• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La nation française risque de disparaître

La nation française risque de disparaître

 

 1) Une légende veut que les tendances observées aux Etats-Unis se reproduisent en France et en Europe avec un décalage de quelques années, dix sans doute, pendant les Trente glorieuses qui virent le jean se populariser, avec le coca et l’arrivée de premiers Mc Do. Cette légende est en partie vraie et pour une autre partie fantasmée. Ce sont les traits superficiels qui se propagent. La société américaine a commencé à être divisée il y a 20 ans, la tendance s’est renforcée avec le double mandat de GW. Bush et la crise financière, conséquence et non pas cause de la fracture sociale économique. L’élection de Donald Trump a confirmé et amplifié la division. La France n’est pas exemptée de division, on l’a vu avec les gilets jaunes.

 

 2) La division sociale est visible en France depuis au moins une décennie. Mais l’observateur français ayant une propension à se voiler la face et à croire ce qu’il veut voir et non pas ce qui est, ces fractures ont été en partie masquées. Même si elles ont réapparues à l’occasion de la crise des gilets jaunes et plus récemment avec l’attentat près des anciens locaux de Charlie. Par la voix de son président, le pouvoir en place a employé le mot de « séparatisme » et lancé comme de coutume un énième projet de loi pour combattre le séparatisme au sens général tout en visant essentiellement les gens de confession musulmane. Le mot séparatisme est généralement utilisé dans le domaine de l’idéologie. Il est employé de manière illégitime, même s’il désigne une réalité sociale. Mais la fracture ne se résume pas à une seule religion opposée à une nation unie. La France est divisée en couches sociales, en zone géographique, en secteurs économiques, avec des gens protégés, retraités, fonctionnaires, salariés dans les grandes industries, et toute une frange diversifiée de populations exposée, chômeurs, indépendants, SDF, étudiants pauvres, stagiaires, délaissés, déclassés. Il n’y a pas que ça, les Français sont aussi divisés sur des questions de société, la PMA, le féminisme, les ressentiments anticolonialistes, le climat. Sur les plateaux médiatiques, les analystes, politiciens, observateurs et autres intellectuels se déchirent parfois lors de joutes verbalement violentes.

 

 Ici une brève édifiante récupérée sur le Net : Climat : l’avis d’un politique « Lorsqu’on entend des mots comme « négationnistes du climat », « écocide », etc., il faut bien admettre qu’on a basculé du débat scientifique dans une intolérance inquiétante et une forme de pensée totalitaire, au mieux une religion. Il y a les croyants et les hérétiques. »

 

 3) La crise sanitaire n’a fait qu’aggraver la situation et confirmer l’état lamentable de la société française incapable de débattre, affolée par une épidémie maintenant maîtrisée. Les anti-masques jugés comme ennemis de la société, complotistes, fachos. Maintenant qu’un groupe de scientifiques s’est constitué en résistance face au conseil scientifique du régime et aux voix officielles, les médias opposent les alarmistes aux rassuristes, preuve s’il en est d’une nouvelle division, cette fois dans le domaine des professions de santé et de la science. Nous vivons une sorte de guéguerre de tous contre tous qui n’a rien de commun avec la conjoncture décrite par Hobbes au XVIIe siècle. Le principe de la Nation devant unir les Français s’est affaibli, pour ne pas dire qu’il est devenu pratiquement inexistant. La responsabilité de cet effacement est collective, même si cette disparition doit être imputée pour l’essentiel aux élites. La nation française est sur la voie de la disparition. La fracture économique s’amplifie. 20 % des ménages sont à l’origine de 70 % de l’augmentation de l’épargne après le confinement. Il n’y a plus d’équité sociale, plus d’horizon commun, de valeurs partagées et visées. La nation française risque de disparaître au profit d’une société d’un genre nouveau. Les Français se sont aplatis face aux restrictions non justifiée traduisant un abus de pouvoir du régime. La nation disparaîtra si les Français restent divisés, egoïstes et se soumettent à un ordre autoritaire. Elle en a pris le chemin. L'ampleur de la fracture sociale dépasse de loin la crise dans les systèmes de soins liée au Covid. Un régime qui sacrifie une partie de la société ne défend plus la nation, pas plus qu'un peuple qui consent à cette situation. (à suivre, peut-être)

 

 

 

 Extrait de mon essai non publié sur le choc des mythes et des Etats-machines. Des lignes faussement prémonitoires en résonance avec la crise du Covid. Il n'y a pas eu de masques jaunes pour contester la politique sanitaire. Les gilets jaunes furent le dernier sursaut de la nation comme peuple avançant vers un destin improbable :

 

 Un autre dispositif mythologique doit être formulé pour fonder l’unité matérielle et spirituelle des hommes appartenant corps et âme à une nation. Le mythe de la nation présenté dans la troisième partie du discours de Renan commence ainsi : « Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. L’homme, Messieurs, ne s’improvise pas. La nation, comme l’individu, est l’aboutissant d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes ».

 

 Le mythe de la nation s’achève par des lignes que nos penseurs accrédités par le pouvoir considéreraient comme suintant le populisme. Ces lignes ne sont-elles pas prémonitoires, prophétiques, n’annoncent-elles pas un différend entre le pouvoir étatique et le monde périphérique des populations formées de gens de peu. Des gens ayant il y a peu revêtu un gilet jaune pour défier les élites gouvernantes. Je reproduis ces lignes en les offrants à l’appréciation de chacun :

 

 « Tant que cette conscience morale prouve sa force par les sacrifices qu’exige l’abdication de l’individu au profit d’une communauté, elle est légitime, elle a le droit d’exister. Si des doutes s’élèvent sur ses frontières, consultez les populations disputées. Elles ont bien le droit d’avoir un avis dans la question. Voilà qui fera sourire les transcendants de la politique, ces infaillibles qui passent leur vie à se tromper et qui, du haut de leurs principes supérieurs, prennent en pitié notre terre à terre. « Consulter les populations, fi donc ! Quelle naïveté ! Voilà bien ces chétives idées françaises qui prétendent remplacer la diplomatie et la guerre par des moyens d’une simplicité enfantine. » ― Attendons, messieurs ; laissons passer le règne des transcendants ». Les transcendants de la politique, quelle belle formule pour désigner la haute administration qui décide ce qui est bon pour le pays en se réclamant de la légitimité démocratique en comptant sur une Assemblée docile qui obéit à la transcendance jupitérienne.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 08:42

    Dans un état-nation, le sort de la nation est lié à celui de l’état lui-même.

    Pour les mondialistes, la structure adéquate est l’empire (US) qui s’est mis en place à partir de Yalta et dans lequel les colonie ne doivent plus être des états, mais des « protectorats » à la fois producteurs et consommateurs de l’activité économique organisée par les nouveaux patriciens transnationaux.

    Les pays européens ayant montré une fâcheuse tendance à résister à cette domination, l’UE a été mise en place pour imposer progressivement l’Europe des régions et non plus des états. Le « brexit » est une tentative d’échapper à ce destin en tentant un « deal » privilégié avec la puissance hégémonique. Pour les autres territoires européens, tout est fait pour que les « nations » se dissolvent  ; la régionalisation est un aspect la disparition des monnaies nationales, symboles forts, est une contribution non négligeable (le nom même de « franc » était indissociable de celui de « France », comme celui d’« euro » est lié au mot « Europe »).

    Même une partie du peuple américain est déstabilisée par cette évolution, ce qui se traduit par le refuge dans l’isolationnisme prôné par Trump.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 octobre 11:06

      @Séraphin Lampion
      Le rapport entre Etat et Nation n’a jamais été simple. La crise du Covid impose de repenser autant la science, ce que je fais, et la philosophie politique, ce que je fais aussi. J’utilise comme porte d’entrée les textes de Leo Strauss, un peu de Voegelin et pas mal de Luhmann avec Ellul. En général, les penseurs français ne m’intéressent pas. Rosanvallon n’entre pas chez moi. 
      Il y a deux divisions complexes, classes sociales, passé et futur. 
      Le lien entre Etat et nation se disloque
      L’une des causes, c’est la perte de la laïcité. Une religion s’est incrustée dans l’Etat, c’est la science, elle a son comité, je devrais dire, secte, ses adeptes, ses fidèles qui croient, ses relais médiatiques
      Mais il y a aussi les philosophes qui utilisent la Raison pour combattre l’obscurantisme scientifique et remettre en avant le sapere aude de Kant
      Nous entrons dans les nouvelles Lumières. La philosophie se prépare à affronter la science ! 


    • Francis Francis 14 octobre 11:14

      @Bernard Dugué
       
      ’’Une religion s’est incrustée dans l’Etat, c’est la science, elle a son comité, je devrais dire, secte, ses adeptes, ses fidèles qui croient, ses relais médiatiques. ’’
       
      Ce que vous appelez science ici, je l’appellerais plutôt scientisme ; la réponse que nous proposent les covidistes contre la supposée pandémie mais aussi les grippes saisonnières désormais, relève de l’hygiénisme et d’un postulat contestable qui s’exprime par une formule : « hors les vaccins point de salut. »


    • Francis Francis 14 octobre 11:19

      @Francis
       
       Bill Gates et les transhumanistes sont les patients terrorisés d’un Docteur Spock connu sous le nom de Big Pharma.


    • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 21:05

      @Bernard Dugué
      Les transcendants de la politique, quelle belle formule pour désigner la haute administration qui décide ce qui est bon pour le pays en se réclamant de la légitimité démocratique en comptant sur une Assemblée docile qui obéit à la transcendance jupitérienne.

      .
      Ce que vous décrivez, c’était avant Maastricht, avant 1992.
      Depuis la mise en place de l’ UE & de l’euro, ni la haute administration, ni l’Assemblée, ni les Ministres, ni même Macron ne décident plus de rien d’essentiel.
      .
      Ce sont les Traités européens qui décident de la politique économique et sociale du pays.
      .
      Chaque année, Macron (et les autres Chefs d’états européens), reçoivent une feuille de route de la Commission européenne, à appliquer fissa ! ça s’appelle « Les GOPé », les Grandes Orientations de Politique économique« . La France est sous tutelle, elle a perdu tous ses Droits régaliens.
      .
      Vous pouvez vérifier, c’est Bercy qui tient le compte des réformes demandées par la Commission européenne.  »Plan National de Réforme« , qui est en fait, »le Plan européen de réformes", page 160 annexe 4.
      .
      PS : Les fonctionnaires qui décident sont à Bruxelles, pas à Paris !


    • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 21:31

      @Francis
      Bill Gates et les transhumanistes sont les patients terrorisés d’un Docteur Spock connu sous le nom de Big Pharma.

      Au sujet des vaccins, un article intéressant :
      "Le vaccin (anti Covid), devrait d’abord être testé sur les politiciens ...etc
      Et j’ajouterai, sur les médecins qui le recommandent !

      Il y a quelques années a été publié un livre traduisant une enquête en Allemagne auprès des médecins, pour savoir s’ils conseillaient à leur entourage les traitements ou les opérations qu’ils conseillaient à leurs patients... ? Ben non, un gros % ne les conseillaient pas à leur entourage, et encore moins pour eux mêmes !


    • Francis Francis 16 octobre 09:41

      @Captain Marlo
       
       la ¨Pologne a souvent été le mouton noir de l’UE en matière de vaccins.


    • michalac michalac 16 octobre 17:05

      @Captain Marlo
      .

      Ce sont les Traités européens qui décident de la politique économique et sociale du pays.


      .
      Eh non...
      D’ailleurs, la video proposée en lien ne montre que des comptables de Bruxelles tapotant sur leur clavier pour vérifier les comptes des pays membres...
      Or, la politique économique et sociale d’un pays, c’est bien plus qu’une seule affaire de comptes...
      En réalité, ces fonctionnaires bruxellois s’assurent que les pays signataires du Pacte de Stabilité européen respectent leurs engagements...
      Une obligation comme on en trouve dans tous les traités internationaux.
      .
      A part ça, la France mène la politique qu’elle souhaite...
      Tout comme l’Allemagne de son côté et l’Italie du sien...
      Des politiques très différentes les unes des autres...
      Et il n’y a guère que la Grèce pour avoir mené une politique excessivement différente de toutes les autres...

    • Extra Omnes Extra Omnes 14 octobre 09:21

      "Nous vivons une sorte de guéguerre de tous contre tous

      « 

      Vous n’avez pas mesuré l’ampleur de ce qui se passe. Il ne s’agit pas d’une »guéguerre« mais bien d’une guerre qui va faire (a déjà fait) beaucoup de morts, et pas seulement en raison d’une hypothétique pandémie. Il faudrait prendre un peu de hauteur, voir comment la »guéguerre« est une manip mondiale et que ce sont les libertés fondamentales (libertés de parole, de déplacement, d’éducation, de choix de sa vie sociale, de ses divertissements, de sa nourriture et de ses boissons, de ses médecins et de ses médicaments, et même de ce qu’il respire !) des individus qui sont sérieusement menacées de disparition sur l’entièreté du globe ou presque. L’agenda de destruction, non pas seulement des États (ça c’est le début), mais des populations, est »en marche« et les gens ne voit que l’aspect »guéguerre« du masque ou du vaccin, les hypocondriaques paniqués contre les optimistes feignants. Il faut voir plus loin, plus haut... Une guerre fait beaucoup de morts et l’état  »d’urgence" sanitaire (totalement insensé) est dors et déjà repoussé à avril 2021 en France, en Septembre 2021 pour l’Australie

      et certains pays parlent déjà de 2022 voire de 2024. Rester le nez dans le guidon c’est tout perdre, d’abord sa dignité et ensuite sa vie.


      • Bendidon Bendidon 14 octobre 10:10

        @Extra Omnes
        C’est exactement ça smiley
        une vidéo de pierre hillard explique le PLAN : https://youtu.be/a4qOjtd7WPM
        OUi on sait y sont de droate extraime, antichémite, fachos, conspi complotistes et tout et tout
        Mais C pas not’ faute si à gôche ya plous d’idées depuis longtemps et ki pigent rien au NWO  smiley


      • Giordano Bruno 14 octobre 11:00

        @Extra Omnes
        ...sont sérieusement menacées de disparition sur l’entièreté du globe ou presque.

        A quoi pensez-vous lorsque vous écrivez « ou presque » ?


      • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 21:50

        @Bendidon
        Mais C pas not’ faute si à gôche ya plous d’idées depuis longtemps et ki pigent rien au NWO

        Ils pigent très bien, mais ils se croient du bon côté du manche ... ! C’est le Camp du Bien, non ? Sinon, j’ai beaucoup appris de Pierre Hillard, avec 2 de ses livres que je recommande à tous ceux qui veulent comprendre le NOM et la construction européenne : La marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial, paru en 2007.

        "(...) L’objectif des élites mondiales n’est pas de permettre l’émancipation des hommes par la liberté des peuples, mais la destruction des peuples pour construire une humanité interchangeable et nomade, docile, disponible pour rentrer dans l’esclavage d’une gouvernante mondiale.
        Cette gouvernante mondiale est le dernier débris qui surnage du chaos tragique du XXe siècle. La nouvelle édition de ce livre qui a déjà six ans a le mérite rare et irremplaçable de donner à ceux qui ne se sont pas encore résignés à être « gouvernés », une grille de lecture et d’analyse d’événements dont la succession accélérée brouille volontairement la lisibilité. La mise en perspective de documents incontestables permet de voir dans l’enchaînement de « révolutions », « printemps », « libérations », « unifications continentales » la poursuite méthodique d’ambitions planétaires annoncées....etc

        et surtout : « La décomposition des Nations européennes » paru en 2005

        "(...) La construction européenne fut fondée, dès l’origine, sur l’idée d’une renonciation à l’exercice de la souveraineté, sous prétexte que certains pays européens, l’Allemagne, en particulier, avait cédé, entre 1914 et 1945, au vertige de la puissance. On avait libéré les nations mais pour, aussitôt, les démanteler à nouveau. Confondant la puissance et la souveraineté, on s’imaginait que l’équilibre des puissances passait désormais par l’abolition des souverainetés.

        Comme le montre Pierre Hillard, jeune et brillant connaisseur de l’Allemagne et des affaires européennes, on a, par cette politique de gribouille, permis à des forces fascistes et impériales de revenir sur le devant de la scène. Son nouvel ouvrage est l’occasion, pour lui, d’élargir le champ de son enquête : derrière le morcellement territorial des Etats, on ne retrouve pas seulement des organisations héritières du national-socialisme et des mouvements ethno-racistes, largement décrits dans son Enquête sur le plan allemand qui va bouleverser l’Europe : on recense, en fait, de multiples courants qui, de la droite à la gauche, militent pour la destruction des nations et, quelquefois consciemment, font le jeu de la mondialisation économique...etc


      • Et hop ! Et hop ! 20 octobre 16:27

        @Giordano Bruno : «  A quoi pensez-vous lorsque vous écrivez « ou presque » ? »

        Il doit pensez à quelque îles pour milliardaires.


      • Fergus Fergus 14 octobre 09:25

        Bonjour, Séraphin Lampion

        « l’UE a été mise en place pour imposer progressivement l’Europe des régions et non plus des états »

        Cette antienne est assez largement battue en brèche par les faits.

        D’une part, les régions ne progressent pas au dépens des états composant l’UE.  

        D’autre part, l’exemple de la Catalogne a montré de manière éclatante que l’UE prenait le parti de Madrid et pas du tout celui de Barcelone !!!


        • Fergus Fergus 14 octobre 09:30

          Ajoutez à cela que, dans le cas de la France, que l’on dit pourtant sans cesse « à la botte de Bruxelles », le moins que l’on puisse dire est que la régionalisation reste assez largement à faire au niveau des compétences et de l’autonomie politique, le jacobinisme demeurant assez largement le modèle dominant dans notre pays.


        • Bendidon Bendidon 14 octobre 10:15

          @Fergus
          Bonjour Fergousse et le PLAN dans tout chat ???
          Le PLAN MONDIAL élaboré par nos élites mondialojacobinisées 
          Ah vous comprenez rien à chat
          Bon ben retournez à vos dolmens, papillons, légumes et semences
          En ce moment on récolte les marrons et les chataignes smiley


        • babelouest babelouest 14 octobre 11:21

          @Fergus il y a un véritable conflit entre la tendance jacobine ancrée dans le peuple, et la volonté de la détruire qui a sa source au plus haut de l’État, ce qui est un peu paradoxal.


        • Fergus Fergus 14 octobre 11:30

          Bonjour, babelouest

          « la volonté de la détruire qui a sa source au plus haut de l’État »

          Où voyez-vous cela ? C’est uniquement sous la pression des collectivités locales que l’état jacobin français fait, contre son gré, des petites concessions à ses régions.


        • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 21:55

          @Fergus
          l’exemple de la Catalogne a montré de manière éclatante que l’UE prenait le parti de Madrid et pas du tout celui de Barcelone !!!

          Barcelone ne voulait pas être une euro-région, mais un Etat indépendant dans l’Union européenne !!

          Si vous ne faites pas la différence entre autonomie et indépendance, c’est certain, vous ne comprenez pas le soutien de Bruxelles à Madrid.


        • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 22:31

          @Fergus
          C’est uniquement sous la pression des collectivités locales que l’état jacobin français fait, contre son gré, des petites concessions à ses régions.

          Il faut que vous alliez vivre dans un pays récent, genre Italie ou Allemagne, parce que la France, c’est très différent. En France, l’Etat a 800 ans, et il s’est construit, justement, contre le morcellement des potentats locaux.

          C’est la monarchie qui a créé l’Etat français et qui est intervenu dans tous les domaines, depuis la création des services publics avec St Louis, jusqu’aux manufactures, en passant par les routes, la Poste, les arts etc.

          La France est une République monarchiste centralisée. Les Français aiment aussi bien, la liberté, la fraternité et l’égalité, que les fastes de l’Ancien régime, les ors des palais, les châteaux, et feu le rayonnement de la France dans le monde avec la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen....
          .
          C’est ainsi. Je ne sais pas quel pays vous sert de modèle, mais faites-en votre deuil, on ne refait pas l’histoire et la culture d’un peuple. C’était le phantasme des européistes : faire un seul peuple à partir de vieux peuples. Rêve !

          On voit avec les divisions qui fracturent de plus en plus l’Union européenne, qu’ils se sont mis le doigt dans l’oeil, et pas qu’un peu ! Les Grecs ne seront jamais des Allemands, les Napolitains ne deviendront jamais des Suédois, et les Français ne seront jamais des Polonais, sauf pour la vodka peut-être ...


        • michalac michalac 16 octobre 14:08

          @Captain Marlo
          .

          Les Grecs ne seront jamais des Allemands, les Napolitains ne deviendront jamais des Suédois, et les Français ne seront jamais des Polonais, sauf pour la vodka peut-être ...


          .
          Voilà qui renseigne bien sur la vision de l’Europe de l’UPR...
          Cependant, on ne désespère pas de changer un jour un Basque en Breton...
          Et de pouvoir dire enfin que les uns comme les autres sont français...

        • michalac michalac 16 octobre 14:33

          @Captain Marlo
          .

          En France, l’Etat a 800 ans... Il faut que vous alliez vivre dans un pays récent, genre Italie ou Allemagne, parce que la France, c’est très différent... gna, gna... bla, bla.. avec la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen....


          .
          Et... elle est où la foncière différence avec l’Allemagne et l’Italie ?
          .
          L’Allemagne n’est-elle pas elle-même l’agrégation dans le temps de multiple principautés, royaumes et duchés ?
          .
          L’Italie ne s’est-elle pas constituée de la même manière, un peu à la façon de l’Union européenne, par l’alliance de provinces autrefois « souveraines » ?
          .
          L’Etat tel qu’on en a hérité en France, s’il a été créé il y a 800 ans, ne se déployait alors que sur ce qu’était le territoire du Royaume de France à cette époque...
          Ailleurs, en Bourgogne, Franche-Comté, Provence, Lorraine, Alsace et Dauphiné, on ignorait encore tout d’un soi-disant Etat français...
          On l’ignorait d’autant plus que la moitié des provinces du Royaume de France, à cette époque, étaient sous l’autorité des Rois d’Angleterre qui avaient la fâcheuse manie, ces incultes, d’imposer la loi anglaise et les règles étatiques britanniques sur le territoire de la « France éternelle »...
          Et c’est ainsi que les grands vins de Bordeaux furent inventés par des Anglais...

        • michalac michalac 16 octobre 16:48

          @Captain Marlo
          .

          Barcelone ne voulait pas être une euro-région, mais un Etat indépendant dans l’Union européenne !!

          .
          Curieuse remarque...
          Habituellement, l’UPR nous explique qu’il n’y a pas d’indépendance possible dans l’Union européenne...
          .

          Si vous ne faites pas la différence entre autonomie et indépendance, c’est certain, vous ne comprenez pas le soutien de Bruxelles à Madrid.


          .
          Le soutien de Bruxelles à Madrid ne vient surtout par de là...
          D’une part, les Européens ne veulent pas d’une Union morcelée, constituée de petits états, avec toutes les difficultés de représentations et de gestion que ça implique...
          .
          D’autre part, l’Indépendance de la Catalogne signifierait sa sortie de facto de l’Union et l’engagement d’une longue procédure d’intégration à titre d’état-membre.
          .
          Fergus n’avait donc pas moins bien compris les choses que vous...

        • babelouest babelouest 18 octobre 19:27

          @Fergus les régions sont à éradiquer d’urgence, de même que l’assujettissement à l’union européenne ; en revanche gardons avec ferveur communes et départements.


        • Clocel Clocel 14 octobre 09:35

          De fait, la nation a disparu, ce qui est nouveau, c’est qu’une large partie du feu peuple français a fini par se soumettre aux diktats de ses « élites ».

          Ce qui est la suite logique de notre système de représentation, la « démocratie » étant la dictature de la majorité, si minime soit-elle, et une majorité est forcément médiocre.

          Ce que nous appelions la France c’était le capital de l’ancien régime, notre héritage, que nous avons dilapidé en moins de deux siècles.

          Ce n’est pas une somme d’individus qui fait une nation, mais une somme d’affects, de désirs, et il faut se rendre à l’évidence : On ne s’aime plus en France.


          • Clocel Clocel 14 octobre 09:42

            @Clocel

            Désigner le lieu de vie d’un peuple par le mot « nation » est déjà une perversion, on nous confisque le mot « pays », paysan, paysage...

            La première confiscation se fait par le vocabulaire. (Foucault)


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 09:56

            @Clocel

            « Ce que nous appelions la France c’était le capital de l’ancien régime, notre héritage, que nous avons dilapidé en moins de deux siècles.  »
            L’épisode de conquêtes coloniales réalisées par le second empire puis la troisième république a quand même largement renfloué les caisses et donné l’illusion d’une « convergence d’intérêts » à une majorité de gens qui ont participé aux joyeuses épopées africaines et indochinoises parce que cette majorité avait sa gamelle remplie par les retombées des la manne qu’une minorité a entassée !
            C’est ce trésor de guerre-là, qui avait son équivalent en Grande-Bretagne mais pas en Allemagne ni aux Etats-Unis, qui a fait l’objet de convoitises et de démantèlements.
            Pour ce qui nous concerne, les « trente glorieuses » n’étaient que le chant du cygne. Les Britanniques qui avaient anticipé en créant l«  »Commonwealth" s’accrochent aux branches, mais le vent souffle fort en ce moment.


          • Clocel Clocel 14 octobre 10:17

            @Séraphin Lampion

            Les bénéfices des colonies ont été réalisé par les classes supérieures, ceux qui partaient pauvres de France pour tenter leur chance en Algérie demeuraient pauvres là-bas et sont rentrés, encore plus pauvres.

            Au Mali, (colonie qui ne dit pas son nom), le contribuable français ne « connaît » que le coût du déploiement de ses militaires, les bénéfices partent directement dans les paradis fiscaux.

            On ne peut pas reprocher la colonisation au peuple français, il n’a eu que les épines, pas les fruits.

            La Grande-Bretagne, c’est encore différent, dans le cas des Compagnies des Indes, c’était ce que l’on nomme aujourd’hui le premier partenariat public/privé, au privé et à la Couronne les bénéfices, aux peuples britanniques le maintient de l’ordre et les mauvais coups.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 10:52

            @Clocel

            On est d’accord sur le fond : dans tous les cas, les bénéfices vont à la classe dominante, mais il arrive que cette dernière consente au « ruissellement » (comme dit mon cheval) pour acheter la paix sociale. Quand la classe dominante est dans un autre pays ou dans un paradis privé, elle n’en a plus rien à foutre.

            Cela dit, la France aussi a eu sa « Compagnie des Indes Occidentales  » créée par Colbert.


          • Clocel Clocel 14 octobre 11:04

            @Séraphin Lampion

            « Quand la classe dominante est dans un autre pays ou dans un paradis privé, elle n’en a plus rien à foutre. »

            C’est l’endroit où se trouve leur fric qui est important, eux peuvent être n’importe où, même en France où ils restent encore de beaux rogations (entretenus par Dupont Lajoie) lorsqu’il s’agit de marier ses enfants ou recevoir fastueusement ses clients et autres associés de « haut-rang »...

            S’il réussissent à retirer le cash, alors nous connaîtrons ce que le totalitarisme peut faire de mieux.


          • bebert bebert 14 octobre 15:02

            @Clocel
            « Les bénéfices des colonies ont été réalisé par les classes supérieures, ceux qui partaient pauvres de France pour tenter leur chance en Algérie demeuraient pauvres là-bas et sont rentrés, encore plus pauvres.  »

            Pas tous comparez les demeures des Corses qui étaient partis aux States et qui en revenant au pays se faisaient construire des palais et nous Européens avons faits quoi quand les pauvres hères quittaient l’Europe pour fuir la misère et allaient aux « States » nous avons détruits le vrai peuple Américain "les american nâtives) 


          • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 22:12

            @Clocel
            De fait, la nation a disparu, ce qui est nouveau, c’est qu’une large partie du feu peuple français a fini par se soumettre aux diktats de ses « élites ».

            Perso, je ne sais pas exactement ce que pensent les Français ?
            Comment faites-vous pour le savoir et parler en leur nom ?

            Je n’entends autour de moi que des gens furieux des politiques menées par ce gouvernement, et déboussolés de ne pas comprendre les causes du boxon ambiant, pas vous ?

            Il me semble qu’ils aiment leur pays et les régions dont ils sont issus.
            En sport, ils soutiennent la France et ils adorent les émissions historiques.

            En plus, ils ne savent à peu près rien sur l’Union européenne, ils croient que c’est Macron qui décide, et dès qu’ils ont un problème, ils se tournent vers l’Etat français, pas vers Bruxelles !

            Ils ont beau s’aligner sur les modes américaines, ils sont franco français pur jus... et même un peu Astérix sur les bords !


          • Et hop ! Et hop ! 20 octobre 16:37

            @Clocel

            Le pays c’est le territoire et les gens qui y habitent, la nation c’est les gens nés d’une même souche de population.

            Le mot « nation » vient du mot naître, les Juifs de tous les pays se désignaient comme appartenant à la nation juive. 

            C’est la Révolution française qui a vulgarisé le mot Nation pour remplacer le mot royaume.


          • Étirév 14 octobre 09:56

            « La nation française risque de disparaître »
            C’est déjà le cas !
            Aussi, enlevez vos masques, réveillez-vous et sortez du lit de fer, dans lequel Procuste vous a « bordé ».
            La France, comme les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce qu’on appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City de Londres.
            Précisons que la Réserve fédérale américaine, la « FED », est née, en 1913, des menées des banquiers globalistes, dont le noyau dur se trouvait à Londres ; menées auxquels les intérêts Rothschild, notamment via le banquier Warburg, n’étaient pas étrangers.
            Il faut bien comprendre que, depuis le XVIIIème siècle, les principaux banquiers sont étroitement interconnectés entre eux et ont des intérêts communs et liés. Rappelons à toutes fin utiles qu’après 1789 la France est passée d’une monarchie qui avait pour contre-pouvoirs tous les corps intermédiaires, à une oligarchie financière dénuée de tout contre-pouvoirs.
            Les activités de ces banquiers sont structurellement internationales, leurs intérêts pouvant être qualifiés d’apatrides, ou plus exactement de supranationaux, en ce sens qu’ils n’ont aucun rapport avec un quelconque « intérêt national » au sens culturel et géographique du terme « national ».
            En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
            Parlons un peu de la Franc-Maçonnerie maintenant.
            La Franc-Maçonnerie est d’origine hébraïque, tous les mots de passe sont des vocables hébreux, ses légendes sont tirées de l’histoire du peuple d’Israël.
            Cependant, Joseph de Maistre, dans « Mémoire au duc de Brunswick » (1782), dit ceci : « Tout annonce que la Franc-Maçonnerie vulgaire est une branche détachée et peut-être corrompue d’une tige ancienne et respectable ».
            C’est bien ainsi qu’il faut envisager la question, précise René Guénon : on a trop souvent le tort de ne penser qu’à la Maçonnerie moderne, sans réfléchir que celle-ci est simplement le produit d’une déviation. Les premiers responsables de cette déviation, à ce qu’il semble, ce sont les pasteurs protestants, Anderson et Desaguliers, qui rédigèrent les Constitutions de la Grande Loge d’Angleterre, publiées en 1723, et qui firent disparaître tous les anciens documents sur lesquels ils purent mettre la main, pour qu’on ne s’aperçût pas des innovations qu’ils introduisaient, et aussi parce que ces documents contenaient des formules qu’ils estimaient fort gênante. Ce travail de déformation, les protestants l’avaient préparé en mettant à profit les quinze années qui s’écoulèrent entre la mort de Christophe Wren, dernier Grand-Maître de la Maçonnerie ancienne (1702), et la fondation de la nouvelle Grande Loge d’Angleterre (1717). Néanmoins, ils laissèrent subsister le symbolisme, sans se douter que celui-ci, pour quiconque le comprenait, témoignait contre eux aussi éloquemment que les textes écrits, qu’ils n’étaient d’ailleurs pas parvenus à détruire tous. Voilà, très brièvement résumé, ce que devraient savoir tous ceux qui veulent combattre efficacement les tendances de la Maçonnerie actuelle, bien qu’il y a eu ultérieurement une autre déviation dans les pays latins, celle-ci dans un sens antireligieux, mais c’est sur la « protestantisation » de la Maçonnerie anglo-saxonne qu’il convient d’insister en premier lieu.
            Dans la Franc-Maçonnerie moderne, nous trouvons égalment l’existence d’une « Maçonnerie mixte », ou « Co-Masonry », comme elle est appelée dans les pays de langue anglaise, qui représente tout simplement une tentative de transporter, dans le domaine initiatique lui-même qui devrait encore plus que tout autre en être exempt, la conception « égalitaire » qui, se refusant à voir les différences de nature qui existent entre les êtres, en arrive à attribuer aux femmes un rôle proprement masculin, et qui est d’ailleurs manifestement à la racine de tout le « féminisme » contemporain.
            La « civilisation » moderne est le résultat direct de la mentalité des peuples anglo-saxons, et par conséquent René Guénon dit : « Surtout, nous ne saurions trop mettre en garde contre toutes les contrefaçons anglo-saxonnes, allemandes ou slaves, qui ne représentent que des idées tout occidentales et modernes, masquées sous des vocables orientaux détournés de leur sens.
            On comprend peut-être un peu mieux Jehanne d’Arc lorsqu’elle voulait : « bouter les Anglais hors de France ».
            Finissons avec une autre d’importance, mais plus contemporaine, Valérie Bugault qui nous rappelle :
            « Le retour de l’occident à la civilisation passe par l’abandon de l’actuelle « Société de l’avoir » pour rendre à la « Société de l’être », parfaitement incarnée par la tradition culturelle française aujourd’hui malheureusement abandonnée, la prééminence qu’elle n’aurait jamais dû perdre. »


            • Bendidon Bendidon 14 octobre 10:17

              @Étirév
              EXACT Pierre Hillard explique tout ça dans une vidéo (lien donné plus haut)
              Nous vivons une époque palpitante smiley


            • babelouest babelouest 14 octobre 11:02

              @Étirév superbement démontré ! La franc-maçonnerie actuelle n’a rien à voir, vraiment rien, avec celle qui construisit les cathédrales !


            • Yann Esteveny 14 octobre 11:32

              Message à avatar Étirév,

              Merci pour le démasquage de cette République en marche depuis plus de deux siècles.
              Ceux qui ne veulent pas comprendre le projet le subiront quand même.

              Respectueusement


            • Yann Esteveny 14 octobre 12:13

              Message à avatar babelouest,

              La franc-maçonnerie du passé était opérative et a construit matériellement les cathédrales.
              La franc-maçonnerie du présent est spéculative et détruit l’Église ainsi que les cathédrales.

              Respectueusement


            • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 14 octobre 20:46

              @Étirév
              Merci « vérité » !
              Certaines loges françaises semblent cependant traverser une zone de turbulence. La division de l’ex GLNF en est un exemple.
              Dans mon entourage, on y intronise à tour de bras le cupide, l’individualiste et l’ambitieux qui ne se cachent plus pour évoquer ce « fabuleux carnet d’adresses » ouvrant de nouvelles perspectives pour les affaires !
              Nous sommes loin du think tank armé d’érudits , la production d’idée est le cadet de leurs soucis...
               


            • Taverne Taverne 14 octobre 10:36

              Le séparatisme social est en marche

              Le séparatisme social est en marche mais pas sur le mode américain.

              D’un côté les riches et les ultras-riches qui profitent non pas seulement du virus (ne lui imputons pas tout !) mais aussi des conditions créées (Cice, flax tax, patrimoine toujours grossissant des possédants transmissible de génération en génération, etc.). Ajoutez à cela la bureaucratie sclérosée et l’innovation moribonde (et pas seulement dans les nouvelles technologies).

              Le séparatisme social est en train de prendre une forme bien française. Si l’on y voit quelques caractéristiques anglo-saxonnes, elles sont désuètes. Ce sont des caractéristiques qui remontent à l’ère Thatcher et Reagan.

              Le séparatisme social est en marche. Un séparatisme à la française...


              • Taverne Taverne 14 octobre 10:49

                J’ajoute que nos gouvernants et nos élites ne voient pas grandir ce séparatisme social des grands privilégiés parce qu’ils ont une foi aveugle dans notre « modèle social » fait de redistribution et de protection sanitaire et sociale. Mais ce modèle sera pulvérisé par le séparatisme social en marche.


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 10:56

                @Taverne

                la question est de savoir si le sevrage des perfusés se traduira par un coma prolongé ou par une reprise de la lutte des classes une fois qu’ils auront compris que l’illusion de l’ascenseur social n’était plus d’actualité.


              • babelouest babelouest 14 octobre 11:14

                @Séraphin Lampion
                OTIS, ô infamie !
                Ne suis-je descendu que pour me les faire remonter ? 
                Et me suis-je blanchi tout comme un plâtrier,
                Que pour voir cette boue sur nous tous projetée !
                Que l’ascenseur social, en un temps suggéré,
                En un puits au vert tige s’est soudain écroulé !


              • ZenZoe ZenZoe 14 octobre 11:30

                L’auteur pose un constat juste. Il n’est pas le premier, L’archipel français est un bouquin à lire par exemple !

                Pour autant, je pense que la France n’a en fait jamais été unie, jamais été un pays homogène. Il y a eu des moments de rassemblement autour de causes diverses, mais qui n’ont jamais duré longtemps. Même la dernière guerre mondiale, qui aurait du nous unir, nous a complètement déchirés, c’est dire ! Même notre gastronomie, qui nous distingue à l’étranger, est en fait une gastronomie ’’des terroirs’’. Nous ne sommes qu’un assemblage de régions disparates. Même notre devise est fausse et ne rassemble plus personne. Notre soi-disant liberté a toujours été muselée par une censure officielle ou officieuse. Quant à l’égalité et la fraternité, n’en parlons même pas ! Même notre ’’république’’ et ses valeurs ne veulent plus rien dire, complètement piétinées et dévoyées par des élites voyoutes

                Pourtant, deux facteurs ont autrefois permis à la France de tenir malgré tout. Fille aînée de l’Eglise tout d’abord, profondément catholique, la France s’est forgée avec la force de la religion, dans ses combats contre d’autres religions notamment. Puissamment monarchique puis impériale ensuite, la France a pu longtemps maintenir son rang de puissance mondiale. Depuis la disparition de ces deux piliers, la France dégringole. De Gaulle aura été une parenthèse heureuse, disparue sitôt le général disparu.

                La France, comme toute nation, a pourtant besoin de quelque chose qui rassemble. Le RU a la reine, les USA leur constitution, le Japon son empereur.

                Qu’est-ce qui nous rassemble aujourd’hui ? C’est ce débat-là qu’il faut mener.


                • binary 14 octobre 12:10

                  @ZenZoe
                  Ce qui rassemblait les français de toutes les régions, est la langue française. C est bien pour cela que les dirigeants qui ne l utilisent plus, et oeuvrent pour sa disparition, ou au moins sa marginalisation.


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 octobre 12:28

                  @ZenZoe Au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la religion officielle de la France est devenue la Nation et a permis de faire tenir ensemble le pays malgré les divisions
                  Je ne vois plus trop ce qui peut nous rassembler. Je vois une jeunesse immature, sans force, soumise. Je vois une caste d’intellectuels régressifs, Worms, Pelluchon, Cespedes, Fleury, Servigne, Cayron et tant d’autres... Je vois la Liberté mais elle est si loin


                • Taverne Taverne 14 octobre 12:40

                  @Bernard Dugué

                  Il n’y a plus de nation parce qu’il n’y a plus de service à la nation (service national notamment).

                  Il n’y a plus de nation parce que des premiers de cordée font sécession et joue bande à part au grand casino international.

                  Il n’y a plus de nation parce que nous vivons sur la toile qui n’a pas de nation…

                  Il n’y a plus de nation parce que les européistes forcenés prennent un air dégoûté quand nous parlons de la nation.

                  Il n’y a plus de nation parce qu’il n’y a plus de contrat social ou, plus exactement, parce qu’’on veut nous faire croire qu’il est solidement garanti par le système de protection et de redistribution.

                  Il n’y a plus de nation parce qu’on privilégie la gérontologie à la vie de la cité et que cela est destructeur en termes d’appauvrissement général dont toujours le mêmes sont frappés.

                  Il n’y a plus de nation parce que les élites abusent du mot « république » et « républicain » qu’ils mettent à toutes les sauces pour nous bâillonner et imposer leurs vues sans risque de contradiction. 


                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 octobre 14:01

                  @Taverne

                  Mais il y a toujours une nation pour ceux qui se reconnaissent un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.


                • Fergus Fergus 14 octobre 15:51

                  Bonjour, Taverne

                  Je partage très largement ton commentaire de 12 h 40.
                  Rien à ajouter à ces constats malheureusement très lucides !


                • Fergus Fergus 14 octobre 15:55

                  Bonjour, Daniel PIGNARD

                  Une nation chrétienne pan-gréco-latine ? Pas faux !
                  Encore que discutable dans la mesure où les Français des régions frontalières sont culturellement plus proches de leurs voisins étrangers que de leurs compatriotes qui vivent à l’autre bout du pays.


                • Fanny 14 octobre 23:16

                  @Taverne

                  Vous oubliez l’essentiel :

                  In God we trust

                  Tout le reste, c’est des peccadilles (la langue mise à part).


                • Kapimo Kapimo 15 octobre 04:42

                  @Taverne

                  Il n’y a plus de nation car la nation c’est la guerre, la guerre c’est Hitler, et Hitler c’est Auschwitz.
                  Capito, maudit facho ?


                • Kapimo Kapimo 15 octobre 04:43

                  @ZenZoe

                  Ce qui devrait nous rassembler, et à défaut d’autre chose, c’est la colère et l’instinct de survie.


                • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 22:58

                  @Kapimo
                  Il n’y a plus de nation car la nation c’est la guerre, la guerre c’est Hitler, et Hitler c’est Auschwitz. Capito, maudit facho ?

                  Vous répétez la propagande euro-atlantiste, mais les fachos ne sont pas forcément où l’on croit... Vous savez que le modèle économique européen est un copié/coller de celui qu’Hitler prévoyait pour l’Europe ? Voilà ce que défend la Gauche en défendant l’UE, et en traitant les autres de fachos : le programme écrit par Göring.
                  .
                  Et puis, vous avez des trous de mémoire... « La nation française, libre, indépendante et souveraine », c’était le mot d’ordre de tous ceux qui ont signé le programme du CNR en 1943.
                  .
                  Avec la construction européenne, nous vivons dans une colonie de l’ Empire américain. Mais comme ils ont utilisé les mensonges du soft power, et la propagande, vous ne vous apercevez de rien depuis 70 ans...
                  .

                  Par contre, pas de soft power en Amérique latine ! Là bas, c’est coups d’états sanglants, infiltrations, révolutions colorées & ingérences en tous genres ! Du coup, il y a incompréhension entre ces peuples et la Gauche européenne qui hait la Nation ! Ecoutez Chavez, c’est autre chose que Hollande ou Mélenchon....
                  .
                  Et pour tous ces peuples qui se battent depuis longtemps pour protéger leur liberté, leur indépendance et leur souveraineté, vous êtes des Mickey.


                • michalac michalac 16 octobre 13:38

                  @Captain Marlo
                  .

                  Vous savez que le modèle économique européen est un copié/coller de celui qu’Hitler prévoyait pour l’Europe ?


                  .
                  Eh bien non !
                  On l’ignorait !
                  Mais l’UPR est là pour nous expliquer tout ça...
                  Problème, on n’a pas l’original de l’Union selon Hitler pour le comparer à celui l’Union européenne...
                  Enfin, bon... On a bien une carte de l’Europe du temps d’Hitler comparable à celle de l’Europe d’aujourd’hui... très ressemblantes, c’est vrai... ça devrait suffire...
                  .
                  Sinon, on observe une curieuse ressemblance entre l’Union européenne et l’Union eurasiatique... et pas seulement sur la carte...
                  Même traité, mêmes dispositions légales, mêmes « quatre libertés », même Commission de commissaires non-élus, même Conseil intergouvernemental... tout pareil... ce que l’UPR n’a pas encore relevé ou plutôt ce qu’elle appelle « des pays qui signes des accords de coopérations entre eux »...
                  Au Comité central, on aimerait autant que ça ne se sache pas...

                • michalac michalac 16 octobre 14:00

                  @Captain Marlo
                  .

                  Vous savez que le modèle économique européen est un copié/coller de celui qu’Hitler prévoyait pour l’Europe ?


                  .
                  L’UPR nous explique que l’Europe actuelle a été créée par Hitler mais ne nous explique pas comment les droits fondamentaux garantis par l’Union européenne ont pu en arriver là !
                  .
                  Le Droit à la vie...
                  L’interdiction absolue de l’esclavage...
                  L’interdiction absolue de la torture, des traitement inhumains ou dégradants...
                  Pas très hitlérien, tout ça...
                  .
                  Il semblerait donc que le projet d’Union européenne d’Hitler ait subi quelques petites modifications dans l’intervalle...
                  .
                  Plus étonnant, le projet d’Union du Führer ne semble avoir trouvé grâce à ses yeux que sur le papier...
                  Car en pratique, Hitler est davantage réputé pour avoir semé la désunion en Europe et même, selon certains, pour avoir mis le continent tout entier à feu et à sang...
                  .
                  Quoi qu’il en soit, le projet d’Union d’Adolf Hitler n’a pas déplu à la Russie qui a décidé de s’en inspirer pour créer l’Union eurasiatique...

                • michalac michalac 16 octobre 15:29

                  @Captain Marlo
                  .

                  Vous savez que le modèle économique européen est un copié/coller de celui qu’Hitler prévoyait pour l’Europe ?


                  .

                   « Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne ».
                  .
                  Victor Hugo, le 21 Août 1849.


                • michalac michalac 16 octobre 16:31

                  @Captain Marlo
                  .

                  Et puis, vous avez des trous de mémoire... « La nation française, libre, indépendante et souveraine », c’était le mot d’ordre de tous ceux qui ont signé le programme du CNR en 1943.


                  .
                  Effectivement, vous avez des trous de mémoires...
                  Georges Bidault, fondateur avec d’autres du CNR en 1943, Président du CNR après l’arrestation de Jean Moulin, défend dès 1945 l’avènement d’une fédération européenne.
                  Il prononce une déclatation restée célèbre en ce sens le 19 juillet 1948 à La Haye
                  .

                  Georges Bidault fut le premier officiel français à reprendre à son compte cette volonté de création d’une assemblée européenne. Le projet présenté était certes limité à cinq pays, mais le chef du Quai d’Orsay et dirigeant du MRP avait terminé son allocution par un plaidoyer européen sans ambiguïté apparente : « Je crois profondément que nous allons faire l’Europe, que nous pouvons la faire. Non pas nous seuls, mais nous avons donné un exemple, et cela nous crée des devoirs. »


                  .
                  Les « résistants » des années 2000, ceux dont on ne peut même pas dire qu’ils furent au moins des « résistants de la dernière heure », n’ont pas eu de scrupules à dévoyer un programme politique visionnaire et foncièrement pro-européen en une archive nationaliste et rétrograde...

                • babelouest babelouest 18 octobre 19:34

                  @michalac vous m’en direz tant ! Je pense que je vais rire un peu dans mon coin....


                • Kapimo Kapimo 19 octobre 02:58

                  @Captain Marlo

                  C’était du second degré...


                • alinea alinea 14 octobre 12:16

                  Étymologiquement, « nation » n’est pas vraiment le bon mot ! C’est plutôt un état qui s’est construit par la violence de l’annexion, et qui s’est maintenu par la violence des interdits ! Un roi ou un empereur ici ou là a donné une trame au roman national et ça fait déjà un petit moment que beaucoup ont compris qui était Jeanne d’Arc !!

                  Comme aujourd’hui tout le monde se fout de ce type d’assemblage, sûr que la France est plus fragile que d’autres pays « nation » !

                  Depuis Vercingétorix, nous sommes collabos des envahisseurs : les nations étaient fascistes quand nous fûmes collabos, et que l’empire britannique était démocrate !!

                  Je suis convaincue que chez nous, le roman national a été beaucoup plus inventé, et imposé à l’école, que dans d’autres pays.

                  Ça ne veut pas dire que j’ai envie que la France éclate ; il y a une population qui ne demande qu’à se fédérer...


                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 octobre 14:06

                    @alinea
                    Nation veut dire natifs d’une même famille et vivant sur une même terre.
                    Les Français de France, sont fils de Gomer, lui même fils de Japhet, lui-même fils de Noé.

                    Un peu d’instruction ne nuit pas :

                    http://www.info-bible.org/histoire/archeologie/origine-nations.htm


                  • alinea alinea 14 octobre 14:35

                    @Daniel PIGNARD
                    Je suis la fille de dieu et toi son fils, tu es donc mon frère, comment se fait-il, tant de consanguinité ?
                    mais j’avoue mon manque d’instruction biblique !
                    merci pour ce lien que je regarderai ce soir


                  • Fergus Fergus 14 octobre 15:59

                    Bonjour, alinea

                    « la France est plus fragile que d’autres pays « nation » ! »

                    D’autant plus que, contrairement à ses voisins, la France est un patchwork de peuples issus de cultures très différentes : flamande, germanique, transalpine, catalane, basque, occitane, celte, francique !


                  • alinea alinea 14 octobre 17:27

                    @Fergus
                    Oui ! C’est ce que je dis : loin d’une nation « ethnique », tous frères !!
                    Ce qui nous lie, parait-il, ce serait un but commun ; alors, allons-y ! parce que pour le reste, entre le cidre, la bière et le vin, il y en a des royaumes et des dieux !

                     smiley

                    La moitié des Francs-Comtois ont laissé leur peau pour résister au roi de France, aidé par les Teutons, et les Bourguignons... euh, ça laisse des traces !!
                    et je ne parle pas des Occitans !!







                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 octobre 18:30

                    @alinea

                    Il y a quand même quelques conditions pour être fils de Dieu :

                     

                    Romains 8:14

                    « car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. »

                     

                    Luc 20:36

                    « Car ils ne pourront plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection. »

                     

                    Galates 3:26

                    « Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; »


                  • alinea alinea 14 octobre 19:27

                    Daniel Pignard
                    L’éternité des chrétiens est aussi symbolique que l’est la réincarnation des orientaux. Comme je trouve le symbole de la réincarnation plus dynamique puisqu’il instaure un progrès perpétuel jusqu’à la perfection, que celui de la réincarnation qui rassure les peureux, je le préfère ; mais il ne sert qu’à un certain type de regard, ou d’étude, et c’est pas tous les jours.
                    Merci pour votre foi, et votre érudition.


                  • babelouest babelouest 18 octobre 19:38

                    @alinea c’est la langue qui nous unit, et par elle toute la littérature.

                    https://ti1ca.com/j9g9pa0d-chronologie-langue-francaise-chronologie-langue-francaise.zip.html


                  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 13:52

                    « Je suis convaincue que chez nous, le roman national a été beaucoup plus inventé, et imposé à l’école, que dans d’autres pays.  »

                    Détrompez-vous !

                    Le pangermanisme est une horreur sur fond de Wagner et de Walkyries, d’autant plus virulent que l’« unité allemande » a été laborieuse et qu’il manque encore des bouts à leur point de vue.

                    Pour ce qui est du côté « démocrate » de l’empire britannique pendant la seconde guerre mondiale, là encore, il s’agit d’une légende : lien.


                    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 13:52

                      @Séraphin Lampion

                      ce message s’adressait à Alinea


                    • alinea alinea 14 octobre 14:48

                      @Séraphin Lampion
                      J’avais compris !
                      La démocratie anglaise est quand même un poil plus haut que la nôtre ! mais bien entendu, puisqu’elle est utopie ( est-ce une utopie de donner le pouvoir à des millions de cons ?), c’était juste que c’était le seul pays pas fasciste, et pas collabo !!! en Europe... quand je dis le seul, c’est que je ne suis pas en train de donner une leçon d’histoire, mais de faire un panorama rapide sur nos engagements passés !



                    • michalac michalac 16 octobre 15:07

                      @Captain Marlo
                      .

                      Je crois que la différence avec la GB, ce sont les médias.

                      La GB a inventé les libertés publiques La Magna Carta, en 1215, il y a 800 ans.


                      .
                      Seulement, voilà...
                      La Magna Carta dit peut de chose sur les médias...
                      Elle n’en traite même pas du tout car ça n’était pas l’objet...
                      La Magna Carta est une constitution avant la lettre...
                      Ce qui explique que le Royaume-Uni n’a toujours pas de Constitution à proprement dit...
                      Et les médias britanniques n’ont évidemment rien à voir avec tout ça...
                      Mais bon...
                      .
                      La France a inventé les libertés publiques en 1789...
                      Les médias, ou « les gazettes » existaient déjà bien avant ça...
                      Seulement, c’est tellement loin derrière nous qu’on ignore ce que les révolutionnaires de l’époque penseraient d’une renationalisation de TF1...

                    • michalac michalac 16 octobre 17:33

                      @Captain Marlo
                      .

                      La GB a inventé les libertés publiques La Magna Carta, en 1215, il y a 800 ans.


                      .
                      C’est curieux car comme l’explique Pierre Hillard, cette Magna Carta est en réalité à l’origine de l’émergence d’une caste financière anglo-saxonne, qui va imposer ses vues au pouvoir politique :
                      .

                      Pierre Hillard : .

                      « La Magna Carta, en 1215, est le démarrage officielle de cette oligarchie anglo-saxonne »


                      .
                      On est alors plutôt loin de « l’invention des libertés publics »...
                      .
                      Mais il y a mieux...
                      Pierre Hillard, répondant à la question d’un journaliste, explique qu’en réalité cette Magna carta et ses conséquences sont l’acte de naissance de la « mondialisation » !
                      Une surprise quand on s’entend dire depuis toujours par l’UPR que c’est l’Europe et les Etats-Unis qui, avec le traité de Maastricht, ont inventé la mondialisation ! ici ! ou encore ici ...

                      .

                      La Chine n’avait rien demandé, c’est la Commission européenne et le gouvernement US qui ont mis en place la mondialisation, pour que leurs patronats délocalisent et fassent plus de profits... etc, etc...


                      .
                      Encore un mythe qui s’effondre...
                      Au Comité central, on n’en finit pas de corriger ses fiches d’Histoire officielle...

                    • michalac michalac 16 octobre 18:14

                      @Captain Marlo
                      .

                       chez nous, c’est la pensée unique médiatique : pro européenne, pro euro, pro OTAN, pro Démocrates américains, anti Frexit à tous crins, et évidemment, pro Covid , pro masques, vaccins, toussa, toussa...


                      .
                      Finalement, ça n’est que la conséquence logique de la contre-pensée unique, anti-européenne, anti-euro, anti-OTAN, anti-Démocrates américains, anti-masques, anti-vaccin... et, ah tiens ! Pro Frexit ! Les anti-tout se ménagent quand même l’occasion d’un repos...
                      Par contre, anti-covid, j’ vois pas... parce que pro-covid, déjà, c’est pas facile à concevoir... comme opinion...

                    • Crab2 14 octobre 16:05

                      LA CENSURE OU LA PULSION DE MORT EN OCTOBRE 2020

                      La France laïque garantit le libre exercice des cultes, et fait du rire solaire de Démocrite une expression majeure de sa culture.

                      L’Identité de la Nation Française, c’est la joie de vivre et de rire de tout

                      SUITE

                      https://laicite-moderne.blogspot.com/2020/10/la-censure-ou-la-pulsion-de-mort-en.html

                      .


                      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 14 octobre 16:50

                        Bon diagnostic, monsieur le médecin. En fait, pour commencer, il faudrait que nous ayons un gouvernement ... un gouvernement français.


                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 octobre 18:38

                          @Mervis Nocteau
                          C’est l’erreur que tous les analystes politiques et les journalistes font
                          Il ne faut pas questionner qui gouverne mais le régime dans son ensemble
                          Qu’est-ce qu’un régime ? Quels buts vise-t-il ? 


                        • AlLusion AlLusion 14 octobre 19:29

                          @Bernard Dugué
                           Le régime fait maigrir, non ?


                        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 18 octobre 11:10

                          Je trouve que la comparaison hobbesienne d’un Etat à un Corps a ses limites. Ce sont les hommes qui font l’Etat, en grande partie, même si un outil ne saurait être utilisé allègrement à contre-emploi ... sauf, peut-être, par des hommes créatifs. Ainsi, je me rends au diagnostic de médiocratie d’Alain Deneault, ainsi que de perversions transnationales. Quand je dis qu’il faut « un gouvernement ... un gouvernement français », je dis que nous ne sommes pas gouvernés en fait, que ça manque, et surtout que ça manque de personnes croyables du cru.


                        • AlLusion AlLusion 14 octobre 18:54

                          @Bernard,

                           Bonnes constatations. Les States se déchirent dans une situation qui ressemble à une guerre civile en pro et contre Trump.

                           Une chose est à dire en préambule : nous sommes tous différents, avec des idées qui nous sommes propres, qui ressemblent parfois à celle de quelqu’un d’autre, et qui diffèrent sur un autre plan immédiatement après dès que l’on prend le temps d’enfoncer un autre clou.

                           Notre Belgique a connu une époque à la recherche d’un compromis à la recherche de compromis au niveau fédéral. Le régionalisme a été créé depuis plus de 20 ans.

                           Au Nord, les Flamands. Au Sud, les wallons. Au milieu, à Bruxelles, un mix de toutes les cultures qui s’entrechoquent entre les deux, la CE qui s’y glisse avec encore plus de langues que seul l’anglais permet de réunir.. 

                           Alors, on passe de réformes en réformes. mais le plus angoissant, c’est que chacun, n’essaye pas de comprendre ce qui se passe de l’autre côté de la frontière linguistique. Chacun reste dans sa communauté lors de ses visites réduites au pays à cause du Covid.. 

                           Il y a des tentatives existent daardaar.be par exemple. 

                           Chacun garde ses chansons et ses habitudes 


                          • AlLusion AlLusion 14 octobre 19:27

                            Si on remonte dans l’histoire récente, n’est ce pas une France morcelée en régions ?.

                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Formation_territoriale_de_la_France#L’%C3%89poque_contemporaine_:_le_territoire_national

                            Un Breton ressemble-t-il à un Parisien, à un Méditerranéen ?

                            Quand on se souvent du film chez les Chtis, que connaissent les les extrêmes territoriaux entre eux ?

                             


                            • vraidrapo 14 octobre 19:38

                              TANT QU’IL Y AURA DES TERRASSES !


                              • Pierre Alain Reynaud Pierre Alain Reynaud 14 octobre 20:03

                                Qui pourra sauver la République française ?

                                À l’heure d’aujourd’hui, la France est confrontée à d’énormes problèmes d’identité dont les principaux responsables sont les politiques de tous bords en raison de leurs discours incohérents et souvent destructifs pour les valeurs démocratiques.

                                Il faut maintenant que chaque citoyen prenne conscience que depuis plusieurs décennies, les gouvernements successifs comme les représentants de la Nation, élus de la de gauche comme de droite, n’ont pas eu, pour la plupart d’entre eux, une âme purement républicaine, celle qui enflammait l’espoir de nos aînés, contemporains de la IIIème ou de la IVème République.

                                Revenons sur l’article premier de notre Constitution adoptée le 4 octobre 1958, révisée à plusieurs reprises, puis consolidée par la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008.

                                Voir plus

                                http://www.lafranceliberee.fr/journal-pages/republique-sociale/qui-pourra-sauver-la-republique-francaise.html 



                                • babelouest babelouest 14 octobre 20:17

                                  @Pierre Alain Reynaud je ne suis pas sûr que vous puissiez vous permettre de parler de « consolidation » à propos de la « loi constitutionnelle » de 2008. Il ne s’agit pas d’une consolidation, mais d’un assassinat.
                                  .
                                  Reprenez plutôt cette proposition que j’ai faite, et qui prend tout le fatras ajouté à la Constitution pour la tuer, pour le mettre à la poubelle :
                                  https://ti1ca.com/s7wljial-2020-09-28-2020-09-28.pdf.html


                                • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 23:03

                                  @Pierre Alain Reynaud
                                  Qui pourra sauver la République française ?

                                  .
                                  Ceux qui sont pour le Frexit.
                                  Et ça ne se bouscule pas au portillon !
                                  La mentalité « de râleurs soumis » fait encore bien des ravages...


                                • Captain Marlo Captain Marlo 15 octobre 23:15

                                  @Pierre Alain Reynaud
                                  Revenons sur l’article premier de notre Constitution adoptée le 4 octobre 1958,

                                  Vous rêvez. Le Droit européen est supérieur aux Droits des Etats, de manière absolue, y compris dans le domaine constitutionnel.

                                  "(...) La primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue. Ainsi, tous les actes européens ayant une force obligatoire en bénéficient, qu’ils soient issus du droit primaire ou du droit dérivé.

                                  De même, tous les actes nationaux sont soumis à ce principe, quelle que soit leur nature : loi, règlement, arrêté, ordonnance, circulaire, etc. Peu importe que ces textes aient été émis par le pouvoir exécutif ou législatif de l’État membre. Le pouvoir judiciaire est également soumis au principe de primauté. En effet, le droit qu’il produit, la jurisprudence, doit respecter celui de l’Union.

                                  La Cour de justice a estimé que les constitutions nationales sont également soumises au principe de primauté. Il revient ainsi au juge national de ne pas appliquer les dispositions d’une constitution contraire au droit européen....etc

                                  .

                                  C’est ça, ne plus être une Nation souveraine : > ne plus faire ses lois ; ne plus gérer sa monnaie & son budget ; ne plus avoir de frontières ; ne plus décider de la guerre & de la paix (c’est l’OTAN qui décide) ; ne plus choisir son économie et son modèle social etc

                                  Dans l’histoire de la France, il n’y a que 2 moments où la France a été dirigée depuis l’étranger : l’occupation allemande et l’Union européenne.


                                • michalac michalac 16 octobre 11:54

                                  @Captain Marlo
                                  .

                                  Vous rêvez. Le Droit européen est supérieur aux Droits des Etats, de manière absolue, y compris dans le domaine constitutionnel.


                                  .
                                  C’est exact !
                                  Et c’est d’ailleurs la seule protection efficiente dont dispose les Gilets-Jaunes contre l’arbitraire de la Police Nationale Française et contre celui de la Justice française, laquelle se fonde volontiers sur le raccourcis commode selon lequel « le bien public, c’est le bien de l’Etat ! »
                                  .
                                  Le droit européen protège même la liberté d’écrire ce qui est écrit ci-dessus. Car, alors qu’en vertu du Droit interne, la Justice française pourrait s’en prétendre outragée, ce qui s’appelle plus exactement « porter atteinte à l’autorité de la Justice », l’article 9 de la CEDH, que l’Union a intégralement intégré à son propre Droit, garantie la liberté d’un degré de critique plus élevé, dès lors lorsqu’il est reconnu à l’auteur de la critique « de bonnes raisons » de la formuler quoiqu’il ne puisse établir strictement, par des éléments de preuve, le caractère fondé de la critique incriminée...
                                  .
                                  Et c’est pour ça que c’est bien, le Droit européen...
                                  C’est même pour ça que c’est mieux, devrait-on écrire !
                                  Rien de tel qu’un législateur et une juridiction supranational pour garantir les droits et libertés des citoyens !
                                  La raison en est simple, L’Etat législateur a toujours davantage le soucis de ses prérogatives, de son contrôle et de sa propre sécurité aux dépens des libertés de l’individu quand une gouvernance supérieure globale, dissociée du territoire et affranchie de fait des nécessités de contrôle de l’ordre public associé, jouit en conséquence d’une liberté de manoeuvre plus large, laquelle bénéficie naturellement aux droits et libertés de l’Individu.
                                  .
                                  Seulement, les souverainistes semblent préférer un arsenal législatif plus coercitif, un arbitraire d’Etat plus intrusif et violateur des droits et libertés individuels, pourvu que tout ça soit bien de chez eux !
                                  Un atavisme gaulois auquel se heurtent cependant la fièvre libertaire et les revendications des Gilets-Jaunes comme de tout incurable révolutionnaire...

                                • michalac michalac 16 octobre 12:18

                                  @l’UPR et tous
                                  .

                                  C’est ça, ne plus être une Nation souveraine : > ne plus faire ses lois


                                  .
                                  Qu’est-ce que j’ disais...
                                  L’UPR s’imagine toujours qu’en faisant leurs propres lois, les Français en auront de meilleures...
                                  L’Histoire législative et la pratique du Droit en France montrent le contraire...
                                  C’est l’Europe qui a apporté aux citoyens français les droits et libertés fondamentaux effectifs qu’ils n’avaient osé espérer...
                                  Effectifs !
                                  Un épithète rappelé par la CEDH et la CJUE en préambule de la quasi-totalité de leurs arrêts... et c’est bien là ce qui a surpris toutes les robes noires qui peuplent nos tribunaux pourtant bien français !
                                  Effectifs !
                                  On en vint alors à ne plus prendre à la rigolade cette invention excentrique du législateur européen comme révolutionnaire, qu’il fût Français ou Américain, « les droits et libertés fondamentaux » !
                                  .
                                  Qu’on ne parle pas en cette occasion de Déclaration des droits de l’Homme de 1789 ! Cette rêverie sans-culotte intégrée au Bloc de constitutionnalité n’a toujours eu pour seule « valeur effective » que d’être accrochée, sous sa forme « jaunie », aux murs, souvent jaunis eux-aussi, des mairies de France. Un élément de déco dont on ne chassait que très rarement la poussière, histoire d’en révéler la beauté de l’encadrement...

                                • arthes arthes 14 octobre 21:01

                                  Bon, Bernard Dugué ne sait plus où il en est, Onfraiy,après avoir testé (entre autres errements ) le prudhommisme en vient au vitalisme, (il se cherche toujours cet homme la, normal, il est français genre déboussollé ), ça se cherche, ça se cherche toussa.

                                  What else ?



                                    • michalac michalac 16 octobre 14:48

                                      Interessant mais... où faut-il voir une disparition de la « nation France » dans tout ça ?

                                      A moins de sous-entendre que la « nation France » a toujours été cette communauté sans divisions de gens toujours tous d’accord, ce qui, pour le coup, serait en soi la fin de « la nation France »...

                                      Va-t-on nous promettre la fin de tout chaque fois qu’un petit conflit pointe son nez ?


                                      • Durand Durand 16 octobre 17:28

                                        « Qu’avons-nous fait ?

                                        Le climat maniaco-dépressif, les océans exsangues, les forêts saccagées, les champs en cours de stérilisation, les espèces végétales et animales disparaissant plus vite que nous parvenons à les répertorier ? Nous n’avons jamais voulu cela ! Comment expliquer que le monde nous échappe à ce point, quand nous avons le sentiment de ne l’avoir jamais autant maîtrisé ? Nous devons envisager que quelque chose nous dépasse, que nous n’avons peut-être même pas inventé, ni Dieu, ni les équations de la physique ni aucune métaphysique, quelque chose d’autre encore, peut-être un principe universel simple et déjà inscrit en nous, mais si révélateur de notre vérité que nous ne pouvions l’identifier que lorsque cette vérité deviendrait incontournable. »

                                        https://vincent-mignerot.fr/emotions-thermodynamique/

                                        ..


                                        • hocagi@1shivom.com 17 octobre 07:49

                                          un pays qui devient musulmans de plus en plus, dont les valeurs et lois ne sont plus les mêmes non ? la charria pour bientôt non ? et le nouvel ordre mondial pour chapeauter et imposer tout cela

                                          la france n’existe que pour un très petit groupe de privilégiés et oligarques qui y voient juste un terrain de jeu, pour épancher leur soif de pouvoir et richesses ?

                                          la france n’existe depuis longtemps de quoi parle t-on ? c’est un musée non ?


                                          • uleskiserge uleskiserge 18 octobre 14:00

                                            Dugué, combien d’enfants ? 

                                            SI enfants, combien travaillent dans les EHPADS à torcher les vieux, livrent nos paquets, combien sur les chantier de Bouygues été comme hiver, combien chez les ambulanciers, combien à récurer les chiottes des Palaces.... allez ! Je vous laisse à vos lecteurs sans enfant... tellement le renouvellement des générations bien françaises de souche est une préoccupation majeure pour tout ce beau monde. 


                                            • vachefolle vachefolle 18 octobre 14:53

                                              STTTTTTTTTTTTTOOOOOOOOOOOOPPPPPPPPPPPPPPP

                                              est-ce la France est dans un pire état qe durant Mai68, la guerre d’Algérie, la débacle et la collaboration de la deuxieme guerre mondiale, la saignée de la première guerre mondiale, la guerre laicque de 1900, l’affaire Dreyfus, la debacle de 1870, la révolte de 1848..... les guerres de vendée.

                                              Ouvrez les livres d’histoire avant de sortir des « vérités » sur le destin ou le futur de quoi que ce soit. La France a deja passé et survécu a des crises bien plus graves.

                                              Le FUTUR n’est pas ecrit, il sera ce que nous en ferons et bien malin qui pourrait en dire quoi que ce soit.

                                              Les prophetes de malheur ne sont que des défaitistes ignorant de leur propre ignorance


                                              • Pierre Alain Reynaud Pierre Alain Reynaud 18 octobre 19:31

                                                Qui pourra sauver la République française ?

                                                À l’heure d’aujourd’hui, la France est confrontée à d’énormes problèmes d’identité dont les principaux responsables sont les politiques de tous bords en raison de leurs discours incohérents et souvent destructifs pour les valeurs démocratiques.

                                                Il faut maintenant que chaque citoyen prenne conscience que depuis plusieurs décennies, les gouvernements successifs comme les représentants de la Nation, élus de la de gauche comme de droite, n’ont pas eu, pour la plupart d’entre eux, une âme purement républicaine, celle qui enflammait l’espoir de nos aînés, contemporains de la IIIème ou de la IVème République.

                                                Revenons sur l’article premier de notre Constitution adoptée le 4 octobre 1958, révisée à plusieurs reprises, puis consolidée par la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008.

                                                Voir plus

                                                http://www.lafranceliberee.fr/journal-pages/republique-sociale/qui-pourra-sauver-la-republique-francaise.html 


                                                • babelouest babelouest 18 octobre 19:56

                                                  @Pierre Alain Reynaud la France n’a pas d’identité, elle a des principes. C’est très différent. Ces principes sont énoncés en français, car les mots d’une autre langue n’auraient pas tout-à-fait, voire pas du tout le même sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité