• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ce que signifie l’abandon du Frexit par le FN

Ce que signifie l’abandon du Frexit par le FN

Depuis toujours, je dénonce le manque de sérieux et de travail de Marine Le Pen et du FN à l’égard des questions économiques, qui me faisait alors douter de sa sincérité dans la défense de certaines idées. Le masque est tombé en 2017 avec l’enterrement précipité de la souveraineté monétaire entre les deux tours de la présidentielle, plus que jamais confirmé cet automne.

 

Patriotes à éclipse, démagos à plein temps
 
Pendant six longues années, avec l’aide de Florian Philippot, Marine Le Pen a tenté de défendre un discours progressiste appuyé par un retour plein et entier à la souveraineté nationale, notamment à travers la sortie de la monnaie unique et le retour au franc. Mais faute de convictions et de travail, elle a été totalement incapable de défendre ces idées dans les médias, aboutissant à un bien piteux recul entre les deux tours de l’élection présidentielle, qui ne lui a pourtant pas épargné un débat calamiteux face à Macron, qui était pourtant l’incarnation idéale de tout ce qu’elle combat, le meilleur adversaire qu’elle pouvait trouver face à elle, pas moins superficiel, même si plus sûr de lui.
 
2017 a marqué un virage pour le FN, et son allié d’entre-deux tours, qui, faute de parvenir à convaincre les français, ont préféré solder leurs idées et renoncer de manière de plus en plus claire au retour à la souveraineté économique. Ils affirmaient alors que « la transition de la monnaie unique à une monnaie commune européenne n’est pas un préalable à toute politique économique  ». Depuis, la reculade se poursuit au ralenti, comme un tableau impressionniste, où le retour à la souveraineté se fait tous les jours un peu plus distant, elle qui disait pourtant que 70% de son projet en dépendait en mars… Depuis le départ de Philippot, il n’est plus question que de réforme de l’UE et l’euro…
 
C’est ainsi que, comme le PS et LR avant elle, elle affirme que « nous sommes résolument européen. Nous devons définir quels mécanismes démocratiques nous permettront de réformer l’Europe  ». Et, comme le rapporte David Desgouilles, lors de son passage à l’Emission Politique, elle a défendu une réforme de l’euro, se contentant seulement de ne pas exclure une sortie, réduite à une option de plus en plus hypothétique. Ce faisant, le FN privilégie ses intérêts sur ceux des Français, en voulant devenir le Trump hexagonal, sulfureux, mais pas si différent des autres. Aujourd’hui, le FN ne devient qu’une variante à peine moins politiquement correcte du LR que propose Laurent Wauquiez…
 
Or, sans mandat clair pour reprendre les rênes du pouvoir, en sortant vite et pleinement de l’UE et de l’euro, le FN serait réduit à une continuité dans bien des domaines. Comment espérer reprendre le contrôle de nos frontières sans sortie du marché unique et de Schengen ? Cette inconstance et ce manque de sérieux sur les moyens pourtant fondamentaux pour mettre en place la partie de son programme sur laquelle le FN est resté constant démontre à nouveau la superficialité de ce parti, qui est décidément le meilleur ennemi des eurolibéraux mondialistes. Le recul devant l’obstacle des sondages en dit long sur les convictions réelles de ces dirigeants qui préfèrent leur confort aux principes.
 
Cette évolution pousse certains à demander un rapprochement des droites. Après tout, dans l’UE et l’euro, ils pourraient se rejoindre sur le maigre agenda politique qu’ils maîtriseraient pleinement. Mais cela se ferait aussi sans doute sur une ligne plus ultralibérale encore que celle de Macron. Voilà pourquoi je combats totalement un tel projet qui ne ferait qu’empirer la situation sur bien des sujets.

Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • nenecologue nenecologue 6 janvier 10:41

    Le FN a perdu son cerveau ET ses bras en perdant philippot ...


    Mais pour ce qui est d’en faire un atout pour les euroliberaux mondialistes ,il faut se rappeler que le FN à la présidentielle est le seul parti qui n’est pas financé par les rotschild ...


    • Diogène diogène 6 janvier 11:05

      @nenecologue

      qu’est-ce que vous en savez ?

    • doctorix doctorix 6 janvier 16:26

      @nenecologue
      qui n’est pas financé par les rotschild ...

      Mais par la secte Moon.
      C’est pas mieux.`

      C’est bien fait pour vous. Il fallait laisser tomber cette poissarde vulgaire et voter Asselineau, si vous vouliez sortir de l’Europe et de l’Euro (et de l’OTAN).
      En prime, vous auriez gardé les fesses propres.

    • nenecologue nenecologue 6 janvier 17:23

      @diogène


      Je le sais car les comptes de campagnes de tous les candidats ont été publiés.

      Renseignez vous avant de couiner.

    • nenecologue nenecologue 6 janvier 17:24

      @doctorix

      Si l’immonde l’a dit c’est forcement vrai ...

    • NEMO Clark Joseph Kent 7 janvier 18:53

      @nenecologue

      je suis pas aussi con que j’en ai l’aire !
      les hommes de paille, ça existe !

    • Laulau Laulau 6 janvier 10:49

      Très bien mais l’auteur devrait se poser une question : pourquoi ce revirement du FN ?
      Les résultats du premier tour y sont, peut-être pour quelque chose, non ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 janvier 19:00

        @Laulau

        Salut,
        les résultats du premier tour ont principalement montré le crash monumental de François Fillon, qui est arrivé 3e sur une ligne « ultra libérale identitaire ».


      • Choucas Choucas 6 janvier 10:59

         
         
        ROTHSCHILD JOUE AU FOOT AVEC PETITS COLONS
         
        SOROS DONNE 18 MILLIARDS POUR LA TRAITE NÉGRIÈRE
         

        La baudruche applaudit, le client préféré des banques aura son prêt électoral
         
         
        TAFTA = US + USbis = ASSURANCE FINANCIÈRE
         
         
        Les gogochons négriers sans-frontièristes ont bien servi leurs maîtres
         

        https://www.egaliteetreconciliation.fr/Soros-investit-500-millions-de-dollars-dans-l-immigration-clandestine-41521.html
        http://www.nice-provence.info/blog/tag/open-society-foundation/

         
        


        • Diogène diogène 6 janvier 11:08

          Depuis longtemps, le <FN est un instrument de marketing politique, un épouvantail permettant un vote utiles contre nature au deuxième tour
          ça marche depuis trente ans et ça peut continuer si les acyeurs améliorent un peu leurs performances théâtrales un peu reloues, cabotines et ringardes.

          • Laulau Laulau 6 janvier 15:39

            @diogène
            Très juste ! Mais je crois que la stratégie de l’épouvantail a du plomb dans l’aile. En avril dernier la finance a eu très peur, il s’en ai fallu que de 2 % pour que son seul vrai cauchemar figure au second tour avec une chance réelle de l’emporter. Je pense que l’on va s’orienter vers la constitution d’un bloc de droite dure, genre républicain à l’américaine, que l’on présentera comme une alternative aux républicains « en Marche » à la même sauce américaine.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 janvier 19:06

            @Laulau

            Mélenchon, « le seul vrai ennemi de la finance », mort de rire, il est encore plus « volage » que Marine Le Pen.

            Cela dit, il peut encore changer d’ici 4 ans.

            Il l’a déjà montré smiley


          • Laulau Laulau 7 janvier 09:59

            @Olivier Perriet
            Toujours aussi naze !


          • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 11:12

            ça signifie petit a petit la mort programmée du FN .... 


            a se demander si en coulisse Marine ne deviendrais pas petit a petit Macron compatible comme LR et PS ?

            • Fergus Fergus 6 janvier 11:46

              Bonjour, Laurent

              Le virage pris par le FN après le désastreux débat d’entre deux tours va dans le sens de l’histoire : il ne peut en effet y avoir, dans le contexte économique mondial, de salut qu’au sein d’une entité comme l’UE pour faire face aux grands blocs existants ou émergents. En Europe, seuls des pays comme la Suisse (grâce à son statut bancaire notamment) et la Norvège (grâce à ses considérables ressources naturelles) ont le pouvoir de rester en dehors de l’Union. Et encore, cela n’est-il que partiellement vrai, eu égard aux accord signés entre l’UE et ces pays (en l’occurrence l’AELE pour la Norvège et l’Islande). 


              • Attila Attila 6 janvier 13:02

                @Fergus
                Ah ah ! Le vieux mythe du sens de l’histoire.
                Bien décortiqué par Jean-Claude Michea et d’autres :
                " L’idéologie progressiste se fonde sur la croyance qu’il existe un « sens de l’Histoire » et donc que tout pas en avant constitue toujours un pas dans la bonne direction. Cette idée s’est révélée globalement efficace tant qu’il ne s’agissait que de combattre l’Ancien régime. Le problème, c’est que le capitalisme – du fait qu’il a pour base cette accumulation du capital qui ne connaît « aucune limite naturelle ni morale » (Marx) – est lui-même un systèmedynamique que sa logique conduit à coloniser graduellement toutes les régions du globe et toutes les sphères de la vie humaine.
                En l’invitant à se focaliser sur la seule lutte contre le « vieux monde » et les « forces du passé » (d’où, entre autres, l’idée surréaliste – que partagent pourtant la plupart des militants de gauche – selon laquelle le capitalisme serait un système structurellement conservateur et tourné vers le passé), le « progressisme » de la gauche allait donc lui rendre de plus en plus difficile toute approche réellement critique de la modernité libérale. Jusqu’à la conduire à confondre – comme c’est aujourd’hui le cas – l’idée qu’on « n’arrête pas le progrès » avec l’idée qu’on n’arrête pas le capitalisme.
                "
                Lien.

                .


              • Fergus Fergus 6 janvier 13:36

                Bonjour, Attila

                Non, ce qui est mythique, c’est de croire que la France aurait en 2018 les mêmes moyens de concurrence économique sur la planète qu’en 1960 !

                Quant à Michéa, il pense ce qu’il veut, mais en cela il est contredit par des cohortes d’experts qui pensent le contraire !


              • Cateaufoncel 6 janvier 13:58

                @Fergus

                "... dans le contexte économique mondial, de salut qu’au sein d’une entité comme l’UE pour faire face aux grands blocs existants ou émergents...« 

                Si l’UE faisait face aux grands blocs existants ou émergents, par exemple en matière de concurrence déloyale, il y a longtemps que ça se saurait. Une structure comme celle-là est entièrement acquise à la financiarisation intégrale de la marche du monde.

                 »...seuls des pays comme la Suisse (grâce à son statut bancaire notamment).
                .."

                Ben voyons smiley

                La Suisse s’en sort principalement en raison de ses capacités en matière de compétitivité et d’innovation, deux domaines où elle est, depuis des années, en tête des classements mondiaux. Concrètement cela se traduit par des exportations qui sont, par habitant, cinq fois celles de la France (env. 45’000 dollars contre 9’000).

                P.S. - La part du secteur financier dans le PIB est de l’ordre de 10%



              • leypanou 6 janvier 14:34

                @Fergus
                il ne peut en effet y avoir, dans le contexte économique mondial, de salut qu’au sein d’une entité comme l’UE pour faire face aux grands blocs existants ou émergents. : l’UE faire face aux grands blocs existants ? L’UE peut-être essaie de faire face à la Chine ou même le BRICS ou autres mais elle est totalement vassalisée vis-à-vis des États-Unis.

                N’avez-vous pas remarqué que même les dirigeants allemands ont fini par se rendre compte de l’absurdité de l’alignement sur les États-Unis sur les sanctions contre la Russie qui est contraire à leurs intérêts ? Et vous appelez çà faire face ?


              • Cateaufoncel 6 janvier 15:29

                @JL

                "Si vous estimez la part du secteur financier dans le PIB à 10%, serez vous d’accord pour estimer la part du secteur manufacturier à 2% ?"

                Je ne comprends pas le sens de votre question et je ne vois pas le rapport qu’elle a avec les capacités de la Suisse en matière de compétitivité, d’innovation et d’exportations.


              • Dzan 6 janvier 15:36

                @Fergus
                Marine Le Pen lit trop Astérix, et son camp de Babaorum.


              • Fergus Fergus 6 janvier 15:38

                Bonjour, leypanou

                Qui parle d’alignement sur les Etats-Unis ? Pas moi !!!

                Si je pense qu’il n’y a pas de salut hors de l’UE, je pense également que celle-ci doit être réformée et mettre sur pied une politique indépendante des USA.


              • Fergus Fergus 6 janvier 17:04

                Bonjour, Cateaufoncel

                La Suisse, pays pauvre au 19e siècle, a bénéficié de sa neutralité pour servir de refuge lors des conflits mondiaux à d’énormes capitaux grâce à un secret bancaire opportun.

                Devenu riche, le pays a pu investir dans les technologies de pointe qui lui valent aujourd’hui une place enviable que ce pays d’élevage n’aurait jamais eue sans avoir été le coffre-fort de l’Europe (sans compter les capitaux du Golfe).

                C’est ce qui fait de la Suisse un cas particulier qui n’a d’équivalent en Europe qu’en Norvège, grâce à de considérables richesses pétrolières, gazières et halieutiques.


              • leypanou 7 janvier 11:15

                @Fergus
                Si je pense qu’il n’y a pas de salut hors de l’UE : vous pouvez pensez tout ce que vous voulez, cela n’en fait pas une réalité et n’en fera jamais (moins de 30 pays sur les presque 200 sur la terre, avec le RU qui va quitter, les autres pays « on » préfère ne pas leur poser la question).


              • Cateaufoncel 7 janvier 12:17

                @Fergus

                « La Suisse, pays pauvre au 19e siècle... »

                C’est ce qui se raconte, alors j’ai voulu vérifier dans « L’économie mondiale - Statistiques historiques » d’Angus Maddison, publiée par l’OCDE. J’ai ainsi découvert que le PIB/hab de la Suisse n’est, en 1850, inférieur que de 7 % inférieur à celui de la France, et qu’il est supérieur de 4 % à celui de l’Allemagne, de 9 % à celui de l’Italie.

                De plus, à la fin du XIXe siècle, la Suisse est en plein développement comme le montre le percement des tunnels du Gothard (15 km) et du Simplon (19 km). Et, une quarantaine d’années plus tôt, ont été fondées les deux écoles polytechniques fédérales de Lausanne et de Zurich.

                Ce qui semble démontrer qu’il y a, là aussi, beaucoup d’idées reçues...


              • Attila Attila 8 janvier 12:55

                @Fergus
                Citation :« Quant à Michéa, il pense ce qu’il veut, mais en cela il est contredit par des cohortes d’experts qui pensent le contraire ! »
                Des cohortes d’experts qui pensent que l’histoire a un sens ? Pouvez-vous m’en citer quelques uns ?

                En plus, je ne suis même pas sûr que Jean-claude Michéa soit contre la construction de l’Union Europénienne. Il n’en dit rien.

                .


              • Doume65 6 janvier 12:45

                «  En Europe, seuls des pays comme la Suisse (grâce à son statut bancaire notamment) et la Norvège (grâce à ses considérables ressources naturelles) ont le pouvoir de rester en dehors de l’Union »

                Tu crois vraiment que personne sur AV ne sait que la Bosnie-Herzegovine, le Montenegro, la Serbie, le Kosovo, la macédoine et l’Albanie ne font pas partie de l’UE et que le Royaume-Uni en sort ? Tu t’adresses ici à des lecteurs un peu plus vigilants que ceux du Monde où la propagande est plus facile.


                • Fergus Fergus 6 janvier 15:41

                  Bonjour, Doume65

                  Les pays cités ne sont pas du tout sur le même type d’économie et n’ont pas les ambitions d’un pays comme la France. Croire que notre pays pourrait rester la 6e économie mondiale en la jouant en solo sur le plan planétaire est un leurre !


                • Odin Odin 6 janvier 20:06

                  @Fergus

                  Bonsoir Fergus,

                  « Croire que notre pays pourrait rester la 6e économie mondiale en la jouant en solo sur le plan planétaire est un leurre ! »

                  Vous nous dites qu’il faut « rester groupir » au sein de l’UE pour conserver notre place de 6ème économie mondiale.

                  J’ai la certitude que vous êtes dans l’erreur en raison de notre dette et que les taux ne vont pas rester longtemps au niveau où ils sont et que les dernières lois passées comme une lettre à la poste vont rendre le scénario suivant non pas probable mais certain surtout avec un bébé Rothschild à l’Elysée.

                  https://www.contrepoints.org/2017/12/21/305883-dette-publique-conduira-a-fin-de-propriete-privee-2019

                   


                • Doume65 7 janvier 13:03

                  @Fergus
                  « Les pays cités ne sont pas du tout sur le même type d’économie et n’ont pas les ambitions d’un pays comme la France. »
                  En effet, le Royame-Uni a plus d’ambitions que la France.

                  « Croire que notre pays pourrait rester la 6e économie mondiale en la jouant en solo sur le plan planétaire est un leurre ! »
                  Tu as raison. Tu peux ajouter qu’il ne faut pas s’imaginer que quand le soleil brille il pleut. Je suppose que tu as tout un tas d’arguments aussi foireux en stock. Je parle d’arguments foireux (en fait malhonnêtes) car personne n’imagine la France la louant solo, comme tu dis. C’est une pure rhétorique fabriquée pour faire peur. Les Suisses sont bien plus insérées dans le monde que la France. C’est le pays qui reçoit le plus de sièges sociaux d’organisations internationales. L’industrie y a un poids dans le PIB deux fois supérieur à la France. La France ne fait que fanfaronner en épousant les thèses atlantistes mais ne produit rien au plan international. Voilà la réalité de ton rêve européiste.


                • Tom France Tom France 6 janvier 12:47

                  Il fallait écouter Asselineau, le seul qui avait la plupart des idées et qui a toujours dénoncé le fn pour ce qu’il est : un parti de guignols et d’escrocs !


                  • Dzan 6 janvier 15:38

                    Asselineau ? C’est qui ?..Ah, le pote de feu Padequoi !


                    • Paul Leleu 6 janvier 17:42

                      le système tient suffisement bien la population en main (mentalement et matériellement) pour qu’aucun parti d’opposition réelle n’arrive au pouvoir par les urnes... on verra des belles échappées, mais à la fin le rouleau compresseur néolibéral imposera sa volonté... 


                      la solution ne se trouve peut-être plus dans les urnes. 

                      • sirocco sirocco 6 janvier 23:44

                        @Paul Leleu

                        « la solution ne se trouve peut-être plus dans les urnes. » 
                        Le « peut-être » est de trop.


                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 janvier 18:55

                        Hors d’ Europe, point de salut.


                        C’est une réalité avec laquelle les partisans du Frexit ne supportent pas de devoir faire.

                        La France réalise les 2/3 de son commerce extérieur avec le reste de l’ Union.

                        En sortir serait se mettre grandement en danger : qui peut croire un instant que 66 millions de grenouilles pourraient impressionner 500 millions de boeufs ?

                        Plutôt que de laisser voir ce petit handicap pour leurs théories, les partisans parent leurs paroles de bleu-blanc-rouge et font miroiter une pseudo-indépendance économique et monétaire qui n’a jamais existé avant dans les faits.

                        Il faut bien cela pour attirer le chaland.

                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 janvier 19:08

                          @Mmarvinbear

                          Oui, nous voulons déménager la France au milieu de l’Atlantique smiley

                          Vous confondre Union européenne et continent européen.


                        • Odin Odin 6 janvier 20:51

                          @Mmarvinbear

                          « font miroiter une pseudo-indépendance économique et monétaire qui n’a jamais existé avant dans les faits. »

                          Pour éviter dans le futur que vous écriviez, de nouveau, des conneries incommensurables, il serait souhaitable que vous commenciez à étudier les conséquences de la loi Pompidou/Giscard, dite Rothschild, du 3 janvier 1973 directement liées à notre dette actuelle. (Pompidou était lui aussi un bébé Rothschild comme le petit Micron). En serez-vous capable ?  


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 janvier 01:51

                          @Olivier Perrie


                          Vous confondre Union européenne et continent européen.

                          Maintenant c’est presque synonyme vous savez...

                          Maintenant imaginez.

                          Vous êtes en couple depuis 60 ans et pour une raison X ou Y vous décidez de vous séparez.

                          Une fois chacun de son coté, vous avez envie et comme vous n’êtes plus un ado boutonneux votre main droite ne vous suffit pas.

                          Vous retournez voir votre ex en lui demandant si elle veut bien aussi.

                          A votre avis, quelle sera sa réaction ?

                          A : elle rigolera avant de refermer la porte en vous laissant dehors ?
                          B : Elle se demande ce que vous lui voulez alors que derrière elle Rocco Siffredi l’appelle d’une voix langoureuse.
                          C : elle vous gifle en vous traitant de gros pervers baveux
                          D : Obi-Wan Kenobi

                          Les échanges commerciaux sont du même ordre. Faites une crasse à votre partenaire et vous allez le payer un bon moment.

                          Les Anglais ont déjà commencé à s’en rendre compte.


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 janvier 02:00

                          @Odin

                          Pour éviter dans le futur que vous écriviez, de nouveau, des conneries incommensurables, il serait souhaitable que vous commenciez à étudier les conséquences de la loi Pompidou/Giscard, dite Rothschild, du 3 janvier 1973 directement liées à notre dette actuelle.

                          La loi 1973 est à la finance ce que ReOpen est aux attentats du 11/9 : une fausse raison à un problème bien réel.

                          Cette loi est en gros accusée d’avoir provoqué l’endettement massif du pays en interdisant au pays d’emprunter à taux 0 auprès de la Banque de France et de devoir se fournir en argent frais sur les marchés, ce qui aurait fait exploser l’endettement.

                          Rien n’est plus faux. Cette loi ne faisait que fixer un cadre réglementaire à des pratiques déjà établies et qui manquaient de justification légale. Elle ne changeait en aucune façon les pratiques et les habitudes de l’époque en matière de financement.

                          Parce que en réalité, la France, dès avant cette année, se finançait en quasi totalité sur les marchés bancaires ! Les lois de l’époque ne permettaient au pays que d’emprunter l’équivalent de 3 % du budget de l’ Etat à taux 0 auprès de la BDF ! Le reste, soit 97 % des emprunts réalisés, l’étaient auprès de la BDF aux taux du marché privé !

                          La véritable raison de l’endettement du pays, c’est le déséquilibre budgétaire chronique que le pays connait depuis la fin des 30 Glorieuses.

                          Il y a aussi les surcouts engendrés par les nationalisations de 1981 qui ont fait exploser l’endettement et que nous payons encore aujourd’hui.

                          Par ailleurs, cette loi a été abolie en 1992 au moment de la naissance de la BCE et de l’ Euro.

                          C’est bien gentil de vouloir contester mais si vous contestez à coté, vous n’aller arriver à rien, hein...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès