• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Faut-il avoir peur des cryptomonnaies et des blockchains ?

Faut-il avoir peur des cryptomonnaies et des blockchains ?

 

Après avoir suivi un excellent séminaire organisé par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Trévise et Bellune dans cette belle ville de Trévise sur ce sujet devenu un incontournable, je me pose à juste titre la question.

Après avoir écouté les considérations du prof. Andrea Paltrinieri de l' Université d'Udine puis de Domenicantonio De Giorgio, Financial and Investment Advisor, ainsi que les implications légales et fiscales de ces dernières par le prof. Flavio Notari de la John Cabot University, eh bien, loin de moi l'idée d'investir quoi que ce soit en cryptomonnaies, ô combien trop volages depuis leurs quotations en bourse.

 

 

Ce séminaire m'inspire toutefois quelques réflexions probablement iconoclastes pour les adorateurs de cette nouvelle “religion”. Pour commencer, je suis indignée par la surconsommation d'énergie nécessaire à alimenter les blockchains, technologies d'avant-garde servant à générer les cryptomonnaies. En effet, rien que pour l'activité de “mining” des cryptomonnaies à travers les blockchains, on utilise actuellement près de 5% de l'énergie mondiale pour produire avec des ordinateurs hyper-puissants les nouveaux maillons de la chaine nécessaire à faire entrer des nouveaux clients sur le marché des cryptomonnaies.

On en est arrivé à un niveau où l'énergie nécessaire pour produire cette activité atteint des niveaux écologiques qui ne sont plus soutenables. La demande d'électricité pour la production des Bitcoins et autres cryptomonnaies est sur le point de dépasser leur valeur économique effective. Aujourd'hui, pour générer des bitcoins, plus de 30,14 Terawatt à l'heure (TWH) d'électricité sont nécessaires, pour alimenter la puissance de calcul utile à la production de la cryptographie garantissant la sûreté des transactions en Bitcoins & co, électricité produite à partir de combustible fossible puisque nous ne disposons guère d'autres ressourses avec le nucléaire dont on ne sait même pas inerter les déchets radioactifs pour des milliers d'années.

 

 

Le prof. De Giorgio nous assure que l'on inventera des blockchains moins consommatrices d'énergies dans un futur proche, mais en attendant, n'est-il pas scandaleux d'utiliser l'énergie fossile/carbone/atomique à une fin aussi futile ? Selon les nombreux investisseurs en blockchains - plus de 20 trillions de dollars sont investis par an dans cette technologie- cela en vaut la peine. C'est aussi ce que nous dit De Giorgio expliquant qu'il s'agit d'une technologie majeure qui changera la face du monde comme l'a fait en son temps internet. Sans doute, mais à quel prix et pour quel progrès ?

Le regard perdu dans un autre monde et recueilli sur sa prophétie, De Giorgio nous annonce avec ferveur - les blockchains sont-elles en passe de devenir un nouveau culte ? - que la technologie blockchain pourra être appliquée à d'immenses champs d'activités humaines car elle permet le stockage et la transmission de données transparentes, sécurisés et sans intermédiaire. C'est l'internet des transactions sans intermédiaire.

Elle agira comme plate-forme de gestion de transactions et d'échanges d'informations/données de n'importe quel secteur. On pourra donc développer des applications dans le processus d'innovation des entreprises, de l'administration publique, des banques, des assurances, dans l'agrifood pour la traçabilité des produits, dans l'industrie 4.0, dans la Santé Publique, et dans le Retail...Il nous cite par exemple le cas des notaires, dont on n'aura plus besoin bientôt, grâce à l'application des blockchains dans le secteur notarial. Les notaires demain pourront aller s'inscrire au chômage et penser à leur reconversion. Mais pas seulement, idem pour les experts-comptables, mais aussi dans l'administration publique en ligneon n'aura plus besoin des fonctionnaires pour faire tourner l'administration, et cerise sur le gâteau, on n'aura plus besoin non plus des commis-vendeurs dans n'importe quel magasin...Il nous donne tout émoustillé l'exemple d'un futur magasin d'électro-ménagers où selon lui les portes seront grandes ouvertes et sans vendeurs, les acheteurs chargeront directement dans leurs voitures la dite machine (il parlait de lave-linge en l'occurrence) et c'est au moment de l'activer avec la technologie blockchain qu'il faudra la payer pour l'activer : sans activation blockchain, tous les objets grande consommation ne fonctionneront pas. Et tout cela, sans personnel.

Si cela peut réjouir les 150 mondialistes qui rêvent de mettre tout le monde ou presque au chômage (et qui investissent des trillions là-dedans pour gagner toujours plus) personnellement, un monde blockchain avec ses millions voir milliards de chômeurs provenant des administrations publiques, les vendeurs de magasins, les notaires et autres professions libérales, les assurances etc. plutôt qu'un progrès j'y vois une catastrophe humaine en devenir.

 

JPEG

 

Si c'est cela qu'apporteront les technologies blockchains, espérons que cela arrivera le plus tard possible et profitons de ce monde encore humain avec qui échanger trois conseils avec le vendeur, votre pharmacien, votre notaire etc.

Il est clair que la mondialisation de cette technologie est porteuse d'un chômage apocalyptique. La question est : qui payera les pots cassés ? C'est à dire les dépenses sociales des millions de chômeurs en reconversion qui en découleront ? Comme d'habitude, car c'est ainsi que cela fonctionne pour le moment, cela retombera sur la société civile et ses politiques sociales.

Voilà pourquoi je crois qu'il est urgent de faire payer les coûts sociaux à qui achète une technologie pour l'appliquer dans son entreprise, afin qu'il devienne automatiquement le responsable légal et économique des licenciements que cela occasionera. Ainsi, qui achétera ces technologies pour les appliquer dans leurs entreprises devront payer ad vitae eternam les retombées sociales de ceux qui perdront leurs emplois pour leur fournir les moyens économiques afin de subvenir à leurs familles, au lieu de faire retomber sur l' Etat le coût humain du progrès technologique favorisant toujours la même élite financière, devenant toujours plus riche au détriment de l'humanité entière.

Peut-être n'ai-je rien compris ou n'ai-je vu - pessimiste quant aux retombées sociales - que le verre à moitié vide quand le prof. De Giorgio y a vu le verre à moitié plein ? Toutefois, je souhaite ardemment que nos sociétés se réveillent et exigent un nouveau contrat social 4.0 protégeant contre le chômage de masse qui se créé continuellement avec l'achat de robots et de nouvelles technologies faisant des hécatombes dans la main-d'oeuvre d'aujourd'hui et de demain.

 

 

Jusqu'à présent, qui a payé la suppression de millions d'emploi en automatisant les banques (caisses automantiques) les caissières des supermarchés (caisses automatiques) les robots dans les usines etc ? Toujours et encore l'Etat à travers les cotisations sociales alors que ces technologies ont profité à qui les a acheté et installé dans leurs lieux de travail. Nous devons, nous autres citoyens, nous faire entendre pour que justice soit faite.

Visiblement, nous nous acheminons vers une société qui aura un nombre toujours plus restreint de travailleurs. Les écartés du monde du travail (précaires, chômeurs permanents) survivront dans un avenir proche d'un probable revenu universel exigu qui leur permettront de vivre chichement et sans dignité dans un monde qui sera paradoxalement toujours plus riche.

Est ce la société que nous voulons transmettre à nos enfants et petits enfants ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 19 juin 16:52
    Bonjour,

     Apparemment, vous avez suivi une représentation correcte de ce que sont les bitcoins.
     Les mafias passent par là. Ce n’est pas peu dire.

    • L'enfoiré L’enfoiré 19 juin 16:57
      "Le nouveau contrat social 4.0 protégeant contre le chômage de masse qui se créé continuellement avec l’achat de robots et de nouvelles technologies faisant des hécatombes dans la main-d’œuvre d’aujourd’hui et de demain".

      Pour le contrer, il faudrait que les gens ne pensent plus gagner de l’argent avec les loteries mais plus par leurs propres moyens.
      Pour corriger les robots qui prennent du travail des humains, c’est très simple, il suffit de faire comme si c’était des humains qui sont taxés pour leur travail, mais pas par l’intermédiaire de l’allocation universelle qui nous rendrait encore plus inapte à les égaler. .

    • PÂSHÂÂ 19 juin 17:25

      Bonjour,

      Effectivement, d’un point de vue fonctionnel, la cryptomonnaie va etre non seulement destructeur d’emploi en plus d’etre au service d’activite peu morale.

      Mais pour bien connaitre l environnement de ces « specialistes » de la question. Leurs analyses ne vont jamais tres loin.

      Les changements et realites de la chose sont encore plus lourde. J’en parle dans cet article (écrit un peu vite et rangé dans la mauvaise section) :

      www.agoravox.fr/actualites/societe/article/l-economie-du-futur-205160


      • Alren Alren 19 juin 18:05
        Il n’est pas assuré en effet que les crypto-monnaies aient un grand avenir, car leur intérêt réside dans leur « valeur » croissante, tout à fait artificielle car due à l’appât du gain sans travail de certains faux « petits-malins »qui croient pouvoir revendre plus cher qu’ils n’ont acheté.

        Mais comme le disent les Chinois, « les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ». Il y aura un moment où cette pseudo-monnaie ne montant plus, son achat ne sera plus intéressant et ceux qui en possède essaieront de la revendre pendant qu’il est temps et l’effondrement sera en accélération constante à mesure que la panique grandira.

        En revanche le système des blockchains semble intéresser de plus en plus de domaines en empêchant les fraudes.
        Et là, si les contractants des deux parties y trouvent leur compte, nul ne pourra empêcher leur développement.
        Ceci en attendant un système de codage inattaquable ( les ordinateurs quantiques ?). Ils rendront obsolètes ces calculs complexes qui sont au cœur des blockchains et consomment ces quantités effrayantes d’électricité.

        • Le421 Le421 20 juin 20:35

          @Alren

          En clair, ce sont des tarés qui ont pensé générer le mouvement perpétuel.
          Je répète... Des tarés.
          Les gogos qui se font prendre n’ont que ce qu’ils méritent.
          Manquerait plus qu’un abruti « new age » - suivez mon regard - décide de les indemniser sur les pertes !!

        • Venise Venise 21 juin 16:07

          @Alren
          Tout à fait d’accord. 



        • zygzornifle zygzornifle 19 juin 18:53

          non du Macron et se son UE ....


          • Le421 Le421 20 juin 18:34
            Faut-il avoir peur de deux lignes de coke ?
            Si on maîtrise...
            Moi, un simple joint m’horripile.

            Chacun son trip.
            Pour le moment, ça ne m’a pas trop nuit. Merci.
            Et j’ai bossé trois années dans les concerts-spectacles !!

            • sleeping-zombie 21 juin 13:42

              Bonjour,

              Je n’ai lu qu’en diagonale, mais il est clair que vous avez un sérieux problème de compréhension quand vous maniez des chiffres.
              Dans ce cas, mon conseil, c’est de ne pas en fournir : le ridicule tue.

              5% de l’énergie mondiale pour alimenter les blockchains ? vachement plausible...

              Aujourd’hui, pour générer des bitcoins, plus de 30,14 Terawatt à l’heure (TWH) d’électricité sont nécessaires
              ... ça ne veut rien dire. Un Wh est une quantité d’énergie (dont l’unité internationale est le Joule, mais passons). Si on ne dit pas en combien de temps cette énergie est consommée, il manque un truc.
              C’est comme si je disais « ma consommation de pain est 1 baguette ». Il manque un « par jour », « par mois » ou « par an ».

              Ensuite, sur le délire « explosion du chômage », la blockchain ne permet rien de plus que l’informatique actuelle. Peut-être qu’on atteindra le rêve de 90% de chômeurs, mais ce ne sera pas dû aux blockchain.
              C’est comme si je disais « les voitures rouges vont mettre les éleveurs de chevaux au chômage, choisissez une autre couleur pour votre voiture »


              Bref, ce genre d’approximation porte un grand discrédit sur le reste des propos.
              Mais bon, quand on aime se faire peur...

              • Venise Venise 21 juin 16:17

                @sleeping-zombie
                Bonjour le zombie, 


                Les chiffres cités par les profs ne regardent qu’eux : quant à moi qui ne suis pas une spé en la matière je n’ai fait qu’écrire ce que j’ai entendu dire par des profs universitaires qui en font le métier...Si le ridicule tue ce ne sera pas moi à en mourir, de plus il me semble que cela fait des décénnies qu’il ne tue plus personne !Par contre, je pense que vous sous-évaluez les conséquences qu’aura dans un futur proche l’insertion des technologies blockchains dans notre univers quotidien. Je souhaite me tromper, mais hélas, telle est la voie, c’est bien évident. 

              • sleeping-zombie 21 juin 19:16
                @Venise
                Si je commence un article en disant « 60 millions de personnes meurent de froid par an en France », il y a de fortes chances que personne ne lise la suite en me prenant au sérieux, même si tout le reste de l’article est pertinent.
                Et c’est ce que j’entends pas « le ridicule tue ».
                D’où mon conseil : si vous ne comprenez pas les chiffres que vous maniez, ne les citez pas.

                Et, dit en passant, je considère que 90% de chômage est une bénédiction, pas un cauchemar. On y arrivera peut-être, mais ça n’a rien à voir avec les block-chains, qui ne sont qu’une technique d’archivage de données.


              • colibri 27 juin 19:45
                Article de désinformation : la cryptomonnaie est un formidable outil anti mondialiste qui permet de faire un pied de nez aux institutions .
                Avant tout c’est un moyen d’échange entre les citoyens sans que l’Etat le voit et ne prenne sa com au passage .
                Un des projets des mondialistes est de faire disparaitre les espèces , officiellement pour lutter contre le blanchiment , réellement c’est pour avoir la main mise sur tous les échanges entre les gens pour mieux les taxer et les surveiller .Les gens seront coincés , toute opération que vous ferez d’échange sera connu par Big Brother .Vous ne pourrez plus vendre sur le boncoin sans que l’état le voit . L’Etat ne peut pas tout taxer actuellement mais avec la disparition des espèces et une monnaie uniquement virtuelle il peut prendre sa taxe sur absolument tout :le pouvoir absolu sur les échanges, comme une pieuvre qui voit tout est suce le moindre profit.

                La cryptomonnaie c’est la parade , c’est la liberté (il ne faut pas la voir comme un moyen de spéculation ) mais bien comme une monnaie d’échange virtuelle semblables aux espèces , c’est une économie parallèle .Les Etats et les institutions ,qui sont tous dans la mondialisation , sont contre ces cryptomonnaies qui pourront permettre aux citoyens de ne pas être pisté d’avoir plus de liberté.
                Actuellement ceux qui se servent uniquement de la CB sont comme un livre ouvert :BIg Brother peut les espionner , faire un profil , connaitre leurs idées politiques ,leurs lectures , les pays qu’ils visitent , etc les espèces sont la seule parade à l’espionite .

                Non seulement il ne faut pas avoir peur des cryptomonnaie mais le citoyen qui veut être libre à tout intérêt à se documenter sur un système qui est la bête noire des banques et des Etats , qui cherchent à bloquer son extension et garder la main mise .
                Les cryptomonnaies c’est la monnaie sans l’Etat .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès