• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Jean-Pierre Petit, Magnétohydrodynamique, Vladimir Poutine

Jean-Pierre Petit, Magnétohydrodynamique, Vladimir Poutine

Aurora,« vue d'artiste » {JPEG}

Le 1er mars 2018 le Président russe a prononcé son discours annuel devant les « Corps constitués de la Fédération de Russie ». (1)

La presse occidentale a largement commenté et critiqué la seconde partie du discours où Vladimir Poutine fait état de nouveaux armements mis au point la Russie, et particulièrement de certains dont l’effet serait de rendre inopérantes les défenses antimissiles de l’ennemi. En cas d’attaque subie par le pays, l’agresseur n’aurait aucune possibilité de se protéger de la réponse russe. Plus encore la Russie serait aujourd’hui à même de frapper n’importe quel point du globe et il n’existerait aucune manière de se défendre de ces nouveaux armements.

Le Président russe a été largement accusé dans la presse de menacer l’Occident, d’avoir produit de ridicules simulations vidéo vieilles de 10 ans, mais aussi et peut-être surtout de bluffer.

Sur le fond les Russes considèrent que les Américains ont rompu un pacte basé sur un équilibre de la menace nucléaire, le fameux « équilibre de la terreur » : si chacun possède à peu près les mêmes moyens de détruire l’autre, qu’en cas de frappe l’adversaire pourra répondre par une salve de missiles nucléaires et que la destruction des deux belligérants est quasi certaine en cas de conflit, alors chacune est incité à se montrer prudent. C’est l’équilibre de la guerre froide, qui a prévalu pendant plusieurs décennies.

Les Russes prétendent que les Américains ont voulu profiter de la débâcle soviétique et de la désorganisation dans laquelle s’est retrouvé le pays dans les années 90 pour se placer comme première puissance nucléaire incontestée en développant une stratégie de « primauté nucléaire » (2), c’est à dire une capacité à frapper en premier et détruire n’importe quel adversaire dans le monde, sans craindre d’avoir à subir en retour de dégâts significatifs, grâce à un système perfectionné d’interception des missiles de l’ennemi. Dans cette configuration on comprendra qu’il était tout à fait utile d’installer les batteries de lancement de missiles anti-missiles le plus près possible des frontières du dit ennemi.

Vladimir Poutine dans son discours rappelle que les Russes ont signé dans les années 70 des accords de désarmement (ABM) dont les Américains se sont unilatéralement retirés au début des années 2000, contre l’avis de la Russie.

Voilà que maintenant il déclare que cette période de suprématie américaine est révolue, que son pays a développé de nouveaux armements tellement novateurs qu’il est actuellement impossible de s’en protéger, que la suprématie américaine ne tient donc plus, qu’un équilibre des forces est de facto rétabli.

En fait c’est même plus que cela : « comme vous le savez sans doute aucun autre pays n’a développé quelque chose comme ça » affirme-t-il, et « aucun pays n’a à ce jour de telles armes dans son arsenal militaire. » Si les mots ont un sens, le Président russe vient donc en quelque sorte de « renverser la table » et d’affirmer à la face du monde que l’avance militaire de son pays le place en position de domination incontestable.

Un paragraphe en particulier décrit les capacités de missiles hypersoniques (Mach5 et plus), volant pour certains à Mach10, soit 6500km/h, pour d’autres à Mach20, c’est à dire à près de 25000 km/h :

« Contrairement aux types d’équipements de combat existants, ce système est capable d’effectuer un vol intercontinental à des vitesses supérieures à Mach 20. Comme je l’ai dit en 2004, en atteignant sa cible, le missile de croisière en vol plané s’engage dans des manœuvres latérales intensives – horizontales et verticales – sur plusieurs milliers de kilomètres. C’est ce qui le rend absolument invulnérable à tout système de défense aérienne ou antimissile. L’utilisation de nouveaux matériaux composites a permis à ce type de missile de réaliser un vol guidé à longue distance pratiquement dans des conditions de formation d’un plasma. Il vole vers sa cible comme une météorite, comme une boule de feu. La température à sa surface atteint 1600-2000 degrés Celsius, mais le missile est guidé de manière fiable. Pour des raisons évidentes, nous ne pouvons pas montrer l’apparence extérieure de ce système ici. C’est toujours très important. J’espère que tout le monde comprend cela. Mais laissez-moi vous assurer que nous avons tout cela et que cela fonctionne bien. »

Dans un article (2) commentant ce discours, l’auteur américain William F. Engdahl précise et enrichit la traduction des expressions utilisées par le Président russe pour qualifier le vol de ces nouveaux engins :

Finalement, le Président russe a révélé les développements d’« Avant-garde » [авангард], un autre missile hypersonique volant à des vitesses excédant Mach 20 : « Dans sa trajectoire vers sa cible, le bloc de croisière glissant du missile [certainement plutôt : surfant en apparence sur son onde de choc, mais en fait plutôt sur un coussin d’air ionisé formant un plasma, technologie MHD, NdT] peut s’engager dans des manœuvres intenses, à la fois latérales (de plusieurs milliers de kilomètres) et verticales. C’est ce qui le rend absolument invulnérable face à tout système de défense antimissile ou antiaérien. L’utilisation de nouveaux matériaux composites [certainement aussi des supraconducteurs, NdT], ont rendu possible de permettre au bloc glissant du missile de réaliser un vol guidé sur une longue distance, pratiquement dans les conditions d’une formation d’un plasma [MHD, confirmation, NdT]. Il vole vers sa cible comme une météorite, comme une boule de feu. La température à sa surface atteint les 1600-2000°C mais pourtant le bloc de croisière demeure guidé avec fiabilité. »

Ondes de choc, air ionisé, plasma, boule de feu, nous voilà soudain projetés dans l’univers de Jean-Pierre Petit et de la « magnétohydrodynamique » !

Une présentation rapide du personnage : Jean-Pierre Petit est un astrophysicien, ancien directeur de recherche au CNRS, qui a travaillé pendant des années sur la magnétohydrodynamique (MHD), d’abord dans des laboratoires de recherche publique puis ensuite à son compte, mais aussi sur bien d’autres sujets. Selon lui les recherches dans ce domaine étaient en bonne voie dans les années 60/70 mais pour diverses raisons qu’il commente abondamment dans divers interviews et dans ses livres, les pouvoirs publics ont décidé de les abandonner.

Un autre aspect de sa carrière, qui l’a sans doute rendu définitivement infréquentable pour les milieux scientifiques officiels, est qu’il s’est beaucoup intéressé au phénomène ovni, allant même dans les années 80 jusqu’à accréditer l’idée d’un contact en cours entre humains et extra-terrestres (l’affaire « Ummo »). Sa passion pour les extra-terrestres n’est pas sans rapport avec ses recherches puisque l’évidence pour lui de l’existence d’intelligences extra-terrestres a grandement nourri sa réflexion.

Il a publié de nombreux livres ainsi qu’une série de bandes-dessinées de vulgarisation scientifique (les aventures d’Anselme Lanturlu), illustrées avec talent par ses soins.

Âgé aujourd’hui de 81 ans il travaille toujours à l’élaboration d’un nouveau modèle cosmologique dont la validité aurait pour conséquence de rendre envisageables les voyages intergalactiques (projet Janus). Avec Jean-Pierre Petit on ne s’ennuie pas ...

Pour le commun des mortels Jean-Pierre Petit est donc un personnage complexe, difficile à cataloguer, esprit libre, authentique chercheur reconnu, considéré par certains comme un génie et par d’autres comme un affabulateur.

Revenons à la magnétohydrodynamique. Sans rentrer dans les aspects techniques complexes de cette discipline, on pourrait dire que le sujet centrale de la MHD, selon Jean-Pierre Petit lui-même est le suivant :

« Au coeur de cette recherche il y avait une idée passionnante : est-il possible de faire évoluer un engin dans l’air à vitesse supersonique, et même hypersonique, en air dense, sans créer de bang, d’onde de choc ? » (3) (4)

En gros il s’agirait de se débarrasser des effets du frottement de l’air avec la surface d’un corps en mouvement en l’enveloppant d’un « plasma onisé ». La propulsion MHD provoque une aspiration de l’air à l’avant de l’aéronef en mouvement, les frottements et donc la résistance du milieu (air dense) sont supprimés, le corps est aspiré comme dans le vide et peut atteindre rapidement des vitesses fulgurantes. Cette technologie serait applicable en milieu liquide également.

La technologie MHD permettrait par exemple à un aéronef de gagner rapidement l’ionosphère, à 60 km d’altitude, et ensuite de se déplacer en surfant (wave rider) comme un galet rebondit sur la surface de l’eau. Paris serait à 25 rebonds de New-York. (5) (6)

Dans une conférence en 2003 (7) Jean-Pierre Petit prétend que lors d’un certain congrès de Brighton auquel il participait en 2001 d’éminents spécialistes américains lui auraient confirmé l’existence aux USA d’engins volant avec la technologie MHD.

Sa thèse est que les laboratoires de recherche français ont fait de mauvais choix, influencés par les Américains qui ont prétendu abandonner ces recherches sans avenir, persuadant du coup les Français de faire de même, alors qu’en secret ils travaillaient dur sur le sujet. Ils maitriseraient cette technologie depuis les années 90 : projets Aurora, Ajax pour les Russes (mais abandonné dans les années 90 faute de moyens), dont on trouve de nombreuses vues d’artiste sur internet.

Jean-Pierre Petit affirme qu’au début des années 2000 les Français avaient 25 ans de retard sur les Russes et les Américains, qui fabriquaient dit-il déjà en 1980 des torpilles se déplaçant sous l’eau à 2000km/h, sans doute 3000km/h au début des années 2000.

Dans cette même conférence de 2003 (7), il explique maquette à l’appui ce qu’il pense être le fonctionnement des aéronefs type « Aurora » équipés de la technologie MHD. Beaucoup de spéculations techniques, en particulier sur la raison pour laquelle ces aéronefs seraient furtifs et échapperaient à la détection des radars.

Pour Jean-Pierre Petit il n’y a aucun doute : ces avions MHD/plasma volaient déjà en 2001 depuis plus de 10 ans. S’il est dans le vrai il y a donc 30 ans que des véhicules hypersoniques traversent l’espace au dessus de nos têtes sans existence officielle.

Le rapprochement des propos du président russe avec les spéculations de Jean-Pierre Petit sont tout de même assez saisissantes. On peut accuser le second de n’être qu’un doux rêveur, difficile d’accuser le Président de la deuxième nation la plus nucléarisée au monde de raconter n’importe quoi, et de risquer pour cela un grand discrédit.

On peut alors se poser quelques questions :

- Si des technologies comme la MHD permettant aujourd’hui à des aéronefs de voler à des vitesses fulgurantes existent bel et bien, comment se fait-il qu’on (le grand public) n’en sache rien ?

- Est-il possible que de tels appareils existent, volent et que nul ne les voie, que personne ne les aie filmés, photographiés, que la grande presse n’en parle pas ou si peu ?

- Si des technologies aussi avancées existent d’ores et déjà, pourquoi ne sont-elles pas appliquées au domaine civil ? Si l’on peut voler à Mach 10 dans des engins silencieux pourquoi se traîne-t’on encore dans de gros avions lents et polluants ?

Ces questions finalement ressemblent fort à celles qui s’appliquent généralement aux questions d’ovnis, et sans doute le même genre de réponses peuvent y être appliquées :

- Si ça existait ça se saurait, ça n’aurait pas pu rester secret aussi longtemps

- Si de tels engins volaient il y aurait de preuves concrètes de leur existence, on les aurait filmés, photographiés de manière incontestable.

Nous voilà donc renvoyés à nos doutes, à nos interrogations. Nous levons les yeux, scrutons le ciel et n’y voyons rien d’inhabituel.

Plus de 70 ans après l’utilisation de la première bombe atomique il faut bien admettre que la majorité d’entre nous n’a aucune idée de l’état d’avancement des technologies de pointe et des innovations aussitôt appliquées dans le domaine militaire au renforcement de la puissance des grandes nations.

Au dessus de nos têtes, dans un air raréfié et glacial, entre 30 et 300km, se joue peut-être une partie dont nous ignorons tout.

Soyons positifs : les inventions les plus géniales verront forcément un jour leur application dans le domaine civil, reste à espérer qu’elles n’aient pas d’abord été utilisées pour leurs capacités de dévastation.

En attendant, les deux pieds collés au sol, nous en sommes réduits à spéculer face à nos écrans d’ordinateur. Nous ne sommes en fait guère plus avancés que les hommes du passé. Nous croyions savoir, nous ne savons rien.

Loin des mystères des laboratoires de recherche secrets, nous devons nous faire notre propre idée sur la réalité du monde, partagés entre les perceptions de nos sens, les bribes de connaissances scientifiques qui nous sont accessibles, mais aussi l’abondance de spectacles que déverse sur nous l’industrie d’Hollywood pour combler notre soif de mystère et d’espace à grand renfort d’effets spéciaux : un feu d’artifice de galaxies, de voyages interstellaires, de vaisseaux cotoyant les trous noirs et de voyages dans le temps. Tout cela dans notre tête se mélange, s’interpénètre, fabrique notre conscience du monde.

Le Président russe a-t-il bluffé ?

Le ciel au dessus de nos têtes est-il sillonné par de mystérieuses machines humaines filant comme des comètes, mais aussi par des vaisseaux remplis de « petits gris » ?

Jean-Pierre Petit est-il un affabulateur ou bien un formidable précurseur dont le génie ne sera reconnu que dans quelques décennies ?

L’avenir nous le dira.

(1) http://lesakerfrancophone.fr/discours-de-poutine

(2) http://lesakerfrancophone.fr/poutine-ne-fait-pas-que-de-lesbroufe-nucleaire-ses-arguments-sont-bien-reels Texte original : https://journal-neo.org/2018/03/06/putin-is-not-rattling-nuclear-sabers-it-s-real/

(3) Présentation de la MHD sur le site de Jean-Pierre Petit : https://www.jp-petit.org/science/mhd/mhd_fr.htm

(4) Dans ce court reportage (10mn) on voit Jean-Pierre Petit expliquer ses recherches au début des années 80, avec des images d’une sorte de soucoupe entourée d’un halo lumineux :https://www.youtube.com/watch?v=g3UMwR3tVVE

(7) Conférence de Jean-Pierre Petit à Cavaillon en 2003 au festival Science Frontière : mn 27.30 : présentation d’une maquette d’Aurora mn 40 : présentation d’une maquette de B2https://www.youtube.com/watch?v=-cFqkI1LFMk

(5) Hypersoar, comment ça marche : https://www.jp-petit.org/nouv_f/Hypersoar.htm (6) Hypersoar, description du vol : https://www.youtube.com/watch?v=7TBGVfHeKZ4

Le modèle Janus de Jean-Pierre Petit en video : https://www.youtube.com/watch?v=MwKT9XqbCI8

Biographie de Jean-Pierre Petit : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Petit

La Chine a déjà présenté officiellement des missiles hypersoniques il y a quelques années :https://www.youtube.com/watch?v=Dfp6oGiRDVg

Pour finir une vidéo qui se détache du grand bazar des « vidéos d’ovnis » par sa qualité poétique, fabrication fictive ou authentique saisie nocturne, assez conforme aux descriptions de l’Aurora, elle donne une image de ce que pourraient être ces nouveaux aéronefs qui demain peupleraient le ciel :https://www.youtube.com/watch?v=hQ-UUJPpLOM )


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 28 mars 16:03

    "les Russes et les Américains, qui fabriquaient dit-il déjà en 1980 des torpilles se déplaçant sous l’eau à 2000km/h, sans doute 3000km/h au début des années 2000."

    j’imagine le déplacement d’eau et donc le bruit sonar important.


    • quid damned quid damned 28 mars 16:27

      @foufouille
      bruit, en mhd, pas sûr. quoiqu’il en soit à cette vitesse la cible n’aurait vraisemblablement pas le temps de réagir efficacement.


    • foufouille foufouille 28 mars 17:05

      @quid damned
      mhd ou pas, elle déplace de l’eau autour d’elle, l’eau ne disparais pas par magie à l’avant.


    • berry 28 mars 17:45

      @foufouille
      N’essayez pas de comprendre, vous n’allez pas y arriver.


    • quid damned quid damned 28 mars 18:00

      @foufouille

      Je ne suis pas spécialiste en la matière mais il me semble que justement une des particularités ou propriétés de la mhd est de provoquer très peu de perturbations, d’avoir un caractère furtif.
      Ceci dit dans le cas contraire, la 2ème partie de mon précédent commentaire reste valable.


    • foufouille foufouille 28 mars 18:01

      @berry
      manifestement, tu pense que l’eau disparaît autour de cette torpille.


    • foufouille foufouille 28 mars 18:38

      @quid damned
      c’est beaucoup plus compliqué. MHD = magnéto hydro dynamique.
      l’eau n’est pas un gaz et a une masse plus importante, un avion se déplaçant dans l’air va provoquer une perturbation et plus il va vite, plus elle augmente. la MHD lui permettrai d’aller plus vite en évitant les frottements et l’échauffement de la coque. le pilote et l’électronique a aussi besoin de protection.

      une torpille se déplaçant à 1000 km/h provoquerait un déplacement très important d’eau surtout que tout ce qui est électrique devra être au centre du champ de force pour èviter la destruction.
      en plus, elle devra être activer après le lancement.


    • benyx 28 mars 20:05

      @foufouille
      Une torpille MHD, tout comme un engin volant dans l’air « aspire » par l’avant le fluide et le rejette à l’arrière. l’engin est donc propulsé sans onde de choc, donc ne fait pas de bruit et ne fait que peu de perturbation dans le fluide. Les couches limites sont « recollée » par le champs électro-magnétique autour de l’appareil. En fait, c’est le même principe qu’un moteur électrique, sauf que le champs magnétique et les courants n’agissent pas sur un fil de cuivre mais sur un fluide nécessairement à l’état de plasma (gaz dont les molécules ont les électrons arrachés du noyau de l’atome).


    • izarn izarn 28 mars 22:34

      @foufouille
      Je crois que l’auteur exagère, meme sur le site de Petit la vitesse ne dépasse pas 400km/h....
      Torpille à super cavitation...
      C’est quand même 4 fois plus vite qu’une torpille normale !


    • imago imago 28 mars 23:11

      @foufouille
      vous dites n’importe quoi, allez donc lire les articles de jp petit avant de ramener votre science.
      http://www.jp-petit.org/&nbsp ; je sais, son site est un vrai bordel


    • Saturnin 28 mars 23:14

      @izarn
      Les vitesses citées (2000-3000km/h) sont bien celles évoquées par JP Petit, on en trouve la trace dans d’autres articles de vulgarisation, il est même question de vitesses largement supérieures, plus de 5000km/h.
      Tout cela étant totalement secret on ne peut de toute façon que spéculer ?
      https://aphadolie.com/2017/02/12/torpille-a-supercavitation-shkval-va-111/
      http://fr.ubergizmo.com/2014/08/27/sous-marin-supersonique-chinois.html?inf_by=5abbff2f671db8ae358b4870


    • foufouille foufouille 29 mars 16:30

      @benyx
      à 1000 km/h, tu vas aspirer et éjecter X m3 d’eau. point.
       



    • quid damned quid damned 30 mars 12:24

      @foufouille

      Oui je sais ce que signifie mhd. Et hydro dynamique ne signifie pas dans cet acronyme « qui remue l’eau » comme semble le suggérer votre réponse.

      Vous dîtes « l’eau n’est pas un gaz et a une masse plus importante »
      >
      certes mais tous deux sont des fluides.

      Une des particularités de la mhd est de permettre à un aéronef de franchir le mur du son sans provoquer de bang.

      Une autre est, si je me souviens bien (il y a quelques années que je ne me suis plus penché sur le sujet) est d’envelopper l’aéronef ( ou « l’hydronef » dans le cas d’une torpille) d’un « voile » gazeux ionisé qui justement a la propriété de limiter considérablement les turbulences.

      Dans le cas contraire, ça ne contredit toujours pas la deuxième partie de mon 1er com :

      À ces vitesses la cible n’a pas vraiment le temps de réagir, qu’elle ait détecté le bruit ou non.


    • benyx 1er avril 14:13

      @foufouille
      « à 1000 km/h, tu vas aspirer et éjecter X m3 d’eau. point. »
      Non, en créant une dépression à l’avant, l’engin avance, c’est le principe de la voile de bateau ou de la portance d’une aile d’avion. Pour réaliser ce que vous dites il faudrait que l’engin soit solidement arrimé au sol.


    • mmbbb 1er avril 19:48

      @izarn l ’explosion de cette fameuse torpille a cavitation serait a l origine du drame du sous marin russe le Kourks Quant au sous marin Saphir francais il a envoye virtuellement par le fond le porte avion Roosevelt Une simple torpille filo guidée http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2015/03/06/l-us-navy-loue-les-aptitudes-du-sna-saphir-a-penetrer-les-defenses.html .
       Ce sous marin est d ancienne technologie Quant à ces technologies du futur dont Petit est le promoteur , ce n est pas nouveau Si nous penchions dans les revues scientifiques des annees 1970 1980 , ces chers scientifiques nous annoncaient la maitrise de la fusion In fine nous en sommes encore loin , Alors entre ces avancees extraordinaires et la realite il y a souvent un abîme Idem pour le moteur a eau . 
       


    • Alcyon 2 avril 01:50

      @benyx : euh, do you even physics bro’ ? Un avion, c’est l’action de 3 forces, dont une qui se découpe en deux. La gravité (vers le bas) la poussée (vers l’avant) les frottements (vers l’arrière) et la portance (vers le haut).


      A l’équilibre, la portance est égale à la gravité et les frottements à la poussée. Donc l’air/l’eau ne te pousse pas vers l’avant mais vers l’arrière et haut/bas selon ta « forme ». Super utile dans l’eau.

      Mon dieu, il serait temps de sortir de la science fiction. Le pire c’est qu’à fois, vous inventez de la physique, vous évitez les « détails » qui cassent vos théories fumeuses et vous criez « mais j’ai trop raison ». Pour te déplacer dans l’eau, tu dois déplacer l’eau qui est devant toi. Pour créer une dépression, tu dois déplacer l’eau devant toi. C’est un fait inévitable. Pour te déplacer à x m/s, tu dois déplacer ton volume d’eau devant toi au moins à la même vitesse. Dans le meilleur des mondes, tu pourrais récupérer cette énergie dépensée, mais bonne chance !

    • benyx 2 avril 10:15

      @Alcyon
      Quand je parle de la portance je parle du principe de la dépression identique à la voile. J’ai bien compris que la portance joue sur la gravité et que la traîné doit être compensé par la propulsion. Merci pour vos précisions élémentaires sur lesquelles je ne me suis pas étendues, à tort.


    • Alcyon 2 avril 11:15

      @benyx et on en revient à « pour créer une dépression devant toi, tu dois au moins déplacer ton volume d’eau devant toi ». Pour les bateaux, c’est le vent qui fait le boulot.


      Et en passant, un voilier n’avancera jamais vent debout. Bonne chance.

    • benyx 2 avril 12:13

      @Alcyon
      Dans le cas du MHD, on cré la dépression devant l’engin, ce qui le fait avancer.


    • Alcyon 2 avril 15:17

      @benyx ET POUR CREER LA DEPRESSION, TU UTILISES DE LA MAGIE ? ET POUR LA MAINTENIR, TU UTILISES DE LA MAGIE ? ET POUR CONTRER TES FROTTEMENTS, TU UTILISES DE LA MAGIE ?


      Tu ne comprends pas quoi dans « il faut 100MW pour ça » ? Le principe est simple, mais comme d’habitude le diable se cache dans les détails. Et les conspi ne regardent que les détails qui les arrangent. Tu as besoin d’une putain de centrale pour faire voler un avion. Et pour les sous-marins c’est encore pire.

      Le pire, c’est l’explication à 2 balles de JPP « on prend l’énergie cinétique de l’air ». Lol.

    • lloreen 28 mars 16:04

      Ne vous posez plus trop de questions. (Presque) toutes les réponses sont là.
      http://www.ufohowto.com/


      • Saturnin 28 mars 23:17

        @lloreen
        Ho ho, voilà de la lecture en perspective. Mais si les plans de tous ces véhicules volants avec leurs modes de propulsion exotiques étaient disponibles dans des bouquins vendus sur Amazon, on devrait voir sortir des véhicules volants de nombreux garages tout autour de la planète ?


      • gogoRat gogoRat 30 mars 20:27

         Merci à l’auteur de soulever des questions sans y répondre lui-même de façon péremptoire .
         

         La ’méta-question’ que ces questions peuvent susciter c’est d’inciter les curieux mais humbles observateurs à observer qui osera décider, (et comment ? (*)) de ce qui est ’fake news’ ou pas ?
        ( (*) ex. : 
         par éducation au respect d’une Intelligence artificielle concoctée par des intelligences-humaines-d’exception ... ou par convictions démocratiquement acquises individuellement par le ’sapere aude’ de citoyens honnêtement informés , et pouvant librement accéder au loisir de s’instruire à ’armes’ égales ? )


      • picpic 28 mars 17:10

        Moi ce qui m’étonne le plus, c’est pas l’invraisemblable technologie non...c’est
        comment on peut pendant autant d’années fabriquer et tester tout ça en catimini avec en face de vous une nuée immense et avide d’espions aux moyens techniques invraisemblables...et ne pas vous faire repérer ?

        A moins qu’ils testent tout ça sur une autre planète ou dans une autre dimension ?


        • foufouille foufouille 28 mars 17:34

          @picpic
          tout est testé dans une zone secrète ou tout est furtif et invisible.


        • berry 28 mars 17:44

          @picpic
          Il n’y a pas grand monde en Sibérie ou autour de l’ile de Diego Garcia, et encore moins la nuit.


        • foufouille foufouille 28 mars 18:06

          @berry
          ils ont certainement un brouilleur de satellite espion qui interdit les photographies.


        • gaijin gaijin 28 mars 18:08

          @picpic
          il faut pas déconner les secrets ne sont secrets que pour les péquins lambda .....c’était déjà vrai pendant la guerre froide et ça l’est sans doute encore bien plus maintenant ( et si poutine pensait avoir de vrai armes secrètes il n’en parlerait pas .....) ses déclarations ne visent pas a informer les américains mais a d’autres objectifs


        • picpic 29 mars 09:27

          @gaijin

          Oui, au niveau du « secret » c’est ce que je pense.
          Aujourd’hui, les russes et les amerloques savent très très bien ce que l’autre a dans sa besace.
          et qu’on vous raconte que les américains seraient surpris ou que l’équilibre ne serait plus le même, je reste dubitatif...

          Hors, puisque poutine doit savoir que les américains savent et que peut être, certains rigolent parce qu’ils sont infiniment plus avancés...a quoi joue poutine ?


        • gaijin gaijin 29 mars 12:53

          @picpic
          « a quoi joue poutine »
          c’est la vraie question mais la réponse est plus simple qu’il n’y paraît : il montre ses muscles c’est son image son jeu habituel




        • Rmanal 28 mars 17:12

          Chouette on va enfin rencontrer les petits hommes verts


          • Jean Roque Jean Roque 28 mars 17:56

            Quand j’étais petit et crétin gocho, j’avais un prof qui travaillait dans la recherche militaire, qui nous parlait des canons nucléaires à plasma de Sakharov qui auraient été enfin mis au point par les soviets, et c’est pour ça que Challenger avait explosé, car tout le budget US passait dans cette recherche urgente pour savoir si c’était possible.
             
            Sinon des allumeurs plasma sont déjà utilisés dans les avions de chasse.
             
            Mais Sakharov avait eu une idée beaucoup plus simple et imparable : un drone sous-marin contenant une énorme bombe H créant un tsunami de 200m de haut... ça c’est sûr que ça marche ! Déjà en 44 les américains avaient fait des essais au conventionnel. On a jamais vu un antimissile arrêter un tsunami. Et puis il suffit de le poser au large des îles Kouriles, on zigouille le Japon par la même occasion !
             
             smiley
             


            • xana 28 mars 18:15

              @Jean Roque
              Mais où sont passés les « gogochons » ?
              tu as sans doute oublié tes médicaments, tu écris lisiblement et tu sembles avoir oublié tes obsessions maladives. Tu as l’air presque normal, ce n’est pas normal. Vite, tes pilules...


            • Jean Roque Jean Roque 28 mars 18:23

              @xana
               
              Vu la crétinisation rappeur-dealer-boubou-barbu-bobo des gogochons, le cuirassé plasmoïde stratosphérique ne les concerne pas. Il doivent se concentrer sur le monitorat bronze-fesses, « rich meet beautiful », la location d’utérus et de vagin, et le don d’organes, éventuellement gardien de musée industriel.
               
              QI, formation et Pisa en chute libre au Boobaland des gogochons, pas de plasma envisageable smiley
               


            • baldis30 28 mars 18:46

              @Jean Roque
              bonsoir,

              les américains ils ont de drôles d’idées ... ainsi en 1944 lorsqu’ils arrivèrent vers Naples, le Vésuve entra en éruption et les américains essayèrent d’arrêter l’éruption en larguant des bombes de 500 kilos ! 


            • Jean Roque Jean Roque 28 mars 21:43

              @baldis30
               
              Hugh !
               
              Je savais pour le Vésuve mais pas pour les bombes... Faut essayer avec des canadairs plutôt ! smiley


            • berry 28 mars 21:47

              @Jean Roque
              Les islandais ont bien réussi à arrêter une coulée de lave avec des tuyaux d’eau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Saturnin


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès