• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La Création : les deux récits du Pentateuque témoignent de nos lointaines (...)

La Création : les deux récits du Pentateuque témoignent de nos lointaines Racines : Egypte Antique, Babylone, Perse

Thème des Religions. Les Textes du Pentateuque contiennent des récits & concepts qui ressemblent fortement à ceux de Civilisations antérieures. C'est le phénomène naturel du syncrétisme : des éléments provenant d'autres groupes humains, pris tels quels (ou plus souvent réinterprétés), viennent à former une nouvelle 'strate' dans les textes du groupe considéré, pour former un 'nouveau tout'.

Pour le point des deux histoires de la Création que propose le Pentateuque (Genèse 1 et Genèse II), les antériorités de certains aspects issus de la Mésopotamie et de l'Egypte Antique me semblent clairement établies. C'est l'objet principal de ce bref article.

Pour le Christianisme, la 'strate' Perse s'y ajoute 'en Majesté'. Et bien des éléments essentiels de Morale et d'Ethique de l'Egypte antique se sont retrouvées intégrées à celles Judéo-Chrétiennes, qui se les sont appropriées. Nous y reviendrons lors d'une autre occasion.

JPEG

( la croix ansée, symbole de la vie en Egypte Antique )

 

>>> LES DEUX RECITS DE LA CREATION DU PENTATEUQUE

 

Peter Enns (théologien évangélique) explique que « Les descriptions bibliques de la création et du déluge sont des textes anciens qui répondent à des préoccupations anciennes dans le cadre d’un mode de connaissance ancien.  » d'où « la nécessité de replacer la Bible dans son contexte ancien. » ( 1 )

Il rejette cependant l'idée que ces descriptions aient été empruntées à des peuples voisins ou antérieurs. Je suppose qu'il veut dire par là qu'il n'y a pas eu de 'copiage' volontaire. C'est-à-dire que ces récits et traditions initialement apparues en un endroit imprégnaient des populations voisines et/ou successives, qui se les sont appropriées. C'est ce que l'on appelle je crois le syncrétisme, un phénomène naturel universel.

Les fouilles archéologiques de la vaste bibliothèque du roi Assourbanipal (7 s. BCE)(*) a ''ouvert une fenêtre" sur les lois, récits et légendes du Proche Orient. Ces textes écrits en Akkadien sur des tablettes d'argile, témoignent de cultures précédentes, étalées sur plusieurs millénaires.

 

> La Création selon Genèse 2

 

Enns nous dit que le récit de l' Epopée d' Atrahasis (datée du XVII s. BCE) (*), celui de l'épopée de Gilgamesh (différentes variantes, à partir du XVIII s. BCE), et la Genèse 2 > 9 ont "beaucoup en commun".

En outre, Atrahasis est très semblable à Noé.

 

La comparaison de l'Epopée d'Atrahasis et de la Genèse a fait l'objet de travaux de plusieurs éminents spécialistes. ( 4 ) Peter Enns en synthétise les SIMILARITES :

Atrahasis  : agriculture par irrigationGenèse : le jardin d’Eden est irrigué par l’eau

Atrahasis :les dieux inférieurs (Igigi) sont des agriculteurs. Genèse : Yahweh plante un jardin.

Atrahasis  : les dieux supérieurs (Annunaki) jouissent de privilèges de rang divin. Genèse : Yahweh a un jardin privé, avec des arbres spéciaux de la vie et de la sagesse

Atrahasis : Les premiers hommes (Lullu) sont créés comme des travailleurs pour les dieux. Modelés à partir de l’argile et du sang des dieux rebelles, et créés implicitement immortels (pas de mort naturelle). Genèse : le premier homme (ha-adam) a été créé pour prendre soin du jardin de Yahweh. Modelé de l’argile et du souffle divin, potentiellement immortel (arbre de la vie)

Atrahasis  : institution du mariage. Genèse : institution du mariage

Atrahasis : Lullu est puni. Sa vie est diminuée par la peste, la soif et la famine. Genèse : Ha-adam est puni : sa vie diminue par l’exil du jardin d’Eden, travail rendu difficile, et n’a plus accès à l’arbre de la vie.

Atrahasis  : Le dieu Enlil envoie un déluge pour faire taire le bruit des hommes et contrôler la surpopulation. Genèse  : Yahweh envoie un déluge pour punir le péché de l’humanité et recréer le cosmos.

Atrahasis : Le dieu Enlil dit à Atrahasis de construire une arche pour échapper au fleuve. Genèse : Yahweh dit à Noé de construire une arche pour échapper au fleuve.

Atrahasis  : Atrahasis survit au déluge et offre un sacrifice. Genèse : Noé survit au déluge et offre un sacrifice.

Atrahasis  : Les dieux sentent le sacrifice et bénissent les survivants. Genèse : Yahweh sent le sacrifice et bénit la création.

Atrahasis  : Enlil est réconcilié avec l’humanité. Genèse : Yahweh est réconcilié avec l’humanité déchue.

Atrahasis  : des limitations sont imposées sur les hommes, Lullu deviennent des hommes normaux. Genèse : des limitations sont imposés aux humains : ha-adam a une durée de vie au maximum de 120 ans.

 

L'énumération des similitude ci-dessus met aussi en évidence des DIFFERENCES.

 

Selon Peter Enns, « La seconde histoire de la création dans la Genèse est en réalité la plus ancienne des deux, peut-être écrite pendant les premiers temps de la monarchie (X s. BCE) et comprenant des traditions mésopotamiennes communes avec Atrahasis. »

 

> La Création selon Genèse 1

 

L'un des récits antiques conservés dans la bibliothèque, nommé Enuma Elish (dite Genèse Babylonienne, datée du XII s. BCE), comportait de fortes similitudes avec la Genèse 1. Enns dira qu'elle avait « la même odeur ».

 

Voici quelques exemples de similarités identifiées par Peter Enns :

La matière existe quand la création commence

Dieu met en ordre le chaos (= Il ne crée pas à partir de rien)

Les ténèbres précèdent les actes de la création

La lumière existe avant la création du soleil, de la lune et des étoiles.

Il y a séparation des eaux d'en haut et des eaux d'en bas.

 

Il y a aussi des différences :

La Genèse 1 est un texte plus compact, sans intrigue.

Dieu crée seul dans la Genèse.

 

 

Selon Peter Enns, le texte de la Genèse 1 a été écrit « après le retour de l’exil à Babylone (539 avant J.C.), et a été influencé par la longue expérience babylonienne de captivité. Genèse 1 met en avant le contrôle complet de Dieu sur la création, employant et transformant des thèmes mésopotamiens familiers tels que le motif de la bataille cosmique. Cette histoire a été placée en tête de l’Ecriture juive. »

 

> Mais pourquoi donc les deux histoires ont-elles été conservées ?

 

Selon Peter Enns, « L’histoire plus ancienne a été placée ensuite pour montrer sa subornation à Genèse 1.  » Cette analyse de Peter Enns est intéressante.

Mais, pour reprendre sa propre expression, est-ce une manière ancienne d'analyser un texte ancien ? N'y aurait-il pas une autre approche à considérer ? En effet, on constate que le Pentateuque compte bien d'autres doublons ( 2 ) ainsi que des récits rapportés avec une histoire différente selon les endroits du Pentateuque.

Les deux 'Genèse' évoquent la présence de plusieurs 'strates'.

 

J'avais noté que les Egyptiens Anciens ont été confrontés au même phénomène. L'Egyptologue François Daumas observe que « les égyptiens ne suppriment jamais radicalement une conception ancienne. Ils lui juxtaposent une nouvelle qu'ils expliquent comme un autre aspect de la précédente.  » (3) p. 52

En effet, « La pensée égyptienne (...) ne voulut rien abandonner des images qui, pour avoir exprimé une fois des croyances religieuses, s'étaient chargées d'une puissance sacrée. Elle continua à leur juxtaposer des images nouvelles, fussent-elles contradictoires. » (3) p. 273

Pourquoi cette tendance bien humaine aurait-elle fait défaut aux Israélites ? D'ailleurs, les Chrétiens ont aussi fait de même, juxtaposant l'ancien et le nouveau.

 

Rétrospectivement, cet aspect de juxtaposition d'images apparues successivement est aussi intéressante, pour une autre raison.

En effet, la quantité de 'strates' constatées permettrait de se faire une idée approximative (un ordre de grandeur) de la durée sur laquelle est élaboré un recueil de textes. Pour ce qui concerne les égyptiens, la complexité accumulée depuis les premières dynasties Thinites ( XXXII s. BCE) avait amené les savants de la Maison de Vie de Memphis à rédiger un livre destiné au clergé, en langue vulgaire (et non plus en hyéroglyphes), qui les aidait à s'y retrouver dans les différents récits des multiples 'strates'.

Ce degré de complexité Egyptien induit par l'accumulation des 'strates' semble largement supérieur à celui du Pentateuque. Ce qui suggère une élaboration en millénaires plutôt qu'en siècles.

 

 

>>> LA CREATION EN EGYPTE ANTIQUE

Au troisième millénaire avant J.C., la Création "par le Verbe" de tout ce qui existe dans le monde et dans l'univers était célébrée en Egypte. Création par un Dieu à l'origine unique, qui s'est créé lui-même, et a ensuite créé les dieux subordonnés et le reste de la Création. Ses desseins sont impénétrables. S'en approcher ou prononcer son nom impliquerait de mourrir d'effroi. C'est un Dieu mystérieux, que l'on appelle l'Eternel.

Tous ces concepts seront plus tard peu ou prou repris/intégrés par d'autres cultures.

Chose intéressante, depuis ces temps reculés, les Egyptiens considèrent que l'homme dispose du Libre Arbitre, est donc responsable de ses pensées et actions. Les pensées et actions de sa vie étant soumises à un Jugement après son décès, permettant d'accéder -ou non- à la vie éternelle. D'ou l'importance primordiale du respect des principes Moraux que le Dieu primordial a instauré.

Ces concepts (et bien d'autres) seront aussi repris/intégrés bien plus tard par d'autres cultures.

 

> Petite introduction sur l'Egypte ancienne.

Dès les premières dynasties (XXXII s. BCE), du temps des "Serviteurs d' Horus" (Horus est le Maître du Royaume Terrrestre), les livres religieux étaient écrits sur des rouleaux de cuir.

Le protocole royal fait du roi un Horus qui commande sur la terre comme le dieu le fait au ciel. Les dynasties de l'Ancien Empire avaient acquis une très grande puissance. Aussi, le qualificatif de "Fils de Rê" (Rê est le Maître des Dieux) est ajouté au protocole. Le Roi est donc à présent héritier du Créateur, ce qui fonde ses droits dans le royaume, au Nord et au Sud, mais aussi à l'échelle du monde.

Pour faire régner l'ordre, le Roi doit se conformer à la Norme Universelle instituée par le Créateur lui-même : c'est "Maât" (que l'on traduit par, justice, vérité, équité,... c'est une morale universelle). Le symbole de Maât est une plume.

La Civilisation Egyptienne conçoit le corps comme un support matériel. Ce corps n'a pas la nature unique et irremplaçable que nous en avons : une image ou une statue pouvait aussi en tenir lieu. Les Dieux pouvaient se présenter sous différentes formes de corps et de noms.

François Daumier explique que « ces dieux peuvent changer de parents, de conjoints ou d'enfants assez facilement, non tant par suite de traditions différentes que pour des combinaisos religieuses, de constructions théologiques. » Car « l'Egyptien, à l'époque historique, est plus sensible à la nature divine latente sous l'image d'un dieu qu'aux particularités irréductibles que ce dieu pourrait avoir. » ( 3 ) p. 275

Pour les humains, l'anéantissement de son corps physique, de sa sépulture et de ses images ou statues est une punition effrayante.

Les théologiens thébains avaient admis qu'il n'y avait que trois dieux. Ils formaient une sorte de Trinité :

«  Trois sont tous les dieux.

Amon, Rê et Ptah qui n'ont pas leur pareil.

Amon est son nom en tant que caché ;

Il esr Rê pour la face et son corps, c'est Ptah. » ( 3 ) p. 316

 

Les égyptiens croyaient que le Coeur était le siège de l'intellect, de la mémoire, de la connaissance et de la conscience. Le coeur abrite aussi un témoin intérieur immatériel, qui témoignera exactement de nos actes et pensées passés, au moment du Jugement, après la mort de notre corps biologique. D'où l'importance primordiale du respect des préceptes moraux et éthiques (Maât) durant la vie. C'était le seul moyen pour l'âme de l'homme de devenir immortelle, comme les dieux. (5)

La Théologie était la mère de toutes les autres connaissances.

 

> Création par le Verbe – L'Egypte montre de la constance, au fil des millénaires.

 

(Traité sur la Création du Monde par le Dieu Ptah – III dynastie – vers XXIX s. BCE) :

« Le coeur et la langue ont pouvoir sur tous les membres. C'est pour cette raison qu'il est dans tout corps et qu'elle est dans toute bouche de tout dieu, tout homme, tout animal, tout reptile vivant ; et que le coeur pense tout ce qu'il veut et que la langue commande tout ce qu'elle veut. » (3) p. 247

 

(Hymnes à Amon – Musée du Caire – XII dynastie – vers XX s. BCE) :

« Tu es l'unique qui a créé tout ce qui est, (...) »

« Seigneur de Maât, Père des Dieux,

Qui a fait les hommes et créé les animaux. (...)

Qui donne le souffle à ce qui est dans l'oeuf. » ( 3 ) p. 301

(...)

« Amon, qui s'est produit au commencement

Sans que son mystère soit connu.

Il n'y eut pas de dieu avant lui, (...)

Il a façonné son oeuf lui-même. (...)

Aucun dieu ne connaît sa vraie forme (...)

Il est trop mystérieux pour que soit révélée sa gloire ;

Il est trop grand pour être examiné, trop puissant pour être connu.

On tomberait à l'instant mort d'effroi,

Si on prononçait son nom secret que personne ne peut connaître (...) » ( 3 )p. 334

 

(Litanies de Rê – XVIII dynastie - vers XVI s. BCE)

«  Hommage à toi, Rê, pouvoir suprême,(...)

âme douée de parole créatrice (...)

Eternel qui brûle ses ennemis (...)

Tu es les corps de l' Eternel (...)

Chef des dieux qui sont devant (...)

Grand dieu qui lie le temps (...)

Seigneur des Ténèbres,

Qui parle au sein de ses mystères. » ( 3 ) p. 269

 

(Tradition ancestrale reprise sur papyrus du IV s. BCE)

Rê parle :

« Avant qu'aucun mode d'existence ne fut venu à l'existence en ce monde, je créais toute le création dans ma solitude (...)

J'établis un plan devant moi. Je créais toute la création dans ma solitude. (...) » ( 3 ) p. 308

 

( Psaume 104 écrit par le roi Akhenaton – vers XIV s. BCE) (très long psaume)

« (...) Disque vivant qui a inauguré la vie (...)

Tu es devant nos yeux, mais ta marche demeure inconnue. (...)

Ô Dieu unique qui n'a pas son pareil !

Tu as créé l'univers selon ton désir,

Tandis que tu demeurais seul : (...)

Tu as créé le Nil dans le monde inférieur

Et tu le fais venir à ta volonté pour faire vivre les Egyptiens,

Comme tu les as créés pour toi,

Toi Seigneur à tous, qui prend tant de peine avec eux  ! (...)

Tout pays étranger, si loin soit-il, tu le fais vivre aussi :

Tu as placé un Nil dans le ciel, qui descende pour eux (...) » ( 3 ) p. 323

 

 

>>> LA CREATION EN PERSE

 

> Petite introduction sur le Zoroastrisme

Le Prophète Zarathoustra, dit Zoroastre, vécut aux alentours du XI s. BCE, en Bactriane. Les datations proposées les plus fréquentes vont de XVI s. BCE au IX s. BCE.

Après sa retraite sur la montagne, il a introduit le monothéisme par une réforme hardie du Mazdéisme polythéiste. Dieu se nomme Ahura Mazda (Seigneur Sagesse).

Eusèbe de Césarée, évêque Chrétien en Palestine (III s.), disait que la plus belle définition de la divinité était celle de Zoroastre : « Dieu est le premier des incorruptibles, éternel, non engendré. Il n'est point composé de parties. Il n'y a rien de semblable ni d'égal à lui. Il est auteur de tout bien, désintéressé, le plus excellent de tous les Êtres excellents, et la plus sage de toutes les intelligences, le père de la justice et des bonnes lois, instruit par lui seul, suffisant à lui-même, et premier producteur de la Nature. » ( 6 )

 

Le Zoroastrisme a bien des points communs avec le monothéisle d' Akhénaton :

Pas de statues, et pas d'idoles. Respect des animaux. Pas de sacrifices d'animaux. Libre Arbitre. Responsabilité de l'homme. Dieu est bienveillant. Il donne le souffle de la vie. Pas d'esclavage. Le respect des principes Moraux est le seul moyen qui permette d'accéder à la vie éternelle. Il est aussi remarquable que, dans les deux cas, le Jugement dernier n'est pas le fait du jugement d'une quelconque entité, mais découle 'automatiquement' de nos pensées et actions passées durant toute notre vie biologique. 

Par contre, Zoroastre innove grandement avec sa propre eschatologie. L'ossature de son eschatologie sera plus tard reprise dans sa quasi totalité.

 

> La Création de Zoroastre ( 7 )

S'adressant à Dieu, Zarathoustra utilise l'artifice du questionnaire. La réponse est bien sûr implicite.

Yasna 31.8 - Te cherchant de mes yeux, j'ai su par la pensée, ô Mazda, que c'est toi le premier et le dernier, toi le père de Vohu Mana, la bonne volonté, le bon esprit, toi le vrai instaurateur de Asha, ordre et droiture, toi le maître des actions de la vie.

Yasna 45.7 - De lui vient le salut de tout ce qui est, a été et sera, de lui le don de la vie éternelle au juste, de lui la fin du méchant dans le tourment. Par la majesté de sa puissance, le Seigneur est notre initiateur dans la loi.

Yasna 44.3 - Seigneur, je te le demande, dis-le-moi en vérité : De l'ordre et de la droiture qui est le père ? au Soleil et à la Lune qui montra leur chemin ? qui donna à la Lune de croître et de décroître ? voilà ce que je veux savoir et autre chose encore. Y 44.4 - Seigneur, je te le demande, dis-le-moi en vérité : En bas, qui soutient la terre ? et le ciel, qui l'empêche de tomber ? qui a fait les eaux, qui a fait les plantes ? qui a attelé au vent et aux nuages les coursiers rapides ? qui est, ô Mazda, le créateur de la Bonne Pensée ? Y 44.5 - Seigneur, je te le demande, dis-le-moi en vérité : Quel est le maître habile qui créa la lumière, qui fit les ténèbres ? dormir et s'éveiller à qui les devons-nous ? à qui le matin, le midi et le soir ? qui appelle à l'ouvrage l'homme raisonnable ? Y.44.7 - Seigneur, je te le demande, dis-le-moi en vérité qui a créé Xshathra et Armaiti, la majesté divine et l'amour de la terre ? qui a mis dans le coeur du fils le respect du père ? je désire voir en toi, ô Mazda, en toi, Esprit céleste, Spenta Mainyu, créateur de toutes choses.

 

> Le Libre Arbitre et la Responsabilité de l' homme ( 7 )

Dieu a doté chaque animal d'un corps, d'une forme de conscience et d'une âme ''qui le fait vivre''. L'homme est doté d'une capacité de jugement très largement supérieure à celle des autres animaux, ce qui lui permet de choisir librement entre le bien et le mal.

Yasna 31.11 - Depuis l'origine, Mazda, depuis que par ta pensée tu formas le corps, la conscience et les forces de l'esprit, depuis que tu infusas dans le corps l'âme qui le fait vivre, depuis que tu créas l'action et le jugement pour que chacun choisisse sa voie comme il le désire,

Yasna 31.9 - O Très Sage Seigneur, de toi vient le zèle, la parfaite dévotion, en toi réside l'ouvrier, l'artisan du monde, en toi la souveraine sagesse qui laissa l'âme libre sur les chemins qui mènent au bon et au mauvais pasteur !

 

JPCiron

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: NOTES :: :: :: :: :: :: :: :: ::

..... ( * ) - BCE (Before Common Era) = Avant l'Ere Chrétienne

..... ( 1 ) - La Genèse et les mythes mésopotamiens et babyloniens – Peter Enns (Théologien évangélique) / Fondation BioLogos - 2013

..... ( 2 ) - Quelques doublons différents dans le Pentateuque :

Alliance entre Yahvé et Abraham (Gen 15 et Gen 17) – Expulsion de la servante Agar (Gen 16 et Gen 21) – Vocation de Moïse (Exo 3 et Exo 6) – Versions du Décalogue (Exo 20 et Deut 5)

..... ( 3 ) - La Civilisation de l'Egypte Pharaonique – François Daumas – Arthaud – 1965

..... ( 4 ) - Peter Enns a ici mis en forme et retouché le résultat des travaux de comparaison du théologien Dr Daniel Harlow, du Calvin College. Harlow avait adapté ce comparatif du tableau préparé par Prof. Bernard F. Batto, de la Depauw University. Ce dernier a publié "In the Beginning : Essays on the Creation Motifs in the Ancient Near East and the Bible" en 2013

..... ( 5 ) - The Egyptian Book of the Dead – Thomas George ALLEN – Chicago – 1960

..... ( 6 ) - Cité par Andrew Michael de RAMSAY (Voyages de Cyrus – Discours sur la Théologie et la Mythologie des Payens – p. 4 – 1730 – Bettenham Londres - avec ref. Préparation Évangélique, Livre I p.42 Edition Paris - Eusèbe de Césarée (265 - 339 après J.C.), historien et évêque chrétien en Palestine).

..... ( 7 ) - Choix de citations des Gâthas (Traductions proposées par Amir Mehdi BADI'') 1961

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • Étirév 5 décembre 11:55

    Il y a dans la Bible des livres de Vérité : la Loi et les Prophètes, et des livres de mensonge et de justification qui ont été ajoutés par des prêtres à différentes époques, après le schisme de Juda.

    Les Juifs ont ajouté 4 livres à celui de Myriam : l’Exode, le Lévitique, les Nombres, le Deutéronome, auxquels ils ont donné Moïse comme auteur. Avec la Genèse, cela forme le Pentateuque, dont l’autorité est justifiée, à leurs yeux, par le nom de l’auteur qu’ils lui donnent.

    Le premier livre de la Bible, la Genèse, est le seul vestige du Sépher primitif, mais, dans la forme que les divers traducteurs lui ont donnée, il en est la caricature et non la reproduction. Les passages des divers auteurs de l’Ancien Testament où il est fait mention de la Thorah ne parlent jamais de sa division en livres distincts. La division du Sépher en cinq livres pour former le Pentateuque est attribuée à Esdras. On la croit même plus récente.

    Le Deutéronome, un des cinq livres, est de l’époque chrétienne. Josèphe est le premier qui mentionne cette division (dans Contre Appion). Van Dale (anabaptiste) dit qu’il faut distinguer entre le Livre de la Loi et le Pentateuque tel que nous l’avons. Le Livre de la Loi, selon lui, ne contient que les ordonnances de Moïse, les bénédictions et les malédictions, et quelques discours du législateur. « Voilà, dit-il, ce qui est sorti de la plume de Moïse. Mais le Pentateuque entier n’est pas son ouvrage. C’est Esdras qui l’a composé sur les écrits des anciens prophètes.  »

    Selon Richard Simon, le Pentateuque et tous les livres historiques de l’Ancien Testament ont été composés par un collège d’écrivains publics sur les actes originaux, déposés dans les Archives de la Nation, et il ajoute « qu’ils n’écrivaient pas seulement les histoires de leur temps, mais qu’ils prenaient aussi la liberté d’ajouter ou de diminuer ce qu’ils jugeaient à propos aux mémoires des autres prophètes qui les avaient précédés  ».

    Le dogme fondamental des Juifs est renfermé dans les livres du Pentateuque qui font suite à la Genèse  ; on les donne comme inspirés du Saint-Esprit, alors que ces quatre livres, œuvres de prêtres ignorants, ne sont qu’un monument d’imbécillité et de rapacité.

    Comment cette parole divine, expliquant la manière de faire des holocaustes, spécifiant les morceaux de la bête sacrifiée qu’il faut donner aux prêtres, serait-elle tombée en désuétude si elle était inspirée par Dieu lui-même, car, parmi les modernes, il n’y a pas un prêtre juif qui oserait faire dans sa synagogue ce que le Dieu de Moïse aurait prescrit s’il avait dicté le Pentateuque ?

    Origine de la Bible


    • JPCiron JPCiron 5 décembre 12:14

      @Étirév

      Bonjour,
      Et merci pour vos explications, qui dépassent de loin mon niveau de connaissances.Votre apport est enrichissant.

      Quand j’aborde un sujet, j’essaie toujours de trouver des « liens entre les choses », d’en percevoir la cohérence. Mais il y a toujours plusieurs différentes cohérences possibles. Toutes respectables.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 12:28

      @Étirév
      j’aime beaucoup vos commentaires mais qui ont le défaut d’être un peu trop manichéens. Bien et mal, vie et mort sont liés. 

      L’histoire n’est jamais comme le pense la gauche, progressiste mais cyclique. C’est un chemin balisé de morts et de résurrection, d’Histoire antique et de pages bibliques, de légendes et d’une certaine notion de l’Histoire, ce grand livre ouvert des métamorphoses (repris d’une biographie de Nicolas Poussin)

      Les Métamorphoses d’Ovide : Le monde est mené par une grande poussée des métamorphoses qui le portent du néant et du chaos de ses origines jusqu’au formes les plus élaborées de la connaissance.

      Actuellement notre société navigue entre du Raymond Devos et l’effroyable,.....depuis la nuit des temps. Cela ne me touche guère, je savais. Il est assez rassurant de comprendre la logique. C’est plutôt rassurant. La fin de ces quarante piteuses me réjouit. Elles commencèrent avec Dany Le Rouge et finiront avec Dany Robert,.....Dufour dont sortira l’oeuf divin. La bible fut écrite dans un contexte politique qui l’arrangeait (là vous avez raison,.... ). Mais l’histoire et les cycles matriarcla et patriarcal se suivent comme les ondulation du serpent (symbole de vie et de mort autour du Caducée). 


    • Ouallonsnous ? 6 décembre 01:51

      @Étirév

      Pour mémoire, ce que semble ignorer l’auteur, notre culture est gréco-latino-byzantine et notre civilisation chrétienne !!!


    • JPCiron JPCiron 6 décembre 16:50

      @Ouallonsnous ?

      <Pour mémoire, ce que semble ignorer l’auteur, notre culture est gréco-latino-byzantine et notre civilisation chrétienne !!! >

      Oui, absolument.
      Je suis d’accord avec vous : aucune civilisation n’est parfaite, ni pure.
       smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 12:05

      Merci pour cet article que je plussoie. Je viens de terminer le huitième jour de PTAH de Jacques Pialoux qui associe l’ADN (Arche de Noé) et le cosmos. Les kabbalistes de se disputer sur la divinité des chiffres. Surtout le 8 qui commence par un « H » et est la huitième lettre de l’alphabet. Associé aussi à l’Echelle de Jacob (par sa forme : une barre entre deux montants comme l’ADN). Mé« lug »sine se retrouve dans tous les lieux de nos origines. Comme source divine. Je ne vais pas tout développer mais actuellement mes recherches s’orientent vers le peuple Khazar (les GOG et MAGOG). Situés plus ou moins à la frontière turque et plus précisément en Arménie (lieu d’origine de Mélusine, liée à Jean et Guy de Jérusalem,....). Juifs ashkénaze et d’origine sépharades. Très complexe....Juste des pistes de recherches. Mais la plus imortante église Saint-Hermès se trouve à Renaix. Pour ceux qui l’ignore. Tijl UYlenspiegel (spiegel : miroir) portait toujours un symbole mercurien et mélusinien sous son chapeau. voilà pour les petits cailloux du jour. Mé« lug »sine étant bien sûr liée à la lune (LULLU). La nouvelle lune étant plutôt maléfique et la pleine bénéfique. Mais d’un point de vue HERMEtique, le bien et et le mal sont comme les dessin d’Excher,....des notions trompeuses et complexes. Jour du chevreuil (Chez les Aztèques, la première femme divinisée, également appelée femme-serpent, mère de deux Héros-Jumeaux, est parfois représentée sous la forme d’un chevreuil à deux têtes, tombé du ciel, et qui servit de fétiche de guerre.


      • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 12:20

        @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Whao, Dieu était francophone et sans doute belge !

        Ca marche pas en anglais, DNA & arc Noah’s ark (ou ark of Noah).

        J’en déduis que nous sommes face à une énième syncrétinisation de votre part.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 12:32

        @kalachnikov

        Venant d’un phallocrate, je ne pouvais m’attendre qu’à cette réaction,...Mais mon cher : l’autre moitié du monde, ce sont des femmes. Et vous devrez vous y faire. 


      • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 12:55

        @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Je suis peut-être phallocrate mais il n’empêche qu’en anglais ADN s’écrit DNA et Arche De Noé s’écrit Noah’s Ark et qu’en conséquent ce que vous vendez à vos interlocuteurs comme des synchronicités, ce ne sont jamais que des jeux de mots foireux fulgurant de votre cervelle débile*.

        *débile = faible, qui manque de force, de vigueur, de vitalité.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:19

        @kalachnikov

        Quand on attaque la personne sur sa personnalité, c’est TOUJOURS la preuve d’une argumentation manquant de force, de vigueur et de vitalité. Attaque ad hominem. 


      • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 14:22

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Quand on attaque la personne sur sa personnalité, c’est TOUJOURS la preuve d’une argumentation manquant de force, de vigueur et de vitalité. Attaque ad hominem. 

        c’est ton but,attention terrain glissant


      • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 14:25

        @Mélusine ou la Robe de Sperme

        en plus tu fais ça avec tout le monde


      • Gollum Gollum 5 décembre 14:26

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Bah les argumentations ne servent à rien. Combien de fois on vous a mis la figure dans votre caca sans que cela ne change quoi que ce soit..

        Vous revenez à la charge sur un autre texte pour pondre vos délires.

        Vous pratiquez la politique du : ils vont se fatiguer avant moi.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:27

        @Xenozoid

        Oui, mais sachant que j’ai affaire à un admirateur de BertrAnd Cantat (vous voyez, je n’ai pas utilisé l’expression satanique de pervers-narcissique), je me permets de lui rendre la perche qu’il me tend. Réponse du Berger à la la bergère. Mais n position de défense, pas d’attaque,.....


      • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 14:29

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        le sofa est au bon endroit ? le seau aussi ?...ok


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:30

        @Gollum

        hélas pour vous, pas tout le monde, pas tout le monde. DESOLE pour votre égo. 


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:34

        Même Joffrin me lit. Hier sur l’article de Nabum je parlais du Hollandais volant. Article du jour de Joffrin : 

        Le vaisseau fantôme de la macronie

      • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 14:39

        @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Saviez-vous que Lucchini est nazi ? ...Il adore Céline !


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:57

        Dans les « Naufrageurs » sur Guy Debord, celui-ci ne cachait pas son admiration Hitler et Napoléon. Devait s’ennuyer,...


      • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 12:15

        @ auteur

        Pouvez-vous me dire qui est ce narrateur qui rapporte ce qu’il voit comme s’il était hors du monde puisqu’il rapporte cette création du monde comme un évènement externe et comme s’il était hors de dieu puisqu’il rapporte la création par dieu comme une chose externe ?


        • samy Levrai samy Levrai 5 décembre 14:29

          @kalachnikov
          tu parles du dieu de la bible qui a aussi dit : NOUS avons créé l’Homme a notre image ? au pluriel...
          Eholim est le pluriel de dieu , soit les dieux.


        • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 14:49

          @ samy Levrai

          Je parle de la constuction littéraire du Livre ; c’est un livre, il y a donc des procédés littéraires.

          Donc, concernant ce tout début, quel est ce témoin, d’où tient-il ces évènements, l’homme n’étant point, c’est qui.

          Ce qui nous permet de déduire que ce tout début qui est purement romanesque est une extrapolation à partir d’un certain point.


        • JPCiron JPCiron 5 décembre 17:52

          @kalachnikov

          <qui est ce narrateur qui raconte la création du monde>

          Bonjour,
          Il y a d’abord l’acquisition de ce "savoir, et plus tard, il y a la mise en forme dudit savoir.

          Pour l’acquisition, cela varie. Pour la narration aussi.
          Zoroastre, s’adressant à Dieu (qui ne lui répond jamais), pose les questions qui contiennent implicitement les réponses. La création s’est passée selon ce qu’il a imaginé. Avec les siècles, les versions sont enjolivées & modifiées.
          En Mésopotamie, on raconte que les Dieux communiquent en révélant des choses par les rêves. Ensuite, au fil des siècles la narration peur prendre moult formes. Simple récit racontant les choses, ou bien on fait parles les Dieux. Avec les Siècles, les versions se modifient, ou sont interprétées autrement.
          Etc... Etc Etc


        • kalachnikov kalachnikov 6 décembre 00:00

          @ JPCiron

          Ben justement, la mise en forme. La création du monde, c’est 15 lignes ; et l’Homme, c’est 500 pages. Donc ?


        • JPCiron JPCiron 6 décembre 16:32

          @kalachnikov

          < la mise en forme. La création du monde, c’est 15 lignes ; et l’Homme, c’est 500 pages. Donc ?>

          Donc ? 
          Dès que je retrouve ma calculette, j’extrairai la racine...


        • Alex Alex 5 décembre 12:32

          Bonjour l’auteur.

          J’ai écrit plusieurs articles sur l’origine des religions monothéistes (en particulier un sur le Déluge), en restant pour l’essentiel dans la région Sumer-Mésopotamie, mais en abordant Égypte et Perse, tout en l’ayant fait un peu moins que vous.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 12:39

            @Alex

            N’oubliez pas les Scythes et Samarcande. Chacun tire l’histoire de son côté. Sans oublier le Mali et l’Himalaya. La créativité est dans la recherche, les contes et légendes,....qui ont parfois cette étrange bizarrerie de prendre forme dans le réel. Je penche plutôt vers un entre-deux : libre arbitre et déterminisme. 


          • JPCiron JPCiron 5 décembre 18:01

            @Alex

            Bonjour Alex,
            J’ai lu votre intéressant article.
            Nous avons hérité de beaucoup de croyances de ces époques mointaines, tout en croyant que ce sont les nôtres propres...


          • Alex Alex 6 décembre 13:00

            @JPCiron
            Merci pour votre commentaire. Il va de soi que j’ai tout autant apprécié votre article.


          • Decouz 5 décembre 12:47

            Les interprétations ésotériques de la Bible (comme celles du Coran) font appel à les science des lettres et des nombres.

            "Ainsi, on peut remarquer que dès le tout premier verset, dans son premier mot et dès sa première lettre, la Torah nous annonce qu’il existe DEUX débuts, DEUX points de départ, DEUX commencements pour chaque chose !
            Le premier commencement est celui qui est le plus terrestre ; c’est le commencement tangible où la perception de l’univers est limitée et mesurable. C’est ce commencement qui est cristallisé par la lettre Beth, cette lettre qui elle aussi est terrestre, audible et mesurable...

            Le second commencement est celui du monde du Ciel. Le monde du Ciel ne connait pas les distances physiques, dans son univers tout s’exprime en langage métaphysique ! Cet univers est évidemment celui de la lettre Aleph, qui elle non plus ne se laisse pas exprimer tangiblement et vocalement...."

            Autrement dit la structure formelle du texte est signifiante.

            http://cabbale.blogspot.com/2009/12/berechit-et-ses-mysteres.html


            • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 13:02

              @ Decouz

              Il y a la naissance de l’homme matériel, physique, organique et c’est l’Elohim qui s’y colle. Iahvé à ce moment n’est jamais qu’un esprit planant dans le ciel.

              Puis, il y a la naissance de l’homme spirituel, qui va avoir une conscience. Et là l’Elohim lui souffle le Iahvé dans les bronches.

              Exactement, comme toi, mon petit garçon, qui tombant de la vulve de la mère faisait dans ses couches en rampant. Et paf, l’intelligence a chu sur tes frêles épaules.

              Y’a une rançon, fini l’insouciance, perdu le paradis, à moi le Devoir.

              Tout ça pour dire que le bouquin révéré qui est cousu de fil blanc, il ne vise pas à raconter mais à justifier dans la limite des connaissances connues qui sont très sommaires.


            • samy Levrai samy Levrai 5 décembre 14:25

              @Decouz
              surtout pour des types qui croyaient que la terre etait plate et que le soleil descendait dans les enfers pour revenir le lendemain...
              On leur prete beaucoup de choses et de comprehensions qu’ils n’ont jamais eues


            • samy Levrai samy Levrai 5 décembre 12:57

              https://l-unite.ning.com/m/group/discussion?id=6449619%3ATopic%3A204541

              Pierre Jovanovic en a fait un livre facile a lire appelé le mensonge universelle.

              Cette tablette sumerienne se trouve au Louvre 


              • JPCiron JPCiron 7 décembre 17:21

                @samy Levrai

                < le mensonge universelle >

                Bonjour,
                Dès l’instant où une culture se trouve en contact avec une autre, elles s’influencent mutuellement. Certains récits et légendes passent ainsi de l’une à l’autre, en entier ou par bouts, conforme ou altérés. 
                Quand on s’est approprié un récit, il fait partie de nous-mêmes.
                C’est le syncrétisme.

                Si on a la ’chance’ qu’un roi exige que les récits, règles et croyances d’un peuple soient rassemblées en un recueil, on ’récupère’ en même temps les récits que l’on s’est approprié.

                A ce point, personne ne ment.

                Le problème peur survenir si tous les récits antérieurs et exogènes sont qualifiés de ’révélation’. On cherche alors à occulter le cours de l’histoire. Là pourrait résider un mensonge.

                Quiconque a lu plus d’un Livre n’est pas dupe.
                Mais une partie du bon peuple a besoin de la sécurité de la révélation.
                Pourquoi ne pas respecter ce besoin ?


              • Decouz 5 décembre 14:07

                La lettre B indique que la création est née de la dualité. Le ciel et la terre se séparent, mais au ciel la dualité est une dualité dans l’unité. Sur la terre la dualité est une forme de chute, l’unité des deux est perdue.

                D’où les deux récits,
                -au ciel Adam et Eve sont toujours unis (Homme et femme il les créa, il s’agit de l’androgyne primordial), la différenciation entre l’esprit et la matière n’est pas accomplie, le temps n’est pas apparu.
                -sur la terre Adam et Eve sont séparés, les dualités cosmiques apparaissent le plus souvent sous forme de lutte, temps/espace, nomades/sédentaire, homme/femme, esprit/matière/


                • kalachnikov kalachnikov 5 décembre 14:13

                  @ Decouz

                  Il n’y a pas d’androgynie ; il y a non discrimination. Quel outil permet la discrimination ? La dualité commence-t’elle postérieurement à l’apparition de cet outil ?

                  C’est la même chose pour le petit enfant que vous avez été. Au départ, vous ne discriminiez pas, l’animal valait l’homme, le féminin valait le masculin, etc. Puis vous avez discriminé. Puis vous avez jugé.


                • Decouz 5 décembre 14:18

                  @Decouz
                  Il ne s’agit pas uniquement d’une narration sur le mode externe du témoin dans l’esprit d’une littérature ou d’une science modernes, dans laquelle lecteur est aussi extérieur (relativement) au récit ou à l’explication, il s’agit aussi comme tous les mythes d’une opération destinée à être « recrée » rituellement, le rite reproduit le processus initial, en lisant/psalmodiant/méditant rituellement le prêtre ou le religieux reproduit la création, la reproduction rituelle permet la réintégration.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:23

                  @Decouz

                  THOT HERMES TRISMEGISTE est HERM APHRODITE. MERCURE ET VENUS CONJOINTS. 


                • Decouz 5 décembre 14:28

                  @kalachnikov
                  Il ne s’agit pas non plus d’une histoire dans le temps, pas uniquement d’une histoire, puisque le mythe est intemporel,
                  il y a l’histoire (des hommes, de telle communauté) « dès lors » qu’il y a du temps, mais le mythe qui reste au ciel demeure dans son intemporalité comme votre individualité à l’état de simple possibilité logique reste telle qu’elle était.
                  Vous percevez, je perçois des changements dans nos natures individuelles, mais nous avons oublié beaucoup, presque tout, pour cela les rites, les mythes sont des rappels.
                  Alors il se peut que, oui, l’enfant se souvienne très bien de « ce temps », comme le vieillard d’ailleurs, car ils en sont proches tous les deux, alors que l’adolescent et l’homme oublient le moment, le lieu, l’état, où ils n’étaient pas « une chose qu’on puisse mentionner » et se focalisent sur le devenir.


                • Decouz 5 décembre 14:34

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  Tu es la danseuse combattante ou le tambour qui encourage et donne la victoire ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès