• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

krako

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • krako 12 novembre 2014 19:37

    Effectivement, je fais partie de ceux qui ont lu « Les Illusions perdues » et Roberto Gac a tout à fait raison : l’état du monde éditorial et journalistique de 2014 est identique à celui du 19e siècle.
    Balzac serait complètement ahuri de voir combien est grand l’immobilisme dans ce secteur et il pourrait s’écrier avec le Diable de Boulgakov : rien n’a changé en ce monde !
    La corruption est la même et le copinage joue à plein. Les critiques littéraires qui sont employés des maisons d’édition et font des courbettes pour se faire publier. Les émissions littéraires qui sont devenues des vitrines pour ces mêmes maisons d’édition, et ces centaines de romans qui nous ennuient et qui sont oubliés dès le lendemain... (Qu’ils soient prix Goncourt ou autre !) On s’en fiche des états d’âme de X ou de Y, ou de leurs confessions concernant leur position favorite dans leurs ébats intimes....
    Au secours, Balzac !!
    PS : lsga = je suis fan d’Amazon qui me permet de trouver tout type de livre et me l’envoie très très rapidement sans frais d’envois...



  • krako 15 juillet 2014 21:20

    LÉNINE : 1915 : Les socialistes ont toujours condamné les guerres entre peuples comme une entreprise barbare et bestiale. Mais notre attitude à l’égard de la guerre est foncièrement différente de celle des pacifistes (partisans et propagandistes de la paix) bourgeois et des anarchistes. Nous nous distinguons des premiers en ce sens que nous comprenons le lien inévitable qui rattache les guerres à la lutte des classes à l’intérieur du pays, que nous comprenons qu’il est impossible de supprimer les guerres sans supprimer les classes et sans instaurer le socialisme ; et aussi en ce sens que nous reconnaissons parfaitement la légitimité, le caractère progressiste et la nécessité des guerres civiles, c’est à dire des guerres de la classe opprimée contre celle qui l’opprime, des esclaves contre les propriétaires d’esclaves, des paysans serfs contre les seigneurs terriens, des ouvriers salariés contre la bourgeoisie. Nous autres, marxistes, différons des pacifistes aussi bien que des anarchistes en ce sens que nous reconnaissons la nécessité d’analyser historiquement (du point de vue du matérialisme dialectique de Marx) chaque guerre prise à part. L’histoire a connu maintes guerres qui, malgré les horreurs, les atrocités, les calamités et les souffrances qu’elles comportent inévitablement, furent progressives, c’est à dire utiles au développement de l’humanité en aidant à détruire des institutions particulièrement nuisibles et réactionnaires (par exemple, l’autocratie ou le servage) et les despotismes les plus barbares d’Europe (turc et russe). Aussi importe t il d’examiner les particularités historiques de la guerre actuelle.

    La grande révolution française a inauguré une nouvelle époque dans l’histoire de l’humanité. Depuis lors et jusqu’à la Commune de Paris, de 1789 à 1871, les guerres de libération nationale, à caractère progressif bourgeois, constituèrent l’un des types de guerres. Autrement dit, le contenu principal et la portée historique de ces guerres étaient le renversement de l’absolutisme et du système féodal, leur ébranlement, l’abolition du joug étranger. C’étaient là, par conséquent, des guerres progressives ; aussi tous les démocrates honnêtes, révolutionnaires, de même que tous les socialistes, ont toujours souhaité, dans les guerres de ce genre, le succès du pays (c’est-à dire de la bourgeoisie) qui contribuait à renverser ou à saper les bastions les plus dangereux du régime féodal, de l’absolutisme et de l’oppression exercée sur les peuples étrangers. Ainsi, dans les guerres révolutionnaires de la France, il y avait un élément de pillage et de conquête des terres d’autrui par les Français ; mais cela ne change rien à la portée historique essentielle de ces guerres qui démolissaient et ébranlaient le régime féodal et l’absolutisme de toute la vieille Europe, de l’Europe du servage. Dans la guerre franco allemande, l’Allemagne a dépouillé la France, mais cela ne change rien à la signification historique fondamentale de cette guerre, qui a affranchi des dizaines de millions d’Allemands du morcellement féodal et de l’oppression exercée sur eux par deux despotes, le tsar russe et Napoléon Ill.



  • krako 28 mai 2014 16:27

    Bravo pour cet article.
    C’est vrai que le style est un peu déroutant. Mais, l’auteur est sans doute encore jeune... Toujours est-il, que cela fait du bien « d’entendre » certaines mises au point. Même si ce n’est pas agréable d’être mis face à ses contradictions.
    Merci de croire à un changement possible, merci de nous faire rêver...



  • krako 8 février 2014 10:54

    « La liberté d’expression je la défends, je la promeus », a assuré la ministre de la Culture, précisant qu’elle défendait « la liberté de création artistique ».
    Et pourtant, toutes ces interventions concernant le Net montrent que, malheureusement, Mme Filippetti, ne comprend absolument pas les enjeux de cette nouvelle technologique.
    Mme Filippetti est réellement une piètre ministre de la culture.
    Non seulement en ce qui concerne les métiers du spectacle, de la radio, de la musique mais aussi, concernant la littérature. Elle ne comprend rien à la révolution littéraire et artistique que représente Internet.

    Elle n’a pas compris que les nouvelles plateformes comme Amazon permettent de libérer l’écrivain du joug des éditeurs.

    Les taxes qu’elle préconise ne sont là que pour protéger les éditeurs/producteurs bourgeois français...

    Une très bonne analyse à ce sujet faite par un écrivain : http://www.sens-public.org/spip.php ?article1054

    Dans ce pamphlet « balzacien » intitulé "Les Rentrées Littéraires et Mme  Filippetti, Ministre de la Culture et romancière", Roberto Gac rappelle le conflit d’intérêts flagrant qui existe entre la fonction ministérielle de Filippetti et sa qualité de romancière éditée et payée par le groupe Lagardère, propriétaire de Stock....
    Pas étonnant qu’elle soit convaincue que la littérature n’est pas faite par les écrivains mais par les éditeurs ....


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité