• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les Républicains et la tentation populiste

Les Républicains et la tentation populiste

« Le vrai enjeu est que les Républicains vont devoir se prononcer pour ou contre une alliance avec le Rassemblement national. Et ça, c’est un problème politique majeur pour notre famille politique. » (Jean-François Copé, "L’Obs" du 31 mai 2021).

Par cette réflexion ci-dessus, l’ancien patron de l’UMP et maire de Meaux, Jean-François Copé, réagissait aux propos intempestifs du numéro 2 de LR, vice-président, le député Guillaume Peltier, prononcés à l’occasion du "Grand Jury" de RTL, LCI, "Le Figaro" du dimanche 30 mai 2021 et qui ne voyait pas pourquoi ne pas coopérer avec des proches du RN comme Robert Ménard, le maire de Béziers : « J’estime que c’est un très bon maire (…). On porte les mêmes convictions (…). Échanger, discuter, travailler avec Robert Ménard ne me dérange en rien. ». Malgré la réunion délicate auprès des sénateurs LR le 1er juin 2021, Guillaume Peltier a persisté et signé et a continué à militer pour la création d’une « grande coalition du redressement national » qui comprendrait LR et le RN.

Comment ne pas imaginer Jacques Chirac se retourner dans sa tombe : le parti gaulliste faisant alliance avec les héritiers de l’OAS ? Certes, l’idée n’est encore que diffuse, que subliminale, mais elle est pensée maintenant si fortement que certains en viennent à l’imaginer concrètement, comme à Dreux en septembre 1983. Les Républicains, pourtant, n’est pas que le parti gaulliste, c’est la suite de l’UMP qui était la réunion du RPR, certes, mais aussi d’une grande partie de l’UDF, encore plus modérée que le RPR (l’autre partie de l’UDF étant restée autonome avec le MoDem mais aussi l’UDI, Les Centristes, le Mouvement radical, etc.).

Certes, Guillaume Peltier, bien que vice-président de LR, ne représente que lui et rappelle évidemment ses premiers engagements aux côtés du FN, puis du MPF. La nature revient toujours au galop même si on susurre ici ou là que ces relents de droite dure ont surtout pour objectif de lui apporter quelques strapontins dorés. Personne évidemment chez LR ne veut relancer le débat des alliances à moins de trois semaines des élections régionales et départementales, élections cruciales pour LR qui compte bien se refaire une nouvelle légitimité après sa cuisante défaite des élections européennes de mai 2019.

Le problème de LR, c’est qu’il n’y a plus de "leader" incontesté. Ou plutôt, plus de "grands hommes politiques". Certes, il y a quelques noms qui pourraient être des candidats valables à l’élection présidentielle, mais il n’y a plus d’animaux politiques, de personnalités qui sont nées avec l’ambition élyséenne au biberon et qui n’ont jamais vécu que par cela sans jamais renoncer.

Ils se comptent historiquement sur les doigts d’une main, allez, de deux mains : Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé, Philippe Séguin… qui d’autres ? Eux, quoi qu’ils pussent dire dans leur cheminement personnel, c’était pour les nourrir, nourrir leur ambition, tactiquement ou stratégiquement. Les idées comptaient peu mais leur évolution personnelle beaucoup. Ainsi, quand l’un parlait du bruit et des odeurs, c’était juste pour racoler les électeurs d’extrême droite, un braconnage sans doute contestable et probablement contreproductif, mais c’était pour Jacques Chirac, pas pour conforter les idées extrémistes. Il en fut de même de l’invasion, terme écrit et réfléchi d’un VGE en peine de résurrection dans les intentions de vote.

Aujourd’hui, tous les petits lederdaillons qui s’expriment, ils peuvent croire aussi qu’ils font comme les grands que je viens de citer, mais en fait, ils se trompent : leur devenir est trop petit, trop court, trop discret, trop vain pour que cela leur serve un jour dans des démarches qui avorteront vite (exemples : Jean-François Copé, Laurent Wauquiez). Mais en revanche, jouer à ce jeu dangereux, c’est-à-dire s’amuser à mettre de l’huile sur le feu en pensant orgueilleusement en récupérer un peu d’éclat, s’il est inutile pour eux, il est dangereux pour la nation, pour le peuple et plus généralement, pour les idées politiques en France.

En effet, en laissant entendre que les idées de LR sont proches de celles du RN, ce qui est complètement faux (il suffit de lire leurs programmes), on renforce la confusion dans les électorats respectifs et l’on aide beaucoup ...l’original à la copie, comme aimait si bien le dire Jean-Marie Le Pen. Bref, ce ne sont plus les idées puantes qui sont instrumentées au service du leader politique, mais le contraire, ce sont les (mini) leaders politiques qui s’auto-instrumentent au service de ces idées. Peut-être inconsciemment.

Cela faisait depuis 2017 que je pressentais l’évolution politique étonnante de LR. Cette évolution, c’est celle d’un parti centriste entre deux gros (RN et LREM). Depuis la défaite de François Fillon dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2017, en effet, LR est passé du statut d’un grand parti à un parti supplétif, à savoir, juste capable de soutenir un des deux candidats restés au second tour. Le système politique français est assez bestial dans son application du fait majoritaire puisqu’à la fin, il ne reste plus que deux blocs, soit on accepte de soutenir l’un des deux, soit on se met en retrait, ce qui, à mon sens, est pire, puisque cela veut dire qu’on laisse les autres décider pour soi, qu’on se désengage politiquement, pour des responsables politiques, ce n’est pas très …responsable !

La position du parti centriste, je l’ai longtemps vécue puisque j’ai soutenu Raymond Barre et François Bayrou aux élections présidentielles (notamment de 1988 et de 2007), ils étaient les "troisièmes hommes", ce qui est sans doute la pire des affaires puisque cela voulait dire qu’ils auraient pu être deuxièmes, et qu’ils devaient choisir après eux l’un de leurs concurrents au second tour.

Paradoxalement, la quasi-disparition de la gauche a placé le parti du Président Emmanuel Macron à gauche et au centre de l’échiquier politique, le RN, par sa forte audience d’un électorat d’une sociologie très différente de celle de LR, tente de remplir la position à droite de l’échiquier et LR, l’ancien parti hégémonique, se retrouve ainsi tiraillé sur sa droite dure et sur son centre droit. Ce n’est plus le RPR qui plume la volaille centriste, mais LREM (le centre) qui plume la volaille gaulliste. Retournement des choses. Inversion des situations.

Dans les intentions de vote, la droite (prise de manière globale) représente environ 70% alors qu’auparavant, pendant longtemps, elle représentait autour de 50%. Et c’est le parti par excellence de la droite républicaine qui tend à disparaître : normal, si tout le monde se dit de droite, le parti de droite n’a plus de quoi se différencier, et comme il n’a jamais fait un travail très approfondi sur ses spécificités programmatiques, ce courant politique risque d’être purement et simplement écarté du jeu politique.

Rappelons quand même que LR, c’était l’alliance UDR-RPR, capable d’atteindre 43% dès le premier tour au niveau national (exemple, les élections européennes de juin 1984, à un seul tour). Bref, quasiment la moitié de l’électorat. Il ne représente maintenant qu’un douzième de l’électorat (aux élections européennes de mai 2019).

Certains ont déjà lâché LR pour le RN. Le plus emblématique est sans aucun doute Thierry Mariani, l’ancien Ministre des Transports de Nicolas Sarkozy qui s’est fait battre aux législatives et qui comptait se refaire une virginité politique au sein du RN, déjà par les élections européennes de 2019 (il a été élu député européen) et, habileté suprême, il drague maintenant les mêmes électeurs que LR en PACA (tête de liste RN aux régionales en PACA).

Mais concrètement, il n’y a pas beaucoup d’élus LR qui ont franchi ce pas explicitement, et tous ceux qui laissent entendre qu’une alliance serait cohérente restent pourtant prudemment au sein de LR, au cas où. Évidemment, la plupart des dirigeants de LR ont préféré Emmanuel Macron à Marine Le Pen en 2017, et le contraire a étonné voire inquiété quand Laurent Wauquiez refusait de donner une consigne de vote claire. Soyons bien précis : une consigne de vote d’un parti n’a, à mon avis, jamais vraiment influé sur le vote de ses électeurs (un parti n’est pas propriétaire de ses électeurs), mais cela donne une indication politique cruciale sur ceux qui l’émettent.

Du côté du RN, la situation a évidemment beaucoup évolué depuis le temps du FN dirigé par Le Pen père. Jean-Marie Le Pen avait la haine du RPR, de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Il préférait la victoire d’un candidat socialiste à celle d’un gaulliste, c’était d’ailleurs la même politique qu’en décembre 1965 puisque Jean-Louis Tixier-Vignancour, dont il était le directeur de campagne, s’est désisté au second tour en faveur de François Mitterrand et pas de De Gaulle. Il ne prônait aucune coalition à droite et préférait rester dans l’opposition sans avoir d’alliance.

Marine Le Pen, assoiffée d’ambition, est prête, en revanche, à faire un deal avec la droite classique. Elle avait déjà proposé à Nicolas Dupont-Aignan de devenir son Premier Ministre en 2017, en échange de quelques voix, mais maintenant, elle laisse entendre qu’elle pourrait gouverner avec certains élus LR, comme Nadine Morano ou Éric Ciotti. Au moins, c’est clair, les lepenocompatibles de LR devaient aller jusqu’au bout de leur logique…

_yartiLRRNA02

Revenons justement à LR. Pourquoi les électeurs LR voteraient-ils encore pour LR si LR était prêt à s’allier avec le RN ? Si ces électeurs étaient favorables à une telle alliance, pourquoi ne voteraient-il alors pas directement pour le RN ? Et s’ils considéraient qu’une telle alliance serait une catastrophe démocratique, alors ils ne voteraient plus LR et chercheraient d’autres gouvernances moins compatibles.

La position centriste est évidemment plus difficile à tenir que lorsqu’on se retrouve dans un extrême, lorsqu’il s’agit de prendre position. Certes, l’échiquier politique peut être rond si on conçoit que les extrêmes se rejoignent (ce dont je suis à peu près sûr), mais on conviendra qu’en 2002, il était plus facile pour un socialiste de voter Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen que pour un chiraquien, de voter Lionel Jospin contre Jean-Marie Le Pen. Pourquoi ? Parce que les deux candidats présents au second tour seraient d’un côté et de l’autre, mais pas d’un seul côté (auquel cas on prendrait le plus "modéré"). Dans une telle configuration, on pourrait hésiter, car pour être élu, on essaie de séduire toutes les ailes, de droite, de gauche, du centre (c’était la grande habileté de François Mitterrand), à faire converger vers un candidat et ce candidat est fédérateur mais lorsqu’il n’est plus présent, les électeurs reprennent leurs anciennes origines.

Cela dit, pour la plupart des dirigeants et des élus de LR, le choix entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen était sans hésitation pour le premier (François Fillon, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Gérard Larcher, etc.), au point que lorsque ce n’était pas très clair, certains ont même quitté LR, depuis 2017, et encore en 2021 en PACA : Jean-Pierre Raffarin, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Christian Estrosi, Hubert Falco, etc. Sans compter aussi ceux qui ont franchi allègrement le Rubicon macronien : Édouard Philippe, Jean Castex, Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Roselyne Bachelot, Jean-Baptiste Lemoyne, Sébastien Lecornu, Franck Riester, Thierry Solère, etc.

Il y a aussi une autre difficulté pour LR, une difficulté insurmontable, qui est la même que pour les partis centristes limitrophes comme l’UDI. C’est justement que l’actuel gouvernement est trop proche de leurs idées politiques. Comment pouvoir exister dans une situation où vous vous retrouvez dans l’opposition à un gouvernement qui défend votre propre politique ? La logique aurait voulu que vous fassiez partie de cette majorité, de ce gouvernement, mais si on ne vous l’a pas proposé, que faire ? L’existence au sein d’une opposition, c’est de s’opposer, mais s’opposer à quoi si vous êtes en accord avec les grandes lignes ? C’est un problème majeur pour Les Républicains.

"Heureusement", certains sujets clivants peuvent servir à s’opposer, de manière très artificielle, comme la PMA pour toutes ou d’autres sujets (la dépénalisation du cannabis par exemple), mais ce ne sont pas des sujets qui donnent l’impulsion d’une politique nationale. La gestion de la crise sanitaire, forcément imparfaite et parfois agaçante, a aussi donné prise à l’opposition, mais pour quels résultats ? Personne, dans la classe politique, n’a le crédit de pouvoir mieux faire qu’Emmanuel Macron qui, rappelons-le, se retrouve, après quatre années d’exercice du pouvoir, avec encore 42% de bonnes opinions (un score que tous ses prédécesseurs depuis quarante ans pourraient envier).

Pourtant, la situation de LR est loin d’être désespérée, au contraire du parti socialiste qui, petit à petit, se fait électoralement phagocyter par les écolodogmatiques d’EELV même dans les élections locales. En effet, LR est très bien implanté localement et remporte régulièrement des victoires électorales dans les élections locales (nous verrons si cela continue avec les élections régionales et départementales).

Au contraire, LREM est très mal implanté et malgré la bonne tenue du Président de la République dans "l’opinion publique", cela ne suffit pas à aider électoralement les candidats LREM, on l’a vu pour les élections municipales de 2020 et on le verra pour les élections régionales et départementales, ne serait-ce que par absence même de candidature LREM (c’est le cas en PACA).

Ainsi, LR se trouve être un parti plus complémentaire que concurrent à LREM face au RN qui, lui, est bien implanté localement aussi. En effet, LR manque de leader national et de visibilité nationale, ou plutôt, de différenciation programmatique nationale, mais est bien structuré, tandis que LREM jouit de la figure d’Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle mais est incapable, sauf exceptionnellement, de réussir une implantation locale, sans doute en raison de la structure trop pyramidale et inconsistante de LREM.

Du reste, quand on regarde les dernières élections législatives partielles du 30 mai 2021, je vois mal comment LREM, avec son allié MoDem, pourrait conserver une majorité absolue à l’Assemblée Nationale aux élections législatives de juin 2022, même en cas de réélection d’Emmanuel Macron, sans le renfort d’une alliance qui élargirait la future majorité.

Le problème n’est pas la forte abstention, mais quels sont les candidats capables de mobiliser le plus leur électorat. Or, l’électorat du RN sera toujours très mobilisé car sa motivation est souvent la colère qui est toujours mobilisatrice. La majorité sortante aura donc probablement plus de mal à mobiliser qu’une majorité de remplacement.

C’est d’ailleurs sans doute la vraie carte à jouer de LR pour 2022. Celle de négocier un véritable accord de gouvernement entre LREM et LR (quand j’écris LR, je pense aussi à ses alliés centristes), le soutien de LR à Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle en échange d’un partenariat de candidature aux élections législatives et d’une plateforme gouvernementale négociée.

Le problème, c’est qu’une telle stratégie considère comme impossible l’arrivée d’un candidat LR au second tour de l’élection présidentielle, ce qui est inadmissible pour un grand parti qui ne peut pas partir défait par avance. Jean-Christophe Lagarde, qui vient d’être réélu président de l’UDI, a mis en garde contre un nouveau duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui pourrait tourner en faveur de cette dernière en raison du risque de démobilisation des électeurs de la majorité et de l’absence de "front républicain" de type 2002 (il n’y a pas vraiment eu de front républicain en 2017). Je ne crois pas, en revanche, que dire cela soit en mesure de mieux lutter contre le RN, au contraire, cela conforte la candidate du RN dans sa capacité à être élue (j’y reviendrai).

En tout cas, ce type de stratégie est probablement dans l’esprit d’un Christian Estrosi qui a confirmé sur BFM-TV le 1er juin 2021 qu’il n’était pas question pour lui d’être un futur ministre d’Emmanuel Macron, ce qui ne l’empêcherait pas d’être à la manœuvre pour coordonner LR et LREM en 2022. D’ailleurs, c’est un peu ce qu’a fait très habilement le président LR sortant du conseil régional de PACA, Renaud Muselier, qui mène une liste ouvertement LR-LREM pour sa reconduction à la tête de la région. Pour l’instant, les sondages semblent indiquer que cette stratégie est bancale électoralement même si, politiquement, elle se montrera de plus en plus nécessaire au fil des mois qui viennent…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er juin 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Les Républicains et la tentation populiste.
Olivier Dassault.
Serge Dassault.
Jean Foyer.
Éric Raoult.
Nicolas Sarkozy.
Droite populaire.
Alain Devaquet.
Philippe Douste-Blazy.
Gilles de Robien.
Alain Madelin.
Jean-Louis Borloo.
Michel d’Ornano.
Louis Joxe.
Gérard Longuet.
Olivier Stirn.
Édouard Philippe.
Jean Castex.
Jacques Chirac.
Bernard Debré.
Christian Poncelet.
Patrick Devedjian.
Philippe De Gaulle.
Charles De Gaulle.
Valéry Giscard d'Estaing.

_yartiLRRNA04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 2 juin 11:28

    Hé Hé Hé... !


    • Fergus Fergus 2 juin 11:30

      Bonjour, Sylvain

      Bien vu !

      « l’actuel gouvernement est trop proche de leurs idées politiques. Comment pouvoir exister dans une situation où vous vous retrouvez dans l’opposition à un gouvernement qui défend votre propre politique ? »

      Effectivement. Et c’est probablement pour cela que Macron sera réélu et phagocytera l’aile modérée de LR.


      • rogal 2 juin 13:52

        @Fergus
        « Sylvain »
        C’est une façon de voir les choses.


      • oncle archibald 2 juin 19:42

        @rogal

        Oui, de voir les choses comme il y a un demi siècle, par le petit bout de la lorgnette, avec les petites combines discutées dans les arrières cuisines des partis ! Ça me scie qu’en cinq ans les prétendues oppositions aient été incapables de présenter un projet de nouvelle société qui puisse tenir debout et qu’on en soit toujours à essayer de faire voter pour x ou y sans dire pourquoi il serait « le » bon candidat, et comment il prélèverait puis utiliserait l’argent public des impôts, taxes et cotisations que nous payons tous.

        Dans le genre des trucs qui me foutent en petard les grands panneaux de travaux de reconstruction après les terribles inondations qui ont frappé notre département, exemple : ici Marcel Raynaud (le Président du conseil général) reconstruit le pont emporté par la crue. Le libellé du panneau devrait être : ici avec votre pognon et avec beaucoup de retard, nous faisons enfin reconstruire le pont emporté par la crue. Excusez nous d’avoir tant tardé et de vous avoir obligés à des trajets impossibles pendant des années.


      • Captain Marlo Captain Marlo 2 juin 20:16

        @Fergus
        Effectivement. Et c’est probablement pour cela que Macron sera réélu et phagocytera l’aile modérée de LR.

        Le destin de tous les Partis maastrichtiens est de disparaître, discrédités par les politiques libérales qu’ils sont obligés d’appliquer et qui sont rejetées par les Français.

        Pendant 30 ans, c’est l’UMP et le PS qui ont fait le job, ensemble ou séparément.
        LREM est une Coalition du PS/Modem/ LR.

        Les Français n’en veulent plus ?
        Ils auront les mêmes en couleur ! Un gouvernement d’Union Nationale comme en Italie. Mais plus large encore que LREM !

        De la Gauche au RN, avec tout ce qui traine comme euronouilles écolos, de Macron à la Gauche, la Droite et le Centre, « pour sauver le pays du méchant Covid et de la crise économique » !! On parie ??

        Et encore plus si la zone euro éclate, comme il est fortement possible...


      • Captain Marlo Captain Marlo 2 juin 20:22

        @oncle archibald
        Ça me scie qu’en cinq ans les prétendues oppositions aient été incapables de présenter un projet de nouvelle société qui puisse tenir debout et qu’on en soit toujours à essayer de faire voter pour x ou y sans dire pourquoi il serait « le » bon candidat,



        Parce que plus rien d’essentiel ne se décide à Paris.

        Les Traités européens ont acté la fin de la souveraineté et le transfert des compétences aux Institutions européennes. C’est écrit depuis 70 ans dans le Traité de Rome, et mis en place par chaque traité successifs.

        Les 27 pays peuvent être gouvernés par n’importe quel abruti, il appliquera les politiques libérales prévues : austérité salariale et budgétaire, réformes structurelles, fin des services publics et des acquis sociaux, baisse des salaires, délocalisations d’entreprises et de services etc


      • oncle archibald 2 juin 23:15

        @Captain Marlo

        Ce qui est pénible avec les gens comme vous c’est de devoir rappeler sans cesse que les « services publics » sont comme les secrétaires et les comptables d’une entreprise, ils sont indispensables certes mais ce ne sont pas eux qui produisent directement la richesse de l’entreprise. Une entreprise qui aurait dix mecs sur les chantiers et soixante secrétaires comptables dans les bureaux ça ne peut pas marcher.

        Les entreprises que vous détestez produisent les richesses avec lesquelles on peut payer les préposés des services publics, collecter les cotisations sociales, etc etc ...

        Vous vous plaignez des delocalisations, certaines sont le résultat des excès de prélèvements en tout genre qui pèsent sur les entrepreneurs. Quand l’entreprise qui est en concurrence avec toutes celles qui produisent dans le même domaine dans le monde entier ne dégage plus de bénéfice elle ferme oú elle délocalise. Elu en 1981 François Mitterrand a mis deux ans à le comprendre : sans entreprises plus rien ne peut fonctionner.


      • Captain Marlo Captain Marlo 3 juin 07:39

        @oncle archibald
        Je crois que vous prenez le problème à l’envers... Le modèle social a été mis en place à la Libération dans un pays pourtant économiquement dévasté. Les Français y tiennent beaucoup, car c’est un système redistributif des richesses produites.

        Mais pour produire des richesses, encore faut-il que nos entreprises ne soient pas en concurrence sauvage avec des pays à bas salaires. Or, c’est exactement le but des Traités européens et de la mondialisation mise en place en 1994 : faire crever les industries françaises & les entreprises de services, en les mettant en concurrence avec des pays dont les salaires peuvent être 20 fois plus bas !

        Rien que ces 20 dernières années, la France a perdu 40% de ses usines, comme aux USA. Mais ce n’est pas le cas du reste du monde qui est majoritairement protectionniste. Les traités européens interdisent le protectionnisme. Evidemment, pour vous, la seule solution, c’est de détruire les acquis sociaux pour faire baisser le prix du travail.

        L’autre solution que propose l’ UPR depuis 14 ans, c’est de sortir de l’UE, pour remettre en place toutes les régulations qui existaient avant, en particulier le contrôle des mouvements de capitaux. Mais aussi remettre des taxes et des quotas aux importations pour protéger les entreprises et les emplois en France. Et signer des accords de coopération gagnant/gagnant, comme en signent les pays des BRICS.

        La politique aujourd’hui n’est plus Gauche/ Droite, mais libre échange contre protectionnisme. Du protectionnisme, comme pendant les 30 glorieuses, où, ne vous en déplaise, l’économie française se portait plutôt bien, et l’emploi aussi !


      • oncle archibald 3 juin 08:27

        @Captain Marlo

        Est ce que tous les Français seront d’accord pour payer les jeans « entre 150 et 200 euros », prix de ceux qui sont fabriqués dans les Cévennes avec de la toile fabriquée en France, des salariés Français des distributeurs Français (FR3 météo à la carte hier), en plus ce prix est celui d’aujourd’hui,avec les salaires d’aujourd’hui, les jeans seront plus chers demain quand tout aura augmenté... mais dommage, à part BHL personne ne pourra les acheter... comme aujourd’hui. Du coup au lieu de produire la masse des Jeans dont les Français ont besoin, au lieu de devenir une grosse usine qui créerait des emplois, l’entreprise restera une petite fabrique artisanale comme aujourd’hui. Vous croyez que la France peut vivre sans commerce international ? Que la situation mondiale est la même qu’il y a un demi siècle ? Que chaque Français fera pousser ses salades et mangera les œufs de ses poules ? Votre vision est simpliste !


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 3 juin 08:42

        @oncle archibald
         
         A quoi bon des produits importés moins cher, si à terme nous n’aurons pas d’argent pour les acheter ?


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 3 juin 08:45

        @oncle archibald
         
         A quoi bon des produits importés moins cher, si à terme nous n’aurons pas d’argent pour les acheter ?

         
         C’est fini le temps où l’on pouvait vendre notre technologie aux pays émergents : désormais ils nous dépassent aussi dans ces domaines.
         
         Réveillez vous !
         
         

      • chantecler chantecler 3 juin 08:51

        @oncle archibald
        Est ce que tous les français ont besoin d’avoir 20 ou 30 jeans de basse qualité dans leur armoire alors que l’on peut fonctionner avec 2 jeans que l’on lave régulièrement et qui tiennent le coup ?
        Vous êtes pour la mondialisation .
        Mais 90 % de ce qui est vendu dans notre pays provient du continent asiatique et principalement de la Chine .
        Vous pensez que avec les conséquences sociales que cela induit (chômage de masse , pauvreté , violence ) et nos déficits de balances commerciales ça peut durer indéfiniment ?
        ...
        Mais de plus tout se dégrade : la qualité des aliments , de l’eau devenus dangereux .
        Les sols , les cours d’eau sont pollués , empoisonnés .
        La santé tributaire du nombre des médecins n’est plus assurée dans une partie croissante du territoire .
        Et ce n’est pas en distribuant des ordonnances de 15 médicaments que les gens se porteront mieux .
        L’état est en permanence à la recherche de nouvelles taxes , de nouveaux impôts ce qui ne l’empêche pas d’être de plus en plus endetté .
        Et vous n’avez aucune appréhension face à l’avenir pour vous et vos descendants ?


      • oncle archibald 3 juin 10:33

        @chantecler « Vous êtes pour la mondialisation . »

        Non, je ne suis pas pour la mondialisation, je constate que le monde est actuellement un « marché unique » et que toutes les entreprises sont concurrentes entre elles où qu’elles se trouvent. Du coup chaque pays importe ou exporte suivant ses spécificités.

        On ne peut pas dire que l’on va entraver le commerce des jeans et des aspirateurs fabriqués en Asie en leur collant des taxes douanières qui permettront de rendre nos entreprises concurrentes et continuer à espérer leur vendre des avions et des navires qu’ils peuvent acheter ailleurs, à ceux qui accepteront de leur acheter ce qu’ils fabriquent.

        Fermer ses frontières et vivre en autarcie c’est donc ça votre solution pour assurer le niveau de vie des Français ? Vous pensez qu’isolée du reste du monde la France sera plus riche et pourra faire vivre mieux ses ressortissants ? A mon avis ça n’est pas aussi simple.

        Dans le cadre d’une baisse souhaitable des émissions de gaz très polluants et pour inciter à produire localement les biens de consommations et je proposais de taxer les transports maritimes au kilo par kilomètre https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-monsieur-nicolas-194439.

        Je pense toujours que ce serait une bonne solution, non discriminatoire, si elle était décidée et appliquée à l’échelle mondiale, mais ça aussi c’est de l’utopie !

        Bien évidemment je suis soucieux de l’avenir de mes enfants et petits enfants. La génération en activité et surtout la génération qui va entrer dans la vie active ne son pas dupes. Mes petits enfants savent que ça ne sera pas facile, ils bossent dur pour acquérir des qualifications. Ils savent aussi, parce que le retraité que je suis cultive un grand potager, que les fruits et légumes qui ont poussé à leur rythme dans une bonne terre et qui sont mangés une heure après avoir été cueillis n’ont rien de commun avec les cerises insipides qui arrivent d’Amérique du Sud en plein hiver.

        Quant à la santé qui n’est plus assurée dans une partie croissante du territoire faute de médecins croyez vous que les Asiatiques y soient pour quelque chose ? Ne croyez vous pas que seule la médecine qui permet de faire du fric rapidement tout en ne se levant pas la nuit pour une urgence et en partant souvent en vacances à la Martinique et en week-end sur l’ile de Ré attire les jeunes ?

        J’ai accompagné mon fils à une consultation d’anesthésiste avant une opération. De quoi nous a t-il parlé ? Du boulanger du coin de sa rue qui gagne autant que lui ! Il trouve que c’est scandaleux ! Voila le pb de la médecine d’aujourd’hui.


      • Captain Marlo Captain Marlo 3 juin 17:39

        @oncle archibald
        Est ce que tous les Français seront d’accord pour payer les jeans « entre 150 et 200 euros »,

        Avant la mondialisation, les Français se baladaient avec un pagne ?
        Vous n’achetez jamais de voitures d’occasion ?
        Le marché de l’occasion se développe à grande vitesse pour les vêtements.
        Il en serait de même pour bien des produits s’ils étaient réparables.

        Le problème, c’est qu’avec l’obsolescence programmée, vous jetez votre machine à laver le linge à la décharge, à cause d’une pièce à 1 euro introuvable. Ou bien d’appareils conçus pour ne pas être réparables.

        Les Français sont les plus opposés de la planète à la mondialisation.
        Ils veulent des entreprises en France et des emplois en France.
        Mes condoléances.


      • Captain Marlo Captain Marlo 3 juin 17:44

        @oncle archibald
        Fermer ses frontières et vivre en autarcie c’est donc ça votre solution pour assurer le niveau de vie des Français ? Vous pensez qu’isolée du reste du monde la France sera plus riche et pourra faire vivre mieux ses ressortissants ? A mon avis ça n’est pas aussi simple.

        Phrase type de la propagande européiste.
        La France d’avant la mondialisation, c’était la Corée du nord ?
        La France n’exportait rien, et n’importait rien, c’est ça ?

        Les 170 pays du monde qui ne sont pas dans l’ UE, et qui sont tous des pays souverains avec des frontières, ce sont 170 Corée du nord ?
        Vous prenez les gens pour des cons.


      • oncle archibald 3 juin 20:10

        @Captain Marlo

        Ceux qui prennent les gens pour des cons se sont ceux qui zappent les évolutions du monde et qui proposent en 2021 les mêmes solutions qu’en 1948.


      • Michel VIDAL Michel VIDAL 4 juin 03:53

        @Fergus
        Bonjour,
        Qu’est-ce que le « populisme » ?
        Qui a dicté ce mot ?
        Quel est le contraire de « populisme » ?
        MV


      • Captain Marlo Captain Marlo 4 juin 07:15

        @oncle archibald
        Ceux qui prennent les gens pour des cons se sont ceux qui zappent les évolutions du monde et qui proposent en 2021 les mêmes solutions qu’en 1948.

        Les gens intelligents utilisent les solutions qui marchent et refusent de se laisser lessiver les cerveau par la propagande des riches !

        Les Français n’apprécient pas du tout ce que vous appelez « les évolutions du monde mondialisé ». Ils n’aiment pas les régions dévastées par les fermetures d’usines et par le chômage. Ils veulent du local, et s’étonnent que la France soit dépendante des pays étrangers, y compris pour la nourriture ou les médicaments.

        Avant la mondialisation, la France était un pays à l’économie diversifiée, avec une agriculture prospère, une industrie importante, souvent de pointe, et des services publics efficaces. Voilà ce qu’ils veulent, une économie qui fonctionne dans l’intérêt des Français.


      • oncle archibald 4 juin 09:14

        @Captain Marlo

        Mais il n’y a rien d’incompatible entre ce que vous écrivez des aspirations des Français et ce que j’écris et que je maintiens tellement c’est évident et incontournable : ceux qui prennent les gens pour des cons sont ceux qui nient une situation de fait et proposent pour faire le bonheur des Français des solutions qui s’appliquaient en 1948 quand le monde était très différent. On rouvre les puits des mines de charbon ? On se remet à labourer avec des chevaux ou des bœufs ? Ca réglerait le problème du chômage non ?


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juin 12:01

        Le mot « populisme » est un fourre-tout pratique dans lequel on peut mettre tout ce qu’on veut, mais il n’est le plus souvent qu’un synonyme prétentieux et un euphémisme pour « démagogue », ce qui avait permis à Darmanin de dire en son temps : « Il y a le populisme light, nouveau, à visage humain, comme aurait dit l’autre  : le bobopulisme de Monsieur Macron. »

        Ce qui montre que lui, s’il n’est pas « populiste », en tous cas, il est bien opportuniste !


        • ZenZoe ZenZoe 2 juin 12:09

          C’est vrai que s’allier au RN mettrait fin à la possibilité de s’en servir comme épouvantail pour se faire élire par défaut. Bande d’hypocrites, rien a voir avec un front républicain, mais tout avec une stratégie électorale (assez minable d’ailleurs).


          • Que Chirac se retourne dans la tombe. Cela ne le changera pas des douches,.. ;


            • Uranus dans le signe du taureau : MAI. Coup de théâtre garanti....


              • Clocel Clocel 2 juin 12:37

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Le fait est... smiley


              • oncle archibald 2 juin 12:59

                "Comment pouvoir exister dans une situation où vous vous retrouvez dans l’opposition à un gouvernement qui défend votre propre politique ? La logique aurait voulu que vous fassiez partie de cette majorité, de ce gouvernement, mais si on ne vous l’a pas proposé, que faire ? L’existence au sein d’une opposition, c’est de s’opposer, mais s’opposer à quoi si vous êtes en accord avec les grandes lignes ? « 

                C’est la conséquence de l’absence de programmes ! On s’acharne à vouloir être calife à la place du calife pour faire exactement la même chose que lui ! Et si j’aime Macron c’est parce qu’il a très bien analysé ces situations ou l’ambition personnelle passe bien au dessus des intérêts communs. Je sais depuis toujours que les trois quarts au moins des Français sont d’accord sur la politique qu’ils souhaitent voir mener, mais ceux qui se proposent à leurs suffrages s’ingénient à les cliver en espérant être les bénéficiaires de ce clivage.

                Depuis de Gaulle la France a toujours été gouvernée au centre. Quand le locataire de l’Elysée avait une étiquette de droite il gouvernait plus à gauche que son programme et quand Mitterrand a enfin établi une alternance de gauche il a dès l’euphorie passée été obligé de gouverner bien plus à droite que son programme.

                Et c’est tant mieux pour les trois quarts des Français qui pensent que la libre entreprise est indispensable, que parfois l’aide aux entreprises est aussi indispensable, mais qui savent aussi et »en même temps" qu’il faut organiser la solidarité nationale et répartir sur ceux qui en ont le plus besoin une grosse partie des impôts et cotisations diverses payées par tous les Français.

                Les clivages devraient se faire sur un réglage fin de la collecte et de la distribution de l’argent public, mais il y a peu de marge et il s’agirait vraiment de réglages fins. Pas de quoi cliver l’opinion et faire croire qu’on est différent. Alors s’installe une campagne électorale stupide ou les candidats s’inventent des différences au lieu de constater leurs convergences.


                • amiaplacidus amiaplacidus 2 juin 13:37

                  @oncle archibald qui écrit : "... Et si j’aime Macron c’est parce qu’il a très bien analysé ces situations ou l’ambition personnelle passe bien au dessus des intérêts communs. ..."

                  Macron a non seulement bien analysé cette situation, mais il sait parfaitement bien mettre en œuvre ce qu’il en découle.
                  Lorsque les capacités intrinsèques d’un individu ne sont pas à la hauteur de ses ambitions, s’il est dans une entreprise privée, une banque par exemple, il peut tenter sa chance en politique et appliquer le principe TPMG (Tout Pour Ma Gueule).


                • oncle archibald 2 juin 14:01

                  @amiaplacidus

                  Macron à eu la très bonne idée de ne pas faire campagne sur le « ni-ni », ni de droite ni de gauche, mais sur le « et-et », et de droite et de gauche, en gros comme tous ses prédécesseurs mais lui il l’a annoncé et même revendiqué au lieu de le nier ....


                • tashrin 2 juin 15:26

                  @oncle archibald
                  ... et au final il a fait du droite droite !
                  Tout ca pour ca...


                • oncle archibald 2 juin 17:05

                  @tashrin

                  Bah on pourra en juger quand on comparera les mesures compensatrices dont ont bénéficié les artisans, les commerçants, et leurs salariés à celles prises dans les autres pays occidentaux ... Je pense qu’il apparaîtra beaucoup plus social que vous ne le dites.


                • tashrin 2 juin 17:23

                  @oncle archibald
                  Non, ca ce sont des mesures prises par pure nécessité pragmatique en raison de la crise sanitaire ou supposée telle => mauvaise foi
                  Ce qu’il faut regarder pour en déduire son positionnement, c’est ce qui a été fait avant, et les priorités avec lesquelles les chantiers ont été mis en oeuvre
                   => cadeaux fiscaux monumentaux (flat tax, isf, pour ne citer que ceux là en direction des CSP+)
                   => reforme du chomage pour les autres
                   => reforme des retraites pour tout le monde (qui reviendra par la fenetre on s’en doute bien)
                  Personne ne pense Macron à gauche de quoi que ce soit...


                • oncle archibald 2 juin 17:53

                  @tashrin

                  Peut être que certains salariés auront quand même la mauvaise idée de regarder quelle a été la rémunération de leur travail sous Macron avec ce qu’ils avaient eu pour le même boulot sous Hollande. C’est con les chiffres, c’est fait pour faciliter les compareraisons. Une prime nette d’impôts ça change vachement les résultats quand on regarde ce qui reste pour vivre, c’est à dire la rémunération perçue moins l’impôt sur le revenu.

                  Pour le reste vous avez raison, je ne pense pas que Macron vote pour Poutou ou Laguiller, même pas pour Melenchon.


                • Captain Marlo Captain Marlo 2 juin 20:02

                  @oncle archibald
                  ce qui reste pour vivre, c’est à dire la rémunération perçue moins l’impôt sur le revenu.

                  L’impôt principal en France n’est pas l’impôt sur le revenu, c’est la TVA que payent tous les consommateurs.


                • oncle archibald 2 juin 23:23

                  @Captain Marlo

                  Oui la TVA payée en bout de chaîne par le consommateur rapporte plus dans les caisses de l’état que l’impôt sur le revenu, il n’en reste pas moins vrai que le ménage avant d’aller payer de la TVA dispose pour faire ses achats de ce qu’il a gagné diminué de ce qu’il a payé à l’état en ISRPP. Certains qui sont le plus à plaindre ne sont pas imposables à l’ISRPP et paient quand même la TVA sur le riz et les nouilles qu’ils achètent.


                • tashrin 3 juin 15:38

                  @oncle archibald
                  Peut être que certains salariés auront quand même la mauvaise idée de regarder quelle a été la rémunération de leur travail sous Macron avec ce qu’ils avaient eu pour le même boulot sous Hollande

                  Ca c’est vrai... Et vous savez pourquoi il ya un differentiel ? Parce que Macron a supprimé des cotisations sociales, qui sont des droits futurs... On vous file 50 balles de net en plus, mais ce que vous n’avez pas encore vu, c’est que vous cotisez moins de ce fait... C’est effectivement très altruiste... ou pas !
                  Serieusement... 


                • Buzzcocks 2 juin 16:05

                  Peletier était au FN, avant de changer de veste car être élu avec l’étiquette FN était compliqué à cette époque. Il doit bouffer son chapeau car c’est avec son étiquette LR qu’il risque d’avoir du mal maintenant.... bref, il retourne à ses premiers amours.

                  Personnage insignifiant de toutes façons.


                  •  C BARRATIER C BARRATIER 2 juin 18:04

                    Copé c’était Sarko, une alliance avec le RN EST DANS LEURS NORMES, avec le racisme, la grossièreté.


                    • ETTORE ETTORE 2 juin 19:36

                      Bonsoir RakotO

                      Vous avez l’heure ?


                      • Captain Marlo Captain Marlo 2 juin 19:57

                        Il vaut mieux partir de programme du RN pour comprendre que plus rien ne différencie le RN des autres Partis euronouilles.

                        La situation actuelle :

                        1/ Les politiques économiques & sociales ne se décident plus à Paris, mais à Bruxelles, à Francfort, et pour l’Otan, à Washington.

                        2/ En conséquence, les programmes de tous les Partis euronouilles sont du pipeau pour les mougeons. Ils appliqueront tous les GOPé, c’est à dire les oukases de Bruxelles.

                        3/ Les Mamamouchis européens se fichent complètement de la couleur politique des « petits gouverneurs » des 27 provinces ! Depuis Maastricht, les Français peuvent voter pour n’importe quel Parti euronouille, ils ont toujours les mêmes politiques néolibérales. Raison pour laquelle la moitié des électeurs ne va plus voter.

                        4/ Le RN propose « un Gouvernement d’Union Nationale » comme en Italie.

                        Son programme est euro compatible avec tous les Partis en présence, de la Gauche aux Républicains.

                        « Plus question de sortir de l’UE, ni de l’euro, ni de Schengen. »

                        « Faire croire que le Parlement européen décide ». Ce qui est faux, il n’a qu’un rôle consultatif. C’est la Commission qui est à la manoeuvre.

                        « Réduction de la libre circulation ». Un vœu pieux, les 4 libertés de circulation, capitaux,hommes, marchandises et services sont les 4 piliers de l’ UE.Il faut sortir de l’UE pour remettre en place les régulations antérieures.

                        « L’écologie ». Qui n’est pas écolo aujourd’hui ? 

                        « Relocaliser ». Vœu pieux : la mondialisation est liée à la libre circulation, inscrite dans le marbre des Traités. 


                        • alinea alinea 2 juin 20:00

                          @Captain Marlo
                          Vous devriez prendre un petit calmant : dès qu’il y a une élection en vue, vous radotez. Je ne dis pas que ce que vous dîtes est faux, mais le disque est rayé.


                        • Captain Marlo Captain Marlo 2 juin 20:39

                          @alinea
                          Vous devriez prendre un petit calmant : dès qu’il y a une élection en vue, vous radotez. Je ne dis pas que ce que vous dîtes est faux, mais le disque est rayé.

                          Tu te prends pour le centre du monde ? J’écris des commentaires pour informer les lecteurs, pas les blogueurs du site !!

                          Tu peux citer un seul média qui donne les informations que donnent les militants de l’UPR depuis 14 ans ? Aucun : censure, blackout complet, propagande et mensonges .

                          Et quand ils en parlent, c’est pour nous traiter de complotistes, de fachos et populistes. Tu devrais me remercier, je fais le travail que tu ne fais pas.



                        • alinea alinea 2 juin 22:15

                          @Captain Marlo
                          Ah bon, je ne suis pas le centre du monde ?
                          Plus sérieusement je ne crois pas qu’il y ait des millions de lecteurs du site ; mais j’espère me tromper aussi, continue, de toutes façons c’était juste un moment d’humeur dû à mon intolérance à la stagnation ! personne ne me contraint à lire.


                        • Captain Marlo Captain Marlo 3 juin 07:56

                          @alinea
                          Plus sérieusement je ne crois pas qu’il y ait des millions de lecteurs du site ;

                          Comme tu dis, personne n’est obligé de lire mes commentaires !
                          Pour connaître le nombre de lecteurs, tu cliques sur « Voir les articles de l’auteur » de chaque billet et tu as le nombre de lecteurs.
                          Exemple les articles de Cabanel, 1863 lecteurs, 4346 lecteurs, 2551 lecteurs
                          etc

                          Pour Rakoto, c’est souvent moins : entre 500 et 1000 lecteurs.

                          Mais ceux qui s’intéressent au Républicains, à Macron et au RN ne sont pas forcément les mêmes lecteurs que ceux de Cabanel, plutôt écolos et anti vaccins.

                          PS : A mon avis, ton intolérance à la stagnation vient du fait que tu n’as aucun objectif politique crédible. Comme la plupart des électeurs de Gauche, qui ne savent plus à quel saint se vouer et qui commencent à désespérer. Ce que je comprends très bien, vu les divisions à Gauche. 


                        • alinea alinea 3 juin 11:34

                          @Captain Marlo
                          Crédible si, mais pas entendu ni écouté ni cru ; il se trouve que cracher dans un violon, jeter un pavé dans la mare, lancer des sons aux vents, j’en ai marre !


                        • Captain Marlo Captain Marlo 3 juin 17:49

                          @alinea
                          Crédible si, mais pas entendu ni écouté ni cru ; il se trouve que cracher dans un violon, jeter un pavé dans la mare, lancer des sons aux vents, j’en ai marre !

                          Je viens de lire un article sur le livre d’Aurélien Barnier « L’illusion localiste »(Utopia, 2020). Tu l’as lu ? 


                        • alinea alinea 5 juin 09:35

                          @Captain Marlo
                          non !! je ne connais pas


                        • Jonas Jonas 3 juin 00:48

                          « Les Républicains et la tentation populiste »

                          Il n’y a pas de Républicains.
                          LR et LREM, c’est le même parti politique, pour instaurer le Nouvel Ordre Mondial !


                          • Captain Marlo Captain Marlo 3 juin 07:58

                            @Jonas
                            LR et LREM, c’est le même parti politique, pour instaurer le Nouvel Ordre Mondial !

                            Vous pensez donc que les autres Partis euronouilles ne sont pas favorables au Nouvel Ordre Mondial ? ça reste à démontrer.


                          • zygzornifle zygzornifle 3 juin 10:21

                            Les « Raie pue blicains » ont tellement peur de finir comme les Socialos qu’ils sont prêts a mettre leur truffe dans n’importe quel trou de balle de droite surtout si c’est celui de LaREM ...


                            • zygzornifle zygzornifle 3 juin 10:25

                              Marine Le Pen, assoiffée d’ambition,

                              Pourquoi qu’elle ??

                              Ils sont tous assoiffés de pouvoir a droite comme a gauche et les écolos idem sachant déjà qu’ils vont trahir ceux avec qui ils s’allieront sauf que les écolos servent de pcul aux autres qui une fois élus tirent la chasse dessus  ....


                              • ETTORE ETTORE 3 juin 12:34

                                Tous « CON promis »

                                Et on peut lire « con promis » sous toutes les significations, on en revient toujours au même résultat.

                                Pré vendus

                                Pré trahis

                                Pré contraints

                                Pré tendus

                                Mais nullement pré sent pour les Français.

                                C’est pré tenduement une élection, ...

                                Mais c’est pré joué,

                                Pré mâché,

                                Alors prê-cher, dans le désert avec de pré-tendues, belle paroles...

                                De prés, ou de loin, si on ne les pré-ssures pas en leur tendant les couilles....

                                On est destinés tout simplement à être remis au.....Près !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité