• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La « constitution Macron »...

La « constitution Macron »...

La « constitution Macron »…

Dans le passé, on a parfois accolé le nom d’un personnage politique à une constitution, par exemple la « constitution Grévy ». Pour rendre compte d’un fonctionnement des institutions, en marge (ou en l’absence) du texte constitutionnel écrit.

On n’a pas pensé à le faire depuis que le général de Gaulle, qui a pratiqué le texte de « sa » constitution dans l’esprit et la lettre de cette dernière, est parti. Sans doute parce que les dirigeants suivants ont expliqué et rattaché leur manière de faire au texte de 1958, certains d’entre eux se déclarant au surplus « gaullistes ». Y compris ceux qui menaient une politique visant à dé construire ce que le général de Gaulle avait mis en place ( point B b/ ci-dessous).

D’où l’idée, dans l’analyse du fonctionnement actuel des institutions, d’ouvrir un chapitre sur la « constitution Macron » (qui est en réalité le point d’aboutissement d’un processus commencé avec la présidence de Georges Pompidou).

Cet exercice théorique (et iconoclaste sous un certain rapport) conduit à formuler trois observations.

 

A.

En 2020 la constitution de la V° République et les mécanismes que les rédacteurs du texte avaient mis en place en 1958 (1), ont, ainsi que les faits le montrent, pleinement produit leurs effets.

a) Les parlementaires votent les projets du gouvernement (que celui-ci soit inspiré par le président de la République ou le Premier Ministre – cas des « cohabitations » non envisagées par de Gaulle- ) et ne contrarient pas la politique de ce dernier en déposant ou en votant des proposions de lois ou des amendements contraires. Faute de pouvoir contrôler le gouvernement aussi aisément que par le passé, ayant abandonné l’espoir de le renverser, ils ont perdu le souvenir qu’ils sont dans un régime parlementaire (… du moins, « à la française »).

b) Les ministres, ne viennent plus prendre un maroquin au gouvernement après qu’ils l’ont réclamé et marchandé (2). Ils n’y représentent plus leur parti, donc n’ont plus de puissance de nuire autre que celle, involontaire, de lâcher des sottises.

c) La politique étrangère et la politique militaire de la France, ne dépendent plus des aléas liés aux manœuvres politiciennes des partis (et des leaders de ces derniers), puisqu’il est maintenant admis qu’elles sont arrêtées par le président de la République.

d) Le président de la République quant à lui, peut nommer qui il veut, peut dissoudre l’Assemblée nationale quand il en a envie…, sans plus avoir besoin de l’accord préalable des chefs de partis. Il lui est même arrivé de s’appuyer sur les parlementaires… contre les citoyens (référendum de 2005 annulé en 2007 dans les hémicycles à la demande de N. Sarkozy).

e) Les rapports du président de la République avec le peuple sont entretenus très au delà des espoirs mis dans le mode d’élection et dans le référendum. Il suffit au président de la République de faire appel aux agences de communication et de laisser opérer la publicité rédactionnelle des médias, dont les propriétaires affichent leur sympathie pour la personne, la politique et les méthodes du chef de l’Etat.

 

B.

Les dispositions constitutionnelles n’ont pas de lien direct et automatique avec le fond de la politique imposée par les gouvernants aux citoyens.

a) La constitution de 1958 a été rédigée pour permettre à un homme désintéressé de mettre les institutions au service de l’intérêt général.

1. La politique financière et économique (qui intéresse le niveau de vie des Français) ne devait pas être celles des titulaires de la puissance financière et économique (« la politique de la France ne se fait pas à la corbeille » avait dit de Gaulle) et devait être arrêtée par les institutions contrôlées par les citoyens.

2. La France ne devait pas compromettre sa liberté en plaçant sa défense sous contrôle étranger. Et devait pouvoir jouer le rôle qu’elle voulait dans le monde en étant libre de sa politique étrangère.

b) Depuis le départ de de Gaulle, les successeurs de ce dernier, aidés par leurs entourages et désormais en prise directe avec divers lobbys (qui oeuvraient sous les Républiques antérieures auprès des parlementaires), ont fait le contraire. Exactement le contraire.

1. Ils ont signé des traités qui enlevaient aux institutions françaises la possibilité d’arrêter la politique monétaire, financière, économique, et sociale. Ils ont subordonné la sécurité militaire de la France aux décisions et aux intérêts de ceux qui dirigent ou inspirent la politique des Etats-Unis d’Amérique.

2. Ils ont transformé les représentants du peuple (qui ont perdu ce rôle) en agents de propagande gouvernementale. Peuple par ailleurs perfusé à la pensée généreusement administrée par les médias de la poignée de propriétaires que l’on sait. Dont les animateurs-journalistes disent « ce qu’il faut savoir » (sic) , « ce qu’il faut retenir » (sic) et dont les « spécialistes » maison fournissent aux citoyens « l’éclairage » (re-sic) qui aident ces derniers à comprendre comme il faut ce qu’ils avaient à savoir.

 

C.

Les pouvoirs publics constitutionnels de 1958 ont été utilisés depuis 1969 d’une manière qui a permis l’installation et le fonctionnement d’un « système » (compte tenu du nombre de personnes concernées dans le temps) de gouvernement, ni décrit dans le texte d’origine, ni prévu par les rédacteurs de ce dernier.

Observée en 2020 (d’où le titre, « constitution Macron »), la sphère gouvernementale (président, ministres, et leurs collaborateurs (-ces derniers n’étant pas visés par les titres II et III de la constitution-) est caractérisée par l’existence d’un ensemble de personnes ayant en commun un système (3) de « gagne pain » (4) assuré par une mobilité entre des emplois rémunérateurs (de très haut niveau), publics et/ ou privés.

Qui sont obtenus et répartis à l’intérieur du réseau qu’ils composent. Comprenant des dirigeants politiques (3) et des dirigeants financiers et économiques (4).

L’analyse des CV (4) , montre en effet que les postes dont il s’agit ont pu être occupés dans tous les sens :

1) Public (fonction administrative ou charge politique) puis privé (dirigeant d’une entreprise, consultant, actionnaire ou bénéficiaire de jetons de présence)

2) Privé – public – privé.

3) Public – privé – public

4) La proximité (collaborateur, fidèle qu’il faut récompenser ou « recaser », ou personnalité qu’il convient de neutraliser) avec un décideur public peut suffire pour bénéficier de nominations de divers ordres (à la tête de tel organisme, poste à la décision du gouvernement, …) assorties des rémunérations d’exception prévues (mais pas toujours connues) (4).

Lorsque le cumul n’est pas interdit, il peut être, et… est pratiqué. Ce qui fait grossir la rémunération totale.

A cet égard, ceux qui disent « Macron = président des riches » rendent certes compte des effets (et par voie de conséquence de l’objet) de nombreuses décisions prises par les gouvernants du moment (décisions qui ressemblent – en réalité – à celles de leurs prédécesseurs, toutes « étiquettes » confondues).

Mais, du point de vue institutionnel, les auteurs de cette formule nous paraissent raisonner encore dans le cadre de la constitution écrite (version 1958) alors que les gouvernants actuels agissent dans le cadre de la constitution « coutumière ».

Sous ce rapport, et pour que le système actuel de gouvernance (fondé sur la porosité public / privé, et la mobilité) fonctionne, le président de la République n’a pas d’autre choix (- à moins qu’il ne le refuse, auquel cas on ne parlerait pas d’E. Macron -par ailleurs cas C 3- ci-dessus, ni de quelque autre) que de prendre des décisions qui en nourrissent le fonctionnement.

A cet égard, et pour prendre un exemple concret, on voit mal « les riches » en question, accueillir un politicien candidat au « pantouflage » qui leur aurait donné du fil à retordre ; ou financer la campagne électorale d’un autre qui n’aurait pas donné des gages de « fiabilité », et /ou qui promettrait d’augmenter les impôts qu’ils paient encore, ou encore (et surtout peut-être), qui aurait en tête de faire échapper les Français au système et aux impératifs (politiques, monétaires, économiques et sociaux) de Maastricht.

 

Conclusion : Faut-il abroger la constitution de 1958 ?

A cette question, il nous paraît devoir être répondu par la négative.

Les dispositions du texte de 1958 ont été rédigées pour essayer (avec succès compte tenu de paramètres non inscrits dans le texte) d’éviter que le bon fonctionnement du régime parlementaire ne soit pas affecté par les manœuvre politiciennes des parlementaires.

Il nous paraît donc inopportun, sous couvert de s’intéresser à la présidence de la République et à la sphère gouvernementale, de re donner aux parlementaires les moyens de faire ce qu’ils avaient la mauvaise habitude de faire sous la III° et sous la IV° Républiques (et avant).

 

En revanche, il convient sans doute de mettre en place des dispositions ayant la même vocation, pour empêcher les « dérèglements » observés, cette fois, au sein du pouvoir exécutif.

Et d’ajouter dans le titre II ( le président de la République) et le titre III (le gouvernement) de la Constitution (5) de nouvelles règles, -assorties de sanctions pénales et d’autres sanctions -(régies, elles, par d’autres principes, et affectant la fortune et la carrière (6)-, portant sur :

- les inéligibilités et les incompatibilités, 

- les cumuls de postes et de rémunérations,

- les conflits d’intérêt dans le temps (6).

Ce qui ne serait pas très difficile puisque les cas concrets contemporains (4), portent en eux la solution.

On pourrait alors mesurer les effets de ces nouvelles dispositions (7), inspirées simplement du principe de désintéressement, sur le fonctionnement de la démocratie.

 

Marcel-M. MONIN

constitutionnaliste

(1) sur ces questions, voir notre « textes et documents constitutionnels depuis 1958 ; analyses et commentaires » ; Dalloz-Armand Colin.

(2) Apostats ou amateurs, les ministres d’aujourd’hui ont, ainsi que leur déclarations l’enseignent, comme rôle essentiel, celui de décliner la formule : «  Comme l’a dit not’ bon maître… ». Ce qui confirme que ces nouvelles excellences ne pensent plus à considérer le conseil des ministres comme un lieu de marchandage et de défense des intérêts de carrière des leaders politiques qu’ils ne sont plus. Le fait qu’ils puissent retrouver depuis 2008 leur poste de parlementaire en quittant le gouvernement, n’a pas modifié ces comportements.

(3) Ces pratiques de gouvernement s’appuient, en marge des règles constitutionnelles, donc en marge des institutions telles qu’elles avaient été prévues, sur un ensemble de « règles » non écrites (certaines trouvant leur origine dans les lacunes des règles écrites), évidemment non publiées au Journal officiel. Un peu à la manière d’une « coutume ». (NB. Cette « coutume » dont nous parlons ici n’ayant pas force obligatoire d’un point de vue juridique).

(4) Plusieurs auteurs ont effectué des études, qui retracent les trajectoires et permettent de mettre des noms et des rémunérations sur les personnes de la sphère dirigeante . V. par exemple l’ouvrage le plus récent : F. Jauvert : Les voraces. Et aussi les ouvrages de MM. P. Pascot, J. Branco, M. Onfray, E.Todd,… etc., etc… (ou écouter à tout le moins leurs interviewes sur internet / You Tube) : - Philippe Pascot - Pilleurs d'Etat - Bourdin Direct - RMC – YouTube , - Les jobs en or de la République ! – YouTube , - Hauts fonctionnaires : que les (très) gros salaires lèvent le doigt – YouTube , - Enquête sur « Les voraces » de la République – « C à Vous « - 16/01/2020 – YouTube - J. Branco : « l’illusion de la démocratie en France ? » etc…

(5) l’intérêt qui s’attache à placer ces garde-fous dans la constitution réside dans le fait qu’il est plus « difficile » de modifier la constitution, et en tous cas qu’il est plus visible de le faire, qu’avec la procédure législative, même assortie du contrôle du Conseil constitutionnel.

(6) v. notre article dans AgoraVox : «  Corruption ? : - non, mais … »

(7) La question de savoir si les bénéficiaires du mode actuel de fonctionnement de l’Etat laisseraient faire ou non, et, en cas de réponse négative, celle de leur riposte, s’il se trouvait une personnalité en position de l’oser, dépassent le cadre de cette réflexion.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 5 février 12:43

    Vue qu’il ne respecte Rien, pourquoi n’impose t’il pas son mode de fonctionnement a la nation, l’Anarchie.


    • Leonard Leonard 5 février 12:45

      Macron fait parti d’une lignée bien déterminée...

      Comme beaucoup de présidents depuis longtemps...

      Oui...


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 février 12:58

        @Leonard

        Pendant qu’on y est :

        « Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des É-U, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale ainsi qu’une structure économique plus intégrée – un seul monde si vous voulez. Si cela est l’accusation, je suis coupable et fier de l’être. »

        (« Some even believe we are part of a secret cabal working against the best interests of the United States, characterizing my family and me as « internationalists » and of conspiring with others around the world to build a more integrated global political and economic structure - one world, if you will. If that’s the charge, I stand guilty, and I am proud of it. »)

        David Rockefeller - Memoirs,
        - 2002 p. 405


      • Leonard Leonard 5 février 13:03

        @Séraphin Lampion

        Donc on a raison, mais le problème c’est qu’on est jamais plus avancé.

        La torpeur sociale est devenu bien trop forte avec l’ultra domestication de l’individu qui fait primer son confort matériel à court terme.

        Nous sommes dans l’impasse !


      • Areole 5 février 13:33

        @Leonard
        « Nous sommes dans l’impasse »
        Non, seulement pas encore assez pauvre. Allez Macron encore un effort !


      • JulietFox 5 février 15:03

        @Leonard
        La torpeur sociale ?
        Vous êtes descendu dans la rue, vous ?


      • Leonard Leonard 5 février 16:16

        @JulietFox

        Euh celle qui casse des abribus ?


      • Marc Filterman Marc Filterman 5 février 21:06

        @Leonard
        <Macron fait parti d’une lignée bien déterminée...


        Je croyais qu’il faisait parti de la lignée Rotchild...
        J’ai tout faux ?


      • zygzornifle zygzornifle 5 février 12:55
        « N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. »

        Albert Einstein


        • olivier cabanel olivier cabanel 5 février 13:01

          @zygzornifle
          et là, ça va pas être facile pour macron premier
           smiley


        • Fergus Fergus 5 février 17:16

          Bonjour, olivier cabanel*

          Macron peut être en même temps « un homme qui a du succès » et « un homme qui a de la valeur ». 

          Sans doute pas auprès des classes populaires, mais auprès de tous ces oligarques de l’industrie et de la finance qui le soutiennent et comptent sur ses contre-réformes pour consolider leurs groupes et accroître leurs profits.


        • sound of sound of 5 février 19:24

          @zygzornifle

          zygzornifle 3 février 11:03
          Albert Einstein : « N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. »
          qu’elle pertinence smiley Y’a comme un air de déjà vu ^^

        • sylvain sylvain 5 février 20:04

          @zygzornifle
          il avait le sens de l’autodérision, en plus, le grand einstein !


        •  Orion  Orion 5 février 22:15

          Fergus,

          "mais auprès de tous ces oligarques de l’industrie et de la finance qui le soutiennent et comptent sur ses contre-réformes pour consolider leurs groupes et accroître leurs profits."


          C’est beau et c’est bien de te voir écrire ces lignes ... Je me dis que ça va peut-être finalement bien t’aider à comprendre et surtout à te remettre de la choquante stratégie de la France Insoumise ... smiley ... smiley ...

          Bonne nuit Fergus !


        • rita 5 février 13:13

          La « constitution Macron »...le CHAOS !


          • hgo04 hgo04 5 février 13:22

            Ni démocratie ni dictature...

            On est dans l’ère de la démocrature.. Mais ce n’est pas macron qui l’a inventée et mise en place..

            J’ai fegardé une émission avec CAMBADELIS et ZEMMOUR...

            J’ai entendu CAMBADELIS parler « d’une alternative » politique à MACRON !!!

            Ils en sont encore avec l’alternance qui nous a mené droit dans la merde où on patauge depuis 30 ans !!!

            Ces gens ne veulent que se partager le gâteau FRANCE entre eux. Du pays ?? ils n’en ont rien à foutre, ce sont des lâches, comme ils l’ont été devant les exigences nazies sur la question juive..

            Le pouvoir, l’argent et les privilèges !!!

            Alors ils ont inventé la démocrature.. La couleur, l’odeur.. mais ce n’est pas la démocratie...

            Et les français, ces faignants de la réflexion, votent pour ou contre ceux qu’on leur désigne... 

            La CGT par exemple : VTEZ MACRON !!

            La gauche : VOYEZ MACRON !!!

            MELENCHON : NE VOTEZ PAS LE PEN (ah bon ?? pour qui alors ??)

            Mais pourquoi reprocher à MACRON de nous prendre pour des cons, quand effectivement c’est le cas !


            • doctorix doctorix 5 février 18:18

              @l’auteur
              Mais alors, nous n’aurions pas un gouvernement, mais un régime ?
              Comme la Russie et comme la Syrie ?
              Mon Dieu, quelle horreur...


              • Initiativedharman Initiativedharman 5 février 18:51

                @doctorix
                Bien pire que ça ! Sachez que nous avons un dictateur au pouvoir. Moi aussi, j’ai été surpris de l’apprendre. Je croyais que nous vivions en France.


              • Marc Filterman Marc Filterman 5 février 21:14

                @doctorix
                Je pense que c’est même pire que la Russie
                Poutine redresse la Russie, taux d’imposition à 14%, plus de taxe sur l’or
                Macron enfonce la France, taux d’imposition à 40 et même 50%, des taxes sur TOUT, et des taxes sur des taxes ce qui est anti-constitutionnel


              • samy Levrai samy Levrai 5 février 23:01

                @Marc Filterman

                Les russes et les syriens semblent soutenir leurs chefs d’Etat à 80% ce sont des régimes... Nous détestons les marionnettes qui nous gouvernent et qui se succèdent à 80% et nous sommes La démocratie, ainsi va la novlang.


              • Captain Marlo Captain Marlo 6 février 09:17

                @Marc Filterman
                Les Russes ont la manne du gaz et du pétrole...


              • Monokochkoi COHIBA-Esplendido-178x49 6 février 09:19

                @Captain Marlo

                C’est clair et c’est l’horreur, à l’instant T, Mylène FARMER EST Vladimir POUTINE et peut effectivement décider de faire une généralisation désenchantée pour l’exemple... et pour les royalties !


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 février 10:54

                @Marc Filterman

                Même les taxes simples sont anticonstitutionnelles parce qu’elles ne s’appliquent pas également à tous les Français (la TVA sur les meubles ne concernent que les français qui achètent des meubles) et qu’elles ne sont pas proportionnelles aux revenus ni appliquées au même taux pour chaque Français.

                ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

                 

                De plus le taux des taxes foncières et d’habitation, non contente de violer l’article 13 des droits de l’homme de 1789, n’est pas voté par le Parlement comme l’exige pourtant la Constitution.

                "La loi est votée par le Parlement. La loi fixe les règles concernant... l’assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toute nature." (Art. 34 de la Constitution de 1958)


              • Captain Marlo Captain Marlo 5 février 21:09

                Texte nul et sans intérêt. L’auteur ne lit jamais les commentaires, ses textes sont toujours pareils, ils ne tiennent aucun compte des Traités européens depuis 70 ans !

                .

                La Constitution de 58 a été modifiée plus de 20 fois, pour la rendre compatible avec les pertes de souveraineté qu’implique la supranationalité européenne.

                .

                Dans l’ UE, une Constitution doit être compatible avec le droit européen, qui est supérieur aux Droits des Etats, de manière ABSOLUE !

                .

                "( ...) La primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue. Ainsi, tous les actes européens ayant une force obligatoire en bénéficient, qu’ils soient issus du droit primaire ou du droit dérivé.

                De même, tous les actes nationaux sont soumis à ce principe, quelle que soit leur nature : loi, règlement, arrêté, ordonnance, circulaire, etc. Peu importe que ces textes aient été émis par le pouvoir exécutif ou législatif de l’État membre. Le pouvoir judiciaire est également soumis au principe de primauté. En effet, le droit qu’il produit, la jurisprudence, doit respecter celui de l’Union.

                La Cour de justice a estimé que les constitutions nationales sont également soumises au principe de primauté. Il revient ainsi au juge national de ne pas appliquer les dispositions d’une constitution contraire au droit européen...


                • assouline assouline 6 février 00:21

                  @Captain Marlo
                  .

                  Dans l’ UE, une Constitution doit être compatible avec le droit européen, qui est supérieur aux Droits des Etats, de manière ABSOLUE !

                  .
                  Eh non...
                  Encore une bêtise...
                  En France , la Constitution comme la CEDH et les autres traités internationaux font partie de ce qu’on appelle le « bloc de constitutionnalité ». Un ensemble de texte fondamentaux à valeur constitutionnelle qui se place, en vertu de la hiérarchie des normes, au-dessus des lois organiques et de la Loi ordinaire.
                  Mais au sein même de ce bloc, la Constitution est le texte suprême.
                  Ce qui s’explique par le fait que c’est en vertu de l’article 55 de la Constitution que les traités internationaux priment sur le Droit interne.
                  La suprématie des traités procédant de la Constitution, la Constitution se doit d’être le texte suprême.

                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 février 10:40

                  @Captain Marlo

                  « La primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue. »

                   

                  Vous venez de nous citer un texte en italique sans même préciser d’où vous tirez ce texte.

                  Est-ce que les Français ont voté oui à ce texte ?

                  Est-ce que ce texte a été présenté au vote à la France ?


                • Marcel MONIN Marcel MONIN 6 février 11:47

                  @Captain Marlo

                  L’article ne concernait évidemment pas la question de la supériorité des traités sur le droit interne. Il traitait du fonctionnement (actuel) de l’Exécutif. Dont les personnes qui en font partie, ne sont contraintes par les traités européens, ni aux conflits d’intérêts, ni au pantouflage, ni au rétro pantouflage.

                  PS. Les milliers de commentaires rédigés par une ou plusieurs personnes sous le même pseudonyme ne sont probablement pas de nature à rendre plus efficaces les homélies du ministre de leur culte ni à faire progresser le nombre des voix qui se portent sur la personne en question. Qui aurait sans doute intérêt à revoir sa communication. Ou à céder la place, tout en continuant à préparer, avec le sérieux qui les caractérise souvent, les dossiers.


                • JL JL 8 février 09:44

                  @Marcel MONIN
                   
                   ne vous fatiguez pas ici : pour les fans d’Asselineau, tout article, tout commentaire qui ne fait pas la promotion de l’UP, de son chef et du frexit est nul et sans intérêt, quand il n’est pas mensonger ou manipulateur.
                   
                  Ps. Merci pour votre texte très intéressant. Cependant, une nouvelle constitution pourrait cumuler les vertus de celle de 58 augmentées des dispositions que vous évoquez, tout en étant revisitée dans le cadre des contextes actuels européen et mondialiste.


                • ribouldingue ribouldingue 5 février 21:36

                  La constitution blackrok et le nouvel ordre mondial


                  .article 1 géré le pays comme une banque

                  .article 2 faire un max de pognon sur le dos de la bête

                  .article 3 marche ou crève

                  .article 4 travailler pour rien gagner

                  .article 5 les pauvres sont là pour nous enrichir

                  .article 6 métro, boulot, tombeau.

                  .article 7 fermer sa gueule comme un bon toutou


                  • Pere Plexe Pere Plexe 5 février 21:41

                    Cette constitution du vieux monde est aussi obsolète que sa contemporaine TSF.

                    Elle à plusieurs grandes tares.

                    -la première est d’être le cadre d’un régime présidentiel tant celui ci est tout puissant.

                    -La seconde est de générer une Assemblée Nationale largement dépendante du pouvoir, sans volonté ni pouvoir d’exercer le contrôle de celui ci. Le principe de représentation nationale est largement biaisé.

                    -la troisième est sont incapacité structurelle à évoluer.


                    • samy Levrai samy Levrai 5 février 22:30

                      Vache de bel article , dommage que nous soyons plus du tout souverain.


                      • samy Levrai samy Levrai 5 février 22:53

                        @samy Levrai
                        Mince j’ai oublié « ne » , j’en profite pour expliquer que puisque dans l’UE l’euro et l’OTAN , c’est de la mouise in fino.


                      • Monokochkoi COHIBA-Esplendido-178x49 5 février 22:57

                        @samy Levrai

                        Corniaud, t’es sûr que tu veux te mesurer à l’Everest de tous les Everest de tous les Everest ?

                        Think twice/Twix ! - - -

                        D’ailleurs il est où ce super super super &#129441; d’Himalaya dont m’a rabattu les &#128066; Shaw ?


                      • Kylo REN 42 Kylo REINE 42 5 février 23:06

                        @COHIBA-Esplendido-178x49

                        Laisse tomber BEB, c’est encore et toujours Fifille qui voudrait se faire pomper le d’art par NABILLA en plein conseil des Minisstes !


                      • Shawford Shaw 5 février 23:11

                        @Kylo REINE 42

                         smiley

                        P’itit message pour François A : « as long as I’m living, I’ll be Waiting, as long as I’m living, I’ll taillerai une pipe à Bénédicte BERNIER.. etc, etc... »

                         smiley

                        smiley

                        smiley

                        ( <3 )


                      • Shawford Shaw 5 février 23:17

                        @Shaw by the ShawShawELRICPepperPUPUCE007-42 way

                        Tonton, t’es complètement barré, je kiff tropas sa race.

                        Ta nièce BEYONCÉ THEMYR+++++ qui t’adore ! <3


                      • Shawford Shawford 8 février 04:48

                        @Themyr

                        Tkt, ma nièce adorée, toussa c’est la faute de Clive OWEN qu’est pas foutu de répondre à mes mails en temps et en heure pour aller boire pépouze ensemble un p’itit rhum à Bx, comme deux potes de toujours complices !

                        Et pourtant, SANS AUCUN DOUTE, elle est super balèze dans le même temps la colombe, pour me teaser veugra sur LinkedIn !!! smiley smiley smiley <3 smiley


                      • Shawford Shawford 8 février 04:51

                        @

                        ♥️ ♾ ♎️

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès