• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La science refuse d’aborder les grandes questions universelles

La science refuse d’aborder les grandes questions universelles

Il est délicat et difficile de répondre à cette question sur la science et l’universel en quelques lignes. En respectant le format d’un billet médiatique. Je ne sais pas comment vous expliquer que la science refuse d’aborder les grandes questions universelles et je ne suis pas sûr que vous compreniez de quoi il est question. La science est pour vous un moyen pour produire des ordinateurs, des machines, des médicaments, bref, elle agrémente vos existences et même vous divertit quand les journalistes vous parlent du boson de Higgs ou des ondes gravitationnelles. Vous ne comprenez rien à ces choses mais le fait d’enter en contact avec ces choses par la voie médiatique vous donne le sentiment d’être de la grande famille des gens au courant des dernières découvertes. Vous avez le sentiment d’être initié, comme du reste les adeptes du complot qui savent et en sachant se sentent au dessus de la masse des ignorants à qui l’on cache tout. En vérité...

Les vérités ne sont pas bonnes à entendre. J’ose exposer un avis sur la science contemporaine et son refus d’examiner les grandes questions de l’univers. Nul ne s’en inquiète, ni les scientifiques, ni les politiques, ni les journalistes, ni les gens du commun. Pour toutes ces personnes, une problématique scientifique suscite une question : ça va servir à quoi et surtout est-ce que ça va me servir ? Lorsqu’une société se complait dans l’utilitarisme, les options qui n’ont pas d’utilité immédiate sont laissées de côté, voire narguées ou dénigrées. A notre ère de l’intérêt, de l’utilité, de la satisfaction des désirs et du narcissisme, les grandes questions sont oubliées alors il est naturel en somme qu’elles le soient aussi par la communauté scientifique. La civilisation a été une conquête de l’esprit contre la nature animale de l’homme. L’animalité résiste à la civilisation, participant au déclin de la dignité humaine sur fond d’infantilisation technologique. Avec une science utilitaire hégémonique qui répond aux désirs infinis sans les satisfaire. Les grandes questions sont pourtant en vue. Elles ne s’adressent pas aux dilettantes de passage sur terre. Mais la société a besoin de dilettantes, surtout les élites. Les dominants ont su façonner une humanité corvéable et docile après avoir dressé les chevaux et domestiqué les loups. L’accès aux grandes questions est un luxe spirituel que l’on pense réservé aux sages et autres gnostiques.

Les grandes questions ont concerné la philosophie il y a pas mal de temps. C’était l’époque où la philosophie de la nature avait une signification profonde. De nos jours, il n’y a plus de philosophies de la nature mais des sciences qui décrivent des phénomènes avec leurs régularités mais sans les expliquer. Les biologistes ne comprennent pas l’essence du vivant. Les physiciens sont parvenus à un stade de description inédit mais ne savent toujours pas interpréter la physique quantique, preuve s’il en est qu’ils ne connaissent pas la matière et ses secrets. Je n’ose même pas parler des neurosciences qui passent à côté de la conscience. Ce refus de voir les choses, les comprendre, les connaître, est un trait de notre époque qui semble aveuglée par les succès opérationnels de la science si bien que la conception de la Nature n’est plus fournie par la contemplation ou la pensée spéculative mais par l’usage de cette Nature qui devient une chose manipulable, autrement dit une chose faite de mécanismes et d’influences sur laquelle l’homme peut opérer.

Quelques tendances récentes évoquent une Nature régie par un calculateur quantique. Comme si la Nature devait être conçue à l’image des systèmes artificiels créés par l’homme. Pour le scientifique ordinaire, la Nature est ce qui se prête à son dessein manipulateur. Il n’y a pas de Nature en dehors de l’expérience matérielle transitant par le monde étendu et ses interfaces technologiques. Est-il possible que la science soit aussi aveugle. Oui, elle est aveuglée par ses succès empiriques. Le succès dans les expériences et la carrière dans la recherche ne nécessitent aucune connaissance profonde de la nature. Il suffit juste de savoir utiliser les appareils les plus sophistiqués qui génèrent des données pouvant être publiées dans les revues spécialisées après les avoir digérées et présentées dans un format conventionnel.

Le but poursuivi par les hommes disposant de moyens et d’aptitudes intellectuelles, c’est de manipuler pour obtenir des résultats évaluables sans connaître la chose manipulée. Ce symptôme de notre ère hypermoderne se retrouve chez les scientifiques mais aussi les politiques pour lesquels l’art de manipuler est devenu une priorité. Les politiciens ignorent les gens, ne s’intéressent pas aux existences. Leur seul objectif, c’est de manipuler la société, la formater, la soumettre aux actions et réformes, calculs à l’appui, mais sans connaître les gens. Le politique est comme le scientifique. L’un est un technocrate de la société, l’autre un technicien qui manipule la Nature. Le plaisir et la satisfaction résident dans l’effet produit par ses actions. Peu importe qui l’on a en face. La société, l’homme, la nature. La Modernité s’achève dans le déni de réalité, de vérité et la frénésie activiste sans finalité éthique. Les puissances techniciennes ne parlent pas au monde ni n’écoutent la nature. Elles naviguent selon leurs désirs de manipuler et de contrôler. Scientifiques et technocrates se donnent la main.

Le refus d’examiner les grandes questions est le fait d’un monde aliéné qui réunit les politiques, les scientifiques, les intellectuels, les journalistes et les masses manipulées par les informations et autres discours performatifs. La Modernité s’achève dans une folie techniciste. Pourtant, nombre de livres savants tentent d’instruire les gens mais ces livres sont écrits par des scientifiques qui ont éludé les grandes questions ou bien sont passés à côté de l’universel. Pourtant, le mur du réel voilé est prêt à être traversé pour ceux qui disposent des clés ouvrant la caverne de Platon. Le problème étant que la lumière qu’ils ont entrevue ne se prête pas à un discours convenu, recelant de surcroît une infinie part de mystère. Mais même si le mystère persiste, sa révélation n’en fournit pas moins du sens profond sur le cosmos, la matière et nos existences. Nous sommes prêts de la révélation à une époque où les officiels du savoir se comportent comme les héritiers involontaires de Lyssenko. Ils n’envisagent pas que l’humanité s’éveille et d’ailleurs, pour la plupart, ce n’est pas une question de volonté mais de possibilités. Quand on veut faire carrière en science ou en politique, il faut s’écarter des grandes questions au risque de fermer définitivement la porte qui les ouvre. L’homme est une créature qui pratique des sacrifices spirituels pour gagner son existence temporelle et matérielle.

Etrange chemin de pensée que celui qui est partie des grandes questions pour aboutir au sacrifice. Quelles sont les êtres ou les choses que l’homme est prêt à sacrifier pour parvenir à ses fins ou même aller nulle part ? Et puis est-ce que cela a un sens que de parler d’un sacrifice à propos de choses qui n’ont pas encore été ? Peut-être que oui mais sous une forme allégorique. Ne dit-on pas qu’on sacrifie l’avenir en certaines occasions ?

Les grandes questions sont maintenant ouvertes pour ceux qui veulent y entrer. Mais pour entrer dans ce domaine, il faut une certaine disposition d’esprit, une attitude philosophique, se sentir concerné par la connaissance et la compréhension des choses. Il faut naviguer dans la physique, la biologie, la métaphysique. Ce chemin est je le pense incompatible avec une carrière scientifique menée dans les institutions, avec la spécialisation, la bureaucratisation, la nécessité de publier pour avoir des crédits permettant d’acheter le matériel permettant de faire les recherches pour publier à nouveau. Mais cela n’empêche pas quelques scientifiques reconnus dans leur discipline de mener des interrogations d’ordre philosophique et de les publier. Carlo Rovelli, Lee Smolin, Paul Davies et d’autres ont livré des réflexions pertinentes sur la matière, le cosmos, les quanta, la nature du temps. Néanmoins, aucun d’entre eux n’est allé jusqu’au terme de l’universel. La métaphysique gravite autour du mystère, l’essence de la technique, la vérité du Temps et pour finir la question de l’Etre et son mystère.

Je crois pour ma part approcher du mystère en sachant que plus on s’en rapproche, plus il s’éloigne. Mes réflexions sont sur la bonne voie mais elles resteront confinées car l’époque ne veut pas voir le réel. C’est dommage. La science aurait alors fait régresser les consciences ? Je ne pense pas. Quelques esprits oeuvrent mais que ce soit en matière d’art ou de philosophie, quand on ne veut rien entendre on reste sourd. C’est le paradoxe de notre époque. Le flux d’information rend sourd les esprits. On ne peut pas forcer les gens à devenir intelligents et se soucier des grandes questions philosophiques. C’est presque une question de constitution d’âme qui dépend aussi de l’instruction donnée au jeunes gens et de l’information diffusée aux masses. Les chercheurs d’universel restent seuls, comme au temps de Galilée et Newton.


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 27 janvier 2016 12:43

    La science est avant tout une discipline collective dont Dugué se fiche comme de sa première couche à la Maternité, et dont il n’a pas la moindre conscience.
    Une discipline qui permet de corriger ses erreurs à travers les frontières, à travers les cultures, à travers les générations. Pour cela elle hérité d’une innovation qui a fort peu de millénaires d’âge : le raisonnement écrit, notamment son aboutissement dans le raisonnement mathématique.
    Certes on y rencontre encore force projections transférentielles, mais là Dugué est précisément une concentration de telles immaturités à ne surtout pas imiter.
    Cf. sa vie après la mort...

    La seule descendance que je connaisse à cette discipline, est celle qui a permis le développement du logiciel libre, en particulier Linux. Il en est résulté la seule grille d’analyse des comportements plus détaillée que celle de Bales : soit la grille DASML.
    http://debats.caton-censeur.org/index.php/tous-les-articles-mainmenu-9/articles-de-fond-mainmenu-58/25-qualit/67-la-coopration-efficace-

    La propagande WP cherche à faire croire que son honorable couverture est du même ordre : « Je fais une encyclopédie ! ». En réalité cet organisme de propagande privé, doté d’une police secrète privée, est centré sur la propagande sioniste au profit de l’état d’Israël.
    Exemple :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Asma_el-Assad
    (Voir la contre-intox : http://arretsurinfo.ch/personnalite-de-lannee-2015/ )
    Ses autres fraudes et militantismes forcenés sont surtout là pour avoir l’air :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Acidification_des_oc%C3%A9ans
    http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/fraude-nulle-trace-de-corpus-152331


    • bourrico 7 27 janvier 2016 16:17

      @johnconnaurd42


      L’argument est léger non ? Voir très léger.... Je perçois comme une once de mauvaise foi.

      Il est la contrepartie nécessaire aux fantasmes élucubratoires du sieur Dugué.
      Lequel Dugué joue allègrement le mélange des genre, entretenant ainsi une confusion sans laquelle son auditoire serait réduit à peau d’balle.
      Dugué me fait penser à ces documentaires bidons sur les complots, sur le Coran, c’est le même jeu de confusion pour embrouiller le gogo.

      Enfin je ne cesserai jamais de souligner l’arrogance de Mr Dugué pour qui le cerveau Humain est capable de saisir la Vérité sur l’Univers, Dugué cherche à mettre Dieu à poil et en pleine lumière.


    • Shawford Shawford 27 janvier 2016 16:29

      @bourrico

      johnconnaurd étant un homme machine, il reviendra pas s’épancher dans cette antre archaïque en l’état.
      Je suis son porte parole, faudra que tu fasses avec, bourrique septique.

      Que te répondre d’autre sur la mauvaise foi à part le fait que ce soit la chose la plus universellement partagée par les hommes.

      Alors évolue, évoluons, que dugué évolue, Lavau itou et ça changera

      Tschuss


    • JC_Lavau JC_Lavau 27 janvier 2016 16:52

      @johnconnaurd42. Je te rappelle que je maintiens DEUX wikis, que ta conformiste et sioniste secte n’approuve pas :
      http://www.deonto-ethics.org/quantic
      http://www.deonto-ethics.org/geom_syntax


    • bourrico 7 28 janvier 2016 12:15

      @Shawford

      1- J’ai rien compris à ton charabia
      2- J’en ai rien à foutre.

      Dugué est un âne doublé d’un attrape couillon, c’est la tout mon propos.

    • soi même 27 janvier 2016 20:01

      @ Bernard Dugué, vous vivez un grand classique dans le questionnement vous confondez ce qui relevé de la science, c’est à dire ce qui relève d’une véritable connaissance et l’autre face qui m’est plus de la science à priori mais l’application technique de ses découvertes..

      Mais comme vous vous complaisez dans le tonneau d’Origène ?, je suis même pas sur que vous êtes encore apte à saisir cette subtile nuance ?


      • Pyrathome Pyrathome 27 janvier 2016 23:39

        Pourtant, le mur du réel voilé est prêt à être traversé pour ceux qui disposent des clés ouvrant la caverne de Platon. Le problème étant que la lumière qu’ils ont entrevue ne se prête pas à un discours convenu, recelant de surcroît une infinie part de mystère....
        .
        Les voies du seigneur seraient-elles si impénétrables que ça ?
        Elles sont accessibles aux individus ayant la foi et la volonté de savoir, mais rendues opaques par un système crétinisant totalement voué corps et âme au matérialisme et à l’adoration du veau d’or.....
        Le savoir et la connaissance seraient presque devenus des hérésies dans cette idiocratie temporelle ?
        Pourquoi ?
        Parce que le « système » actuel trépasserait instantanément sans tirer une seule balle si la vérité devait chasser le mensonge permanent...mais la vérité finit toujours par s’imposer, et elle va s’imposer !


        • JC_Lavau JC_Lavau 28 janvier 2016 00:10

          Des grandes questions universelles, il n’y en a pas des masses, pas trente.
          D’où viennent les bébés ?
          Qui a baisé ma mère ?
          S’aimaient-ils ?
          Jouissaient-ils ?
          Trompaient-ils ?
          Pourquoi a-t-elle choisi cet homme là ?
          Depuis quand et pourquoi se haïssent-ils à présent ?
          M’aiment-ils vraiment ou font-ils semblant ? (en admettant qu’ils fassent semblant, car tous n’essaient pas).

          Des tas d’autres grandes questions ne sont pas universelles du tout.
          Selon les peuplades, certains se demandent comment réussir la prochaine prédation, tandis que les proies potentielles se demandent comment échapper à la razzia, la prédation ou la mort.

          Dans ses illusions et projections transféro-transférentielles, Dugué oublie la réalité des premières questions citées, et projette cela sur son dieu à lui qu’il a. Nullité standard d’il y a plus de deux siècles.

          La cosmologie n’a jamais été une grande question universelle, juste un hobby pour les riches désoeuvrés.

          Moi je me demande comment je vais réussir à préserver d’autres proies des prédations et tentatives d’assassinats que j’ai moi-mêmes subies, et qui sont glorifiées par la presse aux ordres, et protégées par l ’appareil judiciaire dirigé par ladite presse aux ordres. Grande question, mais pas universelle. Deux tiers des français ne peuvent jamais faire valoir leurs droits en justice : c’est bien trop cher, bien trop gardé par les riches.


          • ukulele ukulele 28 janvier 2016 00:18

            @ L’Auteur
            Vous avez trouvé la foi et ça vous déstabilise un peu. C’est pas trop grave pour l’instant et ça peu passer. Si ça empire, consultez… ou rentrez dans les ordres.


            • L'enfoiré L’enfoiré 28 janvier 2016 11:15

              « Les chercheurs d’universel restent seuls, comme au temps de Galilée et Newton. »

              C’est peut-être cela qui a changé à notre époque.
              Les grandes découvertes ne se font plus seules, mais dans des équipes de recherches.
              Le temps des alchimistes est passé.
              On a enfin remarqué qu’il y a plus dans deux têtes que dans une.
              Réveillez-vous, Bernard, sortez de votre laboratoire de réflexions et discutez avec d’autres penseurs philosophes ou scientifiques.

              • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 janvier 2016 11:42

                @L’enfoiré

                Hey, Guy, tu dors, réveille-toi, ce n’est pas une question de quantité mais aussi de qualité. Il y a plus de chose dans une tête de philosophes que dans 1000 cerveaux de laborantins. Je répond aussi à un commentaire sur la science qui devrait exclure la philo. C’est de la big science et elle est faustienne par nature. A bon entendeur !


              • L'enfoiré L’enfoiré 28 janvier 2016 19:30

                @johnconnaurd42,


                 Je suppose que t’écris « ta pette » en deux mots, hein ? 
                 Les vraies tapettes, c’est pas de ce côté qu’il faut les rechercher.
                 Tout est bien au dessus de la ceinture que cela se passe.
                 Même si le foot n’est pas marotte, je dirai :
                 Allez les Diables, Allez les Diables, Allez les Diables.... smiley.

              • L'enfoiré L’enfoiré 28 janvier 2016 19:42

                @Bernard Dugué


                Hey Bernard,
                Je ne parlais évidemment pas de quantité de la sorte.
                Je suis toujours bon entendeur, n’aie crainte.
                Tellement actif, que j’en deviens réactif. 
                Je ne me permettrais pas à ton sujet de dénigrer tes capacités, tu les as décrites en permanence sur cette antelle.
                Bien d’accord que je parlais de gens de qualité de mêmes types.
                Le problème des philosophes, je vais te le dire, c’est qu’ils sont rarement écoutés. 
                Cela fait bien dans le cadre d’une réflexion, mais cela n’apporte pas beaucoup de résultats dans la vie.
                J’ai reçu la formation de la « big science faustienne », la chimie pour ne pas la nommer et je suis passé au « big data » parce que la chimie nucléaire que je pensais, me semblait en définitive une voie de garage...
                Tu piges la transformation ?
                Passer de la science à la technologie...parce que la dernière apportait un accélérateur à la première. Cela m’a permis d’avoir eu une vie tout à fait remplie sans aucun trou d’air...
                Ai-je bien compris ?
                 smiley

              • L'enfoiré L’enfoiré 28 janvier 2016 19:45

                @Zip_N,


                 Et la connerie est faites d’alchimie aussi... smiley

              • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 janvier 2016 21:17

                @L’enfoiré

                Une vie bien remplie est-elle une vie accomplie ?


              • L'enfoiré L’enfoiré 29 janvier 2016 09:48

                @Zip_N,


                 « Les Nobels sont des prix individuels »
                Les Nobelisés viennent les chercher leur prix seul, c’est évident.
                Mais ce sont des équipes qui sont derrière le"s découvertes les plus récentes.
                Les laboratoires ne sont plus aussi petit que du temps de Marie et de Pierre Curie.
                Beaucoup de prix Nobel sont aussi partagés par deux ou trois.
                Si tu te souviens de notre dernier prix de physique sur le Boson de Higgs, qui a été récompensé à deux vivants et un à titre posthume.
                Les idées sont initiées par une personne, mais la réalisation s’accompagne d’équipes et de technologie.
                Grâce à cette dernière, les sciences progressent bien plus vite qu’auparavant.  

              • L'enfoiré L’enfoiré 29 janvier 2016 10:03

                @Bernard Dugué

                 Absolument Bernard. 
                 Quand on fait ce qu’on aime de faire et qu’on est en plus bien payé pour le faire... 
                 J’ai presque tout connu depuis le départ de ce qu’on appelle aujourd’hui le « numérique ».
                 Opportunisme sans le sens péjoratif, de rigueur...
                 Au départ, tout était à inventer. Je n’ai pas connu comme beaucoup ce qu’on appelle la « rupture du numérique » qui pour moi n’était qu’une évolution dont je connaissais les divers voies sur lesquelles cela allait nous entraîner en positif et en négatif.
                 Les problèmes de personnels que cela allait entraîner et les connaissances qui allaient sortir des laboratoires pour être diffuser dans le grand public qui de ce fait a progressé par les télécommunications qui ont fait partie des TICs.
                 J’ai toujours été un généraliste en tout. Quand j’ai besoin d’un expert, je lui demande de m’expliquer et je raccroche son expertise à d’autres
                 Si tu veux en connaître un peu plus, va sur mon blog et lis les billets que j’ai écrit en mai 2015. 
                 Mais comme tous, à un moment donné, il faut changer son fusil d’épaule et céder la place à plus jeune.
                 L’écriture a été un nouveau challenge. J’aime les challenge puisque j’ai toujours une avance à l’allumage. Mais c’est par l’éclectisme, en curieux de tout que je vois l’avenir.
                 Une vie accomplie, demandes-tu ?
                 Elle n’est accomplie que qu’à la mort. Ca c’est la conclusion qui me semble le plus juste.
                 Je t’ai toujours suivi dans tes écrits, ce n’est pas pour rien 
                 J’ai quelques fois, capté un de tes billets dans mes écrits en les associant à d’autres.
                 Elle n’est pas belle la vie en changeant de métiers temporaires en touche à tout ?
                 smiley

              • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 11:30

                @Bernard Dugué
                Réécouter « Caillou Lapierre », de Gilles Vigneault.
                http://colligestg.ccdmd.qc.ca/collections/fiches/diaporama/3094-.html/?hyperlien=fiche&lien_fiche=tous


              • L'enfoiré L’enfoiré 29 janvier 2016 13:26

                @mon cher Zip_N, 

                Je dis et je répète, « oui mais non » comme on dit chez nous. 
                Pourquoi ? 
                Tout dépend de ce qu’on appelle découvertes majeures. 
                Je suis bien d’accord que les idées germent dans « un seul » cerveau, mais que pour les réaliser, pour les confirmer dans leur vérité, il faut du matériel technologique et des collaborateurs qui y croient. 
                Et quand un Nobel aujourd’hui, sort des candidats, il est obligé de mentionner s’il est honnête.que c’est un travail d’équipe qui est à la base de ses recherches 
                De plus, à notre époque, Internet a fait exploser la recherche comme je l’ai écrit dans « Eurek@ Google » à la suite d’un S&V qui désignait Google comme un nouvel Einstein.. 
                Dans le passé, ce n’était pas comme cela. 
                Le Web n’existait pas. Le matériel était rudimentaire, tout comme les laboratoires. 
                Quand il fallait 20 ans à la médecine pour trouver les réponses aux maladies par des médicaments, aujourd’hui, il faut moins de dix ans pour changer complètement les thérapies. 
                Le cancer semble ne pas avoir fait d’énorme progrès, peut-être. 
                Pourtant, avec les manipulations du génome humain et de l’ADN, la génétique et des cellules souches sans parler des nanotechnologies , revenez dans dix ans et on en reparle. 
                Les technologies ont apporté un levier à la science. 
                Tout comme pour Einstein, beaucoup de découvertes sont avancée comme intuitions et ne sont couronnées de reconnaissance que beaucoup d’années après avec les technologies comme celles du CERN. 
                Le boson de Higgs fut de la partie des intuitions non prouvées au départ. 
                C’est à dire pas dans l’exiguïté d’un appartement ou d’un laboratoire personnel.
                La science a aussi de l’avance à l’allumage, elle présent qu’il y a quelque chose à trouver et à rechercher pour comprendre mais elle devient réalité que quand les expériences prouvent que quand l’intuition devient un fait avéré.
                Tout a changé en très peu d’année.
                C’est pour cela que je répliquais à Bernard qui semblait dire que la science faisait du surplace et qu’il faudrait des savants de l’époque pour découvrir une nouvelle science.
                Ce qui est faux, absolument faux. Elle est en marche à vitesse accélérée. 

              • L'enfoiré L’enfoiré 29 janvier 2016 15:49

                @Zip_N,


                 Puisque vous aimez que je sois d’accord. 
                 Je dirai, oui, vous avez raison.
                 Dans la recherche, rien n’est gratuit.
                 L’intuition est plus habituellement réservé à l’esprit féminin. smiley
                 Mais il faut d’abord un flash... 
                 Pour Einstein, ce fut exactement cela, une réflexion sur la lumière...
                 Dans l’article sur lui en Wikipédia, ce mot intervient 11 fois.

              • L'enfoiré L’enfoiré 28 janvier 2016 11:22

                Peut-être faudrait-il préciser ce que vous choisissez dans ce qu’on appelle « universel »


                • robin 28 janvier 2016 11:27

                  Compte tenu du ton condescendant employé j’avoue n’avoir pas dépassé le premier paragraphe.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 21:07

                    @robin. Quo non descendat !


                  • JC_Lavau JC_Lavau 30 janvier 2016 18:54

                    @JC_Lavau. Evidemment, je parlais du condescendant.


                  • Enabomber Enabomber 28 janvier 2016 12:00

                    et je ne suis pas sûr que vous compreniez de quoi il est question
                    J’ai abandonné l’illusion d’atteindre un jour le niveau stratosphérique de l’auteur.


                    • Hervé Hum Hervé Hum 28 janvier 2016 13:38

                      Je trouve surtout étrange que vous vous en prenez à tout le monde, mais pas à ceux qui les conditionnent et les manipules tous, c’est à dire, le propriétaire économique ou capitaliste.

                      C’est que les réponses universelles doivent aller dans le sens de ceux qui ont le contrôle de l’économie et non les contredire. C’est que la science est au capitalisme, ce que la religion était au monarchisme, faites pour la servir et non la desservir.

                      C’est que la réponse à cette grande question du processus évolutif de l’Univers, conduit au renversement du système capitaliste.

                      Je vais vous donner une partie de la réponse, c’est celle qui dit que si l’humain à pris connaissance et admis l’héliocentrisme de la Terre, elle est resté figé sur son géocentrisme non pas tant spirituel, mais bien matériel, car la pensée du scientifique se veut le centre de l’Univers. Il prétend même arriver à s’affranchir de toute règle, tout principe universel... Appliquant littéralement l’aphorisme de rabelais « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Alors il prétend faire de la science et pas de la philosophie, ni de la politique ni du commerce. Mais alors, que vient faire un Lavau ici ? Il vient jouer les inquisiteurs, celui disant que l’on ne doit pas penser, mais obéir aveuglément à nos maîtres, qui sont aussi les leurs, mais qui ont le bon goût de bien les nourrir pour service rendu à leur intérêts.

                      En d’autre termes, les religieux avaient raison quand ils disaient que l’humain restait le centre spirituel de l’Univers à sa propre conscience, mais il n’avait certes pas vu ou refusé de voir, que cette centralité, cette préservation forcé du géocentrisme ou dit aujourd’hui dans la novlangue scientiste, anthropocentrique, se ferait sans lui. Et qu’il était hors de question qu’il revienne, même si sa propre science lui ouvrait la porte.

                      Et de fait, autant le scientiste comme Lavau (car c’est un scientiste et non un scientifique ou savant) que le capitaliste, ont posé comme interdit absolu à la pensée humaine, toute remise en cause de ce géocentrisme et menace de jeter au bucher tous ceux qui le remettrait en cause.

                      Non, le géocentrisme à bel et bien survécu à Copernic, Galilée ou Einstein et est plus menaçant que jamais. Plus intolérant et vindicatif, il suffit pour cela de regarder comment les Lavau et ci s’expriment, menacent, vocifèrent, éructent à la manière de ces inquisiteurs du passé qu’ils prétendent avoir vaincu, mais n’ont fait que reprendre le flambeau avec bien plus de violence intrinsèque de par leur capacité à manier l’outil, sans aucune conscience morale ou éthique, sinon s’en donner l’illusion, mais ils ne trompent qu’eux même et les badauts.

                      Vous êtes aussi pédant à souhait Bernard Dugué, que je peux paraître arrogant, mais sur le fond, vous avez raison et Lavau a tort.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 01:53

                        @Hervé Hum. Tes invectives précisent ta pathologie :
                        Citation : «  le scientiste comme Lavau (car c’est un scientiste et non un scientifique ou savant)... interdit absolu à la pensée humaine... ».
                        Seul un psychotique peut décoller de la réalité comme tu en décolles, et en permanence.

                        La question qui reste est celle de ton bénéfice : quel bénéfice trouves-tu à ce constant déni de réalité ?
                        Qu’en pense ton entourage, s’il t’en reste un ?


                      • Hervé Hum Hervé Hum 29 janvier 2016 08:57

                        @JC_Lavau

                        C’est sûr, ce n’est pas moi qui mêle ma femme à mes problèmes d’égo. déjà, tu as condamné la moitié du genre humain, te reste l’autre moitié, mais vu tes manières, j’ai comme un doute !

                        Ce n’est pas moi qui souffre de paranoia, à voir des ennemis partout. A priori cela te fais jouir.

                        Ce n’est pas moi qui insulte tous ceux qui osent me contredire. Cela doit faire partie de ta jouissance à créer des ennemis.

                        Alors oui, pour toi je suis un psychotique et c’est plutôt rassurant.

                        Bref, quand tu manque d’arguments, tu passe toujours directement à l’insulte. Tu essai bien parfois de te contraindre, de te faire violence, mais tu peux pas t’en empêcher, ton naturel vindicatif et paranoiaque revient toujours.

                        Quant au déni de réalité, tu m’as toujours pas expliqué comment une onde pouvait se déplacer sans milieu pour la transporter, alors même que ta théorie affirme qu’un photon n’est qu’une onde ?

                        Pour cela, il te faudrait sortir de ton scientisme et revenir à la science, qui ne peut s’appuyer que sur l’observation des faits, mais doit toujours douter de son interprétation.


                      • Hervé Hum Hervé Hum 29 janvier 2016 09:05

                        @JC_Lavau

                        j’oubliai, mon commentaire porte surtout sur le fait que l’esprit humain était resté collé au géocentrisme en dépit des avancées de la science qui lui montre que là aussi, il n’est plus le centre de l’Univers, sinon de lui même.

                        Etrangement, tu n’y vois là aucun déni de réalité, non, là, c’est moi qui fait dans le déni, celui de ne pas partager ce déni de réalité.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 09:46

                        @Hervé Hum. Quand j’écris A, je suis responsable de ce que j’écris. Quand Hervé Hum prétend que je penserais B, il est 100 % responsable de son délire, délire chronique hélas.
                        A moins que Hervé Hum soit encore mineur, auquel cas ce sont ses tuteurs qui demeurent temporairement responsables du délire chronique de Hervé Hum, mais ce cas est fort improbable : son état délirant est stable, alors que même borderline et/ou harcelé par des chaotiques ou des paranoïaques, un adolescent aurait déjà fortement évolué entre l’âge de 16 ans et celui de 18 ans.

                        Avec toutes les transpositions littéraires et symétrisations qui signent le galantuomo, Luigi Pirandello nous avait avertis combien est éprouvant de vivre avec un proche et surtout un(e) conjoint(e) paranoïaque et délirant(e), qui vous couvre d’accusations tirées de son délire. A présent, nous sommes avertis, aussi Hervé Hum ne bénéficie même pas de l’effet de surprise : on connaît la musique.
                        http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/paranoia.html


                      • Hervé Hum Hervé Hum 29 janvier 2016 11:53

                        se @JC_Lavau

                        Mais oui, c’est cela, en attendant, tu ne répond pas sur l’être humain toujours à se croire le centre de l’Univers par son cogito, au dessus de tout, de Dieu comme de la matière.

                        Qui es tu pour prétendre savoir ce qui peut être dit ou non sur l’interprétation de la réalité ?

                        Est ce moi qui parle de la femme comme tu le fais, l’accusant des pires maux parce que ta femme t’en aurait fait voir.

                        Est ce moi qui généralise mon cas personnel à tout le genre féminin ? Chacun peut le vérifier par lui même en te lisant sur le sujet.

                        Tu crois qu’il suffit de parler d’une chose pour la connaître et surtout, pour ne pas qu’elle s’applique à soi même ?

                        Ainsi, ta façon de prouver une chose en renvoyant à toi même ! Tu es sûr d’avoir toujours raison !!!

                        Mais c’est bien ce qui caractérise un paranoiaque, tout faire passer par le prisme étroit de son esprit malade.

                        Alors en voyant la paranoia chez les autres, en écrivant dessus, tu es sûr de ne pas la voir en toi même.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 13:27

                        @Hervé Hum. Demande donc à ton psychiatre qu’il te prête main forte, pour faire la chasse à tes démons à toi que tu as.

                        Mais il faudra payer. Un psychiatre bénévole, ça n’existe pas.


                      • Taverne Taverne 29 janvier 2016 10:58

                        Peut-être est-ce la vérité qui refuse de se livrer à la science.


                        • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 11:21

                          @Taverne. Tout cela t’est tellement étranger que tu t’imagines qu’un quelconque « la vérité », ça existe, et qu’une « la science », ce serait une entité, une !

                          A titre d’exercice, je te suggère de nous faire un exposé sur l’ethnopsychiatrie. Tu n’omettras pas de nous présenter l’oeuvre de Georges Devereux, et celle de

                          Mikkel Borch-Jacobsen.

                        • Taverne Taverne 29 janvier 2016 11:34

                          @JC_Lavau

                          Nous ne sommes pas, ici, dans un campus universitaire. Je vous laisse à ces amusements d’étudiant.


                        • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 13:39

                          @Taverne.
                          Merci de l’avoir avoué : tu décrètes doctement de ce que tu ne connais pas du tout, et ne comprends pas.


                        • L'enfoiré L’enfoiré 29 janvier 2016 15:29

                          @JC_Lavau,


                           Je connais un peu, Paul alias Taverne, ce n’est pas un vraiment ce qu’on peut appeler un « scientifique », Son domaine de prédilection est tout autre.
                          Je le définirais plutôt comme un artiste.
                          C’est à dire que c’est l’autre hémisphère du cerveau qui entre en jeu.
                          On peut tout aussi bien réussir dans la vie par cette voie.
                          Je ne pense pas qu’il me contredirait. 
                          J’ai écrit que j’étais plus généraliste que spécialiste, que l’expert qui en connait plus pour guérir le petit doigt de la main gauche.
                          Tout est question de mesure et savoir un peu de tout sur tout peut faire un lien qui n’existe plus à force de spécialisations dans lesquelles les études nous mènent.
                          Une spécialisation qui vu la rapidité des changements, peut amener à une voie de garage.

                        • Taverne Taverne 29 janvier 2016 15:50

                          @L’enfoiré

                          Salut Guy ! Les experts, entre eux (les experts ami-ami) ou quand ils débattent (batailles d’experts), profèrent plus de bêtises qu’un homme normal non initié et, par conséquent, plus prudent, qui découvre et apprend. Ils ne connaissent plus le doute ! Or, je dis que le doute est fourni avec la machine à penser. Il n’est pas en option. J’ajoute que certains confondent le ton docte avec la voix de la raison. Quand, en plus, ces experts ou auto-proclamés experts sont désagréables et sans imagination (je ne finis pas ma phrase, tu auras compris...). Garde en forme ton hémisphère gauche ! Ou « droit », je ne sais plus, enfin garde en forme les deux !


                        • JC_Lavau JC_Lavau 29 janvier 2016 17:06

                          @L’enfoiré.
                          Bôf, les vieilles scies « Cerveau droit, cerveau gauche, Onc’Donald ! »...


                        • Taverne Taverne 29 janvier 2016 17:19

                          « La science refuse d’aborder les grandes questions universelles » et Bernard refuse d’aborder ces questions avec nous sur son forum. Je dis que c’est dommage. Ou alors, c’est peut-être qu’il refuse de saborder ces grandes questions avec les trolls ?

                          Les grandes questions appartiennent à tout le monde. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès