• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

anatole archibald

anatole archibald

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 37 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • anatole archibald anatole archibald 5 avril 2012 22:10

    ’’Car avant de dénoncer l’évasion fiscale, peut-être faut-il en comprendre le pourquoi’’. J’ai bien une petite idée la dessus. Et pour le coup, la suite de vos propos va vous revenir à la figure tel le boomerang .

    Par exemple, dans toute communauté, on se doit d’accepter tout à la fois la valeur ajoutée générée grâce au concours très intéressé de la collectivité et sa répartition pour ne pas dire partage. On se doit donc d’accepter, et le profit et son corollaire, les impôts solidaires. Pour le coup, la solidarité commence par le fait de devoir accepter de payer les impôts que le peuple, à travers ses élus, ont arrêté. Vous ne croyez pas ?

    Alors quand on le refuse via une évasion, Qui vole Qui ? Qui est l’esclavagiste ? J’ai bien ma petite idée sur le sujet. Mais vous avez raison, les banques sont à chiés au pays de Murat.



  • anatole archibald anatole archibald 5 avril 2012 21:35

    @ LeManu 5 avril 12:32

    Alors vivement un sondage Mélanchon vs Sarkozy. Le choix Mélanchon au premier tour est un choix d’anticipation du deuxième tour. Il n’y a rien de suicidaire bien au contraire, c’est le choix d’un avenir plus serein et pacifié.

    Nous avons tout à perdre si nous ’’présidentialisons’’ François Hollande.

    L’Histoire nous rappelle que dans les moments de crise aigue, les socialistes ont systématiquement choisi l’option contre le peuple et la crise est devant nous. Avec l’Ump ou le PS au pouvoir, dans les mois qui viennent, des soulèvements populaires violents seront le lot quotidien.

    Le PS, hélas, ne dérogera pas à sa règle.



  • anatole archibald anatole archibald 5 avril 2012 11:30

    @ LeManu

    Excellent commentaire, jouissif au possible. 3 secondes de pur bonheur, grand merci à toi, contre 1 seconde de froncement de sourcil. Et là, je ne te remercie pas pour cette seconde là.

    Question : Est ce à dire que Mélanchon ne battrait pas Sarkozy au second tour ?

    Question subsidiaire : face à Mélanchon, se croire dans l’obligation de voter NS par pur réflexe républicain ? difficilement justifiable me semble t’il, à moins d’aimer le putride. Comme quoi, on peut être doté d’un sacré sens de l’humour et manquer parfois de discernement, de bon sens.

    Car au jour d’aujourd’hui, la question se résume à Mélanchon ou Hollande face à Sarkozy. FH ou NS c’est du pareil au même. Trop engoncé dans le système financier qui régit la planète. Hollande et son PS sont devenus la gauche faisandée de la droite, aussi pourri que l’UMP & ses sattelites (magouille, détournement fond public, association de malfaiteur, le tout jamais dénoncé par la caste socialiste au pouvoir) que l’UM. Mélanchon sollicite un coup de main pour nettoyer la place, pourquoi la lui refuser ?

    Alors certes, Mélanchon veut changer la donne mais il est évident que nous ne devons pas lui laisser les rennes sans garantie. La société civile se doit donc de s’impliquer en s’appropriant directement le contrôle et la sanction dans sa sixième République.

    Et là, à l’évidence, l’inertie du peuple ne plaide pas pour l’avènement rapide d’un changement aussi radical que salvateur.



  • anatole archibald anatole archibald 4 avril 2012 23:38

    @ bakerstreet 4 avril 21:42

    3 secondes de bonheur, c’est toujours ça de pris, grand merci à toi.

    @ l’auteure

    article très documenté (chiffre) et très bonne idée que le pdf joint. Merci. Néanmoins comme mon voisin du dessus, je vais me permettre un commentaire sur le paragraphe Que faire ?

    C’est une question bateau qui fait que l’on ne sort pas des sentiers balisés par l’orthodoxie comptable pour y répondre. Ce faisant chacun y va de sa solution partisane que d’aucun qualifiera de solution de sortie de la dette, occultant les conséquences néfastes occasionnées sur le quotidien de tout un chacun. Vous n’échappez pas à la règle. Ce que vous solutionnez d’un coté provoque hélas des dégâts collatéraux par ailleurs.

    Que faire sans que la solution soit aussi douloureuse que le mal ? aurait été un questionnement plus constructif me semble t’il. Et là, force est de constater qu’aucune solution n’est possible sans sortir du convenu.

    Ma solution indolore consiste à singer la Bce dans son action de rachat, détourné ou pas, des toxiques dont font parties les dettes souveraines. Mais à la place de la planche à billet, user de l’expédient Obligation d’État subordonnée, perpétuelle, dotée de surcroît d’atours la rendant tellement sexy qu’irrésistibles et circulants (quasi fonds propres, fonds légal de réserves, déductibilité fiscale, quasi monnaie complémentaire circonscrite à l’acquisition de valeurs mobilières, à l’acquittement d’impôts .. et plus encore ... on peut rêver d’une monnaie universelle à long terme).

    Au bilan. Aucune charge annuelle de la dette à acquitter. Nominal et primes payables en une seule fois à notre entière convenance. Aucune échéance pour la liquidation de la totalité des créances. Relance des marchés des valeurs mobilières. Garanties et caution solidaires de tous les acteurs impactés (États, institutions, banques, entreprises et particuliers) par les toxiques. Liste des avantages non exhaustive.

    En contre partie, les bénéficiaires (États, banques, institutions) du désendettement et de la consolidation de leurs capitaux, abondent à un taux faible un Fonds Souverain dédié au financement volontariste d’actifs productifs de service, industriel ou commercial sous contrôle exclusif citoyen. Fond Souverain Citoyen qui participe au rachat des obligations émises en contrepartie des toxiques récupérés et détruites.

    Oui, mais hélas, c’est une méthode atypique. Elle n’a pas pire ennemi que notre propre inertie, l’inertie du peuple qui refuse l’étude de solutions sortant de l’ordinaire.



  • anatole archibald anatole archibald 4 avril 2012 22:20

    @ l’auteure 4 avril 18:26

    ’’il faut rapporter le montant du déficit et notamment le coût des intérêts de la dette au montant des recettes, c’est plus pertinent que rapporté au PIB’’  :

    Rapporté au budget (ou recettes au sens large, emprunt compris) concerné serait à mon avis, le plus pertinent. Rapporté aux recettes fiscaux est certes plus percutant. Rapporté au Pib est plus édulcorant pas étonnant donc son utilisation en tant qu’outil politique de manipulation des masses.

    @ l’auteure 4 Avril 11:11

    ’’Les banques et les marchés ne sont pas responsables du surendettement de l’Etat. Les gouvernants ont mal géré et ont trompé le peuple’’  :

    C’est pas faux et incomplet. Cela vaut aussi pour ceux qui rejettent la totalité de la responsabilité sur les banques et le marché financier.

    La caste politico-financière est responsable et pour cause.

    Politiciens (de gauche comme de droite) et financiers sont conjointement instigateurs et défenseurs à l’extrême du système en usage qui leur assure un revenu pérenne, en instaurant grâce aux politiciens, une taxe fiscale privée à leur profit exclusif à travers tous les intérêts perçus sur toutes formes de crédit.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité