• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’importance du genre dans la construction sociale

L’importance du genre dans la construction sociale

L'importance du genre dans la construction sociale : quand le féminisme nuit à la construction biologique de l'Homme

PNG

Selon Christian Baudelot dans son livre Quand les femmes s’en mêlent : « Le genre est le clivage le plus vivant de notre société », car de nombreux domaines de réflexion comme la sociologie, la psychanalyse ou l’anthropologie ne cessent de chercher à comprendre le rapport Homme/femme au cours du temps, le rôle et l’importance de ce rapport, mais que celui-ci évolue constamment selon la société et l’époque.

 

D’abord, il faut définir la définition de genre, ici, on parlera de genre au sens de sexe biologique et non de sexe social, ainsi pour éviter d’envelopper de nombreux groupes sociaux, on partira de l’idée que ce sont des personnes vivantes avec le genre attribué à la naissance et ayant des relations hétérosexuelles.

Selon P.Bourdieu dans le livre Les Héritiers, « le genre renvoie aux significations et aux valeurs socialement rattachées au masculin et au féminin », l’identité de genre est donc un outil d’identification et d’appartenance à un groupe permettant ainsi une construction sociale.

 

Le constructivisme étant un courant qui étudie les phénomènes sociaux qui nous semblent « naturels », se basant sur notre rapport personnel à la réalité (car personne ne connaît la réalité dans les faits), ici, on part du postulat que le genre de la personne à une importance significative dans son rôle dans la société. Cette pensée relativement utilitariste découle du fait qu’on ne peut nier l’importance de la division du travail dans l’évolution de notre espèce grâce aux atouts biologiques propres.

 

L’idée qui pousse généralement les gens à nier les différences entre individus de sexe différent vient des doctrines égalitaristes qui ont pour leitmotiv que les Hommes sont créés de manière égales et ces idées se confondent avec le concept occidental d’égalité devant la loi qu’importe l’individu, d’où l’amalgame.

Cette doctrine égalitariste est plaisante, or les individus ne sont définitivement pas égaux, nous l’apprenons durant notre vie, certains vont ainsi être plus intelligent, plus beau, plus fort, plus endurant… Et renier ces différences revient à renier la notion d’individu.

Ces différences vont aussi se retrouver chez les individus de sexe opposé, ces différences sont avant toutes formées par la biologie, les rôles sociaux attribués aux hommes et aux femmes sont des impératifs de survie, bien loin de l’idée patriarcale qui engoue les féministes les plus radicaux, ici, on parlera avant tout de prédispositions plutôt que de talent.

 

C’est dans cette optique de survie et de socialisation que nous sommes en droit de nous demander si notre genre est un impératif nécessaire à notre développement ainsi qu’à notre construction sociale, mais aussi de chercher à comprendre si l’acceptation de ces différences permettraient de renouer un dialogue Homme/Femme.

 

Pour vous renseigner clairement sur les différences chromosomiques et leurs impacts sur le biais cognitif, il y a la conférence trouvable sur Youtube : « Les différences cérébrales et cognitives entre hommes et femmes expliquées par le CNRS » 

D’un point de vue anthropologique, nous ne pouvons ignorer les conditions biologiques qui ont emmené à une disparités des rôles, il faut pour cela sortir de notre cadre contemporain afin de comprendre les différences actuelles ainsi que nos aptitudes cognitives. Notre cerveau étant organisé comme celui de nos ancêtres et dépendants d’une certaine forme de sélection naturelle afin d’assurer la survie, nos choix sont ceux qui maximisent cette survie.

C’est ainsi que l’aspect physique entre en compte dans le processus de division du travail, la femme risque sa vie pour faire vivre sa progéniture tandis que le mâle risque la sienne pour la protéger. Le mâle étant plus performant physiquement, grâce à la testostérone produite, il devient le chasseur et celui qui nourrit, la femelle va choisir un mâle fort donc contribue elle aussi à perpétuer cette sélection au travers de sa progéniture et c’est elle qui s’occupe de l’éducation, elle joue donc un rôle essentiel dans le maintien de la structure familiale.

La structure familiale est définie pour maximiser la survie donc dire que les différences Hommes/Femmes sont uniquement dûs à l’environnement social est une aberration, par exemple la lactation (production de lait par les glandes mammaires) intervient uniquement chez l’individu de sexe féminin donc la socialisation ne peut intervenir dans le processus.

Mais ce déséquilibre familal s’auto régule à l’aide de mécanisme comme « la parenté à plaisanterie » qui viendrait décrisper le phénomène de domination dans la division sexuelle du travail.

 

D’un point de vue cognitif, on peut faire une liste non-exhaustive comme : les hommes ont une meilleurs représentation de la perspective ainsi qu’un meilleur temps de réaction visuelle tandis que les femmes ont une vision plus précise et plus détaillée. Les femmes sont plus méticuleuses que les hommes, mais ils sont plus agiles. Les femmes sont plus empathiques, mais les hommes ont des comportements plus violents…

 

Notre évolution se joue donc sur une complémentarité des rôles grâce (ou à cause) de l’évolution. Aujourd’hui, notre cadre contemporain essaye de faire oublier ces rôles, tentant de regrouper l’individu dans un groupe social « non-genré » mais ironiquement les luttes Hommes vs Femmes n’ont jamais été aussi vénéneuse.

 

 

Les savoirs qui se sont développés après la Seconde Guerre mondiale dans le domaine de la médecine, de la psychologie et des sciences humaines montrent que la façon dont les parents se représentent et les relations qu’ils entretiennent avec leur enfant jouent un rôle primordial dans sa perception du monde ainsi que son développement personnel et intellectuel.

L’action de la famille sur l’enfant est si forte qu’une simple variation peut entraîner des conséquences plus ou moins graves pour le futur de l’enfant et le rôle des parents ne peut être suppléé.

Selon une enquête de l’Insee, les temps consacrés aux enfants sont inégalement partagés entre le père et la mère malgré une tentative de transformation des rôles masculins et féminins traditionnels montrant ainsi un certain conformisme dans l’attribution des rôles, mais ce modèle traditionnel montre ses avantages.

La mère joue un rôle majeur dans la période de 0-3 ans, car elle est le modèle de sécurité chez les enfants ce qui les rends moins anxieux à la découverte de leur environnement, ils sont moins colériques, plus coopératifs et montrent plus d’entrain à se socialiser avec les autres. Les enfants stables émotionnellement durant la période de la petite enfance développent ainsi de meilleurs facultés cognitives, dû à l’absence d’oxydation du cerveau à cause du stress/anxiété, non- négligeable pour leur futur.

Le père quant à lui tient le rôle de stimulus et d’encouragement, il provoque le désir de réussite chez l’enfant, montre plus d’attrait pour les activités physiques et pousse l’enfant à être plus dépendant.

3 chercheurs en 1979 (Pedersen, Rubenstein et Yarrow) montrent dans une méta-analyse que les enfants élevés uniquement par leur mère sont intellectuellement moins efficients et moins éveillés, malgré des comportements similaires chez les mères, le vide laissé par le père ne peut être comblé par un autre adulte.

Selon les données de l’enquête « Generations and Gender Survey », les chances d’obtenir un diplôme universitaire chez les enfants de parents divorcés sont de 7 points inférieurs à ceux dont les parents sont en couple.

 

La structure familiale traditionnelle montre de réels avantages chez le développement de l’enfant, mais cela passe aussi par l’acceptation du rôle du père et de la mère, leur travail est tout aussi important malgré les différences notables, les nier reviendraient à nuire à son enfant ainsi qu’à son futur.

Mais pour tenir ces rôles, il faut aussi s’affirmer en tant qu’homme et femme, l’acceptation de soi est avant tout primordial pour une stabilité dans le couple et pour avoir un modèle pour l’enfant.

 

 

Affirmer son genre et accepter la construction sociale autour de celui-ci sont donc importants afin de préserver son intégrité physique et cognitive, la dysphorie de genre par exemple n’est plus reconnu comme un trouble psychologique, mais pourtant, il y a toujours un suivi psychiatrique preuve qu ce changement n’est pas sans risque. Mais peu d’études sont entreprises, car longues et beaucoup de variables sont en prendre en compte, ainsi le fait que la question du genre est relativement nouvelle et nous vivons actuellement que les prémices.

Pour tout ce qui relève du quotidien, la différence se retrouve toujours, elle est socialement acceptée, et même encouragée, une femme féminine sera toujours plus vendeuse qu’une femme aux traits masculins, un homme viril paraîtra toujours plus rassurant qu’un homme « émasculé ».

Les comportements que beaucoup de féministes qualifient comme machiste voire primitif concernant la force masculine permettrait pourtant d’assurer leur sécurité, les hommes ont étaient conditionnés pour assurer la sécurité des femmes jugées « plus faibles », si on transpose ceci dans notre contexte actuel, on assisterait à moins de violences envers les femmes dans la rue et ce serait un travail moins fastidieux que de changer le comportement des hommes en société à travers l’éducation.

Essayer de changer notre comportement ainsi que de transgresser les capacités, pas au sens de capable mais plutôt au sens d’être plus prompt à celles-ci, qui sont propres à notre sexe reviendrait à dire qu’il y a une frontière donc à une négation identitaire. Il faudrait plutôt inculquer ses différences et accompagner les personnes afin qu’ils se questionnent sur la validité intrinsèque du genre.

Exemple de la Norvège qui malgré sa politique qui se veut sans discrimination selon le sexe, 9 ingénieurs sur 10 sont des hommes et 9 infirmiers sur 10 sont des femmes. Est-ce qu’il y a une discrimination ? Non et ce résultat n’est pas choquant dans leur pays car il résulte d’un choix.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • raconot 23 avril 16:40

    Il y a tellement de raccourcis dans ce texte que j’ai pu faire Paris-Marseille en 1h20. 


    • dkalex 23 avril 16:55

      @raconot oui je vous l’accorde, mais je pose seulement des bases de réflexions pour que cela ne soit pas indigeste. Je vous incite à approfondir par vous mêmes, des livres et des études traitent le sujet en profondeur 


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 15:30

      @dkalex

      Les efforts actuels pour tenter de dire que le genre est sans grande importance passeront a l’Histoire comme la démarche la plus ridicule à laquelle une société ait accordé un quelconque intérêt. Je refuse même d’en discuter. 

      PJCA


    • Le421 Le421 25 avril 09:35

      @dkalex
      Et Agoravox est un site libre où l’on peut aisément produire un article beaucoup plus détaillé.
      Nous attendrons donc la prose de raconot pour en juger...


    • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 09:40

      @Le421. Gorgonavox est un site où TOUS les articles s’opposant aux guerres civiles sont bloqués.


    • Attila Attila 23 avril 17:26

      dkalex, je vous mets un lien vers la vidéo du journaliste norvégien qui a enquêté sur l’idéologie du « genre » :

      https://www.dailymotion.com/video/xxmo7x

      .


      • Attila Attila 24 avril 10:24

        @Attila
        Il ne serait pas idiot de noter ce lien dans vos tablettes car le document est précieux : le journaliste norvégien a rencontré des scientifiques qui travaillent sur le sujet et qui démontrent la part de la biologie et de l’acquis dans les différences de comportement homme/femme.

        .


      • dkalex 26 avril 18:14

        @Attila
        Merci pour le lien de la vidéo, j’ai traité le sujet dans la même logique et il à la chance de rencontrer les scientifiques plutôt que de lire leurs études 


      • eric 23 avril 17:56

        Charmant ! Casser les genristes dans leur jargon.... Continuez ! Mais vous devriez faire la même en français. C’est plus exigeant intellectuellement, mais très satisfaisant pour l’esprit.


        • Julien S 23 avril 22:14

          L’auteur a écrit : D’abord il faut définir la définition de genre (suivent quatre lignes d’explications tarabiscotées). 

          .

          Donc, toutes ces explications subtiles se résument pour un arriéré tel que moi à ceci : je suis de sexe masculin depuis soixante-cinq ans (et même neuf mois avant !) et pour le genre, ma foi, je suis BCBG. 

          .

          Depuis une quinzaine d’années que je ne vois presque plus de sexe sur le papier imprimé ou sur des écrans, mais partout du genre à la place, arrivé comme ça presque du jour au lendemain, je n’ai en rien modifié mon langage, indifférent que je suis aux injonctions novlanguesques. 


          • dkalex 23 avril 22:35

            @Julien S
            c’est juste pour éviter le débat futile de genre et identité de genre et j’ai bien précisé au sens biologique du terme. Et le reste c’est pour limiter ma pensée, je ne parle que de ce que je peux appréhender. 
            Et si vous en déterminez que j’ai 65, vous n’êtes pas un fin analyste. 


          • Julien S 23 avril 23:05

            @dkalex
            .
            Je n’avais rien déterminé. Je disais juste que pour mon compte j’ignore délibérément le « genre ». C’est votre droit de faire autrement. 


          • Julien S 23 avril 23:09

            @Julien S
            .
            En remontant le temps les choses sont encore mieux : un livre de deux siècles comme instructions pour l’éducation du sexe ne contient pas un mot sur l’éducation sexuelle, ce « sexe » employé absolument voulant dire : les femmes (voir encore l’expression « une personne du sexe »). 


          • nono le simplet nono le simplet 24 avril 10:24

            @Julien S
            Je disais juste que pour mon compte j’ignore délibérément le « genre ».

             smiley elle est bonne celle là ... c’est pour ça que tu t’étais teint en blonde et que tu t’appelais sarcastelle ?


          • Sparker Sparker 23 avril 23:25

            Euh je dois pas être fin non plus car dans ce texte je lis que : vu que les histoires de genre c’est compliqué et que ça entraîne des notions qui remettent en cause mes propres considérations et ma personne, je dis donc, qu’il faut tout « conserver » mais qu’il faut juste réinterpréter pour ne pas vexer ceux qui se sont battus pour rien.

            Ou comment étaler des poncifs éculés en parole moderne et intelligente.

            Faut aller demander des conseils à Macron...

            Mais j’ai du mal comprendre, mais bon j’ai lu Françoise Héritier et d’autres et j’ai pas du comprendre...


            • dkalex 24 avril 00:03

              @Sparker Le genre n’est pas un sujet compliqué, il est juste futile, bon pour ceux qui n’ont visiblement pas de soucis, des soucis seulement existentialiste ( jouant de près avec la psychiatrie).
              Pour ma part j’ai nuancé mes propos avec des études, que vous êtes d’accord ou pas, cela n’est pas de mon ressort. Élevez votre garçon comme une fille si ça vous chante, je donnerai pas cher de sa santé physique et mentale. Élevez votre fille comme un garçon, elle sera vite rattraper par la réalité et sera en doute avec elle même et la société.
                


            • Sparker Sparker 24 avril 00:31

              @dkalex

              Donc j’avais bien lu et compris...
              Elevez votre garçon comme une fille !!!
              Elevez votre fille comme un garçon !!!

              Donc je suis sur que vous n’avez absolument rien compris au débat du genre, pas étonnant cet article alors.

              Mais ne vous inquiétez pas tout autour de vous vous soutien dans votre posture de réac conventionnel et archaïque.

              En plus vous ne réglez rien dans les rapports homme/femme, vous vous rassurez à bon compte mais vous n’apportez rien d’autre que le fait de se plier et de réinterpréter, bah ça vaut pas tripette.

              Allez lire Françoise Héritier et bien d’autres, ayez le courage de lire De Bauveoir au moins m^me si vous n’êtes pas d’accord vous aurez, peut-être, d’autres choses à dire que vos billevesées d’éducation.

              Et bien sur habiller son fils en rose et sa fille en bleu, ils en seront profondément troublé, vous avez oublié ces marqueurs civilisationnels de premier ordre...


            • dkalex 24 avril 01:39

              @Sparker 
              Françoise Héritier, une femme au complexe d’homme, si pour vous c’est une source, je comprends mieux votre indignation.
              Puis dans votre penchant progressiste, vous en venez au fait de critiquer le conformisme, malgré tout le bon qu’on y trouve.
              Bref votre argumentation est purement sentimentaliste, vous rejettez simplement mes idées car elles ne sont pas en adéquation avec les vôtres, malgré les arguments scientifiques que j’ai tenté d’apporter 


            • placide21 24 avril 09:19

              @Sparker
              Il n’y a rien à régler dans les rapports Hommes/femmes seulement assurer leurs droits de citoyens français ,pays laïc.,Pourquoi vouloir rendre pareil ce qui est intrinsèquement différent ,ne serais-ce pas un symptôme psychotique ? Mars et Vénus n’ont pas la même orbite et c’est mieux pour tout le monde (si ma tante en avait elle s’appellerait mon oncle) vous pensez peut-être que dans ce pays les relations humaines privées doivent être déterminées par une instance supérieure,ne serais-ce pas du sadisme  ? De beauvoir : Un bel exemple de perversion.Préservons-nous collectivement des multiples formes de barbarie.


            • Sparker Sparker 24 avril 11:06

              @placide21

              "seulement assurer leurs droits de citoyens français ,pays laïc.,

              "

              Ha oui, et donc comment expliquez vous la différence de traitement dans nos sociétés, vous niez le réel de la discrimination ?

              Bof, vous n’apportez rien à la discussion et ne faite que nous présenter votre avis.

              (si ma tante en avait elle s’appellerait mon oncle)

              On vous parle d’humanité sous différents aspects, vous nous répondez sexe physique, chacun ses références...


            • Sparker Sparker 24 avril 11:10

              @dkalex

              "une femme au complexe d’homme

              « 

              Je vous parle d’une étude scientifique, vous vous attaquez à la personne, on voit le niveau...
              Et ça veut dire quoi »complexe d’homme« monsieur le couillu qui n’a pas de »complexe de femme« , je suppose...

              Il n’y a pas de science à apporter, on est dans le sensible mais bon si vous classez ça dans du »sentimentalisme"... vous commencez à faire peur...


            • placide21 24 avril 22:24

              @Sparker
              Vous avez perdu vos comprimés ?


            • Sparker Sparker 25 avril 00:15

              @placide21

              Ouais, comme con primé vous vous posez là, pas de doute...


            • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 08:53

              @dkalex. Attention ! Françoise Héritier fut une femme de génie, car elle réinventa au profit de sa secte la transmission génétique des caractères acquis !
              Sur le terrain concret, toutes les femmes exigent des hommes qui soient de 5 à 30 cm plus grands qu’elles.
              Mais selon Françoise Héritier, le dimorphisme sexuel dans l’espèce humaine est dû à un complot masculiniste et patriarcal : les hommes des cavernes auraient comploté pour affamer les femmes des cavernes pour les rendre plus petites.
              Abracadabra ! Du moment que ça se vend...


            • Sparker Sparker 25 avril 09:53

              @JC_Lavau

              Ha vous avez un lien ou un livre car ce n’est pas ce que j’ai lu de FH.


            • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 13:48

              @Sparker. Et pourquoi donc crois-tu qu’elle soit l’idole de Michèle Dayras, ouebmistresse, vierge et martyre de son état ?
              http://deonto-famille.info/index.php?topic=27.msg50#msg50
              Les yeux d’une féminazie sont indulgents à l’égard des fraudes d’une autre féminazie. Je suis moins indulgent quand je la prends la main dans le sac :
              http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,1548.0.html


            • dkalex 26 avril 18:17

              @JC_Lavau
              Pour revenir sur le complexe d’homme, ce sont des femmes qui voient une domination masculine à outrance et veulent obtenir cette domination, or celle-ci est un mythe.
              Il n’y a pas de science à apporter,on est dans le sensible ? Vous êtes complètement perdu, j’espère que vous êtes plus rationnel dans la vie de tout les jours


            • dkalex 26 avril 18:18

              @dkalex
              @Sparker pour mon message plus haut

              @JC_Lavau Merci de m’avoir apporter la source du mythe « les hommes donnaient moins de protéines aux femmes afin de ralentir leurs développement », c’est selon moi la meilleure théorie anthropologique qu’il m’a été donné de lire 


            • popov 24 avril 00:51

              Pour le béotien que je suis, les choses sont simples : il y a deux sexes ayant des dispositions différentes et on éduque les garçons et les filles de façon différente afin que chacun puisse s’épanouir dans son sexe.

              Une « journée jupe » pour les gamins, c’est le comble de la stupidité. Qu’il y ait des ratés, que parfois un enfant semble avoir des dispositions du sexe opposé, c’est peut-être inévitable, et la société doit faire une place à ces enfants, mais il ne faut pas inventer un système d’éducation qui multiplierait ces cas.


              • troletbuse troletbuse 24 avril 09:20

                Hier, à la campagne, j’ai vu à quelques mètres de moi, un moineau friquet mâle faire la cour à un moineau friquet femelle. Finalement ils ont copulé. Encore des oiseaux qui n’ont rien compris à la théorie du genre. Va falloir que Micron et sa clique leur organisent un grand débat sur l’égalité des sexes.


                • arthes arthes 24 avril 09:36

                  Bin vous avez de la chance (les contributeurs) parce que moi j’ai pas capté (remarque, je suis une femme, peut être que ça vient de mes structures mentales smiley )

                  J’ai relu plusieurs fois, mais je n’arrive pas à comprendre où souhaite en venir ce billet...C’est une approche froide et clinique de l’humain des deux sexes , sur fond d"évolutionnisme darwiniste et de psy, mais en quelques mots, c’est quoi le message ?

                  Bleue ou rose ?

                  https://youtu.be/u3SGU_l9tGU


                  • sweach 24 avril 10:15

                    @arthes
                    Le message est en claire : qu’on le veuille ou non, les hommes et les femmes sont différent, ce n’est pas un débat mais un fait.

                    L’accepter et l’exploiter permet un meilleur développement de la société et des individus qui la composent.

                    Par contre ignorer les différences de genre et chercher une égalité est source de problèmes.

                    Notre société devrait viser plus de justice entre les individus, car l’égalité n’existera jamais.


                  • lala rhetorique lala rhetorique 24 avril 10:56

                    @sweach Tout dans la nature est basé sur mâle/femelle, même en électricité, si vous mettez deux prises mâles en contact, le courant passera pas et vous n’aurez pas de lumière ni chauffage... Idem pour femelle/femelle. La nature fait en sorte qu’il y ait « reproduction ». Donc on mélange actuellement cet élément fondamental de perpétuer les races, et le plaisir sexuel et les fantasmes. De plus, ceux qui gouvernent (et qui ne sont pas nos gouvernants nationaux) font en sorte que chacun se déclare être ce qu’il choisit, car cela fragilise bien entendu. Le peuple se « fiche » lui-même, et ce fichage volontaire peut être exploité ou en bien, ou en mal. Si Hitler revenait, il n’aurait aucun effort à faire pour exterminer les trans et autres qui ont revendiqué eux-mêmes leur fichage.


                  • sweach 24 avril 11:24

                    @lala rhetorique
                    Qui vous dit que Hitler n’est pas déjà parmi nous ?

                    Nous sommes dans une société de plus en plus inégalitaire et on a de moins en moins le droit de faire quelques choses.

                    Un peuple qui passe du temps à se poser des questions sur le genre et l’orientation sexuel, c’est du pain béni pour les dirigeants.

                    En réalité notre sphère dirigeante et médiatique a décrété que nous étions trop nombreux avec trop de liberté et ils font un travail de sape pour que nous renoncions à tous par nous même, c’est juste que ça s’étale sur 2 siècles.


                  • arthes arthes 24 avril 11:40

                    @sweach
                    Ah merci.

                    Autant je trouve le billet , dans son jargon technique et langage de psy imbitable (pour mon cerveau de blonde) , autant la manière dont vous l’exprimez m’appert très claire et une base intéressante de débat.


                  • Sparker Sparker 24 avril 14:26

                    @lala rhetorique

                    "Tout dans la nature est basé sur mâle/femelle, même en électricité, si vous mettez deux prises mâles en contact, le courant passera pas et vous n’aurez pas de lumière ni chauffage... "

                    Waouh, là on frise le prix Nobel... Il y en a qui ont de sacrés références pour comprendre le monde... smiley


                  • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 14:37

                    @Sparker. Pour monter un gouvernail aussi, on met un aiguillot dans un fémelot, ou plus familièrement un vitelot dans une connassière. Et deux fois par gouvernail.


                  • Sparker Sparker 24 avril 15:11

                    @JC_Lavau

                    Et oui le sexe est partout...
                    Électriciens, marins y’a pas mélange des genres...


                  • dkalex 24 avril 18:27

                    @arthes @sweach vous a très bien résumé la pensée de l’article, j’aurais dû essayer de résumer de cette manière en introduction.
                    Et concernant les mots « un peu techniques », chacun d’entre eux sont sujets de débats et méritent un approfondissement, ce sont des livres entiers qui leurs sont consacrés. 


                  • Le421 Le421 25 avril 09:44

                    @sweach

                    Il est tellement plus facile de chercher une pseudo égalité qu’une véritable justice.
                    Je pense que chacun doit rester à la place qui lui semble la bonne.
                    Si une femme désire travailler et son homme rester aux casseroles, c’est un choix qui n’est dégradant ni pour l’un, ni pour l’autre.
                    Les « grands cuisiniers » ne sont-ils pas majoritairement des hommes ?
                    Ceci dit, là, c’est une tradition.
                    Mon épouse est plus qu’un cordon bleu. Et les recettes, elle se les fait.
                    M’en fous qu’elle passe pas à la télé !!  smiley


                  • sweach 24 avril 10:06

                    Je suis d’accord avec cet article.

                    Mais vous ne poussez pas le raisonnement sur l’avenir.

                    *les rôles sociaux attribués aux hommes et aux femmes sont des impératifs de survie*

                    Tout est dit dans cette phrase, mais faut-il encore en comprendre le sens.

                    Prenons la situation actuel et les places que notre société attribue aux hommes et aux femmes (ou l’absence de place) et projetons cela sur l’avenir.

                    Actuellement nos comportements ont fait chuter le taux de fécondités sous la barre de 2, les principaux coupables sont la contraception, l’avortement et la liberté des femmes.

                    Ces nouveaux droits (moins d’un siècle) et pilier de notre société (surtout pour les femmes) ne sont tout simplement pas viable dans la duré, car ils engendrent une chute démographique.

                    Ces droits sont donc voué à disparaître avec le temps, par de nouvelle génération de femmes qui les refusent et qui se reproduisent d’avantage que par celle qui les acceptent et les appliques.

                    Sans impliquer la reproduction, la liberté de la femmes et la perte des genres ne sera que transitoire dans notre société. Les femmes ont plus à perdre qu’elles ne le croient.


                    • Sparker Sparker 24 avril 11:21

                      @sweach

                      " les principaux coupables sont la contraception, l’avortement et la liberté des femmes.

                      « 

                      Bah bah bah, en voilà encore un qui se permet de dire ce que doit vivre une femme et de définir ce qu’elle doit souffrir ou pas...

                      Bah bah bah, t’es bon pour prêcher pour daesh

                       »Les femmes ont plus à perdre qu’elles ne le croient."

                      Bah bah bah, allez les meufs vous êtes trop conne pour comprendre que vous ne vous rendez pas service en vous battant pour une égalité de traitement car vous êtes l’égale des hommes en humanité...
                      C’est des conneries, vous êtes inférieures et Sweach vous le répète pour votre bien...

                      Comme 75% de ce fil vous n’avez absolument rien compris à l’affaire du genre et comme tous les réacs pas prêt de donner l’émancipation aux femmes.

                      Et bhé, mesdames vous n’êtes pas sorti de l’auberge avec des « vrais hommes » pareils...


                    • sweach 24 avril 11:31

                      @Sparker
                      Moi je ne fais que prévenir, car c’est juste de la logique.

                      Sinon, non une femme et un homme ne sont pas « égaux », tu auras beau tourner le problème dans tout les sens, nous avons des différences.

                      Chercher l’égalité est absurde.

                      *vous êtes inférieures*
                      Mon discourt ne dit pas ça ! Ça c’est toi qui le dit, moi je dis juste qu’une femme est différent d’un homme et je suis tout à fait près a exploiter et encourager ces différences qui nous caractérise afin de tirer le meilleur parti des deux sex.

                      Nous devons aller vers une complémentarité car l’égalité est illusoire.

                      Mais va y continue sur ton opinion, de toutes façon ça changera autour de toi et sans toi.


                    • Sparker Sparker 24 avril 11:39

                      @sweach

                      Faut apprendre à parler et la logique vous la confondez avec vos conditionnements.

                      Vous ne vous rendez même pas compte que votre façon de parler des « femmes » fait toute la source du combat car vous les infériorisez...
                      Vous prétendez définir, comme nos religieux et les daeschiens, ce que doit vivre la « femme » ce qui est bon pour elle ou pas, la place quelle doit occuper avec notre autorisation etc etc etc.

                      Si ce sujet passionnant vous intéresse faite une étude mais ne nous lâchez pas vos « logiques » issues de votre esprit conditionné.

                      Vous n’avez rien compris à l’égalité, vous projetez juste vos fantasmes et craignez pour votre statut tout en jouant les doctes qui savent ce qui est bon pour les autres...

                      Bref vous êtes une lumière d’Avox, humblement...


                    • sweach 24 avril 14:17

                      @Sparker
                      En fait vous ne lisez, ni ne comprenez mon propo.

                      Si je suis votre analyse « supérieur » / « inférieur », à l’heure actuel ce sont les hommes qui sont inférieurs aux femmes, car actuellement les femmes ont tout pouvoir en terme de famille, de relation sexuel, d’éducation et même sur un plan juridique la priorité est donné aux femmes. Donc pour l’égalité vous pouvez repasser.

                      Vous décriez un statut patriarcal de notre société qui n’existe pas dans les faits.

                      Vous vous attaquez à moi un homme qui remet en question des valeurs qui vous sont chère, pourtant vous allez comprendre toute seule avec le temps que ce sont les autres femmes qui vont rejeter vos valeurs par des principes de sélection naturel.

                      La biologie rattrapera toujours la connerie humaine.


                    • Sparker Sparker 24 avril 14:39

                      @sweach

                      Mais votre propos n’a aucun sens ou alors seulement pour vous...
                      C’est pas votre avis qui nous intéresse mais ce que vous en pensez, ce qui est autre chose... Je sais que sur ces forums du « moi je pense que », beaucoup n’ont que « des avis sur tout mais surtout des avis ».

                      J’ai dit plus bas que pour moi, dans notre monde le ventre à plus de pouvoir que les muscles, mais cela aussi n’est qu’un constat.

                      Et je suis un homme, au cas ou...

                      Les femmes ont le droit de ne pas faire d’enfants et beaucoup usent de ce droit de nos jours et ce le sera de plus en plus.
                      Enfanter devient un acte réfléchi et moins instinctuel, la recherche du mâle procréateur va répondre à d’autres critères que ceux qui prévalaient à la conquête du monde. Je ne sais pas si vous savez mais nous allons avoir un problème démographique un jour ou l’autre...


                    • Sparker Sparker 24 avril 14:49

                      @sweach

                      D’ailleurs c’est bien par ce qu’elle sont plus déterminante que nous (les hommes) que nous leur tapons sur la gueule et les soumettons.
                      Condamner la violence faite aux femmes, c’est nous remettre en question dans notre pouvoir de force et de domination. Mais nous en sommes les premières victimes en fait de ce pseudo pouvoir que l’on s’est attribué grâce à nos biscottos...

                      Les mâles n’ont pas droit au rapport tendre eux sont là pour combattre et défendre les ventres...

                      Bon on leur à déjà donné le droit de vote après avoir reconnu qu’elle avaient une âme, on progresse, mais je vous sent apeuré pour votre équilibre personnel...


                    • sweach 24 avril 15:09

                      *Les femmes ont le droit de ne pas faire d’enfants et beaucoup usent de ce droit de nos jours et ce le sera de plus en plus.*

                      Est-ce que vous comprenez votre propre phrase ?

                      Soyez juste Mathématique, si les femmes font moins de 2 enfants, elles et ses valeurs sont voués à disparaître.

                      Ça ne sera pas le cas des femmes qui font plus de 2 enfants

                      A votre avis dans 2 générations, où en seront les beaux principes d’égalité et le droit des femmes ?

                      En affectant leur reproduction, en la liant à leur liberté, les femmes se tirent une balle dans le pied.

                      (Sinon petite parenthèse, le droit de faire un enfant exclusivement réservé aux femmes ? les deux sexes à parité doivent être impliqué.)

                      *nous allons avoir un problème démographique un jour ou l’autre.*

                      Effectivement nous allons avoir un problème démographique mais pas celui que vous croyez.

                      Après je conçois que ça va à contre sens de la propagande de notre petit écran qui nous pousse à ne plus faire d’enfant et à ne plus vivre ensemble en harmonie.

                      En l’état les droits des femmes sont voués à disparaître un jour, c’est une pure logique arithmétique et biologique mais elle vous dépasse totalement.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 16:28

                      @Sparker. Parle pour toi, ô aliéné projectif. Ta môman t’a dit de reprendre sa guerre sexiste, misandre victimaire. Et toi janissaire éperdu, tu lui obéis, tu reprends sa guerre sexiste. Oui, tu leur tapes sur la gueule, et tu tâches de les soumettre, les mâles encore survivants. Jamais tu n’oseras condamner la violence faite aux pères qui ont eu le tort inexpiable de naître mâles. Ta môman ne te le pardonnerait pas.


                    • Sparker Sparker 24 avril 18:30

                      @JC_Lavau

                      Mon pauv’ JC, je crois qu’en creux tes élucubrations binaires t’ont fait bien mal, je compatis...

                      Mais comme tu sais pas lire, tu as des excuses...


                    • Sparker Sparker 24 avril 18:34

                      @sweach

                      Mouais bon, ben je crois qu’on va en rester là, vous n’êtes pas capable de voir que ce que vous dites n’est que votre avis qui n’est émis que pour compenser le dérangement que vous éprouvez... ce n’est en aucun cas objectif.
                      Mais bon je dois être propagandé jusqu’à la moëlle par ma môman, comme dit JC... (s’il connaissait ma mère, y’aurait de quoi se marrer...).

                      Mais si vous croyez en vous à ce point... grands bien vous fasse.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 18:50

                      @Sparker. Cette secte ne s’intéresse qu’à la guerre civile et ne raisonne que par insultes.


                    • Sparker Sparker 24 avril 19:15

                      @JC_Lavau

                      Kékidi ???


                    • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 21:48

                      @Sparker. Rappel de leur Meine Kampf :

                      EXTRAIT DE QUAND LA FEMME VINT AU POUVOIR d’Aline d’Arbrant (chapitre V, 1).

                       

                       

                        Sabine Dacier avait procédé elle-même à l’organisation des Camps Spéciaux d’Internement. Aussi était-elle particulièrement fière quand elle fit visiter celui de Tours, sa ville natale, à Marie-Pierre Horin, avec qui, par ailleurs, elle venait de se mettre en ménage, le mari de celle-ci, depuis quelques jours arboraient avec fierté son insigne triangulaire d’Auxilaire Masculin Privilégié.

                       La porte du Camp s’ouvrit devant les deux Ministres pour leur offrir dès l’entrée un spectacle inattendu. Apparemment, aucune présence masculine. Seules, quelques gardiennes en uniforme de cuir noir déambulaient dans l’enceinte fortifiée du camp. Elles étaient élégantes et particulièrement excitantes dans leur tenue officielle créée par Amanda Kred, la ministre de l’Industrie, et confectionnée par ses propres mâles. A part leur pistolet réglementaire pendant contre leur hanche, les jeunes femmes n’avaient comme arme qu’un petit boîtier de télécommande à la main.

                       En s’avançant Marie-Pierre constata que le sol qui semblait vitrifié était en fait constitué par de grande plaques de verre très épais sur lesquelles avançaient les gardiennes grâce à des chaussures à semelles caouchoutées.

                      - Mais, Sabine, demanda la Première Ministre, où sont donc les mâles rebelles ?

                      - Regarde par terre, chérie.

                       Baissant les yeux, Marie-Pierre eut un sursaut de surprise en découvrant sous elle, dans d’étroites petites cellules fermées simplement en haut par les épaisses dalles de verre rivetées, des hommes complètement nus, un par cellule, assis, couchés ou debout selon la largeur de celle-ci.

                      - Mais ils voient mes fesses ! s’exclama-t’elle en plaquant sa jupe sur ses cuisses. Quelle horreur !

                      - Laisse donc. Ils n’ont que ça à voir jusqu’à leur mort. Et la plupart d’entre eux ne sont plus des êtres humains depuis longtemps. Regarde les gardiennes ! Elles s’en fichent bien, elles !

                       Effectivement les jeunes-femmes ne semblaient pas s’inquiéter du spectacle qu’elles offraient aux habitants du sous-sol. Parfois, l’une d’entre elles, paraîssant découvrir quelque chose sous ses pieds, utilisait quelques secondes sa télécommande, constatait les conséquences de son geste puis reprenait tranquillement sa promenade.

                      - Que fait-elle ? demanda Marie-Pierre.

                      - Son boîtier de télécommande lui permet, d’en haut, de gérer totalement la vie des prisonniers d’en bas. Elle doit d’abord composer le code d’accès de la cellule qui l’intéresse. Elle a alors le choix entre cinq fonctions différentes. D’abord l’ouverture de la. trappe de verre (quand un nouveau prisonnier est amené). La distribution de nourriture (qui se fait par un système de conduits pneumatiques). Le lavage (un jet d’eau puissant nettoie le sol, les murs et l’occupant de la cellule). L’évacuation (l’eau, les restes et les excréments sont emportés vers les égouts). Et l’élargissement ou le rétrécissement des cloisons latérales.

                      - C’est vrai. Ils n’ont pas droit tous à la même surface vitale ?

                      - Non, ma chérie, continua d’expliquer Sabine. Cela dépend de leur comportement et de l’importance de ce qui leur est reproché. Les gardiennes sont seules juges. Elles peuvent accorder les deux mètres carrés maximum (un mètre sur deux) qui leur permettent de s’allonger par terre s’ils le désirent ou rétrécir la surface au sol pour qu’ils ne puissent se tenir qu’assis ou debout.

                      - Celui-ci qui nous regarde d’un drôle d’air ne peut même pas bouger !

                      - Gardienne !

                      - Oui, Madame la Ministre ?

                      - Qu’a fait cet homme ?


                    • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 21:50

                      Fin :

                      - Oh, celui-ci ! fit la jeune-femme en uniforme en désignant du pied le visage tendu vers elles. C’est un râleur. Jamais content ! Il n’en a plus pour très longtemps, de toute façon. Chaque jour, je rapproche les cloisons de sa cellule d’un centimètre.

                      - Il va finir par être étouffé ? demanda Marie-Pierre intéressée par le supplice de l’homme dont le regard ne quittait pas ses dessous. Cela fait-il longtemps qu’il est dans cette position ?

                      - Plus d’une semaine, Madame la Première Ministre. Mais croyez-bien que, pour lui, cette semaine représente une véritable année ! Quant à étouffer, je ne sais pas. Certains meurent effectivement par étouffement mais d’autres attendent d’être complètement écrasés avant de rendre l’âme !

                      - Les cloisons, en effet, peuvent se rapprocher jusqu’à se toucher, expliqua Sabine plus en détails. Ainsi les prisonniers sont réduits en une bouillie sanglante qu’il ne nous reste plus qu’à évacuer par les égouts, comme leurs excréments...

                      - Quelle horreur !

                      - Mais non. Ce ne sont que des rebelles machistes !

                       
                       
                      Elles sont comme cela, les militantes de la JUSTE dictature du Femellariat, au Féministan judiciaire.


                    • Sparker Sparker 25 avril 00:12

                      @JC_Lavau

                      Je veux bien admettre que certaines féministes, primaires, soient de véritables dragons aux intentions revanchardes mais c’est loin d’être le combat réel qu’il faut mener.
                      D’ailleurs pour ma part ce féminisme sociétal ne me parle pas, je suis plus intéressé par le féminisme ontologique qui rejoint selon moi la définition du genre et est plus affaire d’anthropologie que d’autre chose.

                      Certains aspects de ma jeunesse aurait pu me mener vers une forme de haine du féminin et ce non pas à cause de féministes qui m’auraient castrées mais bien au contraire de « vraies » femmes qui ne me trouvais pas assez « homme », en ce temps là ça ne passait pas trop...

                      Mais j’ai su aller plus loin et m’intéresser à cette affaire de féminin/masculin et essayé d’en comprendre les rouages, d’abord pour moi même et l’apaisement que je recherchais et ensuite pour avoir quelque chose à dire à ce sujet.

                      Vous avez l’air d’avoir vécu du lourd vu la hargne que vous y mettez...

                      Je ne suis pas dans le combat, car à ce jeux nous perdons tous et toutes. Après c’est selon le travail de conscience de chacun...


                    • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 08:46

                      @Sparker. Et comment tu vas faire pour mettre fin à la criminalité organisée, en toges noires et jabots blancs, sous couvert du Féministan médiatique ?
                       
                      Sous couvert du Féministan médiatique, notamment de l’Amnesty International à György Soros, Gudrun Schyman réclamait un impôt spécial sur le délit de masculinité, que 51% à 52% des suédois commettent en naissant :
                      http://deonto-famille.info/index.php?topic=26.0
                       
                      Et le reste est à l’avenant.
                      Je te rappelle celles qui sont financées par Rockefeller et le C.I.A. :
                      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gloria-steinem-le-feminisme-et-la-185655
                       
                      A qui profitent les guerres civiles ?


                    • Castel Castel 24 avril 10:07

                      Pour compléter votre article, je dirais qu’en fait, le mécanisme est assez simple.

                      D’une part, la théorie du genre est en quelque sorte un virus qui sert à long terme à délégitimer les comportements sexués (les hommes sont attirés par les femmes et réciproquement et cette attirance produit une forme de compétition pour avoir un bon partenaire)

                      D’autre part, au lieu d’informer sans parti pris, les médias produisent la norme. Ils nous disent ce qu’on doit penser. Ils vont donc permettre de véhiculer la théorie du genre d’une manière insidieuse, en fonction des actualités.


                      • Sparker Sparker 24 avril 11:31

                        On parle d’égalité en humanité et en appréhension du monde et donc en action sur ce monde et on nous répond :

                        Pas pareil... bite, couille, sein, papa, maman, force, faiblesse, comprend tout/comprend rien, tous parano par la perte d’une masculinité et virilité fantasmée car c’est tous des fiottes soutenus par les institutions et que des petites bittes qui flippent qu’on remette en question leur « différence » et surtout « supérieure » et « dominante » bande de soumis... smiley smiley

                         smiley smiley smiley, je rigole mais dans le fond... beurk...

                        Bah moi qui suit de type masculin et non pas de genre, je vous pisse à la raie debout...

                        Je vous met en lien la définition du phallocrate, au cas ou... :

                        https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/phallocrate/


                        • arthes arthes 24 avril 11:57

                          @Sparker

                          Justement (si j’ai bien compris) : L’égalité en humanité et en appréhension du monde , parce que nous sommes des humains, n’ st qu’une idéologie , une abstraction , une construction mentale si on ne tient pas compte de nos différences... 


                        • Sparker Sparker 24 avril 14:17

                          @arthes

                          Ha bon, les horreurs et les merveilles que l’on voit, et du coup ce qu’on en pense, n’ont pas la même réalité qu’on soit « mâles ou femelles ».

                          Oui donc un gosse qui meurt sous une bombe n’a pas le même sens pour les H ou F...
                          Pour l’H qui guerroie ce n’est qu’un dommage collatéral et la F qui pourvoit c’est un drâme injustifiable, car du coup selon que l’on soit homme ou femme la réalité vecue par les autres change ??
                          Mais maintenant il y des femmes qui justifient et des hommes qui condamne, c’est le bordel on ne sait plus quoi penser... :->

                          Et les différences de constitution physique servant des intérêts de domination d’un type sur l’autre n’est pas de l’idéologie ? (quoique une bonne branlée à la femme qui râle, ça remet les choses en place... :->) Bien que je pense que dans notre monde le ventre des femmes à plus de pouvoir que les muscles des hommes, mais c’est un autre débat...

                          Donc selon que l’on soit femme ou homme nous avons une humanité différente... comme avec les gorilles... et la femme se trouve où alors entre les hommes et les gorilles ? y a t-il une échelle de mesure ? car à dire que nous ne sommes pas égaux, il faut donner des valeurs verticales... pour que l’on puisse bien se conformer à notre nature...

                          Car si les humains sont séparés en « genre » et non pas en « type » et que c’est incontournable vu que c’est « naturel » et donc au fondement de nos personnes, on est un sacré paquet de déviants et notre « nature » profonde est bien faible...


                        • Sparker Sparker 24 avril 14:53

                          @arthes

                          Et puis être égaux ne veut pas dire être semblables, on peut être égaux et différents quand même...

                          Si vous avez plusieurs enfants vous les aimez « également » alors qu’ils sont complètement différents.


                        • arthes arthes 24 avril 15:39

                          @Sparker

                          Oui voilà, en fait vous voulez dire que l’on a tous une même perception humaine, ce que je partage, et en ce sens , et c’est l’essentiel, nous somme égaux.

                          Et je m’intéresse à ; Et comme chacun de nous est unique et que nous sommes tous donc différents, ces perceptions sont aussi multiples qu’il y a d’individus et de secondes dans une vie, mais elles sont toutes humaines.

                          Cela dit : 
                           un géant aura toujours une taille supérieure à un nain.
                          Et un homme un kiki plus long que celui de la femme 
                          Et une femme aura de plus jolis poumons


                        • Sparker Sparker 24 avril 18:38

                          @arthes

                          "un géant aura toujours une taille supérieure à un nain.
                          Et un homme un kiki plus long que celui de la femme 
                          Et une femme aura de plus jolis poumons

                          "

                          Et alors ? en quoi cela justifierait des différences de traitements et/ou de considérations ou le fait de jouer avec un camion ou avec une poupée ?

                          Ça confusionne beaucoup dans cette histoire...


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 avril 14:45

                          Les sociétés polynésiennes ont résolu depuis très longtemps le problème .


                          • arthes arthes 24 avril 15:40

                            @Aita Pea Pea
                            Comment ont ils fait ?


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 avril 19:18

                            @arthes

                            Long a raconter sur un Smartphone.mais disons que le 3e sexe les mahu , hommes élevés ou se sentant femmes avaient et ont encore leur place dans la société. Aujourd’hui ils sont plutôt appelés raerae . Certaines se prostituent certes, mais la plupart bossent dans l’hotellerie et la restauration où elles sont appréciées . Et pas mal font des études. Poerama , une qui était de mes voisines était cadre sup .


                          • arthes arthes 24 avril 20:15

                            @Aita Pea Pea

                            Comme les katoeys en Thaillande en fait .


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 avril 20:30

                            @arthes

                            Et ça ne dérange que peu de monde.


                          • arthes arthes 24 avril 15:23

                            @Sparker

                            Plutôt que le terme « mâles ou femelle » je préfère « homme ou femme » je parle d’humains et non d’animaux, même si nous avons des points communs avec nos amis les bêtes, je trouve ces termes réducteurs...J’aime bien les gorilles, mais je vois pas bien ce qu’ils ont à voir entre la femme et l’homme.

                            Ensuite toute horreur et toute merveille sont une même réalité que chaque être humain perçoit d’une manière différente parce que chaque être est unique et perçoit le même sujet d’une manière différente, en fonction de son temperament, de sa sensibilité, de son vécu, de son âge et de son taux de testostérone etc....

                            Quant à nos différences de sexe, elles ne confèrent pas une supériorité de l’un ou de l’autre sexe( sauf si l’un ou l’une désire asservir l’autre, les relations humaines étant hélas trop basées sur les rapports de pouvoirs et dominations comme si c’était une fatalité, plutot que la recherche de l’harmonie et de l’osmose) ), en fait ll faut les accepter sans pour autant se sentir cloisonné dans un modèle social darwiniste , le but étant de s’épanouir au mieux en grandissant et trouve par soi même ses propres limites tout en s’affranchissant des idées reçues forts nombreuses, que l’on soit homme ou femme.


                            • Sparker Sparker 24 avril 18:57

                              @arthes

                              "Plutôt que le terme « mâles ou femelle »

                              « 
                              C’est un peu provoc de ma part...

                              Je ne comprend pas votre post qui mélange des notions et qui finit en fait en défense de l’égalité du choix individuel, quelque soit le sexe, de s’épanouir au mieux ??

                              Il y a quand même de la discrimination, et, exemple frappant, celui des salaires, vu la difficulté de remédier à ça alors que ce ne sont que des chiffres et des sommes, nous ne le faisons pas et acceptons cette situation. Pourquoi, parce que c’est inscrit au tréfonds de notre éducation culturelle, la femme est inférieure et ne peut donc être l’égale de l’homme dans sa condition. Si vous niez ça par un lissage vous passez à coté du problème et ce n’est qu’un exemple hyper visible.
                              C’est une atteinte à notre »masculinité" comme dirait JC (lavau, hein pas Jesus...) car pour que les hommes soient fort, il faut que les femmes soient faibles, principe binaire.
                              Alors la femme ayant intégré quelle est faible par ce qu’elle n’a pas de force (!), elle cherche un homme fort, selon ses critères, qui lui fera de beaux enfants.
                              Bon pour une femme tous les trois jours, visiblement, ça devient une brute et elle y laisse sa peau. Quoique un homme tous les 15 jours doit être une fiotte pour y laisser sa peau aussi...


                            • arthes arthes 25 avril 17:53

                              @Sparker

                              Pour ce qui concerne la difference des salaires...Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une idée selon laquelle la femme est inférieure (me suis posé la question, ayant moi même du me battre pour équité à poste égal) , mais parce que aux tréfonds de l’humain, le femme est « généreuse », en fait elle est la « mère nourricière qui se sacrifie pour nourrir sa progéniture qui passa avant elle », et en effet, une mère donne son lait, son amour sans demander la contrepartie à son nourrisson...." et l’idée de l’infériorité de la femme est soit une idée intello abstraite donc ou/et une interprétation des textes religieux (peur de la tentation : femme/Eve, femme/ âme) , dans les deux cas, c’est juste une manière de justifier une volonté d’asservir et de maintenir la femme dans un rôle préétabli afin d’éviter la compétition.

                              Je ne vois pas bien ce qui vous semble pas clair dans mon post ?

                              Une réalité est toujours perçue de manière differente , selon les individus, et par ailleurs,  d’un point de vue physico/ matérialiste l’égalité n’existe pas, puisque nous sommes tous différents, mais pourtant, nous sommes semblables car humains, et, , la loi doit s’appliquer de la même manière à tous....Et la femme toucher le même salaire qu’un homme pour un même job par ex. .

                              Dans le fond, c’est sur la question : qu’est ce qu’un humain ...On finit par plus savoir, surtout à se comparer sans cesses à des animaux et des logiciels...


                            • Sparker Sparker 25 avril 22:41

                              @arthes

                              Il y a un truc qui me gène et pas que chez vous, c’est que vous mettiez sur le même plan, égalité/ou non et différence ??

                              On peut être différents et égaux car la question de l’égalité est une question de considération (pour faire vite) pas une question d’attributs.


                            • arthes arthes 26 avril 15:58

                              @Sparker

                              Je ne le mets pas sur le même plan justement ; si je compare h/f biologiquement il y a des aspects où les hommes sont plus performants, force physique musculaire par ex, je ne vois pas où est le problème à considérer qu’ils nous sont supérieurs, mais cela ne fait pas des femmes des êtres inférieurs aux hommes

                              D’ailleurs ne dit on pas que la femme est un homme comme les autres ?

                              Sauf que dans ce cas il faut prendre homme au sens humus, et dans notre lexique il n’y a pas cela, le terme homme renvoie toujours à  une notion d’identité sexuelle et donc entretien une confusion discriminante


                            • JC_Lavau JC_Lavau 26 avril 16:38

                              @Sparker. La propagande hégémonique a tout pouvoir sur toi ; tu gobes tout, intégralement. Le déguisement victimaire des tueuses conjurées, tu gobes. Les statistiques truandées, tu gobes.

                              Québec : Confirmation de la fraude aux « femmes battues ».

                               
                              Violence conjugale : nouveaux chiffres, nouvel enfumage

                               
                              Financement du féminazisme canadien

                              Etc.

                              György Soros est content de toi.


                            •  C BARRATIER C BARRATIER 24 avril 20:52

                              Attention, l’égalité ne veut pas dire la similitude ! C’est l’égalité dans la différence.

                              Il appartient aux femmes de se définir et de décider, c’est ce qui se passe aujourd"hui en France. Et tout est en train de changer

                              Femmes : Conquêtes, reponsabilités nouvelles.Prenez votre part de pouvoir http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=228

                              • JC_Lavau JC_Lavau 26 avril 19:02

                                @C BARRATIER. En effet, il ne faudrait quand même pas qu’un homme se prenne pour l’égal d’une femme ! Ce serait la plus odieuse des anarchies !


                              • flo3z 28 avril 13:57

                                Bonjour,

                                Tout d’abord, j’ose espérer que vous n’êtes pas dans le milieu scientifique et/ou universitaire. Il est très certain que vous ne comprenez pas les sciences humaines et sociales et leur approche du genre, et que vous n’avez pas non plus tenté d’approfondir les notions de biologie que vous mentionnez. Cet article est bourré de raccourcis, d’incohérences, de confusions qui viennent servir un argumentaire essentialiste qui est bancal et dépassé. J’en viens à se demander si c’est de la malhonnêteté intellectuelle ou de la stupidité à ce stade. Tâchez d’acquérir une rigueur scientifique et des connaissances précises sur ce dont vous parlez avant d’écrire ce genre d’article malhonnête.


                                • dkalex 28 avril 15:43

                                  @flo3z
                                  Les commentaires ne sont pas ici à but décoratif. 
                                  Que ça vous semble dépassé relève de votre opinion personnel.
                                  Cet article est une méta-synthèse, libre à vous de publier le votre, prouvez que je ne maîtrise pas ce sujet.


                                • JC_Lavau JC_Lavau 28 avril 18:55

                                  @flo3z. Avec de l’argent et des postes, on peut corrompre toutes les sciences humaines et sociales.
                                  En sciences molles, le chercheur qui ne sait pas interroger chaque idée et notion reçue, « à qui le crime profite-t-il ? », se condamne à ne faire que du boulot de singe.
                                  En sciences dures, en principe cette interrogation ne vient pas en premier ; en principe, en principe... Et pourtant nous aussi avons en sciences dures quelques solides scandales, qui se reproduisent sur plusieurs générations, voire siècles.

                                  Plusieurs siècles, depuis les mathématiciens arabes au minimum : confondre grandeurs physiques avec nombres.
                                  Deux siècles environ, depuis Kaspar Wessel, Argand et W. R. Hamilton : confondre opérateurs avec nombres.
                                  Bien que les mathématiques de l’inertie aient été établies au 19e siècle, notamment par Gaspard de Coriolis et Elie Poinsot, on persiste à enseigner que les forces de marées sont celles pensées par Isaac Newton, au 17e siècle, strictement gravitationnelles. Inexcusable, mais toujours au pouvoir.
                                  Bien que les preuves du contraire soient incassables, on persiste 175 ans plus tard, à enseigner qu’un champ magnétique serait de nature vectorielle. Un exemple de ce triomphe :
                                  https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-plus-beaux-loupes-de-l-212926
                                  http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,1991.0.html
                                   
                                  Etc.
                                   
                                   En sciences molles, jusqu’en 1938, l’Université française a délivré un diplôme de 3e cycle, hors-cursus et payant, de phrénologie criminelle : l’art de confirmer au magistrat qui vous aime, que le prévenu qu’il n’aime pas, a bien les traits phrénologiques du criminel-né, et qu’il peut donc le décapiter sans risques pour sa carrière. Elle est comme cela, l’épistémologie en sciences molles.
                                  A qui le crime profite-t-il ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

dkalex


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès