• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jowurz

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 04/09/2010
  • Modérateur depuis le 15/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 201 267
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 154 88 66
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Jowurz 2 juin 2012 22:52

    Bonsoir Utica

    Permettez-moi 

    d’abord de ne pas vous suivre sur la signification de potentat dont l’étymologie le bas-latin potentus : pouvoir souverain. exprime la situation de M.Hollande lequel veut une majorité présidentielle pour gouverner et réunir les pouvoirs exécutif et législatif, pouvoirs dont il a constitutionnelllement mission, selon son mandat, de veiller à la séparation (art.5 de la constitution, art. 16 de la déclaration de 1789).
     
    ensuite, de compléter votre affirmation concernant la mise bas qui désigne la parturition ou l’accouchement naturel des mammifères sans distinction d’espèces animale ou humaine et que vous réduisez sémantiquement à la tentative de rabaisser Mme Royal au rang de bétail.

     Comme vous le dites, citant Losey : La boue cherche toujours à ramener à elle ce qui la dépasse.



  • Jowurz 2 juin 2012 22:24

    Sisyphe

    Vous racontez n’importe quoi.

    L’assemblée est le reflet des législatives. Ceci ne signifie pas pour autant que cette élection génère une majorité de députés ayant la même étiquette. Une des attributions de l’assemblée est de contrôler la politique et celle-ci est l’affaire exclusive de l’exécutif (Gouvernement). Ce dernier peut être formé par un premier ministre disposant ou non majorité parlementaire monolithique. 

    Sans la confiance d’une majorité de députés l’exécutif ne peut exercer aucune action. Le Gouvernement doit donc trouver sur les bancs de l’hémicycle au moins 289 représentants du peuple favorables à ses projets de loi et sa politique, ceci peut être qualifié de majorité progouvernementale.

    S’il est habituel sous la 5ème que le président « gouverne » c’est tout à fait contraire à la Constitution et constitue un abus de pouvoir patent. Ceci ne doit rien à la révision constitutionnelle réduisant à cinq ans la mandature présidentielle.

    En revanche la quasi- synchronisation des législatives et de la présidentielle permet, si le parti soutenant le président élu réunit la majorité des sièges de former un gouvernement qui ne craint pas la « question de confiance » qui pourrait l’obliger à démissionner tandis que, de son côté, la chambre ne risque pas d’être dissoute par le Président de la République.

    Ineptie supplémentaire de votre intervention :

    C’est la loi organique issue de propositions de lois parlementaires qui a modifié la date des élections législatives et non un accord Chirac Jospin.

    Pour information cette loi organique 2001-419 du 15 mai 2001 a été votée par 254 socialistes, 28 UDF, 24 radicaux citoyens et verts tandis que 153 RPR ont voté contre et 2 se sont abstenus sur un groupe de 155. Vous le voyez ni le Gouvernement ni le Président de la République n’ont présenté de projet de loi à ce sujet.

    Cette loi est brève elle dispose :
    « Article 1
    L’article L.O. 121 du code électoral est ainsi rédigé :
    Art. L.O. 121. - Les pouvoirs de l’Assemblée nationale expirent le troisième mardi de juin de la cinquième année qui suit son élection.

    Article 2
    L’article 1er s’applique à l’Assemblée nationale élue en juin 1997.

    Rien à voir avec votre roman agressif et mal fagoté.

    Quant aux abus d’interprétation n’ayant aucune valeur juridique ou légale que vous reprochez à Minusabens : vous avez tout faux !

    Vous gagneriez à approfondir vos connaissances, elles sont d’une rare médiocrité.



  • Jowurz 2 juin 2012 11:08

    bonjour Fergus,

    Vous, d’ordinaire si cultivé, semblez attribuer une connotation péjorative au mot potentat.

    Vous devriez consulter un dictionnaire pour savoir sa définition initiale et faire connaissance avec son étymologie latine, potentatus : pouvoir souverain... 

    Quant aux spéculations liées aux services rendus (lesquels ?) et à la parole de Madame Royal qui pourrait devenir potentiellement problématique pour le PS : elles en disent long sur votre connaissance profonde du PS.

    Voici une phrase qui trahit votre confiance dans l’intégrité de ce parti en général et de Madame Royal en particulier, évidence de vos propres doutes. .. Ceci fait sans doute partie des paradoxes et des incohérences de la pensée logique. 



  • Jowurz 2 juin 2012 10:45

    Voxagora

    Cet article est présenté dans la rubrique « Tribune libre ».

    l’ex-concubine du potentat est une réalité.

    la mère des rejetons du potentat est aussi une réalité qui use de la périphrase. Chacun a le droit d’exprimer son sentiment... Vous l’avez fait en intervenant c’est bien !

    Je note que vous ne critiquez ni ne contestez le fond de l’article dont les faits sont exacts et la conclusion exprime une morale républicaine peu contestable.

    Pour ma part je n’ai rien contre de rappeler à l’humilité une personne opportuniste, imbue d’elle-même et carriériste sans talent, prête à tout pour paraître et profiter.

    Chacun son opinion.  

    Pour moi, comme pour l’auteur, cette dame n’apporte rien et n’a jamais rien apporté au peuple.

    Voter pour elle c’est être complice d’un leurre.
    Entre paraître et être socialiste il y a un fossé creusé par une propagande qui ne repose sur aucun témoignage. Enoncer des qualités pour définir un candidat n’est pas la démonstration qu’il les possède... C’est ce qui se passe avec Madame Royal parée de qualités qu’elle n’a jamais montrées.

    L’exposé de Wolf atteste et démontre.le contraire. Je comprends que cela vous gêne.

    Pour ce qui est du potentat, celui qui a la souveraineté absolue dans un état, selon la définition du dictionnaire, le mot désigne avec exactitude le comportement absolutiste de M.Hollande, une attitude contraire au mandat qu’il détient du suffrage universel.

    Pour mémoire selon l’article 3 de la Constitution :

    La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants
    et par la voie du référendum.
    Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

    Le Président ne réunit pas tous les pouvoirs, ceux-ci appartiennent au peuple qui les répartit entre les différents représentants qu’il élit.

    Le président est un arbitre entre les pouvoirs que, par principe, la constitution sépare.



  • Jowurz 25 mai 2012 13:48

    Bizarre dans les couloirs de la Douma j’ai entendu dire que ce n’est pas Bachir que Poutine aime, mais la femme du Syrien...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès