• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Julien

Julien

Le patrimoine génétique des arbres est différent d’une branche à l’autre.
Arco Giant, un Sequoia Sempervirens, ne fait sûrement pas exception, en particulier à cause de son grand âge.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 566 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Julien Julien 26 août 14:13

    Bravo pour votre article. Ce sont effectivement les questions qui devraient être posées aux politiciens et débattues tous les jours à la TV. Par exemple, a-t-on demandé à Hulot s’il est plus propre d’équiper un véhicule avec une batterie au Lithium, que de simplement rouler au bio-carburant (oui oui, le bio-carburant prend de la nourriture aux gens --- et alors ? Il fallait moins se multiplier) ?

    Il y a trop de fictions débilisantes à la TV, il faudrait que des journalistes harcèlent littéralement les politiciens de ces questions fondamentales pour le long terme, et que cela fasse l’objet de l’émission à 20h50 ; audience ou pas. Cela devrait avoir lieu sur la télévision publique.

    Ce qui me fait peur aussi, c’est la très faible conscience environnementale dans les pays émergents. De ce que je comprends, les gens y voient juste leur confort personnel, regardent Transformers sur écran géant, et prennent leur 4x4 ou BMW pour faire 2km. Encore plus qu’ici. On m’a rapporté qu’en Inde, les Indiens prenaient un collègue pour un fou parce qu’il allait au boulot en vélo. Là-bas il faut se faire porter ou rouler, question de prestige social (la grosse bedaine n’est pas un problème).



  • Julien Julien 22 août 21:33

    @jjwaDal

    J’ai essayé de lire l’Ethique commentée par Robert Misrahi. Je pense qu’effectivement Spinoza était prisonnier de son époque. S’il avait pu, il aurait été physicien.

    Voir un exemple flagrant p.147 (dans la partie II de son ouvrage : “De la nature et de l’origine de l’esprit”), où Spinoza s’essaie à faire de la physique : “Tous les corps sont ou en mouvement ou au repos” puis “Un corps se meut parfois plus lentement et parfois plus rapidement”, pour finalement utiliser ces principes dans la théorie des affects ! Le passage de l’un à l’autre par un enchaînement mathématique est bien sûr impossible dans l’état actuel des connaissances ; on n’en est pas encore à la psycho-histoire de Hari Seldon ! Donc ce qui est présenté par Spinoza comme une déduction ne peut être qu’une opinion.



  • Julien Julien 22 août 21:15

    @rosemar

    Moi je suis ingénieur, et je pratique encore les mathématiques pour la physique, et je ne comprends pas non plus... Mes mathématiques à moi sont beaucoup plus concrètes.



  • Julien Julien 22 août 21:11

    @philippe baron-abrioux

    Merci pour votre explication. Cela rejoint d’autres choses que j’ai pu lire.
    Autant je comprends les trois âges d’Auguste Comte, autant j’ai du mal avec ces degrés de connaissance de Spinoza. En effet, je ne vois pas ce qui différencie qualitativement ces trois degrés de connaissance. Dans ce que vous écrivez, est-ce que dans le deuxième degré, il y a l’idée de « relativité » (observation des choses en les comparant les unes aux autres), alors que dans le troisième degré, il y a l’idée d’« absolu » (compréhension d’une chose sans comparaison à d’autres choses connues) ?

    En tout cas, voilà ce qu’écrit l’« atlas de la philosophie », et l’on n’y retrouve pas ce que je viens d’écrire (différence relatif/absolu), mais l’« idée de Dieu » :

    <<<
    Spinoza distingue trois types de connaissance :
    * l’opinion ou l’imagination qui provient d’affections et peut produire des notions générales confuses et désordonnées.
    * la raison, dans laquelle on opère déductivement avec des notions communes.
    * la science intuitive, qui connaît sub specie aeternitatis, c’est-à-dire à partir de l’idée de Dieu.
    Seul le premier genre de connaissance peut être source d’erreur.

    >>>

    Personnellement, je ne sais pas ce qu’est « l’idée de Dieu ».

    Donc personnellement, je préfère me référer aux trois âges d’Auguste Comte, c’est beaucoup plus concret...



  • Julien Julien 22 août 13:08

    Merci pour votre article. J’ai lu un peu Spinoza, et je trouve que la phrase suivante n’est pas forcément bien choisie :

    l’homme doit refuser les passions

    En effet, si je ne me trompe pas, Spinoza dit qu’à un instant donné, on ne peut pas résister aux affects dus à des éléments extérieurs à nous-mêmes. C’est la causalité. Donc il ne sert à rien de les « refuser ». Une chose qu’on peut faire pour guérir est de chercher un affect contraire de même nature (évidemment, cela fonctionne).

    Ce qui ne veut pas dire qu’effectivement, on ne puisse prévenir de nouvelles occurrences de cet affect, par la connaissance du monde. Cela va dans le sens de votre article.

    Au passage, je n’ai jamais réussi à comprendre ce qu’est le stade ultime de la joie de Spinoza, ce que les traducteurs appellent « science intuitive » ou « connaissance intuitive »...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès