• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gaëtan Gorce

Gaëtan Gorce

Député PS de la Nièvre, secrétaire national du PS

Tableau de bord

  • Premier article le 20/10/2009
  • Modérateur depuis le 21/12/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 2 239
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Gaëtan Gorce Gaëtan Gorce 9 décembre 2009 17:43

    Voici ma réponse à ceratins commentaires. A lire sur mon site.
    http://gorce.typepad.fr/blog/

    Gaëtan Gorce



  • Gaëtan Gorce Gaëtan Gorce 19 octobre 2009 18:47

    Réponse aux commentaires

    Ah, diable ! Il en faut peu dans ce pays pour qu’on s’emballe sans - comme toujours - jamais lire la totalité des déclarations et en se servant, comme à chaque fois de quelques éléments épars pour justifier sa propre argumentation. Me voilà accusé pèle-mèle de « naïveté », de «  maladresse » et, l’injure n’est jamais loin, certains me promettent même d’être le prochain ministre d’ouverture...

    Vive le débat public ! De quoi s’agit-il ? De mon point de vue, Jean Sarkozy n’est pas condamnable parce qu’il s’appelle Sarkozy, ce serait un procès odieux. Ni parce qu’il a 23 ans, ce serait insupportable. Sa nomination est condamnable, parce que le Président de la République a fait usage des prérogatives qu’il tient de sa fonction, pour la faire aboutir (dans des conditions, cela va de soi, dont n’aurait pu bénéficier aucun autre candidat).

    C’est au regard de ce critère et au regard de ce critère seulement qu’il y a problème. Ce que j’ai demandé dimanche à M. Chatel, c’est s’il trouvait normal que M. Jean Sarkozy puisse bénéficier du vote de 9 fonctionnaires agissant sur instruction du gouvernement. Dois-je faire remarquer que ce point n’avait jamais été soulevé auparavant ? C’est cette omission qui aurait dû être soulignée et dénoncée !

    Ce que j’ai proposé ensuite, c’est que le gouvernement et le Président de la République aillent au bout de leur démarche et remontent le fil de l’ensemble de leur manipulation politique : par une dépêche, que personne n’a voulu voir ni reprendre, j’ai dit hier après-midi que M.  Marseille devait désormais se retirer du conseil économique et social ou que sa nomination soit reportée parce que c’est celle-ci, obtenue directement du chef de l’État, qui a ouvert la voie à Jean Sarkozy en libérant une place au conseil d’administration de l’EPAD.

    C’est cette décision que d’autres après moi devraient réclamer, plutôt que de se complaire dans des fausses démonstrations, pointant une prétendue connivence volontaire ou involontaire... ! Je demande à ceux qui s’intéressent à cette affaire de bien vouloir la regarder sous le seul angle qu’il soit possible de faire pour un républicain. À savoir le conflit d’intérêt.

    Si Jean Sarkozy doit dire merci à quelqu’un, c’est à tous ceux qui se sont engouffrés dans la brèche sans vérifier mes propos, et en laissant la droite les instrumentaliser. Pour ma part, peu m’importe les jugements et les leçons qui me seront adressés par les uns ou les autres. Je persiste et signe : plus tôt cette polémique prendra fin, mieux cela vaudra pour cette République. Nos concitoyens sont épouvantés par ces pratiques. Et l’on ne pourra en sortir, dans l’intérêt de tous, que si l’on veut bien se placer sur le terrain des principes plutôt que sur celui des personnes.


    Gaëtan Gorce







Palmarès