• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Coriosolite

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 620 0
1 mois 0 4 0
5 jours 0 3 0

Derniers commentaires



  • Coriosolite 21 janvier 13:14

    @C BARRATIER
    Bonjour,
    Ce n’est pas parce que les totalitarismes repeignent abusivement leurs idéologies mortifères d’un vernis moral que les valeurs morales n’existent pas.

    Et sans tomber dans la facilité de nous ressasser ad nauseam les crimes passés des nazis ou des communistes, revenons à notre présent et pensons à nos pseudo élites économiques et politiques qui font de l’enrichissement obsessionnel une valeur morale pour masquer leur volonté de prédation sans limite.
    Nous ne sommes pas obligés de tomber dans ce piège du relativisme et nous pouvons considérer que la morale est le ciment indispensable de toute société.

    Il me semble que les valeurs du bon, du bien, du beau, du juste ont une tonalité universelle.
    Que l’on pense que ces valeurs aient une origine cosmologique d’ordre divin ou bien qu’elle soient un instinct humain ne change rien à l’affaire et c’est un autre débat.
    Et que ces valeurs se déclinent ensuite en valeurs morales, humaines, esthétiques etc., qui peuvent connaitre des variations selon les époques ou les lieux, ne change rien fondamentalement.
    Peut on imaginer une société humaine durable et vivable qui serait fondée sur le mensonge, le crime, l’injustice ?



  • Coriosolite 20 janvier 15:05

    bonjour,

    Bon article, j’ajoute quelques remarques.

    Ce que vous appelez relativisme est peut-être une définition trop vague de l’individualisme forcené promu par les ultralibéraux.

    J’observe que l’individualisme radical, observée maintenant en Europe après les USA, nie la nature sociale et politique de l’homme (cf. Aristote).

    Et tend à créer un nouvel ordre social fondé sur les seuls choix individuels dont la combinaison des désirs serait plus efficace au niveau économique -le seul qui importe pour les ultralibéraux que la décision et l’action politique et collective de l’ordre démocratique classique.

    Les traditions, les préférences collectives nationales, les réglementations, les identités, et même l’idée de société, deviennent dans cette optique, des obstacles au « tout économique » et donc « tout pognon » des extrémistes du « marché libre ».

    Au final la tolérance, pseudo valeur centrale de ce discours, au-delà de son apparence séduisante, n’est plus que le refus de faire des choix moraux.

    Et aboutit à moins de démocratie, moins de liberté et plus d’égoïsme et de conflits entre individus atomisés, pour le plus grand bénéfice de l’élite auto-désignée.



  • Coriosolite 18 janvier 18:58

    La légitimité d’un gouvernement (dont le chef est issu du groupe majoritaire à l’assemblée) ne provient pas du mode de scrutin. Le résultat du scrutin proclame la légalité de ce gouvernement. Ca n’est pas la même chose.

    La légitimité se juge aux décisions prises par le gouvernement, si elles sont conformes ou non au bien commun et à l’intérêt général de la nation et du peuple.

    Et ça, ça ne dépend pas du mode de scrutin.



  • Coriosolite 12 janvier 18:48

    Bonjour,

    L’auteur de l’article, auteur également d’un roman (voir son profil personnel) dont le titre « cause perdues » semble prémonitoire, nous gratifie d’une conte de fées et de prince charmant.

    Le prince Emmanuel, au regard clair, brillant, franc et chaleureux, loyal -je cite l’auteur est de ceux qui avec détermination volent au secours des « plus vulnérables », comprendre le pauvre, la veuve et l’orphelin.

    Son idéal : gagner de l’argent, avoir une belle maison et vivre dans le confort. Soyons rassuré, pour notre prince l’objectif est atteint. Pour les autres il faudra qu’ils retrouvent « le sens de l’effort ».

    Car il se pourrait qu’ils ne soient que des « ingrats, capricieux, nantis individualistes » à l’inverse des roumains et autres portugais, eux si reconnaissants à leurs princes respectifs pour l’austérité et la pauvreté au quotidien. Exemplaires ces gens là, je vous le dis !

    Ah que notre France serait belle si il n’y avait pas ces affreux méchants « groupuscules extrêmes » les démons du conte de fées qui veulent accomplir leurs « funestes desseins ».

    Quels desseins ? Dans un dernier élan, digne des meilleurs éditorialistes de cour, l’auteur avec l’originalité qui le caractérise, n’oublie de nous rappeler « les heures sombres de l’ère nazie ». 

    Brrrr.. J’en tremble de frayeur. Sous le gilet jaune se cacherai donc un gilet brun ?

    Comme cette analyse est fine. Merci Monsieur pour cet éclairage.

    Et longue vie à Emmanuel notre prince adoré.



  • Coriosolite 21 décembre 2018 17:53

    @capobianco
    Bonjour,
    Ainsi le PS ne serait plus « de gauche » depuis 1983 ?
    Même si le refrain est connu, c’est votre opinion je la respecte.
    Ce qui m’étonne c’est que, Ministre en 2002, soutien de Fabius en 2005, et ne quittant le PS qu’en 2008, Jean Luc Mélenchon (que vous semblez apprécier) ait mis aussi longtemps à s’en apercevoir.
    Qu’en pensez vous ?

    Je ne veux pas être désagréable, mais franchement cette posture des gens de gauche qui consiste à toujours regarder en arrière et à nous dire « regardez comme la gauche était belle et puissante, nous étions Babeuf, les Sans-culottes, les marins du Potemkine, Hugo, Zola, Jaurès, les grévistes de 36 », quelle blague, nostalgie d’une époque révolue, de grands ancêtres dont l’héritage est perdu !!

    Aujourd’hui la « gauche » est décrépie, bourgeoise, vieille et impuissante.
    Elle est Mitterrand, Fabius, Blair, Hollande, Moscovici, Autain, Laurent, Lepaon. 
    Quelle déchéance !! Quelle trahison !!
    Alors le peuple, lassé, vous dit adieu, reposez en paix.
    Cordialement

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès