• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

caius

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 103 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • caius 3 mai 2007 08:15

    La Turquie est-elle vraiment laïque ?

    Contrairement à la quasi totalité des autres pays musulmans, il est, certes, socialement et juridiquement possible de se dire athée (dinsiz, « sans religion » ) en Turquie (du moins dans les grandes villes).

    Mais :

    · La religion (din) est indiquée sur la carte d’identité (Nüfus Cuzdani) : Müslüman/Islam, Rum ortodoks, Ermeni, Hristyan, Süryani, Keldani, Nasturi, Musevi, Dönme). Depuis 2000-2001, sous la pression de l’Europe, il a été question soit de supprimer purement et simplement cette mention soit d’autoriser ceux qui le souhaiteraient à la laisser en blanc, mais pour l’instant ces projets sont restés sans suite

    · Seules trois minorités religieuses sont reconnues officiellement, conformément au Traité de Lausanne du 24 juillet 1923, et ont donc le droit de maintenir des écoles spécifiques : les Grecs orthodoxes (sous l’égide de l’Église orthodoxe de Constantinople), les Arméniens apostoliques (sous l’égide du Patriarcat arménien de Constantinople) et les Juifs. Or, si la majorité de la population est (du moins sur papier) sunnite, la Turquie compte au minimum de 15 à 20 millions d’Alévis (musulmans TRES hétérodoxes), ainsi que de 500.000 à 1.500.000 chiites et un nombre indéterminé (100.000 ?) d’Alaouites.

    · A l’école publique, les enfants sont obligés de suivre un cours de religion musulmane sunnite sauf pour les élèves des trois minorités non musulmanes reconnues (Grecs orthodoxes, Arméniens apostoliques et Juifs). Un parent alévi qui avait attaqué en justice le caractère obligatoire de ces cours n’a pas eu gain de cause (voir International Religious Freedom Report 2005).

    . D’après un rapport rédigé en octobre 2002 par le Dr Tessa Hofmann du Bureau de l’UE pour les associations arméniennes d’Europe (EU Office of Armenian Associations of Europe), les non musulmans font souvent l’objet de traitement discriminatoire et dégradant de la part des autres soldats et des supérieurs pendant leur service militaire. « Ils se font insulter, traiter « [d’]infidèles » ou « [de] sales cochons chrétiens qui ne se laissent même pas circoncire ». [I]ls sont harcelés et subissent des sévices physiques. Par ailleurs, ils sont continuellement menacés de circoncision forcée [...] ».

    · Il existe une fondation (waqf) religieuse étatique (Türk Diyanet Vakfi) administration rattachée au premier ministre turc, avec ses fonctionnaires qui finance la construction des mosquée, supervise toutes leurs activités, forme les imams et les enseignants de religion dans des écoles spéciales (imam hatip) et en envoie certains dans ses succursales (dirigées par des fonctionnaires consulaires) à travers le monde, là où existent des communautés immigrées turques. Cependant, la doctrine officielle de la DIYANET est le sunnisme et les alévis et les chiites qui paient leur impôts comme tout les citoyens turcs ne profitent pas de ses services : en effet, ce vrai ministère des cultes (diyanet) ne met pas un centime dans la constructions des mosquées chiites ou des cemevis (salles de cultes des Alevis), et encore moins dans la formations de leurs Dedes (chefs religieux) , etc. Exaspérés, les alévis ont récemment demandé la création d’une Diyanet alévie, en vain pour l’instant.

    · Par ailleurs on constate que les demandes de permis de bâtir pour les temples alévis (cem) sont régulièrement refusés, que dans les manuels scolaire officiels il n’y a aucune référence à l’islam alevi tant pour la croyance que pour l’histoire ou la littérature, que dans l’appareil étatique, plus l’on monte dans la hiérarchie moins il y’a d’alevis (cette dernière discrimination est plus difficile à prouver mais l’on ne peut que constater qu’il n’y aucun chef de police (« emniyet muduru » en turc) ou gouverneur de province (« vali » en turc) qui soit alevi...) quant aux non musulmans, ils sont aussi rares que le merle blanc dans la fonction publique ...



  • caius 11 octobre 2006 08:27

    Comment peut-on écrire autant de sottises en si peu de mots !

    torture et exécution de prisonniers :

    Un des actes les plus vils et les plus cruels que Mahomet ait commis fut la torture et l’exécution sanglante des hommes d’Ukl ou d’Uraina. Selon les sources musulmanes, quelques hommes de cette tribu s’étaient convertis à l’Islam et rendus à Médine. En raison du climat de Médine, ces hommes tombèrent malades et Mahomet leur recommanda de boire de l’urine et du lait de chameau pour traiter leur mal. Les sources musulmanes disent qu’ensuite ces hommes apostasièrent, tuèrent un berger et s’enfuirent avec le troupeau. Mahomet envoya une expédition pour les rattraper, et une fois qu’ils furent capturés, il les fit cruellement torturer. Voici la version rapportée par al-Bukhari :

    Rapporté par Anas bin Malik : Un groupe de huit hommes de la tribu d’Ukl ont embrassé L’islam et sont venus chez le Prophète. Le climat de Médine ne leur convenait pas, Alors, ils ont dit, « O apôtre d’Allah ! Fournis-nous du lait. » L’apôtre d’Allah a dit, « je vous recommande d’aller rejoindre le troupeau de chameaux. » Ainsi ils y sont allés pour boire l’urine et le lait des chameaux (comme médecine) jusqu’à ce qu’ils soient devenus sains et gros. Ils ont tué le berger et sont partis avec les chameaux, et ils devinrent des incroyants après avoir été musulmans. Quand le prophète en a été informé, il a envoyé quelques hommes à leur poursuite, et avant que le soleil soit haut, ils avaient été ramenés, et il a fait couper leurs mains et leurs pieds. Puis il a ordonné que des fers portés au rouge soient passés sur leurs yeux et qu’on les abandonne dans le Harra (désert de roche près de Médine). Ils implorèrent de l’eau et personne ne leur a donné d’eau jusqu’a ce qu’ils meurent. (Abu Qilaba, un sous-narrateur dit, « Ils commirent le meurtre et le vol et firent la guerre contre Allah et Son Apôtre, et répandirent la corruption sur la terre. ») (Sahih al-Bukhari, Volume 4, Livre 52, Numéro 261 : http://www.usc.edu/dept/MSA/fundamentals/hadithsunnah/bukhari/052.sbt.html )

    Attaque de civils innocents et torture de prisonniers :

    En 628, Mahomet avait échoué dans sa tentative de marcher sur La Mecque. Arrêté par les quraychites (mecquois) à Hudaybiyya il avait été forcé de conclure une trêve avec eux.

    Il était rentré à Médine humilié aux yeux des Mecquois et de ses musulmans. Pour leur remonter le moral, Mahomet annonça que les événements d’Hudaybiyya étaient une vraie victoire. Naturellement une autre « révélation divine » descendit bien à point sur Mahomet pour confirmer que c’était vraiment une victoire (Sourate 48:1). Cependant, victoire ou pas victoire, ils n’avaient ramené aucun butin de cette expédition aussi Mahomet annonça à ses hommes qu’ils allaient se rattraper en attaquant et pillant l’oasis juive de Khaibar plus faible.

    Environ 6 semaines plus tard Mahomet avait conduit son armée sur place. Mahomet ne perdit pas de temps et fit décapiter plusieurs des chefs juifs, l’un d’entre eux ( Kinanah) fut torturé pour le forcer à révéler où l’argent et les valeurs avaient été enterrés. Quand Kinana fut sur le point d’expirer, Mahomet ordonna qu’on lui coupe la tête.

    Voici ce que Tabari écrit :

    Kinanah b. al-Rabi b. al-Huqyaq qui avait la garde du trésor des B. Nadir fut amené au Messager de Dieu qui l’interrogea ; mais il nia savoir où il était. Alors on amena au messager de Dieu un juif qui lui dit : “J’ai vu Kinanah roder autour de cette ruine chaque matin.” Le Messager de Dieu dit à Kinanah : “Qu’as-tu à dire ? Si nous découvrons que tu l’avais, je te tuerai.” “Très bien,” répondit-il. Le Messager de Dieu ordonna que la ruine soit creusée et une partie du tésor en fut retirée. Ensuite il lui demanda où était le reste. Kinanah refusa de le livrer ; aussi le Messager de Dieu donna des ordres à son sujet à al-Zubayr b. al-‘Awwam, disant, “torture-le jusqu’à ce ce que tu aie extrait ce qu’il a.” Al-Zubayr fit courir une torche sur sa poitrine jusqu’à ce que Kinanah soit presque mort ; alors le Messager de Dieu le donna à Muhammad b. Maslamah, qui le décapita pour venger son frère Mahmud b. Maslamah.”

    Viol :

    Kinanah était marié à une jeune femme nommée Safiyyah : fasciné par sa beauté Mahomet se l’octroya comme part du butin. Menée à la tente Mahomet elle avait du passer devant le corps martyrisé et décapité de son mari.

    Voici ce que Ibn Sa’d écrit :

    “....quand vint la nuit, il entra dans une tente et elle entra avec lui. Abu Ayyub vint là et passa la nuit près de la tente une épée à la main. Au matin, l’Apôtre d’Allah, puisse Allah l’agréer, entendit (quelqu’un) bouger, il demanda : Qui est-là ? Il répondit : C’est moi Abu Ayub. Il demanda : Pourquoi es-tu là ? Il répondit : O Apôtre d’Allah ! Il y a une jeune fille nouvellement mariée (à toi) dont tu as fait au défunt mari ce que tu as fait. Je n’étais pas sûr de la sûreté, ainsi j’ai voulu être près de toi. Alors l’Apôtre d’Allah, puisse Allah l’agréer, a dit deux fois : O Abu Ayyub ! Puisse Allah t’être miséricordieux.”

    Effetivement, comment une jeune femme se serait-elle donnée de son plein gré à un vieillard de 60 ans qui venait d’envahir son pays et de faire massacrer son époux ?

    Exécutions de masse et asservissement de civils innocents :

    En 627, a Médine, après la « bataille du fossé », Mahomet annonça qu’il avait reçu d’Allah l’ordre d’assièger les Banû Qurayzah, la dernière tribu juive de Médine.

    Après un siège de 25 jours, les malheureux durent capituler.

    Voici ce que Ibn Hishâm écrit :

    “Le prophète ordonna de faire descendre de leurs fortins les Banû Qurayzah et de les enfermer dans la maison de Bint al Hârith. Il alla ensuite sur la place du marché à Médine... et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés... Ils étaient six cents à sept cents hommes. On dit huit cents et même neuf cents. Pendant qu’ils étaient amenés sur la place par petits groupes, certains juifs demandèrent à Ka’b, leur chef de clan :
    - Que va t-on faire de nous ?
    - Est ce que cette fois vous n’allez pas comprendre ?... Évidemment vous aurez la tête tranchée. Le prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale."

    Et encore

    “Il (le chef Ibn Akhtab) avait les mains ligotées autour du cou...Puis il s’assit et le prophète lui trancha la tête.”

    Voici enfin un Hadith du Sunaan Abu Dawud :

    Livre 38, Numero 4390 : Rapporté par Atiyyah al-Qurazi :

    Je faisais partie des captifs Banu Qurayzah. Ils (les Compagnons) nous examinèrent et ceux d’entre-nous don’t les poils (pubiens) avaient commencé à pousser furent tués, et les autres ne furent pas tués. Je faisais partie de ceux dont les poils n’avaient pas encore poussé.

    Après l’exécution de tout les juifs pubères, Mahomet envoya Sa’d b. Zayd al-Ansari avec une partie des captifs (femmes et enfants) Banu Qurayzah pour qu’il les vende comme esclaves. Combien rapporta l’opération ? Ibn Sa’d écrit que Khadijah, la première épouse de Mahomet, avait acheté son esclave Zayd b. Haritha pour la somme de quatre cents (400) Dirhams. Dans le Sunaan Abu Dawud ous pouvons lire que le prix d’un jeune esclave (garçon ou fille) variait de cinq cents à huit cents (800) dirhams Il est assez difficile d’établir une comparaison mais en se basant sur le poid en or d’un dirham on pourrait estimer cette somme entre 2.500 et 4.000 euros (voir Sunaan Abu Dawud hadiths 3946 et 4563). Estimons le prix moyen d’un esclave à 2.500 euros, ce qui est prudent. Multiplions cette somme par un nombre approximatif de 1.000 femmes et enfants et nous obtenons la somme de 2.500.000 euros. C’est déjà une somme énorme de nos jours, elle représentait vraisemblablement un pouvoir d’achat bien supérieur encore à l’époque. Mahomet se servit de cet argent maudit pour acheter des armes et financer son jihad.

    Pédophilie

    Hadith, Sahih Bukhari 7:62:64

    « Le prophète (Mahomet) l’a épousé (Aisha) quand elle avait six ans et il a consommé son mariage quand elle avait neuf ans, et alors elle est resté avec lui pendant neuf années (c’est à-dire, jusqu’à sa mort). »

    http://www.usc.edu/dept/MSA/fundamentals/hadithsunnah/bukhari/062.sbt.html

    Hadith, Sahih Bukhari 5:58:235

    « Le prophète (Mahomet) lui dit (à Aisha), tu m’as été montrée deux fois dans mon rêve. Je t’ai vu représentée sur un morceau de soie et quelqu’un m’a dit : C’est ton épouse. Quand j’ai découvert l’image, j’ai vu qu’elle était à toi. J’ai dit, si c’est de la part d’Allah, ce sera fait »

    Hadith, Sahih Bukhari 1:4:229 « Aisha a relaté : J’avais l’habitude de laver les traces de Janaba (sperme) des vêtements du prophète (Mahomet) et il avait l’habitude d’aller à la prière avec de l’eau encore dessus. (les traces d’eau étaient encore visibles). »

    Hadith : Volume 8, livre 73, N° 151 « Aisha a relaté : J’avais l’habitude de jouer à la poupée en présence du prophète (Mahomet), et mes amies (des petites filles de l’âge d’Aisha) avaient l’habitude également de jouer avec moi. Quand l’apôtre d’Allah entrait, elles avaient l’habitude de se cacher, mais le prophète les appelais à le rejoindre et jouer avec moi »

    Et encore

    Hadith : Volume 7, livre 62, N° 17 Jabir bin ’Abdullah a relaté : Quand je me suis marié , l’apôtre d’Allah (Mahomet) m’a dit : A quel type de dame t’es tu marié ? J’ai répondu : J’ai épousé une matrone.. Il a dit : Pourquoi, tu n’as pas de penchant pour les jeunes vierges et pour les caresser ? Jabir a également indiqué : L’apôtre d’Allah a dit : Pourquoi tu n’as pas épousé une jeune fille de sorte que tu pourrais jouer avec elle et elle avec toi ?

    Ces textes ce n’est ni moi ni même les ennemis de Mahomet qui les avons inventés. Ce sont des citations de ses compagnons les plus proches et elles ont été compilées dans les hadiths pour le glorifier !



  • caius 22 septembre 2006 11:55

    Les racines de la paranoïa musulmane

    Ohmyrus 12/04/2006

    Après la destruction des “twin towers”, beaucoup de musulmans ont cru que c’était l’œuvre du Mossad ou de la CIA et que tout les occupants juifs des tours étaient absents ce jour là. Pendant le krach des marchés financier en Asie, Mahathir Mohammed qui était alors Premier Ministre de Malaisie racontait à son peuple que c’étaient les Juifs qui étaient derrière le désastre. Des musulmanes Nigérianes ont refusé que leurs enfants soient vaccinés parce qu’elles s’imaginaient que les Américains voulaient les empoisonner avec de faux vaccins. Pour d’autres, le dessin animé Tom & Jerry a été créé par les Juifs parce qu’on les comparait à des rats et qu’ils voulaient améliorer l’image des rats.

    Toutes ces théories sont démentielles. Pourtant des millions de musulmans les prennent (si j’ose dire) pour paroles d’évangile. Nous avons tendance à être à la fois amusés et apitoyés par ces énormités. Au lieu de les mépriser, il serait intéressant de se demander pourquoi ces théories de complot que nous savons grotesques sont si facilement prises au sérieux chez les musulmans. Il est bon pour nous de connaître le point de vue que les esprits musulmans ont sur le monde. Ainsi donc pourquoi tant de musulmans croient-ils en des théories absurdes ?

    Primo, l’Islam recommande de ne pas faire confiance aux infidèles. Voici quelques versets du coran se rapportant aux infidèles :

    3:118 Ô les croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous-mêmes : ils ne failliront pas à vous bouleverser. Ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s’est manifestée dans leurs bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons les signes. Si vous pouviez raisonner !

    4:144 Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés (amis) les mécréants au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Allah une preuve évidente contre vous ?

    5:51 Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

    Nous voyons donc que selon le coran les infidèles (les non musulmans) ne font pas partie du même monde que les musulmans. Les infidèles haïssent les musulmans et les musulmans sont invités à ne pas se lier d’amitié avec eux. Si c’est écrit dans le coran, c’est que c’est vrai ! Si dés l’enfance on vous inculque ce genre de point de vue envers les non musulmans, alors vous trouverez crédibles les théories de conspiration des infidèles contre le monde musulman. Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à devenir paranoïaque.

    Secundo, l’Islam a donné aux musulmans une image hypertrophiée d’eux-mêmes qu’ils ne parviennent pas à faire coïncider avec la triste réalité. Du point de vue musulman, l’Islam est la religion parfaite et, par conséquent, les musulmans sont la meilleure des communautés et sont chargés de diriger le monde. Lisez ce verset du coran :

    3:110 Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.

    J’y reviendrai par la suite. Alors que les musulmans sont supposés être les meilleurs, les non musulmans sont bien sûr des moins que rien. Voici ce que dit le verset 9:28 du coran :

    Ô vous qui croyez ! Les associateurs ne sont qu’impureté : qu’ils ne s’approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci . Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira, s’Il veut, de par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage.

    Sistani, le grand Ayatollah d’Irak que les USA considèrent comme un modéré qui pourrait contribuer à établir la paix en Irak abonde dans ce sens. (son website http://www.sistani.org/html/eng/main/index.php?page=3&lang=eng&part=3 ). Selon l’Ayatollah Sistani, les kafirs (un autre petit nom gentil pour désigner les non musulmans) sont des impuretés de la même catégorie que l’urine et les excréments.

    Mais on m’objectera que je cite hors de leur contexte des versets du coran pour justifier mon point de vue ? Soit, voyons si les musulmans enseignent à leurs enfants à mépriser et à se méfier des infidèles ? Wafa Sultan a grandi en Syrie. Voici ce qu’elle dit (http://www.timesonline.co.uk/article/0,,2092-2092167_2,00.html) :

    “Jusqu’à ce que je m’installe aux Etats-Unis, je pensais que les juifs n’étaient pas des créatures humaines” dit-elle. “C’est malheureusement comme çà que j’ai été élevée, à croire que les juifs n’ont pas nos caractéristiques humaines, qu’ils n’ont pas de voix humaines.” Au cours de sa première semaine aux Etats-Unis, elle se rendit avec son mari dans un magasin de chaussures d’Hollywood. Son mari demanda à l’employé d’où il était et quand il répondit qu’il était juif et israélien, “vous ne pourrez pas croire ce que j’ai fait”, dit-elle. “Je suis sortie sans mes chaussures, pieds nus. Mon mari m’a suivie. Il m’a dit ‘Tu es folle ou quoi ?’ Mais j’ai répondu : ‘Je ne peux pas le supporter’ J’étais morte de peur parce que c’était un Israélien ; Je réagissais d’une très mauvaise manière, négative, à cause de la façon dont j’avais été éduquée pendant les 30 premières années de ma vie.”

    Elle avait si peur d’un juif qu’elle s’est enfuie sans ses chaussures ! Voilà le genre de bourrage de cranes que les enfants musulmans reçoivent de leurs parents et de leurs professeurs dans cette partie du monde.

    Revenons sur la question de la supériorité des musulmans, Cette notion se reflète également dans la « Déclaration Islamique des Droits de l’Homme » (http://www.aidh.org/Biblio/Txt_Arabe/inst_org-decla90.htm ). Ce document contraste cruellement avec la déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui énonce que toutes les cultures et toutes les religions sont égales. Le premier paragraphe de cette « Déclaration Islamique des Droits de l’Homme » énonce :

    “Réaffirmant le rôle civilisateur et historique de la Ummah islamique, dont Dieu a fait la meilleure Communauté ; qui a légué à l’humanité une civilisation universelle et équilibrée, conciliant la vie ici-bas et l’Au-delà, la science et la foi ; une communauté dont on attend aujourd’hui qu’elle éclaire la voie de l’humanité, tiraillée entre tant de courants de pensées et d’idéologies antagonistes, et apporte des solutions aux problèmes chroniques de la civilisation matérialiste ;”

    Quelle phrase pompeuse ! Les musulmans se considèrent comme la meilleure des communautés dont le rôle est d’éclairer le reste de l’humanité plongée dans la confusion et les problèmes et de la guider vers la merveilleuse civilisation islamique. Mais malheureusement pour les musulmans, leur prétention hyperbolique ne résiste pas à l’épreuve de la réalité. Dans les faits, les musulmans sont parmi les peuples les plus pauvres et les plus arriérés de la Terre. Loin d’apporter des solutions aux problèmes de l’humanité, les musulmans sont eux-même enfoncés jusqu’au cou dans la difficulté et vivent souvent dans des sociétés en pleins dysfonctionnements. Non seulement ils sont dans leurs problèmes jusqu’au cou mais en plus ils en créent aux autres. Le fait de rester à la traîne des infidèles prétendument inférieurs a suscité un profond sentiment d’humiliation. Humiliation encore aggravée par le fait qu’ils se font une idée idéalisée de leur passé, de l’époque ou l’Islam était encore une superpuissance avec un empire allant de l’Espagne aux Indes. A l’école, les enfants européens reçoivent des cours plus que critiques quant aux passés impérialistes de leurs pays. Mais on enseigne aux enfants musulmans du Moyen Orient que les conquêtes des armées arabes sont le summum de la gloire. Ces conquêtes sont également présentées comme la volonté d’Allah. Les musulmans sont comme ces familles nobles tombées dans la pauvreté qui sont incapables de s’adapter aux nouvelles circonstances et passent leur temps à évoquer leur gloire passée. C’est cette incapacité à parvenir à la position dominante dont les musulmans croient qu’elle leur est naturellement due qui suscite leur humiliation. Un sentiment d’humiliation qui amène à la haine de l’infidèle qu’on leur a appris à mépriser et à suspecter. Cela rend crédible les théories de complot les plus ridicules. Personne ne veut croire qu’il est responsable de ses échecs. Ce ne peut être que l’œuvre de sales infidèles malveillants (surtout les Juifs) dont le coran dit qu’ils haïssent les musulmans et veulent les ruiner. Les gens qui n’ont pas d’estime d’eux même reportent souvent sur les autres la responsabilité de leurs échecs. Plutôt que de se remettre en cause, les paranoïaques préfèrent accuser un quelconque ennemi. Des esprits pleins d’humiliation, de haine, de colère et de méfiance : voila les racines de la paranoïa musulmane. Des racines qui descendent profondément dans la terre de l’Islam.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité