• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aela

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 17 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Aela 9 avril 2008 16:19

    Bravo !

    J’approuve. Il y a une différence entre ceux qui sont sur le front économique à tenter de faire au mieux et ceux qui nous tirent dans le dos.



  • Aela 9 avril 2008 12:54

    @ Aube :

    Merci d’être intervenue. Ce n’est pas la première fois. On avait déjà effacé mes interventions sur les blogs de Charvet. Il devrait peut-être se demander pourquoi le Centre a déjà perdu autant de ses adhérants ? L’un de leurs transfuges s’est exprimé il y aquelques jours dans un blog de Marianne2.fr. Il avait démissionné du MODEM pour venir au PS. Il se se plaignait justement de cela : une direction qui écrase le droit d’expression, le droit à la différence de ses militants. Malheureusement je n’avais pas fait de copie de mon message de ce matin. Je vais donc essayer d’en redonner le sens, de seule mémoire.

    Ce qui nous unit à gauche, c’est un sentiment de révolte face aux inégalités, face à l’exploitation d’humains par d’autres humains et d’une manière plus générale un égoïsme qui s’illustre bien par le profit boursier sans le moindre égard autre que soi-même, aux détriments de tout le reste. J’avais écrit, qu’à partir de là, il y a eu deux évolutions distinctes de la gauche. La première est celle du refus de total de cette réalité et d’un combat de type révolutionnaire, comme celui des communistes ou de l’extrême gauche du PS.

    L’autre, est celui de se dire que nous ne pouvons pas refuser que la réalité existe et que cette réalité soit déjà celle d’un libéralisme mondial. La réalité, que nous évoluions déjà dans cette arène-là et que nous n’ayons pas les moyens de la changer globalement. J’avais écrit, que l’on devait dès lors tenter de concrétiser nos valeurs d’équité, de justice sociale, de fraternité et d’égards pour tous les autres, en empoignant les problèmes tels qu’il se présentent dans cette réalité libérale. Cela implique un dépassement de soi et probablement aussi un dépassement d’une logique systématique d’affrontement, en recherchant le bien général et non seulement les intérêts de quelques uns, aux détriments de tous les autres. J’ai la conviction que l’on peut, dans cette optique, fédérer une grande partie de la gauche, le centre et même une partie de la droite. Le monde n’est pas fait que de boursicoteurs sans foi ni loi.

    Par sécurité, je vais faire une copie de ce message.



  • Aela 9 avril 2008 12:52

    @ Aube :

    Merci d’être intervenue. Ce n’est pas la première fois. On avait déjà effacé mes interventions sur les blogs de Charvet. Il devrait peut-être se demander pourquoi le Centre a déjà perdu autant de ses adhérants ? L’un de leurs transfuges s’est exprimé il y aquelques jours dans un blog de Marianne2.fr. Il avait démissionné du MODEM pour venir au PS. Il se se plaignait justement de cela : une direction qui écrase le droit d’expression, le droit à la différence de ses militants. Malheureusement je n’avais pas fait de copie de mon message de ce matin. Je vais donc essayer d’en redonner le sens, de seule mémoire.

    Ce qui nous unit à gauche, c’est un sentiment de révolte face aux inégalités, face à l’exploitation d’humains par d’autres humains et d’une manière plus générale un égoïsme qui s’illustre bien par le profit boursier sans le moindre égard autre que soi-même, aux détriments de tout le reste. J’avais écrit, qu’à partir de là, il y a eu deux évolutions distinctes de la gauche. La première est celle du refus de total de cette réalité et d’un combat de type révolutionnaire, comme celui des communistes ou de l’extrême gauche du PS.

    L’autre, est celui de se dire que nous ne pouvons pas refuser que la réalité existe et que cette réalité soit déjà celle d’un libéralisme mondial. La réalité, que nous évoluions déjà dans cette arène-là et que nous n’ayons pas les moyens de la changer globalement. J’avais écrit, que l’on devait dès lors tenter de concrétiser nos valeurs d’équité, de justice sociale, de fraternité et d’égards pour tous les autres, en empoignant les problèmes tels qu’il se présentent dans cette réalité libérale. Cela implique un dépassement de soi et probablement aussi un dépassement d’une logique systématique d’affrontement, en recherchant le bien général et non seulement les intérêts de quelques uns, aux détriments de tous les autres. J’ai la conviction que l’on peut, dans cette optique, fédérer une grande partie de la gauche, le centre et même une partie de la droite. Le monde n’est pas fait que de boursicoteurs sans foi ni loi.

    Par sécurité, je vais faire une copie de ce message.



  • Aela 21 mars 2008 12:40

    Le Tibet était un Etat souverain qui a été envahi militairement et annexé par la Chine communiste. C’est déjà, en soi, une violation gravissime du droit international et des droits humains à la liberté, à l’autodétermination. En 1936, aux JO de Munich, aussi, on avait fermé les yeux sur les agissements d’un pouvoir qui persécutait ses minorités pour leurs opinions politiques ou religieuses.

    La nature du pouvoir communiste chinois est tellement cynique, que je ne pense pas que des arguments humanitaires puissent le toucher. Il est tout à fait dans la ligne de Staline, qui demandait, à propos du Pape, combien il avait de divisions ?

    Le meilleur angle d’attaque pour oblger le gouvernement chinois à faire marche arrière est l’économie. Il faut BOYCOTTER TOUT CE QUI EST MADE IN CHINA et relayer ce message. Si ce relais serait problématique pour un gouverbnement, en raison des mesures de rétorsion économique, rien n’empêche les citoyens que nous sommes, à l’appliquer. Les médias sont quasiment invulnérables face à une riposte chinoise et ils ont le potentiel remarquable de diffuser un appel au boycott à l’échelle mondiale. L’Asie bouddhiste s’y mettra sans problème, l’Amérique et l’Europe se tâtent. Il suffit de peu de choses pour cela tourne à l’offensive économique généralisée contre la Chine.

    Accesoirement, cela mettra également fin aux délocalisations d’entreprises européennes et américaines vers la Chine.

     

     



  • Aela 13 mars 2008 21:52

    J’ai lu votre commentaire après avoir posté le mien. Mais je vois que pour l’essentiel, notre analyse politique est assez semblable.

    Si le MODEM opposé au libéralisme sans âme, veut le pouvoir, ce ne pourra être, comme pour le PS, le PC ou les Verts : qu’au sein d’une coalition plus vaste. Le MODEM, seul, est clairement trop faible pour avoir une chance de battre le bloc de la droite et de l’extrême droite.







Palmarès