• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Floréal

Né en 1948, enfant du baby-boom j'ai traversé la la vie politique française depuis 1968 jusqu'à nos jours. Jamais adhéré à un parti politique mais sympathisant du PSU de l'époque Rocard. Délégué syndical CFDT j'ai quitté celui-ci le jour où la Gauche s'est fourvoyé en croyant qu'elle allait gouverner avec le Capital (1983).
Toujours voté pour le PS, au deuxième tour au moins, sauf ce triste jour du printemps 2002 pour faire barrage à l'extrême droite.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 23 26
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Floréal 3 mars 2011 15:12

    L’impérialisme c’est vouloir imposer ses idées à quelqu’un d’autre. On peut toujours essayer de convaincre quelqu’un d’autre du bien fondé de telle ou telle doctrine, idée, concept, mais, si la personne n’est pas d’accord ça doit s’arrêter là. C’est simple et c’est la base de la tolérance. Après, on peut l’appeler comme on veut.



  • Floréal 3 mars 2011 13:36

    Une seule réponse pour tous les peuples, qu’ils soient opprimés ou pas : l’autodétermination démocratique. Quitte à élever le taux de pourcentage à plus de la moitié. L’autodétermination à durée déterminée, à intervalles réguliers, au moins une génération (vingt ans). Ce fut le cas au Kosovo, mais cela pourrait être le cas en Catalogne, au Pays Basque, en Corse, en Wallonie, etc.
    Le problème qui se pose c’est : et après ? on fait quoi ? Il faut un grande structure d’accueil Fédérale qui respecte les peuples qui se sont exprimés par la voie démocratique et qui acceptent de transférer une partie de leur souveraineté en échange d’une paix durable et d’un degré d’autonomie suffisant pour ne pas perdre son ... âme.



  • Floréal 3 mars 2011 09:42

    Ce que je trouve sidérant c’est le mutisme des autres pays arabes de la région. Notamment des pays pétroliers comme l’Arabie Saoudite, le voisin d’en face en quelque sorte. Quand est ce que la solidarité va jouer entre ces peuples ? Pourquoi ne se financent-ils pas entre eux ? Pourquoi devrions nous, encore une fois, leur prêter de l’argent sans garantie d’être remboursés alors que nous subissons, nous aussi, la crise financière ?



  • Floréal 3 mars 2011 09:35

    Une petite fable pour égayer la discussion : « dans un pays très proche appelé France, vivaient en paix une dizaine de millions de musulmans venus là pour travailler d’abord, puis avec leurs familles ensuite. Naturellement, les français les aviaent accueillis comme des petits français. Malheureusement, la situation économique s’est dégradée et il y a eu moins de travail pour ces immigrés, alors, comme toujours, on a pointé du doigt ces gens venus d’ailleurs qui mangent notre pain. Ces derniers étaient essentiellement parqués dans des ghetto autour des grandes villes. Puis, une nouvelle Présidente fût élue démocratiquement qui voulait expulser tous ces immigrés avec leurs enfants vers leurs pays respectifs, ceux-ci ayant retrouvé une démocratie et un espoir d’avenir. Les immigrés furent chassés de leurs banlieues par la police avec l’aide de l’armée. Il s’en suivit un exode massif vers le sud de la France. On vit, des immigrés musulmans par milliers sur les routes de France avec leurs meubles, leurs baluchons sur le dos. Voyant la catastrophe humanitaire arriver, le gouvernement décida que la ville de Marseille serait une ville musulmane étant donné que déjà 34% de la population était d’origine musulmane, plutôt sacrifier une ville française comme Marseille pour régler le problème posé à la France entière. C’est ainsi que fût créée la Ville Autonome de Marseille et ses environs dont les frontières n’arrivaient pas tout à fait à Aix en Provence. Une grande partie des immigrés s’installa dans la Ville Autonome de Marseille qui rapidement devint un Etat reconnu par l’ONU. Les français, marseillais historiques pour la plupart, durent quitter leurs maisons et leurs appartements, céder leurs commerces pour une bouchée de pain et fuir vers le Nord du département. Bien sûr, les ex-marseillais en voulaient terriblement au pouvoir en place et ne reconnurent jamais la Ville Autonome de Marseille. Le Pouvoir tomba aux élections suivante en grande partie à cause de cette solution. Mais, comme l’ONU reconnut la VAM ce fut le statu-quo. Très vite, le territoire de la VAM fût étroit pour les néo-marseillais coincés entre les collines et la mer. Alors, ces derniers envahirent quelques territoires nouveaux au nord de l’Etang de Berre en procédant par des frappes aériennes à partir de la base de Marignane. L’ONU intervint quand les néo-marseillais furent devant les portes d’Aix pour l’envahir totalement. Un accord fut trouvé et Aix fût partagée en deux : un côté musulman et un côté catholique. En même temps, un mur fut construit tout le long d’une ligne au nord de la VAM englobant l’Etang de Berre jusqu’à Marseille en passant par Aix jusqu’à La Ciotat. »
    Allez réveille toi petit, tu fais un cauchemar ! Marcel le petit fait un cauchemar !



  • Floréal 3 mars 2011 08:59

    J’ai dit « sondages » avant l’élection. Il n’est pas question des 5% pour être au second tour. Il est question que, si les sondages annoncent que le FN était en tête devant Sarkozy, alors Europe-Ecologie et le PS ne présenteraient qu’un seul candidat.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Europe Europe Turquie






Palmarès