• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Laurent Fabius, de jeune espoir à vieux marquis

Laurent Fabius, de jeune espoir à vieux marquis

« Fabius n’a pas de tripes, il n’a que des dents. Il faut l’arrêter avant qu’il ne tue le parti. » (Édith Cresson, 21 mars 1990).

Cette tirade de celle qui n’avait pas encore été la première femme, et l’unique femme encore à ce jour, nommée à Matignon, Édith Cresson, faisait suite aux grandes divisions du parti socialiste lors du congrès de Rennes. Laurent Fabius, qui fête son 75e anniversaire ce vendredi 20 août 2021, était alors un homme politique de 43 ans, plein d’avenir, avec le passé ineffaçable de plus jeune Premier Ministre que la France n’a jamais eu (à 37 ans, un peu plus jeune que Félix Gaillard).

Le congrès de Rennes était le sommet de la division des éléphants, une sorte de course de la succession du vieux patriarche, François Mitterrand, qui n’était pas appelé à renouveler une fois encore son mandat. En 1988, ce dernier avait déjà perdu la main sur le PS qui ne bénéficiait plus de la majorité absolue à l’Assemblée Nationale. Il voulait placer à la tête du PS son héritier, son dauphine, son fils spirituel, Laurent Fabius, mais une coalition antifabiusienne, regroupant les deux principaux courants, celui de l’autre héritier présomptif, Lionel Jospin, et celui de l’enfant terrible, Michel Rocard, est parvenue à déjouer les plans du Président et à installer l’ancien Premier Ministre Pierre Mauroy, celui qui rêvait tant de diriger le PS depuis 1969 (promis à cette fonction pour succéder à Guy Mollet, ce dernier lui préféra finalement Alain Savary, jetant Pierre Mauroy dans une alliance avec François Mitterrand pour conquérir par une autre face le partis socialiste, ce fut à Épinay en 1971).

En 1990, Laurent Fabius comptait bien récupérer la mise, mais finalement, ce ne faut pas le cas. Il n’a obtenu la tête du PS qu’en 1992, juste avant le désastre socialiste annoncé aux élections régionales et cantonales, de manière consensuelle, sans bataille. Direction qu’il a abandonnée l’année suivante après le débâcle du PS aux élections législatives de mars 1993, récupérée par Michel Rocard, bien parti pour être candidat à l’élection présidentielle de 1995, mais y renonçant dès juin 1994 après la débâcle du PS aux élections européennes. Cela a fait beaucoup de débâcles…

Mais revenons à juillet 1984 : après l’affaire de l’enseignement libre que le pouvoir socialo-communiste voulait supprimer et la démission du Premier Ministre d’alors, François Mitterrand a dû choisir un nouveau locataire de Matignon. Il avait un grand nombre de choix possibles, parfois plus farfelus que sérieux, mais tous y croyaient, tous étaient dans la compétition, comme Jacques Delors, Louis Mermaz, Lionel Jospin, Pierre Bérégovoy, Michel Rocard, Jean-Pierre Chevènement… et le jeune Ministre de l’Industrie, Laurent Fabius. On connaît l’histoire, ce fut Laurent Fabius qui fut choisi du 19 juillet 1984 au 20 mars 1986. Représentant d’une nouvelle génération, il a tenté d’adopter un style nouveau et moderne, faussement simple, arrivant rue de Varennes dans la deux-chevaux de son épouse, et adoptant l’idée de Pierre Mendès France de faire une interview tous les mois au coin du feu (l’intervieweur sur TF1, Jean Lanzy), au risque de parler sans avoir grand-chose à dire. Forte popularité du dauphin.

Fort d’un sondage d’intentions de vote, l’hebdomadaire "Marianne" s’était fait une joie, un jour de 1985, de titrer en une la perspective d’un duel de second tour de l’élection présidentielle de 1988, entre Laurent Fabius pour la gauche et Raymond Barre pour la droite et le centre. Les deux étaient représentés en couverture avec leur marionnette respective dans le Bébête Show.de Stéphane Collaro, Jean Amadou et Jean Roucas (Fafa l’écureuil et Barzy l’ours en peluche). En fin de compte, l’hebdomadaire s’était trompé sur toute la ligne, mais cela avait hissé Laurent Fabius dans le club très fermé des présidentiables.

En 1988, lorsqu’il a échoué à devenir premier secrétaire du PS, Laurent Fabius a eu son lot de consolation, le perchoir, et ce fut là sans doute une grave erreur de jugement pour convoiter l’Élysée. Certes, il faisait un peu office d’un Jacques Chaban-Delmas de gauche (alors qu’il était au mieux un Alain Juppé de gauche), à alterner Matignon et l’Hôtel de Lassay, il a été Président de l’Assemblée Nationale du 23 juin 1988 au 21 janvier 1992 et du 12 juin 1997 au 27 avril 2000.

Il a quitté le perchoir de lui-même deux fois, la première fois pour le poste de premier secrétaire du PS (il fut aussi président du groupe PS à l’Assemblée Nationale dans l’opposition de 1995 à 1997), et la seconde fois, pour être nommé Ministre de l’Économie et des Finances de Lionel Jospin du 27 mars 2000 au 6 mai 2002, puis il a retrouvé le gouvernement dix ans plus tard comme Ministre des Affaires étrangères de François Hollande du 16 mai 2012 au 11 février 2016.

Présidentiable dès 1984, sans doute que Laurent Fabius aurait voulu être chez les socialistes, ce qu’avait été Jacques Chirac chez les gaullistes, le dauphin à l’arraché, avec un Michel Rocard faisant office de Jacques Chaban-Delmas. Mais l’affaire du sang contaminé lui a fait passer le tour de 1988 (de toute façon, il y avait le trop plein de candidatures possibles avec François Mitterrand et Michel Rocard) et de 1995 (il y avait un vide de candidature, ce fut Lionel Jospin qui profita de la situation). Ensuite, Lionel Jospin a pris un leadership incontestable sur le PS jusqu’au désastre de 2002. Lavé de l’affaire du sang contaminé et les plus vieux éléphants du PS écartés, Laurent Fabius aurait pu penser que ce serait son heure en 2007 (il aurait eu alors 60 ans).

Mais c’était bien trop tard, l’heure était aux jeunes générations, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn. En 2012, il a même renoncé à combattre en déléguant sa représentation à Dominique Strauss-Kahn puis Martine Aubry… mais cela ne l’a pas empêché d’y gagner des nouveaux honneurs sous François Hollande.

_yartiFabiusJ02

En fait, Laurent Fabius a été un boulimique des postes et des honneurs de la République, pas étonnant qu’il n’ait jamais pu convaincre les Français qu’il aurait pu faire un bon Président de la République. Il n’a pas fait partie de trois seuls dirigeants du PS à avoir réellement gagné le droit de diriger la France, à savoir François Mitterrand, Lionel Jospin (par cohabitation interposée) et François Hollande. Pourtant, il fut sans doute le socialiste qui a eu le plus de responsabilités, servant au gouvernement sous les trois périodes socialistes dirigées par les trois personnages que je viens de citer.

Pourquoi alors n’a-t-il pas pu "arriver" ? C’est le comble de l’arriviste de ne pas arriver. Car finalement, Laurent Fabius n’est même pas allé jusqu’à la candidature à l’élection présidentielle ; sa seule candidature fut une candidature à la candidature socialiste en 2006, où il termina dernier. Pourtant, il avait bien appris la leçon du maître, on ne conquiert le PS que par la face gauche, jamais par la face droite. Ainsi, on a pu comprendre que celui qui se targuait d’être un jeune moderniste proeuropéen et proentreprise s’est retrouvé en 2005 en véritable censeur du Traité pour une Constitution (TCE) pour des raisons principalement politiciennes (du reste, comme Manuel Valls).

La boulimie des honneurs nuit à l’ambition. Il suffit de prendre un adversaire politique comme Jacques Chirac. Lui aussi était un boulimique et un cumulard : député, ministre, Premier Ministre, député européen, président du conseil général de Corrèze, maire de Paris (à ce titre, il cumulait deux présidences de conseil général puisque le conseil de Paris est à la fois municipal et général, maintenant départemental), et aussi président du RPR.

Pourtant, en 1993, il a lâché prise. Il aurait pu s’accrocher à Matignon comme en 1986, mais il avait compris que cela l’empêcherait d’aller jusqu’à l’Élysée. Hors du gouvernement, Jacques Chirac aurait pu aussi choisir le perchoir, personne ne l’aurait empêché. Il en avait été question un moment. Pour Jacques Chirac, il n’en était pas question : son but était l’Élysée, pas les honneurs et les postes. Son but était de se préparer à l’élection pendant ces deux années restantes, rencontrer les Français, faire un programme. Pas le temps de présider l’Assemblée.

Or, Laurent Fabius, tout autant animal politique que Jacques Chirac, a préféré dès 1988 les honneurs du perchoir à son ambition présidentielle, dans le classique dicton : un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Pourtant, pour gagner, il faut savoir prendre des risques. Et ne pas se disperser.

C’était donc dès le 23 juin 1988 que Laurent Fabius a, implicitement, renoncé à la magistrature suprême, quand l’orgueil personnel et l’avancée de sa petite carrière l’ont emporté sur l’ambition collective, l’aventure nationale. D’ailleurs, dans ce choix, il a été bien servi, excellemment bien servi, au-delà de toute espérance puisque, après avoir occupé le Quai d’Orsay pendant quatre ans (jusqu’à l’âge de 69 ans bien dépassés), il a reçu le 8 mars 2016 son bâton de maréchal : Président du Conseil Constitutionnel, pour un mandat de neuf ans, soit, jusqu’en mars 2025 (il aura près 79 ans !).

D’ailleurs, depuis quelque temps, la mode est de nommer des anciens Premiers Ministres au Conseil Constitutionnel. Souvent des personnalités politiquement encombrantes qu’on essaie de mettre hors-jeu par les honneurs et une retraite assurée (neuf ans), leur devoir de réserve devenant un atout pour les dirigeants au pouvoir. Le dernier en date fut Alain Juppé, mais il y a eu aussi Lionel Jospin. J’ai raconté que Georges Pompidou avait proposé à Michel Debré en 1974 une telle nomination, qu’il s’était empressé de refuser, voulant garder sa liberté d’action et d’expression politiques. Édouard Balladur a eu aussi cette proposition, je ne sais plus si elle émanait de Jacques Chirac ou plus probablement de Nicolas Sarkozy, mais il a refusé, plus pour des raisons personnelles : si on se retire de la vie politique, on s’y retire complètement.

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire que la nomination d’anciens Premiers Ministres au Conseil Constitutionnel ne me paraît plus, aujourd’hui, convenable, pour une raison simple : depuis plus de dix ans, il y a la possibilité d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Or, les QPC peuvent porter sur n’importe quelle loi, même ancienne, et un Premier Ministre, dans tous les cas, a supervisé ou arbitré d’une manière ou d’une autre toutes les lois qui furent promulguées durant l’exercice de ses responsabilités à Matignon, ce qui est très différent d’un ancien ministre qui a été responsable d’un secteur particulier donné pendant une période donnée. Il y a donc nécessairement conflit d’intérêts dès lors que des dispositions d’une loi adoptée sous son mandat sont mises en cause.

Pour l’heure, Laurent Fabius a été placé sous les projecteurs de l’actualité du fait que le Conseil Constitutionnel qu’il préside a été saisi le 26 juillet 2021 de la constitutionnalité de la loi d’extension du passe sanitaire. Il faut rappeler que le Conseil Constitutionnel, qui n’est pas élu par le peuple français, ne doit pas se prononcer sur le point de vue politique, la question n’est pas de savoir si ses membres sont en accord ou pas avec cette loi.

Ceux-ci doivent se prononcer sur le droit, pas sur le politique, ils doivent dire si un texte est contraire ou pas aux textes fondamentaux de notre République, ce qu’on appelle le "bloc de constitutionnalité" qui inclut non seulement la Constitution de la Cinquième République, mais également le préambule de la Constitution de la Quatrième République et d’autres textes, intégrés par jurisprudence, comme la (pourtant simple) loi du 9 décembre 1905 de séparation des églises et de l’État, les Sages ayant considéré que laïcité faisait partie intégrante de nos valeurs essentielles au même titre que la liberté, l’égalité et la fraternité.

Aujourd’hui, l’image du Conseil Constitutionnel est déplorable car il laisse entendre que c’est une maison de retraite de vieux caciques de la politique qu’on a recyclés. Pourtant, ce n’est pas le cas de la plupart de ses membres, mais c’est sûr que présidée par une jeune femme juriste, cette instance aurait une autre popularité.

Pour l’heure, Laurent Fabius en est à la seconde moitié de son mandat. Il sera remplacé au milieu du quinquennat suivant. Lorsqu’il a été élu Président de la République, Emmanuel Macron n’avait que 39 ans, un record battant celui de Louis Napoléon Bonaparte. Mais Laurent Fabius pouvait sourire en se disant qu’au même âge, il avait déjà dirigé le gouvernement de la France pendant près de deux années.

Aujourd’hui, à 75 ans, Laurent Fabius voit filer les années, et à cet âge, Jacques Chirac avait déjà terminé ses deux mandats présidentiels et François Mitterrand avait déjà entamé bien sérieusement son second septennat. Il n’a pas voulu jouer à tout ou rien, il a voulu préserver ses petites rentes de marquis. La conclusion, c’est qu’après une carrière de presque cinquante années de vie politique, eh bien, à cette heure, il ne restera pas grand-chose de son action dans les prochains livres d’histoire. Et cela, c’était prévisible dès 1988. À mon grand soulagement…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 août 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Laurent Fabius, de jeune espoir à vieux marquis.
Fabius crépusculaire.
Fabius et le cimetière des éléphants.
Christiane Taubira au Conseil Constitutionnel ?
Où sont les femmes ?
Le roi de la COP21.
Les vacances de monsieur Fabius.
Débat Fabius vs Sarkozy (6 mars 2012).
Fabius candidat à la primaire de 2011 ?

_yartiFabiusJ04

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.85/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 19 août 11:11

    pour moi, Fabius, ce sera pour toujours ça smiley

    https://www.youtube.com/watch?v=HN1N_IyvjAQ


    • Ruut Ruut 19 août 14:07

      Fabius ce sera toujours une Honte à la Morale l’éthique et a l’Honneur.

      Cette année, il vient de détruire une nouvelle instance.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 15:49

      @Gégène
      Pour moi c’est plutôt ça : https://youtu.be/blzYjzRhtlI?t=213


    • Alain Dussort Alain Dussort 20 août 12:48

      @Gégène
      déjà avant 1981, le « parti » socialiste bataillait entre les tendances a, b,c, ou d ;; ;
      un vrai tas de merde formaliste vide de sens ;; ;;


    • sylvain sylvain 19 août 11:22

      hier soir, cliquant par hasard sur la modération, je vois un article de rakoto en première ligne. Je donne mon avis et constate qu’il se prend un -4 d’avis défavorables au bout d’une minute (!). Résultat, comme a chaque fois, l’article est publié dans les heures qui suivent . 

      Comme je l’ai déja signalé, notre auteur passionné et o combien moralisateur triche tout autant que son maitre, c’est a dire sans arrêt. 

      j’ai posté ce commentaire sur l’autre article de rakoto du jour . Qui a suivi le même chemin je n’en doute pas, mais que je n’ai pas constaté .

      Ca fait tout de même quasi 3000 articles que ce gars nous impose contre notre volonté . Un petit sursaut de fierté de cette noble communauté oiu que dalle ??


      • Yann Esteveny 19 août 16:13

        Message à sylvain,

        Depuis que je suis devenu « modérateur » Agoravox, j’ai voté négativement pour trois articles de Monsieur Sylvain Rakotoarison avant de comprendre qu’il dispose comme d’autres ici d’un pass-droit pour la publication de ses articles comme l’atteste les votes très défavorables une fois ses articles publiés.
        En revanche, des articles de qualités bien supérieurs mais nettement moins conforme à la propagande du Régime sont systématiquement bloqués en publication Agoravox.

        Respectueusement


      • sylvain sylvain 19 août 19:18

        @Yann Esteveny
        Bon on a le même constat, c’est bien, mais alors qu’est ce qu’on fait ??
        Pour moi, ce type doit avoir plusieurs identités. C’est très facile quand on a ce débit d’articles.
        Ou alors ça vient de l’équipe d’AV, ce qui serait beaucoup plus grave, mais très peu probable.
        Une solution serait de faire la même chose, mais je n’ai aucune envie de guetter les articles de rakoto, de rentrer mes 10 identités...
        Je vais réfléchir a des solutions, je ferais un article, mais c’est pas dit qu’il passe.
        Aucun article sur la modération ne passe jamais


      • bartelby 20 août 07:49

        @sylvain,

        Ce qui est frappant dans cette article, c’est la précision de la bio, allant jusqu’à décrire une couv de Marianne vieille de 37 ans !

        Ajoutons à cela l’énergie que demande une telle production d’articles, une ligne pro-gouvernentale et des modérateurs ignorés.

        Pour moi, il n’y a pas 36 solutions. Si les modérateurs ne sont pas entendu c’est parque le propriétaire de ce compte peut fermer ce site.

        Mon opinion est que :
        ce compte est la propriété du gouvernement et qu’il l’utilise pour troller, euh communiquer, sur AV en publiant des articles produits par ses salariés. (le mec qui a pondu cet article à fait au minimum sciences-po)


      • sylvain sylvain 20 août 12:34

        @bartelby
        le mec qui a pondu cet article à fait au minimum sciences-po

        Je sais pas. C’est chiant a mourrir mais c’est vrai que ça ressemble précisément au un article du nouvel obs ou autre media dominant. Et pour pondre un article par jour depuis environ 10 ans il faut un engagement qui correspond en gros a un travail salarié. ,En même temps, c’est peut être un retraité célibataire qui avec une dizaine de comptes auto valide ses articles.
        Mais c’est étrange que l’équipe d’AV, si elle existe vraiment, n’ai rien remarqué ni rien fait


      • sylvain sylvain 19 août 11:25

        et puis qu’est ce qu’on en a a foutre de ce la vie de ce connard de fabius ?? Le sang contaminé suffit a n’importe qui pour se faire une idée du personnage et en plus il n’a aucun poids


        • Gégène Gégène 19 août 11:27

          @sylvain

          Qui ?


        • QAmonBra QAmonBra 19 août 12:35

          Ce titre m’a inspiré un souvenir de ma jeunesse, concernant un vieux compagnon de chantier érudit et « anar » sur les bords, paix à son âme, me disant avec son merveilleux « assent » provençal : « Tu sais pitchoun, la génération spontanée ça n’existe pas non plus en connerie, c’est toujours avec les jeunes cons que la société en fabrique de vieux ». . .


          • Laconique Laconique 19 août 14:19

            He was very good in his 2012 debate against Sarkozy. You could see the fear in the eyes of Nicolas « dur avec les faibles doux avec les forts » Sarkozy.


            • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 14:27

              D’autant que « Al Qaïda fait du bon boulot », et que « Assad ne mérite pas de vivre ! », qui signent le criminel de guerre endurci.


              • troletbuse troletbuse 19 août 14:31

                @JC_Lavau
                Fafa il mérite bien un article de Rototo, son fils aussi comme champion des casinos.  smiley


              • mmbbb 20 août 11:17

                @JC_Lavau « Al Nosra » plus exactement 


              • devphil30 devphil30 19 août 15:01

                Manquait plus qu’une ode à Fabius ....

                Ne parlons pas du sang contaminé , de l’avis favorable du conseil constitutionnel pour la mise sous surveillance des Français , mesure suggéré par Victor Fabius via le cabinet de conseil US Mskinsey

                Bref une exemplarité à toute épreuve pour le président du CC


                • mmbbb 20 août 12:16

                  @devphil30 Ce qui prouve que la France n est pas une démocratie aboutie ! 
                  Ce type aurait dû avoir l interdiction d exercer toutes fonctions publiques .
                  C est ce que j appelle une véritable démocratie 
                  mais en France , nous sommes tres forts pour donner des lecons de morale « URBI et ORBI » 


                • ETTORE ETTORE 19 août 21:07

                  Dites RâKoTO........Vous pouvez me passer le....

                  Puis non,,pas la peine, Merci !

                  J’avais pas vu qu’il restait encore un rouleau de PQ...

                  Vous fatiguez pas, avec le votre, j’aurais trop les doigts, couleur de la morale à fafa.family.....


                  • Jonas Jonas 19 août 22:26

                    Le président du Conseil Constitutionnel qui a acté en faveur de la mise en place du pass sanitaire n’est autre que Laurent Fabius, impliqué il y a quelques années dans l’affaire criminelle du sang contaminé ayant fait des milliers de morts et des handicapés à vie.
                    Son fils, Victor Fabius, est le dirigeant du cabinet de consultants McKinsey qui assiste le gouvernement dans le plan de vaccination contre le covid-19. Il s’agit là encore d’une affaire de gros sous familiale au détriment de la santé des Français.


                    • mmbbb 20 août 11:18

                      @Jonas son fils a été inculpé de faux et usage de faux ! 

                      La belle gauche francaise 


                    • mmbbb 20 août 08:54

                      J ai pris un immense plaisir quand Poutine à signer la fin de la partie lors de l intervention francaise en Syrie . Hollande Fabiuis , ont été humiliés 

                      Quant a rako le leche fion , evite d enfoncer ta langue trop profondément , tu vas chatouiller les amygdales .

                      Fabuis aura toujours du sang sur les mains , le main du sang contaminé .


                      • ETTORE ETTORE 20 août 11:35
                        mmbbb 20 août 11:18

                        @Jonas son fils a été inculpé de faux et usage de faux ! 

                        La belle gauche francaise


                        Suffit de regarder « la cour » qui compose les « services de cet état ».....

                        La photo de cette famille guduche, n’a absolument rien de reluisante.

                        Entre les parjurés, qui ont jurés le coeur sur la main « NON, jamais j’en serais  » et qui officient en larbins plus que ostentatoires en trahisons crapuleuses, les autres, qui ne pensent qu’à leur gueule, et a éliminer par leurs actions Vereuses, tous ceux qui, un jour ou l’autre, pourrait leur demander des comptes.....

                        Vous la voyez cette photo de famille, de tous ces haineux, qui ont tous la main dans le froc de l’autre, juste par plaisir de sentir la pression échangée, des mêmes lubricités ?

                        Et c’est cette « sagrada familia » qui élabore ses frasques sur notre dos !


                        • mmbbb 20 août 11:55

                          @ETTORE J avais des illusions sur la probité de l exercice du pouvoir par la gauche . Il est vrai qu a cette époque , la presse de gauche et les enseignants s employèrent à diffuser cette propagande .
                          Idem pour le fils Mitterrand qui fut inculpe de trafic d armes ect ect 
                          La gauche est morte dorénavant et par effet secondaire , c est l extreme gauche qui anime les débats et soutient le plus souvent une idéolgie délétere .
                          Piètres résultats 


                        • Aimable 20 août 13:09

                          RAKOTO, il lui faut ajouter sa particule , il est marquis de la serpillière .


                          • OJBA 20 août 13:42

                            Des dents ? Celles d’un dentier, quand il le porte.


                            • Vercassivellaunos Vercassivellaunos 20 août 14:36

                              Le président d’un conseil constitutionnel qui met des bâtons dans les roues du gouvernement sans avoir jamais à rendre compte devant le peuple. Il a les moyens de bloquer l’action de l’exécutif sans avoir aucune responsabilité ni de compte à rendre, ce qui est grave. Le conseil constitutionnel nuit à la démocratie.

                              Il faut supprimer le conseil constitutionnel, il ne sert à rien, juste à dévaloriser notre pays la France.

                              Face au conseil constitutionnel un gouvernement LREM démocratique élue par la majorité et représentatif de la population française n’a pas d’autres choix que d’utiliser le 49.3, sinon nous ne reformons plus rien dans ce pays face aux gaulois réfractaire.


                              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 20 août 16:11

                                La loi a supprimé l’autorité du Conseil Constitutionnel puisqu’elle permet aux autorités judiciaire de statuer sur la liberté des Français : Voyez plutôt que toutes ces lois ne demandent pas aux autorités judiciaires de passer par le Conseil Constitutionnel pour trancher :

                                 

                                « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004. » (Préamb Consti 1958)

                                 

                                « L’autorité judiciaire doit demeurer indépendante pour être à même d’assurer le respect des libertés essentielles telles qu’elles sont définies par le préambule de la Constitution de 1946 et par la Déclaration des droits de l’homme à laquelle il se réfère. » (loi constitutionnelle du 3 juin 1958 - 4°)

                                 

                                « Afin que cette déclaration constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif…afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.... » (préamb Déclaration 1789)

                                 

                                "Le peuple français réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République." (préambule de la Constitution de 1946 )

                                 

                                « L’autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi. » (Art.66 Constitution de 1958)

                                 

                                 « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. » (Art.5 Constitution de 1958)

                                 

                                « Le Président de la République est garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire. » (Art.64 Constitution de 1958)


                                • racbel 20 août 22:04

                                  Derrière ce pseudo « Rakotoarison », c’est une véritable équipe de propagandistes gouvernementale qui travaille à plein temps pas simplement sur Agoravox mais aussi sur d’autres sites « vu le nombre d’articles publiés » par jour.

                                  Et oui c’est bien une guerre de l’information que nous livre ces criminels



                                  • ETTORE ETTORE 20 août 22:37
                                    racbel 20 août 22:04

                                    Derrière ce pseudo « Rakotoarison », c’est une véritable équipe de propagandistes gouvernementale qui travaille à plein temps pas simplement sur Agoravox mais aussi sur d’autres sites « vu le nombre d’articles publiés » par jour.


                                    Une équipe pour pondre un tel bouillon de culture ?

                                    Mais le cataplasme est tellement purulent, qu’on est obligé de voir, lire et comprendre,que, ce truc machin chose au pseudo R¨kOtO, est une merguez avarié

                                    Mais pour ce qui est de répondre à ses « post », vous remarquerez, que même si l’accroche en réponses, est fournie, elle l’est d’autant plus en décrédibilisation, que les « nartics » du sieur Rât KotO, sont des récits de sodomisation politichienne.

                                    Il y gagne quoi, à nous pondre ses « avariés » invariants ?

                                    On pourrait l’attendre sur d’autres points, que la nécrologie nécrophile, ou le suçage de b.... selon Gala.

                                    Ben non ! Alors si vraiment ils sont une compagnie, qui oeuvrent à ces tas de mer.....

                                    Si cela est à l’image de leur « icône » qu’ils veulent redorer....

                                    J’ai jamais vu un Saint, patron des glaviots,.....Mais lui, vient d’un introniser un bon, dont il porte le baldaquin à chaque article, comme son commanditaire le porte en matière de slip.



                                      • Laulau Laulau 22 août 15:06

                                        Mais quel jour sommes nous ? Il faut noter cette date ! Rakoto découvre que Fabius ne devrait pas siéger au conseil constitutionnel. Allelouya !

                                        Il aurait pu dire que bien d’autres membres de ce conseil, en tant que politicien retraités n’y ont pas leur place non plus.

                                        Dans ma naïveté j’ai cru un temps que ce conseil était constitués de juristes spécialistes des constitutions. Mais non, nous n’avons là qu’un ramassis de planqués.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité