• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La Science ne comprend pas la matière décrite par la mécanique (...)
#96 des Tendances

La Science ne comprend pas la matière décrite par la mécanique quantique

 JPEG

 

1) La science est faite d’expériences réalisée en laboratoire ou en extérieur. Ces expériences sont matérielles, elles produisent une série d’observations, autrement dit une longue série de cartes, plutôt numériques en physique, plutôt formelles en biologie, qu’il faut ensuite interpréter. Les scientifiques jouent avec la Nature et cherchent les règles du jeu. Mais de quel jeu s’agit-il ? Est-ce le jeu de la Nature, indépendant du système d’observation, autrement dit une configuration moderne dans laquelle le sujet observant s’est rétracté et se situe en position d’observateur neutre ? Ou bien un jeu plus complexe dans lequel le dispositif techno-scientifique intervient en tant que partie prenante de l’expérience ? Longtemps, la physique moderne a cru à l’indépendance de la nature observée. Lorsque la mécanique quantique fut élaborée dans les années 1920, cette indépendance s’est effondrée et ce fut un choc épistémologique pour les physiciens. Un second choc se produisit lorsque les physiciens durent abandonner la règle canonique du déterminisme gouvernant la mécanique classique. Il est en effet impossible de prédire le résultat d’une expérience. Une mesure quantique a un caractère indéterministe et mieux encore, probabiliste. Cette seconde définition est plus claire, elle précise que la probabilité pX d’obtenir une observation X peut être calculée. Une mesure quantique est alors à l’image d’un lancer de dés, sauf que le nombre de faces dépend de l’expérience et que les probabilités ne sont pas égales, même si parfois elles le sont. Ce qui est le cas pour la mesure d’un spin électronique qui se résume au lancer d’une pièce de monnaie dont une face est affecté du signe plus et l’autre du signe moins ; +/- ½.

 

 2) Personne ne comprend la mécanique quantique. Cette sentence fut prononcée maintes fois par Feynman, l’une des grandes figures de la physique contemporaine, inventeur des diagrammes portant son nom, brillant théoricien à qui l’on doit les méthodes de renormalisation utilisées en électrodynamique quantique. J’ai lu quelques ouvrages de ce physicien. Une impression contrastée se dégage après la lecture de La nature de la physique, trop dilué et par assez percutant à mon goût. Les ouvrages d’Einstein Bohr et Heisenberg sont plus édifiants. Hormis le caractère génial de ces physiciens, l’époque explique sans doute pourquoi ces livres sont plus éclairants. Ces grands savants ont été imprégnés de physique classique lors de leur cursus universitaire et ont pu alors saisir le contraste engendré par cette nouvelle physique dont certaines règles étaient inédites et impossible à expliciter dans un cadre classique, comme le principe de superposition (dont découle la légende du chat de Schrödinger). En revanche, la conservation de l’énergie et de l’impulsion n’ont pas été transgressées. Feynman, né en 1918, fut baigné par la mécanique quantique pendant ses études. Il est arrivé après la bataille épistémologique des années 20 et 30. Son cours de mécanique quantique est très complet mais il n’a pas l’élégance et la clarté du premier traité de physique quantique publié, celui de Dirac en 1930.

 Une chose est certaine, les physiciens savent utiliser les outils expérimentaux et mathématiques de la physique quantique. Leur science est un jeu fort subtil dont ils connaissent les règles. Ils jouent avec les éléments les plus infimes de la matière. En « cassant » les particules dans les accélérateurs, les physiciens ont découverts de nouvelles cartes pour jouer. Ils ont réussi à en classer quelque unes, en octuplet, en décuplet, puis les quarks furent inventés. Pour finir dans le modèle standard, l’un des édifices les plus majestueux de la science contemporaine, mais aussi l’un des plus énigmatiques. Si la mécanique quantique est incompréhensible, le modèle standard n’a pas arrangé les choses et c’est même l’inverse. Plus nous jouons avec la matière quantique, plus elle nous échappe.

 Les années 1970 ont vu s’intensifier la diffusion d’ouvrages savants à destination d’un public élargi mais néanmoins d’un niveau scientifique très élevés. A cette époque, les particules avaient la cote, ainsi que les spéculations plus ou moins ésotériques, tentant de faire des ponts entre le monde quantique et les métaphysiques orientalistes. Capra, Bohm et d’autres ont signé de remarquables études. Depuis deux décennies, le contenu des ouvrages consacré à la physique quantique a fini par baisser et converger vers un exposé de choses admises et convenues, signe s’il en est d’une époque indécise. Le chat de Schrödinger est devenu une légende incontournable.

 

 3) Les sciences physiques ont été bouleversées après la mécanique quantique, offrant un nouveau regard sur la matière. Les lois déterministes de la physique classique ont été supplantées par des règles du jeu en mécanique quantique. L’univers professionnel des scientifiques ressemble à un cercle de jeu réservé aux spécialistes, aux experts sachant manipuler les outils technologiques et les objets mathématiques. Dire que personne ne comprend la mécanique quantique est trompeur. Les physiciens comprennent parfaitement comment les appareils fonctionnent et savent jouer avec les règles mathématiques. En revanche, la signification du comportement quantique de la matière reste sans réponse, sauf les quelques percées tentées par des épistémologues audacieux. 

 

Qu’est-ce que le spin ?

Que signifie la superposition d’états décrite dans la fonction d’onde ?

Pourquoi l’antimatière ?

Pourquoi trois forces fondamentales ?

Quelle est la signification de la constante hyperfine = 1/137 ?

Pourquoi les nucléons et les électrons ont-ils une masse ?

Quelle est la signification de l’intrication ?

Pourquoi les règles de la matière quantique disparaissent dans notre monde classique ?

 

 Ces questions ont une réponse mais il faut regarder les « choses quantiques » en face. Les physiciens sont la plupart bloqués par l’objectivisme et ne parviennent pas à comprendre que la matière quantique dévoilée par la science est une réalité à double face. Pour le dire ouvertement, la matière possède une face cachée qui se manifeste par intermittence et avec des règles précises. Un peu à la manière d’un joueur de carte qui abat quelques cartes tout en conservant sous la main l’intégralité de son jeu. Cette face cachée fut pressentie avec une grande lucidité par le physicien David Bohm, classé comme réaliste et inventeur d’une variante de la mécanique quantique élaborée en suivant la thèse de la double solution imaginée par Louis de Broglie. Bohm parlait d’un ordre implié et donc d’un monde matériel caché, invisible.

 

 4) Les Galilée du XXIe siècle sont attendus pour une explication de la matière quantique. Rappelons qu’il y a quatre siècles, Galilée énonçait le caractère atomiste de la matière et que cette proposition ne fut guère appréciée des théologiens qui y virent à juste raison une menace pour le dogme de l’eucharistie. Ce que nous enseigne la mécanique quantique, c’est que les atomes ne sont pas des objets matériels mais tout autre chose. On peut s’interroger sur une sorte de censure épistémologique héritée d’Auguste Comte, interdisant de sonder la métaphysique quantique car c’est bien une métaphysique (être, essence, existence) qui se révèle avec la physique contemporaine.

 

Cette autre chose, j’ai commencé à en parler dans deux ouvrages concernant l’univers des communications. La matière quantique communique et possède deux faces. Pour en savoir plus, vous pouvez jeter un œil sur mes recherches. Ne cherchez pas le chat de Schrödinger, il n’y est pas.

 

 

Mes deux ouvrages

 

L’information et la scène du monde, Iste éditions, 2017

https://iste-editions.fr/products/linformation-et-la-scene-du-monde

 

Temps, émergences et communications, Iste éditions, 2017

https://iste-editions.fr/products/temps-emergences-et-communications

 

Sommaires

 

https://www.istegroup.com/wp-content/uploads/2017/07/242_L%E2%80%99information_et_la_sc%C3%A8ne_du_monde_tdm.pdf

 

https://www.istegroup.com/wp-content/uploads/2018/03/349_Temps-%C3%A9mergences-et-communications_TDM.pdf

 

 

Traduction anglaise

 

http://www.iste.co.uk/book.php?id=1199

 

http://www.iste.co.uk/book.php?id=1332

 

 

Dirac, principes de la mécanique quantique

 

https://www.equipes.lps.u-psud.fr/Montambaux/histoire-physique/Dirac-Principles%20of%20Quantum%20Mechanics%20.pdf

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Deepnofin Deepnofin 7 juin 23:37

    Bonjour, merci pour votre article !
    J’ai de trop maigres connaissances et pas de formation scientifique, mais j’ai trouvé un genre de théorie métaphysique il y a quelques années, qui s’inspire notamment de la physique quantique, et je trouve que ce dont vous parlez ici colle assez bien avec.
    Je me permets d’essayer de vous l’expliquer, même si c’est fort possible que ce soit totalement bidon.

    Pour moi, l’Univers et la Vie sont des phénomènes alchimiques (nous serions tous des alchimistes sans le savoir, traversant la Voie Royale).
    En Alchimie, si jcomprends bien, le Soufre = une sorte de Lumière Divine, intangible, non-orientée... Le Mercure = une matière intangible qui a besoin de Soufre pour s’exprimer, et le Sel = la matière de notre univers. Donc, Soufre + Mercure = Sel.

    Si on prends la théorie Janus de Jean-Pierre Petit, peut-être en la modifiant plus ou moins (j’ai pas le niveau pour bien la comprendre...), ça pourrait coller avec l’alchimie :
    Notre Univers serait double : notre univers physique, que l’on connait bien, notre laboratoire... De masse et d’énergie positive, et un univers jumeau, qui serait couplé au notre, de masse et d’énergie négative. En partant de l’hypothèse que masse et énergie positive veulent seulement dire « matière en mouvement » (puisque tout est en mouvement perpétuel dans notre espace-temps, car pas de référentiel absolu et l’espace-temps lui-même accélère son expansion), alors l’univers jumeau serait statique, une singularité sans espace ni temps.

    Le Soufre, serait une sorte d’énergie primordiale, peut-être pas encore détectée scientifiquement à ce jour, le Mercure serait l’antimatière de l’univers jumeau négatif, qui serait donc « transmutée » dans notre univers en devenant du Sel (notre matière et lumière, car notre lumière a une vitesse, dans l’univers jumeau, vu que c’est une singularité, sa vitesse est infinie, et donc non orienté... ).

    Et puisque nous sommes couplé à l’univers jumeau, toutes les particules de notre univers communiquent instantanément, en permanence, il y a une sorte d’intrication cosmique absolue, ce qui collerait avec pas mal de théories ou même de témoignages d’EMI ou autres expériences transcendantales.

    Ca pourrait même être ça le secret du voyage dans le temps et l’espace lointain, car en parvenant à se « polariser » en négatif, on aurait accès à toutes les époques et tous les recoins de l’Univers, de façon instantanée...

    Et du coup, pour le côté quantique, peut-être que l’effondrement de la table d’onde signifie qu’une particule est passée du négatif au positif, que dès lors où elle a été observée ou captée, comme elle apparait dans un monde en mouvement, ça la fige en positif... Mais la physique quantique semble être le (ou un) lien entre les 2 mondes.
    Peut-être que l’énergie fantastique du vide exprime simplement le potentiel de création, un peu comme la cadence du processeur de l’Univers. Vu qu’en alchimie, le Soufre + le Mercure = le Sel, et que tout ce qui est supérieur est comme ce qui est inférieur et vice versa... dans notre « esprit », le Soufre = lumière intérieure, le Mercure = force compressive extérieure, les 2 séparés par le Sel = la sphère stabilisée de la personnalité, en quelques sortes l’égo.

    Un bébé nait neutre, il est entier (dans le Présent), c’est donc un Microcosme face au Macrocosme, mais au fil des expériences, des stimuli, il développe son cerveau, sa capacité à raisonner, sa pensée... sa personnalité, son égo, jusqu’à ce qu’il se coupe du Présent (peut-être ce que symbolise « l’age de raison » des 7 ans). Avant ça, puisque son égo ne sépare pas encore totalement son Soufre (Microcosme) du Mercure(Macrocosme), il peut créer son monde (« je vous ai fait à mon image »).

    Ce serait pour ça que les personnes illuminées (ayant réalisé la Pierre Philosophale, autrement dit le Nirvana, le Graal, le Saint Esprit ?) seraient capables de miracles : il maitriseraient la matière, pourraient la transmuter, avoir le don d’ubiquité, etc.
    Donc, peut-être qu’il y a bien un lien entre la conscience et l’Univers. J’ai aucune idée de comment ça se passe, à quelle échelle, etc., mais c’est possible que notre esprit créé notre univers, en permanence.

    J’suis convaincu que le mur auquel fait face la Science depuis près d’un siècle, c’est parce que notre Système est matérialiste, individualiste, et que par conséquent, avec de tels axiomes touchant tout le monde, sans parler des tonnes de « complots », de conflits d’intérêt, d’ingénieries sociales... la physique quantique n’a pas encore été réellement comprise (nos biais cognitifs...), et qu’elle doit peut-être libérer notre Civilisation vers un renouveau total du spirituel (en direction du Point Omega de Teilhard de Chardin...)

    Enfin voilà, désolé si je vous ai fait perdre votre temps, si c’est le cas j’espère au moins vous avoir fait rire ;)


    • babelouest babelouest 8 juin 09:43

      En somme, et c’est passionnant, tout ce que nous avons appris jusqu’à présent, c’est que nous ne savions rien (ou si peu) de l’univers, par analogie un peu comme cela dans un monde quadri (ou plus) dimensionnel....

      https://www.youtube.com/watch?v=_8O5OX0YGTc&t=2s


      • L'apostilleur L’apostilleur 8 juin 10:13

        @l’auteur 

        « ...On peut s’interroger sur une sorte de censure épistémologique... interdisant de sonder la métaphysique quantique... (être, essence, existence) qui se révèle avec la physique contemporaine... »

        Il ne fait pas bon emprunter ces chemins...

        Sauf pour Einstein qui avait envisagé « … comme parfaitement possible que la physique peut ne pas être fondée sur la notion de champ, c’est à dire sur des éléments continus. Mais alors il ne resterait de tout mon échafaudage, y-compris la théorie de la gravitation et aussi de la physique actuelle, pratiquement rien. »


        Ce qui n’est pas le cas de Philippe Guillemant (physicien CNRS) a osé se risquer hors des sentiers traditionnels et récolté des volées de bois vert de la part de ses collègues. 

        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-conscience-pendant-la-vie-apres-209401


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 8 juin 11:12

          @L’apostilleur En réalité, la physique est fondée sur les sources et les champs. Einstein aurait voulu traiter les sources comme des éléments du champ et c’est ce qui l’a perdu 
          Guillemant a écrit des choses intéressantes dans son premier livre
          Il a redécouvert ce que connaissait Jünger, le mur du temps, et l’a reformulé à sa manière. 


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 10:34

          Roger ROBERT réfute la physique quantique :

          Le modèle de l’atome à électrons statiques de Roger ROBERT explique ce qu’est l’éther et pourquoi il transmet les ondes électromagnétiques.

          http://rogerrobert.unblog.fr/2010/12/11/le-modele-de-latome-a-electrons-statiques-maes-une-evidence/


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 8 juin 11:17

            @Daniel PIGNARD
            Je viens de jeter un oeil et ne partage pas du tout la vision de R Robert, qui reste tributaire de notions classiques pour décrire l’atome
            Le paramètre fondamental de la description quantique, c’est le spin, une propriété impossible à formuler dans le cadre de la physique classique. 
            La mécanique quantique est une physique complètement nouvelle, la sixième, elle précède la théorie quantique des champs et vient après les deux relativités


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 11:50

            @Bernard Dugué

            Le spin est expliqué page 26-27 de ce document :

            http://rogerrobert.o.r.f.unblog.fr/files/2011/01/modlemaes.pdf


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 8 juin 12:05

            @Daniel PIGNARD
            Toujours pas convaincu
            R Robert parle de tournoiement de l’électron
            Le spin est représenté par des matrices 2*2 utilisées par Pauli qui s’inspira de la mécanique des matrices développée par Heisenberg et Jordan. Il n’y a pas d’image classique pour le spin, excepté le ruban de Moebius mais cette image est un peu trompeuse


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 14:11

            @Bernard Dugué

            Lire les rayons lumineux page 32 qui expliquent que la lumière est à la fois rayon et ondulation car le rayon est envoyé par intermittence provoqué par le spin.


          • derek 8 juin 12:44

            bonjour,depuis que j’ai pris connaissance de la theorie Synergetique de René Louis Vallée,a mon tres modeste niveau je comprends un peu mieux l’univers et a mon humble avis il est le Galilée de la physique nucleaire pour les matheux et pas seulement il vous suffira de taper theorie Synergetique et google ou qwant vous y conduirons et vous aurez une vision plus réaliste de l’univers


            • Ecométa Ecométa 9 juin 11:28

              Werner Heisenberg, (Principe d’incertitude) un des pairs de la physique quantique, s’exprimant au sujet de la vision cartésienne du monde, écrivait au cours des années 50 dans un livre, intitulé « Physique et philosophie », que «  la limitation cartésienne a profondément pénétré l’esprit humain durant les trois derniers siècles qui ont suivi Descartes et, il faudra longtemps avant qu’elle ne soit remplacée par une attitude vraiment différente à l’égard du problème de la réalité. »


              La science, celle des scientistes positivistes, celle du « comment sans le pourquoi », véritable aberration et même imposture intellectuelle, et qui domine actuellement dans tous les domaines concernant l’ « Humain » ; cette science est cartésienne jusqu’au bout des ongles : relève du « cartésianisme » ! 


              Pour le « positivisme scientiste » il n’y pas de fondamental, il n’y a que des conséquences sur lesquels il nous faut agir : c’est la raison pour laquelle nous ne faisons qu’ajouter des conséquences à des conséquences et forcément des problèmes à des problèmes et qu’humainement nous nous enterrons sous la sciure la plsu épaisse d’un rationalisme cartésien de la choses pour la chose et de la chose imbécile !


              Un savoir qui est persuadé que le savoir ne se trouve exclusivement devant nous, qui fait fis du savoir passé : est un savoir d’abrutis finis !


              C’est la « complexité quantique qui mène tout chose », physique comme métaphysique humaine, et non le « simplisme » cartésien de la chose pour la chose et de a chose imbécile ! 


              « Savoir » c’est voir avec conscience et science sans conscience de la complexité qui règne et non du simplisme, n’est que ruine de l’âme humaine : de son humanité  !


              • Gerald 9 juin 17:47

                Ecellent papier de vulgarisation... même si je n’ai pas tout compris.

                Ce qui me fascine c’est la relation entre matière et énergie.

                C’est ausi le trou noir qui ne peut fair disparaître la matière et doit bien produire qque chose ? Est-ce du vide quantique... plein d’énergie.

                Et enfin qui m’expliquera comme l’énergie devient matière... 

                Cordialement


                • Gerald 9 juin 18:44

                  Une question :

                  Le phénomène E P R , a-t-on une explication ?


                  • jos&jacq jos&jacq 11 juin 09:01

                    @Gerald. Evidemment on a tout cela, mais Dugué bannit tous ceux qui ont le niveau.
                    Evidemment :


                  • eau-pression eau-pression 11 juin 09:17

                    @jos&jacq

                    Salut les tourtereaux. Vous auriez aussi pu vous pseudonommer @jacqueline, sans doute ?
                    Certains prétendent qu’on ne peut plus s’inscrire sur Avox. Vous avez usé du pass d’amour ?



                  • HELIOS HELIOS 13 juin 17:59

                    ... j’adore tout ce qui tourne !... tourne à gauche, à droite, de l’oeil, tourne mal, tourne vis, tournicoti-tournicoton... y compris le spin dont on a oublié de dire dans quel sens ..

                    Au fait du sens, si la Terre a un spin infini comme toutes les planètes du système.. et par homothétie avec les particules... pourquoi Venus et Uranus n’ont elles pas des caractéristiques physiques différentes puisqu’elles tournent à l’envers ? ... elle devraient créer un champ gravitationnel antagoniste...

                    C’est vrai, je ne comprends pas grand chose... que voulez vous, faut être basique pour voter RN.. 

                    Bon, pardon mr Dugué pour cette question décalée... je plaisante, c’est dimanche et il y avait du rosé à table et pas du Bordeaux comme chez vous, la sieste vient de se terminer.

                    J’aime bien qu’on parle de tout cela...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité