• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MUSAVULI

MUSAVULI

Analyste politique et militant des droits de l’homme.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/10/2011
  • Modérateur depuis le 31/12/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 254 842 7200
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 20 16 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • MUSAVULI MUSAVULI 4 novembre 21:18

    @Tiberius
    Je crois que vous n’avez pas bien compris mon propos. Je crois d’ailleurs qu’il y a une telle différence d’approche culturelle que nous avons peu de chance de nous mettre d’accord. Mon sentiment est que vous devez être un de ces « Blancs » qui s’introduisent dans des couples africains pour y faire comprendre à l’épouse africaine qu’elle est « malheureuse » et qu’elle doit se « libérer » de son mari. Ce comportement aboutit à des rébellions dans le couple pour un oui ou un non, et la femme africaine, désorientée par les fractures culturelles, et emportée par le syndrome de « la femme libre », finit par briser bêtement son couple, là où la femme « blanche » comme vous dites, aurait pris le temps du dialogue et des compromis avec son mari, même africain. Ces intrusions des « Blancs » (assistantes sociales et autres) dans les couples africains, sont des opérations de destruction. De nombreux « Blancs » croient qu’ils ont pour mission de « sauver des Noirs », l’épouse africaine en particulier, alors qu’ils détruisent des couples qui, souvent, ne demandaient qu’à vivre dans l’intimité. Je hais ce messianisme blanc, et je vous le dis de façon claire. 



  • MUSAVULI MUSAVULI 5 avril 01:36

    @JC_Lavau,Sur le « rôle de la France », je fais confiance au général de brigade Didier Tauzin. Il explique que la France est tout à fait responsable (mais pas coupable), parce qu’elle était la seule force militaire qui aurait empêché le génocide, à condition que l’armée française fût intervenue dès les premières heures de l’après-attentat contre l’avion du président Habyarimana. Il dit qu’il s’attendait à un ordre rapide du président Mitterrand, mais cet ordre n’est pas arrivé. Il accuse les « politiciens français » d’avoir empêché cette intervention rapide, parce qu’ils privilégiaient leurs intérêts personnels (à un an de l’élection présidentiel) aux devoirs de la France en tant que puissance stratégique, dans le cas précis du Rwanda. Son interview est édifiant : https://www.youtube.com/watch?v=ZLsx-CAVl3E



  • MUSAVULI MUSAVULI 5 avril 01:23

    Bertrand Loubard, je crois que la dixième question résume tout  : 


    « pourquoi l’attentat du 6 avril n’a-t-il jamais fait partie des actes d’accusation des génocidaires hutus lors des procès du TPIR ? Pourquoi Carla del Ponte a dit (et répété) que si l’assassinat d’Habyarimana devait être attribué au FPR, alors l’histoire du déroulement du génocide devrait être revue ? »

    Trois personnes au moins ont déjà répondu à cette question, chacune à sa façon : Un brillant avocat, le président Clinton (son administration) et le plus banal des criminologues. 

    1/ L’avocat australien mandaté par le TPIR Michael Hourigan avait clairement, dans son rapport, attribué cet attentat au FPR de Paul Kagame. 

    2/ L’administration Bill Clinton, qui parrainait Paul Kagame, fit pression sur le TPIR (Procureur Louise Arbour) pour que ce rapport soit écarté. Parce que ce rapport aurait incriminé Kagame, alors que les Etats-Unis se servaient de lui pour piller les minerais de l’est du Congo au profit des multinationales de l’électronique et des nouvelles technologies. L’objectif de la guerre du Rwanda n’était pas le Rwanda, mais les richesses minières de l’est du Congo. Les Américains n’ont pas parrainé les guerres de Kagame pour ses beaux yeux. 

    3/ Le plus médiocre des criminologues se poserait une question méthodologique simple, par rapport à cet attentat : « à qui profite le crime ? » 
    A qui aura profité l’assassinat du président Habyarimana, depuis 24 ans ? 
    Réponse : à Paul Kagame, sans la moindre hésitation !


  • MUSAVULI MUSAVULI 31 mars 15:21

    @Bertrand Loubard,

    Je veux croire qu’il n’y a pas lieu d’être parano. Pour ce qui est des multiples complots qui se trament contre le Congo, je crois que ce pays n’est pas facile à démanteler. Les comploteurs eux-mêmes, après avoir détruit la Yougoslavie et le Soudan, et après s’être acharnés sur le Congo pendant 22 ans, avouent qu’ils ne comprennent pas pourquoi ce Congo tient toujours dans ses frontières. Il y a longtemps que ce pays serait déjà en « petits morceaux ». 


  • MUSAVULI MUSAVULI 31 mars 15:15

    @Cadoudal,

    La nationalité, aussi bien dans le droit français que dans le droit congolais repose sur deux liens de rattachement : le lien du sol et le lien du sang. Pas besoin de militer, parce que ces éléments sont déjà dans le droit en vigueur. Mon propos est plutôt une critique de la conflictualité installée dans l’article 10 de la Constitution de la RDC : une nationalité basée sur les appartenances ethniques et le caractère « une et exclusive » de la nationalité congolaise. Si vous appartenez à un groupe ethnique congolais, vous êtes Congolais d’origine. Mais un petit fonctionnaire peut vous pourrir la vie en découvrant que vous avez été naturalisé français. Vous allez être expulsé de votre propre village de naissance congolais, destination... quelque part à Paris. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès