• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’ontologie du secret

L’ontologie du secret

medium_van_ruymbeke_afp.jpgPour avoir rencontré, dans le secret d’un cabinet d’avocats, Jean-Louis Gergorin, le juge Renaud Van Ruymbeke se retrouve, à son tour, dans la tourmente.

Sa prochaine nomination comme président de chambre à la Cour d’appel de Paris a été bloquée par le CSM et Pascal Clément s’est empressé de saisir l’Inspection générale des services judiciaires tout en demandant une enquête sur la violation du secret de l’instruction, les procès-verbaux d’auditions et les pièces saisies, notamment les carnets du général Rondot, déployés dans tous les journaux.

Le Garde des Sceaux est dans son rôle. Mais la célérité de ses réactions tranche avec la mansuétude dont il fait toujours preuve vis-à-vis des magistrats d’Outreau. Contrairement à leur collègue parisien, Didier Beauvais, qui présida la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Douai, n’avait nullement été contrecarré dans sa promotion comme avocat général à la Cour de cassation, ni Fabrice Burgaud, promu au parquet de Paris.

L’USM, principal syndicat judiciaire, a soutenu bec et ongles ces derniers alors qu’il a lâché celui-là. Il est vrai qu’à la tour du Renard, il n’était pas question de mettre en cause les deux premiers personnages de l’Etat, mais de simples et pauvres citoyens.

Certes, il existe un « autre » corbeau qui se complaît à alimenter les rédactions et à manipuler, ainsi, l’opinion publique pour la convaincre du piège qui aurait dû se refermer sur Nicolas Sarkozy, avec une insistance qui, à terme, risque de devenir nuisible à ce dernier.

Cabinet noir, officines douteuses, utilisation clanique des services spéciaux, basse police ont existé de tout temps. Mais c’est la première fois que se dévoile, au grand jour, une réelle tentative de dénigrement d’un membre du gouvernement par l’un de ses collègues, qui deviendra Premier ministre, et par le président de la République.

Jusqu’à l’écoeurement, nous assistons à la déliquescence d’une droite se montrant plus motivée par ses haines fratricides et sa soif de pouvoir personnel que par la résolution des problèmes du pays.

Aussi, faire porter le chapeau à un juge d’instruction fait penser à ce proverbe chinois : « Lorsque la main du sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. »

Le 12 juillet 2004, Dominique de Villepin aurait dit au général Rondot : « Si nous apparaissons, le PR (président de la République, NDLR) et moi, nous sautons. » Cela va de soi !


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Kafir 1er (---.---.179.108) 12 mai 2006 12:10

    « L’USM, principal syndicat judiciaire, a soutenu becs et ongles ces derniers alors qu’il a lâché celui-là. Il est vrai qu’à la tour du Renard, il n’était pas question de mettre en cause les deux premiers personnages de l’Etat, mais de simples et pauvres citoyens. »

    Exactement.

    Il y a deux poids, deux mesures.

    Comme disait Jean de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable ... »


    • Yves (---.---.69.102) 14 mai 2006 17:07

      S’il y a « deux poids » ... , il y a obligatoirement « deux mesures » ...

      Pour parler d’ARBITRAIRE , il faut dire ... « Un poids , deux mesures » ... et là , on a l’illustration d’une certaine justice rendue par certains caniches de la Magistrature ... avant tout soucieux de leur avancement .... ( procès des marchés truqués d’Ile de France - faits délictueux qualifiés par le Procureur lui même dans son réquisitoire de « pacte de corruption » et de « faillite de la première collectivité territoriale » - , procès des HLM de la Ville de Paris , fausses factures de la ville de Paris etc. ) ........... , ce qui n’est nullement le cas de Renaud Van RUYMBEKE - juge anti-corruption de l’Appel de Genève - .. ou , par exemple , du Procureur Eric de MONTGOLFIER ... sauvé in-extremis par le nouveau Premier président de la Cour d’appel d’Aix en Provence dans le cadre de la conspiration politico-affairiste à la sauce maçonnique de la région PACA , visant à le discréditer et à le dézinguer ...

      Sur le sujet de la corruption des institutions = «  Les frères invisibles » , de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE , chez Albin Michel - Pocket ( pas cher : 5 € )


    • misterachel (---.---.80.182) 6 juin 2006 09:34

      un truc me chiffone depuis toujours comment se fait il qu ’en democracie , les elites se jugent entre elles ?

      il y a un tribunal special pour les elus , un tribunal pour les medecins , un tribunal pour les juges ...

      pourquoi l orsqu un juge commet une connerie il n ’est pas jugé par les citoyens .. si Van runbeyck a deconné il faut qu il soit jugé et pas par ses copans du CSM .. c ’est d ’un clair limpide ...


    • Bruno de Clock (---.---.254.8) 12 mai 2006 13:57

      Bonjour,

      Je vois que vos commentaires manque vraiment d’objectivité. Vous assenez des vérités en vous basant seulement sur des articles de presse. Je ne veux pas dire qu’ils soient inéxact mais les preuves avancés dans ces articles non à ce jour jamais été validé par la justice.

      Il me semble donc que vous allez un peu vite en besogne pour accuser l’un ou l’autre des protagoniste de l’affaire.

      Il me semble qu’il est temps que les journalistes laissent les juges faire leur travail et non saboter leur affaire en divilgant des pièces (ou des sois disant pièces) du dossier d’intruction qui je vous le rappel est sensé être secret jusqu’à la fin de l’enquête.

      Cette acharnement journalo-médiatique est pire pour la démocratie que cette affaire, car les médias jouent ici un rôle d’enquéteur, de procureur, de juge et de jury.

      Bien à vous,

      Bruno de Clock


      • dejan (---.---.70.125) 12 mai 2006 21:07

        Tout à fait Bruno, vous avez raison. Et, quand je vois que le prem’s à la curée est le très moralisateur « Le Monde » je me marre. Le Monde en 75 c’est ce journal qui applaudissait à tout rompre à la prise du pouvoir par les très moralisateurs amis des droits de l’homme kmers rouges au Cambodge. Dejan


      • nantor (---.---.131.113) 12 mai 2006 17:43

        Il y a-t-il vraiment scandale à ce que le juge rencontre, en secret ou non, quelqu’un supposé lui donner des renseignements ???


        • Présidentielles 2007 12 mai 2006 18:48

          Tout à fait d’accord avec votre analyse. Cela sent à plein nez la diversion et le contre-feux allumé en catastrophe. Nous développons cette thèse sur le site Présidentielles 2007 qui présente l’actualité satirique de la campagne présidentielle.


          • Yves (---.---.68.193) 14 mai 2006 18:36

            Le juge Renaud VAN RUYMBEKE est un incorruptible et ça ... , ça dérange ... car on ne peut le garder « sous contrôle » ! Renaud VAN RUYMBEKE ayant , il est bon de le rappeler , rapidement conclu que les listings de Clearstream qui lui avaient été envoyés étaient falsifiés ... et que les personnes visées par le corbac sont donc innocentes des accusations portées contre elles ......

            - Renaud VAN RUYMBEKE a été saisi avec son confrère Dominique de TALANCE , en juin 2001 , d’une information judiciaire pour « abus de biens sociaux » dans le cadre du contrat des « frégates de Taïwan » .
            - L’affaire Clearstream trouve son origine dans l’affaire politico-financière des « frégates de Taïwan » , navires de guerre vendus par l’Etat français à ce Pays en 1991 ........ , lorsque le Parti Socialiste était installé à l’Elysée .......
            - En juin 1991 , « l’affaire des frégates » éclate lorsqu’est révélé le versement , dans le cadre de cette vente , de rétro-commissions à des personnalités politiques et militaires françaises .....

            - Aujourd’hui , SARKOZY déclare qu’il est « déterminé à aller jusqu’au bout de l’exigence de la vérité dans l’affaire Clearstream » ....

            - Un autre politicien calomnié et partie civile aux côtés de SARKOZY est l’ancien ministre Alain MADELIN .
            - Or , dans le journal « Le Monde » daté de samedi 13 mai 2006 , Alain MADELIN a déclaré : « Il faut revenir à l’essentiel , l’affaire des frégates de Taïwan , dans laquelle le premier soupçon à lever est celui du scandale de la redistribution des 900 millions d’euros de commissions à des hommes politiques et à des intermédiaires ... , le seul moyen pour cela est de LEVER le secret défense sur les documents qui dorment dans les coffres de la République , signés par des ministres , avec les noms des bénéficiaires »
            - Ce à quoi , Michèle ALLIOT MARIE - ministre de la défense - a répliqué : « Chaque fois que j’ai été saisie légalement par un juge d’une demande de levée du secret defense , je l’ai fait ! ... il me parait TOUT A FAIT NORMAL que nous aidions AU MAXIMUM la Justice ... en dehors de ce qui doit rester secret parce qu’étant d’un intérêt essentiel à la Nation ... » voir à ce sujet http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060512.FAP6184.html

            - DONC , la question que tout citoyen se pose très légitimement est : « pourquoi ce putain de secret défense n’est toujours pas levé sur ce dossier ... et pourquoi l’Etat français l’oppose t-il toujours aux juges français , suisses et täïwanais qui veulent faire éclater la vérité dans l’instruction d’une monstrueuse affaire dans laquelle HUIT personnes ont trouvé la mort d’une façon pas du tout naturelle .......... ??????????????????? »
            - En dédicace de son ouvrage consacré à cette affaire « Taïwan Connection » - Robert Laffont - , l’ancien juge Thierry JEAN PIERRE ( aussi un incorruptible ... , magistrat instructeur de l’affaire de racket socialiste URBA-GRACO ) a écrit : « Ce livre est dédié à la veuve du commandant YIN , Lee MEI-QUEI , qui se bat , seule , depuis des années , pour que justice leur soit rendue , à elle et à ses enfants . Il est aussi dédié à tous les proches des disparus du dossier des frégates , si douloureusement atteints par les dérives et la cupidité de militaires , de dirigeants d’entreprises mais aussi d’hommes et de femmes politiques français et chinois »

            En conclusion , on ne peut qu’espérer que Renaud VAN RUYMBEKE , en charge du dossier , puisse un jour faire toute la lumière ......... et que Monsieur BARELLA - Président de l’Union Syndicale des Magistrats , « l’exhorte » à persévérer en ce sens .... ainsi que le Conseil Supérieur de la Magistrature et le ministre de la Justice .............................

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès