• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nostrum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nostrum 24 mars 2009 20:30

    Wen Jiabao est un tyran, le Dalaï-lama aussi. Le premier est un tyran théocratique (personne ne semble se souvenir que les monastères, jusqu’aux années 50, étaient les "propriétaires" des serfs, la population tibétaine) ; le second est un tyran communiste (ce qui dispense de faire des commentaires). — Personne ne semble non plus remarquer, que lorsque se déroule des émeutes elles sont essentiellement constituées par des moines, quasiment toujours le peuple Tibétaine en est absent. Cela devrait, me semble-t-il, inciter chacun à se poser quelques questions avant de s’indigner (à bon compte devant son écran). S’indigner, sans s’informer sur l’histoire, ni réfléchir, s’apparente à de la désinformation. Pour en terminer, j’ajoute qu’une personne qui comme le Dalaï-lama sourit en permanence ne peut être qu’un hypocrite et un faux jeton.

    PS : La formule "Crime contre l’Humanité", à toutes les sauces…, c’est lassant…



  • Nostrum 18 février 2008 20:08

    Ma réaction sera brève. D’une part, je me permets de vous rappeler la définition du mot héros : « personne qui a accompli des exploits avec un courage exceptionnel. » ; d’autre part, plagiant la réaction de Mme Simone Veil, j’ai le regret de vous faire savoir que votre commentaire m’a « glacé le sang ». Cela dit, et afin de respecter l’excellent usage d’AgoraVox de s’en tenir à un « débat civique et civilisé », je vous souhaite, Madame, un bon appétit.



  • Nostrum 18 février 2008 20:07

    Ma réaction sera brève.

    D’une part, je me permets de vous rappeler la définition du mot héros : « personne qui a accompli des exploits avec un courage exceptionnel. » ; d’autre part, plagiant la réaction de Mme Simone Veil, j’ai le regret de vous faire savoir que votre commentaire m’a « glacé le sang ». Cela dit, et afin de respecter l’excellent usage d’AgoraVox de s’en tenir à un « débat civique et civilisé », je vous souhaite, Madame, un bon appétit.



  • Nostrum 18 février 2008 14:19

    Votre interprétation ne contredit en rien la mienne, aussi je puis sans problème y souscrire. A mon sens, nos deux lectures-interprétation du « pourquoi ? » peuvent très bien (malheureusement) s’additionner. Rien n’empêche en effet que N. Sarkozy soit à la fois le président du « bling-bling » et celui de la « Restauration ».



  • Nostrum 18 février 2008 11:03

    Se poser la question du « pourquoi » d’une telle annonce.

    Lecture en classe de la lettre de Guy Môquet, exhibitionnisme de la vie privée du Président de la République, teste ADN pour les migrants, show autour de la libération des infirmières bulgares, promotion de la religiosité, annonce d’une loi sur la rétention de sûreté, médiatisation des rafles d’immigrés, cour têtes à claques « artistico-politico-capitalo-pipolo-médiatiques » et bling-blingueries en tout genre, plus la dernière « idée » Elyséenne de la semaine d’associer chaque élève de CM2 à un enfant-victime de la Shoah, nous posent la question de l’existence, ou non, d’une cohérence entre toutes ces « matières » jetées en pâture sur la scène publique ? De prime abord, face à l’éclectisme de ces sujets, l’existence d’une cohérence peut ne pas paraître évidente. Pourtant, comme en politique toute proclamation à une « intention… », il est toujours judicieux de tenter de la rechercher, ne serait-ce que pour de savoir ce que ce quinquennat nous réserve. Sommairement résumé, ce qui vient à l’esprit peut s’exprimer ainsi : enfumage tous azimuts du citoyen. Autrement dit, ces « matières » ont une fonction de leurre servant à éviter que d’autres sujets, dont le sarkozysme veut à tout prix éviter de débattre, n’émergent sur la place publique. Des sujets dérangeants tels que ceux se rapportant au pouvoir d’achat, aux services publics, aux droits sociaux et au droit tout court, etc. Bref, la lecture que je propose est que le sarkozysme essai d’adapter à la chose politique la devenu célèbre formule de l’ex-P.-D.G. de TF1 : « Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de ce cerveau humain disponible. » Si cette modeste analyse a quelque pertinence, la question qui en découle est la suivante : qu’est-ce que le sarkozysme cherche à vendre au bon peuple ? Je suggère une plausible réponse, empruntée à Marat : « Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir. »







Palmarès