• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Cambriolages : lettre ouverte aux responsables politiques de tous (...)

Cambriolages : lettre ouverte aux responsables politiques de tous bords

Pour beaucoup, les cambriolages ne sont qu’un aléa, une tracasserie administrative ou une pensée stressante à chasser au plus vite de son esprit. D’autres estiment que leur mauvaise fortune les fera passer sous les radars des voleurs. Malheureusement, la réalité est bien plus complexe que ça et le profil des malfaiteurs évolue en même temps que leurs modes opératoires. La violence y occupe désormais une place de choix. En nier l’existence ne résout aucunement sa propagation, exponentielle. Gardez ce chiffre en tête : 1 cambriolage sur 3 se déroule en présence des occupants. Ca remet tout de suite les choses en perspective, n’est-ce pas ?

Pour bien comprendre ce qui se cache derrière le mot « violence », le mieux consiste à l’illustrer par des drames humains, pudiquement baptisés « faits divers » par la presse.

Le nouveau visage des cambrioleurs

Limoges : une jeune femme violée à son domicile

La victime, âgée de 19 ans, a été violée à plusieurs reprises par son cambrioleur de 25 ans, confondu par son ADN et localisé grâce au butin emporté après son méfait (une carte bancaire et un téléphone portable). Comme toujours, il est connu des services de police pour des faits mineurs. Il a été placé en détention provisoire pour viol aggravé.

A lui tout seul, ce drame fait voler en éclats toutes les idées reçues sur les cambriolages. Une simple tracasserie administrative ? Allez donc en parler à la victime. Rien à voler ? Peu leur chaut votre bonne ou mauvaise fortune, les voleurs savent que vous possédez probablement une carte bancaire, un chéquier, des clés de voiture ou un appareil électronique de valeur (smartphone, ordinateur portable, tablette). Amplement suffisant pour eux. La vie de cette jeune femme est brisée, son traumatisme indélébile ou presque. Avec beaucoup de courage, et en étant bien entourée, il s’estompera, mais ne disparaîtra jamais totalement. Elle devra vivre avec ce fardeau toute sa vie.

Roubaix : un enfant de 8 ans grièvement blessé par des cambrioleurs en fuite

Ce « fait divers » se déroule à Roubaix. Des cambrioleurs en fuite prennent tous les risques en voiture pour échapper aux forces de l’ordre. Parfois, cela se passe « bien », comprenez, sans faire de victimes. Cette fois, il y a cinq victimes à déplorer, dont un enfant de 8 ans gravement blessé. Trois policiers ont également été blessés, dont l’un fut mordu lors des interpellations.

Là encore, on est loin de l’image d’Epinal des monte-en-l’air, discrets et nobles d’esprit, façon Arsène Lupin. Un enfant de 8 ans est gravement blessé dans cette histoire sordide. Vous attendez tranquillement le bus avec votre gamin et, une seconde après, vous êtes tous deux happés par un véhicule qui vous brise, net. L’horreur.

Ces deux drames illustrent parfaitement le nouveau visage de ces criminels, prêts à toutes les infamies pour voler quelques euros. Ils remontent à quelques jours à peine. Des drames tels que ceux-là frappent des familles, tous les jours, dans toute la France. Pêle-mêle : la nuit de terreur vécue par un couple de retraités du Gers, la séquestration et le tabassage d’un adolescent chez lui par les cambrioleurs, la mort d’un père de famille après l’intrusion en pleine nuit de six faux gendarmes, une grand-mère braquée à domicile alors qu’elle faisait la sieste avec sa petite fille, une nounou et deux nourrissons frappés par un cambrioleur en pleine journée, le meurtre d’un homme de 58 ans chez lui, à Lisieux, pour une carte bancaire et des clés de voitures, etc. Jugez par vous-même de la gravité de cette violence à domicile.

Si constater l’ampleur de ce fléau à travers la lecture de tous ces drames est nécessaire à une prise de conscience, il faut aller plus loin. C’est la raison pour laquelle j’ai envoyé une lettre ouverte aux responsables politiques français afin de les interpeller sur l’urgence de la situation. Il faut agir et vite.

 

Lettre ouverte aux responsables politiques français

 

Madame, Monsieur,

Vous exercez vos responsabilités politiques avec tous les droits et les obligations qui en découlent.

J’attire votre attention sur l’épineux problème des cambriolages, éternel absent du débat politique français. Une étude de Budget Maison (mai/juin 2017) révèle pourtant que la crainte d’un cambriolage préoccupe 68% des Français. Malgré les opérations de communication, dont la très surfaite Opération Tranquillité Vacances, l’épidémie ne cesse de s’étendre : 1 délit touchant aux logements toutes les 30 secondes, soit plus d’un million chaque année. Le désastre est même plus conséquent car les entreprises et les commerces de proximité ne sont pas intégrés à cette statistique déjà affolante en soi.

Quant à la nature même des vols, force est de constater que la violence devient monnaie courante lorsqu’on prend la peine de parcourir la rubrique des faits divers de la presse régionale.

Vous m’accorderez que nous sommes loin de l’image romanesque du gentleman cambrioleur.

Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur des actes d’une sauvagerie sans précédent qui détruisent des milliers de familles chaque année. Garantir la sécurité de la population est une obligation non négociable dont chaque représentant politique est comptable. Chaque citoyen a le droit de vivre en paix, sans craindre d’être agressé, chez lui, par une bande de malfrats prêts à commettre toutes sortes d’atrocités. Il est nécessaire de mettre un terme à cette criminalité galopante en adoptant une ligne politique sans équivoque : tolérance zéro.

Pour que cet objectif se réalise, il doit devenir une priorité nationale. Il ne dépend que d’une chose : la volonté politique. Fini les demi-mesures et autres gadgets politiques chers aux communicants de tous bords. Place aux mesures efficaces et, surtout, aux résultats.

Dans mon dernier ouvrage, je dresse une liste de 13 mesures, concrètes, destinées à enrayer le mal. En voici quelques unes résumées dans les grandes lignes :

  • Incitation fiscale

Les ménages allemands bénéficient d’incitations fiscales afin de s’équiper en matériel de sécurité. En France, c’est le néant. Pourquoi ?

  • Certification sécuritaire des logements

Une telle mesure est déjà en vigueur au Royaume-Uni et en Belgique. Pourquoi ne pas mettre à profit l’expérience des référents sûreté de la Police nationale et de la Gendarmerie afin de créer un label sécurité des logements ?

  • Lutte active contre le recel

Il est sidérant de retrouver quantité d’objets volés sur des sites internet de petites annonces. Pourquoi ne pas compliquer la tâche des voleurs en responsabilisant lesdits sites internet de petites annonces, en créant un grand fichier national des objets volés et en généralisant le marquage des objets ? Cette pratique de marquage préventif se développe au Royaume-Uni et en Belgique, pourquoi ne pas s’en inspirer ?

  • Muscler les conséquences judiciaires

Aux Pays-Bas, la condamnation est systématique et les peines sont aggravées en cas de récidive. Chez nous, les peines prononcées sont si peu dissuasives que les réseaux mafieux ont lourdement investi ce créneau au grand dam de nos concitoyens. Que proposez-vous pour dissuader les primo-délinquants et les multirécidivistes ?

  • Rendre des comptes aux victimes

3 victimes sur 4 n’ont plus aucune nouvelle après avoir porté plainte. Trouvez-vous normal qu’on s’intéresse plus au sort des auteurs de délits qu’à celui des victimes ?

  • Eradiquer les actes de violence

La violence de certains cambriolages dépasse l’entendement. Si vous lisez la revue hebdomadaire que je tiens sur le site leguideimmobilier.com, vous savez déjà que nombre de victimes sont séquestrées, ligotées, frappées… Les voleurs ne reculent devant rien pour extorquer argent liquide, bijoux, cartes bancaires et codes secrets à leurs malheureuses victimes : déluge de coups, menaces de mutilations, noyades, essence, chalumeau, fer à souder, viols, meurtres de membres de la famille… Ils n’ont plus aucune limite à leur imagination maléfique. Que proposez-vous pour protéger les honnêtes citoyens de ces horreurs perpétrées au quotidien ?

Finalement, êtes-vous disposé à déployer une politique de lutte contre les cambriolages ferme et sans concession ? Si oui, quels sont les grands axes de votre programme ?

Comme beaucoup de mes concitoyens, j’ai hâte de lire vos réponses et de prendre acte des suites que vous comptez donner à ce dossier brûlant. Je ne manquerai pas de relayer vos réponses partout autour de moi, notamment aux victimes, de plus en plus nombreuses, qui ne peuvent plus accepter que leurs élus détournent le regard tandis que cette criminalité prospère comme jamais.

Si vous souhaitez me rencontrer pour en discuter en privé, ou publiquement, j’accepterai votre invitation avec grand plaisir.

Cordialement,

Laurent Criado
 

--------------------------------------------------------

Il existe fort heureusement des solutions efficaces pour se protéger contre les cambriolages, que ce soit au niveau individuel ou collectif. Mais les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités et montrer l’exemple en assurant une protection inconditionnelle des citoyens. Une volonté politique doit émerger et, considérant l’ampleur des dégâts, la lutte contre les cambriolages doit devenir une priorité nationale. Les pouvoirs publics doivent déclarer une guerre sans merci aux cambrioleurs.

Augmenter les effectifs des forces de l’ordre peut, certes, s’avérer utile. Mais ce n’est pas suffisant. Les forces de l’ordre sont efficaces dans cette lutte quotidienne, le problème vient plutôt de ce qu’on nomme le laxisme judiciaire... Il n’existe pas une activité criminelle aussi lucrative et pratiquement sans risques que les cambriolages. Les risques sont minimes, tant sur le plan physique que judiciaire.

Cette lettre ouverte a pour objectif de mettre le dossier des cambriolages sur la place publique, puisque c’est l’éternel absent des programmes politiques des uns et des autres. Quel meilleur site qu’Agoravox pour relayer une démarche citoyenne ? Si vous souhaitez accompagner cette démarche, venez débattre dans les commentaires et/ou partagez cet article. Plus nous aurons de poids, moins les responsables politiques pourront continuer à détourner le regard de ce fléau.

Laurent CRIADO

Site internet : leguideimmobilier.com

 

Cet article peut volontiers être repris, sans coupures, pour informer le plus de monde possible. La photo illustrant l’article doit rester la même. Le nom de l’auteur doit figurer distinctement en début d’article, un lien doit renvoyer sur la page Agoravox de l’article. Merci à toutes et à tous.

Merci aux journalistes de respecter la déontologie de la profession en mentionnant clairement la source et en évitant toute forme de plagiat.

Si vous avez des attentes sur des thématiques liées à l’immobilier, prévenez-moi directement dans les commentaires ou via mon site.


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

137 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 6 septembre 11:24

    « laxisme judiciaire »


    C’est effectivement bien là le plus gros problème. Le deuxième plus gros problème, c’est que si un cambrioleur vous agresse, vous serez coupable de violences aggravés si vous vous défendez, et vous serez condamné à la prison, contrairement à votre agresseur.

    Dans notre village, on a trouvé la solution. Les sangliers qui se promènent dans les bois de notre commune sont très voraces. Si l’on ne peut plus faire confiance à notre pays, alors on se débrouille sans.

    • Fergus Fergus 6 septembre 12:58

      Bonjour, bibou1324

      « si un cambrioleur vous agresse, vous serez coupable de violences aggravés si vous vous défendez, et vous serez condamné à la prison, contrairement à votre agresseur »

      Cette affirmation relève des « légendes urbaines ». Dans la réalité, il n’y a condamnation des résidents que s’ils ont utilisé des moyens de défense disproportionnés, par exemple en tirant avec un fusil de chasse sur un cambrioleur désarmé, ou lorsqu’il y a eu acharnement physique sur un voleur neutralisé.


    • HELIOS HELIOS 6 septembre 14:46

      @Fergus


      ***** moyens de défense disproportionnés *****

      entre un cambrioleur de 50 ou de 60 ans... et un cambrioler de 25 ans, la disproportion existe déja, ne serait ce que par la difference d’age et son endurance.

      Le vieil homme ne peut pas se defendre, et s’il le fait, il n’a qu’un essai, un seul, car s’il rate son coup ou que celui-ci n’est pas suffisant - le dosage est l’apanage de ceux qui sont déjà violents - il n’aura pas l’occasion de recommencer, il faut qu’il gagne totalement en une seule fois. !

      et c’est justement ce qu’interdit la loi, c’est dire cette « victoire » en un seul coup !

      Bref, comme d’habitude, le plus faible doit perdre chaque fois.

    • Cateaufoncel 6 septembre 15:23

      @HELIOS

      "entre un cambrioleur de 50 ou de 60 ans... et un cambrioler de 25 ans, la disproportion existe déja, ne serait ce que par la difference d’age et son endurance.« 

      Vous me l’avez ôté du clavier. Ce concept de »disproportion" est, de plus, laissé à la discrétion d’un juge qui peut, par orientation politique, être plus complaisant à l’égard des délinquants, que bienveillant à l’égard des victimes.

      Souvenons-nous de l’odieux Mur des Cons, du syndicat de la magistrature.


    • Cateaufoncel 6 septembre 15:55

      @HELIOS

      Extraits d’un article publié en 2010 sur le site « Ilikeyourstyle », aujourd’hui disparu (texte intégral repris sur le blog de Bidou)

      René Galinier, par exemple, a tiré sur ses deux cambrioleuses. Il n’y aucun doute là-dessus. Il a reconnu d’emblée en être l’auteur et n’a jamais cherché à paraître autrement que comme l’auteur des tirs.

      Moncif Ghabour, le deuxième braqueur de Grenoble, lui, nie les faits. Il prétend avoir un alibi. Des témoins en sa faveur. Bref. Comprenez que la présomption d’innocence joue donc pour lui aussi bien dans la forme que dans le fond de l’affaire.

      Le premier est maintenu en détention provisoire alors qu’il présente toutes les garanties. Le second, braqueur, multirécidiviste, est soumis à un simple contrôle judiciaire malgré plusieurs semaines de cavale.

      (...)

      René Galinier, je le redis, est mille fois plus dangereux pour l’État que Moncif Ghabour.

      Parce qu’il y a cent mille fois plus de René Galinier que de Moncif Ghabour. Que ces René Galinier ne doivent jamais avoir l’impression qu’ils peuvent se passer de l’État pour assurer leur défense. Parce que le jour où ils pourront s’en passer, ce jour-là, l’État ne sera plus qu’un oppresseur fiscal. Une association de voleurs.

      (...)

      Le principe d’une légitime défense très restreinte n’a pas pour objectif de protéger la population de l’arbitraire, de la jungle et des voyous qui peuplent celle-ci. Elle vise à assurer la prééminence de l’État dans le règlement des conflits par l’infantilisation de la population. Elle vise à assurer au chef des voleurs, l’État, ses revenus quotidiens.

      Document annexe :

      Procès Galinier : le septuagénaire condamné à 5 ans de prison dont 4 avec sursis est ce soir incarcéré

    • Armelle Armelle 6 septembre 16:05

      @Fergus
      « Dans la réalité, il n’y a condamnation des résidents que s’ils ont utilisé des moyens de défense disproportionnés »
      Faux !!!
      Pourquoi affirmez vous les choses pareilles, venez voir mon voisin et vous verrez s’il s’agit de légendes urbaines !!!
      Ils s’est défendu avec ses mains et ses pieds, le problème c’est que professionnel de Capoera, le type en face a reçu un talon dans la mâchoire, je vous passe les détails mais celui-ci a eu le culot de porter plainte !!! Résultat ; 2 affaires différentes, avec des chefs d’accusation pour les deux !!! Vol avec effraction pour l’un et violence aggravée pour l’autre !!!
      Vous nous parliez de quoi ? Légendes urbaines ? Vous racontez n’importe quoi !!! et votre discours, consistant à minimiser le problème ne fait que l’aggraver
      La vérité est que nous avons un état qui n’est pas foutu de respecter l’une de ses 1ères obligations régaliennes qui est celle d’assurer la protection du citoyen et ce, malgré les dépenses exorbitantes qu’il lui fait supporter à travers l’impôt !!!
      Et le problème grave qui finira par se poser est que les gens devant ce laxisme intolérable finiront par se défendre eux mêmes !!! Dixit l’inimaginable recrudescence des vente de tasers en France !!!

      ...Faire l’autruche n’a jamais réglé aucun problème


    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:16

      @bibou1324

      Bonjour bibou1324,

      Merci de prendre part au débat.

      Le laxisme judiciaire est effectivement une des problématiques concernant la délinquance, et plus particulièrement pour les cambriolages.

      Peu importe le qualificatif employé, personne ne peut nier qu’il existe au minimum une bienveillance judiciaire sur ce point. N’oublions pas que les peines prononcées à l’encontre de multirécidivistes (2ème, 3ème, 4e chance, etc.) sont ridicules par rapport à notre code pénal, un des plus répressifs... en théorie.

      En ce qui concerne le fait de se faire justice soi-même, c’est compliqué dans la mesure où il faut savoir interpréter les termes de la légitime défense. Les plus grands experts judiciaires s’écharpent sur le sujet, les forces de l’ordre réfléchissent aux conséquences judiciaires avant de se protéger ou de protéger la population. Alors, un simple particulier agressé à son domicile, qui n’est pas au fait des tenants et des aboutissants... Sans compter que nombre de cambrioleurs agissent de nuit (effet de surprise), à plusieurs et armés. Il y a bien des choses à faire en amont d’une intrusion pour, justement, éviter ce risque de confrontation physique, LE risque numéro 1 qui fait passer le reste (vol d’ordinateur ou de bijoux, par exemple) pour des broutilles.

      Se débrouiller sans l’Etat, heureusement, c’est possible, en restant dans la légalité également. Après, il est vrai que l’Etat pourrait donner l’impulsion afin que la lutte contre les cambriolages ne se cantonne pas à des actions individuelles mais devienne une vraie priorité nationale. Avec ce qu’il faut d’énergie et de moyens pour faire en sorte de bien faire passer le message : la récréation est terminée.


    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:20

      @Fergus

      Bonjour Fergus,

      Merci pour ce commentaire.

      Je ne crois pas qu’on puisse parler de légende urbaine. Il s’agit tout simplement de l’interprétation qui sera faite de la légitime défense par rapport aux circonstances de votre défense. Ce qu’il faut bien comprendre avec les cambriolages, c’est qu’il s’agit bien plus que de statistiques, de probabilités et de droits. C’est avant tout des drames humains. Chaque semaine est (malheureusement) riche en actes crapuleux. Autre chose, quand 5 ou 6 hommes armés s’introduisent chez vous, en pleine nuit, dans l’intention de vous torturer afin de vous voler carte bancaire, liquidités, etc., comment peut-on encore se poser la question de savoir si la légitime défense est bien qualifiée ? C’est là un gros problème et, pour vous éviter une injustice, autant l’éviter en laissant tout ce beau monde hors de votre domicile.


    • Fergus Fergus 6 septembre 16:27

      Bonjour, HELIOS

      Vous avez raison, et c’est pourquoi la situation doit être évaluée par les juges en tenant compte de tous les paramètres.

      J’ajoute à cela que dans l’écrasante majorité des cas, le seul fait de brandir une arme suffit à faire fuir les cambrioleurs !


    • Fergus Fergus 6 septembre 16:32

      @ Laurent CRIADO

      « quand 5 ou 6 hommes armés s’introduisent chez vous, en pleine nuit, dans l’intention de vous torturer afin de vous voler carte bancaire, liquidités, etc., comment peut-on encore se poser la question de savoir si la légitime défense est bien qualifiée ? »

      Vous parlez là d’actes de banditisme passibles des assises, rien à voir avec de simples cambriolages qui sont en général le fait d’un ou deux individus pas très courageux et prêts à détaler à la moindre alarme sonore.

      Ce que j’ai écrit plus haut se rapporte évidemment aux cambrioleurs ordinaires, pas aux bandits que vous décrivez !


    • Trelawney Trelawney 6 septembre 17:17

      @Fergus
      Dans la réalité, il n’y a condamnation des résidents que s’ils ont utilisé des moyens de défense disproportionnés,

      Il n’est pas obligé de la crier sur tous les toits. Je peux vous dire d’expérience que le cambrioleur fait un très bon engrais pour les hortensias

    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 18:11

      @HELIOS

      La question de la légitime défense, et ses multiples interprétations, est un sujet très vaste.

      Dans le cadre d’un cambriolage, il est regrettable d’avoir à se poser la question de la légitime défense. Un groupe de malfrats, armé, qui s’introduit chez vous par effraction, en pleine nuit, ne le fait certainement pas pour vous apporter des croissants !

      Comprenez par là que si plusieurs individus pénètrent chez vous, c’est qu’a priori ils sont animés de mauvaises intentions et comptent sans doute recourir à la violence du fait de leur supériorité numérique.

      Dans ce cas, je préconise la légitime protection. Il ne s’agit pas d’autoriser tout et n’importe quoi, c’est déjà assez le Far West comme ça, mais de permettre à une personne qui craint pour son intégrité physique et/ou celle de sa famille de ne pas s’interroger sur le parfait alignement des planètes quant à la légitime défense. Le logement est sanctuarisé, une personne entrant par effraction est susceptible de subir une riposte de l’occupant.

      Que penser de ce père de famille récemment poignardé à 6 reprises, chez lui, qui parvient cependant à maîtriser son agresseur et, finalement, le laisse fuir de peur d’être inquiété par la justice ? Il reçoit 6 coups de couteaux et il se pose la question de la légitime défense ! Voilà où nous en sommes. On marche sur la tête.

      C’est un sujet très complexe, pour lequel il convient de se mettre à la place des victimes qui n’ont pas demandé à être agressées.

      L’histoire de ce professeur illustre bien les problèmes d’interprétation liées à la notion de légitime défense :

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/11/04/01016-20101104ARTFIG00777-non-lieu-pour-un-professeur-apres-une-agression-mortelle.php

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/10/21/01016-20091021ARTFIG00747-le-cambrioleur-etrangle-par-sa-victime-etait-son-eleve-.php

      L’auteur de l’agression avait l’intention de le faire brûler, lui, sa femme et son enfant. Plus de douze mois furent nécessaires pour qu’un non-lieu soit prononcé. Vous imaginez l’angoisse, le sentiment d’injustice ? Votre nom et votre réputation sont traînés dans la boue. En sachant également que le casier judiciaire portera des traces de cette mise en examen alors que c’est vous la victime. Incroyable.

      Quelque chose ne fonctionne pas et commande une profonde réforme politique afin que l’Etat assure cette fonction régalienne pour laquelle on le paie.

    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 18:46

      @Cateaufoncel

      Les orientations politiques des magistrats jouent sans doute un rôle dans les peines prononcées.

      Les idées défendues par la gauche et la droite sont différentes sur les façons de résoudre le problème.

      Quand on étudie les peines effectives, on peut raisonnablement se demander si les délinquants ne bénéficient pas d’une certaine bienveillance.


    • Jeff84 6 septembre 18:57

      @Trelawney
      Oui, et c’est beaucoup moins risqué que d’appeler la police.


    • Cateaufoncel 6 septembre 19:22

      @Laurent CRIADO


      « Il ne s’agit pas d’autoriser tout et n’importe quoi, c’est déjà assez le Far West comme ça... »

      Je vous entends, mais n’avez-vous pas le sentiment qu’actuellement le Far West est plutôt unilatéral, et que ce sont les... apaches qui en sont les acteurs principaux, pour ne pas dire les acteurs uniques ?

      "Votre nom et votre réputation sont traînés dans la boue."

      Par Libération, la Ligue des Droits de l’homme et SOS Racisme, mais l’opinion publique, elle, est généralement compréhensive, voire bienveillante. Souvenez-vous des 1.6 million de like enregistré, il y a quatre ans, sur Facebook après qu’un bijoutier a abattu un braqueur qui s’enfuyait de son magasin, en moto.

      On a discuté, à l’époque de la réalité de ces soutiens, mais un certain Patrick Klugman, avocat et adjoint au maire de Paris (Delanoë), écrivait sur le Huffington Post, le 27 septembre 2013, sous le titre Autopsie d’une défaite républicaine :

       « A-t-il vraiment dépassé le million d’adeptes sur Facebook ? Des experts s’affrontent sur ce point. Je n’en suis pas. Une chose est certaine, l’empathie créée autour de l’auteur du drame n’est ni dérisoire, ni contestable. C’est ce qui rend cette affaire non seulement grave mais encore inquiétante. Pour être précis, ce n’est pas tant le nombre mais bien l’objet de l’adhésion qui pose question. »

       Slate, pour sa part, à l’aide des informations fournies par Facebook établissait le « portrait-robot de ceux qui likent » : 54 % d’hommes, 77 % entre 18 et 44 ans, avec en tête des villes d’origine des « like », Paris, Marseille, Nice, Lyon et Toulouse…

      Pour être le plus complet possible, la dernière information en date trouvée par l’intermédiaire de Google remonte au 23 décembre 2016, et nous apprend que Stephan Turk, le bijoutier, sera jugé pour meurtre, et que son avocat, Me Franck De Vita, allait faire appel dans l’espoir d’obtenir un non-lieu…Depuis plus rien, par Google


    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 19:29

      @Cateaufoncel

      Votre exemple traduit bien le sentiment d’injustice ressenti par nombre de victimes. Sentiment largement partagé dans l’opinion publique.


    • Cateaufoncel 6 septembre 19:34

      @Laurent CRIADO

      « Les orientations politiques des magistrats jouent sans doute un rôle dans les peines prononcées. »

      Quand on voit que sur le Mur des Cons figurait le général Philippe Schmitt, père
      d’Anne Lorraine (23 ans) violée et assassinée par un délinquant récidiviste, on est en droit de se poser les pires questions.


    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 19:58

      @Armelle

      La conclusion de votre commentaire résume bien la situation exécrable que nous subissons.

      Certaines personnes préfèrent agir comme si la catastrophe n’existait pas. Elle est pourtant bien là et la nier ne la fera pas disparaître.

      Il y a un énorme travail à faire au niveau de l’Etat. Sinon, comme vous le précisez, s’il n’assure pas son obligation régalienne, la protection de ses citoyens, à quoi sert-il ?



    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 20:10

      @Fergus

      Vous avez raison de préciser que chaque situation doit être évaluée par un juge.

      Le juge étant un homme comme les autres, avec ses qualités mais aussi ses faiblesses, dans certains cas un automatisme des peines serait souhaitable. Le juge pourrait étudier le dossier et enrichir le verdict. La récidive 10, 20 ou même 50 fois, c’est bien la preuve que la seconde chance n’est pas saisie et que ça ne fonctionne pas.

      Brandir une arme ferait donc fuir les voleurs ? Quand ils s’attaquent aux agriculteurs, qui sont souvent chasseurs et ont donc de quoi les accueillir, faut-il en conclure qu’ils sont suicidaires, stupides ou persuadés d’avoir la justice pour eux ? (rayer les mentions inutiles)


    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 21:04

      @Fergus

      Vous êtes d’accord pour qualifier ces actes de banditisme passible des assises.

      Malheureusement, la réalité est la suivante : de « simples cambriolages » deviennent de plus en plus violents. Bien sûr, ce n’est pas la majorité des cambriolages, fort heureusement, mais qu’en aurez vous à faire des probabilités et des statistiques si vous faites partie des milliers de personnes (quand même) agressées à leur domicile chaque année ?

      Ces actes de grande violence sont l’oeuvre d’individus isolés comme de gangs ou de réseaux mafieux.

      Le problème des cambriolages, c’est qu’il n’y a pas de prise de conscience de la population. La situation est catastrophique, mais ignorée.

      Les grands médias n’en parlent pas ou très peu. Uniquement en début de vacances estivales pour faire la propagande de l’Opération Tranquilité Vacances. Une pure opération de communication.

      Les médias régionaux relatent, dans leurs faits divers, les cambriolages, mais étant donné leur spécificité locale, si vous habitez dans le midi, vous allez lire Le Midi Libre. Vous verrez passer les faits divers de votre région. Ils sont aussi nombreux dans La Voix du Nord, Sud Ouest, Les DNA, Le Parisien, etc.

      Les gens pensent que les cambriolages se résument au seul préjudice financier. « Je n’ai rien à voler », « Je suis assuré », etc... Une séquestration, un passage à tabac, un viol, une séance de torture et, finalement, la barbarie, c’est toutes les semaines, sur tout le territoire. Et ça touche tout le monde, du chef d’entreprise au RMiste. Pour ces crapules, tout le monde est une cible potentielle.

      Mais bon, cela fait sans doute partie de la « stratégie » des pouvoirs publics de ne pas en parler afin de ne pas alimenter le sentiment d’insécurité de plus en plus palpable..

    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 23:08

      @Cateaufoncel

      Le Far West unilatéral, c’est tout à fait ça.

      Ceux qui vous traînent dans la boue sont effectivement toujours un peu les mêmes.

      Quant au soutien de l’opinion publique, il est parfois un peu contradictoire.

      Tout le monde était Charlie, et quand Charlie fait polémique avec quelques Unes, polémiques, alors on entend qu’ils cherchent les problèmes. Qu’ils ont peut-être récolté ce qu’ils ont semé... Bon. Des avis de la sorte...

      Pour l’exemple du bijoutier, voilà ce qui arrive quand l’Etat n’assure plus sa mission régalienne. A l’arrivée, c’est un drame pour tout le monde...

    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 septembre 00:00

      @Cateaufoncel

      Quand on en vient à mépriser les victimes, il y a effectivement beaucoup de questions à se poser...

      Mais chut... Ne pas vouloir un monde de bisounours, ce n’est pas bien !

    • Dzan 8 septembre 14:13

      @Trelawney


    • robert 6 septembre 11:25

      Bonjour, j’ai un problème actuellement « immobilier » et je cherche un bon conseil.
      Sur votre article, je ne pense pas que le laxisme de la justice soit en cause, la société est arrivée à un niveau de violence inimaginable ( sauf pour ceux qui l’ont vécu)


      • Fergus Fergus 6 septembre 13:01

        Bonjour, robert

        « je ne pense pas que le laxisme de la justice soit en cause »

        Pour avoir suivi des audiences de correctionnelle, je confirme : la Justice est souvent très sévère, contrairement à ce qui est affirmé sur les réseaux sociaux.

        Et d’accord avec vous sur la violence : elle a tendance à se banaliser d’une manière inquiétante.


      • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:18

        @robert

        Bonjour Robert,

        Merci pour votre commentaire.

        Pour votre problème immobilier, tout dépend de la nature du problème. Des professionnels compétents existent en nombre pour vous conseiller au mieux de vos intérêts.

        Concernant le laxisme judiciaire, il faut peut-être voir le problème par l’autre bout de la lorgnette. Cette violence inimaginable à laquelle se livrent les criminels/délinquants (on ne sait plus trop comment les appeler quand on voit de quoi ils sont capables) vient peut-être du sentiment d’impunité que leur procure une justice trop clémente. Une justice moins débonnaire en dissuaderait plus d’un de passer à l’acte. Le risque d’une lourde condamnation découragerait la récidive.


      • robert 6 septembre 17:02

        @Laurent CRIADO
        alors pourquoi marquer cela dans votre article ? « Si vous avez des attentes sur des thématiques liées à l’immobilier, prévenez-moi directement dans les commentaires »


      • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 22:23

        @robert

        Ce que je précise et que vous reprenez « Si vous avez des attentes sur des thématiques liées à l’immobilier, prévenez-moi directement dans les commentaires » est toujours d’actualité.

        Le sens vous a peut-être échappé, j’en suis désolé. En clair, il s’agit d’attentes concernant des thématiques pour des articles, ici, sur Agoravox. Je l’ai déjà fait, par exemple, pour le sujet concernant les compteurs Linky.

        J’en ai d’autres en préparation que l’on m’avait suggérés. Cela me demande du temps et des recherches, je ne peux raisonnablement pas les produire en claquant des doigts. Cette année, j’ai été absorbé par la rédaction de mon deuxième ouvrage technique et d’autres projets en plus du quotidien. En ce qui concerne votre problématique personnelle, elle n’entre donc pas dans ce cadre. Il n’y a donc aucune incohérence par rapport à ce que je mentionne.

        Je pourrais répondre à toutes vos questions si vous organisez un « Laurenthon » ou que vous décidiez de me sponsoriser en acquittant toutes mes factures et divers achats ! smiley Si vous souhaitez lancer le « Laurenthon », vous avez mon accord, j’accepte tous les dons, à commencer par le vôtre ? Quel montant ? smiley

        Plus sérieusement, l’immobilier est un sujet très sérieux, croyez-vous qu’une discussion sur un article Agoravox est le lieu pour quelque chose d’aussi important ? Si c’est juridique, une consultation d’avocat, un avis, c’est à la portée de n’importe qui. D’autant plus que vous pouvez avoir des aides si vous avez peu de moyens.

        S’il s’agit d’autres domaines, je vous le reprécise, ne faites pas l’économie de ne pas consulter un professionnel. Cela joue la plupart du temps contre vos intérêts.


      • sarcastelle sarcastelle 6 septembre 13:04

        Chez moi il n’y a rien à voler. Un gérontophile pourrait certes me violer. Ma maison m’ayant coûté des clopinettes, je ne ferai pas la dépense de transformer mon domicile en fortin sécurisé pour éviter le vol de mon ordinateur.


        • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 13:12

          @sarcastelle 


          Un gérontophile pourrait certes me violer.

          on pourrait t’envoyer DSK il n’est pas regardant sur la marchandise et en plus avec le procès tu seras a l’abris du besoin pour quelques réincarnations .....lol

        • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:23

          @sarcastelle

          Je ne remets pas en cause les audiences au cours desquelles vous avez pu constater que la justice était sévère.

          Toutefois, l’affirmation du contraire n’est pas l’apanage des seuls réseaux sociaux puisque les forces de l’ordre, les victimes et même certains magistrats le constatent à longueur d’année. Beaucoup m’ont confié leur ras-le-bol d’une justice inefficace, un sentiment d’inutilité de leur travail. 

          Quand vous avez le procureur de Nantes qui lance un cri d’alarme face à son impuissance concernant la délinquance des mineurs, c’est que le problème est suffisamment grave. 

          https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/mineurs-etrangers-isoles-le-procureur-de-nantes-lance-un-cri-d-alarme-1499444427

          Combien de délinquants, ultra violents, continuer leur petit business malsain alors qu’ils sont sous le coup de multiples condamnations (légères et aménagées) et qu’ils ont des casiers judiciaires si chargés que ça en devient pathétique ?

        • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:27

          @sarcastelle

          Bonjour Sarcastelle,

          L’erreur commise par beaucoup de personnes consiste à sous-estimer le fléau des cambriolages, à le prendre à la légère.

          En ce qui concerne l’idée reçue que vous n’avez rien à voler, je vous invite à lire une réponse détaillée, ici :

          http://leguideimmobilier.com/je-ne-risque-rien-je-nai-rien-a-voler/

          Une autre idée reçue consiste à ramener les cambriolages à une seule question d’argent.

          Peut-être que les deux exemples figurant en début d’article ne vous parlent pas suffisamment pour imaginer le traumatisme vécu par les victimes ?

          En voici quelques-uns avec des personnes âgées dans le rôle des victimes :

          - Une nuit de terreur pour un couple

          http://www.sudouest.fr/2017/08/25/gers-nuit-de-terreur-pour-deux-retraites-brutalises-et-cambrioles-3722325-7.php

          - Une femme de 62 ans ligotée et séquestrée pendant des heures

          http://www.lamontagne.fr/beaumont/faits-divers/2017/08/05/puy-de-dome-ligotee-dans-des-couvertures-pendant-le-cambriolage-de-sa-maison_12508098.html

          - Ici, la victime a 91 ans et de grosses séquelles

          http://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/rennes-4-ans-ferme-requis-en-appel-pour-avoir-extorque-une-femme-de-91-ans-09-08-2017-11624673.php

          - Un père de famille de 60 ans décède au cours du cambriolage

          http://www.20minutes.fr/societe/2090023-20170619-eure-mort-sequestration-menee-six-faux-gendarmes

          La liste est malheureusement très longue et sans fin... Funèbre litanie...

          En ce qui concerne le fait du faible coût de votre maison, et votre ordinateur comme seul objet de valeur, on en revient au fait de la prise en compte du seul préjudice financier.

          Peut-être êtes-vous suffisamment solide physiquement pour supporter une séance de torture en bonne et due forme, tout comme vous êtes, peut-être, suffisamment solide psychologiquement pour n’en garder aucune séquelle ? Je ne sais pas si je dois vous dire tant mieux ou tant pis dans ce cas là. Les victimes que j’ai rencontrées lors de mon enquête étaient beaucoup moins sereines et on les comprend. Personnellement, aucune n’a tenté un trait d’esprit par rapport à ce qu’elles ont enduré.

          Le fait est que la plupart des victimes seront marquées à vie par une séquestration, des actes de tortures, un viol.

          Quant au fait de transformer son habitation en camp retranché, heureusement qu’il existe des solutions moins extrêmes et pourtant très efficaces. Et, encore une fois, à combien d’euros évaluez-vous votre vie ?

          Nous sommes bien d’accord que s’équiper, même un minimum, demande un budget dédié, mais le différentiel par rapport à des équipements classiques n’est pas aussi élevé qu’on le pense. On peut faire beaucoup de choses avec peu.

          Après, libre à vous de continuer selon vos habitudes, mais tout le monde n’a peut-être pas votre bonne étoile.

          S’en remettre à la seule bonne étoile pour sa propre sécurité et celle de sa famille, ce n’est sans doute pas la meilleure des stratégies.

          Encore une fois, le risque numéro 1, ce n’est pas une porte cassée ou un ordinateur volé mais de s’en prendre plein la tête pendant des heures pour que ces braves cambrioleurs repartent avec une carte et son code. Essence, fer à souder, chalumeau, pince... Leur imagination n’a aucune limite quand il s’agit de vous faire cracher le morceau. C’est pour dénoncer cet état de violence que j’ai écrit cette lettre ouverte. L’Etat doit prendre ses responsabilités.

        • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 13:09

          Haaa aucun politique ne se fait cambrioler , on se demande bien pourquoi !!!! ....Haaa il y a une nuée ardente de flics qui surveillent .....


          • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:29

            @zygzornifle

            Bonjour Zygzornifle,

            Merci pour votre commentaire.

            Peut-être qu’à une époque, cela existait. Les politiques sont maintenant aussi dans le camp des victimes. Edouard Philippe a déjà été cambriolé, Bernard Cazeneuve l’a été deux fois, Roger Karoutchi aussi. Récemment, c’est Jean-Vincent Placé (un colonel réserviste des forces spéciales, paraît-il) qui a été agressé, en pleine rue. Une certaine gêne à le faire savoir, et donc à « avouer » leurs échecs, tempère sans doute les plus volontaires.

            D’un point de vue un peu plus large, cela rejoint ce que disait d’autres commentateurs. On peut constater dernièrement une banalisation de la violence vis-à-vis d’élus, quand ce ne sont pas eux-mêmes qui se livrent à de la violence. C’est sans doute cela la violence sociétale qui s’amplifie. D’où l’intérêt de sonner la fin de la récré et de condamner lourdement, dès la première affaire.


          • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 13:15

            Placé c’est fait détrousser samedi par un triumvirat , on lui a taxé sa montre et sa carte bleu , c’est ça la rançon du succès ce n’était certainement pas une montre « made in China » et sa CB celle d’un « sans dents » au RSA ......


            • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 6 septembre 16:31

              @zygzornifle

              En ce qui concerne ce monsieur, c’est sûr que la montre devait avoir une certaine valeur et que sa carte bancaire doit être bien garnie.

              Toutefois, les voleurs n’agissent pas forcément en raison de votre supposée richesse.

              Voici un drame qui montre justement tout l’inverse :

              http://www.leparisien.fr/faits-divers/marseille-une-septuagenaire-sequestree-et-passee-a-tabac-pour-100-eur-21-07-2017-7148028.php

              Cette septuagénaire a été rouée de coups de pieds et frappée avec la crosse d’une arme de poing par cinq hommes.

              Le butin s’élève à 100 €, un téléphone et quelques babioles. Pas grand-chose, donc.

              La victime souffre d’un traumatisme crânien.

              Il faut bien comprendre que les cambriolages ne sont plus ce qu’ils étaient. Vous pouvez perdre la vie pour quelques euros face à des voleurs sans foi ni loi. C’est ça la réalité des cambriolages en 2017.

            • Habana Habana 6 septembre 13:33

              Commençons déjà par sortir de l’Europe et refermer nos frontières !

              On pourra déduire des statistiques tous les vols perpétrés par ces saloperies de sous hommes des pays de l’est !

              • Fergus Fergus 6 septembre 13:54

                Bonjour, Habana

                Attention aux conclusions hasardeuses : 80 % des actes de délinquance non routière sont commis pas des Français. Et sur les 20 % restant, tous ne sont pas, loin s’en faut, imputables à des personnes de l’Est !


              • Ar zen Ar zen 6 septembre 14:46

                @Fergus

                Quel est le pourcentage de résolution des vols, en général ? Vous parlez « d’actes de délinquance non routière ». Il serait sage de préciser de quoi vous parlez parce que, finalement, tout est « acte de délinquance ». Il serait intéressant de différencier d’une part ,« atteinte aux biens » et, d’autre part, atteinte aux personnes. Avec « actes de délinquance » vous mélangez les deux.

                Je reprends ma question. Quel est le pourcentage des faits élucidés en France (actes de délinquance) ? Je pense que tout bien pesé le taux d’élucidation des cambriolages doit être de 15%.

                Alors je me pose la question de savoir comment vous pouvez déterminer si se sont des Français ou des étrangers qui commettent les cambriolages ? Comme vous l’écrivez : conclusion hasardeuse. 

              • HELIOS HELIOS 6 septembre 14:50

                @Fergus


                c’est pour cela que les prisons sont pleines a 90% de gentils ressortissants qui beneficient d’accords leur donnant un passeport français lorsqu’ils ont traversé la méditerranée et qui justifient votre assertion...80% commis par des français !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires