• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Alexandra Richard, coupable ou victime ?

Alexandra Richard, coupable ou victime ?

« Ma relation avec Sébastien, je la définis en trois mots : alcool, violences et soumission. » (Alexandra Richard, en novembre 2020).

Du mardi 19 au vendredi 22 octobre 2021 se déroule le procès en appel d’Alexandra Richard (43 ans) jugée par la cour d’appel d’Évreux. Elle avait été condamnée à dix ans de réclusion criminelle aux assises de Rouen dans la nuit du 26 au 27 novembre 2020 à l’issue d’un premier procès qui s’est déroulé du 23 au 26 novembre 2020. C’est donc une prévenue en détention qui comparaît cette semaine à Évreux.

Dix ans, c’est beaucoup, mais elle risquait jusqu’à la perpétuité pour avoir tué son compagnon, Sébastien (36 ans), le 16 octobre 2016 dans leur domicile de Montreuil-en-Caux, en Normandie. Le conjoint, ivre, l’avait menacée de « lui défoncer la gueule ». Se sentant menacée, elle a alors pris un fusil de chasse qui se trouvait chez eux (son compagnon avait huit armes à feu et plus de mille cartouches qu’on ne lui a pas confisquées malgré une condamnation à trois ans de prison en 1999 pour avoir tiré sur un "rival amoureux" sur le parking d’une discothèque), l’a chargée sans avoir l’intention de le tuer, juste pour lui faire peur. Et le coup serait parti tout seul tandis que l’homme venait de prendre le canon du fusil.

Pendant plusieurs années, Alexandra Richard a été victime d’un compagnon violent. Elle avait même déposé une plainte en janvier 2016, mais on ne l’avait pas prise au sérieux. Mère de deux enfants d’une précédente liaison, Alexandra Richard était depuis quatre ans avec son nouveau compagnon avec qui elle avait fait un troisième enfant.

Ce compagnon était brutal, violent, souvent sous l’emprise de l’alcool. Au fil des mois et des années, ce fut un enfer pour elle, battue, violée, insultée, isolée, un enfer pour elle et ses deux filles car il était jaloux d’elles, du temps qu’elle prenait pour s’occuper de ses filles (la fille aînée a maintenant 19 ans), et du bébé (qui a maintenant 6 ans). Elle était pourtant une femme indépendante avec un fort caractère, du répondant, mais s’est retrouvée complètement soumise, sous l’emprise complète de son conjoint, le craignant jusqu’au regard, par un processus bien connu dans les violences conjugales (manipulation psychologique). Elle était surveillée jusque dans ses conversations téléphoniques, elle ne pouvait même pas prendre une douche seule, choisir son médecine, ses filles devaient rester dans leur chambre, etc.

Le premier scandale était donc cette violence quotidienne. Le deuxième, c’est qu’elle n’a pas été aidée, ni par la justice qui n’a ordonné qu’une "médiation pénale" (entre-temps, la loi n°2020-936 du 30 juillet 2020 protège nettement mieux les victimes de violences conjugales), ni par son entourage qui ne l’a pas crue. On se pose toujours la question du pourquoi Alexandra Richard n’a-t-elle pas fui son compagnon violent ? Elle l’a fait pourtant, une tentative, avec ses trois enfants, d’aller habiter chez ses parents, mais elle est finalement revenue vivre au domicile familial et a abandonné sa plainte. Le fait d’être restée a beaucoup contribué à la passivité de la justice et des services sociaux, mais elle avait peur d’une vengeance sur elle ou ses enfants.

Le troisième scandale, c’est le fait lui-même, le tir de l’arme à feu, avec un quatrième scandale, la présence de ces armes à feu : comment pouvaient-elles encore être là, au domicile, alors que l’homme avait déjà été condamné à cause d’elles ? Le cinquième scandale, j’y reviens un peu plus loin, c’est la récupération idéologique de cette tragédie par des organisations militantes politisées qui se moquent bien des victimes dans cette affaire (femme violentée, conjoint tué, enfants des deux côtés traumatisés).

Au premier procès, Alexandra Richard a affirmé qu’elle ne voulait pas le tuer mais l’impressionner : « C’était une arme de dissuasion (…). Qu’il soit décédé, ce n’est pas ce que je voulais (…), je voulais (…) m’enfuir avec mes enfants. ».

Après avoir tiré, Alexandra Richard a été mise en examen et placée en détention provisoire pendant vingt-deux mois, sans aucun suivi psychiatrique malgré un énorme stress post-traumatique. L’un de ses deux avocats était révolté : « Elle a été pris en charge comme une simple délinquante, sans que l’on entende qu’elle était également une victime. ».

La défense aurait voulu la requalification des faits en "violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner" alors qu’elle est jugée pour "homicide volontaire". Mais les proches du conjoint tué ont rejeté l’idée qu’il était très violent et ont accusé Alexandra Richard d’avoir tiré volontairement. L’avocate des parents du compagnon a affirmé : « On est sur le terrain de l’homicide volontaire (…). Il n’y a pas de légitime défense. Il n’y a pas une agression au moment précis où elle tire. ». La fille aînée de la prévenue a remercié sa mère d’avoir agi ainsi : « Elle s’en veut de nous faire vivre tout ça, mais moi, je ne lui en veux pas : je n’avais pas envie de perdre ma mère et c’est ce qui se serait passé si elle n’avait rien fait ! ».

Au cours du premier procès, Alexandra Richard a déclaré : « Même en prison, je dormais mieux qu’à côté de lui, car personne ne me frappait. ». La condamnation à dix ans de réclusion criminelle était très lourde, d’où le procès en appel. Quand on regarde un peu la présentation faite dans les médias, surtout influencée par les deux avocats de la prévenue (dont une qui a aussi défendu Jacqueline Sauvage) et par des associations féministes, dont une, la même que celle qui s’en prend aux Miss France, la réflexion paraît immédiate : les juges sont des méchants, ils ont condamnés injustement Alexandra alors qu’elle était une victime, ils n’ont pas de cœur (en oubliant du reste les deux adolescents et l’enfant devenus orphelin).

Je veux ici être clair : je considère qu’Alexandra Richard a effectivement vécu un cauchemar, celui de violences conjugales qui ne pouvaient que se terminer mal, et je ne lui souhaite, pas plus qu’à tout autre personne, de rester en prison, d’autant plus que dans son cas, à part l’incontournable "punition" d’une sanction pénale, elle ne présente aucun danger pour la société d’être en liberté (c’est pourquoi la détention provisoire avant son premier procès a provoqué des réactions scandalisées). Sa cinquième demande de liberté a été rejetée par la chambre d’instruction de la cour d’appel le 14 octobre 2021.

Cependant, je trouve qu’une fois encore, on ne considère pas le sujet complètement, car il est pollué par des militantes qui se moquent bien du sort de la prévenue et qui veulent faire pression pour leur propre doctrine. Quelle est-elle ? Ces militantes veulent élargir la présomption de légitime défense dans le droit français aux cas de violences conjugales.

Pour l’instant, il n’est applicable qu’en cas de vol ou pillage avec violence et en cas d’effraction nocturne. L’une des avocats ajoute d’ailleurs quelque chose qui peut faire frémir : « La légitime défense est un droit naturel qui existe avant le droit, on comprend très bien quand il s’agit des hommes, et pourtant, on l’interdit aux femmes. ». Dans cette phrase, deux gênes : d’abord, parler d’un droit "naturel" peut faire peur et renvoie à des périodes pas fameuses, c’est très subjectif, l’humain vaut mieux que d’en rester au supposé naturel, le culturel le grandit ; ensuite, évoquer que la légitime défense ne s’appliquerait qu’aux hommes et pas aux femmes est de la victimisation féministe basée sur rien de concret, car les deux cas de présomption de légitime défense actuels peuvent s’appliquer évidemment à des femmes.

Mais plus sur le fond, renforcer l’application de la légitime défense me fait toujours peur. Au fait, dans les années 1970, qui militaient à outrance pour ce renforcement ? Surtout des hommes, des organisations d’extrême droite et ils trouvaient souvent des alliés auprès de parents d’enfants violés ou assassinés dont l’immense douleur et émotion ne savaient résister à leurs mots, à leurs amicales pressions, ou encore des commerçants cambriolés qui avaient réagi en tuant ou blessant leurs cambrioleurs.

_yartiRichardAlexandra02

La défense cherche d’ailleurs à faire valoir deux éléments qui, à mon sens, sont contradictoires : d’une part, la légitime défense, elle aurait tiré car sans cela, elle aurait été tuée (c’est peut-être vrai, et même probablement vrai, mais on ne peut pas tuer sur une simple présomption) ; d’autre part, cela aurait été un accident, le coup serait parti alors qu’elle ne voulait être que dissuasive avec cette arme. Là encore, cela peut être vrai, mais il faut convenir que les deux points sont incompatibles ensemble : l’un signifie qu’on voulait tirer par peur d’être tuée, l’autre qu’on ne voulait pas tirer et que le tir n’était pas voulu.

En voulant jouer sur les deux registres en même temps, les deux avocats discréditent leur défense. C’est pourtant la ligne de défense pour l’un d’eux : « On pense que la question de la légitime défense doit se poser. C’est une question qui sera mise en débat. Nous conservons l’idée que le coup de feu est accidentel, mais on considère que les événements en amont permettent de dire que se saisir de l’arme, c’est de la légitime défense. ».

Il faut dire que lors du premier procès, l’avocate générale a rappelé qu’Alexandra Richard avait quand même tué un homme : « Oui, c’était un homme violent, mais vous ne pouvez pas répondre à la violence par la violence. ». Du reste, Alexandra Richard l’a reconnu et, aspect au moins rassurant, elle ne s’en est pas vantée, elle n’en a pas fait un acte politique. Au contraire, elle le regrette. Son avocat : « Elle n’a jamais revendiqué fièrement son geste, elle s’en veut et elle se sait coupable. ». Son avocate a surenchéri : « Tuer un homme, c’est très grave, on ne le conteste pas. Mais elle ne l’a pas tué de sang-froid, elle a cherché à se défendre. Il l’aurait sûrement tuée si elle ne l’avait pas fait. ».

Une représentante d’une organisation féministe qui soutient la prévenue pointe du doigt le véritable problème : « La justice sous-estime la dangerosité réelle des agresseurs et le danger de mort permanent dans lequel vivent les femmes victimes de violences conjugales. On ne dit pas qu’on doit se faire justice soi-même, mais on veut que les femmes soient protégées. ». C’est tout le problème de la prévention en général : comment arrêter une personne susceptible de commettre un crime mais dont rien ne justifierait une restriction de liberté avant qu’il ne le commette ? Un film comme "Minority report" a résolu le problème ; grâce à la technologie, on arrête les futurs criminels avant même qu’ils commettent leur acte.

Le principe de la justice est de juger sur des faits concrets et pas sur des supputations. Une fois dit cela, évidemment que les violences, les coups, les viols, les menaces sont des faits concrets, et des faits qui sont répréhensibles par la loi. On attend donc de la justice plus de considération pour les victimes de violences conjugales ou familiales, mais c’est un mouvement qui ne doit pas venir seulement des juges, aussi de toute la société, puisque souvent, les amis ou la famille peuvent sous-estimer, dédramatiser voire ignorer ou nier ces violences.

S’il y a un procès, s’il y a des débats qui durent plusieurs jours, des dossiers qui pèsent plusieurs tonnes peut-être (je n’ai pas l’info, mais ils sont toujours volumineux), c’est parce que justement, rien n’est évident et que le cas d’Alexandra Richard est spécifique, particulier. Il me paraît d’ailleurs très différent de celui de Jacqueline Sauvage. Moins accablant. Or, les organisations féministes qui viennent la soutenir mettent en parallèle tous les cas de femmes victimes de violences conjugales qui ont fini par tuer leur conjoint violent. Sans vouloir savoir exactement ce qui les a poussées à commettre ce meurtre (car c’est un meurtre). Car en les soutenant, elles croient soutenir leur cause.

Heureusement, pour un acte d’une telle gravité, ni la culpabilité ni l’innocence ne se décrètent automatiquement sans connaître parfaitement le dossier. Par conséquent, que ces organisations de lobbying féministe laissent les juges juger, en leur âme et conscience, avec leur sens du service du bien commun et leur conscience professionnelle, leurs connaissances juridiques aussi, sans leur faire pression, sans utiliser l’arme très populiste de la pétition qui laisserait entendre que si vous étiez populaire et convainquiez un grand nombre de vos contemporains, tout vous serait permis, jusqu’à tuer.

Non, heureusement, car nous sommes dans un État de droit. Quand les juges ont confirmé à plusieurs reprises la lourde peine de prison de Jacqueline Sauvage, ils ne l’ont pas fait par machisme, par haine des femmes, ni par incompréhension à sa situation des victimes de violences conjugales, ils l’ont fait sur des faits bien précis, établis et accablants.

Lors de la première journée du procès en appel, très tendue, les avocats de la famille de Sébastien se sont opposés aux avocats de la prévenue. Victime contre victime. L’avocat d’Alexandra Richard a demandé la fin de la prison : « Vous pourrez dire [à son plus jeune enfant] que sa maman dort en prison à cause de l’avocat général ici présent. ». L’avocate de la famille de Sébastien, le compagnon, a aussi surfé sur l’émotionnel, en parlant de ses deux enfants nés avant de connaître Alexandra, aujourd’hui âgés de 13 et 15 ans, qui vivaient aussi dans cette famille recomposée : « des enfants qui ont perdu leur papa et qui sont malheureux ».

Dans cette affaire, je ne suis pas juge et pour Alexandra Richard et ses trois enfants, je leur souhaite la quiétude de l’acquittement, le verdict est attendu ce vendredi 22 octobre 2021. Mais méfions-nous des militantes doctrinaires qui n’ont qu’une chose en tête, faire avancer leurs idées politiques, et cela avec le moyen le plus démagogique possible, l’émotion. La justice doit au contraire se prononcer dans un climat dépassionné et apaisé, hors de toute pression. Au risque d’être froide. Voire glaciale.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (19 octobre 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Alexandra Richard, coupable ou victime ?
Jacqueline Sauvage.
Violences conjugales.
Affajre Bygmalion.
Affaire Benalla.
Affaire Tapie.
Éric de Montgolfier.
L'abolition de la peine de mort.

_yartiRichardAlexandra03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 21 octobre 10:02

    « Elle l’a fait pourtant, une tentative, avec ses trois enfants, d’aller habiter chez ses parents, mais elle est finalement revenue vivre au domicile familial et a abandonné sa plainte. Le fait d’être restée a beaucoup contribué à la passivité de la justice et des services sociaux... »

    ici, tout est dit, quand la « victime » elle-même ne sait pas ce qu’elle veut . . .


    • Samson Samson 21 octobre 14:17

      @Gégène
      Jamais simple !
      Malgré tout ce qu’en peuvent prétendre les « non-binaires » et autres militants genrés, l’égalité sexuelle n’est constituée qu’en droit et les psychologies masculines et féminines diffèrent grandement !
      Que ce soit culturellement ou génétiquement déterminé et sans prétendre vouloir généraliser, bien des femmes sont sentimentales et gardent malgré les circonstances adverses un attachement plus ou moins profond envers la personne dont elles ont été un temps amoureuses, plus encore s’il s’agit du géniteur ou du père de leurs enfants.
      Ce qui peut déboucher sur une ambivalence aux conséquences parfois tragiques, au moins pour ce que j’ai pu en constater dans mon propre entourage !
      Le genre féminin et ses représentantes constituant pour moi une aussi charmante qu’insondable énigme, je me garde pour ma part de tout jugement !

      Bien à vous, en vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


    • Gégène Gégène 21 octobre 14:38

      @Samson
      ce que vous dites est vrai, mais comment reprocher à un flic, un juge, un(e) travailleur social de ne plus trop savoir sur quel pied danser, alors qu’il y a tant à faire ailleurs ?


    • Jamais un homme n’a ou n’aurait osé des tels gestes....Le masochisme féminin est connu.... mais pas inéluctable....le sado-masochisme est une composante très très fréquente dans les relations de « non couple ». A un moment, il faut sortir de cette « perversion » des relations. Je connais plein de dits « couples » semblable. Quand je leur dit. Apprenez d’abord à vivre avec vous-même en bonne entente. Tu as raison. Lendemain : ah mon « compagnon » est revenu. Trois jours après : au secours : je me sens mal...


      • de tels gestes sur moi...


      • Pourquoi « non couple ». Parce que ces « relations sont fusionnelles »...Et donc : toxiques....


        • Dans d’autres « couples ». C’est la femme qui sadifie (Folcoche) et l’homme qui est passif... Quant à la culpabilité....Vaste question...Laissons cela à la divine providence. Généralement, quand une personne prend une mauvaise route.. La note arrive à son heure... Hollande ne veut pas reconnaître qu’il s’est trompé et qu’il est la cause (dans une certaine suite logique) de la mort de la gauche. Alors, dans le déni, comment réagit-il : il accuse tout le monde (excepté lui,...).


          • N’oublions pas qu’il y a une certaine jouissance inconsciente à être dans le rôle de la victime..... et aussi de soulagement à être désigné comme le coupable. Je suis coupable (OH OUI, pensais YSL en étant flagellé par Pierre Bergé, ou buvant son urine..). 


            • Jelena Jelena 21 octobre 10:33

              >> (..) avec le moyen le plus démagogique possible, l’émotion.

              Vous qui faites de la promotion pour « l’enrichissement de Pfizer » ou sur « la marchandisation de l’enfant » en jouant sur « l’émotion », vous êtes mal placé pour écrire cela.


              • Clocel Clocel 21 octobre 11:15

                Cette dame a contribué à rendre la planète plus sympathique...

                Un taré violent qui collectionne les armes, ça intéresse qui à part ceux qui exploitent le chaos ?


                • Albert123 21 octobre 11:29

                  @Clocel

                  « Cette dame a contribué à rendre la planète plus sympathique... »

                  elle a surtout contribué à faire perdurer le génome d’un timbré tout simplement car s’en est une elle même.

                  on a pas à faire à une victime mais à une complice comme la plupart du temps dans ces affaires sordides de couples dégénérés


                • @Albert123 exact. C’est une question de plusion-répulsion.... Si le mal est en vous, vous l’attirerez. Comme l’inverse...


                • Samson Samson 21 octobre 14:29

                  @Clocel
                  De fait !
                  Mais si tout le monde argue de ce prétexte pour « justifier » la radicalité de la méthode, notre belle planète risque bien de ne pas rester plus sympathique fort longtemps ... smiley smiley smiley


                • Dans l’affaire dutroux, ils étaient bien deux : Michelle MARTIN (sous emprise et passive) et Dutroux (idem, sous l’emprise d’une mauvaise mère incestuelle). La rencontre du couple diabolique ne fut que celle de deux êtres sous emprise. Surtout de celle de leur mère....C’est le problème dans le cas de la perversion-narcissique. La personne est à la fois coupable (légalement) mais ous emprise psychiquement,....La question étant comme toujours juridiquement : la personne était-elle consciente au moment des faits.... ? Socrate a la réponse. Si une personne était consciente du mal qu’elle fait, elle serait aussi consciente que ce mal elle le fait avant tout à elle-même et donc cesserait dêtre le jeu des ses propres illusions et du mal qui le domine. Donc, disons que la personne est innocente, mais coupable par rapport aux lois du vivre ensemble dont nous sommes redevable. N’oublions pas que c’est le peuples qui paient les frais de justice.....


                  • phan 21 octobre 11:50
                    Attendons le résultat du procès en appel pour comparer à l’affaire Jacqueline Sauvage.
                    En cas de confirmation de la condamnation, Rakoto va demander la clémence de son maître l’Eborgneur.

                    • phan 24 octobre 08:26
                      “Au nom du peuple français…”  : Peine de dix ans confirmée en appel contre Alexandra Richard.

                    • ETTORE ETTORE 21 octobre 13:35
                      phan 21 octobre 11:50
                      Encas de confirmation de la condamnation, Rakoto va demander la clémence de son maître l’Eborgneur.

                      Vous m’avez enlevé les mots des doigts !LOL
                      Comme Rakotonanobis, ne fait jamais rien sans rien, je me demandais, aussi, très justement, comment il allait rebondir, sur les exactions menées par un « misérable petit père » de la nation, sur ses femmes et enfants de la République.

                      • Samson Samson 21 octobre 13:37

                        « Victime ou coupable ? »
                        Tant pour Alexandra Richard que feu son compagnon, les deux qualifications n’ont rien d’exclusives et paraissent pleinement s’appliquer. La question reste pour la justice de déterminer précisément de quoi et en conséquence de comment qualifier l’acte : homicide involontaire ou meurtre ?


                        "Dans cette affaire, je ne suis pas juge et pour Alexandra Richard et ses trois enfants, je leur souhaite la quiétude de l’acquittement, le verdict est attendu ce vendredi 22 octobre 2021.

                        ... La justice doit au contraire se prononcer dans un climat dépassionné et apaisé, hors de toute pression."

                        A moins de reconnaître la notion de légitime défense, je ne vois pas comment la justice pourrait simplement acquitter, car même s’il s’agissait d’un tragique « accident », ses séquelles n’en restent pas moins fatales et nécessitent fut-il purement symbolique en regard des circonstances retenues par la sagesse des jurés le prononcé d’une condamnation.

                        Tout au plus peut on espérer et en l’occurrence souhaiter un verdict aussi mesuré et clément que faire se peut et qui tienne pleinement compte des circonstances atténuantes : l’irrésistible pression, les antécédents du défunt (déjà condamné pour violence), son inadmissible détention d’armes à feu, ...

                        En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


                        • Qui sur AGV possède une ou plusieurs armes à son domicile ?

                          Je vous informe que si c’est le cas vous devez les stocker selon la méthode suivante :

                          Démonter la pièce de sécurité de chaque arme et les stocker dans un coffre verrouillé et dans une pièce différente d’où sont stockés les armes .

                          Les munitions , les stocker dans un coffre verrouillé et dans une pièce différente d’où sont stocké les armes et les pièces de sécurité.

                          Si vous pratiquez cette méthode le parcours de reconstitution devient long et complexe .

                          Une arme ne tue pas , c’est l’utilisateur ou le servant de l’arme qui tue .

                          Donc en dehors de tout engagement dans un conflit militaire sous la surveillance de la prévôté ou d’une guerre civile dûment déclarée, 

                          dame « machine-bidule » est malheureusement coupable d’assassinat par arme à feu .

                          La légitime défense est équilibrée par la réponse appropriée à la menace .

                          La meilleure réponse étant la fuite en sécurité .


                          • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                            Quant à l’éborgneur présidentiel , c’est un psychopathe couvert, déresponsabilisé par les directeurs de l’ administration de l’état français .(Police, Justice, Renseignement, Préfet )....


                          • Samson Samson 22 octobre 16:09

                            @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                            « ... coupable d’assassinat par arme à feu »
                            Tout au plus de meurtre, la qualification d’assassinat requérant la préméditation.

                            Et s’il s’agit d’un homicide involontaire, ce qui, le défunt ivre s’étant fort imprudemment emparé du canon de l’arme plutôt qu’immédiatement la détourner, est probable dans la bousculade, il est pour rappel toujours plus prudent pour la personne qui prend le risque d’en mettre une autre en joue de se tenir à distance suffisante pour parer un tel aléa, ... et de rester extrêmement attentive.

                            Ayant déjà, sans être ivre, eu le fort pénible désagrément de me trouver mis en joue et menacé de mort, je peux certifier qu’à l’inverse du détenteur de l’arme détendu et rassuré par le pouvoir qu’elle lui confère —, l’effet de stress est aussi puissant qu’immédiat et aiguise fort dangereusement lucidité et vigilance, pleinement mobilisées en vue de tout arc réflexe nécessaire à la survie.

                            Les armes ne sont pas des jouets !!!


                          • La légitime défense est équilibrée par la réponse appropriée à la menace .

                            Dans le cas de l’éborgneur , vaxxineur de force..

                            Le cas de la légitime défense du peuple français se pose ouvertement à la vue de nombre de victime par décès .

                            Une légitime réponse contre la personne de l’éborgneur / vaxxineur devrait être posée .

                            Apparemment l’état français ne fait pas son travail et devient collaborateur de la violence et de la mise à mort ( l’exécution physique des français ) 

                            Comme la milice à l’époque du Président Pétain .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité