• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean-Marc DESANTI

Jean-Marc DESANTI

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 09/06/2011
  • Modérateur depuis le 13/08/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 4 93
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Jean-Marc DESANTI Jean-Marc DESANTI 30 mars 2016 18:07

    @philouie
    Sincèrement vous le savez comme moi cet argument est régulièrement sorti comme réponse absolue. Vous rendez-vous compte ? Nous serions des centaines, des milliers qui « réagissant » deviendraient des pourvoyeurs de Totalitarisme. Je ne suis pas opposé à la présentation d’autres solutions ... Loin de là. Mais nous en sommes là je le pense vraiment par une succession de capitulation et de renoncement. J’avais une prof de philosophie, résistante de 40/ 44 qui disait fort justement que la guerre ne laissait pas le choix de la sagesse. La guerre est une pause. Ce n’est pas la fin de la « philosophie ». Mais ce que j’ai vu de la violence un peu partout ne m’incite pas à discuter avec l’ennemi de ce jour. Après peut-être. Comme vainqueur,en tous cas, c’est toujours plus facile.



  • Jean-Marc DESANTI Jean-Marc DESANTI 30 mars 2016 17:51

    Allons un peu d’humour chers commentateurs ! C’est bien sûr ce que nous attendons de nos post :

    1° Article remarquable 
    On ne pourra pas dire Monsieur X que nous n’étions pas avertis.
    Le seul désir est bien évidemment de susciter un débat mais l’acrimonie est parfois surprenante ... C’est le jeu smiley


  • Jean-Marc DESANTI Jean-Marc DESANTI 30 mars 2016 17:45

    Article remarquable bien qu’évidemment d’un pessimisme noir. A bien lire on y voit comme un regret de la paix passée, loin derrière nous , peut-être pour des années. J’aime bien  " Ce que tu redoutes n’arrivera pas, il arrivera pire ". Oui c’est un paradoxe étonnant de ne pas tenir compte des leçons du passé.  Le nazisme et l’islam ont été liés et les premiers instructeurs des armées arabes après 1945 ont été d’anciens officiers nazis. Il est vraisemblable aussi que le temps passant l’Histoire n’étant plus enseignée, chacun ne saisit que les apparences trompeuses d’un présent sans racines. Ce qui se passe aujourd’hui a ses explications dans le passé. L’Histoire est comme la vie. C’est une dépendance de chaque jour qui passe. Le choix est évidemment possible. On peut bien sûr préférer de laisser aller les choses, de rompre avec l’héritage glorieux de ce pays. Ce sera alors la soumission. On ne pourra pas dire Monsieur Desanti que nous n’étions pas avertis.



  • Jean-Marc DESANTI Jean-Marc DESANTI 15 juin 2011 16:31

    Concernant le mois de juin, c’était une série d’images, de tableaux illustratifs ou, si vous préférez, d’exemples. Symboliquement la terreur, c’est le moins qu’on puisse dire, a pris d’autres « moyens » que le Front Populaire. La révolution française a fait le tour du monde. Le Front popu reste un évènement franco-français, qui trouvera un prolongement dans la guerre civile résistants-collabos de 1940 1944.

    La « génération 68 », on s’en fiche car elle ne représente que quelques personnes au pouvoir et en rien la masse des insurgés de l’époque.

    Aujourd’hui, les manifestants de Madrid et d’Athènes se « radicalisent » et de grandes violences se développent. Si demain le mouvement est écrasé, on trouvera toujours des individus qui feront carrière ...

    Mais s’ils imposent un nouveau cadre politique alors ce sera le début d’une reconstruction des rapports sociaux et économiques en Europe.

    C’est un débat sans fin de savoir qui, des députés élus ou de la rue, doit avoir le dernier mot. C’est selon. En fait le Nazisme est arrivé au pouvoir par les urnes et la révolution bolchevique par la rue. Soyons sincères, une fois de plus nous devons nous déterminer en fonction de notre histoire ... Et selon la devise :« de valeurs ne discutons point mais combattons ! »

    Why we fight ? Notre histoire personnelle, c’est tout. Je disais « une question de caractère ».

    Être résistant ? Comme l’écrivait Hugo :« Pour ne point se tromper être avec les exploités, les pauvres ». Ainsi les notions de « droite » et de « gauche » n’ont pas d’importance dans la résistance. Accepter de basculer d’un côté c’est accepter d’entrer dans une prison de haute sécurité. 


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité