• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fabien 09

Fabien 09

Citoyen du monde et membre de la grande fraternité humaine, je m'efforce humblement de faire ma part pour que le monde soit plus juste, et que l'humanité retrouve un brun de sagesse. Ma devise : "Contentez-vous de vous améliorer. C'est tout ce que vous pouvez faire pour améliorer le monde" (L. Wittgenstein).

Tableau de bord

  • Premier article le 07/04/2008
  • Modérateur depuis le 02/04/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 253 210
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • Fabien 09 Fabien 09 5 avril 2019 20:20

    @Attilax
    Non je ne vois pas le rapport, étant donné que les miens votent contre la majorité des propositions de LREM...

    Si je suis votre raisonnement, parce que « le peuple » (ou du moins une partie) veut voir son député à la fête de la saucisse ou à la kermesse de l’école locale, il vaut mieux qu’il laisse tomber son rendez-vous avec l’inspection d’académie (disons... pour essayer de préserver une école), ou avec l’ARS (pour empêcher la fermeture d’une maternité par exemple) ? Mieux vaut un élu qu’on voit partout plutôt qu’un élu qui travaille ses dossiers et met en mouvement les choses pour obtenir des résultats concrets, c’est bien ça ? Ça c’est la pire facette de la politique : la pêche aux voix, pour se maintenir en poste. Et pour quoi faire ? Pour montrer sa belle gueule d’élu à l’Assemblée Générale du club du troisième âge ?

    Malheureusement les gens tombent dans le panneau à chaque fois !

    Ce n’est pas parce que l’on ne se lance pas dans une procédure coûteuse en temps et en énergie, et dont le résultat sera complètement nul sur le plan concret (même si ça nous permettrait de gagner quelques voix), que l’on ne fait rien. Le problème, c’est que pour se rendre compte de ce que l’on fait vraiment, et de tout le travail que cela représente, il faut s’y intéresser un minimum...

    Selon moi, ce qui est vraiment important, c’est que le « peuple en colère » comprenne que s’il ne s’occupe pas de la politique (parce que c’est chiant, parce que ça fait intello, parce que ça ne sert à rien, que sais-je encore...), eh bien les politiques eux, s’occuperont de lui, mais pas toujours pour son plus grand bien (et depuis plusieurs décennies on peut même dire que les politiques défendent une idéologie mortifère au service de quelques uns).

    Encore une fois je le répète : il n’y aura pas de changement pacifique sans passer par les institutions actuelles, aussi imparfaites et même révoltantes soient-elles. Et cela veut dire se retrousser les manches et aller au charbon pour prendre les mairies, prendre son département, sa région, le parlement, etc. L’autre voie c’est la violence, la guerre civile et le chaos, et l’histoire nous enseigne que lorsque de telles situations se produisent, ce n’est généralement pas le camp des humanistes qui l’emporte...



  • Fabien 09 Fabien 09 3 avril 2019 21:29

    @Croa

    Certains députés ne se sont pas privé de faire toutes sortes de propositions, notamment de loi nouvelles, dont ils savaient pertinemment qu’elles ne pouvaient aboutir. Nous pourrions aussi parler des motions de censures...

    Une fois par an en effet, les groupes d’opposition ont la possibilité de présenter des lois dans l’hémicycle. Il s’agit là d’une vitrine importante pour leurs idées, et je crois que cela contribue au débat « démocratique ». Le plus souvent ces propositions n’ont aucune chance d’aboutir, mais si les groupes politiques ne le faisaient pas, on leur reprocherait probablement d’une manière ou d’une autre.

    Croyez-moi j’ai bien compris le message, rassurez-vous. J’ai même répondu il y a quelques mois, en mon propre nom et pas celui de mon député, que nous étudierions toute proposition de renverser Macron par des voies légales, et que nous ne raterions certainement pas une telle occasion. C’est ce que j’ai fait d’ailleurs, étudier la proposition, d’où cette tribune. Mais cela n’a pas empêché l’UPR de classer mon député dans la catégorie « Protège Macron ». C’est vous dire le niveau de ceux qui ont fait ce tableau...

    Pour lancer la destitution il faut malheureusement plus de députés que nous n’en avons. Or quand on voit le travail que ça a été pour mettre d’accord les groupes d’opposition afin de lancer une motion de censure l’été dernier, pour le résultat que vous connaissez, à quoi bon ? La procédure de destitution est ainsi faite qu’avec des motifs aussi légers que ceux proposés par l’UPR, et avec une majorité acquise au Président de la République, c’est peine perdue.

    Il y a tellement de travail à faire par ailleurs pour éviter, par exemple, que des écoles ferment, ou pour sauver quelques emplois ici et là, ou pour éviter qu’on enferme un enfant de 7 ans juste parce qu’il ne s’appelle pas Richard, ou encore pour empêcher un nouvel écocide à tel ou tel endroit, etc. On est tout le temps sollicité pour tout un tas de questions concrètes que l’on peut régler si l’on y met un peu d’énergie, alors pourquoi la gaspiller dans des voies sans issue ?

    La peur de se faire dégager ? Expliquez-moi : comment le Président peut-il « dégager » un député sous la 5e République ? Je ne connais pas cette procédure, pardonnez-moi. En revanche je crois savoir qu’il faut un certain courage pour aller au bout de sa pensée, lorsque l’on a en face de soi une majorité présidentielle qui systématiquement vous ignore, vous méprise ou, dans le meilleur des cas, vous insulte. De même lorsque vous vous donnez 60 à 80 heures par semaine avec la conviction de servir une cause humaniste, et que l’on vous traîne dans la boue en retour, à longueur d’antenne, je crois qu’il faut là encore une certaine dose de courage.

    Je vous souhaite sincèrement d’en faire l’expérience un jour. Ainsi vous réaliserez sans doute qu’entre la réalité que l’on peut construire, avec des bouts de préjugés et quelques morceaux de connaissances, confortablement assis derrière son ordinateur, et la réalité que l’on éprouve avec ses tripes lorsque l’on est plongé au cœur de l’arène politique, il y a quelques nuances de taille...

    Fraternellement



  • Fabien 09 Fabien 09 3 avril 2019 20:40

    @révolQé
    Ce n’est pas moi qui le dit, c’est ainsi. Et je partage votre avis : c’est un scandale.
    Je ne pars pas comme perdant et défaitiste, monsieur, mais je ne crois pas que l’on puisse changer les choses pacifiquement autrement qu’en tenant compte des institutions actuelles, aussi critiquables soient-elles, et en les utilisant à bon escient.
    L’histoire nous enseigne que lorsque l’un pays prend la voie de la guerre civile, ce ne sont généralement pas les humanistes qui gagnent...
    Mais il faut arrêter d’attendre que les politiques en place règlent tous nos problèmes. Chacun doit s’impliquer, se regrouper avec des personnes justes et dévouées au bien commun, prendre les mairies, les département, les régions, le parlement, etc.
    Tant qu’on laissera la politique aux « politicards », rien ne changera. Mais c’est sûr que s’engager dans un mandat, c’est de l’investissement personnel, beaucoup d’investissement. Et c’est être exposé comme jamais.
    Heureusement que les GJ sont là et qu’ils remuent toute cette m***d accumulée depuis des décennies, mais je crois que cela ne suffira pas. Il faut transformer l’essai, politiquement.



  • Fabien 09 Fabien 09 3 avril 2019 20:23

    @Croa
    La proposition de la France Insoumise n’avait aucune chance d’aboutir. Mais une fois par an, les groupes d’opposition peuvent « obliger » à majorité à écouter leurs propositions de loi. C’est ce que l’on appelle les « niches parlementaires ». Il s’agit aussi d’une importante vitrine médiatique et qui contribue au débat public. C’est donc normal qu’ils profitent de cette opportunité pour faire des propositions qui vont dans le sens des idées qu’ils défendent. S’il ne le faisaient pas, ne les accuserait-on pas d’être des fainéants ou quelque chose comme ça ?
    Concernant la question de la destitution vous pointez le nœud du problème : pour destituer un président, quelle que soit la gravité de ses manquements à son devoir, il faut qu’une grande majorité de députés souhaitent son départ. Etant donné le travail et l’exposition publique que cela représente de lancer une procédure de destitution, avant de la lancer, il faut s’assurer que les conditions soient réunies. Or, rappelez-moi, quelle est la situation aujourd’hui ?



  • Fabien 09 Fabien 09 3 avril 2019 20:03

    @Eric83
    En cherchant mieux : si il y a bien eu au moins une proposition de résolution dans ce sens, mais renvoyée à la Commission de la défense nationale et des forces armées (et donc bloquée, merci qui ?) :
    http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion0664.asp
    La proposition est d’enquêter sur un champ plus large que la seule intervention en Syrie, mais je crois comprendre que c’est ce genre d’enquête que vous appelez de vos vœux ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité