulman non arabe est dans le pétrin , il essaie de mettre sur le dos des Etats-Unis et des autres pays occidentaux ses maux en prétextant , qu’on veut le « pilier » et d’en vouloir a son pétrole. C’est un rituel, comme la fatiha , avant chacune des cinq prières.

          Sauf que les Etats-unis se dégage du pétrole du Moyen-Orient et ces pays seront bientôt , en relation directe avec la Chine , qui a réellement besoin de pétrole pour son industrie , grande consommatrice des énergies fossiles.
           
          Les 20 premiers producteurs de pétrole en 2018.
          1)Les Etats-Unis 
          2) L’Arabie saoudite
          3) La Russie
          4)Canada
          5)Irak
          6)Iran
          7)Chine
          8)Emirats arabes unis
          9)Koweït
          10)Brésil
          11) Mexique
          12)Nigéria
          13)Kazakhstan etc. Les pays Arabo-musulmans et musulmans non arabes , pour eux , la belle époque est passée. Bientôt , d’autres sources énergétiques , viendront , et diminueront l’importance de ces pays qui ne réside que dans l’exportation des hydrocarbures. 


        • Analis 19 janvier 2020 22:08

          @Jonas

          Il faut tenir compte de ce que la production des USA, de par la nature très particulière du pétrole prédominant chez eux, dépend beaucoup d’un pris du dollar élevé. Il faut tenir compte aussi de ce que le jour où la Chine décidera d’exploiter ses considérables ressources de pétrole de schiste, elle n’aura plus besoin d’importer grand-chose.

          Pour le reste, le comportement de Trump a amplement confirmé qu’il est effectivement un voleur de pétrole et/ou de revenus pétroliers, comme l’ont été ses prédécesseurs. En fait, il voudrait inciter les irakiens à mettre fin au système inique de devoir mettre leurs revenus sur un compte à la Réserve Fédérale US qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Plus largement,le comportement et les déclarations des états-uniens rappellent qu’ils ne sont en Irak (comme en Syrie) que des occupants et des agresseurs. Eux et leurs sbires un peu partout dans le monde peuvent gloser autant qu’ils veulent sur la corruption des responsables irakiens, mais c’est eux qui ont mis en place ce système de corruption. Il ne pourra prendre fin que lorsqu’ils partiront.


        • Jonas 20 janvier 2020 07:22

          @Analis
          Pour l’instant , ce sont les Etats Unis , qui sont les premiers producteurs, et s’ils augmentent leur production, les prix baisses , et ce sont les pays a la mono exportation qui subissent les dégâts , car beaucoup de ces pays ne tiennent leur peuple que par les subventions et la corruption. 

          En Syrie , les occupants sont les Russes , les Iraniens et au nord -est les Turcs., donc revoyez votre sujet.

          Il n’y a aucun Américain , ni occidental, qui place son argent dans les pays arabo-musulmans , en revanche ce sont les dirigeants de ces pays , qui placent l’ argent volé a leur peuple dans les banques occidentales , parce qu’ils n’ont pas confiance dans le personnel de leur pays ni dans la situation politique. 

          D’ailleurs , lorsque les Américains ou les Occidentaux veulent punir , un dirigeant ou un homme d’affaires de ces pays pour corruption ils lui lui bloquent son compte dans leur pays.
          La corruption dans les pays du pétrole est une seconde nature.


        • Analis 20 janvier 2020 10:39

          @Jonas

          >Pour l’instant , ce sont les Etats Unis , qui sont les premiers producteurs, et s’ils augmentent leur production, les prix baisses , et ce sont les pays a la mono exportation qui subissent les dégâts , car beaucoup de ces pays ne tiennent leur peuple que par les subventions et la corruption.

          Mais s’ils font trop baisser les prix, leur industrie pétrolière spécifiquement locale, celle à base d’huile de schiste, est alors en grosse difficulté ; Cela s’est produit ces dernières années, quand à la suite de la politique non pas états-unienne, mais séoudienne, de surproduction afin de baisser les prix, de nombreux producteurs locaux du sud et du centre des USA se sont retrouvés en faillite. Leur pays avait certes une économie diversifiée, et il s’en est remis beaucoup plus facilement que ceux à mono-exportation, mais cela leur a fait une belle jambe à eux.


          >En Syrie , les occupants sont les Russes , les Iraniens et au nord -est les Turcs., donc revoyez votre sujet.

          Alors, ce serait à vous de réviser votre sujet, comme d’habitude pourrais-je ajouter, mais vu que vous souffrez toujours des mêmes hallucinations, cela ne vous servirait à rien. Les seuls occupants de Syrie sont les Turcs, c’est le seul point sur lequel vous ayez raison, et les USA et leurs alliés, toujours présents sans la moindre légitimité dans l’est et le nord-est du pays, avec l’intention affichée de voler le pétrole syrien. Les autres sont là de façon tout-à-fait légitime, à la demande du gouvernement entièrement légitime.


          >Il n’y a aucun Américain , ni occidental, qui place son argent dans les pays arabo-musulmans , en revanche ce sont les dirigeants de ces pays , qui placent l’ argent volé a leur peuple dans les banques occidentales , parce qu’ils n’ont pas confiance dans le personnel de leur pays ni dans la situation politique.

          C’est vrai, mais ce que vous montrez là, sans vous en rendre compte, c’est que le système de corruption et de pillage des pays occidentaux est beaucoup plus fiable et stable que celui des pays en développement. C’est que contrairement à ces derniers, où la situation peut évoluer, les dirigeants comme le peuple se révolter, il n’y a pas de force puissante dans les premiers pour remettre en cause ce système. Grâce à l’écrasement des médias par les élites, et aux multiples idiots utiles qui les soutiennent.


          >D’ailleurs , lorsque les Américains ou les Occidentaux veulent punir , un dirigeant ou un homme d’affaires de ces pays pour corruption ils lui lui bloquent son compte dans leur pays.

          Et certainement, en corrollaire des remarques précédentes, il n’y a aucune chance pour que les dirigeants voleurs et corrompus occidentaux se voient soumis à ce traitement. La même chose valable que pour leur soutien au terrorisme et les crimes de guerre qu’ils commettent et comettent, qu’il est vain d’essayer de poursuivre. Trum, et les sénateurs et généraux qui le poussent, ne court aucun risque pour le pillage et l’occupation de l’Irak comme de la Syrie qu’il couvre.


          >La corruption dans les pays du pétrole est une seconde nature.

          Mais on sait qui a mis en place ce système, et qui l’entretient. Les événements d’Irak le rappelent à grande échelle.


        • Jonas 18 janvier 2020 18:59

          « Le cri des peuple » est un sous-marin du régime des mollahs. Il prétend être bien renseigné . dans ce cas peut-il affirmer ou infirmer le nombre de 1 500 morts lors des manifestations contre le régime criminel des mollahs , selon l’Agence Reuters ? Ou il doit attendre les ordres ? 


          • sls0 sls0 18 janvier 2020 22:41

            @Jonas
            Ce serait plutôt à l’agence Reuters de prouver les chiffres.
            Une de mes sources pour le local c’est livemap. Plutôt pro américain ce site mais c’est du brut de fonderie, sous la propagande il y a des choses intéressantes.
            Malgré l’orientation, pas une photo ou une vidéo de victime. Si une photo d’une fille dont on voit la tête et les épaules. Il y a du sang sous la tête comme il peut avoir du sang suite à un accident de scooter. Pas une seule photo de blessure.
            Il y a aussi des vidéos où l’on entend des coups de feu, jamais un flic en train de tirer. La seule personne que j’ai vu tirer c’est un manifestant, c’est peut être sympa pour le moral mais le coté manif pacifique en prend un sale coup.
            Il est plus facile de prouver un présence de cadavre qu’une absence, non ?
            C’est à ceux qui parlent de 1500 morts de confirmer et prouver. Pour le cri des peuples il lui est facile d’infirmer, il lui suffit de demander les photos. Même en Iran il y a des smarphones et tweeter fonctionne très bien chose que je vois tout les jours en allant sur livemap.
            Marrant livemap, ils sont tout fiers d’annoncer la destruction d’un blindé de l’armée syrienne à tel endroit. L’endroit me dit aussi que l’armée syrienne a avancé de 60km en 10 jours.
            Oui, il y aurait eu 1500 victimes, j’en aurais vu quelques unes sur livemap.
            Quand on tape comme mots clés reuters et mensonges, l’agence Reuters a un sacré paquet de casseroles.


          • Jonas 19 janvier 2020 09:16

            @sls0

            Vous pouvez raconter ce que vous , voudrez , comme vous le voudrez et dans la grammaire de votre choix. 

            Pour dissiper , tout malentendu , tout mensonge , c’est d’autoriser la presse étrangère ,nombreuse et diverse à se rendre partout dans le pays ,et d’interviewer qui elle veut, et que le régime évite de bloquer INTERNET.

             Quant un régime a peur de la vérité , quand un régime a des choses à cacher , il interdit aux médias de faire leur boulot. On connait , l’Union soviétique était passé , maître dans ce domaine, vous connaissez la suite. 

            1. Au Yemen , il n’y a pas de guerre , pas de morts , pas de destruction , tout se passe bien et le pays ne manque de rien.
            2. Au Xinjiang ( Chine ,) pas de persécution de musulmans asiatiques , pas de camps d’enfermement , pas d’interdiction de pratiquer sa religion. C’est le gouvernement chinois qui le dit , donc c’est vrai.
            3. En Corée du nord , les gens sont heureux de vivre dans ce beau pays , pas de répression , pas de famine, la liberté de voyager est totale , paroles de Kim Jong -Un
            C’est trois pays ,comme par hasard , interdisent aux médias de travailler et aux photographes de parcourir le pays. 
            Et les seules déclarations autorisées sont celles des régimes en place. 

          • sls0 sls0 19 janvier 2020 15:48

            @Jonas
            Un lien youtube, de jeunes qui traversent le pays comme ils ont traversé d’autres pays.
            https://www.youtube.com/playlist?list=PLEqLjv-o4UqgdqgSv2iG5J_PDbY9xltM3


          • altaos 20 janvier 2020 17:26

            Huit soldats us, décédés en allemagne, un autre aux us depuis le bombardement de précision opéré sur la base el assad par les iraniens Des familles aux us commencent à se manifester sans nouvelles de leur proche affecté sur place La précision des frappes a surpris le pentagone et l’état d’Israël qui accusent maintenant les russes d’avoir fourni aux iranniens les outils liés au système Glosnasss Le brouillage des systèmes de poursuite intégrés aux patriots a fonctionné à merveille Les six F35 opérants dans la région de Téhéran juste après ’l’attaque des missiles ont été parfaitement repérés par les systèmes de localisation russes et la dca iranniene a été mise en etat d’ alerte maximum La tragédie du 737 rappelle étrangement celle de l’antonov russe en finale sur la base syrienne de hemenin


            • armand 20 janvier 2020 18:40

              @altaos
              oui et donc résultat 000000 pointé


            • sls0 sls0 21 janvier 2020 01:36

              @altaos
              Pas de morts juste après l’attaque, l’honneur est sauf.
              Les américains sont stratégiquement coincée sur ce coup là. Quelle gaffe ! Quand Hitler n’a pas voulu évacuer Stalingrad, dans son entourage il y a dû avoir du monde qui a dit : quelle gaffe ! 
              C’est pas un pion qu’ils ont perdu, en face ils n’ont pas récupéré un pion mais une dame.

              Le système glonas a une précision de 2,8m, en version gratis c’est plus que suffisant pour des missiles. Maintenant si un jour vous avez un accident en employant votre smartphone qui peux aussi employer Glonass, Israël pourra aussi jeter la pierre aux russes.
              Si c’est pour balancer des missiles sur la tronche d’américains il vaut mieux employer le système russe qu’américain. Comme les capteurs GPS travaillent avec les deux systèmes, on s’en fout.
              Comme les capteurs sont pour la plupart fabriqués en Chine, qu’Israël incrimine aussi la Chine.
              Bientôt il aura en plus de l’européen, du chinois, de l’indien et du japonais. Plus de la moitié de la planète aidera ces terroristes iraniens.
              Avant le système GPS avait une précision civile et une militaire donc il fallait un accord avec les USA.
              En 2003 juste avant le début de la seconde guerre du golf j’ai vu la précision de mon GPS passer à 29m et 52m. Heureusement que l’aviation à l’époque ne tablait pas trop sur le GPS. J’aimais bien cette époque où l’on devait chiader ses plans de vol.
              Maintenant la précision civile est correcte, si les américains diminuent la précision, les mesures passent au Glonass. Un missile iranien se guide au signal GPS le plus précis du moment, c’est du russe, de l’américain ou un mixe des deux.
              Avant quand il y avait que le système GPS, si les américains avait un doute, ils changeaient la précision civile. Un missile avec 600kg d’explosif à 500m n’est pas dangeureux.


            • ung do 20 janvier 2020 22:58

              D’après le site Press tv français , organisme d’information ( ou de propagande ) du gvt iranien , depuis l’attaque contre les 2 bases US , il semble que les systèmes de défense américains et par conséquent israéliens sont complètement inefficaces .

              Si on y croit , les bases US et Israel sont sans défense contre l’armada de missiles de l’Iran , du Hezbollah et du Hamas , ce ne sont que des cibles immobiles .

              Il faut rappeler l’attaque contre les 2 sites pétroliers Aramco . Tout cela concorde pour affirmer la situation périlleuse des Américains , il leur faudra évacuer toutes leurs bases au Moyen Orient , en Afghanistan , dans le monde entier qui sont environ un millier . Itou pour tous leurs navires de guerre ; vu le progrès énorme des missiles russes , chinois et iraniens , qui dépassent 5 fois la vitesse du son ( hyprsoniques ) , ce seront des caaseroles flottantes , ils n’osent d’ailleurs plus approcher les côtes iraniennes . Récemment , lles Russes ont fait savoir qu’ils

              avaient pu détecter la présence de 5 F-35 , à proxiimité de l’espace aérien iranien , maigré leur prétendue furtiviité . Toute la panoplie hyper couteuse américaine .

              devient inutile et à jeter à la poubelle . Cela devrait leur faire faire des économies faramineuses . L’Amérique aux Américains , le Proche Orient aux Orientaux .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité