• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MUSAVULI

MUSAVULI

Analyste politique et auteur.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/10/2011
  • Modérateur depuis le 31/12/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 262 838 7181
1 mois 1 0 2
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 20 16 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • MUSAVULI MUSAVULI 12 mars 10:13

    @Luc-Laurent Salvador 

    Le conflit et les massacres du Rwanda n’ont rien à voir avec le génocide des Juifs. Toute tentative de mariage forcé ou de comparaison entre ces deux événements distincts est abusive et déplacée. L’avocat canadien au TPIR, Antony C. Black s’interroge sur l’absence de débat dans les grands médias sur une particularité de l’affaire rwandaise qu’il qualifie de « bizarre ». Pour la première fois dans l’histoire, une population victime de génocide a fini en vainqueurs d’un conflit armé. Peter Erlinder, professeur de droit à William Mitchell College Law à Saint Paul, dans le Minnesota, et avocat au TPIR, a publié un ouvrage intitulé « Le génocide accidentel », qui couvre la période avant et après les massacres d’avril 1994. Le livre s’appuie sur des documents américains et onusiens qu’il met à la disposition des chercheurs sur le site www.rwandadocumentsproject.net. On en apprend que les massacres au Rwanda ne furent pas planifiés, d’où l’acquittement des personnes poursuivies au Tribunal d’Arusha. L’histoire officielle du génocide au Rwanda est à la fois fausse et falsifiée pour le peu des faits qu’on en connait. Rien que sur le nombre des victimes, le mensonge est tellement énorme. Pour rappel, selon la version officielle, le génocide au Rwanda a fait 1.000.000 de morts en majorité des Tutsi. Pourtant, selon les statistiques démographiques, il vivait au Rwanda 600.000 Tutsi avant le génocide. Selon l’association Ibuka, proche de Kagame, 300.000 Tutsi ont survécu au génocide. Par conséquent, le génocide a causé la mort de 300.000 Tutsi. Question : qui sont les 700.000 autres personnes tuées durant le génocide ? (1.000.000 - 300.000 = 700.000) ? Réponse, des Hutu. C’est ce que Judi Rever explique dans son livre, en reprenant les témoignages des anciens compagnons de lutte de Paul Kagame. « Theogene Rudasingwa, ancien chef du Secrétariat politique du FPR, a accusé Kagame et ses anciens collègues d’avoir commis un génocide contre les Hutu en 1994. Il allègue qu’environ un million de civils hutu sont morts à partir d’avril 1994 ».



  • MUSAVULI MUSAVULI 11 mars 06:46

    @bluerider, c’est un ouvrage édifiant : 668 pages. Solidement documenté. il est quasiment inattaquable. Onana y démontre d’un bout à l’autre que l’histoire officielle du génocide au Rwanda est fausse, qu’il s’agit d’une falsification et invite les tenants de la version officielle d’ouvrir un débat scientifique sur cette tragédie, les faits et les responsabilités. Parmi les enseignements qu’on en retient, il y a le fait que Kagame est le principal artisan des massacres au Rwanda, depuis le début d’ailleurs (octobre 1990). J’ai eu la chance de lire deux autres auteurs sur le drame rwandais : la Canadienne Judi Revers dont le livre « In Praise of Blood » donne des insomnies au dictateur rwandais, et le professeur américain Edward S. Herman « Enduring Lies : The Rwandan Genocide in the Propaganda System ». La capacité des parrains occidentaux de Kagame à produire des mensonges officiels est tout simplement terrifiante. Des lobbies anglo-américains orchestrant le pillage des ressources minières du Congo, des ressources dont les gisements se trouvent, justement dans la région voisine du Kivu, que Kagame et ses hommes ont transformée en terrain de massacres sans fin : plus de six millions de morts au Congo depuis l’invasion du pays par les troupes de Kagame, en 1996. Charles Onana parle du « plus grand gisement de cadavres ».  



  • MUSAVULI MUSAVULI 22 janvier 01:26

    @Bertrand Loubard
    Un procès a toujours l’avantage de mettre sur la place publique des informations qui seraient restées méconnues si le procès n’avait pas eu lieu. Les actes d’accusation et le long jugement de condamnation de Ntaganda pour crimes contre l’humanité sont des mines d’informations qui éclaire sur la crise meurtrière qui a ravagé la province d’Ituri. On apprend toujours quelque chose à l’occasion d’un procès. 



  • MUSAVULI MUSAVULI 22 novembre 2019 10:59

    @titi Un appel au meurtre au Congo, c’est comme un glaçon sur l’Antarctique. Au Congo, les tueurs de masse, c’est l’Etat. 



  • MUSAVULI MUSAVULI 4 novembre 2018 21:18

    @Tiberius
    Je crois que vous n’avez pas bien compris mon propos. Je crois d’ailleurs qu’il y a une telle différence d’approche culturelle que nous avons peu de chance de nous mettre d’accord. Mon sentiment est que vous devez être un de ces « Blancs » qui s’introduisent dans des couples africains pour y faire comprendre à l’épouse africaine qu’elle est « malheureuse » et qu’elle doit se « libérer » de son mari. Ce comportement aboutit à des rébellions dans le couple pour un oui ou un non, et la femme africaine, désorientée par les fractures culturelles, et emportée par le syndrome de « la femme libre », finit par briser bêtement son couple, là où la femme « blanche » comme vous dites, aurait pris le temps du dialogue et des compromis avec son mari, même africain. Ces intrusions des « Blancs » (assistantes sociales et autres) dans les couples africains, sont des opérations de destruction. De nombreux « Blancs » croient qu’ils ont pour mission de « sauver des Noirs », l’épouse africaine en particulier, alors qu’ils détruisent des couples qui, souvent, ne demandaient qu’à vivre dans l’intimité. Je hais ce messianisme blanc, et je vous le dis de façon claire. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès