• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Pascal Sevran est encore vivant, mais les médias de Panurge se sont noyés (...)

Pascal Sevran est encore vivant, mais les médias de Panurge se sont noyés dans les égouts du scoop

Le 21 avril au soir, lors du journal de 19 heures, la station Europe 1 annonce la mort de Pascal Sevran, en évoquant des sources sûres. Puis c’est Ruquier qui enchaîne. Si vous voyez dans la fenêtre des articles les plus lus d’Agoravox un vieux papier sur Sevran daté d’il y a un an, c’est à cause de ce buzz médiatique. Les internautes se sont rués sur les nouvelles. Cet épisode médiatique restera sans doute comme un des signes les plus retentissants des dérives médiatiques contemporaines annonçant que le journalisme est sur la pente du naufrage. Eh oui, cette profession a mal vieilli et donne des signes de faiblesse, cherchant à tout prix le scoop, comme un certain Airy Routier dont le nom prononcé dans les cercles médiatiques fait le même effet que celui d’André Rieu à l’Opéra de Paris où à l’Académie de Rome. Le scoop revient à annoncer un événement dont on a l’exclusivité et dont les autres ne disposent pas. Cette pratique est parfois ficelée et les parties en profitent. C’est de bonne guerre marchande. Tout économiste sait que l’un des principes essentiels pour faire de bonnes affaires est de jouer sur la rareté. Quand on n’est pas galeriste ni antiquaire et qu’on ne peut pas espérer tomber sur une belle pièce, alors on s’arrange. Moyennant un contrat juteux, un média peut avoir le privilège d’échanger quelques mots avec une célébrité, prendre des photos et publier un reportage qui permettra d’augmenter les ventes. Ces pratiques sont courantes. Ce ne sont pas des vrais scoops, mais plutôt des exclusivités.

Le scoop repose sur la possibilité d’être sur les lieux d’un événement et de pouvoir en tirer un enregistrement, sous forme de photo, de bande son ou encore mieux, de vidéo. Ensuite, tout dépend de la valeur que la coterie médiatique accorde à l’événement, en fonction de son côté pittoresque et de la notoriété des célébrités. G. W. Bush se grattant une crotte de nez n’a pas une grande valeur. Plus exquise est Rachida Dati racontant que Borloo ronfle et pue des pieds. Ce genre de scoop est du pain béni pour les émissions de Ruquier ou Ardisson. Et que penser d’un type qui dans le WTC aurait pu filmer de près l’événement, l’encastrement du boeing dans une des tours, les paniques des gens, puis décamper du lieu pour sauver sa peau et, surtout, le précieux film. Pour sûr, en monnayant son document, ce type aurait pu assurer la fin de ses jours. Voilà ce qu’est un vrai scoop. Il faut avoir la chance d’être sur un événement, ou bien provoquer cette chance en jouant sur son flair et ses réseaux d’informations.

Les sources sûres, ah, ces fameuses sources, ces indicateurs, à qui l’on doit respect et protection quand il s’agit de révéler des trafics d’armes, des escroqueries politiques, des blanchiments d’argent sale. Ces investigations sont devenues risquées comme l’a confessé Denis Robert qui du reste, n’est pas tendre pour la profession, reconnaissant que, dans cette course, il n’y a pas d’amis ni de soutien et que chacun cherche à être le premier. Mais il y a d’autres sources, faisant dans le people et l’insignifiant. On a connu le SMS de Cécilia, avec le diffuseur du scoop jurant ses grands dieux que sa source était infaillible, tout en reconnaissant ne pas avoir eu entre ses mains la preuve de l’existence de la pièce à conviction. Rien ne nous étonne, dans ce milieu, nombre sont en délicatesse avec ce mot si vénéré il y a quinze ans, faisant l’objet de débats au sein d’une profession se sentant déjà basculer dans la médiocrité pour ne pas dire la malhonnêteté. Retenons ce mot, il fait partie du passé, dé-on-to-lo-gie ! Un mot bien évidemment absent pour qualifier ceux qui ont annoncé la mort de Pascal Sevran et, de ce fait, compte tenu de l’énorme bourde, se dévoilent dans leur posture de vautours tournant autour de ce présentateur dont on se doute bien que la mort est prochaine. Les pourvoyeurs de scoop rodent autour de cette mort, alimentant en SMS le réseau et le journaliste Morandini, pris au piège lui aussi, de confirmer avoir reçu plusieurs SMS annonçant dès 18 h 50 le décès de Sevran, avant la déclaration d’Europe 1. Et quelques autres de relayer la fausse mort ; on imagine le pire s’il n’y avait pas eu un démenti rapide. L’annonce au JT et Sevran devant sa télé, regardant la nécro que sa chaîne lui a concoctée. Revenons vers 19 h 15.

Laurent Ruquier, informé par son oreillette grâce aux bons soins de ses collaborateurs, relaie l’info qui est de source sûre, puisque venant d’Europe 1 et Morandini qui la relaie ensuite parce que l’info vient de France 2, là où officiait Sevran. C’est l’effet domino. Comme dans les subprimes. On se passe le produit avarié. Puis, le même Ruquier qui ne décolère pas, affichant un rictus traduisant le désir de lynchage pour ces pourvoyeurs de fausse info, énervé tel un dealer constatant qu’on lui a vendu un kilo de farine pour 20 000 euros. La profession n’en sort pas grandie et les prétextes invoqués ne leurrent plus personne. Le lendemain, l’animateur du journal de 13 heures sur Canal+ se prend de compréhension pour Ruquier, faisant bloc en jurant qu’il aurait fait pareil. A croire que le journalisme dans l’action est un zombi réagissant telle l’araignée sentant la proie s’agiter dans sa toile. C’est de bonne guerre. Les journalistes sont une corporation solidaire, surtout pour défendre les bourdes de leurs confrères. Je fais pareil que mon confrère, un scoop, ça ne se refuse pas, vite une annonce, il faut être sur l’actu, c’est pro ! Pourtant, on les aimerait plus solidaires de Denis Robert que des égarements dans les caniveaux. Sur le blog de Patrick Jankielevicz, rédac chef de la Voix du Nord, on peut lire un billet sur cette affaire et cette légitime condamnation des mauvais journalistes qu’on ne peut empêcher de mal faire leur boulot. Et, dixit l’auteur, les « internautes peu scrupuleux » relayant les dépêches sans vérifier l’authenticité des sources. Ce propos est flagrant du malaise d’une profession qui cherche à trouver des excuses en accusant des internautes qui, sur ce coup, n’y sont strictement pour rien. S’il y a un responsable, c’est JP Elkabbach. Désigné un peu trop facilement pour excuser les frénétiques du scoop qui, une fois leur vessie pleine, pissent de l’info pour éclairer le monde, prenant leur vessie pour une lanterne. C’est aussi facile de désigner les internautes. Sans doute, les journalistes voient-il dans quelques dérives ordinaires de la toile leurs propres faiblesses. L’hôpital se fout de la charité et le fumeur de cigare accuse ceux qui clopent dans les bars d’être responsables de son cancer.

Que dire de plus ? Anomie aurait dit Durkheim, non pas l’anomie du paysan pervers ou maintenant du jeune qui hante les cages d’escalier, mais anomie de gens de bonne société, ces journalistes qui souvent, officient en costard cravate. Absence de Vergogne, dirait Bernard Stiegler, y voyant l’effondrement des soubassements éthiques et moraux de la société. Un grand homme de la IIIe République disait que la politique, c’est comme le boudin, faut que ça pue la merde, mais pas trop. Et les médias, doivent-ils sentir les égouts, mais pas trop, juste pour ressembler à la ville ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (150 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 23 avril 2008 10:21

    Merde !,je me suis soulé la geule pour rien


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 avril 2008 22:09

      Continue à te saoûler Lerma, tes commentaires n’en seront que plus sobre


    • gecko gecko 23 avril 2008 10:22

      Mais ou est passé Huggy les bons tuyaux ! ;)


      • Djanel 23 avril 2008 15:31

         

        .

         

        .

         

        Que dire de plus que Ruquier n’as pas fait son travail de journaliste qui est de vérifier une information avant de la publier mais comme çà prend du temps, il s’en est passé pour ne pas perdre un scoop. Quand il s’aperçoit que l’information était fausse, sa défense fut d’accuser les autres de ne pas avoir fait son travail de vérification.

         

        Conclusion Ruquier est un opportuniste qui confond tout. Il est animateur d’une émission dont la vocation est de divertir mais comme ce n’est pas suffisant pour attirer de l’audience à soi, il se permet de jouer les journalistes d’occasion.

         

        Quant à son éloge funèbre et vu sa sincérité, nous pouvons nous rendre compte que l’hypocrisie est art de l’improvisation où chacun de nous aimerait mourir trois fois par jour pour entendre enfin quelque chose d’agréable sur soi. Vivement que je meure pour qu’enfin, j’entende la vérité sur mes vertus que personne n’avait remarquées de mon vivant.

         

        Snif, snif, snif …


      • Antoine Diederick 23 avril 2008 10:23

        Excellent article....la presse dérappe, enfin une certaine presse , celle des amuseurs publics, mais là, à l’instant même ce n’est plus drôle du tout.

        C’est de la faute professionnelle ? Il ne faut sans doute pas aller jusque là, mais un véritablement manquement aux valeurs du métier de journaliste ou "d’informateur". Cette manie d’épier les confrères pour récupérer de l’info qu’on ne trouve pas soi-même, cette manie de "copiage" servile pour remplir des blancs et nourrir un "papotage" stérile et égocentrique. Le vide intersidéral des "chieurs " de copie de la presse écrite de jadis est remplacée par le bavardage insipide de la télévision et de quelques présentateurs foireux très satisfaits d’eux-mêmes.


        • spartacus1 spartacus1 23 avril 2008 11:28

          Ce n’est pas "une certaine presse" qui dérappe, mais toute la presse. Du moment qu’une information parait, dans un média ou un autre, vraie ou fausse, elle est reprise, amplifiée, déformée, etc.

          Sans compter les bidonneurs du type PPDA, auteur d’un "entretien" avec F. Castro, qu’il n’a jamais rencontré, "entretien" totalement bidonné.

          Timisoara, ça ne vous rappelle rien ? Voir :

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_charniers_de_Timi%C5%9Foara

          et :

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Scandales_journalistiques


        • Sébastien Sébastien 23 avril 2008 10:25

          "Cet épisode médiatique restera sans doute comme un des signes les plus retentissants des dérives médiatiques contemporaines annonçant que le(un) journalisme est sur la pente du naufrage."

          Comme vous y allez ! Il y a pire derive mediatique que l’annonce de la mort de Sevran. C’est triste pour lui surtout s’il est pas loin d’y passer mais il ne faut pas exagerer. Je veux bien m’indigner mais pour des choses autrement plus importantes que cette simple bourde.

          J’espere que la suppression de la pub entrainera l’arret de la course a l’audimat qui genere ce genre d’erreurs. Car la course au scoop certes mais le scoop n’est pas l’objectif. Ce n’est qu’un moyen pour faire de l’audimat et vendre ses spots le plus cher possible.


          • Zalka Zalka 23 avril 2008 10:42

            Je suis pas sûr que la suppression de la pub change quoique ce soit à la recherche du scoop. Et même si vous avez raison pour France Télévision (et donc Ruquier), la suppression de la pub n’est pas près d’arriver pour Europe 1.


          • Sandro Ferretti SANDRO 23 avril 2008 10:33

            @ Dugué

            Concernant l’avant dernière phrase :

            A ma connaissance, c’est plutot André Santini qui l’a pronnoncé, et avec l’andouillette ( ce qui se comprend mieux).

            "La politique, c’est comme l’andouillette, il faut que ca sente un peu la merde, mais pas trop".

            Pour le reste, votre article met le doigt sur une accélération de l’histoire journalistique bien réelle.


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 avril 2008 10:38

              Autant pour moi,

              C’est bien l’andouillette mais la phrase originale est d’Edouard Herriot,

              La politique c’est comme l’andouillette, ça doit sentir la merde mais pas trop !


              • LE CHAT LE CHAT 23 avril 2008 10:56

                @bernard

                c’est pas d’andouillettes qu’il causait le Pascal , mais de bites de noirs !


              • Senatus populusque (Courouve) Courouve 28 avril 2008 14:19

                Sevran n’a jamais parlé de "bites de noirs" ; c’est un faux produit par le journaliste Lionel Paoli. Voir plus loin le texte exact.


              • MagicBuster 23 avril 2008 10:50

                Ouhhhhh Pinaise ... Pour une fois qu’on avait une bonne nouvelle. . . 


                • Alpo47 Alpo47 23 avril 2008 10:56

                  Si l’on en croit "20 minutes", c’est J.P.Elkabach qui serait à l’origine de cette bavure ...

                  http://www.20minutes.fr/article/226979/France-Qui-a-enterre-Pascal-Sevran.php

                  C’est ça, le journalisme pro ...


                  • Grasyop 23 avril 2008 11:39

                    On annonce la mort de Jean-Pierre Elkabbach, lapidé.


                  • Yannick J. Yannick J. 23 avril 2008 16:33

                    Oui effectivement Elkabach est à l’origine de cette bourde...Il s’en est excusé et s’est permi en prime d’accuser le net et les sites d’informations tels agoravox... enfin, surtout le site l’elye wiesel je crois..

                     

                    c’est là que ça en devient pathétique, ne pas assumer son erreur entièrement et en rejeter la faute sur ceux qui l’énnerve... mais comment peut-on être juge et partie en restant impartial ??? elkabach en tout cas ne l’est plus depuis sa prise de pouvoir à public sénat alors qu’il est rémunéré par lagardère...

                    lobbying ? qui a dit lobbying ???

                     

                    cordialement à tous...


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 avril 2008 11:01

                    L ’ important pour un vivant est d’ être pas mort .

                     

                    Moilnoeud .


                    • Soleil2B Soleil2B 23 avril 2008 15:17

                      Tu vas te faire des ennemis Hadd.......................

                      - Lorsqu’on connaît les liens de Dutronc avec la Corse.......................

                      - Si toutefois beaucoup ont compris....................


                    • Gargamel Gargamel 23 avril 2008 12:53

                      Encore une fois je me demande ce que c’est que ce passéisme curieux, depuis le premier jour d’antenne les journalistes cherchent le scoop, encore hier je voyais un film sur la vie de l’astronaute John Glenn on y voyait, et c’est historique, les journalistes harceler sa femme handicapée et begue pour l’exhiber à la tv, appeller le patron de la NASA de l’époque pour qu’il fasse pression sur elle...

                      De la dérive journalistique c’est *ça*, pas annoncer à l’antenne la mort d’un présentateur célèbre quand on a reçu la nouvelle d’une source raisonnablement sure. Je comprend pas que vous reprochiez à Ruquier d’avoir diffusé l’info, vous l’auriez pas fait vous ?

                      Je suis toujours partisan de lancer des pierres sur la presse télévisuelle, mais là vraiment je vois pas de quoi faire un procès (à part à l’abruti de première classe qui vient de signer sa démission d’europe 1 bien sur).


                      • maxim maxim 23 avril 2008 13:12

                        cette dérive nous montre aussi bien la fragilité des scoops ,que l’avidité des requins de l’info qui pour vendre enterrent les gens avant leur mort ...

                        je suis déçu par Europe 1 ,je les croyais plus circonspects et plus selectifs lorsque l’on leur transmet un scoop ......

                        qu’est ce qu’on ne ferait pas pour vendre !


                        • WOUF 23 avril 2008 13:43

                          C’est vrai que le journalisme citoyen ne ferait pas ce genre d’erreur 


                          • brieli67 24 avril 2008 04:25

                            Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarf ! que oui.......... les 6 cognes

                            Le scoop-coup de l’échanson de l’Amer - bière et l’artisan du Pretzel qui étouffe. dont AV ne s’est jamais remis. 

                            2v se sentir bien seul ce soir son caniche-caniveau entre les planches 

                            not’ Géraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaard

                            WUEST ou WÜST - wüst veut dire "pas beau " "pas gentil" en alsacien dixit Kansas City.


                          • Djanel 24 avril 2008 08:27

                            couche tard ou lève tôt.

                            c’est je n’arrive pas à poster sur les fils de morice ni sur les fils deu tibet-chine-france : free corsica

                            pour toi est-ce pareil. l’article apparait sans les commentaires.

                            ce commentaire est un essais.


                          • Francis29 JL 23 avril 2008 14:06

                            Voilà cette société du spectacle avide d’événements, dans toute sa bêtise, avec ses pipoles qui ne savent parler que d’eux-mêmes se regardant mutuellement le nombril.


                            • Soleil2B Soleil2B 23 avril 2008 14:09

                              Il est heureux que Elkabbach n’ait pas précisé que Sevran avait lui aussi laissé tomber son god électrique dans la baignoire !


                              • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 avril 2008 14:09

                                Bah, comme d’habitude, c’est la faute à Internet qui colporte des ragots et des rumeurs... Ça me fait rigoler, l’empressement de cette profession (journalistes) à stigmatiser ce qui est devenu leur principal outil de travail... Un peu comme en 1910, où on devait accuser le téléphone d’être un outil dangereux, à utiliser avec méfiance...


                                • brieli67 24 avril 2008 04:34

                                  raté Ludo c’est pas l’AFP

                                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Discuter:Pascal_Sevran

                                  Annoncée sur Europe 1, Pure People et TV TNT mais rien du côté Reuters et AFP pour le moment...mais si France Télévision a confirmé...(apparemment) LeMorvandiau [discuter] 21 avril 2008 à 19:49 (CEST)

                                  Sur wikipedia, le décès a été annoncé pour la première fois à 18h56 par l’adresse IP 194.117.218.93 (qui après recherche est celle de "Matra Global Netservices" et localisée à Paris, on pense donc à Europe 1). C’est cette même adresse IP qui a retiré la phrase annoncant le décès, à 19h26.

                                  Vu les contributions de cette IP ici il est plus que probable que ce contributeur soit très bien renseigné sur les coulisses d’Europe 1 .... J’imagine bien le journaliste qui a dit : "bon, on va mettre ça sur la biographie de Sevran, pour voir l’effet piranha". Pierre73 (d) 21 avril 2008 à 22:46 (CEST)

                                   

                                   

                                  camoufflage camoufflage et beau panier de crabes.


                                • Radix Radix 23 avril 2008 14:35

                                  Bonjour

                                  Mettre dans le même sac Elkabbach et Ruquier c’est de la mauvaise foi.

                                  Ruquier n’est pas journaliste, il est en direct d’une émission de divertissement et on lui passe une dépêche AFP pour la lire au risque de plomber sérieusement l’ambiance. Il n’a aucun moyen de vérifier, c’est le boulôt de la chaîne et des journalistes qui y travaillent et cela pouvait attendre le JT.

                                  C’est pas compliqué de passer un coup de téléphone à la famille pour vérifier, vu que Sevran travaillait sur France 2 ils ont les coordonnés.

                                  Que dire de l’AFP qui envoie dans la nature une nouvelle sans la vérifier, celà jette un sacré doute sur les autres informations qu’ils relayent !

                                  Elkabbach s’est probablement fait intoxiqué et s’est un peu trop précipité, ce qui n’est pas excusable de la part d’un journaliste qui a une telle carrière.

                                  Radix


                                  • Gasty Gasty 23 avril 2008 14:59

                                    Dans ce cas, peut-on parler de contre scoop ???

                                    "Sevran n’est pas mort."


                                    • Gasty Gasty 23 avril 2008 15:08

                                      Ce soir Pascal Sevran a l’intention de venir râler en direct au journal du 20 h.


                                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 avril 2008 15:19

                                      Faudra alors prévoir un studio de télé médicalisé, avec une perf


                                    • brieli67 24 avril 2008 04:44

                                      sympa les pottes

                                      de nous remember les vagissements autour d’une sous-ministre en direct sur le 20 h

                                      c’était pas Vierzon c’était pas Honfleur c’était pas Limoges !


                                    • brieli67 24 avril 2008 04:44

                                      sympa les pottes

                                      de nous remember les vagissements autour d’une sous-ministre en direct sur le 20 h

                                      c’était pas Vierzon c’était pas Honfleur c’était pas Limoges !


                                    • brieli67 24 avril 2008 07:24

                                      BEN OUI .... l’évéché de Maubeuge closed sans pancartes

                                      me laisse bien dubidatif devant mon kawoua ce matin.

                                      du moins si peu laudatif de la comm d’Avox. Bis-tris repetitam.

                                      Empaffés les piafs se cachent pour mourir ... 

                                      DOMMAGE.


                                    • Soleil2B Soleil2B 23 avril 2008 18:40

                                      Sans "intuition" perturbatrice ?

                                      - Non, c’est "institution" perturbatrice !


                                    • Soleil2B Soleil2B 23 avril 2008 20:00

                                      Pour ce genre de chose, ta mère me paraît mieux placée !

                                      - Ou alors, va voir Sevran


                                    • Soleil2B Soleil2B 23 avril 2008 20:25

                                      Tout va bien sous le soleil !

                                      - Le pastis et les amis sont excellents, et on se fend la gueule dans les chaises longues à lire vos conneries sur le portable.

                                      - Là vous pouvez arrêter, on va regarder Sàrkö sur TF1 !


                                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 avril 2008 17:58

                                      Desproges est quant à lui bien mort ce qui ne nous empêche pas de plaisanter

                                      Pour ceux qui ont suivi, savez vous pourquoi Sevran ne décolère pas contre Ruquier ?

                                      La réponse n’est pas dans le billet. Le vainqueur gagne un single de Dany Brillant


                                      • tvargentine.com lerma 23 avril 2008 19:18

                                        DUGUE qui sait tout car de source sûr pense qu’ elles étaient en ménage


                                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 avril 2008 22:08

                                          Quelques relents d’homophobie Lerma ?


                                        • Zalka Zalka 24 avril 2008 10:06

                                          Pas que des relents. Pour lui, tous les gay sont des pédophiles. Il n’a peut être pas remarqué que Fourniret ou Dutroux violaient des jeunes filles, ce qui montre clairement que les pédophiles peuvent être aussi bien homos qu’hétéros.


                                        • Lourinki 23 avril 2008 20:19

                                          Quelle histoire navrante... Je n’ose imaginer l’effet d’un tel "scoop" sur une personne déjà fragilisée par la maladie - avec tout ce que cela comporte comme "effets collatéraux" sur le plan psychologique. Ou plutôt si, j’ai essayé de l’imaginer et de pousser le principe à l’extrême, dans cette mini-nouvelle : Info 2.0


                                          • furio furio 23 avril 2008 20:23

                                            Oui mais enfin, si Sevran a été annoncé mort, fauché par un cancer, il doit quand même y avoir une part de vérité non ? Sevran serait donc trés mal en point. Maintenant une boulette médiatique sur un SEUL homme c’est quand même pas une tragédie. Songez que nos médias continuent à taire que les états-unis ont commis un génocide de 1 MILLION d’Irakiens ! Et pas un mot là-dessus. Par contre les morts tibétains on sait, les morts du Darfour on les connait, etc....


                                            • Soleil2B Soleil2B 23 avril 2008 21:26

                                              Question a 1 franc Dugué

                                              - Le dénommé Zalka me traite de mafieux (encore que je m’en batte les c......) et lorsque je lui réponds, tu me supprimes le post ?

                                              - Ca veut dire quoi ça, que tu approuves ?

                                              - N’oublie pas de répondre, sinon je vais te poser la question longtemps.


                                              • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 avril 2008 22:07

                                                Pour 1 franc, je ne me déplace pas

                                                Surtout que je n’ai rien compris à la question

                                                 


                                              • Zalka Zalka 24 avril 2008 09:38

                                                Ouh, la belle déformation. J’ai qualifié les supporters des nationalistes de mafieux. Je me suis vu répondre des menaces de morts du genre un calibre 11.43 dans les amygdales. Et encore, je passe les nombreuses insultes à mon égard.

                                                 

                                                Puisque tu semblais sous entendre que je n’aurais pas les couilles d’affronter ton gros calibre en te répétant de visu ce que j’ai dit, je vais te proposer la chose suivante :

                                                C’est toi qui va venir chez moi. On se rend aux commissariat du coin, et je vais te répéter ce que j’ai dit. Et là, on va voir si tu oses mettre en pratique tes menaces. C’est assez fair play dans la mesure où je risque ma vie quand tu ne fais que risquer quelques années à l’ombre.


                                              • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 24 avril 2008 17:17

                                                Tu risques ta vie en te réfugiant chez les poulets toi ?

                                                - T’es comme un certain connard qui voulait faire descendre quelqu’un qui l’avait traîté d’enculé parcequ’il était entouré de 300 flics ou gardes du corps.

                                                - Mais il me semble avoir lu quelque part, que tu avais écrit que la Vierge Marie était un mammifère qui avait mis bas sans fécondation !

                                                - Me trompais-je ?


                                              • JP-Bourguet JP-Bourguet 23 avril 2008 22:45

                                                On ne devrait pas parler de déontologie mais au contraire "des hontes au logis". Lamentable ce perpétuel besoin de frimer qu’on est le meilleur.


                                                • Le Hérisson Le Hérisson 23 avril 2008 23:34

                                                  Merci pour cet article. Mais, "en principe", la profession de journaliste est soumise à une déontologie stricte. L’un de ces principes, peut-être même le plus important et le plus connu (dans les écoles, certes, mais ensuite.... ?) est qu’un journaliste DOIT VERIFIER son information, en recoupant notamment deux sources différentes.

                                                  Certes, une erreur "de bonne foi" est toujours possible et deux sources peuvent toujours se tromper l’une et l’autre et indépendamment l’une de l’autre. Cependant, l’on remarque toujours dans des faits d’une telle nature que celui d’Europe 1 que l’erreur n’était pas de bonne foi : le journaliste, en l’occurence, le patron d’Europe 1 -excusez du peu ! - non seulemnent n’avait qu’UNE seule source, mais de plus, n’a pas VOULU recouper l’info. Ce qui est une double erreur, comme dans le cas de la fausse maison de Mitterrand dénichée par Plénel, par exemple..

                                                  Hélas, si l’on en croit Europe 1 et son inlassable directeur, il semble bien que ce principe de vérification, pourtant obligatoire et élémentaire, se perde.

                                                  Ceci est fort dommageable et peut obérer la profession toute entière. En effet, c’est l’une des différences essentielles (mais pas la seule) avec un autre moyen d’information tel qu’Internet.

                                                  Par ailleurs, cher Bernard Dugué, le terme "scoop" s’emploie assez peu dans notre profession et est finalement assez rare. Contrairement à ce que l’on pense parfois, il ne fait pas vraiment partie de notre jargon quotidien (on le trouve plutôt dans des films et des ouvrages "sur" le journalisme) et nous lui préférons le terme d’exclu. (Ce qui est un peu différent, mais vous l’avez expliqué).

                                                  J’espère seulement, que de telles pratiques seront dénoncées. En attendant, elles mériteraient une bonne sanction car elles nuisent, non seulement au journal qui a fait l’erreur, mais à toute la profession en général. Cela ne semble pas être le chemin que prend Europe 1, comme ce ne fut pas le cas du Monde, il y a quelques années à propos de la maison supposée de Mitterrand.. Hélas... Encore hélas.


                                                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 avril 2008 15:58

                                                    "il semble bien que ce principe de vérification, pourtant obligatoire et élémentaire, se perde."

                                                    Il s’était perdu dès le début de l’affaire Sevran, puisqu’elle était partie d’un faux construit par Lionel Paoli. En effet, le texte de Pascal Sevran :

                                                    « Des tombereaux d’enfants morts de faim, de soif, desséchés au soleil, des enfants ou ce qu’il en reste : quelques os oubliés des vautours que des tracteurs et des bennes à ordures enseveliront sous le sable en feu. Le Niger. Safari-photo insoutenable. Des enfants on en ramasse à la pelle dans ce pays (est-ce un pays ou un cimetière ?) où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé au monde. Neuf enfants en moyenne par couple. Un carnage.

                                                    Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout-va. La mort est au bout de leur bite. Ils peuvent continuer puisque ça les amuse. Personne jamais n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort. Nous devrions avoir honte de nos larmes de crocodile sur les cadavres de ces anges noirs qui régalent les mouches ».

                                                    ne correspond pas du tout à ce qu’en avait tiré (et titré entre guillemets) Lionel Paoli, journaliste aux Informations générales de Nice-Matin et Var-Matin, le 2 décembre 2006. C’est pourtant ce titre, fabriqué par un faussaire, qui a circulé partout (La bite des noirs est responsable de la famine en Afrique).


                                                  • nounoue david samadhi 24 avril 2008 01:02

                                                     :) oh benh cette boutade est une perle journalistique :)



                                                    • TSS 24 avril 2008 09:12

                                                      il s’etait absenté momentanément en Afrique pour couper la quequette des noirs qu’il trouve trop longue à son goût


                                                      • Patience Patience 24 avril 2008 09:48

                                                        Pascal Sevran !?

                                                        J’ai toujours pensé que ce gars-là avait une tête de zombi.

                                                        La preuve par le mort-vivant.


                                                        • Patience Patience 24 avril 2008 09:58

                                                          Pascal Sevran !?

                                                          J’ai toujours pensé que ce gars-là avait une tête de zombi.

                                                          Ben là, j’en ai la preuve par le mort-vivant.


                                                          • Bigre Bigre 24 avril 2008 10:06

                                                            C’est qui Sevran ? L’article ne le dit pas et ça ne me dit rien du tout ce nom .... et je n’ai pas ern vie de fouiller plus loin cette fausse (bonne ?) nouvelle.


                                                            • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 avril 2008 15:51

                                                              Le texte authentique de Pascal Sevran

                                                              « Des tombereaux d’enfants morts de faim, de soif, desséchés au soleil, des enfants ou ce qu’il en reste : quelques os oubliés des vautours que des tracteurs et des bennes à ordures enseveliront sous le sable en feu. Le Niger. Safari-photo insoutenable. Des enfants on en ramasse à la pelle dans ce pays (est-ce un pays ou un cimetière ?) où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé au monde. Neuf enfants en moyenne par couple. Un carnage.

                                                              Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout-va. La mort est au bout de leur bite. Ils peuvent continuer puisque ça les amuse. Personne jamais n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort. Nous devrions avoir honte de nos larmes de crocodile sur les cadavres de ces anges noirs qui régalent les mouches ».

                                                              vaut bien plus que tous les commentaires.

                                                              Et bien plus aussi que ce qu’en avait malhonnêtement tiré (et titré) Lionel Paoli, journaliste aux Informations générales de Nice-Matin et Var-Matin, le 2 décembre 2006.


                                                              • jaja jaja 27 avril 2008 13:02

                                                                Ami de l’ancien président socialiste François Mitterrand, Pascal Sevran est proche du président de l’UMP Nicolas Sarkozy.

                                                                Quels sont les mécanismes réels qui font que l’Afrique crève de faim et qui n’ont rien à voir avec « la bite des noirs » comme le dit si élégamment cet abruti.

                                                                Depuis la moitié des années 1980, les Nations très endettées ont vu leur dette ré-échelonnée. Le paiement du principal est renvoyé à des jours meilleurs. En attendant elles doivent payer le service de la dette (les intérêts) qui tournent, en moyenne, aux alentours de 20%, bien au delà du taux d’usure pratiqué à l’intérieur de la Communauté européenne, (8,15% en juin 2002 !).

                                                                Il est à noter qu’il n’existe pas de taux d’usure au niveau international ! Or un taux de 20% représente un coût énorme, doublant la dette tous les 5 ans ! Ce sont ainsi des sommes considérables qui ont déjà été versées par les pays pauvres sans que le principal de leur dette soit diminuée le moins du monde.

                                                                Donc « Le service de la dette est ainsi, d’une manière générale, à peine inférieur à la valeur des exportations en biens et services, si nous prenons la moyenne de ces pays  ». Ce qui veut dire que le « salaire » de ces Nations, à savoir le montant de leurs exportations, est quasi intégralement consacré à rembourser les intérêts de la dette !

                                                                Le phénomène capital, menant à cette situation inique, est le résultat de la dislocation des Accords de Bretton Woods, en 1944, qui devaient, à l’origine, permettre de redistribuer une grande partie des réserves en or amassées par les États-Unis pendant et entre les deux guerres mondiales. Cette redistribution, achevée (en 1971), ne sera hélas, suivie d’aucun retour à l’ancien système de l’étalon or, ni ne sera fondé aucun nouvel ordre monétaire, ne portant la marque exclusive d’un impérialisme particulier.

                                                                Le 15 août 1971 les Accords de Washington confirmèrent la suppression de la garantie or du dollar et octroyèrent donc aux USA l’opportunité d’être le seul pays au monde à ne pas avoir besoin de réserves pour garantir leur monnaie. Autrement dit, les Etats-Unis ont, depuis cette date, « le droit et le privilège exorbitant d’émettre la monnaie internationale, et de pouvoir, par là même, acheter les biens du Monde avec du simple papier »

                                                                Il faut aussi savoir que les États du Sud, souvent dirigés par des despotes, à la botte de leurs maîtres du Nord, confondant leurs fonds propres avec les biens publics, ont rarement utilisés les prêts consentis pour développer les forces productives de leurs pays. Ainsi les sommes empruntées ont fréquemment abouti dans les coffres des paradis fiscaux, tels la Suisse et ses fameux comptes secrets, au profit exclusif des tyrans et de leurs familles.

                                                                Pour achever les pays endettés il ne manquait plus que les experts du FMI, qui, par le plan Brady du 10 mars 1989, proposèrent l’échange de la dette contre l’acquisition des entreprises nationalisées de ces États (compagnies pétrolières, eau, gaz, électricité, mines etc.).

                                                                Les grandes compagnies internationales, après socialisation des dettes, c’est-à-dire après avoir fait payer aux peuples des pays sur endettés les pertes de ces entreprises, les achetèrent donc, avec de la monnaie de singe, faisant ainsi des affaires en or, relevant davantage du brigandage que du commerce international !

                                                                Il ne restait plus au FMI qu’à imposer la hausse des taux d’intérêts pour, soi-disant, attirer les capitaux flottants dans ces pays et ainsi « relancer » l’économie. Le crédit devint si cher que la contraction des investissements et du volume des affaires furent désastreux.

                                                                On peut donc constater les difficultés extrêmes à honorer leur dette, sans même parler du remboursement du principal, de la part tous ces pays en voie de paupérisation. Cela conduit des millions d’individus à connaître des conditions de vie effroyables.

                                                                Les USA, quand à eux, peuvent se permettre, sans dommages, un déficit 1,5 milliard de dollars par jour ! Autrement dit, faire payer leur dette par les autres grâce à la faculté qu’ils ont, et eux seuls, d’émettre la monnaie internationale

                                                                Je pense que l’on peut affirmer que la médecine homéopathique ne viendra pas à bout de cette conjoncture catastrophique. Ainsi affirmer que les cours mondiaux des produits et matières premières sont trop bas, sous-évalués, en Occident, par les « tenants de l’économie marchande  », masque les mécanismes économiques illégitimes, causes de la mort de populations entières. C’est-à-dire :

                                                                1. L’hégémonie du dollar comme monnaie d’échange et de réserve à l’échelon international. (donc l’impérieuse nécessité de changer d’ordre monétaire international).

                                                                2. Le bradage des entreprises des pays endettés pour, soi-disant, diminuer la dette

                                                                3. La hausse des taux d’intérêt (pour, soi-disant attirer les capitaux flottants) imposée par le FMI, réforme qui renchérit le crédit, donc provoque la crispation d’économies déjà agonisantes.

                                                                Rien à voir donc avec les âneries du richissime spécialiste des petites ritournelles à la con sur France2.


                                                                • Bulgroz 27 avril 2008 13:13

                                                                  Selon le rapport du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies « Révision 2006 »

                                                                  http://www.un.org/esa/population/publications/wpp2006/French.pdf

                                                                  « la population mondiale augmentera probablement de 2,5 milliards au cours des 43 prochaines années, passant du chiffre actuel de 6,7 milliards à 9,2 milliards en 2050. Cette augmentation équivaut à ce qu’était la population mondiale en 1950 et elle sera principalement le fait des régions moins développées, dont la population passerait de 5,4 milliards en 2007 à 7,9 milliards en 2050. »

                                                                  Ce sont les 48 pays de la zone subsaharienne qui sont les plus démunis qui sont le plus irresponsables selon le rapport de la banque mondiale (1 Avril 2008). Dans cette zone, le taux d’augmentation de la population est de 2,5% contre 1,2% en Amérique Latine et en Asie. À cette cadence, la population de l’Afrique doublerait en 28 ans :

                                                                  http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/AFRICAINFRENC HEXT/0,,contentMDK:21713202 pagePK:146736 piPK:226340 theSitePK:488775,00.html

                                                                  Population de l’Afrique Subsaharienne multiplée par 4 en 50 ans :

                                                                  1950 : 177 millions d’habitants
                                                                  2004 : 700
                                                                  2006 : 782
                                                                  2038 : 1500 ?

                                                                  Les pays de cette zone totalisaient 782 millions d’habitants pour un GDP de 713 Milliards d’USD et d’un GNI moyen annuel par habitant de 829 USD en 2006.

                                                                  La France avec 62 millions d’habitants (en 2006) avait un GDP de 2 248 Milliards de’USD et un GNI de 36 560 USD par habitant.

                                                                  http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/DATASTATISTICS/0,,contentMDK:20535285 isCURL:Y menuPK:1390200 pagePK:64133150 piPK:64133175 theSitePK:239419,00.html

                                                                   


                                                                • WOUF 27 avril 2008 18:34

                                                                  Bien choisie la photo, il a l’air de dire : qui m’a piqué mon nonos ?


                                                                  • WOUF 27 avril 2008 18:57

                                                                    Ou : bouh le vilain matou !


                                                                    • jankielewicz 28 avril 2008 18:14

                                                                      Tout à fait d’accord quant à la responsabilité des journalistes professionnels sur ce coup-là, comme en témoigne ma deuxième chronique sur le sujet : http://59secondes.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2008/04/23/pascal-sevran-pas-mort-suite-les-journalistes-en-etat-de-cho.html

                                                                      Patrick Jankielewicz

                                                                      Rédacteur en chef adjoint de La Voix du Nord


                                                                      • Dimetrodon Dimetrodon 9 mai 2008 17:50

                                                                        Finalement l’info était simplement en avance de quelques jours puisque c’est aujourd’hui que Pascal Sevran a décidé de quitter ce monde…

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès