• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jesuisdesordonne

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 31/03/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 186 37
1 mois 0 13 0
5 jours 0 4 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • jesuisdesordonne 23 juin 15:24
    A propos de :
    [ Dans le quatrième scénario, les représailles vont crescendo suivis d’attaques croisées entre l’Europe et la Chine. Ainsi l’Europe et le Canada ont déjà amorcé leur guerre commerciale contre la Chine. Ce dernier scénario, d’une spirale de représailles tarifaires croisées, le pire de tous et le plus probable, hypothèquera directement la croissance du PIB et appelle une récession mondialisée (puisque l’économie est globalisée). ]

    Le pire ? Non le meilleur !

    Allez causer de l’hypothèque de la croissance du PIB mondial au chevrier de montagne qui vend ses fromages au marché ! Pfff ! Par contre, si vous lui dites qu’on vient d’importer du fromage à bas coût de chine, là il va commencer à se faire du souci pour sa santé et celle de la planète.

    On peut concevoir qu’une minorité de très riches actionnaires s’inquiètent du PIB mondial mais tous les autres ont intérêt à une relocalisation des productions, pour éviter les transports polluants, pour recréer des emplois qui permettent de vivre dignement et pour retrouver des niveaux de salaire corrects...
    Non, un peu de protectionnisme intelligent aux frontières est une excellente nouvelle.



  • jesuisdesordonne 23 juin 14:37

    @Clark Kent
    Et les dauphins ne sont pas des poissons. Mais les deux doivent trouver des solutions aquatiques.



  • jesuisdesordonne 22 juin 12:28

     @Fifi Brind_acier
    Merci Fifi pour ce lien vers un article d’opposant à TRUMP.
    Ses arguments ne me semblent pas toujours convaincants sur tout.
    Il présente les taxes douanières de TRUMP comme une mesure globale qui ne serait pas appliquée intelligemment pour protéger tel secteur où les USA peuvent être compétitifs et pour importer dans un autre.
    La critique des défauts vaut-elle de jeter la cuirasse ?
    Sinon son argumentation est incantatoire quand il dit (« La meilleure solution est de produire plus de marchandises américaines que le reste du monde achètera volontiers sans coercition. ») puisque les technologiques, dans un monde de plus en plus global, circulent également librement.
    Les avantages compétitifs des industries ne sont pas que des choix idéologiques qui dépendraient uniquement du bon vouloir des entrepreneurs. Ils reposent notamment sur
    1) une monnaie pas plus forte que la concurrence supporte,
    2) des aides publiques aux entreprises (plus ou moins directes et avouées via les infrastructures, l’éducation, des facilités financières ou d’approvisionnement, ou un lobbying commercial d’Etat etc...) c’est à dire une solidarité et une redistribution des richesses qui vaut aussi pour les entreprises et pas seulement pour les peuples....
    3) d’un marché intérieur solide avec des citoyens et des entrepreneurs qui ont des préférences nationales.
    Par exemple l’Allemagne, qui est forte sur les points 2 et 3, a montré qu’une aide anodine pluri-décennale sur son marché du bois, par exemple, lui a permis d’avoir une industrie plus prospère que la France.
    Chris Kanthan veut vendre son livre. Bon très bien. En attendant si des américains eux-mêmes nous expliquent qu’ils n’ont plus confiance, ni dans leur stratégie commerciale, ni dans leur monnaie, les beaux jours du dollar sont peut-être crépusculaires... Quant à leur modèle social, merci bien.



  • jesuisdesordonne 22 juin 02:41

    @Fifi Brind_acier

    Fifi, ça m’arrive rarement, mais je ne suis pas complètement convaincu par votre post et encore moins par l’analyse de Charles SANNAT.

    Je crains que la primauté n’aille pas aussi facilement au pouvoir politique et que l’économie ne soit pas que de l’intendance.
    Comme souvent dans l’histoire, les peuples ont à subir les conséquences des soubresauts du capitalisme.

    Nous assistons à une guerre économique entre deux modèles capitalistes qui sous-tendent beaucoup de pouvoirs médiatiques et politiques.
    Cette guerre résulte d’un changement d’équilibre des forces. Nous assistons à une opposition entre les multinationales non géolocalisées, de plus en plus grandes et de moins en moins nombreuses d’une part, hostiles à TRUMP et des capitalistes moins gargantuesques, plus nombreux et localisés nationalement : les soutiens à TRUMP.
    Il me semble que les USA ont abandonné leur lutte contre les monopoles depuis longtemps.
    Le libéralisme sans frontières, c’est à dire la liberté de circulation des capitaux, (visiblement ceux qui ont imposé ce concept ne s’intéressaient qu’à leurs capitaux et pas aux gens), le libéralisme, disais-je, version libertarienne, la bagarre sans règles, profite aux plus forts.
    Donc si TRUMP et ses soutiens veulent se protéger avec des taxes c’est qu’ils ont acté qu’ils ne sont plus les plus forts face au reste du monde. Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle. Ceci nous laisse espérer que les tenants d’une troisième guerre mondiale, voyant leurs bases militaires de par le monde comme un moyen de reprendre le leadership, comme si c’était un simple retour sur investissement légitime, restent sur la touche.
    On nous dit que les actionnaires des grandes multinationales, qui pourtant ils possèdent les médias, n’ont pas réussi à imposer CLINTON.
    C’est oublier que certains capitalistes soutiennent TRUMP comme d’autres le Brexit et qu’ils sont donc pour une relocalisation d’une économie protégée nationalement.
    Les profits des multinationales qui devaient monter toujours plus haut jusqu’au ciel en exploitant toujours plus les travailleurs d’une planète à piller toujours plus intensément sont maintenant situés dans une bulle de richesses virtuelles qui risque d’imploser à tout moment.
    Etre bon gestionnaire passe donc par la prudence et par un retour au moins partiel à l’économie réelle, géolocalisée, qu’il convient évidemment de protéger.
    La démondialisation passe peut-être par la déprofitation de Charles SANNAT pour les toujours plus riches de moins en moins nombreux. C’est cependant la seule voie raisonnable et l’UPR qui laboure le terrain économique trouvera forcément une oreille attentive auprès des riches, puisque c’est leur intérêt.
    Après, il nous restera à nous autres prolétaires, à constater que nous n’avons pas besoin d’eux pour gérer notre propre production… mais ça c’est une autre histoire car la primauté ne va pas aussi facilement qu’on croit au pouvoir politique …



  • jesuisdesordonne 19 juin 03:02

    Il en est toujours pour croire qu’un nettoyage minutieux pourra rendre une crotte propre...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès