• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Décivilisation

Décivilisation

Nous avons entamé fortement un processus de décivilisation. J’appelle civilisation la tentative difficile, quotidienne d’une part et millénaire de l’autre, de diminuer la violence entre les humains par le discours et le débat. Atteindre la vie des autres, directement (par les médias), abimer leurs biens, détruire leur travail, en nier la valeur, refuser que d’autres reconnaissent cette valeur, les empêcher d’aller où ils veulent de faire ce qu’ils veulent même si cela nous déplait, devient d’un usage fréquent, courant et légitimé. Dans peu de temps, semble-t-il, cela deviendra la norme.

Des écologistes ont tagué des magasins la nuit, écrivant des choses dans le genre : « quand on part, on éteint la lumière. » Qui sont-ils pour s’approprier le bien d’autrui, intimider, porter une accusation qui restera visible un certain temps forcément dans la journée qui suit ? Comment s’imaginent-ils plus que les gens qu’ils atteignent ainsi, leurs contemporains, leurs concitoyens ?

On voit ce type de comportement dans toute sorte de domaine. Des paysans sont attaqués par des groupes peu aimables parce qu’ils épandent des produits chimiques, des chasses à courre sont attaquées, des boucheries, des spectacles. Des hommes sont exclus de toute vie sociale parce que des femmes les accusent de comportements sexuels coupables à leurs yeux. Aucune instruction, aucune défense, l’accusatrice fait preuve, l’idée même de justice est reniée. La sexualité est le domaine où cette pratique de la rumeur et de la vengeance, de l’exclusion sociétale sans jugement, sans procès, est le plus fort ! Pour moi, la sexualité est le domaine de l’amour et doit le rester (ou le redevenir).

Je ne parle pas du contenu, que ce soit bien clair, je parle de cette démarche qui consiste à empêcher d’exister qui ne vous convient pas. Je précise que je n’aime pas la chasse à courre, qu’il faudrait diminuer les produits agricoles chimiques, (mais il faut aussi nourrir une grande masse d’humain, qui est là aussi parce ces produits chimiques ont augmenté considérablement les rendements de la terre, suivant ou précédant, permettant l’augmentation de la population) … etc.

La décivilisation est dans la valorisation absolue de la plainte, qui fonde le renoncement à l’échange d’arguments, à la pesée, à la balance. La décivilisation est dans l’extinction de toute critique, de tout doute devant la plainte (certaines plaintes en fait). La décivilisation est dans le pouvoir matériel, physique, que s’arroge certains groupes de brimer, voire de tuer comme dans les attentats de Charlie Hebdo, et au Bataclan ceux qui ne pense pas de la même façon qu’eux. La décivilisation est dans le fait que Polanski ne puisse se rendre à une cérémonie de remise des prix alors que son travail mérite de nombreux prix. La décivilisation est dans le fait qu’une collégienne Mila doive se cacher et être scolarisée en secret ailleurs que dans son lycée parce que des citoyens annoncent qu’ils lui feront du mal, la tueront, la violeront s’ils la trouvent. La décivilisation est dans le fait que ces menaces, qui ont déjà été mises à exécution dans d’autres moments et groupes sont « obéies » et qu’elles ne sont pas réellement condamnées, elles ne sont pas condamnées judiciairement par exemple. La décivilisation est dans le fait de croire ou de se comporter comme si l’on croyait que le mal sortait du comportement des humains, et que c’est en « contrôlant » le comportement des certains humains, en « contrôlant » les autres, comme s’ils n’étaient plus éligibles à la liberté et à l’entendement, qu’il faille les mener au bien par la force ; alors que les humains agissent dans un monde qui contient du bien et du mal. La décivilisation est dans le fait que des groupes se comportent comme s’ils estimaient avoir absolument raison, et que cette raison absolue leur donnait la permission de prendre le pouvoir sur toutes et sur tous.

Nous vivons un temps peut-être qui ne s’est jamais produit de la domination de certaines victimes triomphantes. Parce que tout le monde n’a pas accès à ce statut magnifique de victime qu’on voit partout, qu’on écoute, qu’on plaint, qu’on encense et à qui on obéit parce que lui faire plus de mal n’est pas possible. Nombre de victimes n’y ont pas accès.

Les vraies victimes ne sont pas plaintes. Les vraies victimes sont culpabilisées : « pourquoi on te l’a fait, à toi ? » Les victimes triomphantes, celles que nous avons en ce moment, sont des bourreaux, les victimes triomphantes ont le pouvoir et ce pouvoir est caché parce que tout le monde croit que le pouvoir est dans la force.

Les responsables des médias de masse ne doivent plus nourrir ce troll. Ce ne sont pas celles et ceux qui crient le plus fort qui ont le plus mal. Et même, celles et ceux qui ont tant de force pour crier montrent par la puissance de leurs cris qu’elles n’ont pas vraiment mal, sans quoi elles et ils s’occuperaient de leur souffrance et seraient empêchées par cette souffrance même.

La justice institutionnelle, le ministère de la justice, n’est vraiment pas parfait, mais il nous évite une violence pire qui est la violence de la vengeance. Nous devons porter le doute sur toute chose, et sur les déclarations de victimes. Nous devons porter le doute sur la notoriété qui n’est pas un gage de probité ni d’honnêteté. Nous devons voir que les victimes triomphantes qui dominent tout de leur présence et de leurs certitudes ont eu la notoriété avant. Nous devons reprendre confiance dans le débat, dans la loi. Aucune personne n’est supérieure aux autres, aucun groupe n’est supérieur aux autres et n’a le droit d’imposer son point de vue par la force physique. Il faut le proclamer haut et fort. Et l’appliquer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Bec à foin le bulot 2 mars 08:05

    « J’appelle civilisation la tentative difficile, quotidienne d’une part et millénaire de l’autre, de diminuer la violence entre les humains par le discours et le débat. »

    Alors, l’Egypte antique, les empires chinois, les conquérants esclavagistes de l’Amérique, etc… ne représentaient pas des civilisations, et même les philosophes grecs ne faisaient que soliloquer dans des îlots privilégiés et protégés ou femmes, esclaves et étrangers comptaient moins que le bétail.

    « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours, c’est l’histoire de la lutte des classes. », et cette lute a pris souvent la forme de guerre, « civiles » (mot à l’origine du terme civilisation) ou militaires. ça continue, c’est tout.


    • mmbbb 2 mars 22:22

      @le bulot la lutte des classes , c est depuis l avènement de la classe ouvrière non ? 


    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 2 mars 10:17

      Très juste, il n’y a qu’à regarder l’augmentation des attaques violentes au cours des dernières années. Le fond du problème, dans les médias on valorise systématiquement, ne serait-ce qu’en en parlant, celui qui « est en colère », qui se plaint sans chercher à réfléchir sur le bien fondé de cette colère ou plainte alors que l’on ne parle pas du commerçant qui ne se plaint pas de voir sa boutique taguée. L’émotion avant tout, la réflexion ne fait pas d’audimat (paraît-il).


      • oncle archibald 2 mars 10:36

        @ l’auteur : Merci pour cet article de bon sens.

        La violence qui se veut triomphante est la négation même de ce qui a été construit patiemment pendant les siècles passés. Cette violence initiale qui nous colle à la peau mais que l’on a tenté de remplacer par des règles de vie en société instituant une démocratie dans laquelle chacun peut s’exprimer à égalité de droits avec son voisin qui ne pense pas comme lui, mais qui implique ipso facto que celui qui n’a pas été élu accepte le résultat de l’élection, ce qui ne le prive en rien du droit de critiquer les décisions de la majorité.

        Critiquer, pas contester ! Le droit de conduire la politique de la nation résulte du résultat de l’élection. Or tout est fait aujourd’hui par la violence que dénonce l’auteur et par d’autre violences que sont le mensonge et la manipulation pour contester les droits de la majorité. On ne critique plus, on n’argumente plus, on ne cherche pas à conviancre une future majorité d’électeurs pour prendre le pouvoir à son tour.

        Non, on crie Macron démission, on brule des péages et des gendarmeries, on défonce les portes d’un ministère, on brule la voiture d’un député devant sa porte, on menace sa femme et ses enfants, on bloque des ronds points on détruit la chaussée en brulant des pneus, on détruit des radars, on incendie un restaurant qui présente la tare indélébile d’être fréquenté par le Président de la République !

        Faut-il qu’ils soient peu surs d’être majoritaires un jour pour agir de la sorte !

        Dans un pays « civilisé » la violence est le signe d’une grande faiblesse. Dans un pays démocratique on ne se prétend pas majoritaire alors que les électeurs ne vous ont pas donné le pouvoir, on se prépare à la revanche et si l’on est véritablement majoritaire on exerce le pouvoir dans le mandat suivant.


        • Décroissant 2 mars 10:48

          Sur le même sujet, mais dans une optique radicalement opposée, voir la tribune de Virginie Despentes dans le Libération d’aujourd’hui.


          • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 11:22

            @Décroissant. Dans quoi ?
            Dans le torchon que l’israélien Rothschild a vendu à l’israélien Drahi.


          • Décroissant 2 mars 20:42

            @JC_Lavau

            Je sais bien que depuis McLuhan « Medium is message », mais j’ai la faiblesse de m’intéresser au propos plutôt qu’au support, propos repris par ailleurs par de nombreux media, ce qui tend à prouver que Virginie Despentes ne s’est finalement pas trompé dans le choix de son haut parleur.

          • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 21:07

            @Décroissant. Etant bénévole, je n’ai aucune intention de « voir la tribune de Virginie Despentes ».


          • Slipenfer 1er Ratatouille 2 le retour 2 mars 11:11

            Glenn Albrecht :Solastalgie

            Collapsologie, anxiété et dépression ?

            https://www.youtube.com/watch?v=z-boL89uKLo&t=3260s

            La solastalgie ou éco-anxiété est une forme de souffrance et détresse psychique ou existentielle causée par
            exemple par les changements environnementaux actuels et attendus, en particulier concernant le
            réchauffement climatique et la biodiversité. Ce concept permet aussi selon Glaway & al. (2019)
            de mieux comprendre certains liens entre santé humaine et santé environnementale, qui inclut
            la santé des écosystèmes, en particulier via « les effets cumulatifs des changements climatiques
            et environnementaux sur la santé mentale, émotionnelle et spirituelle ». Le syndrome de solastalgie
            peut être associé à un stress pré-traumatique (en référence au stress post-traumatique).
            Les changements (potentiellement cataclismiques et d’ampleur planétaire
            si rien n’est fait à la mesure du problème) semblent déjà en cours et
            au moins pour partie définitifs ; pour Vaishnavi Bhamidi (2019) ils sont
            tels que « le degré de traumatisme psychologique
            auquel un phénomène aussi répandu que le changement climatique peut
            donner lieu est sans précédent »et une autre crise est celle de la biodiversité, en partie seulement liée au climat.

            Selon B. Morizot, la solastalgie fait partie des « signaux faibles » qui intéressent les prospectivistes,
            « nous ne sommes plus « chez nous » » semblent penser un nombre croissant d’êtres humains
            qui ne reconnaissent plus « leur » ou « la » planète, notamment car « le climat qui préside
            à toutes les dynamiques écologiques est perturbé. » Chez les peuples autochtones souvent
            restés plus proches de la nature, il contribue au sentiment d’insécurité territoriale et culturelle,
            aggravé par le fait que l’effondrement de la biodiversité et le
            changement climatique affectent d’abord et bien plus les personnes le
            plus vulnérables, agissant donc comme des « amplificateurs » de menace
            pour la santé, aggravant les inégalités sociales préexistantes


            • Taverne Taverne 2 mars 14:23

              Bonjour,

              Vous écrivez en exergue : « J’appelle civilisation la tentative difficile, quotidienne d’une part et millénaire de l’autre, de diminuer la violence entre les humains par le discours et le débat. »

              En partant de cette définition (la vôtre), le discours qui s’en suit est cohérent. Mais...

              Mais si la définition de la civilisation était pas exemple « société qui prétend détenir la bonne idée du Bien et la vérité », alors chaque activiste dont vous dénoncez les excès s’érige en quelque sorte en civilisation à lui tout seul en se prétendant le défenseur du bien et de la vérité alors qu’il promeut seulement et de surcroît, par la violence — sa propre idée du bien et de la vérité, sa propre conception d’une bonne civilisation.

              Je ne suis pas sûr que les sociétés soient encore assez mûres et avancées pour résoudre leur violence par le discours et le débat.


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 mars 15:55

                @Taverne

                Il y a surtout ce manque important dans l’article : les religions continuent de prétendre promouvoir la civilisation, c’est-à-dire le Bien, la Vérité, la non-violence, tout en continuant de vouloir garder sacrée la violence prétendument commandée par Dieu pour de prétendues bonnes raisons.

                 

                C’est vrai même dans le christianisme, cette religion dont le "maître à penser Dieu" a consacré sa vie à tenter, jusqu’à accepter d’en mourir, de pacifier la croyance en Dieu et la démarche religieuse.

                 

                Je ne crois pas à une possible civilisation réelle sans que soit exigé et obtenu le ferme rejet de la croyance dans "de bonnes raisons qu’a Dieu de commander des maltraitances et des meurtres de personnes humaines". Voir ici :

                L’église catholique le confirme : c’est bien son Dieu qui appelle à massacrer massivement dans l’Ancien Testament https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-eglise-catholique-le-confirme-c-218245

              • oncle archibald 2 mars 16:52

                @Pierre Régnier : « Quousque tandem abutere, Petrus Regnieri, patientia nostra ? »

                C’est gonflant votre refrain sur les cathos violents. Certains le furent indiscutablement dans les siècles passés mais à ce jour ?

                Ils sont revenus aux origines : coté martyres pas coté bourreaux ! Aujourd’hui, les chrétiens sont la minorité la plus opprimée et la plus harcelée du monde. Le XXe siècle a connu plus de martyrs que les 19 siècles précédents réunis.


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 mars 17:08

                @oncle archibald

                Oui, les chrétiens sont la minorité la plus opprimée et la plus harcelée du monde, nous sommes bien d’accord là-dessus.

                Il n’en est que plus stupéfiant de voir les chrétiens s’entêter à défendre encore et encore la composante criminogène qui perdure dans leur théologie.

                Les militants de la fausse Gauche qui travaillent avec les islamistes à l’islamisation du pays ne trouvent pas du tout ça « gonflant », bien au contraire, ça les aide énormément.


              • Taverne Taverne 2 mars 17:42

                @Pierre Régnier

                Mon commentaire ne visait pas les religions mais parle des civilisations. Même dans l’art, chaque civilisation croit détenir la vérité.


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 2 mars 15:52

                La décivilisation est apparue dans tous les lieux de pouvoir, elle s’appelle l’apostasie chez les chrétiens, laquelle consiste à revenir sur les bonnes pratiques qui étaient acquises depuis des siècles.

                Dans les gouvernements,

                -l’apostasie consiste à s’éloigner du gouvernement du peuple qui pourtant est proclamé plusieurs foi dans la constitution.

                -L’apostasie consiste encore à s’éloigner de l’application des droits de l’homme de 1789 qui proclament que La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, que Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, que la présomption d’innocence doit être garantie, que la loi est l’expression de la volonté générale, qu’elle ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires.

                -L’apostasie consiste encore à s’éloigner de l’assurance pour tout citoyen français de disposer des moyens convenables d’existence garanti par le préambule de la constitution de 1946,

                -L’apostasie consiste encore à s’éloigner de la protection de la collectivité pourtant assurée par l’interdiction de tout monopole et le rapatriement à la collectivité de tout service public garanti par le préambule de la constitution de 1946

                 

                Le remède à cela : Le Grand Roi à la verge de fer qui va tout remettre d’aplomb, dont l’arrivée en France est prévu après de grands cataclysmes.


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 mars 16:09

                  @Daniel PIGNARD

                  Les deux dernières lignes sont dommageables à celles qui les précèdent, lesquelles font apparaître chez vous une rassurante évolution après votre persistance à vouloir justifier la théologie criminogène dans vos commentaires à de précédents articles.


                • Gollum Gollum 2 mars 17:22

                  @Daniel PIGNARD

                  Le Grand Roi à la verge de fer

                  Diantre ! smiley Je plains son épouse... 


                • bebert bebert 2 mars 17:53

                  @Gollum
                  D’autant plus que c’est Grivois 


                • Ruut Ruut 3 mars 09:22

                  @Gollum, Le Grand Roi à la verge de fer
                  ......

                  Visiblement c’est une Femme. smiley



                • L’un des effets de la décivilisation : les élections... Bientôt pour être élu il faudra avoir 1 voix sur 44 999 999 BAN électoral ’Blancs Abstentions Nuls). Et l’élu le sera, encore une fois, élu démocratiquement. Une démocratie qui se reéusme à un voix n’en est déjà plus une.

                  06/03/2020 – https://wp.me/p4Im0Q-3vo

                  • Des crests et des vagues, j’ai l’âme spéculative et ex-pectative devant l’auto-psy des récidivistes de 2020 qui ont déjà usé leur fonds de culottes, précédemment, sur les bancs de l’Assemblée communale. Ils ne sont que 23 (26% du cheptel global). Un retourne sa veste (pour 4 points sur une liste où il ne sera pas éligible) et les 4 mousquetaires de la con-sommation ont perdu leur d’art à gnangnan et 14 (soit 61%) sont déclassés, en demi-sel pour ne pas dire plus ….



                      • Orélien Péréol Orélien Péréol 21 juin 12:03

                        Des heurts entre ceux qui veulent déboulonner la statue de Faidherbe à Lille et ceux qui veulent la maintenir. Décivilisation = retour aux coups

                        https://www.cnews.fr/videos/france/2020-06-20/lille-tensions-autour-de-la-statue-de-faidherbe-970022

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité