• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fred le Zèbre

Fred le Zèbre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 30/01/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 9 18
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Fred le Zèbre Fred le Zèbre 3 mars 2010 19:30

    Jean :
    L’école dont vous parlez est l’école que j’ai eu la chance, ou mal chance de connaître, c’est une école dont la conception remonte au début du XXème siècle. C’est l’école d’avant Mitterrand comme vous le dite, mais aussi d’avant Giscard. C’est une école dans laquelle apprentissage rime avec effort et où tout notion de plaisir est suspecte. C’est une école où on confond mérite et pénibilité. C’est une école castratrice qui nie la créativité, les différences. C’est sans doute l’école Républicaine au sens de Jules Ferry, mais nous sommes plus au XIXème et cela fait 10 ans que le XXIème a commencé. Ce n’est pas l’idée que je me fais de l’école républicaine d’aujourd’hui.

    Contrairement à ce que vous semblez croire, je suis le fruit de l’école près Giscardienne qui, si je n’avais pas été d’un milieu favorisé, m’aurait mis au rencard car inadapté au système ! Comme nombre d’enfants précoces. Je n’ai dû mon salut qu’à ces esprit faux qui selon vous se sont acharné contre l’école et aux fameuses écoles nouvelles de monsieur Montessori. Sans elles, je ne serais pas aujourd’hui dirigeant d’une société du CAC40. Mes responsabilités actuelles me permettent d’affirmer que l’un des enjeux des grandes entreprises est de s’adapter aux enjeux du XXIème siècle et que de ce point de vue elles ont la nécessité de recruter ces jeunes incapables d’écrire. Votre remarque est typiquement française, pensez-vous que la valeur du créateur de Google, facebook soit la maîtrise de l’orthographe, MDR comme dit ma fille smiley Quand aux remarques sur mon orthographe, je vous remercie de votre sollicitude. Elles m’ont certainement blessé, mais la performance se mesure plus sur les résultats que sur la forme.

    Mais cela n’éclaire que le passé et ne dit rien d’aujourd’hui. Je ne parlerais pas de théorie mais relaterais des faits. J’ai la chance d’avoir une fille qui va bientôt passer son Bac, une fille de plus qui n’a aucune difficulté scolaire, à la différence de son père, mais qui trouve l’école particulièrement ennuyeuse. Elle a eu la chance d’avoir des parents ouverts qui ont cherché une école avec un projet éducatif centré sur l’épanouissement des enfants et qui arrive bon an mal an à avoir un taux de succès au Bac de 100% ! Comme quoi épanouissement n’est pas contradictoire avec résultat scolaire. Elle a la chance d’avoir des parents qui lui ont permis de choisir une orientation qui correspondait à ce qu’elle aimait sans lui imposer la S qu’elle aurait pue suivre sans difficulté. Mais pour ce faire, nous avons été obligés de la sortir de l’école publique, idée qui allait contre nos principes ; mais que sont les principes par rapport au bonheur ! Mon souhait est que l’école de la République offre la même chance à tous les enfants. Vous voyez, ma vision de l’école républicaine est aux antipodes de la vôtres.

    Mais n’est-ce pas notre diversité qui fait notre richesse.



  • Fred le Zèbre Fred le Zèbre 28 février 2010 23:00

    @Jean,

    Commentaire fort instructif et illustre une certaine vision de l’école. L’orthographe est un outil mis en place par les élites afin de préserver sa situation dominante. Parce que l’on ne maîtrise pas cette technique on n’aurait pas le droit de penser, d’avoir des idées et de les exprimer.

    Le rapport du ministre montre que, contrairement à ce que vous pensez ainsi que jesuisunhommelibre, la part du PIB consacré à l’éducation n’a pas constamment augmentée depuis 1974. Durant les 10 dernières années nous avons observé une baisse de 1 point, soit entre 15 et 20% et parallèlement le niveau d’éducation n’a plus progressé. Ceci est un renversement de la tendance précédente et montre le lien entre les moyens et les résultats.

    Cependant, je partage votre avis, ce n’est pas qu’une question de moyens. Il faut une réforme des modes d’éducation afin que l’école :

    • puisse accueillir tous les enfants.
    • soit plus ouverte sur de nouvelles approches comme le travail en groupe, la systémique et moins un bourrage de crânes.
    • donne envi aux enfants d’apprendre et leur ouvre l’esprit.
    je ne pense pas que les enfants soient plus ignorant qu’hier, ils connaissent des choses différentes que les nôtres et sont sans doute plus adaptés à la société actuelle que nous. Je pense que plutôt que ce sont les entreprises qui n’ont pas su s’adapter.


  • Fred le Zèbre Fred le Zèbre 27 février 2010 08:56

    J’aime l’idée de penser à nos enfants. C’est un premier pas que la majorité des personnes peut faire. Et, c’est bien connu c’est le premier pas le plus dur, après il suffit de continuer.



  • Fred le Zèbre Fred le Zèbre 24 février 2010 21:11

    Il ne s’agit pas que d’un problème de moyen, mais la France n’investit plus assez dans l’éducation comme le montre l’étude faite par le ministère. De plus, pour conduire une réforme, indispensable, il est nécessaire d’investir, ne serait-ce que pour créer l’adhésion des parties prenantes.

    Aujourd’hui la réforme consiste à réduire les heures de cours pour pouvoir réduire les effectifs smiley



  • Fred le Zèbre Fred le Zèbre 24 février 2010 21:08

    Merci pour ce lien.

    L’idéalisme est à mon avis une bonne chose. Mais, comme le dit Guy Corneau, il est important de ne pas faire cet idéal un but à atteindre. Le principal est la mobilisation de l’énergie produite par l’idéal et non l’atteinte de cet idéal « cette mise en action produit une sensation de bonheur bien indépendamment de la réalisation ou non des idéaux projetés. ». (http://zebres.eu/blog/l%E2%80%99homme-et-la-societe-jeux-de-miroirs-23/2009/11/07/)

    Cette vision de l’idéalisme permet de rester vivant dans l’action, surtout quand les résultats tardent à venir.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Politique Politique






Palmarès