• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JET67

JET67

Qui suis-je ?

Citoyen du monde vu du côté de chez moi, entre lac et montagnes, privilégié au ventre plein, à la tête farcie d'idées reçues, j'essaie de me poser quelques questions - les bonnes ? - sur ce que je vis à l'intérieur et à l'extérieur de ce "chez moi" et parfois d'y répondre.

"Agoraphile", je tente, grâce à ceci ( le ventre rempli ) et malgré cela ( les idées reçues ), de faire entendre une voix, comme un acte participatif, sur cette toile que nous tissons tous, de nos paroles agissantes.

J'ai 46 ans, je vis du "beau côté" de la planète.

J'essaie d'aimer la vie avec tout ce qu'il y a dedans, inconditionnellement... faute de mieux !

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 96 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • JET67 JET67 6 mai 2009 18:23

    Ils ont des châpeaux ronds... et ( au football ) pas le pieds carrés , nous espérons !

    Vive les Bretons !

    Moi je suis Valaisan ( du Valais ou Nation Valaisanne ! ), en Suisse Romande ( Région Hélvétique ! ).

    Concernant le football, l’équipe « phare » de mon canton ( c’est comme ça que l’on dit en Suisse ), le F.C. SION, participera à la finale de la coupe de Suisse, le 20 mai au Stade de Suisse, à Berne.
     
    Après avoir remporté dix victoires en autant de participations à une finale de coupe suisse, l’équipe valaisanne disputera sa onzième finale de coupe depuis 1964.

    Le F.C. SION affrontera LES YOUNG BOYS de Berne, club de la capitale fédérale qui évoluera donc « à domicile ».

    A domicile ? Pas vraiment ! 

    Lorsque le F.C. Sion se déplace à Berne pour y jouer « sa » finale de coupe, c’est également Tout le Peuple Valaisan qui se met en mouvement pour assister à cette rencontre, garnissant ainsi la ville et le stade bernois des couleurs « locales » du visiteur valaisan.
    Leur nombre et leur foi en la victoire faisant leur force, les Valaisans envahissent les rues de la capitale hélvetique, puis les travées du stade, les transformant ainsi provisoirement, en Capitale du Valais, en domicile de leur Coupe.

    A cette occasion, en matière d’identité « nationale », puisque c’est le sujet de votre article, il se passe dans le camp valaisan quelque chose qui dépasse de loin le cadre du simple événement sportif .
    Quelque chose qui se rattache aux origines, au sentiment d’appartenance, aux valeurs... bref, à l’identité même des gens du « Vieux Pays », tel qu’est encore parfois nommé le Valais.

    Dans une ferveur quasi religieuse, ce qui est devenu, au fil de l’exceptionnelle histoire du F.C Sion en finale(s) de coupe, un pélerinage de soutien populaire, va encore un fois se manifester pour encrer cette histoire dans une légende moderne, perpétuant l’identité d’un pays, Le Valais.

    Oui... il s’agit bien d’un pays, d’une nation au sens où vous l’entendez. 

    Un pays représenté par une équipe de football qui va sans doute ramener chez elle, en Valais, pour la onzième fois en onze participations, LA COUPE de Suisse, tel un graal sacré.

    Ainsi le veut la légende, celle qui affirme que les treize étoiles figurant sur le drapeau valaisan seront le gage d’autant de victoires en treize participations totales du F.C. Sion en finale.

    Après... ? Ce serait la fin des Etats-Nations, la fin du football, la fin des temps !? Le monde passerait à autre chose, fini la Coupe du Monde, fini la guerre mondiale ?!

    Sûr que les Valaisans, les Corses, les Basques, les Bretons, les Dogons, les Sioux, les Tadjiks et tous les autres peuples du monde garderaient malgré cela toujours leur fierté, leur foi et leur COEUR.

    Le 20 mai, à Berne au Stade de Suisse pour les Valaisans, comme le 9, à Paris au Stade de France pour les Bretons, il serait bon d’entrendre l’hymne national « de chez nous ».

    JET67






Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité