• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ifelhim

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 23 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ifelhim 11 mai 2007 17:04

    @ Christohpe

    Non je n’ai pas voté contre Royal, je ne suis pas allé voter du tout.(Puisque vous voulez une réponse précise)

    De plus je ne répondais pas qu’à vous mais aussi au commentaire qui précèdait le votre et qui denotait une catégorisation « a priori » et une lecture en diagonale de mon post. On m’attribue une pensée sarkozienne alors que j’essyais d’exprimer ce qui, à gauche a pu entraîner cette défaite : à savoir cette manie de certains de catégoriser « a priori », comme l’extrème gauche le fait si souvent en assimilant « entrepreneur » à « esclavagiste » (par exemple, ce qui me choque à l’égard de tous les indépendants et "patrons de TPE) et a pu, sous d’autre aspect empecher l’adhésion (grand écart entre Besancenot et Bayrou, ainsi que la dichotomie entre les idées revendiquées et le comportement réel. Je précise, que l’on critique Sarkozy alors que l’on se comporte comme Mitterrand _ qui est loin d’être un modèle_ en son temps, je trouve cela totalement hypocrite _ et cynique à l’égard des electeurs).

    Pour en revenir à l’article : je trouve malsain la manière dont les choses sont présentées. C’est rempli de sous-entendus, de non dits, en quelque sorte comme si 53% des votants étaient des personnes infréquentables, inconscientes, incapables de réflechir, il s’y trouve comme un vague parfum de « il aurait été préférable de voter Royal ». Ainsi, tant de personnes qui ont opté pour Sarkozy se seraient trompées ? Comme si Sarkozy était à lui tout seul responsable du climat d’insécurité (troublant, c’était le thème de 2002...) et des maux de la France. Comme si le fait d’avoir choisi Royal aurait ouvert une voie (royal) vers une nouvelle, grande et belle France...

    En oubliant complètement que le PS n’a pas fait sa clarification idéologique, hésitant entre le courant Baryou, DSK et celui de Fabius, Besancenot, ;en oubliant qu’à aucun moment les impressions des français vis à vis de certains services publiques, qui semblent parfois plus appartenir à ceux qui y travaillent qu’à ceux qui en sont clients (et financeurs), en oubliant que cette "repentance à quelque chose d’indécent, lorsque tous les jours des gens sont confrontés à des problèmes du réel et du présent, niveau où le PS n’a eu de cesse d’être absent (les débats participatifs c’est bien gentil, mais à un moment, il faut une ligne directrice claire).

    Permettez que je pose à mon tour une ou deux questions ? Alors cette honte, est-ce celle de voir Sarkozy au pouvoir, ou celle d’avoir vu échouer lamentablement le PS alors que les présidentielles n’avaient pas vu un tel engouement depuis longtemps ? Tout mon problème face à l’article est celui-ci : Y-a-t’il un seul responsable, un coupable et une victime, en quelque sorte, ou une responsabilité partagée, à des niveaux multiples, depuis des années, quelque soit le parti, depuis les présidents successifs jusqu’au citoyen lambda ?



  • ifelhim 11 mai 2007 15:55

    C’est justement là l’erreur de la gauche et des anti-sarkozy en général : mettre les gens dans des petites cases bien délimitées et leur préter des pensées, des intentions ; ce qui m’a fait m’abstenir dans les deux tours, n’étant d’accord, ni avec certaines attitudes et idées revendiquées par Sarkozy, ni avec les carictures, le procès en sorcellerie intenté contre Sarkozy présenté comme... l’inquisiteur en chef. Je trouve que ça ne manque pas de sel, surtout après l’abstention d’une bonne partie des responsables de gauche à critiquer les propos intolérables de Lepen sur l’origine de Sarkozy (etranger, juif de surcroît). Que de papier aurait été noircit si ça avait été à l’encontre d’une personnalité de gauche... Cette hypocrisie m’est apparue inexcusable,impardonnable.

    J’oserai même ajouter que si les argumentaires de droite et de gauche n’avaient pas été aussi lamentables, j’aurais opté pour Sarkozy, qui a au moins le mérite de la cohérence et de ne pas se cacher. L’un et l’autre bord m’ont dégoûté de la politique ; et le silence de la gauche dans les 48 heures qui ont suivit le résultat, avec les manifestations et dégradation m’ont confirmé l’inconséquence de la gauche (et le « voyage » de Sarkozy, son manque de... tact, on en voudrait à moins...).



  • ifelhim 11 mai 2007 14:51

    Je comprends que l’on n’aime pas Sarkozy, mais...

    Quelques propos m’amènent à m’inscrire en faux sur un tel article : 53% des votants ont choisi Sarkozy au second tour alors s’il y a sans doute eu des français qui ont eu honte d’être français, ce ne sont probablement pas ces 53%. Mais le problème n’est pas là.

    Aurais-je pu être fier que Royal soit élue ? Oui, dans le mesure ou cela signerait la défaite du machisme et de la misogynie. Non, si je me fie au comportement de la gauche qui m’a révolté très souvent de par ses contradictions et ses hypocrisies.

    Mitterrand, en dehors de son talent, était-il respectable avec les écoutes illégales, les complicités au financement occulte des partis, les mensonges et dissimulations aux français sur, par exemple, sa maladie, ses amitiés parfois douteuses ?

    Sarkozy lui a au moins le mérite de ne pas cacher ses amitiés avec des magnats de la finance ou de l’industrie. Pour le show-biz, don’t act, la gauche c’est pareil (c’était même érigé en système sous Mitterrand).

    Est-ce acceptable le peu de vague que les propos de Lepen à l’encontre de Sarkozy ont fait à gauche, chez ceux-là même qui seraient montés au créneau comme un seul homme pour dénoncer des propos inacceptables si de tels propos avaient visé Royal ou une personne de son équipe ?

    Trouvez-vous normal que la gauche ait cautionné, par son silence, les dégradations de manifestants, dégradations qui touchent aussi les biens publics, que la gauche toutes tendances devrait défendre au nom de ses idées et de ses valeurs ?

    La gauche a été victime d’elle-même, de ses incohérences, de ses atermoiements, de ses petites mesquineries internes qui ont faussé son discours.

    Sarkozy a été cohérent, c’est peut-être cela qu’il l’a le plus servi.



  • ifelhim 11 mai 2007 12:27

    Dites, que Sarkozy soit criticable, je veux bien, qu’il soit con, pourquoi pas, puisque l’on est toujours le con de quelqu’un mais...

    Mais préférez vous la franchise de Sarkozy, qui ne cache pas ses liens avec les milieux d’affaire et une partie du show biz, ou la méthode mitterrand, qui avait lui aussi ses amitiés dans le show-biz, qui ne s’est privé, ni de faire des écoutes illégales, ni de cautionner le financement occulte des partis, ni de mentir aux français, de leur chacher sa maladie et j’en passe ? Préférez vous Fabius, dont j’ai bien l’impression qu’il a plus d’une fois retourné sa veste ?

    Si vous voulez critiquez Sarkozy, faites le, mais ayez au moins un tant soit peu d’honnêteté intellectuelle. Ne continuez pas à jouer pas sur le registre actuel, vous appliquez depuis trop longtemps la maxime « faites ce que je dis, pas ce que je fais » (ne prétendez pas le contraire, même une encyclopédie n’y suffirait pas pour citer toutes les fois où la gauche est de mauvaise foi).

    Vous voulez un exemple d’ypocrisie de gauche, impardonnable pour des personnes qui se réclament de valeur humanistes, démocratiques, républicaines, laïque et tolérantes ? Le fait que presque personne a gauche n’ait réagit aux crtiiques de Lepn sur les origine de Sarkozy. Si ces critiques avaient porté sur l’un (ou l’une) des personnes secondant Royal, les même remarque auraient entrainé un tollé. C’est impardonnable.

    De même les manifestations de rue sont intolérables. Rien dans une démocratie n’autorise autre chose que les manifestations SANS DEGRADATIONS, de plus je trouve surprenant que l’on cautionne des manifestations contre le candidat élu lorsque la mobilisation est exemplaire et les résultats cohérents avec un pays où les votes ne sont pas truqués.

    Une dernière chose, à propos des sondages, n’est-ce pas la gauche, en choisissant SR suite à des sondages qui s’est plantée ? N’est-ce pas la gauche en ayant omis de préparer, pendant les cinqs ans dont elle disposait, les éléctions, qui s’est prise à son propre piège ? N’est-ce pas la gauche qui, entre assumer des idées sociales libérales sur le mode européen (Strauss Kahn, entre autres)et une gauche antilibérale, n’a pas su choisir ?

    La cohérence, la gauche ne s’est pas préparée et a manque de cohérence, tout ça par la faute des éléphants ET de Hollande ET de Royal.

    Si je peux comprendre la déception, je ne peux admettre que l’on attaque Sarkozy, qui n’est pas encore invstit, sur ce qu’il projete de faire alors qu’il a prévenu depuis longtemps et a, j’oserai dire, malgré tout été élu. Il faut donc croire que son discour a porté et, d’experience perso, j’ajouterai que l’anti-sarkozisme a joué contre la gauche, car d’hésitant, pour peu, je serais passé d’abstentionniste, sans honte, à Sarkoziste, sans honte.

    A propos d’ordre et d’autorité, je suis navré, mais il y a de grosses lacunes dans le comportement de certains et le fait que Sarkozy soit élu n’est pas très surprenant (même Royal a parlé d’autorité). Tous les jours, lorsque je me balade dans ma ville, je constate des preuves de manque de civisme (et de mépris tant de la chose publique que de l’environnement) et navré de le dire mais ce sont plutot des jeunes ou des personnes qui ne sont pas favorisées financièrement qui laissent leurs ordures par terre, font leur barbecue, en ville, dans des espaces publiques (c’est interdit) ou boivent leurs bières et laissent les bouteilles (qu’ils se sont amusés à casser) par terre, alors même qu’à moins de trente mètres, il y a une benne de récolte du verre.

    Vous trouvez vraiment que face à cela, jour après jour, on ne fini pas par en avoir marre et souhaiter qu’ils se fasse verbaliser une bonne fois pour toute ? Vous ne croyez pas que face à cela on ne finit pas par souhaiter un gouvernement un tantinet plus sévère ?

    J’ai été éduqué dans le respect de l’autre, ça pase par une chose indispensable : le respect du bien d’autrui et à plus forte raison s’il est publique, car c’est aussi NOTRE bien. Alors si le bien collectif est dégradé et que l’extrème gauche le cautionne, alors l’extrème gauche trahi ses propres idées et ses propres valeurs, la gauche, de même (Quelle cohérence, quelle honnêteté...).



  • ifelhim 10 mai 2007 09:26

    L’article aurait du préciser une chose au passage : l’idée de Royal d’augmenter le SMIC pour favoriser la consommation porte le même travers potentiel que celui énoncé dans l’article : que la hausse de consommation favorise en fait nos importations.

    Concernant la vision production = revenu, j’oserai dire que c’est la vision commune à tous nos politiciens, en particulier ceux qui n’ont aucune experience pratique de l’économie d’entreprise, donc droite et gauche, même combat (et pour cause, même Marx avait repris cette équation).

    Je regrette que l’article ne précise pas, à titre informatif, que le programme du PS ne valait pas mieux, car tout aussi théorique (la loi sur les 35 heures fait du travail une valeur quantitative, fractionnable comme s’il s’agissait d’une marchandise et la généraliser aux TPE et PME de moins de 20 salariés aurait été une catastrophe).

    Alors il me semble préférable de s’intéresser a baisser le coût de production (proposition sur les heures sup) que les augmenter en imposant une généralisation des 35 heures, avec son cortège de conséquences négatives (le cas des infirmier(e)s est exemplaire) ; quant à une hausse du SMIC, il me semble plus pertinent de s’interroger sur le coût de l’alimentation ou le montant des loyers car dans ces deux domaines, il y a des claques qui se perdent et l’état n’est pas exempt de reproches...

    Voila, c’était juste une petite précision, nécessaire à mon sens.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité