• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

GHEDIA Aziz

GHEDIA Aziz

Qui suis-je ? Disons tout simplement un « Chirurgien algérien qui essaie, entre deux interventions chirurgicales, de gribouiller quelques notes à propos de tout et de rien » ! Depuis quelques jours, je fais partie du collectif qui anime le site « Forum démocratique ».

Tableau de bord

  • Premier article le 10/04/2007
  • Modérateur depuis le 23/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 139 245 1889
1 mois 1 0 2
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 207 171 36
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 26 juin 21:50

    Les vidéos montrant l’ex Premier Ministre Ahmed Ouyahia, menotté et sous surveillance stricte, à l’enterrement de son frère, n’inspirent que le dégout de toute activité politique en Algérie.

    Et là, on comprend bien et mieux l’adage qui dit que « pour vivre heureux, il faut vivre caché ».
    Un homme, sans attache partisane, ne pourrait être humilié par personne. Et il meurt en homme libre...

    Au summum de sa gloire, H’mimed était l’homme le plus cynique du monde... mais l’humilier de cette façon-la alors qu’il s’agissait de l’enterrement de son propre frère est quelque peu mesquin et inhumain.



  • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 25 mai 19:59

    @jef88 Oui mais ça ne rentre pas dans le cadre du « choc des civilisations ». Faut lire aussi les 2 premières parties.



  • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 25 mai 19:08

    @foufouille je n’ai pas parlé de masques, mon ami. J’ai parlé de l’aide médicale chinoise en particulier pour les Italiens que personne ne peut nier.



  • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 25 mai 19:00

    Une malencontreuse erreur lors du téléchargement du texte sur l’espace rédactionnel d’Agoravox a fait qu’une bonne partie de ce texte n’y figura pas. Désolé pour cette erreur.

    Voilà donc le texte dans sa totalité.

    Américains et Chinois, sauront-ils éviter le piège de Thucydide ?



    Depuis qu’ils commencent à sentir le sol de l’hégémonie sur le monde se dérober sous leurs pieds, les Américains sont devenus hantés par les guerres. Ils ne veulent pas se laisser distancer sur le plan économique, scientifique ou militaire par quiconque. Ils jouent le rôle de leadership du monde depuis si longtemps qu’ils tiennent à le rester définitivement. Jusqu’à la fin des temps. Sauf que d’autres pays ne l’entendent pas de cette oreille. On leur dispute actuellement ce rôle. Et c’est de bonne guerre. En fait, c’est la crise sanitaire provoquée par la Covid-19 qui vient révéler d’une manière on ne peut plus subtile comment les Chinois sont sur l’offensive pour mettre fin, le plus tôt possible et sans entrer directement en conflit militaire avec les armées de l’oncle Sam, à l’hégémonie américaine. Les Chinois ont non seulement pu faire face à cette épidémie de coronavirus en recourant d’abord à un confinement général de plus de deux mois de la population de la ville de Wuhan (11 millions d’habitants) puis en proposant leur aide logistique et médicale à des pays de l’Europe, entre autre l’Italie, qui, idéologiquement et politiquement appartiennent au bloc occidental. Il va de soi que les Américains et le président Trump en premier n’ont pas du tout apprécié le fait que les Chinois, tenus comme les seuls responsables de cette pandémie, en viennent à se comporter comme les sauveurs de l’humanité. En effet, l’intervention des Chinois et leur aide si précieuse pour un certain nombre de pays ne se sont pas limités aux seuls pays de l’Europe mais à l’ensemble des pays d’Afrique, par exemple, qui en avaient fait la demande.


    Souvenons-nous d’abord du fameux « Choc des civilisations » de Samuel Huntington qui a fait l’objet de nombreuses critiques, en particulier de l’intellectuel palestino-américain Edward Saïd qui n’y voyait ni plus ni moins qu’un « choc de l’ignorance ». A postériori, on pourrait dire que ce livre a, peut-être, été commandité par le pouvoir militaro-industriel étasunien qui devait trouver un substitut à l’ennemi communiste, incarné par l’URSS, qui venait d’être disloquée à la suite de la chute du mur de Berlin. La guerre froide étant finie, il fallait au gendarme du monde un autre ennemi, même imaginaire, de quoi alimenter les hauts fourneaux industriels de son industrie militaire et garder toujours en alerte les GI’s.


    Voilà ce que je disais, en 2013, dans un article intitulé « essai de déconstruction du mythe de « choc des civilisations » que j’avais publié sur le site français Agorvox : « La fin de la guerre froide ne pouvait donc qu’engendrer, de la part des penseurs et des intellectuels états-uniens une autre conception du monde qui puisse leur permettre de sauvegarder leur hégémonie économique, politique, militaire et culturelle sur le monde. Il fallait donc, coûte que coûte, créer un ennemi. Mais un ennemi qui fasse consensus au sein de l’opinion publique de l’Occident. Et qui, mieux que l’Islam, pourrait faire ce consensus ? ».
    S’en suivirent alors des guerres en Afghanistan d’abord sous le prétexte que les Talibans avaient soutenus El Qaïda à commettre les attentas du 11 septembre 2001. Ensuite ce fut le tour de l’Irak, accusé de posséder des ADM (armes de destruction massive), de faire les frais de cette folie guerrière des Américains. En fait, toutes ces guerres étaient déjà programmées et n’avaient pour but que de provoquer « le chaos constructeur », tel qu’imaginé par les think tanks américains et mis partiellement en œuvre par George W.Bush, qui conduirait au morcellement du GMO (Grand-Moyen-Orient. En procédant ainsi, c’est, en fait, une remise en cause des accords de Sykes-Picot signés en 1916 par les Français et les Anglais que les Américains voudraient obtenir. Ils voudraient redessiner la carte du Moyen –Orient à leur guise de telle sorte à obtenir de petites entités ethniques ou confessionnelles sans souveraineté politique aucune. De ce fait, leur domination n’en sera que plus aisée. Cela découle bien entendu du paradigme trop bien connu puisque vieux comme le monde de « diviser pour mieux régner ».


    L’irruption de cette Covid-19, qui a montré au monde entier la vulnérabilité des Etats-Unis dont le système de santé est plus que défaillant, remettra peut-être en cause tous les calculs géostratégiques élaborés depuis longtemps par les boites à idées américaines dans l’optique du « project of the new american century ».


    L’impact politique de cette pandémie n’est pas encore évalué à sa juste mesure mais il est indéniable qu’il va provoquer un déséquilibre des rapports de force en faveur de la Chine. Et cela, les Américains ne l’accepterons jamais, ils feront des mains et des pieds pour renverser la vapeur si je puis dire et reprendre leur leadership quitte à provoquer une 4e guerre mondiale. C’est dans ce sens-là qu’il faut comprendre donc la théorie de Thucydide déjà évoquée il y a quelques années par Graham Allison.


    En effet, Graham Allison, un autre intellectuel américain, est revenu sur la question si je puis dire en écrivant, en 2017, un livre sous le titre de « Vers la guerre. L’Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide ? » qui renforce encore l’idée que les Américains sont ou plutôt devraient rester sur leur garde pour

    ne pas faire les frais de ce piège qui s’est répété, semble-t-il, plusieurs fois dans l’histoire.



  • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 25 mai 14:29

    Je reprend le commentaire que j’ai déjà fait pour l’article de Rokoto.

    « Nous assistons actuellement à une querelle de chapelles entre les pro et les contre l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Sars CoV2. Alors qu’en réalité, jusqu’à l’heure actuelle, aucun traitement n’a prouvé de façon indiscutable son efficacité dans cette affection virale. La guérison des malades infectés étant spontanée, nous préconisons une seule attitude de sagesse : revenir aux recettes de grand-mères d’antan : fumigation et grog ».

    Voilà, les choses deviennent de plus en plus claires. La santé des gens n’intéressent plus ceux qui sont censés veiller à la bonne santé et au bonheur des populations. Tout ce qui compte pour eux, c’est de faire le maximum de bénéfices quitte à entendre encore plusieurs mois et voir mourir des milliers de malades avant de trouver le vaccin miracle qui leur permettra donc d’engranger ces bénéfices... 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité