• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Politique et neuroscience

Politique et neuroscience

La nomination de Stanislas Dehaene comme président du Conseil scientifique de l’enseignement illustre la volonté du pouvoir actuel de faire jouer à la neuroscience un rôle politique. Qu’en penser ? La neuroscience est-elle une science de la conscience recevable ? Ne peut-il y avoir une réflexion et une recherche sur la conscience hors d’elle à laquelle le monde politique devrait d’abord s’intéresser ?

La science et la politique ont rarement fait bon ménage. Galilée abjurant sa thèse sur la rotation de la terre autour du soleil sous la menace de l’inquisition est devenu l’emblème d’une science soumise à l’autorité d’une théocratie. Trois siècles plus tard, à Moscou non plus à Rome mais toujours au sein d’un système où la politique se soumet à l’idéologie, Lyssenko, soutenu par Staline, promeut au rang de théorie officielle opposée à la « science bourgeoise » une théorie pseudo-scientifique sur l’hérédité. Du même coup, il fait interdire d’enseignement les travaux de Mendel sur le même sujet, travaux dont la validité est maintenant universellement reconnue.

L’invasion de la neuroscience

Bien sûr de nos jours, notre république ne ferait pas taire Mandel ou Galilée mais son rapport à la science en est-il devenu sain pour autant ? Ce n’est pas sûr. Par peur de la soumettre, voilà qu’elle s’y soumet. Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au collège de France, élu par des magazines comme pape du cerveau, est devenu président d’un conseil scientifique de l’éducation. Les théories qu’il développe sont en passe de faire loi en matière de pédagogie.

Dehaene n’est pas Lyssenko et Macron n’est pas Staline. Mais le domaine concerné se rapproche de nous crucialement. Ce n’est plus comme il y a trois siècles l’espace et le mouvement des corps célestes, ce n’est plus la question de l’hérédité qui ne concerne pas plus les hommes que les plantes, c’est quelque chose qui nous est intérieur au plus profond, qui est au coeur de notre vie, de notre signification, de notre humanité : notre conscience.

L’enjeu de la prise de pouvoir qui est en train de s’opérer semble échapper à tout le monde. La mise en place du conseil scientifique de l’éducation ne pourrait être qu’une étape du régentement par la science des individus. Ce n’est plus seulement la manière d’apprendre qu’elle irait contrôler, c’est la manière de se comporter, c’est la santé mentale. Dans le numéro 100 de « Cerveau et Psycho », Laurent Cohen, professeur de neurologie, et Christophe André, psychiatre, célèbrent ce qui n’est rien d’autre qu’une fusion de la neurologie et de la psychiatrie, cette dernière discipline étant appelée à disparaître au profit de la première. Plus de psychiatres bientôt dans les tribunaux mais des neurologues ayant seuls en charge de déterminer le niveau de responsabilité des accusés. Après l’éducation, c’est la justice qui est en passe d’être réglée par la neuroscience et avec elle peut-être le système pénitentiaire. Sébastien Bohler, rédacteur en chef de la revue « Cerveau et Psycho » que j’évoquais tout à l’heure, parle de neurodroit et de neuroéconomie en célébrant la révolution qu’apportera la neuroscience. C’est assez au moins pour montrer quelle place prépondérante elle vise à occuper dans tout le champ du politique. C’est assez surtout pour dire qu’il est temps que les politiques réagissent à son envahissement.

Une théorie erronée

Mais avant de réagir, il faut s’interroger. Si la théorie connexionniste de l’espace de travail conscient qui est celle à laquelle se résume l’approche neuroscientifique de la conscience apparaît indubitablement, définitivement juste, pourquoi s’alarmer ? Pourquoi au contraire ne pas se réjouir de voir de nouvelles formes d’intervention, de nouvelles réformes s’appuyer sur les certitudes de la science et non sur des idéologies subjectives et faillibles ? Certes des enseignants dépourvus ni d’expérience ni de sagacité se sont interrogés avec scepticisme sur le lien qu’il y aurait entre une théorie neuroscientifique même solidement établie et des recettes pédagogiques plutôt disparates et assez rudimentaires qu’on voudrait imposer en son nom. Mais je ne veux pas apporter mon grain de sel à un débat qui en est déjà saturé. Je préfère, avec Pierre Jacob, philosophe spécialiste des sciences cognitives ( 1 ), m’intéresser à la théorie sur la conscience de Stanislas Dehaene.

Dans son livre, « Le code de la conscience »( 2 ), le neuroscientifique présente sa théorie comme celle de « l’espace de travail neuronal global »( 3 ). Il précise que la conscience surgirait directement de « l’activité coordonnée des réseaux neuronaux »( 4 ). A la fin de son ouvrage, il illustre le fond de sa pensée en prétendant qu’on pourrait construire des ordinateurs conscients où des applications informatiques spécifiques pourraient communiquer entre elles « dans une sorte de presse-papier universel et autonome : l’espace de travail global » ( 5 ). Les sensations, les émotions, toute la réalité affective constitutive de l’expérience consciente subjective et intime que les philosophes ont appelé les « qualia » (6 ) serait le pur produit de cette activité intégrée et pourrait donc surgir dans une machine pourvue de de ces trois fonctions essentielles : « la communication flexible, la plasticité et l’autonomie »( 7). La pensée de Dehaene se distingue donc assez peu dans son principe de celle du philosophe américain Dennett pour qui la conscience est produite uniquement par un mécanisme computationnel.

Dans son article « Philosophie et neuroscience : le cas de la vision » ( 8), Pierre Jacob enfonce dans cette théorie un coin qui me paraît décisif. Contrairement à Dehaene, il reconnaît le bien fondé d’une opposition entre l’expérience consciente subjective (le quale) et les propriétés neurophysiologiques du cerveau. Il s’intéresse particulièrement à cette distinction dans le cas de la vision humaine, s’appuyant « sur un ensemble cohérent de données expérimentales issues de l’électrophysiologie du singe éveillé, de l’étude des dissociations neuropsychologiques chez les patients humains cérébrolésés et de l’étude psychophysique de sujets humains normaux. » (9)Ecoutons ce qu’il dit à propos des déficits visuels :

« Au cours des années 1980-1990, deux sortes de déficits visuels complémentaires et connus depuis des décennies ont été systématiquement comparés : l’ataxie optique et l’agnosie visuelle de la forme. Ils constituent ce que les neuropsychologues nomment une « double dissociation ». le premier déficit est produit par une lésion dans les aires pariétales supérieures (c’est à dire la voie dorsale). Le second déficit est produit par une lésion dans les aires inféro-temporales (c’est à dire la voie ventrale). Chez les patients ataxiques optiques, le transport de la main au voisinage d’un objet à saisir et la conformation de la pince digitale destinée à saisir l’objet sont perturbés par le déficit visuomoteur. Mais ces patients reconnaissent la forme, la taille et l’orientation des objets qu’ils éprouvent des difficultés à saisir. Les patients agnosiques ne peuvent pas reconnaître visuellement la forme, le contour, l’orientation et la taille des objets, mais ils sont capables d’actions manuelles visuellement guidées et dirigées vers des objets. Si les patients agnosiques, et surtout ceux qui n’ont qu’une vision résiduelle (ou « aveugle »), ne recevaient aucune information visuelle sur la taille, l’orientation et la forme de la cible, ils ne pourraient pas la saisir efficacement. On pourrait nier qu’ils voient les objets qu’ils parviennent à saisir. Je préfère dire qu’ils voient la taille, l’orientation et la forme d’un objet sans les percevoir, c’est à dire sans en être visuellement conscients. »( 10 )

Cette conclusion d’étude différencie clairement deux systèmes perceptifs à partir de la réception sensorielle des yeux. Un premier système qui passe par le quale de l’image : l’observateur voit au sens propre du mot l’objet observé, il en a une image consciente. Un second système qui ne passe pas par le quale de l’image : l’observateur ne voit pas au sens propre du mot, il n’a pas une image consciente de l’objet observé ni de l’espace dans lequel il se situe mais il peut le saisir comme s’il le voyait et en utilisant des informations qui passent forcément par le système visuel. Dans les deux cas, il y a une activité neuronale. Dans les deux cas, les informations qui peuvent conduire à la perception de l’objet ou à sa préhension passent par l’activité cybernétique des connexions, la libération selon un algorithme donné des potentiels d ‘action, donc par une mécanique qu’on peut qualifier de computationnelle ou de numérique. Mais dans un cas, cette mécanique est corrélée à l’apparition d’une image et, dans un autre, elle ne l’est pas. Donc l’idée que cette mécanique soit productrice de l’image apparaît à l’évidence fausse.

On pourrait dire que, dans un cas, celui du déficit visuel conduisant à la « vision aveugle », cette mécanique ne joue pas complètement pour la raison du déficit d’informations parvenant par la voie ventrale, que l’image ne peut apparaître que si existe une totalité d’informations visuelles numériques intégrées. Mais alors, comment expliquer que, dans le cas de l’agnosie, l’image perçue ne puisse pas permettre à l’observateur de saisir le moindre objet ? Dehaene parle dans « Le code de la conscience » d’un « Picasso éviscéré » (11) pour expliquer ce à quoi justement ne ressemble pas l’image perçue grâce à l’activité d’intégration des contenus informationnels qui la constituent. Je ne peux que reprendre ici, sous l’autorité de Pierre Jacob, ce que je lui ai déjà répondu. : « Différentes formes d’agnosie consistant dans un déficit de la reconnaissance des formes, des couleurs, de l’orientation des objets peuvent justement faire ressembler la vision de certains patients à un « Picasso éviscéré » mais n’empêchent nullement le surgissement d’une réalité visuelle à la conscience »( 12 ). C’est là une nouvelle raison de penser que la mécanique computationnelle n’est pas celle qui engendre le quale de l’image.

Qu’elle ne soit pas celle qui engendre toute autre espèce de quale, qu’elle ne soit pas celle qui engendre tout simplement la conscience, le somnambulisme en apporte une preuve nette. Les sujets qui en sont atteints peuvent non seulement marcher les yeux ouverts en évitant les obstacles mais, par exemple, ouvrir un frigo et se servir à manger. Non seulement dans de très nombreux cas, au moment d’un réveil brutal ou après coup, ils reconnaissent n’avoir eu aucune conscience de leur vécu particulier mais une étude récente a montré qu’ils pouvaient être totalement insensibles à une douleur cuisante comme celle d’une fracture, qui ne se révélait à eux qu’à leur réveil (13 ).

Bien sûr les somnambules ne sont pas de purs « zombies »(14). S’ils peuvent parler et même écrire, leurs « performances » sont toujours limitées dans le temps et ressemblent plus souvent à celles d’un enfant ou d’un fou qu’à celles d’un homme réfléchi. Mais on est sûr que la mécanique computationnelle à l’oeuvre chez le sujet conscient l’est aussi chez eux, conduisant leur perception, leur permettant de se mouvoir, de s’orienter, d’agir de façon efficace jusqu’à un certain point. Et cela suffit donc à démontrer que ce n’est pas cette mécanique-là qui produit le quale, l’expérience consciente subjective qu’évoquait Pierre Jacob.

Quelle serait cette mécanique ? Ayons l’humilité et l’honnêteté de dire que l’on ne la connaît pas encore. Peut-être tout simplement qu’elle n’existe pas. Que ce qui donne substance aux sensations, aux émotions, aux désirs, aux plaisirs, aux souffrances, à l’effort provient d’une réalité transcendante dont certains métaphysiciens, mystiques ou religieux pourraient parler avec pertinence mais qui serait à tout jamais exclu du champ de la recherche scientifique. Mais peut-être aussi qu’elle existe bel et bien, et aussi précisément que l’autre. Cette mécanique (et c’est là toute la difficulté !) pourrait intervenir presque toujours conjointement avec l’autre et reposer au moins pour partie, comme elle, sur l’activité des neurones. Mais au lieu que la mécanique computationnelle se base sur la transmission ou le blocage de potentiels d’action selon une logique binaire, cette mécanique se baserait sur la fréquence de chaque potentiel d’action et sur la modulation de champ magnétique que l’activité coordonnée de tous produirait dans le temps. Cette mécanique serait directement liée à l’activité de forces affectives primaires selon un rapport analogique et produirait leur modulation conjointe. De cette conjonction et de cela seul, naîtrait le quale, l’expérience consciente subjective. J’ai qualifié cette mécanique de moduliste et j’ai donné le nom de modulisme à l’hypothèse qui la soutient.

La recherche sur la conscience doit devenir un sujet politique essentiel

Mais mon propos n’est pas ici de ré-expliquer mon hypothèse psycho-physique sur la conscience. Je l’ai exposée en détail par ailleurs ( 15 ). Mon propos est avant tout politique. Et il est temps de le dire maintenant, la neuroscience qui semble désormais se baser toute entière sur la théorie de « l’espace de travail neuronal global » de Dehaene doit être jugée comme une mauvaise approche de la conscience. Pour s’en convaincre, il suffit de relire Dehaene lui-même commentant le philosophe Chalmers :

« Une fois revisité à l’aune des neurosciences cognitives et de l’informatique, le problème difficile de Chalmers s’évaporera sans laisser de traces… Dans quelques décennies, la notion même de qualia, ces quanta d’expérience pure, dépourvus de tout rôle dans le traitement de l’information, sera considérée comme une idée étrange de l’ère préscientifique... »(16) J’avoue n’être pas prophète contrairement à Monsieur Dehaene qui connaît aussi bien l’opinion prépondérante dans quelques décennies que la façon dont on fabriquera des ordinateurs pourvus de conscience. Je peux seulement comme tout un chacun me tourner vers le passé et dire qu’on n’a jamais vu de prétendus savants mépriser à ce point l’objet de leur science qu’ils le dépouillent de tout contenu. Les qualia, Monsieur Dehaene, ce n’est pas seulement l’expérience sensorielle et sensuelle, ce sont les émotions, les sentiments, la force éprouvée du désir, de la volonté, de l’effort et même les idées qui, sorties de la conscience, ne sont que des abstractions, des coquilles creuses. Ce sont eux et eux seuls qui constituent la conscience, une réalité dont vous n’avez encore jamais pu parler et dont de futurs ordinateurs, si bien pourvus de « communication flexible, de plasticité et d’autonomie » qu’ils soient, ne pourront jamais produire que des fantômes.

S’il paraît scandaleux de confier un pouvoir à la tête d’un conseil scientifique à quelqu’un qui tient des propos aussi aberrants, la façon dont les fonds publics consacrés à la recherche en matière de neurologie sont accaparés par la neuroscience me paraît également poser un grave problème. J’ai essayé de montrer ici qu’il y avait au moins une autre hypothèse scientifique alternative pour expliquer le mécanisme qui produit la conscience. Il y en a bien sûr plusieurs autres. Mais toutes ces hypothèses ont besoin de se frotter à la recherche expérimentale et donc de recevoir des moyens pour cela. Un seul exemple : mon hypothèse moduliste nécessite d’examiner très finement la forme de modulation du champ magnétique corrélée avec tel ou tel ressenti et il faudrait sans doute améliorer pour cela les performances des magnétoencéphalographes. La recherche en matière scientifique n’a de réelle valeur que si elle permet de confronter des équipes de chercheurs travaillant sur des hypothèses concurrentes. Vu l’importance je le répète cruciale du sujet, cela doit être peut-être plus qu’ailleurs le cas en neurologie.

Non seulement les partis au pouvoir mais tous les partis politiques devraient inclure la réflexion sur la conscience dans leur vie interne comme ils incluent par exemple la réflexion sur le climat et l’environnement, même si, à l’heure actuelle, la nécessité ne s’en fait pas aussi dramatiquement sentir. Des équipes de militants passionnés par le sujet pourraient travailler de pair avec des philosophes, des psychologues, des psychiatres, des neurobiologistes (17 ) pour dresser en quelque sorte un état des lieux des hypothèses présentes qui ont besoin d’avoir recours à la recherche, pour réfléchir sur la façon équitable de financer ces recherches, pour envisager peut-être des réformes des instituts de recherche eux-mêmes comme le CNRS.

La politique se doit d’empêcher l’invasion de la neuroscience qui se considère faussement comme une science de la conscience humaine. Mais elle doit aussi, de toute urgence, favoriser la réflexion et la recherche pluraliste sur un sujet essentiel à notre humanité.

 

1-Pierre Jacob est maître de recherche au CNRS et directeur de l’institut Pierre Nicot.

2-publié chez Odile Jacob en 2014

3 et 4- Code la conscience, p.222

5-ibid p.354

6- Le mot « qualia » est le pluriel du mot « quale ». Quale est la forme neutre du pronom indéfini latin qualis. On pourrait traduire quale par la chose telle quelle, la chose en soi, la chose dont on parle ici étant un fragment de conscience.

7-Code de la conscience, p.353

8-publié en 2004 aux éditions Ophrys au sein d’un ouvrage collectif intitulé : « La Philosophie cognitive », rédigé sous la direction d’Elisabeth Pacherie et Joëlle Proust.

9-La Philosophie cognitive, p.208

10-Ibidum, p.217-218

11-Le Code la conscience, p.244

12’-https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/stanislas-dehaene-nous-a-t-il-170388 

13-https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sommeil/le-paradoxe-du-somnambule-il-souffre-de-migraine-mais-ne-ressent-pas-la-douleur_102249 

14- « Chalmers suggère qu’on peut imaginer des êtres dénués d’expérience consciente subjective – les zombies – qui seraient physiquement et fonctionnellement indiscernables d’êtres conscients », Pierre Jacob, La Philosophie cognitive, p.207

15-https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-niche-pour-la-conscience-2-2-177798 

16-Le Code de la conscience, p.356

17-J’aurais pu ajouter à cette énumération des physiciens. La physique me semble avoir quelque chose à dire sur le mécanisme qui conduit à la conscience.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • math math 21 octobre 06:50

    Sur la photo, on découvre deux experts expliquant leur découverte sur le produit miracle qui fait repousser les cheveux… smiley


    • Le421 Le421 22 octobre 08:26

      @math

      la théorie connexionniste de l’espace de travail conscient

      J’ai bien aimé.
      Puis, je me suis cassé !!  smiley


    • clément dousset clément dousset 22 octobre 15:42

      @Le421 Dommage !


    • L'Astronome L’Astronome 21 octobre 08:58
       
      « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », bien sûr. Quand l’homme fabrique un appareil, aussi perfectionné soit-il, ce n’est que de la matière. Quand Dieu a créé l’homme à partir de la glaise (la matière), il souffla sur lui pour l’animer (= lui donner une âme). Et le souffle, ici, symbolise l’Esprit. Soyons assez humble pour reconnaître qu’il faut une part d’Esprit pour créer la conscience.
       

      • L'Astronome L’Astronome 21 octobre 10:29

         @cassini

         
        Tout expliquer, tout rationaliser, n’est-ce pas aussi une « ruine de l’âme » ?
         

      • L'Astronome L’Astronome 21 octobre 10:32
         
        @cassini
         
        J’ai mis « humble » au singulier, car il faut entendre : soyons, chacun de nous, assez humble...
         

      • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 octobre 11:40

        Bonjour,

        Pour info, quelques pistes alternatives
        Ces travaux sont prometteurs mais je n’ai toujours pas les moyens pour les enseigner et poursuivre ces recherches. Les scientifiques ne sont pas curieux hélas, et très conservateurs, même les physiciens qui affichent un look de métalleux à la longue crinière

        • JL JL 21 octobre 13:33

          Bonjour clément dousset,

           
          « Chalmers suggère qu’on peut imaginer des êtres dénués d’expérience consciente subjective – les zombies – qui seraient physiquement et fonctionnellement indiscernables d’êtres conscients »
           
           Non seulement je suis entièrement d’accord avec Chalmers, mais je dirai même plus : d’une part, on ne saura jamais faire mieux ; d’autre part, c’est là le danger.
           
           En effet, les ordinateurs, instruments de pouvoir par excellence ont fait illusion un temps. Aujourd’hui, ils n’impressionnent plus personne. Les IA sont en passe de prendre la relève. Et la conscience serait le Graal des IA ; un rêve d’Armageddon en quelque sorte.

          • zygzornifle zygzornifle 21 octobre 15:21

            Vu leurs cranes la neuroscience ne pourra rien pour eux !!!!!


            • EL Yagoubi 22 octobre 05:24

              Neuroscience de Stanislas Dehaene ou support de l’idéologie du néo-être

              « S’il paraît scandaleux de confier un pouvoir à la tête d’un conseil scientifique à quelqu’un qui tient des propos aussi aberrants, la façon dont les fonds publics consacrés à la recherche en matière de neurologie sont accaparés par la neuroscience me paraît également poser un grave problème. »


              Je ne suis pas une personne si importante pour porter un regard différent sur l’indépendance ou au moins à l’autonomie de la recherche en France. Mes expériences dans le système de recherche dans les universités françaises sont largement suffisantes pour dire qu’il n’y a pas d’autonomie. surtout dans les soi-disant sciences sociales, psychologiques et dans les différentes variantes qui portent sur des processus et des représentations. 


              Je suis si stupéfait de voir partout dans la presse conventionnelle et aussi sur des sites des cascades ininterrompues des articles de bas niveau sur ce qu’on a appelé « intelligence artificielle », - un véritable hold-up du sens de l’intelligence - , des neurosciences, des sciences cognitives sans pour autant pouvoir se servir d’une hygiène épistémologique si minime qu’elle soit pour au moins comprendre les objectifs de cette offensive relayée par des médias dans une posture de la perfection de l’ignoble.


              La valorisation politique des neurosciences comme il est plus ou moins témoignée dans cet article s’inscrit dans une vision qui par ses pesanteurs concourt sous couvert de recherche scientifique ou des acquis scientifiques à la base des expériences n’est qu’une tentative de braquage de tout ce qui fait sens, conscience, représentations, intention, significations, etc. fondements mêmes de ce qui fait le propre de l’humain. C’est une véritable élection du scientisme dans un concert insipide.


              Point besoin d’être un chercheur rémunéré par le système pour comprendre pourquoi ce regain d’intérêt à cette idéologie, le scientisme dans la sphère politique, médiatique et même dans certains milieux de recherches.

              Bien que des recherches et des publications de haute factures scientifiques et intellectuelle soient plus visibles et anciennes quand on quitte les entiers battus, il n’en demeure pas moins qu’elles sont toujours de références incontournables dans la compréhension du contexte scientifique et épistémique dans le domaine des sciences cognitives et les disciplines constitutives de ce complexe.

              Je suis surpris de voir cette ignorance volontaire de taille en France alors elles sont très exploitées et mises à l’épreuve en dehors de la sphère francophone.


              Parmi ces références anciennes, je cite :


              1. Jerry Fodor (1983). La modularité de l’esprit.

              2. Howard Gardner (1985/1993). Histoire de la révolution cognitive. La nouvelle science de l’esprit.

              3. Phillip Nicolas Johnson-Laird (1983/1993). L’ordinateur et l’esprit.

              4. Francisco Varela (1979/1989). Connaître les sciences cognitives.

              5. Steven Pinker (2000). Comment fonctionne l’esprit.

              6. Jean-François Richard (1991) Les activités mentales.

              7. Etc.

                Monsieur Stanislas Dehaene comme président du Conseil scientifique de l’enseignement n’apportera rien de plus à part l’institutionnalisation forcée du scientisme pour criminaliser le sens et l’esprit à défaut de les reconnaître. Se réfugier derrière les neurosciences qui ne sont qu’une composante parmi d’autres des sciences cognitives, est le propre même de l’idéologie du réductionnisme alors que ces mêmes sciences font appel à l’interdisciplinarité pour mieux comprendre comment fonctionne l’intelligence dans ses dimensions multiples et comment des représentations symboliques en tant que produit et processus se construisent pour créer sens et conscience (Howard Gardner, 1993).

                Il est encore étonnant de voir cette soi-disant science se prostitue au politique pour exercer un impérialisme sur le reste et ouvrir une voie royale pour pathologiste au-delà de psychiatriser tout système intentionnel qui ne correspond pas aux normes scientistes.

                L’objectif des neurosciences est de neutraliser le sujet de ses pesanteurs anthropologiques pour l’inscrire dans le néo-être.

                Pour ma part, je m’inspire de la poésie dans la compréhension et l’explication.

                « Quoi plus éprouvant que se rendre visite à soi-même » Mahmoud Darwich (1941-2008).


              • clément dousset clément dousset 22 octobre 05:55

                @EL Yagoubi merci pour ce commentaire développé qui rejoint mon propos sur le caractère invasif et pernicieux que peut prendre la neurobiologie quand elle est accaparée par une théorie fallacieuse.


              • L'enfoiré L’enfoiré 22 octobre 10:38
                @EL Yagoubi

                L’étude du cerveau, je l’avais présentée en 2014 dans mon article « Presque humain ».
                Tout comme le cœur humain a fasciné au 20ème siècle, le 21ème, pourait être celui du cerveau.
                Tout a été mis dans la balance financièrement pour cela.
                Si c’est pour guérir des maladies comme Alzheimer, Parkinson et autres... pas de problèmes, si c’est pour mettre l’emprise de certains hommes sur d’autres, là, réside le point négatif.
                L’IA n’est actuellement pas une intelligence artificielle, c’est seulement
                une intelligence humaine mise en logarithmes et de chaines de réactions à une action donnée.
                Cette intelligence deviendra artificielle le jour où la créativité de la machine changera la donne par intuition et par déduction en fonction du big data à sa disposition.
                Là, l’homme sera dépassé...


              • EL Yagoubi 22 octobre 18:08

                @clément dousset


                La neurobiologisation du fonctionnement intellectuel et de l’intelligence conjuguée au politique n’est pas un effort scientifique investi pour comprendre ce fonctionnement mais par ses pesanteurs idéologiques dissimulées sous la rubrique de « recherche scientifique » n’est qu’un feu vert donné aux agents de conformité pour « légitimer » l’éradication de la différence dans l’acter de penser et de prendre conscience. C’est le propre même du paradigme des recherches en France dans tous les domaines. Elles ne sont pas autonomes dans leur fonctionnement et non plus indépendant dans leurs objectifs. Elles sont dépendant de leurs commanditaires. J’ai aimé bien développé ce que je sais mais ce qu’on ne sait pas est plus important de ce qu’on connait. Les « chercheurs » en neurosciences ont pour ambition de transformer leurs résultats en des certitudes dogmatiques. Cette entreprise est une négation du sens de la recherche et de la connaissance.

              • L'enfoiré L’enfoiré 22 octobre 10:20
                Bonjour Clément,

                 Bonnes questions, merci de les avoir posées (ajouté en commentaire à ce sujet que j’ai traité récemment dans « La science des neurones »)
                  smiley

                • Self con troll Self con troll 22 octobre 14:39

                  Ca fait du bien un article qui ne cherche pas de quel bulletin sortira le bonheur.

                  Je n’ai pas vu Benassayag, que je ne connaissais pas jusqu’à récemment dans vos références. Il rejette lui aussi cette tentative de mettre l’introspection sous la coupe des neurosciences.
                  L’individu qui accepte le paradigme scientiste peut penser qu’il suffit de lui adjoindre une grosse capacité calculatoire pour qu’il soit le monde à lui tout seul. Super-manipulateur est celui qu’il voudrait être.

                  Cette neuroscience vue comme la possibilité de dilater notre coquille a donc bien les propriétés clivantes dont vous dénoncez l’usage politique.


                  • clément dousset clément dousset 22 octobre 16:03

                    @Self con troll J’avoue que je ne connaissais pas du tout Benassayag. L’article que Wikipedia lui consacre évoque un homme à l’engagement politique fort et courageux mais ne dit pas grand chose sur sa position philosophique vis-à-vis de la neurobiologie et de la conscience. J’essaierai de trouver le temps de m’y intéresser. 


                    Votre position que je rapproche de celle de la plupart des intervenants ici : L’Enfoiré, El Yagouchi, JL ou L’astronome me montre que nous sommes au moins quelques uns à refuser cette espèce d’OPA de la neuroscience sur la conscience, OPA qui pourrait d’ailleurs porter un jour sur toute la société.

                    Même si quelqu’un comme Dehaene ne semble pas du genrte à vouloir accepter le débat avec ceux qui n’ont pas ses titres, même si ceux qui pourraient intervenir avec l’autoriité de leur savoir et de leur notoriété (je pense à Jacob par exemple) sont désolément silencieux, je pense qu’il ne faut pas se laisser intimider.

                    Pour ma part, j’entends parler autant que je peux là où l’on me permet de le faire et, sans vouloir être simpliste, essayer de simplifier le débat pour le faire porter immédiatement sur l’essentiel. Il y a bien une mécanique computationnelle qui fonctionne dans le cerveau. Mais cette mécanique-là ne produit pas les qualia. Et, sans les qualia, il n’existe pas de conscience. Donc la neuroscience qui, avec Dehaene, ne reconnaît que cette mécanique ne parle pas de la conscience. Et comme elle veut faire croire le contraire (Le « code de la conscience »), elle se place à son origine même en position d’abus. Plus on sera nombreux à le dire et mieux ça vaudra...

                  • #Shawford #Shawford 22 octobre 16:45

                    @clément dousset

                    Bonjour Self, bonjour Clément.

                    Benasyagag se tient surtout à l’ecart de tout mouvement politique traditionnel.

                    Plus que la question quelque part déjà restrictive de la conscience (selon l’angle de vue matérialiste et mecaniciste qui prévaut dès que la science est interpellée) il s’attache à la question du vivant qui ne peut être (re)construit et circonscrit par quelque procédé que ce soit.

                    Pour le résumer, le vivant ne « s’appartient pas », il n’est qu’interaction ininterrompue et continue avec l’environnement.

                    Ps : Self, tu aurais pu aller lire cet auteur depuis le temps. Tu aurais du te douter que j’aurais pas proposé en temps voulu la recension promise. smiley


                  • Self con troll Self con troll 22 octobre 23:54

                    @#Shawford
                    Mais si, j’avais noté ce nom (Benasayag) sur un certain forum parallèle. Mais il a fallu une pichenette hormonale pour me décider à plonger dans son vocabulaire.

                    Pour les fainéants, voici quelques réflexions sur son livre «  Cerveau augmenté, humain diminué  »

                    En pratique, il faudrait que chacun réalise que dans le monde merveilleux du clickodrome :
                    « Je ne fais pas ce que je choisis, je fais ce qu’on m’offre. »


                  • #Shawford #Shawford 23 octobre 07:45
                    @Self con troll

                    Tu l’as noté et même donc bien lu, encore mieux ! smiley

                    Et au vu de l’interview en référence que tu as relevé, et en particulier la citation de ses propos que tu reproduis ici, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sert bien et fidèlement ton propos, ce brave, lumineux et honnête homme ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès