• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Primum non nocere

Primum non nocere

Etudiant, donc comme je l'entend souvent "un sale D'jeunss" (Je vous autorise à me lapider, mais très doucement) je me complaît dans certaine mélophilie, une légère misanthropie, et quelques idées naïves qui ont la peau dure. Féru de psychosocio, entre autre, j'aime à m'amuser des stéréotypes dans l'air du temps et m'essaye constamment à réfléchir à contre-courant de la doxa.
Plutôt dans la réaction que la rédaction, il ne serait pas étonnant que l'on se doive réhabiliter la théorie du chaos si je venais à être publié. Mes excuses par avance, donc, si mon bordelisme usuel venait à être source d'incompréhension lors de mes interventions/publications.
Primum non nocere.

Tableau de bord

  • Premier article le 07/06/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 54 42
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Primum non nocere Primum non nocere 27 août 2014 15:05

    Pouf ! Les nazis ! Ah il est facile le point godwin là. Mais en fait... ça vient pas des nazis... ça vient d’une part de bien plus loin (dans le temps) mais aussi d’ailleurs que l’Allemagne. Et vous me raconterez également ce que sont vos fondamentaux, ça m’intéresse. Just sayin’.



  • Primum non nocere Primum non nocere 27 août 2014 14:58

    D’une logique Cartésienne, nous n’aurions pu mieux résumer les choses !



  • Primum non nocere Primum non nocere 27 août 2014 14:56

    Si vous aimez lire Huxley, pourquoi s’en tenir au meilleur des mondes. Je vous conseille de ce même auteur « l’île »,qui traite le sujet, à sa façon, et peut faire réfléchir sur certaines choses.


    Il manque une spiritalité à ce mouvement car l’homme, me semble-t-il, n’est pas qu’un corps. Et justement, considérant le monde selon un genre de « cogito ergo sum », le trans-humaniste cherche généralement à pallier aux faiblesses physiques et mentales de l’homme pour s’élever spirituellement. Quoi de mieux que de ne plus avoir à s’occuper de son corps pour enfin s’atteler à l’usage total de son esprit ?

    Du reste, vous ne pouvez avoir plus raison, le capitalisme cherche a instrumentaliser le trans-humaniste pour en faire un produit couru, un produit « de luxe » qui risque de produire une forme tout à fait nouvelle de « darwinisme social ». C’est d’ailleurs pour cela que je me méfie de Kurzweil, qui ressemble plus à un commercial qui cherche à vendre son concept néo-libéral qu’à un trans-humaniste réfléchi et réfléchissant.


  • Primum non nocere Primum non nocere 27 août 2014 14:47

    Article très juste, et au ton original, mais je m’étonne d’une remarque-type, sexiste et stéréotypée (Et il sera peut-être mieux de ne pas emmener votre mari avec vous, car il est admis dans la majorité des cas que les maris achètent sur un coup de tête) qui me semble absurde 1/ précisément dans le contexte même de votre article 2/ de manière plus générale, dans la manière de penser les choses.



  • Primum non nocere Primum non nocere 27 août 2014 14:33

    Certes marauder, mais pas plus qu’il n’y a de frontière fondamentale entre l’humain et l’animal (en terme de généralités biologiques, pas au niveau intellectuel ou spéciste bien sûr), et que l’humain est lié socio-historiquement à l’usage de l’outil, on tend de plus en plus à faire disparaître la barrière entre homme et « machine ». Nous développons aujourd’hui nos capacités intellectuelles et sociales plutôt que nos seules aptitudes physiques parce que nos sociétés se sont développées ainsi, notre dentition est différente de celle que nous possédions il y a 20.000 ans en raison des changements dans notre alimentation, notre consommation, etc etc. Tout ça c’est de l’évolution aussi.


    Le transhumanisme découle de la logique même des changements évolutifs opérés dans nos civilisations au cours des millénaires écoulés. Par ailleurs vous avez lu mon article d’il y a quelques jours, vous savez donc pertinemment que justement le transhumanisme rejette « l’évolution naturelle » comme vous dites, car nos sociétés ce sont tant et tant sclérosées dans l’humain normatif que l’on connaît aujourd’hui, par peur et en raison du contrôle dont ont besoin les oligarques de tous bords, que l’évolution darwinienne n’en est plus partie intégrante. D’où stagnation.

    Le transhumanisme pose de nombreuses questions éthiques, et se les pose d’ailleurs, c’est un mouvement en perpétuelle mutation (haha). Ce qu’il faut craindre plutôt, c’est l’instrumentalisation qu’en font certains ultra-libéraux made in Kurzweil, qui sont plus des gourous dogmatiques que des penseurs de l’éthique trans-humaniste.
Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Société

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité