• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ordonnances sur le Code du travail : un désordre syndical révélateur de la (...)

Ordonnances sur le Code du travail : un désordre syndical révélateur de la crise profonde du syndicalisme français…

La CGT, la FSU et Solidaires appellent à manifester le 12 septembre prochain contre les ordonnances gouvernementales sur le code du travail, contrairement à la CFDT et FO.

Si ces divisions syndicales sont la continuation de divisions anciennes, historiques, confessionnelles ou datant de la guerre froide, elles sont d'autant plus dommageables pour les salariés qu'elles persistent dans une économie en crise grave...

 En appelant initialement et seule à une manifestation syndicale le 12 septembre puis à une autre le 21 septembre, la CGT a pris le risque de ne pas réunir les meilleures conditions pour une mobilisation maximale des salariés. FO a préféré faire bande à part, prétextant vouloir continuer à négocier avec la ministre du travail, Muriel Pénicaud, en vue de la rédaction des nombreux décrets d’application que nécessiteront les cinq ordonnances prises. Quant à la CFDT, elle continue de faire cavalier seul, fidèle à sa stratégie d’accompagnement de toutes les mesures libérales prises par les gouvernements successifs depuis de nombreuses années.

Mais la position du secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a fait l’effet d’un coup de tonnerre et plusieurs fédérations professionnelles ou Unions départementales FO défileront malgré tout avec la CGT le 12 septembre.

Plafonnement des indemnités prud’homales, inversion de la hiérarchie des normes dans plusieurs domaines, possibilité pour les multinationales de licencier dans l’Hexagone malgré des profits réalisés hors de France, etc… la réforme du gouvernement consacre pourtant des propositions patronales qui étaient considérées par FO comme des « lignes rouges » lors des débats sur la loi El Khomri en 2016.

« Qu’est-ce qu’il fout Mailly ? C’est quoi ce bordel ? On nous a fait descendre dans la rue pour moins que ça ! » a déclaré un responsable FO. Pourquoi un tel revirement de la part de FO ? Pour certains observateurs, la réponse est relativement simple :

Jean-Claude Mailly connaît bien la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Tous deux ont évolué dans les cercles des Aubristes au début des années 1990. La ministre actuelle est entrée au cabinet de l’ancienne ministre en 1991. Jean-Claude Mailly est un ami de longue date de Martine Aubry et il est d’ailleurs toujours membre du Parti socialiste. Les pourparlers avec le gouvernement ont été facilités aussi par la présence de Stéphane Lardy, ancien négociateur et pilier de FO qui est aujourd’hui membre du cabinet de Muriel Pénicaud, nommé conseiller chargé de la formation, de l’apprentissage et de la pénibilité...

Cette dernière mésentente syndicale est un révélateur supplémentaire de la crise grave du syndicalisme français. Le nombre de salariés syndiqués continue en effet de baisser et 7,7 % seulement de la population active fait partie d'un syndicat. Pour sept Français sur dix, les syndicats ne sont pas représentatifs.

Malgré les chiffres officiels communiqués par les différentes confédérations syndicales et l'idée d'une resyndicalisation lancée régulièrement par leurs responsables, celles-ci continuent à perdre des adhérents, notamment dans les secteurs de l’agro-alimentaire, l’enseignement privé, la confection-cuir-textile, le bâtiment, l’industrie du bois ou les commerces et services. Seuls les « bastions syndicaux » dans le secteur public ou semi-public semblent conserver une présence syndicale significative (Éducation nationale, RATP, La Poste-France Télécom, SNCF, etc.)

En ce qui concerne les effectifs globaux nationaux, ils sont sensiblement inférieurs à ceux revendiqués par les directions des différentes confédérations, selon deux universitaires spécialistes du monde syndical français, Dominique Andolfatto et Dominique Labbé.

- CGT : 525 000 (au lieu des 700 000 revendiqués) 

- CFDT : 450 000 (870 000 revendiqués)

- FO : 310 000 (500 000 revendiqués)

- CFTC : 95 000 (150 000 revendiqués) 

- CFE-CGC : 80 000 (160 000 revendiqués) 

Soit un nombre total de 1 460 000 adhérents selon ces deux universitaires contre 2 380 000 revendiqués par les cinq confédérations syndicales représentatives. Les chiffres avancés par les organisations syndicales sont très optimistes car elles comptent généralement 1 adhérent à partir de 8 à 10 cotisations mensuelles payées au titre d'une année civile au lieu de 12.

Quand on sait que la CGT comptait en 1948, à elle seule, 4 000 000 d’adhérents, que la seule Fédération allemande de la Métallurgie IG Mettal compte aujourd’hui près de 2,5 millions d’adhérents, que la Suède compte 2,7 millions de syndiqués pour une population active de 4,5 millions de personnes, on mesure la faiblesse et le recul syndical dans notre pays.

Mais aucune des trois principales organisations CGT, CFDT et FO ne veut contribuer à une nouvelle donne en France en formant une seule et nouvelle organisation syndicale. Quant aux autres centrales, elles restent marquées par de fortes spécificités (la défense de l’encadrement uniquement pour la CFE-CGC, la référence à la chrétienté pour la CFTC ou la forte tonalité catégorielle pour l’UNSA) et n'entendent aucunement se remettre en cause.

Pourtant, une seule confédération syndicale permettrait de peser davantage auprès des pouvoirs publics et de redorer le blason d'un syndicalisme dans un monde en pleine évolution. Mais en matière de syndicalisme, comme en politique ou dans la haute fonction publique, le conservatisme est souvent de mise lorsqu’il permet de rester bien au chaud dans son petit nid douillet avec voiture de fonction et chauffeur, entouré de permanents fonctionnarisés, le tout financé principalement par des financements publics et accessoirement par des cotisations syndicales…

 

 

Photo Creative Commons 

 

Lire toutes les infos du blog : 

> Les 25 derniers articles

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • zak5 zak5 9 septembre 08:56

    En France c’est la rue qui gouverne


    • Le421 Le421 9 septembre 17:19

      @zak5
      Vu au Trocadéro avec Fillon...
      N’est-ce pas ??

      « La rue », comme vous dites, c’est avant tout des français qui refusent de se faire enculer à sec.

      Il est vrai que certains adorent cela, j’en conviens.


    • Pere Plexe Pere Plexe 9 septembre 18:50

      @zak5
      oui

      La rue de l’Elysée.

    • samy Levrai samy Levrai 9 septembre 19:13

      @zak5
      Très drôle... tout nous montre que nous sommes en democratie et que c’est le peuple qui a le pouvoir... Nous pouvons voter pour qui nous voulons nous avons toujours la même politique décidé ailleurs que chez nous...

      Les grecs avec syrisa, les hongrois avec Orban , les polonais, les belges, les français ( quel que soit la couleur du Gauleiter) ont tous la même politique au service exclusif de la finance...
      Les referendums partout ( sauf en GB) sont ignorés...
      Les peuples sont roulés dans la farine mais c’est la rue qui gouvernerait... toi aussi change de dealer, celui que tu as n’es pas adapté.

    • Armelle Armelle 11 septembre 09:11

      @zak5
      « En France c’est la rue qui gouverne »... par l’entremise des syndicats

      Oui mais nous arrivons peut être au terme d’un copinage ancestral entre le pouvoir et les syndicats.
      Ces organisations mafieuses ont tjrs été un efficace fusible qui contient les dissensions entre le pouvoir et les masses.
      Quelle aubaine !!! tout le monde en profite ; les patrons d’un côté qui, plutôt que de voir des meutes de fous furieux saccager tout dans l’entreprise, se posent tranquillement dans un bureau avec les représentants syndicaux de l’entreprise devant un petit café pour « fabriquer » un pseudo consensus et le pouvoir de l’autre qui dans la crainte du soulèvement citoyen fait la même chose avec les secrétaires généraux des différentes formations !!!
      Et les syndicats n’ont pas choix, ils ne peuvent avoir le dernier mot !!! ce n’est pas avec les cotisations de leurs adhérents (qui ne représentent que 2% du budget) qu’ils peuvent fonctionner mais bien avec le pognon du citoyen que gère l’état et qui les finance bien grassement !!!
      Si vous voulez avoir un SALARIAT DOCILE, subventionner une Bureaucratie Syndicale est la RANÇON à accepter

      Et les grands gagnants du beau jeu de couillon serait bien les salariés !!! Sans oublier le contribuable qui lui n’a rien rien demandé et paye pour être emmerder par les troupeaux de fous furieux dans la rue.
      La CGT restant la formation la plus malhonnête du paquet car se permettre de condamner les entreprises du CAC pour leur manoeuvres douteuses à l’égard des salariés et avoir en même temps 40 millions de réserves sur des positions boursières venant de ces mêmes boîtes, est franchement dégueulasse !!!
      Ces gens vendraient père et mère pour garder le peu de pouvoir qu’ils s’octroient avec le pognon de nos impôts.
      Enfin la kermesse syndicale semble arrivée à son terme, la pauvre CGT se traînera seule demain, sans doute représentée par une poignée de 3 ou clampins paumés et nous aurons encore droit au même discours puérils avec les éternels « 30000 selon la CGT, 115 selon les forces de l’ordre »

      Quelle misère....
      Allez les gars au boulot demain !!! « c’est une journée d’action » C’est bien ça la formule consacrée non ? ... Et dans consacrée, il y a « sacrée »


    • lionel 9 septembre 10:40

      Qui devrait gouverner !!


      • gogoRat gogoRat 9 septembre 11:25

        En résumé, on peut retenir ce constat :
        "Cette dernière mésentente syndicale est un révélateur supplémentaire de la crise grave du syndicalisme français. Le nombre de salariés syndiqués continue en effet de baisser et 7,7 % seulement de la population active fait partie d’un syndicat. Pour sept Français sur dix, les syndicats ne sont pas représentatifs."

         Quand on sait par ailleurs que l’actuel gouvernement qui prétend réformer démocratiquement par ordonnances pour le bien de Français qu’il incarnerait, n’a été cautionné que par une minorité des électeurs potentiels, alors qu’une large majorité absolue a préféré s’abstenir de cette caution ! ...


        • gogoRat gogoRat 9 septembre 23:18

          bis repetita (cf article ’voter comme des moutons’ - 17 avril 13:59) :

          festina lente ! : « Hâte-toi lentement »
           
           Les abstentionnistes bycotteurs du scrutin ne sont pas nécessairement nés de la dernière pluie.
           Par quel paradoxe trouvent-ils le courage et la détermination civique d’oser la patience ?
           - Pourquoi pas : l’expérience de toute une litanie de mandats passés ? !
           
           
           Contrairement à une idée reçue (fort nuisible en fait !), se garder de la tentation de se défausser facilement de son devoir citoyen (permanent !), par un rare veaute simplet, rapide et faussement humble (vues toutes les spéculations scabreuses qui l’alimentent) ... ce n’est pas un signe de laisser-aller irresponsable, mais bien un fort louable exercice de retenue, de maîtrise de soi, et de serrage de dents (Quoi qu’on puisse dire des fameux ’sans-dents’).
           
           
           Prendre le risque de devoir endurer encore 5 ans de plus d’avalages de couleuvres et de traîtrises, ce n’est ni de la naïveté, ni du laisser-aller ... quand on sait qu’il faut laisser du temps au temps pour que le déséquilibre imposé soit définitivement démasqué et soit auto-anéanti par notre refus de le compenser/entretenir par nos cautions et agitations complices et imbéciles !
           
           
           Imaginons que le prochain élu soit un Président de Droiche, cautionné en tout et pour tout par seulement 45% de veautants (dont presque la moitié de benêts qui auront cru voter pour le contrer !)
           
           Comment ne pas concevoir qu’alors la légitimité morale des futurs mouvements collectifs de contestation et de rejet en sera décuplée ... et aura un poids imparable dans la balance de tous les observateurs nationaux et internationaux qui composent les géostratégies mondiales !


        • Spartacus Spartacus 9 septembre 12:10

          Et sur les 1 460 000 adhérents combien sont concernés par la loi travail ?


          Entre les retraités syndiqués non concernés, 
          Les fonctionnaires statutaires non concernés, 
          Les permanents et manifestant professionnels de la gréviculture
          Ceux qui se sont fait élire juste pour se branler en heures de délégations payées à rien foutre. 

          Ca doit pas en faire beaucoup.

          • Le421 Le421 9 septembre 17:20

            @Spartacus
            Jupiter a expliqué que le pays était rempli de « riens », cynique et feignants, voire « extrêmes ».

            Vous devez l’adorer, ce type !!


          • Dzan 9 septembre 18:36

            @Spartacus
            Fallait bien que tu la ramènes, le gladiateur de foire.


          • Pere Plexe Pere Plexe 9 septembre 18:46

            @Spartacus

            ...beaucoup plus que de députés concernés
            Et surement beaucoup plus que les quelques militants LREM encore moins représentatifs que les syndicats.

            Mais c’est un procès curieux que vous faites...Pensez vous par exemple que les manifs (pro ou anti) mariage gay n’étaient pleines que d’homosexuel(le)s ?


          • gogoRat gogoRat 9 septembre 19:20

             Faut croire qu’ils savent parfaitement ce qu’est ’être rien’ ces gens qui se prennent pour le Bon-Dieu et catéchisent , en même temps, que le Bon-Dieu ... n’existe pas !


          • jmdest62 jmdest62 10 septembre 08:28

            @Le421
            Salut

            partant de « Rien » , en quelques semaines j’ai été promu « fainéant » ...
            c’ est pas rien quand même ! 
            Encore un p’tit effort et d’ici le 23 j’ devrais atteindre le niveau « branleur » ....enfin ! j’vais essayer.  smiley
            @+

          • jmdest62 jmdest62 10 septembre 08:54

            @Dzan
            Salut

            Starcapuce voudrait bien organiser une contre-manif POUR la « loi travail » mais :
            Le 13 Gattaz a son cours de golf
            Le 24 comme tous les dimanches , il va à l’église prier pour son prochain (prochain mandat bien sûr !) et donner une pièce pour les pauvres.
            « En même temps » on peut pas être « POUR » et aller « se les rouler » dans une manif .......Les « raisonnables ,courageux pas cyniques » ne comprendraient pas. 
            @+

          • Spartacus Spartacus 10 septembre 11:27

            @jmdest62


            A votre avis...
            Combien sur ceux qui n’ont que l’insulte en argumentum ad personnam sur les commentaires qui précèdent sont concernés par la loi travail ?

            Quasi tous des statutaires de la gamelle de l’état ou des subventions, qui n’ont eu de contact avec le secteur privé que partiellement voir jamais...

            Mais si le code du travail est si « for-mi-dable » pourquoi ne réclament-ils pas le droit commune au lieu de rester dans leur statuts ?

            Avez vous vu un abreuvé de la gamelle de l’état et des régimes spéciaux vouloir être dans le droit commun et sous le joug du droit du travail ?

            Savez vous qu’en Italie dans les années 90 les fonctionnaires au nom de la justice sociale ont manifesté pour entrer dans le droit commun et ne pas être des statutaires privilégiés en droit ?

            En France ils aiment parler d’inégalités matérielles, mais quand on leur parle d’égalité de droit et de justice sociale, ils n’ont que l’insulte....Comme vous le constatez !

          • zygzornifle zygzornifle 9 septembre 13:10

            Le désordre syndical est l’arme de Macron contre les syndicats et il veille a bien l’entretenir et cela fonctionne , il a déjà fait la peau des partis politiques les renvoyant a des agitateurs de banderoles éructant dans leurs micros, maintenant c’est au tour des syndicats d’y passer , il aura les mains libres pour faire passer toutes ses lois anti-sociales et il sera suivi par la droite aussi gluante que visqueuse et putride qui s’en fait dessus de plaisir et ne rêve que de briser de l’ouvrier du retraité de l’employé comme son cher président ..... 


            • Le421 Le421 9 septembre 17:22

              @zygzornifle
              Faire une thèse sur Machiavel, ça peut servir.
              Diviser pour régner est vieux comme le monde.
              Tout le monde s’y fait prendre.
              Et en plus, si ils le disent à la télé, alors...  smiley


            • sirocco sirocco 9 septembre 14:55

              Faut-il vraiment chercher dans la guerre froide l’origine des divisions syndicales actuelles ?

               
              Le problème a réellement commencé avec Nicole Notat qui a vendu la CFDT au patronat, empochant au passage le produit de la trahison...

               
              Dans un monde de lobbyisme, curieux que personne ne songe d’emblée à la corruption des dirigeants, laquelle est si facile à mettre en oeuvre et peut expliquer tant de revirements...

               
              Les travailleurs en tout cas feraient bien de se méfier au plus haut point de leurs « représentants » qui sont reçus à l’Elysée ou à Matignon et qui en ressortent acquis aux thèses des patrons !


              • Le421 Le421 9 septembre 17:24

                @sirocco
                Caramba !! Ils ont été vu.
                Mailly devrait gicler de toute urgence, à moindre mal.
                Quand à la CFDT...
                Le jour où le patronat rétablira l’esclavage, la CFDT négociera le poids des chaînes !!


              • Dzan 9 septembre 18:37

                @Le421

                + 10 0000000000000000000000000000


              • Garibaldi2 10 septembre 02:20

                @sirocco

                La guerre froide tout court.

                FO a été financé dès le lendemain de la 2ème guerre mondiale par la CIA dont Irving Brown était l’agent sur le terrain, la CIA souhaitait « créer en France et en Italie des syndicats non communistes pour affaiblir la CGT et son homologue italienne, la CGIL ». Dans les premières années 1950, FO est soutenue par la CIA avec plus d’un million de dollars par an. Le ministère du Travail français verse également des subsides, pris sur les fonds de l’ex-Charte du travail (extorqués aux travailleurs par le gouvernement de Pétain). Source : https://lc.cx/piVN


                ‘’Mais ce qui exaspère alors Benoît Frachon, dirigeant de la CGT, au point d’appeler Irving Brown « le corrupteur sans visa », c’est que cette scission [CGT/FO] a également été facilitée par les dollars des services secrets américains, dont Brown avait l’usage.

                En 1952, le Time indique que Brown dispose de 500 000 dollars provenant de l’AFL.

                Mais le financement du nouveau FTUC est plus trouble : on y retrouve alors effectivement des fonds de l’AFL, mais également de sociétés comme Exxon ou General Electric et de l’Office of Policy Coordination (qui est confondu dans la CIA en 1952). Et surtout une manne financière provenant du plan Marshall, puisque l’AFL dispose de 800 millions de dollars par ce biais.

                Dans un article intitulé ‘’AFL-CIO ou AFL-CIA ?’’, Paul Labarique est encore plus affirmatif : « S’appuyant sur l’AFL-CIO, une organisation qui tient plus de la corporation de branche que du syndicat de classe, la CIA a fait exploser la CGT française et a financé la dissidence de Force ouvrière. Puis, l’Agence a regroupé les centrales atlantistes européennes au sein d’une Confédération des syndicats libres. Le système a été ultérieurement étendu à l’Afrique et à l’Asie. L’opération a été dirigée par Irving Brown, responsable du réseau stay-behind en Europe. ».’’ Source : http://www.morinie.com/Oreiller_2.pdf page 71


                A tous ceux qui nous ont bassinés pendant des décennies avec ‘’l’or de Moscou’’, je demande de diffuser aussi largement ces infos !


              • Garibaldi2 10 septembre 02:37

                @sirocco

                 ! Nicole Notat : retour sur les événements (en vidéo !) : http://www.ina.fr/video/CAC95064562


              • cettegrenouilleci 10 septembre 05:43

                @sirocco
                Mon souvenir , c’est que le jeu tout à fait particulier de la CFDT existait déjà depuis longtemps bien avant l’accession de Nicole Notat à la tête de ce syndicat, chose aisément vérifiable par la consultation , par exemple, des articles publiés dans la presse sur les luttes des salariés et les conflits sociaux de cette époque.

                Cette réalité n’était-elle pas dès le départ l’un des objectifs majeurs des concepteurs de la CFDT ?


              • samy Levrai samy Levrai 9 septembre 18:07

                C’est quoi la Confédération Européenne des Syndicats ? Qui en fait parti ? Est ce que c’est comme dans le parti unique europeiste ? des accompagnateurs ? des distributeurs de vaseline pour le plus grand bien de l’oligarchie ? 



                • Alainet Alainet 11 septembre 17:45

                  @samy Levrai  Si tu veux des renseignements ; je te propose Wikipedia :
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9d%C3%A9ration_europ%C3%A9enne_des_syndicats
                  La CES regroupe 89 organisations membres issues de 39 pays européens ainsi que 10 fédérations syndicales, représentant plus de 45 millions de membres les + gros syndicats FR en sont membres ). Elle est reconnue par l’Union européenne, par le Conseil de l’Europe et l’Association européenne de libre-échange ( et englobe aussi depuis 1973, les syndicats de l’ AELE/EFTA ) comme seule organisation syndicale interprofessionnelle européenne.
                  https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/confederation-europeenne-de-syndicats-commission-europeenne-depense-millions-deuros-financer-syndicats-pro-ue/
                  la CES est partie intégrante des institutions de l’Union Européenne avec 2 syndicats patronaux partenaires(la CEEP et l’UNICE) . Il s’agit bien ici de financer des structures intervenant dans le cadre de politiques décidées par l’Union Européenne, à l’opposé du financement de syndicats indépendants de travailleurs... Une confédération largement subventionnée par la Commission Européenne, à la condition expresse que la Confédération défende la “construction européenne”. Qui paye les musiciens choisit la musique !
                  -ça recoupe ce que disait + haut « Eau du robinet », à propos des financés à 90% des directions d’entreprises, privées et publics ! ..
                  . Le Système veut sauver les apparences mais la meilleure façon de se sauver est parfois de les détruire !! Lorsque vous posez ce genre de post dans la presse subventionnée peigne-cul ; vous courrez tout droit à la censure...mais peu importe !


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 septembre 19:02

                  Les « ordonnances de macron » doivent faire réagir l’ensemble de la société et non pas les seuls syndicats car la question dépasse le seul domaine du « travail ». 


                  Quand on détruit les Valeurs, on ne peut rafistoler avec des lois : En croyant appliquer des lois scélérates afin de combler les crevasses laissées par l’érosion des Valeurs, l’Etat français espère instaurer une dictature légale ! 

                  Les juristes français sont nuls, comme le sont les scientifiques français, comme le sont les intellectuels français ! Un homme de science qui obéit à l’homme politique qui, lui ne voit que son portefeuille, ne vaut rien ! 

                  Mon article qui est sur Facebook 


                  Est proposé à la rédaction depuis une semaine !


                  • samy Levrai samy Levrai 9 septembre 19:18

                    @Mohammed MADJOUR
                    La loi travail est directement issue des GOPE, arrête s’il te plait de prêter un pouvoir aux marionnettes qui disent nous gouverner, la destruction de la nation qui est à l’oeuvre est une volonté de l’Union européenne et de ses maîtres , le maquillé Macron est un instrument, il ne decide plus que du mariage gay et de la surveillance de la population qui lui a été donnée par l’oligarchie financière pour 5 ans.


                  • Garibaldi2 10 septembre 02:24

                    @Mohammed MADJOUR

                    Et Mohammed Madjour est tellement nul qu’il ne sait pas utiliser les URL courtes !


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 septembre 11:58

                    @samy Levrai


                     Et pourquoi tu me reprends, pourquoi tu répète ce que je dis ? C’est juste pour dire que tu as dit quelque chose ? Tu as bien lu mes articles et mes commentaires ?

                  • samy Levrai samy Levrai 10 septembre 16:28

                    @Mohammed MADJOUR
                    Je te reprends parce que les responsables sont l’UE et son maître étatzunien... La destruction des pays arabes et les campagnes mediatiques anti musulmans ne font qu’accompagner la politique coloniale de ces entités et Macron n’est que leur instrument, un petit instrument sans crédibilité aucune.

                    Je te reprends parce que tu traites de cons mes compatriotes qui sont aussi les tiens alors qu’ils sont victimes d’un lavage de cerveau vicieux et qu’« on » leur tord en plus le bras.

                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 septembre 18:16

                    @samy Levrai

                    Dans ce cas il faut expliquer à ceux qui n’ont pas compris, pas à moi qui fournit l’information utile depuis des décennies !

                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 9 septembre 20:07

                    Bonjour,
                    .
                    Syndicat : corruption, dérives, trahisons« , le livre qui dénonce les syndicats
                    https://www.youtube.com/watch?v=bZTgf16Fxmw
                    .
                    Aujourd’hui, les côtisations ne représentent plus dans les ressources syndicales, en moyenne pour l’ensemble, que 3 à 4%, ce qui est absolument dérisoire.
                    .
                    Les ressources des syndicats proviennent essentiellement, c’est à dire à 90% des directions d’entreprises, privées et publics !
                    .
                    Deveniez à qui les directions des syndicats sont alors redevables ?
                    .
                    Les employeurs payent les syndicats pour acheter la paix sociale, des syndicats censé de défendre les intérêts des travailleurs, des syndicats ou la corruption règne dans les hautes étages.
                    .
                    Quel est le nombre d’employés syndiqués en France ?
                    Si vous voulez dire »salariés", c’est en moyenne 7 à 8 % de la population active. C’est le taux le plus bas d’Europe. La France est même en dessous des USA qui sont à 13%. C’est 4 fois plus bas qu’il y a 25 ans. 
                    .
                    Pourquoi si peu de Français sont ils syndiqués ??? L’importance des syndicats devrait par conséquent être toute relative...
                    Selon notre enquête (Roger Lenglet et Jean-Luc Touly) de trois ans et plus auprès des ex-syndiqués et de ceux qui hésitent à se syndiquer, la passivité des syndicats et les complaisances inavouables mais « visibles » les désespèrent. Le soupçon de corruption et même les illustrations éloquentes des dérives que les salariés constatent souvent dans les entreprises les éloignent, les discours des leaders leur paraissent cacher les positionnements réels... A cela s’ajoute la distance des responsables syndicaux du terrain, y compris vis à vis de leur base. On est loin de l’argument des confédérations qui accusent les salariés d’individualisme. 
                    source et suite :
                    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-corruption-des-syndicats-ne-profite-pas-qu-aux-elus-syndicaux_1414794.html


                    • Garibaldi2 10 septembre 02:30

                      @eau-du-robinet

                      Si c’est l’Expansion qui le dit !

                      Le jour où les salariés arrêteront de considérer les syndicats comme des prestataires de service que l’on va voir la veille d’un licenciement, alors qu’ils n’y ont pas adhéré ni cotisé, on aura fait un grand pas. Les patrons EUX, ils sont syndiqués.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 septembre 07:12

                      @Garibaldi2
                      Les syndicats sont tous devenus pro-européens, la CGT en particulier, que certains portent aux nues, tenait un tout autre discours avant les années 80 ...
                      Voici l’analyse de la construction européenne par la CGT dans les années 50-60 :

                      "La libre circulation des marchandises, donc le déchaînement de la concurrence fondée sur l’infériorité des salaires et de la législation sociale, l’harmonisation par le bas des conditions sociales dans les différents pays, l’opposition renforcée à toutes les revendications des travailleurs. (...)

                      La libre circulation des capitaux, le danger d’évasion des capitaux, de dévaluation et même de remplacer la monnaie nationale par une monnaie commune. (...)"

                      Et en 1957, avant la ratification par la France du Marché commun, la CGT, par la voix de Jean Duret, directeur du Centre d’études économiques de la confédération déclare :

                      "L’enjeu est énorme : le Marché commun conduit infailliblement, à plus ou moins brève échéance, à la disparition des souverainetés nationales, à la création d’un super-État européen, réduisant à sa plus simple expression tout ce qui pourrait subsister d’individuel, de politiquement et économiquement indépendant chez les membres de la Communauté.

                      Ce super-État sera dominé par le pôle d’activité économique le plus puissant : la Ruhr ; par la puissance la plus énergique et la plus dynamique : l’Allemagne de l’Ouest. [...] Pour la France, la réalisation du Marché commun c’est l’acceptation de l’hégémonie allemande. Son industrie ne pouvant lutter contre la concurrence d’outre-Rhin tombera sous la coupe des konzerns de la Ruhr."


                      Il n’y a pas une phrase à enlever à ce diagnostic. Tout s’est bien déroulé exactement comme la CGT le prévoyait. Il faut dire qu’à l’époque, le PCF était très opposé à la construction européenne ...


                    • Garibaldi2 10 septembre 08:01

                      @Fifi Brind_acier

                      ’’La CGT en particulier’’. Il semble que vous oubliez que si Thibault était plutôt pour le TCE à titre personnel et souhaitait que la CGT reste neutre, il a été désavoué par le CCN qui a appelé à voter contre.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 septembre 08:14

                      @Garibaldi2
                      Et ça change quoi qu’on soit pour contre tel ou tel traité ? A rien, ils nous sont imposés, comme tout le reste, par la Commission européenne.

                      Sur le Frexit, tous les syndicats français sont bien d’accord, ils sont contre, ils ne vont pas tuer la poule aux oeufs d’or !

                      Pas comme le Syndicat anglais des transports qui a appelé au Brexit !


                    • Trelawney Trelawney 10 septembre 08:24

                      @Garibaldi2
                      Les patrons EUX, ils sont syndiqués.

                      Presque 4 millions d’entreprises en France (de 1 à xx salariés) et combien de patrons syndiqués ?
                      Faites comme pour la CGT ou la CFDT, prenez le chiffre du medef et divisez le par deux.

                    • Garibaldi2 10 septembre 14:09

                      @Fifi Brind_acier

                      C’est vrai que pour vous hors de l’UPR point de salut. Restez seule sur votre rocher.


                    • Garibaldi2 10 septembre 14:16

                      @Fifi Brind_acier

                      Il est vrai que pour vous hors de l’UPR point de salut. Je vous laisse seule sur votre rocher.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès