• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Deezer devient payant

Deezer devient payant

L'ère de la gratuité est finie. Tout a été fait pour rendre internet un outil pour les marchands de tout poil. Je me rappelle le début d'internet, je tapais un mot et le moteur de recherche affichait une liste de sites de particuliers, proposant gratuitement leurs savoirs, leurs connaissances, leurs expériences etc.

Aujourd'hui, ce sont les sites marchands qui s'affichent en premier. Quand on s'obstinent à aller vers des sites de particuliers, la publicité sauvage bloque la navigation, des fenêtres intempestives s'ouvrent polluant la visibilité du site et la tranquillité de la visite.

Les vidéos de Youtube et Dailymotion ne s'ouvrent plus avant une dose de pub.

L'information sera verrouillée, le e-G8 est le début d'un tournant contre internet de l'esprit du partage et du gratuité.

D'aucuns prétendent qu'ils n'y a aucun moyen de verrouiller internet. Ils se trompent lourdement. L'affaire de Wikileak montre sans ambiguïté la traque contre toute liberté pouvant nuire aux intérêts déjà bien installés qui profitent de la mondialisation et la consommation à outrance.

Pourquoi donner quelque chose gratuitement quand il y a autant de gens prêts à en payer le prix sans même se poser de questions. Ils payent maintenant pour quelque chose qui ne vaut plus rien demain.

Tant que les gens sont prêts et heureux de se faire tondre comme des montons, que dire ? La preuve, les logiciels sous licence libre, l'open source, méritent d'être connus, même l'administration publique ne montre pas l'exemple, elle se ruine à payer des licences et des formations alors que des solutions de rechange moins coûteuses sont ignorées par snobisme. On dirait que les gens fuient la gratuité, ce n'est pas valorisant, cela fait mendiant. Se faire escroquer donne l'impression d'avoir bien mérité ce que l'on possède, on a moins l'impression d'être stupide.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 8 juin 2011 11:57

    Un peu court cet article. Deezer a réduit à 5 heures (et ne mérite donc plus son nom...) d’écoute gratuite par mois et par profil. Mais c’est encore beaucoup d’heures gratuites et vous pouvez peut-être avoir plusieurs profils en trichant un peu ?

    Pour « l’esprit du partage et du gratuité », le seul endroit c’est sur les sites amateurs gratuits comme Jamendo. Pas de pub, rien à payer et vous soutenez des talents désintéressés. Par contre, il faut chercher, trier...


    • spartacus1 spartacus1 8 juin 2011 12:22

      Utilisez donc Firefox plutôt que la saloperie de micromachin. Ajoutez à Firefox le module complémentaire « Adblock Plus » et fini la pub, elle disparaît.

      Et tant qu’à faire, pendant que vous y êtes, détachez-vous de la pieuvre micromachin, abandonnez windows, libérez-vous, passez à un système d’exploitation libre : Linux, BSD, etc.


    • titi 8 juin 2011 12:34

      C’est quoi la liberté en informatique ?


    • Taverne Taverne 8 juin 2011 13:29

      Oui ? Bon, mais en attendant, ce n’est pas Firefox (que j’utilise d’ailleurs depuis des années) qui compose des musiques et des chansons. smiley


    • pingveno 8 juin 2011 14:43

      Attention, réduire la musique libre à des amateurs désintéressés, ce n’est assurément pas ce qui va populariser le concept.
      N’oubliez pas que certains logiciels libres sont le fait d’entreprises tout à fait prospères, ce qui prouve bien que le libre professionnel, ça existe et c’est économiquement viable.
      De même que si on paie correctement les concerts, les artistes qui choisissent de diffuser leur musique sous une licence libre peuvent vivre de leur musique, certes pas avec des gains à la Johnny Halliday mais bien mieux que les débutants essayant en vain de rentrer sur le marché commercial.
      Le contraire de libre n’est pas commercial, mais propriétaire.


    • BOBW BOBW 8 juin 2011 20:50

      Ou comme disait Stallman http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman

      « Les logiciels privateurs » smiley

    • Ronald Thatcher rienafoutiste 8 juin 2011 12:05

      ah, la fameuse gratuité du contenu internet !!!
      et bien moi je trouve ça trèèès bien de payer même pour écouter un titre, pour télécharger une photo ou une oeuvre graphique, du contenu ciné, etc...

      A une époque où très peu d’artistes arrivent à vivre de leur profession, il faut remettre le copyright sur le devant des écrans et le faire respecter, par respect pour les auteurs...
      Sinon on arrive à des extrémités comme les microstocks de photographies ou les photos se vendent libre de droits à 0,14 cent d’euro alors quelles étaient payées 140 euro il y a encore 5 ans par les agences...
       


      • Ronald Thatcher rienafoutiste 8 juin 2011 13:34

        Bééééeeeee,
        j’essaie juste de défendre les jeunes artistes (musique mais aussi illustrateurs, photographes, infographistes...) qui ne sont pas dans les catalogues des majors ou des grosses boîtes, et qui eux rament pour faire valoir leur droits de copyright, de cession de droit sur l’utilisation etc... en bref pour récupérer leur sous sans passer par les avocats.
        Tu t’en fous toi, t’es un utilisateur radin !


      • Scual 8 juin 2011 14:37

        Désolé mais il se trouve qu’il n’y a jamais eu autant d’artiste vivant de leur art, que le secteur des droits d’auteur n’a jamais eu un chiffre d’affaire aussi énorme et n’a jamais versé autant d’argent aux artistes, et que le secteur de la culture dans sa totalité, de la musique, du jeu vidéo et du cinéma sont à leur apogée économique depuis qu’ils existent... et tout cela pourtant malgré une crise économique gravissime.

        Alors j’aimerais bien que vous me disiez si vous mentez volontairement ou si vous répétez seulement ce qu’on vous raconte comme un perroquet qui ne sait pas ce qu’il dit.


      • 1984 8 juin 2011 16:14

        Cogno, tes argumentations passerai mieux sans agressivité (je fais pas de morale il m’arrive de l’être aussi ).

        Rienafoutiste, tout le problème tient dans le support ; Si je te prends ta voiture t’en as plus et c’est du vol, si je copie un titre mp3 ou une photo sur ton ordi tu les possède toujours, il n’y a donc pas vol et il est totalement injustifié de les rendre payant ; ça c’est du vol.

        Après il y a le problème de la rétribution des auteurs, mais c’est un autre problème, et les majors n’ont aucune envie de l’aborder, elle préfère le vol !


      • paoum 8 juin 2011 17:44

        @ scual,

        je suis désolé mais vous ne savez pas ce que vous dites , 99% des artistes musiciens dans ce pays courent le cachet , tirent le diable par la queue et ça n’a jamais été pire !! smiley

        en particulier à cause du durcissement , létal pour les jeunes , des conditions d’accès à l’intermittence , qui ne gênent pas les grosses ( ou pas ) boîtes pour en profiter et payer des salariés permanents ( ni artistes, ni rien ! des administratifs de photocopieuses !) en économisant près de la moitié de leur salaire !

        la musique vivante et actuelle vit un sinistre sans précédent et je vous trouve très, très léger dans vos affirmations péremptoires !


      • roro46 8 juin 2011 18:46

        paoum

        +1


      • Scual 8 juin 2011 19:46

        Je suis désolé que la vérité vous blesse.

        99% des musiciens courent le cachet ? Mon dieu vous voulez dire qu’il TRAVAILLENT ? Quelle horreur l’argent ne tombe pas du ciel ? Mais c’est horrible !!!!

        Vous savez quoi ? C’est pour tout le monde pareil. Et ouais, on vit des moments difficiles au cas où vous auriez pas suivi.

        Mais bon y a quand même bien plus de gens qui vivent en bossant dans le domaine de la musique qu’avant, c’est un fait. Que leur salaires, les conditions administratives à leurs aides ou le cœur de leur activité ne vous plaisent pas, ça ne vous dispense pas de dire la vérité. C’est pas pire que dans l’industrie métallurgique ou dans l’aide aux personnes...

        La musique actuelle vit un boom sans précédent. Jamais autant de spectacles et de concerts n’ont eu lieu, donnant du travail non seulement aux musiciens mais à tout ceux qui tournent autour des concerts... et en plus les CD ça se vend toujours et la SACEM n’a jamais autant reversé de pognon aux artistes. Alors vos gros mensonges dégueulasses quasi-corporatistes et égoïstes, vous vous les rembarrez ou vous aurez droit aux réponses sans le moindre respect que vous méritez.

        Si vous avez un problème avec la répartition du gâteau, c’est pareil que dans tout les autres secteurs économique et faut demander à la SACEM et aux maisons de disque. Si les conditions pour devenir intermittent vous agacent, plaignez vous donc à l’UMP qui a détruit le service publique. Si c’est difficile de courir après le cachet, interrogez vous sur la gestion de votre visibilité et sur votre talent. Mais ne venez pas raconter des conneries comme quoi ça serait la crise dans un des rares secteurs qui justement n’est pas en crise. C’est une insulte à tout ceux qui voient leur activité s’exporter en chine et qui malgré ça dépensent toujours autant qu’avant dans la culture.


      • roro46 8 juin 2011 23:10

        Que les artistes travaillent, ce n’est pas nouveau, n’est ce pas ? Vous qui semblez bien connaitre le milieu, vous en conviendrez, pas vrai ? smiley

        Par contre, qu’on ai vu diviser, en à peine 10 ans, le montant des cachets presque par 2, voilà qui est nouveau.
        Et si vous ne convenez pas de ce fait, ça frise la négation pure et simple.

        En tout cas, c’est drôlement chouette de gagner moins d’argent ! je boude mon plaisir, et je le regrette.

        Comment ? C’est pire ailleurs ?
        Ah zut, pardon ; en effet, voilà une TRES bonne raison. Alors je n’ai rien dit.
        Je bouffe mes nouilles et je ferme ma gueule ; excusez-moi d’avoir déranger votre quiétude.


      • Scual 9 juin 2011 01:34

        Je ne vois pas le rapport.

        Il y a plus d’argent qu’avant alors quand les cachets diminuent, on cherche la cause... c’est l’accroissement de la concurrence à cause des nouveaux venus qui a fait baisser le cout du cachet. Les cachets sont plus petits mais pour plus de monde et au final, ça fait plus qu’avant. Ça montre aussi a quel point la demande s’est accrue, mais la concurrence est féroce. Les groupes, concerts, soirées et café-concerts pullulent et certains sont prêt à jouer pour presque rien histoire de se faire connaitre.

        Je vous signale que c’est pas que des mots et que beaucoup de monde ont vu ce phénomène de leurs propres yeux ces dernières années alors leur faire croire qu’il n’existe pas va être assez compliqué...

        Je compatis, je sais que c’est pas facile du tout à vivre, mais de là à pardonner des mensonges comme quoi la musique n’irait pas bien, y a des limites.


      • Traroth Traroth 9 juin 2011 11:08

        Si le copyright, comme vous dites (qui est une notion de droit anglo-saxonne qui n’existe pas en droit français, où ce sont les droits d’auteur et les droits voisins qui régissent le sujet) profitait aux auteurs, on pourrait même en discuter. Mais ce n’est pas le cas. La raison exacte pour laquelle si peu d’artistes arrivent à vivre de leur art, c’est justement qu’ils ne touchent presque rien sur leur propre travail, parce que les maisons de disque se coupent des tranches très épaisses du gateau !


      • roro46 9 juin 2011 11:08

        pfou lala !
        Vous racontez vraiment n’importe quoi !

        Courage, fuyons


      • roro46 9 juin 2011 11:14

        mon commentaire s’adressait à Scual
        (venez donc chez moi, et comptons ensemble les café-concerts il y avait il y a 10 / 15 ans, et ceux qui restent maintenant...)

        TRAROTH :
        pour les maisons de disques, vous avez raison (encore qu’il faut faire attention à ne pas généraliser - votre propos concerne uniquement les majors, en réalité)

        Ceci dit, ce n’est qu’une toute petite partie de la raison...


      • paoum 9 juin 2011 13:48

        @ scual,

        bon, alors :

        -« Je suis désolé que la vérité vous blesse. »

        ça c’est gentil ! smiley

        -« Mon dieu vous voulez dire qu’il TRAVAILLENT ? »

        oh le vilain cliché ! eh oui, ils travaillent beaucoup plus que la moyenne , comme vous ne savez pas et pas pour cher , mais ne demandent pas forcément plus , comme tout le monde effectivement , juste vivre. ne vous faites pas plus bête que vous semblez l’être...eh oui c’est un métier.

        -« Mais bon y a quand même bien plus de gens qui vivent en bossant dans le domaine de la musique qu’avant, c’est un fait. »

        ben oui ! c’est bien ça on parle des musiciens , qui sont à la base de tous ces jolis emplois !
        je lui parle d’humanité , il me répond industrie !! smiley

        -"La musique actuelle vit un boom sans précédent. Jamais autant de spectacles et de concerts n’ont eu lieu, donnant du travail non seulement aux musiciens mais à tout ceux qui tournent autour des concerts...« 

        alors là !....je réitère , vous ne savez pas de quoi vous parlez ! allez dire ça à tous les groupes , tourneurs , labels etc.... qui eux , font par leur »travail" !( mdr !!) , en sorte que la musique actuelle existe dans ce pays , si ça va mieux ces dernières années !!

        du travail gratuit , effectivement , il y en a jamais eu autant !!!!

        enfin bref , je n’irai pas au bout car , parlant de respect , la première chose à faire est de respecter son propre raisonnement et d’éviter l’invective , de toute évidence vous raisonnez sur du vent et vous êtes bien agressif pour un ignorant.

        vous ne savez pas de quoi vous parlez !!
        renseignez-vous vraiment avant de vous discréditer à débiter des âneries !!


      • Scual 9 juin 2011 16:24

        Bien et maintenant que les petits malins ont parlé... les liens vers les chiffres officiels du ministère de la culture :

        D’abord sur les droits d’auteurs, les chiffre s’arrêtent en 2009 ce qui est assez récent pour que l’explosion du téléchargement ait commencé depuis longtemps et ça laisse aussi une année après la crise pour qu’on voie bien que ça n’influe pas... et la SACEM à battu ses records également pour 2010 et 2011...

        http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/chiffres-cles2011/16-droits-auteurs-2011.pdf

        Donc déjà pour les droits d’auteur, c’est fait... maintenant les concerts et spectacles.

        http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/chiffres-cles2011/05-artlyrique-musique-2011.pdf

        C’est page 70. On voit une augmentation constante depuis 2005 malgré une augmentation un peu plus lente en 2009... malgré la crise. Et s’il n’y a pas de chiffres officiels, on sait par d’autres études que ça a continué de progresser en 2010. Par contre il est intéressant de noter page 73, que comme je le disais les demande d’aides n’ont cessé d’augmenter à partir de 2005, preuve qu’il y a de plus en plus de monde dans le secteur, mais que le nombre d’aides accordées à pourtant diminué... comme je le disais là aussi.

        Autre indicateur très représentatif du nombre de musiciens et de représentations : les ventes de matos. page 74. En progression en 2008 malgré la crise, qui je le rappel a eu lieu avant Noel. Là aussi évitez moi la tache fastidieuse de chercher les études non-officielles que j’ai eu sous les yeux et qui montrent que cette progression continue. Faut dire que je suis attentivement tout ce qu’il se passe dans le secteur de la musique et de la culture depuis 2006, jour après jour... alors me dire que je raconte n’importe quoi alors que j’ai le nez dedans depuis 5 ans, ça m’a bien fait rire.

        Le seul bémol c’est évidement la chute progressive mais rapide des ventes de CD. C’est normal puisque le support est devenu obsolète, mais il y a un décalage entre les ventes de CD et les ventes de musique numérique. En effet l’argent économisé par les consommateurs dans les CD est réparti entre la musique numérique et les concerts. En gros ils achètent seulement les chansons dont ils veulent mais plus les albums en entier, et ils vont aux concerts avec l’argent économisé ce qu’ils ne pouvaient pas se permettre avant.

        Voila une étude montrant la mort du disque (page 126).

        http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/chiffres-cles2011/10-disques-2011.pdf

        On notera que la musique numérique est en pleine explosion et à doublé depuis 2007 malgré la crise. (page 130) et on sait que la progression continue depuis. Il est intéressant de préciser qu’on ne dit pas que la proportion dans ce chiffre d’affaire qui va directement dans les poches des artistes est largement supérieur à ce qui se passe avec la vente de CD...

        On peut voir page 128 que les maisons de disque ont connu une progression de + 250% dans le numérique et n’ont subit qu’une simple stagnation lors de la crise... là aussi pas de chiffres officiel mais on sait que les ventes de musique numérique on continué de progresser, bien qu’elles ne couvrent pas et ne couvriront probablement jamais l’ancien marché du CD. Mais il ne faut pas croire que les maisons de disque y perdent tant que ça, puisqu’elles économisent tout autant en personnel, frais industriels et logistique...

        Quelques autres chiffres pour les majors, acteurs principaux de cette musique qui va si mal :

        _ Universal Music group : Chiffre d’affaire en hausse de 2% en 2010 et 471 millions d’euros de bénef.
        _ Sony Music Entertainement : Bénéfices passé de 27.8 milliards de yen en 2009 à 36.5 milliards en 2010... le chiffre d’affaire passe lui de 387.1 milliards à 522.6 pour les mêmes années.
        _ EMI Music : Chiffre d’affaire en hausse de 1.569 à 1.651 milliards de Livres de 2009 à 2010 pour un bénéfice passé lui de 293 à 334 millions de livres.
        _ Warner était en difficulté mais principalement à cause d’un endettement faramineux du a une gestion et un développement hasardeux, mais a tout de même trouvé preneur le mois dernier pour une valeur de 3.3 milliards de dollars...

        Bien voila. Maintenant que tout ce que je disais et chiffré et documenté de sources quasi irréfutables, j’attend avec impatience vos contre arguments...


      • Scual 9 juin 2011 16:29

        Désolé pour cette petite erreur : l’augmentation du CA des maison de disque dans le numérique n’est pas +250%, mais +150%.


      • roro46 9 juin 2011 18:06

        « Bien et maintenant que les petits malins ont parlé... les liens vers les chiffres officiels du ministère de la culture »

        AAAH ! Ben voilà ! J’attendais que ça sorte ! Vous en avez mis du temps !!

        Les chiffres du ministère de la culture.......... !!!! C’est du « LOL » j’espère, votre post ?? !

        Quand le miniustère de la culture bougerasont gros cul de derrière ses bureaux, arrètera se se gaver de cocktail et financer n’importe quoi quoi n’importe comment, on pourra considérer leurs chiffres comme crédibles !!!!!!!
        C’est pas dans les bureau que ça se passe, mon bon monsieur, c’est sur le terrain ; et si le ministère dit qu’il y a de plus en plus de caf’conc’, ce sont des fiéfés menteurs !

        sortez donc de vos bureau et venez passer une semaine (que dis-je, 1 mois au moins) avec moi, je vous assure, à 110% - que vos chiffres vous feront rire autant qu’ils me font rire ! (si tant est que ce soit drôle)...

        allez va, je vous en veut pas , vous êtes formaté pour ça...

        adios smiley


      • roro46 9 juin 2011 18:12

        tiens, quelques chiffres de terrain pour finir de rigoler :

        Dans mon département, en 2003, il y avait :
        - 330 musiciens / acteurs professionels
        - 95 café concerts qui programmaient régulièrement et « légalement » (qui payent et déclare les musiciens, quoi)
        - les cachets des artistes étaient en moyenne de 140 € nets

        en 2011 :
        - 50 artistes professionelles
        - 3 café -concerrts
        - moyenne des cachets : 89 € nets

        voilà des chiffres, des vrais, et du vécu constatable sur le terrain ; alors leurs chiffres de bureaux, qu’ils se torchent avec
        Il n’y a que ceux qui ne connaissent pas le monde du spectacle « en vrai » qui peuvent y croire

        quand aux chiffres des majors et autres conneries, si ils représentaient réellement le monde de la musique, il y a longtemps que ça ce saurait


      • paoum 9 juin 2011 18:23

        @roro,

        +12 !

        pareil , j’attendais le mec derrière ses chiffre , de son bureau...

        @scual,

        roro à raison , personne ne conteste vos chiffres , ils ne correspondent tout simplement pas à la réalité du terrain que je vous invite à pratiquer plus souvent.

        je vous garantis que je sais de quoi je parle , puisqu’on en est là : ça fait 20ans que je suis de très près la musique actuelle ( hi !hi !hi ! plus près , tu peux pas !!!).

        quittez donc ce ton agressif svp et faites confiance à ceux qui le vivent , écoutez-les vous verrez , c’est souverain contre l’aveuglement ! smiley

        à moins que vous trolliez...


      • Scual 9 juin 2011 18:27

        C’est bien, continuez de penser que vos nombrils sont le centre du monde détenteur de LA vérité universelle. Malheureusement pour vous vos cas personnels ne sont en rien représentatifs de la globalité.

        Là où j’habite à Grenoble, y a au moins 4 nouveaux café-concerts qui ont ouvert les 6 dernières années dont un en bas de chez moi. J’en fait pas une généralité contrairement à vous. Je regarde ce qu’il en est au niveau global, et avec des chiffres qui en plus viennent d’un gouvernement qui fait tout pour minimiser les faits afin de lutter contre internet... comme quoi ils doivent être aussi déçu que vous du résultat de leurs propres enquêtes.

        Au moins maintenant on sais que vous n’êtes pas crédible et défendez simplement votre paroisse.


      • paoum 9 juin 2011 18:44

        je tourne partout en france , partout...depuis looooongtemps.

        j’arrête là , quand ça veut pas comprendre...

        il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...


      • paoum 9 juin 2011 18:47

        alley , la dernière :

        puisque scual aime les chiffres , qu’il regarde l’évolution du nombre d’intermittents par exemple...


      • Scual 9 juin 2011 18:58

        Le nombre d’intermittent comme l’indique les chiffres, baisse mais les demandes augmentent.

        HS complet une fois de plus... y a tout dans les chiffres que j’ai donné. A ce niveau là c’est plus des œillères, faut fermer les yeux volontairement.

        Vous voulez savoir pourquoi je suis si brutal avec votre attitude et vos mensonges ? C’est parce qu’ils ne sont pas seulement faux, ils servent à mettre en place une véritable dictature digne de « 1984 ». Alors vos petits égoïsmes personnels ne risquent pas de m’émouvoir vu ce qu’on va ramasser par votre faute.


      • paoum 9 juin 2011 19:15

        vous dites n’importe quoi !

        vous ne lisez pas ce qu’on vous répond , la preuve éclatante avec ce post surréaliste !

        marre de ces pète-sec ignorants qui n’imaginent pas se tromper !

        pour la dernière fois , je vous parle du métier que je pratique depuis vingt ans ( entre 100 et 200 dates par an) et vous osez prétendre que vous auriez quelque chose à m’en apprendre ?que vous verriez mieux ce qui se passe , un caf’conc’ en bas de chez vous ? la belle affaire !! d’autres ferment ailleurs !!
        et vous accusez les autres de voir par le petit bout de la lorgnette ? soyez un peu sérieux !

        vous sortez des chiffres et essayez de les faire coller à la réalité , ça ne marche pas on vous dit !

        de quelle dictature issue d’un bouquin (que vous avez manifestement mal lu.) parlez-vous ?
        quel rapport ?

        vous divaguez juste pour avoir le dernier mot , c’est pathétique !


      • Scual 10 juin 2011 15:52

        Cette fois ci vous êtes démasqué... je dis que je ne prend pas le café concert en bas de chez moi comme argument nombriliste contrairement à vous... et vous me dite d’arrêter de le prendre comme argument... c’est bon ça devrait suffire la mauvaise foi. C’est quoi un concours de troll ?

        Ça me rappelle mes conversations avec les négationnistes frontistes. Des vrais trolls qui ne voient que les mots qui les intéressent, les interprètent comme ça les intéresse en prenant de grosses libertés avec les définitions exactes, et de tout façon changent de sujet dès qu’ils aperçoivent des preuves pour parler d’autre chose...

        J’ai mis les chiffres, les VRAIS sur la table, quoique vu que le gouvernement communique à fond sur les « difficultés » de la musique pour imposer Big Brother, il est possible que leur ampleur soit même diminuée car ces chiffres vont à contre sens de tout leurs discours. Alors vous pouvez toujours hurler votre cas personnel, c’est hors sujet, l’exemple ne fait pas la règle. Moi aussi je peux faire pleurer si je veux détourner l’attention...

        Pour les personnes qui tiennent votre discours, il n’y a que trois solution :

        _L’idiot qui ne voit que son nombril et nie les fait.
        _L’égoïste, qui est prêt à mentir au reste du monde s’il réussi a imposer de fausses vérités qui pourraient lui être favorable.
        _Le propagandiste acharné travaillant pour les maisons de disque ou le gouvernement.

        Dans les 3 cas, c’est pas très glorieux...


      • paoum 10 juin 2011 16:07

        oui , oui...

        1984, on lui dira !

        ptdr !!!


      • paoum 10 juin 2011 16:09

        vilain troll !!

         smiley


      • paoum 10 juin 2011 18:34

        Triste nouvelle.... le Furia Sound Festival des 11 et 12 juin est intégralement ... ANNULE...

         smiley


      • Scual 10 juin 2011 18:45

        Et si on demandait simplement à Agoravox qui est le Troll pour voir ?

        Ça vous va ?

        Il faut bien trancher et il n’est pas question d’opinion dans notre différent. L’un de nous est menteur ou de très mauvaise foi, et on ne peut pas simplement laisser se répandre des mensonges, n’est-ce pas ? Ça nuirait à la qualité de l’information. Le trollage est interdit, j’ai bien lu la charte du forum.

        Ça vous va ? On fait appel à un arbitre qui se chargera de vérifier lequel de nous deux raconte n’importe quoi ?



      • paoum 10 juin 2011 21:35

        inutile...

        demandez au site , à qui vous voulez , allez chercher seul les infos que vous refusez qu’on vous donne...

        prenez l’agenda de la musique , appelez les professionnels et posez-leur la question , comme écrit plus haut....

        vous risquez aussi de tomber sur moi...ptdr !

        sortez de vos graphes , allez à la rencontre de ce milieux qui vous est étranger , moi je ne peux plus rien faire pour vous , il vous faudra devenir plus sachant et moins agressif sans mon aide...

        cordialement !


      • paoum 10 juin 2011 21:37

        hi !hi !hi !

        « Le nombre d’intermittent comme l’indique les chiffres, baisse mais les demandes augmentent. »

        MOUAHAHAHA !!!!

        ...non , vraiment , à ce stade , je ne peux rien !!

         smiley smiley smiley


      • Scual 11 juin 2011 14:54

        Euh, je les ai mis les chiffres hein, demandes d’aides en hausse mais aides accordées en baisse.... vous rigolez alors qu’il y a les chiffres...

        C’est bon, je préviens Agoravox, les mensonges et la mauvaise foi ne sont pas des arguments dans un débat, c’est du troll.


      • leypanou 8 juin 2011 12:20

        "La preuve, les logiciels sous licence libre, l’open source, méritent d’être connus, même l’administration publique ne montre pas l’exemple, elle se ruine à payer des licences et des formations alors que des solutions de rechange moins coûteuses sont ignorées par snobisme" : pourquoi par snobisme ? C’est un choix. Les logiciels commerciaux ont des vendeurs qui savent/peuvent convaincre les décideurs partout. C’est le système du pourrissement par le haut. Déjà, il faut montrer l’exemple ici sur agvx : navigateur Firefox, courrier Thunderbird, OS Linux, Serveur Apache, etc, etc. Mais le plus dur est lors de l’achat de PC vierge : çà n’existe pas et surtout, assurer le SAV. Si déjà toutes les mairies utilisent les logiciels open source, un début de déclin de Win$ peut être envisagé et c’est autrement plus efficace que les 400M€ d’amende de l’UE.


        • titi 8 juin 2011 12:33

          Turlututu...

          Les couts de licence aujourd’hui ne sont rien comparer à un cout de SAV et/ou de perte d’exploitation.

          L’argument économique est donc fallacieux.


        • Traroth Traroth 9 juin 2011 11:11

          @titi : ce que vous dites est ridicule. Sans les logiciels libres, des entreprises comme Google et Facebook n’existeraient tout simplement pas. Zuckerberg a pu lancer Facebook en quelques jours avec mise une de départ de quelques centaines de dollars pour acheter 2 ou 3 machines. S’il avait dû mettre sur la table plusieurs dizaines de milliers de dollars pour payer des licences Solaris, Oracle, Websphere et j’en oublie, je pense qu’il y a une très forte chance pour qu’il y ait réfléchi à deux fois ! La même chose vaut pour le lancement de Google par Brin et Page.


        • tiloo87 tiloo87 8 juin 2011 13:15

          L’ère de la gratuité n’est pas plus à mal aujourd’hui qu’il y a dix ans.

          Le rachat de Deezer par Orange devait se terminer comme ça : ils n’ont jamais compris que la gratuité pouvait être une énorme source de profits...à condition d’être patient.

          Ils (Orange) ont fait la même erreur avec leur moteur de recherche « Voilà », qui devenait payant en 1999 (et oui, ils voulaient nous faire payer pour être référencés !!!) au moment où Google est arrivé,.
           « Voilà » est mort, mais ils n’ont toujours pas compris !

          La base clients de Deezer va fondre, c’est inéluctable, car d’autres ressources existent, il suffit de chercher un peu.

          Le gratuit est toujours présent, et n’a jamais été aussi facile à trouver grâce à Google (et non, Google ne privilégie pas les sites marchands dans ses résultats de recherche).

          Par contre, les risques de verrouillages et de contrôle total par les états ne sont pas à exclure, malgré les énormes difficultés techniques et moyens nécessaires, tellement la volonté de ces états est forte !


          • ak47 8 juin 2011 16:55

            orange l’imbécillité incarner ,ils avais acheter les droit du foot français des centaines de million ,ils avais même pas 30 mille abonné ,ils pensé que les abonné de canal+ allez les rejoindre ,mais rien , imbéciles qu’ils sont !! 


          • Souciétal Souciétal 8 juin 2011 13:22

            Alors là, je m’insurge ! Flûte ! Crotte ! Caca boudin ! Non non et non ! Je refuse de payer des artistes qui n’en sont plus. Ceux qu’on a aidé à s’enrichir ont fui, quitté, lâché, trahi la france et ces impôts pour des contrées paradisiaques...

            Et moi ? Moi, je dois acheter leurs CD à 19.6 % et payer des impôts en sus ? Pour quoi faire ?

            Les maisons de disques sont des maisons bientôt close(d) ? Bah, tantpis, fallait pas nous faire raquer 20 € des CD les maisons décédées, hein ? Et pour qui ? Pour que toi l’agent, le producteur, l’artiste tu puisses partir en vacances 6 mois par an dans une villa tous les ans un peu plus fastueuse pour impressionner tous tes coupains et coupines ?

            Décidément tout fout l’camp et surtout eux.

            Moi, je vais où écouter ma musique maintenant, hein ? Et ma playlist ?*smiley_vraimentcpasbien_deME-Faire_une chose pareille*

            Ma chère playlist, que Dieu ait son âme.

            Je ne sais pas qui a ourdi cette machination mais qui il soit, il a tué ma playlist, c’est donc à mes yeux malheureux, un *a-ssa-ssin*.

             smiley


            • tikhomir 8 juin 2011 14:13

              Je trouve l’article exagéré. Il y a beaucoup de choses partagées sur l’internet et gratuitement, que ce soit du logiciel, des connaissances, des textes, de la musique, des photos, etc. et tout à fait légalement. Après, si on tient compte du « gratuit » illégal, là, c’est la foire et il y a aussi de quoi se faire plaisir.

              Quant à l’administration publique qui ne montre pas l’exemple pour le libre, je dirais que ça dépend de laquelle. Par exemple, la mairie de Paris se débrouille bien je trouve et la gendarmerie est exemplaire et fournit de nombreuses contributions. Il y en a d’autres...

              Pour Deezer, il ne fallait pas s’attendre à des miracles avec Orange qui a mis son nez là dedans.

              La bonne vieille méthode du téléchargement plutôt que le streaming, il n’y a que ça de vrai smiley


              • Traroth Traroth 8 juin 2011 14:40

                @Frida, je ne partage pas votre point de vue.

                Il y a eu une époque, vers 1999-2000 où effectivement, on pouvait se poser la question de savoir si l’internet gratuit tel qu’il existait allait disparaitre. Mais aujourd’hui, la question ne se pose plus. Les sites communautaires, les mouvements du logiciel et du contenu libre prouvent clairement que le contenu gratuit est là pour longtemps.

                Pour reprendre votre exemple : Deezer a renoncé au contenu gratuit qui était au coeur de son modèle économique. Qu’est-ce qui le distingue aujourd’hui de Last.fm ? Pas grand-chose. C’est le désespoir d’une entreprise aux abois qui lui a fait prendre une telle décision. Mais des alternatives existent. La meilleure est grooveshark.com. Mais vous esquivez la question fondamentale : des sites comme ceux-ci rendent gratuit ce qui est payant, ce qui est assez contre-nature. Les artistes que vous trouvez sur ces sites sont ceux des majors. Difficile effectivement de trouver un modèle économique rentable tant que ces majors n’auront pas compris que leur modèle traditionnel a vécu, idée qui a du mal à faire son chemin malgré des années de bénéfices en baisse.

                La véritable alternative se trouve dans le contenu libre : allez voir jamendo.org, dogmazic.net, boxson.net. Là se trouvent la relève artistique de demain !


                • drysthan 23 juin 2011 16:54

                  <<jamendo.org, dogmazic.net, boxson.net>>

                  je connaissais jamendo mais pas les deux autre merci pour l’info.


                • FRIDA FRIDA 8 juin 2011 15:12

                   

                  Bonjour à tous et merci pour vos commentaires.

                  @Taverne

                  Mon article est effectivement court, un peu comme une dépêche que je soumets aux commentateurs, surtout j’ai remarqué l’absence d’article à ce sujet.

                  @tikhomi,

                  je connais également certaines administration qui vont dans le sens du logiciel libre, mais la démarche est très complexe et ne se fait pas sans difficultés.

                  Au delà du logiciel gratuit, c’est l’open source qui est quand même un sujet qui doit susciter le débat. Sous prétexte de droit d’auteur, l’utilisateur ne peut pas disposer de liberté pour améliorer son outil de travail, ni même corriger les malfaçons. Il reste lié au bon vouloir d’une nouvelle version du producteur.

                   

                  @ Traroth

                  Mon point de vue reste personnelle et très subjectif, je le reconnaît. Cela dit, il découle de ma propre expérience de l’internet. C’est un outil qui m’a fascinée dès le début, et je me suis organisée pour avoir une connexion et comprendre son environnement. Cela remonte comme vous le dites à l’époque 1999-2000. C’est une autre période.

                  Vous dites « Les sites communautaires, les mouvements du logiciel et du contenu libre prouvent clairement que le contenu gratuit est là pour longtemps », je ne conteste pas cela, mais à l’époque, cet aspect fut majoritaire, alors que l’aspect marchand fut secondaire. Et c’est le contraire maintenant, les sites marchands s’affichent en premier. Et en dehors d’un lien qui renvoie vers un site ou l’adresse url, il est quasiment impossible de tomber du premier coup sur des sites de particulier qui ne contiennent pas de pub.


                  Tant qu’il y a un minimum de liberté, l’échange et la gratuité continueront, mais cela restera résiduel.

                  Avant pour avoir une information sur un sujet informatique ou n’importe, on tombe sur des sites didactiques, aujourd’hui c’est principalement des sites qui proposent contre finance des informations qu’il y a peu furent données généreusement.



                  • titi 8 juin 2011 15:21

                    « Sous prétexte de droit d’auteur, l’utilisateur ne peut pas disposer de liberté pour améliorer son outil de travail, ni même corriger les malfaçons. Il reste lié au bon vouloir d’une nouvelle version du producteur. »

                    C’est un peu ridicule comme argument.

                    Combien d’utilisateurs de Linux « entrent » dans le noyau pour aller y corriger des bugs ?
                    Et dans Firefox ?

                    Ils attendent sagement les multiples mises à jour automatique... et se retrouvent au bout d’un moment avec non pas un dual boot mais un décaboot avec 9 versions d’ubuntu et une de windows..

                    Et je vous parle pas d’Open Cascade dont la cible est le technicien bureau d’étude... j’imagine même pas des utilisateurs SolidWorls,Pro/E ou Tell se retrouver dans OpenCascade... l’hécatombe...

                    Le seul truc que je trouve gênant dans le « non libre » c’est la tendance à sortir une version tous les deux ans avec 0 compatibilité ascendante.
                    Mais vu que dans le libre c’est devenu pareil...


                  • titi 8 juin 2011 15:28

                    « l’utilisateur ne peut pas disposer de liberté pour améliorer son outil de travail »

                    j’ajouterai d’ailleurs que « l’amémlioration de l »outil de travail" c’est avant tout l’interropérabilité des logiciels, plus que le fait de rentrer dedans... ce dernier point ne présentant aucun intérêt.


                  • tikhomir 8 juin 2011 16:14

                    "je connais également certaines administration qui vont dans le sens du logiciel libre, mais la démarche est très complexe et ne se fait pas sans difficultés.« 

                    La démarche est d’autant plus complexe à cause de la lourdeur administrative, des gestions de budget, des procédures ultra lourdes, etc.. Pour avoir bossé dans plusieurs administrations publiques, c’est souvent une vraie galère rien que pour avoir quelques To de disque, une carte CPU, etc.. Ce qui fait que tout changement peut prendre des années ou doit être échelonné sur 10 ans...

                     »Au delà du logiciel gratuit, c’est l’open source qui est quand même un sujet qui doit susciter le débat. Sous prétexte de droit d’auteur, l’utilisateur ne peut pas disposer de liberté pour améliorer son outil de travail, ni même corriger les malfaçons. Il reste lié au bon vouloir d’une nouvelle version du producteur.« 

                    Du débat il y en a, ce n’est pas le problème. Le changement doit être vraiment voulu, mais à votre avis, pourquoi on ne change pas si facilement ? Il y a des questions d’argent là dedans. Par exemple, vous trouverez Steve BALLMER, CEO de Microsoft, décoré de la Légion d’honneur le 17 février 2011... Voilà, un cadeau de notre président, un bon lobbying de Microsoft, une »entente« et zou, on repart avec de proprio pour quelques années encore.

                    Vous vous doutez bien qu’il n’a pas été décoré pour »services rendus à la Nation« ou »ses mérites éminents« ou »Conduite civile irréprochables« ou »faits de guerre exceptionnels"...


                  • Traroth Traroth 9 juin 2011 11:13

                    @Frida : Ma propre expérience de l’internet ne remonte qu’à 1994, il est vrai... smiley


                  • Traroth Traroth 9 juin 2011 11:20

                    Désolé, j’ai lu votre message en diagonale, et je l’ai mal compris.

                    Plus sérieusement, l’accès à l’information gratuite n’a jamais été aussi facile. Dans mon domaine, l’ingénierie logicielle, le secteur de l’édition papier est littéralement en train de mourir tellement l’accès à l’information gratuite sous forme de tutoriaux, de cours gratuits, de livres entiers gratuits le rend obsolète. On peut même passer des certifications gratuitement sur BlackBeltFactory.com !


                  • Traroth Traroth 9 juin 2011 11:34

                    @titi :

                    « Combien d’utilisateurs de Linux »entrent« dans le noyau pour aller y corriger des bugs ? » : Très peu, effectivement, en proportion. Mais en valeur absolue, ça fait des nombres énormes. Le nombres de contributeurs au noyau Linux s’élève à plus de 7000 !


                  • zelectron zelectron 8 juin 2011 16:06

                    Merci qui ? merci Orange FT !


                    • FRIDA FRIDA 8 juin 2011 16:10

                      @Titi

                      Certainement pas beaucoup, je vous l’accord. Mais vous argument n’est pas pertinent. Ce n’est pas parce que beaucoup n’ont pas l’expertise informatique, qu’il faut en tirer un argument en faveur du monopole. Parce que le droit d’auteur en matière de logiciel pose trop de contrainte à la liberté. Le prix n’est même unique si on utilise ordinateur ou plus. Et récement, les OS ont été fixé à un seul ordinateur, alors que l’on pouvait achete un ordinateur et réinstaller notre OS.
                      Nous perdons de plus en plus avec des innovations, de plus en plus chères.

                      vous dites « j’ajouterai d’ailleurs que »l’amémlioration de l« outil de travail » c’est avant tout l’interropérabilité des logiciels, plus que le fait de rentrer dedans... ce dernier point ne présentant aucun intérêt",
                      pour les administrations et des entreprises qui ont un personnel qualifié, si. Sans compter sur pas mal de particulier. Par ailleurs l’interropérabilité est liée à la possibilté d’amélier un outil si l’open source fut admise. L’incompatibilité entre produits est une démarche commerciale et monopolistique.


                      • titi 8 juin 2011 16:32

                        « Certainement pas beaucoup, je vous l’accord. Mais vous argument n’est pas pertinent »

                        Je ne faisais que répondre à un de vos arguments.
                        Vous convenez donc que le fait de pouvoir rentrer dans le logiciel n’est donc pas déterminant puisque s’adressant à une minorité.

                        « administrations et des entreprises qui ont un personnel qualifié »
                        Vous plaisantez !! Quand je vois que dans certaines sociétés et administrations on installe Winzip alors que Windows intègre la fonction « dossier compressé » ? Qu’on achète des VPNs alors que toutes ces fonctions sont intégrées dans Windows ?
                        Alors de là a rentrer dans le code d’un OS, je rigole...

                        « L’incompatibilité entre produits est une démarche commerciale et monopolistique »
                        Dans les années 70 il y a eu une révolution dans l’informatique : c’est la programmation objet. Le concept c’est que les programmes « exposent » des interfaces pour être télécommandés sans qu’on se soucie de ce qui se passe dedans.
                        L’interropérabilité c’est ca : exposer des interfaces. Ce n’est pas aller bidouiller des librairies C++ qu’il faudra reprendre à la prochaine version.


                      • titi 8 juin 2011 16:34

                        Mais bon je m’éloigne du sujet...

                        Je recentre...


                        D’ailleurs FRIDA, vous qui vous plaignez du « manque de gratuit », qu’elle est votre contribution à cette gratuité ?


                      • roro46 8 juin 2011 16:38

                        Bon, la musique gratuite, c’est bien, hein ! ...mais concrètement, comment on fait ?
                        C’est à dire, on nous rabache à longueur de temps qu’« on » ne veut plus payer pour la musique, mais quand je vais chez mon producteur du coin achetez mes légumes, mon lait, mon pain, et que je lui dis : « ben oui, mais je suis musicien, je donne ma musique gratuitement, et tu vois, j’ai pas de quoi te payer ; tu peux pas , toi aussi, me donner ce que tu produit ? »... Ben c’est curieux mais il en a rien a foutre !
                        Alors bon, c’est bien joli de vouloir de la musique gratos, mais avec quoi on bouffe tant que tout le reste n’est pas gratos ?
                        Avec quoi on répète ? Avec quoi on enregistre ces fameux fichiers auxquels tout le monde revendique un droit de libre accès gratuit ?
                        Vous croyez que c’est du vent tout ç ?. Que ça sort de la cuisse de jupiter ?
                        Excusez-moi mais je n’ai encore vu ni lu ni entendu aucune proposition viable, nul part.


                        • tikhomir 8 juin 2011 17:00

                          Vous avez Radiohead qui l’a fait, se passer de maison de disque et ils proposent aux internautes leur album gratuitement ou payant pour les gens qui souhaitent payer, mais c’est au libre choix de la personne. Ça a marché.
                          http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2007/10/23/11/21/37—artiste-sans-maison-de-disque

                          Nine Inch Nails le fait aussi :
                          http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2008/03/06/16/14/19-artiste-sans-maison-de-disque-2-

                          George Michael refile aussi gratuitement au moins une partie de sa musique sur son site.

                          Et bien d’autres et ils sont de plus en plus. Apparemment, ils gagnent mieux depuis qu’ils font se sont lancés dans le gratuit et payant optionnel...

                          Après, vous avez un commentaire plus haut qui parle aussi de jamendo et autres. Des solutions, ce n’est pas ce qu’il manque et des nouveaux modèles économiques restent à inventer.


                        • FRIDA FRIDA 8 juin 2011 17:13

                           


                          @titi

                          Votre question est insolente, vous vous prenez pour le procureur de vos maîtres ?

                          Je vous la retourne la question et vous que faites-vous de gratuit ? Si cela vous gêne, alors n’empêcher pas les autres de le faire.

                          Je ne vais pas entrer dans votre piège et me justifier. Je me connais, et je sais ce que j’ai donné sans compter et sans attendre de contrepartie, et cela reste important pour ceux qu’ils l’on reçu.

                          @roro46

                          Mon article parle Deezer, mais mon article élargit le sujet à toute ces tentatives particulières qui proposent aux autres des savoirs sans contrepartie. Internet a pu élargir d’une manière impressionnante la convivialité des échanges qui se fait dans les associations.

                          Par ailleurs, la musique, c’est d’abord de l’échange, un moyen de communication, avant qu’elle soit transformée en produit culturel, parfois même un produit culturel du standing social, comme le classique. La musique, c’est d’abord, une mélodie, des rythmes et une ambiance. Les musiciens proposaient leurs oeuvres, et une fois qu’elles sont appréciées, suit la reconnaissance du public. C’est tout à fait le contraire aujourd’hui. On fabrique un public et on produit une star.

                          Beaucoup d’oeuvres d’anonymes, du folklore, et en dehors de la culture, il y a tout un héritage dont bénéficient gratuitement certains pour nous pondre des trucs et nous demandent de régler la facture comme si leur travail n’a pas intégrer une valeur ajoutée de ce que la société leur a donné gratuitement.


                        • paoum 8 juin 2011 17:59

                          @frida,

                          ok, mais un musicien ça a besoin de croûter, c’est concret un musicien, ça existe et c’est humain, ça vit.

                          la musique c’est fait pour être partagé, ça coûte pas cher par tête de pipe, en soi...mais il faut nourrir le musicien avant tout ! ce que ne fait pas deezer, bien au contraire.

                          la base de la réflexion devrait être : comment faire pour nourrir tous ces zicos , comme ça , ils nous donneraient plein de musique sans arrêt !! smiley

                          supprimons les intermédiaires inutiles qui prennent toute la manne et ça sera quasi-gratuit !!

                          mais d’abord et avant tout , tu payes tes musiciens ! smiley


                        • FRIDA FRIDA 8 juin 2011 18:18

                          @paoum

                          Je ne suis pas contre payer un musicien.

                          Je suis prête à payer pour encourager, cela s’appelle une donnation, juste pour donner l’occasion à un talen de percer. Mais on a tort de focaliser sur la musique. Beaucoup d’autres activités de création demande du temps et investissement personnel, voire matériel artistique ou scientifique).
                          Prenons l’exemple d’un écrivain, personne ne lui donne de quoi vivre avant la production dune oeuvre(, donc prouduir quelque chose reste purement aléatoire. Prouduire est une chose, mais le faire connaître en est une autre. Des oeuvres ont été rejetées et méprisées de leur temps et leurs auteurs ont vécu mésirablement, d’autres avaient un métier ou une situation qui leur donner de quoi vivre (Maupassant, Van Gogh...) et d’autres aimeraint juste partager et se faire connaître, ce qui est gênant c’est la spoliation, le vole, le plagiat. Combien d’écrivain vit de ses oeuvres. Il est même maintenant non rentable de publier quelqu’un qui n’a pas déjà un nom bien connu, et un risque que les maisons d’édition ne sont plus souvent prêtes à prendre. Les livres qui sortent sont souvent ceux de gens déjà connus, sinon il faut qu’il y ait un tuteur qui puisse faire rejallir un peu de sa gloire sur la nouvel recrue.
                          Cela me fait rire l’argument du musicien qui doit avoir un retour sur investissement, on parle moins de cela pour les scientifiques dans la recherche fondamentale. Le musicien n’est qu’un alibi pour continuer à fonctionner dans le système de la rente.


                        • FRIDA FRIDA 8 juin 2011 18:30

                          @Paoum
                          Par ailleurs, l’argument type qui fait associé le téléchargement au vol est d’un sophisme typique des marchands.
                          Quand j’achète une voiture, je l’utlise comme je veux, je la prête et je peux la donner aussi. Je ne prends pas d’autorisation pour la manière de l’utiliser. Je prends qui je veux en stop etc. Quand j’achète un téléviseur, je regarde ce que je veux, et quand j’ai des invités je ne demande pas d’autorisation pour l’allumer. Quand j’apprend un air, je le chante quand je veux je ne demande pas d’autorisation et je ne paye pas avant de fredonner une mélodier. C’est d’une telle absurdité de s’attaquer aux échanges entre particuliers, le but est de pousser à la consommation payante.
                          Ils ont bien joué, ils passent subrepticement du téléchargement à but commercial, et le plagiat et la vente de produits qui n’ont pas reçu de licence, à un système où ils ont instauré un système de contrainte sur le comportement individuel des particuliers. Tout échange qui est susceptible de détourner les gens sur la consommation payante devient illégal, et par la suite ils le criminalisent.


                        • roro46 8 juin 2011 18:36

                          Vous faites sans doute exprès, frida, et c’est dommage.
                          Vous SAVEZ très bien qu’il ne s’agit pas de « retour sur investissement »
                          99% des musiciens font ce métier par passion ; et c’est mon cas également.
                          Après, faut juste avoir les moyens de le faire, c’est tout.
                          Quand tous les robinets se coupent petit à petit (et on est pas au bout de nos peines je pense), arrive un moment où on ne peut plus « produire » ; c’est tout.
                          Et s’il vous plait, ne sautez pas sur le mot « produire », ce serait jouer avec (le mot).
                          Pour moi, « produire » de la misque c’est un terme générique qui regroupe tout l’artistique, bien sûr, mais aussi tout le reste, le matériel.
                          Celui-là, hélas, n’est JAMAIS gratuit, et vous le savez très bien.
                          Et comme le dit le commentaire plus haut : un musicien, ça bouffe, ça boit (! !), et ça non plus personne (ou pas grnad monde) ne l’offre.
                          Bref, je ne vois pas pour quelle raison le musicien devrait se passer d’argent pour vivre, même si il a choisi ce métier par passion.

                          Aujourd’hui, « on » ne veut plus payer de disques, plus payer de mp3, plus payer pour aller au concert...
                          C’est affligeant.


                        • FRIDA FRIDA 8 juin 2011 18:50

                          @Paoum

                          Ou avez-vous que je refuse ou je fais l’apologie pour que le musicien ne soit pas rémunéré ? J’ai dû alors mal m’expliquer.
                          Votre cas et celui d’artistes comme vous ne sont pas en cause.

                          Je ne vois pas pour quoi vous insistez en mélangeant votre situation et celle des majors de musique et d’autres multinationales, tout un système consumériste, spoliateur. Je l’ai déjà dit, je suis prête à payer, même très chère. Mais je refuse le discours et la politique des capitalistes.
                          Relisez mes commentaires svp.

                          Cordialement 


                        • ak47 8 juin 2011 20:06

                          ci sa peut nous évité les branlerie de chanteur raté, je dirais que ces un bon filtrage !!


                        • roro46 8 juin 2011 22:58

                          Vous auriez alors du écrire un article plus clair, plus développé, et plus argumenté, qui ne laisse pas planer cette petite ambigüité que l’on ressent à sa lecture... smiley


                        • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 9 juin 2011 10:05

                          Et bien moi je paye près de 30 euros, tous les mois, à un FAI qui ne fournit quasiment aucun service, si ce n’est l’accès à deux fils de cuivre de quelques microns de diamètre !
                          Et finalement, voilà où est passé le budget « culture » de certains ménages...
                          Une redistribution de 50% des revenus des FAI vers les artistes non labellisés (qui sont les seuls victimes, n’allons pas plaindre Justin Bieber dont les titres sont les plus téléchargés...), pourrait être une solution envisageable, non ?


                        • roro46 9 juin 2011 11:18

                          oui en effet


                        • paoum 9 juin 2011 18:12

                          @frida,

                          tout à fait d’accord avec ce que vous dites des écrivains , on parlait de la musique (deezer...) et je renchérissait sur le sujet , échauffé par des commentaires façon chacun pour sa gueule plus haut.
                          ( ce n’est pas le cas des vôtres , bien sûr !)

                          je disais que concernant la musique , si on peut nourrir le musicien , il fera de la musique en quantité et en qualité ; et que c’est dans ce sens qu’il faut voir le problème...

                          de plus l’artiste maudit qui crève dans sa mansarde humide...comme signe de qualité... smiley ce serait bien que ça change un peu, non ?
                          comparer la musique avec la recherche fondamentale , non.

                          comme comparer une oeuvre artistique avec une bagnole !
                          je ne suis absolument pas contre le téléchargement de musique , d’abord parce que ça plombe les grosses majors , ensuite parce que la musique doit être partagée par son essence même et je suis persuadé que les mélomanes n’auraient aucun problème à payer en sachant qu’ils rémunèrent vraiment le musicien ,
                          ce qui est indispensable et trop absent des débats (un comble !) , les zicos , ces clowns , qu’ils se démerdent , c’est la vie d’artiste etc....

                          pour finir , je ne vous ai pas soupçonné une seconde de refuser toute « rémunération » du musicien , je vous reproche de ne pas assez en tenir compte dans votre raisonnement.

                          ps : les majors et les petits poissons font le même métier , il est donc logique de les comparer , il est cependant possible de trouver un système , ni consumériste , ni capitaliste et qui rémunère les auteurs.

                          soit-dit en passant : votre démonstration comparant l’usage des bagnoles et de la musique , comme analyse capitalo-consumériste se pose là. smiley

                          cordialement,


                        • ak47 8 juin 2011 17:17

                          tout est gratuit ci tu sait bidouiller et sortir des sentier battue , même les sites « dit » payent ! 


                          • tikhomir 8 juin 2011 17:22

                            Oui, enfin le Français, c’était déjà gratuit, pas besoin de le bidouiller à ce point ou de sortir des sentiers battus question orthographe...


                          • ak47 8 juin 2011 19:56

                            ces open source ? toujours les même con a faire chier sur l’orthographe, je ne ferais pas d’effort , il est pas dit d’avoir un français irréprochable pour réagir sur agoravox, va corriger les cours de tes élève ! bidon !


                          • yvesduc 8 juin 2011 19:11

                            Beaucoup de sujets mélangés... Je suis partisan d’une juste rémunération de tous les acteurs du monde de la musique le souhaitant (si certains souhaitent être bénévoles, c’est bien sûr permis !), ce qu’un Deezer gratuit ne peut pas proposer.


                            • ak47 8 juin 2011 20:37

                              ils on cas demander a google qui ce fait des milliard tout les trimestre avec sa pub,les site sont du contenu comme n’importe quels autre contenu ,donc google ce fait des milliard parce que des gens passe par sont moteur pour trouver le contenu souhaité ,google devrais reverser un %age au distributeur de contenu ,sa existe pour d’autre support ,pourquoi pas dans ce cas ci !



                              • BOBW BOBW 8 juin 2011 21:27

                                Je pense que de fil en aiguille le véritable sujet de l’exploitation honteuse

                                 
                                 des artistes(au lieu de les rétribuer honnêtement) par les majors n’a pas été 

                                abordé ici avec justice et sérénité. smiley

                                Rappelons nous de Laurel et Hardy qui ont fait rire toute une génération : tous les droits d’auteur ont été accaparés par un producteur malhonnête :lien

                                • BOBW BOBW 8 juin 2011 21:32

                                  PS :« Les deux héros se retrouvèrent complètement fauchés à la fin de leur aventure. En effet, ils ont signé un contrat quasi identique des plus désavantageux : ils ne touchaient pas un dollar pour toutes les rediffusions télé qui auraient lieu par la suite. Leur salaire respectif n’a jamais atteint la hauteur de leur talent... » WIKIPÉDIA (voir mon lien


                                • Giordano Bruno 9 juin 2011 11:16

                                  Internet était loin d’être un modèle de gratuité à ses débuts pour une simple et bonne raison :

                                  On payait le temps de connexion ! Et comme les modems étant lents, le temps de connexion pour obtenir une info était souvent insupportablement long. Je ne suis pas un nostalgique de l’époque du modem 56k qui me servait 4ko de données par seconde.


                                  • zapata86 4 juillet 2011 22:27

                                    Tout à fait normal, d’abord Dailymotion, ensuite Deezer, les offres des opérateurs télécoms vont se diversifier de plus en plus pour leurs coffrets de box... Radios, clips, films, ...ah oui et e-books depuis un bon moment ! Quand à l’invasion des foyers par ces nouvelles télés qui permettront de tout faire dans votre salon, c’est pour très bientôt. Mais tout celà ne risque de tenir qu’à un fil... :->

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FRIDA

FRIDA
Voir ses articles







Palmarès