• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

mizushima

Artiste polyvalent créateur de conscience

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • mizushima 29 janvier 2009 20:23

    Et des nouveaux panneaux publicitaires en veux-tu en voilà, et annimés et encore plus consommateurs d’énergie il faut aller les écouter comme ça ronfle les ventilateurs pour trefroidir tout ce matériel (consommation de 1000W par panneau contre 600W pour les panneaux rétro-éclairés actuels).

    Ce sont les nouveaux panneaux avec écrans LCD de la RATP et sa régie publicitaire Métrobus équipés en Bluetooth pour transmettre des informations sur les téléphones portables des usagers et d’un capteur de visages permettant d’analyser le comportement des passants à leur insue,
    les formes des visages orientés vers l’affiche, le nombre de passages devant l’écran et le temps d’exposition au message.

    Alors NON on en veut pas !

    Plusieurs associations ont organisé une conférence de presse le 28 janvier 2009 à Paris pour dénoncer l’invasion publicitaire, le système de vidéo-surveillance intégré et les problèmes sanitaires posés par le Bluetooth.
    L’association Résistance à l’agression publicitaire a annoncé à cette occasion son intention de lancer une action en référé devant le tribunal administratif pour demander la suspension de ces panneaux au motif qu’ils contreviennent à la réglementation sur la vidéo-surveillance.

    voir sur les sites suivants

    - problématiques du système publicitaire :
    http://www.antipub.org/


    - vigilance contre le fichage et la vidéo-surveillance :
    http://souriez.info/


    - vigilance contre les dérives techno-sécuritaires :
    http://bigbrotherawards.eu.org/


    - problèmes sanitaires des technologies sans fil :
    http://www.robindestoits.org/

    Une analyse plus critique de ce dispositif
    http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2008/12/quand-la-pub-po.html





  • mizushima 26 novembre 2008 20:53

    On est donc plus très loin de la fiction du film : "Les fils de l’homme" (Children of men) de Alfonso Cuaron



  • mizushima 26 novembre 2008 20:37

    Je ne penses pas que la préoccupation des "familles" qui exploitent des enfants soit de " bien nourrir les enfants" et avoir "un travail décent" puisque le travail justement est de se servir d’un enfant pour attirer l’attention des passants ou des voyageurs des transports en commun, dans certains cas le travail est fait par l’enfant seul comme on en voit dans le métro à Paris.

     

    Si la justice ne qualifie pas ça de "utilisation des enfants pour la mendicité" c’en est pourtant, une femme qui porte un enfant pour mendier le fait avant tout pour attendrir les personnes pour les inciter à donner.

     

    Cette forme de mendicité n’est pas le fait de la misère, les adultes ne sont pas pauvres, voire même bien habillés, sans oublier pour les femmes les divers bijoux habituels. Cette forme de mendicité est un business bien organisé, j’ai vu dans le métro à Paris une mère - de souche ethnique d’Europe de l’est - envoyer un enfant d’environ 2 ans mendier ; l’enfant refuse d’abord, la mère se fâche et l’enfant fini par obéir. Ça n’est pas parce que la mère « n’aiment pas laisser le gosse dans un bidonville » qu’elle l’a amener dans le métro, c’est pour le dresser, c’est du dressage comme pour un chien. L’enfant qui reste sage pendant des heures dans les bras d’un adulte n’est pas drogué, il est dressé pour faire ça. Et dresser un enfant pour le faire mendier est en effet une preuve évidente de la relation fusionnelle et des sentiments d’une mère pour son enfant, je n’ai jamais vu un de ces enfants téter sa mère en public.

    J’ai même vu pire, une femme assise dans les escaliers d’accès au quai du métro, qui portait un enfant endormi et qui l’a secouer pour le réveiller et le faire pleurer et ainsi « attendrir le passant » c’était insupportable comme scène.

     

    « ne pas faire d’enfants » n’est donc pas la préoccupation ici bien au contraire, l’enfant est une marchandise exploitable.

     

    Ces personnes ne vivent pas dans des bidonvilles mais dans des caravanes tractées par des grosse voitures haut de gamme.

     

    Il y a apparemment une confusion entre la vrai misère des pays pauvres et l’exploitation mafieuse organisé des enfants.

     

    Quand je vois soit un enfant seul soit un adulte portant un enfant ou accompagné par un enfant mendier dans le métro, j’ai envie de crier :

    « L’exploitation des enfants est un crime contre l’humanité ! »

     

    Maintenant ça ne remet pas en cause le pourquoi ces personnes ont quitté leur pays, sont-ils eux-même exploités ?

     

     







Palmarès