• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Michel Servin

Avant je disais mon nom. Depuis 1984, je préfère l'anonymat, c'est plus prudent...

Tableau de bord

  • Premier article le 31/01/2009
  • Modérateur depuis le 04/02/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 8 202
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 128 63 65
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Michel Servin 28 mai 2016 10:45

    La notion d’observatoire est plutôt vaste. Cela va de l’observation scientifique d’un phénomène physique (astronomie) ou social (illettrisme), soutenu ou non par une institution gouvernementale (ADEME), au think tank comme le vôtre et qui a pour vocation de dénoncer plus que d’observer avec rigueur et neutralité.

    On peut ainsi regretter que votre observatoire perde un peu de son crédit du fait de son positionnement politique et des approximations que vous publiez. 
    Par exemple :
    - c’est une tautologie d’écrire que ces journalistes ne sont pas nés néocons mais qu’ils le sont devenus, puisque le néo-conservatisme est, par définition, une conversion. 
    - Alain Bauer n’est plus directeur de SAIC France depuis 1994... Ce n’est pas très important mais cela montre que vous manquez de précision.
    - La juxtaposition des données factuelles ne suffit pas à établir des liens causaux. Que A soit né en même temps que B et qu’ils aient habité la même rue ne signifie pas qu’ils soient jumeaux ou qu’ils partagent les mêmes opinions. 
    - Le fait d’avoir travaillé pour ou avec les Américains n’implique pas une adhésion totale et définitive aux thèses néocons. Au contraire, parmi ceux qui ont eu cette opportunité, certains sont revenus confortés dans leurs opinions que le néoconservatisme régano-bushien est plutôt primaire et dangereux. Quant à ceux qui adhèrent sans réserve, ils n’ont pas eu de lavage de cerveau, simplement la fascination l’a emporté ou alors l’opportunité s’est transformée en intérêt personnel. On peut au demeurant trouver quelques satisfactions à travailler avec les Ricains qui ne sont pas tous des cowboys néocons primaires, loin s’en faut. Comparée à la mentalité française, la mentalité US des milieux intellectuels est incomparablement plus ouverte. 

    Le « cas Bauer » ou le rêve néocon américain
    Cet homme en quête quasi maladive de reconnaissance (le pouvoir et l’argent n’étant chez lui qu’un moyen d’être reconnu) ne se remet pas d’avoir été recruté par les Ricains (lesquels ont naturellement joué sur son ego meurtri). Bauer est ainsi fasciné par cette expérience qu’il ressasse chaque fois qu’il rencontre quelqu’un (je l’ai vécu), comme pour mieux se convaincre que ce n’était pas un rêve de petit garçon. Depuis, il n’a eu de cesse d’être reconnu dans sa Mère Patrie, non pas par les politiciens qu’il méprise (il ne s’en cache pas), mais par les universitaires dont il rêve puérilement de porter le titre. D’où ce malheureux coup d’Etat au CNAM organisé par Sarkozy pour le faire nommer « professeur » (il ne l’est pas au sens universitaire). Bauer le stratège florentin, l’homme qui murmure à l’oreille de sarkovalls, l’étoile filante qui se hissa à la tête du Grand Orient de France, ce grand collectionneur de titres collés sur son album-CV, s’est écrasé comme une mouche contre le mur de l’université, faute d’avoir volé assez haut depuis les Amériques. Certes il y dispose d’une chaire en criminologie, mais il reste un imposteur aux yeux de la communauté universitaire qui, à juste titre (si je puis dire), lui tourne le dos. 

    Cordialement
    MS



  • Michel Servin 24 mai 2016 05:31

    Durant la guerre du Golfe en 1990-1991, l’équipage français d’un navire de guerre en escale fut invité à visiter l’Aramco (ce qui se transforma, marine nationale oblige, en corvée diplomatique pour les matelots et officiers mariniers) . Les buts de guerres étaient déjà très clairs. Rien de nouveau sous le soleil (de Satan).



  • Michel Servin 24 mai 2016 05:07

    Citer Calvar et Squarcini en introduction ne garantit pas la qualité de la suite... leur échec dans la lutte antiterroriste est patent, leur analyse pitoyable : Squarcini et sa théorie fumeuse des loups solitaires ; Calvar prédisant quant à lui des attentats à la bombe, quelle originalité ! Ces deux « serviteurs de l’Etat » (lire carriéristes) auraient du démissionner. Ils ne l’ont pas fait.

    Question à l’auteur qui fait dans la compilation, à l’image de ses ouvrages : quel est le but de ce article ?


  • Michel Servin 18 mai 2016 20:23

    Je partage votre analyse. Le plus inquiétant, c’est tout de même de voir le nombre de pseudos experts consultants qui se sont positionnés sur le marché de la déradicalisation sans même savoir de quoi il retournait. Habitués à laver des cerveaux sur les plateaux télé, ils s’imaginaient faire de l’argent aisément. Quant à la DGSI et à la justice française, elles sont désarmées et appliquent faute de mieux des mesures inadaptées. 



  • Michel Servin 26 avril 2016 08:12

    La machine médiatique « néolibérale » (ou néo-capitaliste, c’est comme on veut) est au travail : recyclage de Juppé, promotion de Macron. Quel est l’impact réel sur les Français ? Les électeurs sont-ils aussi stupides et ignares que le pensent les faiseurs d’opinion adeptes d’Edward Bernays ? A lire Agoravox ou les médias alternatifs (je ne suis pourtant pas conspirationniste), j’ai le sentiment du contraire : pensée critique, débat contradictoire, et certes quelques trolls dont on se demande parfois s’ils ne sont pas en mission commandée. 

    A contrario, qui lit encore Le Point, cet organe de propagande grotesque systématiquement mis en avant par les moteurs de Google actu ? Qui lit L’Opinion ou Atlantico et ses faux-experts laveurs de carreaux ? Qui regard BFM Business et son présentateur-bonimenteur de grande surface ?
    Pas la majorité des 18-25 ans en tout cas. Dans mon job d’enseignant, je constate depuis quelques années qu’ils ne s’intéressent absolument pas à ces médias d’information. Ils ne regardent plus la télé et sont parfaitement conscients de toute cette mascarade.
    Macron est une bulle, Juppé un revenant, et leur société du spectacle un vieux film en noir et blanc.






Palmarès