• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Migration-partage

Migration-partage

La migration, c'est un partage des richesses (des ressources) de facto, sans pensée ni organisation. Les écarts de richesses agissent comme ce qu’on appelle une différence de potentiel en physique. On n’obtient rien sans, et si la différence de potentiel est trop grande, il se produit un réajustement vers l’équilibre ou des déséquilibres modérés, supportables ; ce réajustement est un flux d’une très grande puissance, d’une puissance tellement grande qu’il détruit éventuellement sur son passage nombre de « constructions » appréciables qu’il eut fallu savoir conserver. Nous en sommes là.

La circulation des textes et des images informent ceux qui n’ont rien de l’opulence qui se trouve ailleurs, et pour en prendre une part, mieux vaut se rapprocher, un enfant le comprendrait. La circulation des personnes, de leur corps, est facile et rapide, périlleuse voire mortelle quand on n’a pas d’argent, mais mieux vaut tenter de vivre, pour paraphraser Valéry.

La migration, c'est le partage des richesses en actes, par les faits, sans intervention étatique ou autre, sans livre ni « prophète », je parle de Karl Marx, qui avait planifié une révolution finale et définitive pour abolir les classes sociales. Le partage des richesses par la migration est de bien meilleure espérance, plus rapide, il emploie immédiatement l’énergie de celles et ceux qui choisissent ce moyen dans une grande aventure audacieuse. Beaucoup de morts. Beaucoup d’échecs, de retours forcés… un grand malheur, mais « d’autres viendront qui finiront par réussir ». C’est le crédo des révolutionnaires.

Nous ne raisonnons plus guère avec les concepts de systèmes, de structures, de relations entre les structures/systèmes. Certes, nous parlons de modèles, mais d’une façon magique, nous évoquons sans cesse le fait qu’il faudrait changer de modèle. D’une part, un système économique, politique, mérite de s’appeler modèle quand il est suffisamment bon pour que les autres systèmes tentent de l'imiter. D’autre part et surtout, les discours politiques s’organisent comme si les modèles étaient à disposition des dirigeants, à portée de main, comme rangés sur des étagères ou sur des présentoirs et qu’il suffisait de vouloir pour en prendre un autre et le mettre en action instantanément.

Nous sommes plutôt dans un discours moral, où chacun distribue le bien et le mal : le bien à lui, le mal à ceux qui ne pensent pas la même chose, il va de soi. Le discours moral est un jugement, il n’argumente pas, il accable les opposants, il les condamne. Tout se passe comme si le mal sortait de la psyché des acteurs, de leurs actes et que nous pourrions résoudre les problèmes en posant des actes qui produisent du bien plutôt que des actes qui produisent du mal. Les hommes posent des actes dans un monde qui contient du bien et du mal. Ce que l’on fait ou ne fait pas agit en bien ou en mal sur une situation donnée, mais le bien ou le mal de ladite situation ne vient pas de nos décisions.

Il ne sert à rien de donner des leçons d'humanisme, il ne sert à rien de fustiger le populisme de Matteo Salvini et de Victor Orban. Il ne sert à rien de rappeler que l’Italie, l'Irlande et tant d'autres pays furent des terres d’émigration et de suggérer que cela leur crée une dette envers les migrants actuels. Bien que ce soit le principe même de la morale : Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse, ou mieux Faites aux autres ce qu’on vous a fait… cela n'a aucune chance de modifier quoi que ce soit ; on n'imagine pas un pays (ou une personne d’ailleurs) se sentir obligé par cette considération historique.

La question n’est pas de savoir si les mots de jugements sont justes ou faux, la question est que les solutions sortiront d’analyses des ensembles économiques, politiques, culturels, des mouvements historiques entre ses ensembles. Il s’agit de poser des actes structurels si c’est possible. Tâcher de faire honte aux autres de la fermeture agressive que constitue leur attitude n’a aucune chance de succès. Demander de comprendre les autres n’est pas efficient. De plus en plus de migrants viendront frapper à la porte de l’Europe, ce n’est pas une réalité triste, contrairement à ce que dit Tahar Ben Jelloun.

Les conditions de notre mondialisation sont telles que les migrations vont imposer un partage des richesses (l’hypothèse la plus incertaine) ou alors, des guerres, avec des guerres civiles ici ou là. Il faut prendre en compte le problème et ne pas se tourner vers les populistes et l’extrême droite en leur demandant d’être humains. Cela ne nous rapprochera pas de la première hypothèse : conserver la possibilité d’égaliser le partage de la planète de la façon la plus pacifique possible.

Documents joints à cet article

Migration-partage

Moyenne des avis sur cet article :  2.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

220 réactions à cet article    


  • Ben Schott 4 septembre 11:51
     
    Vous êtes ce qu’Audiard appelait une synthèse.
     


    • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 septembre 14:41

      @Ben Schott Merci. Quel Audiard ?


    • Cateaufoncel2 4 septembre 19:08

      @Orélien Péréol

      « Quel Audiard ? »


      Le vrai !

    • Orélien Péréol Orélien Péréol 5 septembre 17:09

      @Cateaufoncel2
      Quel vrai ? Celui de « faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages » ?


    • mmbbb 5 septembre 18:27

      @Orélien Péréol article de bisounours bien pensant Faite quelques etudes sur la Suede , ce pays s etant ouvert a une certaine immigration «  ce n’est pas une réalité triste, contrairement à ce que dit Tahar Ben Jelloun. » https://www.breizh-info.com/2018/03/23/92591/suede-rappeur-guerre-civile-stockholm
      J ai toujours ete etonnat de la cecite des intellos a moins que ce soit une tactique pour mentir .
      En France c ’est la concorde Je n ai pas lu votre article survole c ’est largement suffisant


    • Passante Passante 4 septembre 12:42
      il y a pas quarante ans, on empochait son passeport
      et on prenait sans fouille aucune quasiment,
      le premier avion ou train ou bagnole,
      on fumait presque jusque dans le cockpit
      avachi entre deux hôtesses, etc.

      aujourd’hui ? rien n’est mieux contrôlé que la circulation des personnes,
      rien d’aussi près, dans le monde.
      y’a qu’en europe qu’ils sont un peu babouins encore sur la question
      avec leurs shengen et autres balivernes...
      en cela l’eruope finit par fonctionner comme l’aspirateur naturel,
      n’hésitons pas : les chiottes du glouglou final avec leurs miroitements infinis

      tout se fige et seule la marchandise circule
      c’est pas un partage des richesses ni la richesse du partage
      c’est le spectacle
      comme séparation.

      alors après ça vous pouvez la touiller votre tasse, ça changera rien
      quand le liquide est froid il prend pas les particules,
      il les accumule juste en bas en magma
      c’est bête.

      • sirocco sirocco 4 septembre 14:00

        @l’auteur

        « La migration, c’est le partage des richesses en actes, par les faits, sans intervention étatique ou autre... »

         
        « La migration » en tant qu’action spontanée entreprise individuellement par un humain d’un pays pauvre vers un pays riche pour mieux « partager les richesses » (disons pour mieux gagner sa vie) a commencé depuis très longtemps et s’est déroulée dans des proportions acceptables (souvent, d’ailleurs, pour combler des besoins en main d’oeuvre).

         
        Les flux migratoires massifs (je préfère cette expression) sont des opérations assez récentes ne répondant à aucun besoin des pays destinataires, parfaitement organisées (on incite les candidats à l’exil), financées (ONG, bateaux, accueil...) et promues par une intense propagande médiatique (ARTE par exemple), dans le but de complètement déstructurer les pays européens en y imposant les haines communautaristes afin de leur faire perdre toute identité propre, pour mieux les contrôler politiquement et économiquement. Ces flux migratoires sont orchestrés par des courants impérialistes tels que le sionisme.


        • leypanou 4 septembre 17:26

          @sirocco

          et promues par une intense propagande médiatique (ARTE par exemple) : quasiment toutes les chaînes en font la promotion, publique comme privée.

          Ce qui est surtout scandaleux c’est que les gens sont obligés de participer à l’entretien de parasites dont ils n’ont pas demandé la venue.

          On ne peut qu"être furieux quand on entend parler de mineurs isolés : quelqu’un assez grand pour faire un voyage en traversant plusieurs frontières ne peut être considéré comme mineur.

          Pareil pour les prétendus victimes de guerre, car les victimes de guerre ne traversent pas plusieurs frontières mais seulement une, c’est ce que font des millions de Syriens, etc, etc.

        • Nobody knows me Nobody knows me 5 septembre 14:18
          @leypanou

          Pareil pour les prétendus victimes de guerre, car les victimes de guerre ne traversent pas plusieurs frontières mais seulement une, c’est ce que font des millions de Syriens, etc, etc.

          D’où la présence de nombreux réfugiés syriens en Allemagne, pays frontalier de la Syrie, tout le monde sait ça.
          Le nombre d’inventions à la seconde qu’on trouve ici, De Vinci en serait vert de jalousie.
          Etc, etc...

        • ZenZoe ZenZoe 4 septembre 14:22
          Pas d’accord avec votre conception de la migration-partage.
          Le partage n’est pas acceptable dès lors que l’une des deux parties se sent lésée ou forcée. Dans un partage, chacun doit y trouver son compte. Un chien qui vient manger dans votre gamelle de force sans rien vous donner en échange est un agresseur, pas quelqu’un qui veut « partager ».
          Une « migration-partage » ne vaut que si les arrivants apportent un plus indispensable, sinon, les hôtes sont en droit de la refuser.

          • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 septembre 14:45

            @ZenZoe
            Il n’y a pas à être d’accord ou pas. Les Vénézuéliens fuient le Venezuela en masse. Comment voulez-vous être d’accord ou pas ?

            Les migrations tentent sans cesse d’égaliser les richesses, comme les vents tentent sans cesse d’égaliser la pression atmosphérique. Les humains n’ont pas le choix d’être d’accord ou non.

          • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 15:00

            @Orélien Péréol
             Les Vénézuéliens fuient le Venezuela


            Leur gouvernement fout la merde et c’est les voisins qui dégustent , facile Emile , dans ce cas il faut qu’ils envahissent le Venezuela chassent le gouvernement et rétablissent une politique qui permette a tout le monde de vivre honorablement , trop facile moi si j’ai plus d’argent je vais envahir de force mon voisin ....


          • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 septembre 15:26

            @zygzornifle
            Je ne cherche pas à me mettre en colère et à formuler des jugements durs sur les autres. J’essaie de voir comment c’est, de quoi c’est fait. Je pense que c’est la meilleure façon de trouver des solutions.


            C’est peut-être facile et il n’est peut-être pas beau de faire des choses faciles, mais si vous n’aviez rien dans votre pays et que vous alliez dans un autre, vous seriez juste humain, voilà ce que je dis.

          • ZenZoe ZenZoe 4 septembre 16:45

            @Orélien Péréol

            Je parlais de votre terme de « migration-partage », pas des migrations.
            Les migrations se font, c’est juste, mais parler de partage est inapproprié.

          • Orélien Péréol Orélien Péréol 4 septembre 17:03

            @ZenZoe
            Je trouve au contraire que partage est le mot qui convient. On n’est pas obligé d’être d’accord.

            Que mettriez-vous à la place ?

          • S.B. S.B. 4 septembre 17:29

            Vol.   


          • Dom66 Dom66 4 septembre 18:22

            @Orélien Péréol

            No comment sauf ceci


          • sirocco sirocco 4 septembre 21:01

            @Orélien Péréol

            « Il n’y a pas à être d’accord ou pas. »

            C’est à dire : mettez-vous les hordes de migrants dans le fion sans vaseline, personne ne veut savoir si vous êtes d’accord ou pas. Macron connaît d’ailleurs très bien la réponse des Français s’il leur demandait leur avis sur les afflux d’envahisseurs. Quel mépris pour les veaux qui l’ont élu !

             
            « Les Vénézuéliens fuient le Venezuela en masse. Comment voulez-vous être d’accord ou pas ? »

            Cet exemple n’est pas transposable aux pays européens. 99,9 % des exilés qui nous arrivent ne manquaient pas de denrées de subsistance dans leurs pays d’origine. Ils étaient des glandeurs sans travail ? Certes mais ils n’en obtiendront pas davantage en Europe. Au mieux ils trouveront un job au rabais, le plus souvent ils se livreront à toutes sortes de trafics illégaux. Dans tous les cas, ils vivront des aides sociales du pays d’accueil.

            Le plus important, c’est que les migrants sont quasiment tous musulmans et qu’ils finiront par créer le chaos dans leurs pays d’accueil où ils ne sont évidemment pas assimilables. De quoi se frotter les mains pour ce fouteur de merde planétaire qu’est Israël qui planifie ces exodes et à qui obéissent la plupart des gouvernements européens (mais plus les Italiens, ni les Hongrois...)

             
            « Les humains n’ont pas le choix d’être d’accord ou non. »

            Vous avez une drôle de conception de la démocratie et de la capacité - théorique - de chaque peuple à prendre en mains sa destinée... Qui placez-vous au-dessus des « humains » pour leur imposer un tel calvaire ?


          • Cateaufoncel2 4 septembre 22:03

            @Orélien Péréol

            « Que mettriez-vous à la place ? »

             Invasion. Parasitisme.

            Puisque vous vous targuez de parler de réalité, dites-nous comment valoriser ces jeunes mâles qui viennent en Europe, bourrés d’illusions puériles, ayant fait le voyage parce qu’ils ne savent rien faire dans leurs pays où tout est à faire.

            Et ensuite comment traiter l’exaspération des peuples, qui commencent par exprimer leurs sentiments au moyen du bulletin de vote, avant de passer au fusil si les urnes ne se traduisent pas par les conséquences escomptées.

            Vous parlez de guerres et de guerres civiles, vous faites bien, parce que c’est ce qui nous attend si l’oligarchie immigrationniste et remplaciste*, croit que les peuples se laisseront dépouiller des territoires qu’ils ont reçu en héritage de leurs ancêtres et de leur identité culturelle.

            Cela dit, je vous laisse méditer sur l’extraordinaire popularité de Matteo Salvini, déambulant hier, sans escorte, dans les rues de Viterbe (70’000 habitants, à 60 km au nord de Rome).

            https://twitter.com/i/status/1036941366633410561

            * Ancien commissaire européen, ancien de chez Goldman-Sachs, du Gatt, de l’OMC, dirigeant du Bilderberg, Peter Sutherland (1946-2018) prenait la parole, le 20 juin 2012, devant une commission de la Chambre des Lords :

            « L’UE devrait « faire de son mieux pour saper » l’homogénéité "de ses États membres, a déclaré le représentant spécial des Nations unies pour les migrations.

            « Peter Sutherland a déclaré à ses pairs que la prospérité future de nombreux États de l’UE dépendait de leur capacité à devenir multiculturels. » Source : BBC

             

             

             


          • Nobody knows me Nobody knows me 5 septembre 14:13

            @Cateaufoncel2

            Et ensuite comment traiter l’exaspération des peuples, qui commencent par exprimer leurs sentiments au moyen du bulletin de vote, avant de passer au fusil si les urnes ne se traduisent pas par les conséquences escomptées.

            A priori, ceux-là il faudrait les soigner dans le meilleur des cas...

            Et les empêcher de mettre la main sur un fusil si il n’y a pas d’autre solution...


          • Nobody knows me Nobody knows me 5 septembre 14:45
            @sirocco

            C’est à dire : mettez-vous les hordes de migrants dans le fion sans vaseline, personne ne veut savoir si vous êtes d’accord ou pas.

            Ce que le monsieur tente de vous expliquer : c’est comme si vous disiez « l’été, il fait trop chaud, je ne suis pas d’accord ». Vous ne pourriez rien faire pour l’empêcher, c’est comme ça.
            Il faut avoir le crâne sacrément dur pour ne pas avoir encore compris l’inéluctabilité des vagues migratoires.

          • Cateaufoncel2 5 septembre 15:02
            @Nobody knows me

            « ...ne pas avoir encore compris l’inéluctabilité des vagues migratoires. »

            C’est sûr que si on prive les de souche de fusils, de mitrailleuses et de lance-flammes...

          • Nobody knows me Nobody knows me 5 septembre 17:58

            @Cateaufoncel2


            C’est un phénomène qui existe depuis que le monde est monde. Avant les fusils, les mitrailleuses, avant les gaulois et les « de souche ».
            Pour info, avant la sédentarisation, les hommes étaient des nomades...
            Les vagues migratoires étaient donc plus la norme que l’exception.

            Maintenant quand je vous lis, je me félicite que la détention d’armes soit plus contrôlée en France qu’aux Etats-Unis... Quand on file des armes aux « de souche », ils industrialisent la mort.

          • Cateaufoncel2 5 septembre 19:03
            @Nobody knows me

            « C’est un phénomène qui existe depuis que le monde est monde. »

            Ca n’a jamais mis en marche des dizaines de millions ou des millions de personnes, à « encastrer » au milieu d’autres dizaines millions de personnes.

            Et maintenant, il y a une mer à traverser et des phénotypes très reconnaissables. Selon le point de vue, ça complique ou ça simplifie les choses.

          • Nobody knows me Nobody knows me 5 septembre 19:20

            @Cateaufoncel2

            Vous pensez sincèrement qu’un bouseux avec une .22, ça va dissuader des migrants qui ont échappé soit à la guerre, soit à la famine, qui ont traversé la Méditerranée au péril de leur vie, qui ont échappé à Daesh, à Al Assad, ou à je ne sais quel autre tyran, qui ont parcouru des milliers de kilomètres à pied ?

            Et bien sûr que si, on doit pouvoir trouver des mouvements de population de cette ampleur, avec toutes les joyeuses fêtes qui ont eu lieu pendant le 20e siècle.

          • Cateaufoncel2 5 septembre 20:39
            @Nobody knows me

            « Vous pensez sincèrement qu’un bouseux avec une .22... »

            Vous savez qu’en Europe, il y a des armées, des policiers armés, des arsenaux, qui regorgent d’armes et de munitions, et des millions d’habitants qui ne veulent se laisser dépouiller ni de leur territoire, ni de leur identité, par des traîne-lattes complètement immatures qui croient débarquer au paradis, avant de se retrouver à ramasser des tomates pour trois euros de l’heure et à faire bondir les statistiques de la délinquance

            "...qui ont traversé la Méditerranée au péril de leur vie...« 

            Ca, c’est pour ceux qui réussissent à débarquer de l’autre côté. Elles sont quand même terriblement vulnérables, les embarcations qu’ils utilisent.

             »...qui ont échappé à Daesh, à Al Assad, ou à je ne sais quel autre tyran..."

            ...tout en parvenant à conserver les milliers d’euros nécessaires à la rétribution des passeurs, c’est d’un crédible comme scénario.

            Je ne suis pas surpris de constater que vous vous situez dans la ligne de ceux à qui on fait gober ça.

          • Nobody knows me Nobody knows me 6 septembre 10:04

            @Cateaufoncel2


            Ah bon ? Et il sortent d’où alors ces migrants ?
            Il n’y a selon vous aucune autre raison si ce n’est l’appât du gain à ces déplacements ?
             smiley

          • Nobody knows me Nobody knows me 6 septembre 10:23
            @Cateaufoncel2

            Je ne suis pas surpris de constater que vous vous situez dans la ligne de ceux à qui on fait gober ça.

            Crrrrrrfffssshhh !! Houston, pas de surprise de mon côté non plus, le côté militariste et pousse-au-crime, tout concorde.

          • Ben Schott 6 septembre 10:25

            @Nobody knows me

             
            Tu m’as l’air bien exalté, petit bonhomme. Vas ranger ta chambre au lieu d’embêter les grands !
             


          • Ben Schott 6 septembre 10:26
             
            Et si tu te tiens bien, on t’offrira ta carte au NPA, d’accord ?
             


          • Cateaufoncel2 6 septembre 13:20

            @Nobody knows me

            « Il n’y a selon vous aucune autre raison si ce n’est l’appât du gain à ces déplacements ? »

            Comment voulez-vous que je sache ce qu’il se passe dans la tête d’individus immatures que leur stupéfiante crédulité situe à l’âge mental de la croyance au Père Noël ?

            « Les enfants commencent dès le CP-CE1 à être rationnels et à raisonner. Ils sortent de la petite enfance, où l’imaginaire est tout-puissant et où les choses les plus extraordinaires sont possibles : pour eux, les fées, les dragons et le père Noël sont bien réels. Mais après cet âge, ils commencent à distinguer l’imaginaire de la réalité. » Béatrice Copper-Royer, psychologue clinicienne spécialisée dans l’enfance et l’adolescence – Francetvinfo.fr

            « Crrrrrrfffssshhh !! Houston, pas de surprise de mon côté non plus… »

            Votre « crédulité » à vous ne ressortit pas à l’âge mental, mais à votre argumentaire immigrationniste.


          • covadonga*722 covadonga*722 6 septembre 13:34

            @Nobody knows me
             yep , et moi je suis pour partager en deux , ceux qui partage avec la misère du monde 


            mon espace , ma cité , mes services , et les derniers jobs qu’ils nous reste ici en bas.
            C’est une évidence que la majorité des partageurs avec les exotiques appartiennent a la racaille éduquées qui sait ou saura s’éviter et éviter aux siens la concurrence de ceux qu’elle invite sur le palier des autres.Moi je vous parle depuis ma zus gangrenées par les islamistes et en voie de submersion par tout ce que les gvts européens et leurs collabos éduquées laissent
            envahir le sol national .Et je vous le dis tout net soit nous disparaîtrons comme peuple et nation soit une jacquerie sociale et identitaire se lèvera  et c’est 1793 qui attend votre classe éduquée et collaboratrice .

            asinus ; ne variatur 

          • Nobody knows me Nobody knows me 6 septembre 15:24
            @Ben Schott

            Tu m’as l’air bien exalté, petit bonhomme. Vas ranger ta chambre au lieu d’embêter les grands !

            Mais c’est qu’il a des burnes celui-là, dis-donc ! Il me tutoie et m’appelle « petit bonhomme » !!
            Commencez donc par vouvoyer les adultes que vous ne connaissez pas, on en reparlera.
            Mon exaltation me paraît relativement saine, vu les appels au meurtre qu’on peut lire ici ou là.
            Bon à part ça, vous avez un truc à dire sur le sujet ou vous êtes venu que pour la mailloche, en bon légionnaire fidèle à la cause suprémaciste ?
             smiley

          • Ben Schott 6 septembre 15:43

            @Nobody knows me

             
            Ça t’en bouche un coin (ne vois aucune allusion graveleuse), t’es pas habitué ! Ne t’inquiète pas, tu t’y feras, surtout si tu descends dans la rue pour défendre tes amis migrants (les futurs de Vinci – ou Montaigne comme disait l’autre con ! –).
             
            Va fleurir la tombe de Méric et calme-toi...
             


          • pemile pemile 6 septembre 15:59

            @Ben Schott « Ça t’en bouche un coin »

            De croiser la grand gueule de la cour de récrée ? smiley


          • Ben Schott 6 septembre 16:10

            @pemile

             
            Oui. Ça fait toujours du bien aux bruyants pré-pubères de tomber sur une plus grande gueule qu’eux !
             


          • pemile pemile 6 septembre 16:33

            @Ben Schott « Oui. Ça fait toujours du bien aux bruyants pré-pubères de tomber sur une plus grande gueule qu’eux ! »

            On est pas dans une cour de récrée et IRL les grandes gueules sont rarement dans l’action et assez souvent les plus péteux.

            C’est quoi ton projet pour gérer les réfugiés et les migrants économiques ?


          • Ben Schott 6 septembre 16:57

            @pemile

             
            D’abord on dit une cour de récré. Ensuite je ne sais pas ce que signifie « IRL ». Je suppose que tu es toi dans l’action, mais laquelle ?
             
            Ensuite, sur « mon » projet pour « gérer » (!), déjà comprendre qu’il ne s’agit pas de migrants « économiques » (ou à la marge, une cerise sur le gâteau), mais d’un projet mondialiste conscient qui implique bien plus que des bouleversements économiques.
             


          • pemile pemile 6 septembre 17:05

            @Ben Schott « d’un projet mondialiste conscient »

            A expliquer ! Mais dans ce cas, attaque toi à la cause et pas aux effets, non ?


          • Ben Schott 6 septembre 17:10

            @pemile

             
            On s’attaque aux effets pour soulager la douleur et aux causes pour guérir.
             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès