• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les illusions de la mécanique quantique

Les illusions de la mécanique quantique

GIF

 

1. Les férus de thérapies alternatives ont certainement entendu parler de médecine quantique. Mais cette médecine n’a rien à voir avec la physique quantique et même se situe aux antipodes car la mécanique quantique étudie une particule et éventuellement des champs quantifiés dont les calculs échappent au sens physique et du reste, son inaccessibles au profane. La médecine quantique se veut globale et ne fait qu’épouser le sillage des médecines holistiques telles l’ayurvéda connu depuis des millénaires en Inde. La médecine quantique est étrangère à la théorie quantique, même si elle tente de se raccorder avec la physique, à l’instar des ondes de Prioré ou du magnétisme des guérisseurs. Ce qui n’interdit pas de chercher des ponts entre le quantique et le biologique. Affaire délicate.

 

2. La physique quantique est un outil pour réaliser des expériences sur le monde infrascopique, aux plus petites échelles accessibles, photon, électron etc. Si tous les physiciens savent manier avec dextérité ces outils mathématiques, aucun ne comprend la mécanique quantique selon les dires de Feynman. Cette sentence est encore d’actualité.

 

3. Ce constat est plutôt embarrassant pour ceux qui cherchent à faire des ponts entre la mécanique quantique et diverses conjectures sur la biologie, la gravité ou la conscience. Transférer la mécanique quantique dans un autre domaine impose que l’on comprenne parfaitement ce qu’elle signifie, or ce n’est pas le cas, si bien que les tentatives dans cette voie sont sans issue ou dans le meilleur des cas, elles offrent un intérêt heuristique. Pour exemple, le dualisme interactionniste proposé par Eccles, Nobel de médecine et Popper, grand épistémologue. Cette doctrine tente d’expliquer la conscience en usant du ressort dualiste que constitue le monde des observable et le monde des vecteurs d’états (fonctions d’onde). C’est une belle idée sauf que personne ne sait quelle réalité physique est associée aux ondes ni s’il est possible d’en trouver une, même en suivant les tentatives réalistes amorcées par Bohm. De plus, la mécanique quantique est bien plus subtile que la dualité observation et ondes complexes.

 

4. La plupart des physiciens disent que la mécanique quantique décrit une réalité qui selon le mode d’observation est une particule (un objet) ou bien une onde (le champ). En vérité, il n’y a ni onde ni particule, ni quanton ou autre oxymore savant. Il y a autre chose. Les livres de vulgarisation servent le principe d’incertitude expliquant qu’on ne peut connaître avec une précision infinie la position et la vitesse d’une particule. C’est ennuyeux, car il n’y a pas de particule. Ce principe dit autre chose, il dit que si une particule peut être observée, elle ne peut plus être décrite comme un point matériel. La particule est formalisée par un outil mathématique ne permettant pas d’utiliser une représentation classique. L’impulsion n’a pas de correspondance classique, elle est un opérateur et de la non-commutativité avec l’opérateur position découle ce principe facile à comprendre car la théorie dit qu’on ne peut mesurer en une seule fois la position et l’impulsion.

 

Il y a ensuite les univers parallèles de Wheeler et le fameux chat de Schrödinger dont l’utilité n’est pas d’expliquer la mécanique quantique mais de l’illustrer ou bien de combler un silence lors d’un dîner en ville. Le chat n’explique rien mais il illustre le caractère indéterministe du phénomène quantique. On place un chat dans une boîte, on lance l’expérience et on ne sait pas si le chat sera vivant ou mort. Alors qu’une expérience classique permet de savoir l’issue. Prenez une aiguille, percez la paroi et injectez une dose de gaz toxique, vous êtes certain que le chat n’en ressortira pas vivant. Dans le cas contraire, vous ne pouvez pas en tirer une conclusion physique. Tout au plus envisagerez-vous un déplacement à Lourdes. L’intrication est encore plus étrange. Il n’y a pas de communication supraluminique, c’est juste une question de distribution de l’information que connaissaient les anciens, Anaxagore et Héraclite.

 

5. Retour à la case départ. Personne ne comprend la mécanique quantique. Mais de brillants physiciens ont su en parler en utilisant quelques formules ainsi que des mots de tous les jours. On trouve d’excellents ouvrages, souvent datés, et d’autres moins indispensables, faits de redites et de compilations de tous les clichés utilisés il y a des décennies. Le caractère étrange de cette physique n’en est que plus fascinant. Pour comprendre la mécanique quantique, il faut franchir un pas et la rendre encore plus étrangère à notre monde. C’est ce que j’ai commencé à effectuer il y a quelque temps. Je peux même vous expliquer le spin comme aucun physicien ne l’a fait. Vous doutez, c’est normal, vous être français hélas.

 

 

N’hésitez pas à lire les ouvrages sur la mécanique quantique. Vous ne risquez rien. Ce monde étrange vous sortira de la banalité du monde médiatique mais ne pourra pas rivaliser avec la magie de l’expérience vécue dans la nature ou bien l’étrange existence dans le monde des humains.

 

http://www.iste.co.uk/book.php?id=1332

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Decouz 13 avril 15:13

    Je me demande si l’histoire du chat n’est pas une plaisanterie (volontaire), car dans n’importe quelle expérience où il y a des probabilités on ne sait jamais le résultat avant la fin de l’expérience, si on connait le résultat à l’avance inutile de faire l’expérience.
    « La particule n’est pas un point matériel » : certains philosophes de l’antiquité et certaines écoles bouddhistes sont « atomistes », ils croyaient, croient que l’univers est formé de « briques » dont les plus petites seraient observables, Guénon fait remarquer que l’étendue spatiale est divisible indéfiniment (distinction d’ailleurs entre l’infini métaphysique et l’indéfini, ce dernier appartenant toujours à un ordre de finitude) et donc seule notre ignorance actuelle ou l’impossibilité des moyens empêche de trouver encore plus petit.
    Il y a des formes, que ce soient des particules ou des ondes, mais la notion de forme est une notion qualitative, d’organisation, qui ne peut être cernée uniquement par des mesures.


    • Nikki Nikki 13 avril 23:56

      Cette article veut dire quoi ? Si vous savez si bien expliquer le spin, il ne faut pas hésiter... Attitude ridiculement prétentieuse.


      • baldis30 14 avril 09:15

        @Nikki
        bonjour et bien vu !

        par exemple pour l’explication que vous demandez :

        « la valeur propre d’un opérateur qui commute avec l’hamiltonien »


      • Doume65 14 avril 11:20

        sous le titre « Les illusions de la mécanique quantique », Dugué nous parle d’un concept (médecine quantique) dont il dit lui-même que ça n’a rien à voir, pour expliquer ce que tout le monde sait, c’est-à-dire que la mécanique quantique échappe à l’intuition. Un poncif que j’ai résumé en une phrase.
        Le grand illusionniste ne serait-il pas Dugué lui-même ?


        • Djam Djam 14 avril 13:37

          Dut une époque où lorsqu’on allait voir un toubib pour un rhume récidiviste, il vous annonçait doctement « c’est sans doute un virus filtrant » (sic !). Ce qui indiquait évidemment que le « sachant » ne « sachait » pas grand chose en la matière mais qu’il fallait qu’il apparaisse comme le spécialiste qui sait.

          Nous vivons une époque où les experts, les spécialistes, les docteurs es ceci et cela, nous font livres et longs discours pour nous expliquer à quel point ils savent sans savoir quoi que ce soit... Au début, ils nous épatent, et puis avec le temps...

          https://www.youtube.com/watch?v=orDR4JA91F4

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès