• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Macondo

Macondo

Indépendant, contemplatif, décroissant dans la joie, bref, un "art des choix" ...

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 150 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Macondo Macondo 16 mai 14:17
    Bonjour Fergus,

    Tous est dit (de longue date). Continuant à partager, pour d’uniques raisons alimentaires, tant la foi s’en est allé, la vie des entreprises industrielles en tant qu’Indépendant (pas auto-entrepreneur du tout), je constate qu’il y a trois décades, 400 types marnaient en bas, pour 8 tout au plus qui les « menaient » d’en haut. Epoque bénie des classes sociales génétiquement pas modifiées où chacun savait ce qu’il fallait savoir sur son camp et sur celui d’en face. Le problème c’est qu’en bas (où est la fureur, le bruit, la crasse, les températures infernales été comme hiver) un bac + machin, ça sert souvent à moins que rien (pendant un temps, mais on peut faire des merveilles avec trois fois rien) ! Ironie de l’histoire humaine post-industrielle, tous sortent des écoles avec des bacs + machin, donc on créé des postes, des tas, qui servent à nibe comme l’explique très bien le bouquin, pire qui n’existaient pas quand on produisait beaucoup plus et bien mieux. Sans le moindre graphique, sans l’once d’une réunion soporifique. Mais il faut bien occuper, nos chérubins, ceux qu’on poussait tant, à faire des études, à bien passer devant les autres, pour surtout décrocher un bac + machin. Aujourd’hui ne reste que 40 manants en bas, vieux usés ou jeunes intérimaires sans diplômes donc turnoveristes patentés, pour 120 jeunes diplômés logés dans les étages, sans substance (qui s’acquiert surtout en bas, dans l’industrie) mais avec la climatisation, le portable et le mobile, l’adresse mail et le titre à la con ne voulant rien dire sur une carte de visite du même acabit, enfin sommet de la reconnaissance, une place de parking réservée (pas nominative, le temps passe si vite). Aïe, les pauvres, quand les actionnaires vont sentir le juteux merdier où se refaire la cerise, visant le modèle pastèque OGM ...


  • Macondo Macondo 13 avril 15:48

    Bonjour. « Je croyais à son corps, je ne croyais pas à son esprit » ... Pour démontrer qu’il en faut peu, lisant le dit voyage, pour s’ouvrir à des galaxies de pensées. Profondes, vierges, libres ...



  • Macondo Macondo 24 mars 08:29

    Bonjour. Complètement zappé ! Alors - avant de partir au marché - confirmer que même pour un total béotien du travelling plongeant c’est très probablement le meilleur film jamais « réalisé et interprété » sur l’histoire du Rock et la sans-pareille dépravation des 70’s ... Le hasard étant l’incognito de la destinée, une Ado me racontait hier soir les larmes aux yeux, sa compréhension du dernier concert de Amy et l’inhumanité de son dernier public ... Pauvre âne bâté que j’ai été il y a douze heures, n’ayant pas pensé à « The Rose ». C’est fait dorénavant, ce samedi soir sera pop-culturel et participera à la transmission générationnelle. Merci Christophe, d’avoir exfiltré ce trésor de mes dépôts de sédiments.



  • Macondo Macondo 1er janvier 11:40

    @Jean Keim ... Renvoyant mon premier message de l’année à sa bienheureuse inutilité. Merci pour l’échange.



  • Macondo Macondo 1er janvier 09:46

    @Shawford ... Si la Conductrice est un Parent touché directement par ce drame, elle rejoint dans mon commentaire précédent, celles et ceux qui recevaient ma piteuse empathie liée à cette totale impossibilité de réparation des âmes. Pas de sélection, entre ces Adultes à jamais détruits.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès